Deux incunables à la BU Lettres d’Aix

La BU Lettres d’Aix possède deux incunables1. Ce sont les plus anciens livres conservés dans les collections d’Aix-Marseille Université, le plus ancien document étant un fragment de manuscrit musical du XIVe siècle trouvé en restaurant une reliure ornant un livre du XVIe siècle à la BU Droit et science politique d’Aix.

Isidore de Séville. Etymologiae, add. De summo bono. [Venise, Peter Loeslein, 1483]. BU Lettres et sciences humaines d’Aix, Res 7635.

L’arbre de consanguinité. BU Lettres et sciences humaines, Res 7635.

Ce volume est entré dans les collections de la bibliothèque en 1921 avec le don de la bibliothèque du professeur Norbert Bonafous, doyen de la faculté des lettres d’Aix de 1867 à 1879. Il porte sur la page de garde une inscription à la plume qui propose la date de 1499 pour cette édition. C’est le seul élément d’identification présent dans l’ouvrage, mais cette indication est totalement erronée : en effet, l’Incunabula Short Title Catalogue, qui centralise l’ensemble des informations bibliographiques parues dans les principaux répertoires d’incunables, ne propose aucune édition des œuvres d’Isidore de Séville à cette date.

Inscription ancienne à la plume (erronnée) – BU Lettres et sciences humaines, Res 7635.

En l’absence de page de titre et de colophon, comme c’est fréquent pour des ouvrages de cette période, une comparaison extensive avec les exemplaires numérisés des œuvres d’Isidore de Séville présents dans d’autres bibliothèques a permis d’identifier lieu d’impression, imprimeur et date2. Nous avons donc affaire à une édition vénitienne, ce qui ne doit pas surprendre, dans la mesure où Venise est à la fin du XVe siècle un des plus importants centres de production du livre en Europe.

L’exemplaire de la BU Lettres est intéressant à plus d’un titre. Il a une présentation très archaïque, extrêmement proche de celle des livres manuscrits de la même période. Il n’y a pas de page de titre ; le titre de l’ouvrage est donné à la troisième page, dans une mention qui indique simplement (en latin) ici commence le premier livre des Étymologies de saint Isidore, évêque de Séville, à la suite de quoi le premier chapitre commence3. Les premières pages sont occupées par une lettre d’Isidore de Séville à un autre évêque, qui fait office de préface. L’ouvrage porte trace de quelques notes manuscrites anciennes, et on y trouve même des manicules, à savoir des dessins en forme de main utilisés dans les manuscrits médiévaux et parfois repris dans les imprimés des premières décennies. Par ailleurs, il était prévu que l’ouvrage soit enluminé, comme un manuscrit, mais il ne l’a jamais été. Des espaces blancs ont été prévus à l’emplacement des lettrines, et de petites lettres ont été imprimées pour indiquer ce qu’il fallait peindre4, mais ces décors n’ont jamais été réalisés.

Manicule en marge du texte imprimé. BU Lettres et sciences humaines, Res 7635.

Le texte contenu dans l’ouvrage n’est pas moins intéressant que son aspect extérieur. En effet, les Etymologies d’Isidore de Séville constituent pour le Moyen-Age un texte fondateur. Ayant vécu au VIIe siècle dans le royaume wisigoth d’Espagne, il est issu d’une noble famille et proche des rois wisigoths récemment convertis au catholicisme, et en particulier du roi Sisebut (612-621). Ses travaux d’érudition ont contribué à forger la culture médiévale à partir d’une synthèse fragmentaire de la culture classique héritée de l’Antiquité tardive, réinterprétée et christianisée. Considérés comme un des fondements du savoir encyclopédique pendant toute la période médiévale, les Etymologies ont circulé très largement jusqu’à la Renaissance. Il en existe de nombreux manuscrits, et on compte une bonne dizaine d’éditions différentes entre 1470 et 1530. Pour l’anecdote, Isidore de Séville a été désigné saint patron des internautes et des informaticiens par le Vatican en 2002, la structure des Etymologies ayant souvent été comparée à celle des bases de données.

Eusèbe de Césarée, De Praeparatione evangelica, trad. Georges de Trébizonde, Trévise, Michele Manzolo, 1480. BU Lettres et sciences humaines d’Aix, Res 7636.

Comme l’autre incunable, ce volume est entré dans les collections de la bibliothèque par le don Bonafous (1921). Il s’agit là encore d’un livre italien, imprimé en Vénétie, l’une des régions où l’industrie du livre imprimé s’est développée de façon précoce. L’imprimeur est d’ailleurs aussi un papetier, qui a monté son officine typographique dès 1475. Le De preparatione evangelica est un bon exemple de la production de cet imprimeur : il appartient à la période où les impressions de son atelier se multiplient après un début plus modeste, et se trouve à la croisée de ses deux thématiques de prédilection, ouvrages à caractère religieux et érudition classique. Eusèbe de Césarée est en effet un auteur majeur de l’Antiquité chrétienne : érudit ayant vécu au IIIe siècle de notre ère à Césarée en Palestine, qui était alors un centre intellectuel brillant, c’est un polygraphe, auteur de polémique pro-chrétienne et, surtout, d’une immense œuvre historique qui a eu une profonde influence sur le Moyen-Age et la Renaissance.

Première page avec le sommaire. BU Lettres et sciences humaines, Res 7636

L’Histoire ecclésiastique, qui est son œuvre la plus célèbre, est un traité d’érudition consacré aux trois premiers siècles du christianisme en même temps qu’une défense énergique de la jeune Église. A l’époque où Eusèbe écrit, l’institution ecclésiastique n’est en effet pas encore fermement établie. Il a connu les persécutions anti-chrétiennes menées par l’Empire romain, et en particulier la persécution de 303, achevée par l’édit de Milan (313) par lequel l’empereur Constantin accorde la liberté religieuse aux chrétiens. Le concile de Nicée (325) qui fixe le contenu du credo officiellement reconnu par l’Église5 s’est tenu de son vivant. Ses œuvres sont strictement contemporaines des événements qui ont façonné l’Église au moment où elle affirme le contenu de la foi chrétienne (contre les païens et contre diverses hérésies) et où elle s’institutionnalise en interlocuteur officiellement reconnu par le pouvoir politique. Elles ne sont donc pas neutres, d’autant plus qu’elles ont subi des retouches et remaniements que les experts peinent à dater précisément.

La Préparation évangélique s’inscrit dans ce contexte. Ce texte fait partie d’un ensemble de réfutations anti-païennes. C’est une œuvre de combat, visant à asseoir la supériorité du christianisme sur l’ancienne religion polythéiste héritée de la culture gréco-latine. Il s’agit avant tout d’une violente attaque contre l’hellénisme. Pour cela, Eusèbe cite longuement divers philosophes et auteurs importants de l’Antiquité, dont les œuvres sont parfois perdues aujourd’hui, ou dont les manuscrits conservés n’offrent à certaines occasion pas de meilleures leçons que celles qu’on trouve dans ce texte. Pour cette raison, La Préparation évangélique attire aujourd’hui fortement l’attention des spécialistes, qui l’utilisent pour mieux connaître les textes de l’Antiquité. Ce texte reprend notamment de très larges extraits de Platon, dont la philosophie a profondément influencé l’évêque de Césarée. Celui-ci écrivait en grec, mais le texte a ensuite été traduit en latin et a largement circulé dans l’Occident chrétien. Il a pour pendant la Démonstration évangélique, orientée contre les Juifs, qui n’est pas comprise dans l’édition imprimée par Michele Manzolo.

Au tournant du XVe et du XVIe siècle, Eusèbe de Césarée est toujours lu avec beaucoup d’attention. Ses travaux ont été considérés comme une source essentielle pour l’histoire chrétienne, et à l’heure où une philosophie néo-platonicienne se répand parmi les meilleurs humanistes aux aguets pour redécouvrir les textes de l’Antiquité classique, il n’est guère étonnant de voir apparaître diverses éditions imprimées de La Préparation évangélique, depuis la première sous les presses de Nicolas Janson à Venise (1470) jusqu’au milieu du XVIe siècle au moins.

Décor non réalisé en ouverture du premier chapitre du Livre I. BU Lettres et sciences humaines, Res 7636

L’édition de Michele Manzolo est imprimée avec un élégant caractère romain. Elle n’a pas de page de titre, ce qui est encore normal pour un imprimé italien des années 1480 ; l’information permettant d’identifier lieu d’impression, imprimeur et date se trouve à la fin6. Comme pour les Etymologies, on trouve des lettres d’attente dans l’exemplaire de la BU, mais les espaces prévus pour les lettrines peintes sont restés blancs et le décor n’a jamais été réalisé.

***

Les deux incunables de la BU Lettre sont donc intéressants à plus d’un titre. S’ils n’ont rien de rare, de nombreux autres exemplaires étant conservés dans d’autres bibliothèques, il sont tous deux les témoins, de manière différente, de la façon dont les savoirs et la culture hérités de l’Antiquité ont été réappropriés et transformés par des auteurs chrétiens au seuil du Moyen-Age, et transmis ainsi aux savants de la Renaissance qui y puisent en partie leur soif de connaître de nouveaux textes des auteurs anciens.

Pour aller plus loin…

Un exemplaire de cette édition des Etymologies a été numérisé par la Bayerische Staatsbibliothek à Munich.
Isidore de Séville et son temps, éd. Jean-Pierre Caillet, numéro spécial de la revue Antiquité tardive, 2015, n°23.
Courcelle, Pierre,  « Isidore de Séville, auteur antique et médiéval », dans Revue des Études Anciennes 1959, 61 (3-4), p. 419-423 [en ligne].
Marrou, Henri-Irénée, « Isidore de Séville et les origines de la culture médiévale », dans Revue historique, 1966, 235, p.39-46 [en ligne].
Ribémont, Bernard, Les origines des encyclopédies médiévales. D’Isidore de Séville aux Carolingiens, Paris, Champion, 2001.
« La réception d’Isidore de Séville durant le Moyen-Age tardif », éd. Jacques Elfassi et Bernard Ribémont, dossier dans Cahiers de recherches médiévales, 2008, 16, p. 1-205 [en ligne].

***
Veneziani, Paolo, « Manzolo, Michele », dans Dizionario Biografico degli Italiani, 2007, vol. 69 [en ligne].
***
Des Places, Édouard, « Les Lois de Platon et La Préparation Évangélique d’Eusèbe de Césarée », dans Aegyptus, 1952, 32 (1), p. 223–231 [en ligne].
Des Places, Édouard, « La tradition patristique de Platon (spécialement d’après les citations des Lois et de l’Epinomis dans la Préparation évangélique d’Eusèbe de Césarée) », dans Revue des Études Grecques, 1967, 80 (379-383), p. 385-394 [en ligne].
Des Places, Édouard, Eusèbe de Césarée commentateur. Platonisme et écriture sainte, Paris, Beauchêne, 1982.
Fredouille, Jean-Claude, « L’apologétique chrétienne antique, naissance d’un genre littéraire », dans Revue des études augustiniennes, 1992, 38, p. 219-234 [en ligne].
Hellénisme et christianisme, éd. Michel Narcy et Eric Rebillard, Presses universitaires du Septentrion, 2004.
Morlet, Sébastien, « Que savons-nous du Contre Porphyre d’Eusèbe ? », dans Revue des Études Grecques, 2012, 125 (2), p. 473-514 [en ligne].
  1. Livres imprimés avant la fin de l’année 1500. []
  2. Dominique Jacobi, ancienne directrice adjointe du SCD, aujourd’hui décédée, a réalisé ce travail très pointu. []
  3. On appelle ce genre de mention un incipit, ce qui signifie ici commence… []
  4. On appelle cela des lettres d’attente. []
  5. Il s’agit de la prière par laquelle les chrétiens affirment le contenu de leur foi. []
  6. On appelle cela un colophon. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *