Médecine et astrologie

L’astrologie médicale à travers quelques auteurs présents dans les collections anciennes de la Bibliothèque de Médecine-Odontologie

Le premier billet de cette série est consacré à l’ancienne pratique de l’astrologie médicale, différente de l’astrologie visant à prédire les événements. Enseignée et pratiquée par les médecins jusqu’à l’époque des Lumières, on en trouve la trace dans les livres médicaux anciens conservés dans la Réserve de la bibliothèque universitaire de Médecine-Odontologie.

 Hippocrate (460 av. JC – env. 370 av. JC)

La collection hippocratique ne comporte pas d’astrologie à proprement parler. Cependant, des éléments astrologiques sont pris en compte pour certaines pratiques médicales. Il s’agit surtout de déterminer quel soin est le plus approprié au patient. Pour la détermination du début des maladies et de leur paroxysme, la numérologie et la connaissance de la signification sacrée de certains chiffres sont essentielles : le De diebus decretoriis met en place un cycle complexe qui repose sur les chiffres 4 et 7, censés régir les cycles des maladies. C’est sur cette base que les médecins doivent déterminer le meilleur moment d’apporter un remède au patient pour qu’il soit efficace.

Un autre livre de cette collection, le quatrième livre De diaetae (Du régime), aussi appelé De insomniis ou Des songes propose tout un système d’interprétation des songes comme autant de reflets de l’état de santé du rêveur. Celui-ci peut faire des songes d’origine divine (annonciateurs des événements à venir) ou des songes corporels. Ces derniers sont l’effet de l’âme qui profite du sommeil et du repos du corps pour « inspecter » celui-ci. La vision d’astres et d’éléments astrologiques en rêve sont considérés comme particulièrement révélateurs. Les trois éléments essentiels sont la lune, le soleil et les autres astres, qui sont vus en rêve comme « purs » et selon leur mouvement apparent, ou occultés, voilés et observant un mouvement anormal. Les astres sont le signe des éléments extérieurs du corps (peau…), la lune, des éléments intérieurs (« caverneux », c’est-à-dire les organes), et le soleil, des éléments « intermédiaires », qui font le lien entre les deux. Au médecin ensuite d’interpréter le songe : Hippocrate donne toute une série de visions possibles, leurs significations et les adaptations de régime nécessaires pour rétablir la santé du patient.

Hippocrate, Hippocratis Coi medicorum omnium longe principis, opera quae ad nos extant omnia, Bâle, Froben, 1558.

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 20140
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 20140 

Galien (129-201 ou 216)

Galien est le plus connu des commentateurs d’Hippocrate ; il est l’autorité médicale suprême pendant tout le Moyen-Age, jusqu’à la redécouverte de la collection hippocratique à la Renaissance ; il reste au XVIe siècle une autorité incontournable. Il reprend, systématise et affine le système numérologique présenté par Hippocrate dans ses Aphorismes pour déterminer à l’avance les moments de crise de ses patients et savoir à quel moment appliquer tel type de remède.

L’astrologie et l’astronomie étant très étroitement liées à cette époque, continuateurs et commentateurs de Galien n’ont eu de cesse de tenter de perfectionner le système de façon à ce qu’il corresponde au mieux à la fois aux nombres significatifs (4 et ses multiples, 7 et ses multiples) et au temps astronomique. D’autre part, Galien prend en compte des explications astrologiques pour expliquer l’évolution des maladies : ainsi, le Livre III du De diebus judicatoriis développe quelle influence les astres peuvent exercer sur le corps humain selon leur position dans le ciel, le soleil et la lune étant les plus puissants.

Galien, Claude, Galeni librorum quarta classis. Signa quibus tum dignoscere morbos & locos affectos, tum praescire futura possimus, docet, Venise, Giunta, 1576.

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 30039/4
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 30039/4 

Guy de Chauliac (1300-1368)

Guy de Chauliac était un médecin et chirurgien du XIVe siècle, dont l’œuvre principale, la Chirurgia magna, rédigée en Avignon en 1363, compilait le savoir médical de l’époque et l’enseignement des grandes autorités (Hippocrate, Galien, Avicenne notamment). Il fut un grand anatomiste, considéré par certains comme le fondateur de l’art chirurgical moderne, et fut médecin de plusieurs papes en Avignon (Clément VI, Innocent VI et Urbain V).

Témoin de la grande Peste Noire, à laquelle il survécut, il en relate le souvenir dans son œuvre. Il repousse les causes criminelles que l’on proposait à son époque, pour imputer les ravages de l’épidémie aux Juifs, aux nobles, ou à d’autres catégories de la population. Pour lui, comme pour beaucoup d’autres savants de son temps, le fléau s’explique avant tout par la réunion exceptionnelle de circonstances favorables à son déclenchement : un affaiblissement de la résistance des corps liés aux famines, en particulier pour le monde paysan dont le régime n’est pas sain et les travaux harassants, et surtout l’apparition d’une conjonction astrologique très néfaste et d’une grande longévité, qui provoque un grand déséquilibre des humeurs dans des corps qui, affaiblis, ne peuvent y résister.

Jean Canappe (1495- ?)

Lyon était un foyer important de la Renaissance, non seulement littéraire, mais aussi médicale. Les médecins de l’Hôtel-Dieu étaient réputés dans tout le royaume. Certains d’entre eux, dont Jean Canappe, entreprirent de traduire les grandes œuvres médicales qui faisaient autorité et de les faire éditer dans de petits formats peu chers et facilement manipulables, pour donner accès à ce savoir aux chirurgiens et barbiers. Ces derniers, bien que pratiquant toutes sortes d’interventions sur leurs patients, ne connaissaient souvent pas le latin et avaient peu de connaissances théoriques. Les médecins, eux, avaient des connaissances surtout théoriques et effectuaient très peu de gestes concrets.

Jean Canappe était un médecin très en vue à Lyon : lecteur public de chirurgie, à Lyon, il fut aussi médecin du roi François Ier. Il était très proche des cercles humanistes de cette ville : le célèbre imprimeur Etienne Dolet, brûlé en 1546 pour ses prises de position peu orthodoxes sur le plan religieux et souvent outrancières, a édité certaines de ses traductions médicales pour le libraire Guillaume de Guelques (celui qui publie la traduction de Guy de Chauliac présentée en vitrine), puis, plus tard, sur ses propres presses. Il fut aussi en lien avec Pierre Tolet et d’autres médecins importants de Lyon de l’époque. Il s’inscrit dans un mouvement intellectuel visant à promouvoir l’usage du français au lieu du latin dans les domaines littéraire et scientifique.

Sa traduction des œuvres de Guy de Chauliac a été numérisée par l’Académie de Médecine de Paris, et mise en ligne à cette adresse : http://www2.biusante.parisdescartes.fr/livanc/?cote=extacadd305&do=livre.

Chauliac, Guy de, Le Guidon en francoys, nouvellement reveu, & au vray corrige, trad. Jean Canappe, Lyon, Jean Barbou pour Guillaume de Guelques, 1538.

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13323
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13323 

Henri Corneille Agrippa de Nettesheim (1486-1535)

Savant humaniste au service des grands d’Europe, Henri Corneille Agrippa de Nettesheim s’intéresse à toutes les sciences occultes, qu’il pratique ou enseigne à divers moments de sa vie : alchimie, kabbale chrétienne de Johannes Reuchlin, astrologie notamment. Il navigue entre les cours rivales impériale et françaises : rédigeant en 1509 un Traité de la noblesse et préexcellence du sexe féminin en l’honneur de Marguerite de Bourgogne, il est en 1511 au service de l’empereur Maximilien de Habsbourg sous les armes, après avoir servi de la même manière le roi d’Aragon, Ferdinand d’Aragon, en 1508. Il voyage dans toute l’Europe, est conseiller municipal à Metz, puis s’installe en tant que médecin avant de se fixer à Lyon en 1524. Il devient ensuite médecin et astrologue de Louise de Savoie, la mère du roi François Ier.

Brusquement, il revire et devient hostile à toute forme de magie et d’ésotérisme : il rédige en 1526 son traité De l’incertitude et vanité des sciences, où il dénonce violemment toutes les sciences occultes qu’il avait pratiquées jusqu’alors. Ce traité est avant tout une défense de la pureté évangélique de la foi. C’est aussi une attaque en règle contre les sciences telles qu’elles sont pratiquées à la Renaissance. Tout y passe, des belles-lettres à l’économie en passant par les sciences occultes. Une partie est consacrée à l’astrologie, une autre à la magie naturelle, une à l’alchimie, une à la « nécromancie » ou magie noire. Dans la partie consacrée à la médecine, il dénonce le recours aux astres comme lié au polythéisme.

Malgré sa défense énergique de la foi chrétienne, il est condamné par plusieurs facultés de théologie (la Sorbonne et Louvain notamment). Il passe au service de Marguerite d’Autriche, puis à celui du prince-archevêque électeur de Cologne. De plus en plus attiré par le luthéranisme, il revient en France, où il est arrêté. Il meurt à Grenoble, peu après sa sortie de prison.

Agrippa de Nettesheym, Henri Corneille, Henrici Cornelii Agrippae ab Nettesheym, De incertitudine & vanitate scientiarum declamatio invectiva, denuo ab autore recognita, & marginalibus annotatibus aucta, s.l., s.n., s.d. [1537 ?].

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13275/2
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13275/2 

Johannes de Indagine (vers 1467-1537)

On ne sait à peu près rien de cet auteur, qui n’a laissé que ce traité. Il se décompose en plusieurs parties, permettant de connaître les influences astrales susceptibles de s’exercer sur un homme ou une femme donné(e). La première partie traite largement de la chiromancie, ou art de lire les lignes de la main. La deuxième partie traite de la physiognomie, ou physionomie, qui permet de déterminer les caractères moraux d’une personne d’après ses traits et l’aspect de sa silhouette. Enfin, l’auteur s’attarde sur toute une série de règles astrologiques, médicale et judiciaire, permettant à la fois de déterminer l’avenir de quelqu’un, son état de santé et les moyens d’y remédier. Une série de schémas expliquent la façon dont un expert en lecture des lignes de la main peut déterminer la nature de l’homme ou de la femme qu’il examine selon la planète qui le/la domine. Cela va ensuite aider le médecin à conseiller son patient sur son régime de vie en fonction de l’horoscope du moment.

Le traité est orné de très belles planches illustrées, dont certaines sont attribuées au célèbre graveur lyonnais Bernard Salomon, qui a souvent travaillé avec l’imprimeur-libraire Jean de Tournes, éditeur de l’ouvrage. On trouve à la fin une série de tables permettant d’établir des horoscopes. Il est intéressant de noter que le contexte de publication de cet ouvrage montre que le monde humaniste de Lyon s’intéressait de près à ce genre de texte : non seulement il est édité par l’un des meilleurs imprimeurs lyonnais exerçant à cette époque, qui publie de grands auteurs dont Maurice Scève, mais son texte est présenté par Antoine Du Moulin, qui était un éminent humaniste, très influent dans les milieux littéraires lyonnais.

De Indagine, Johannes, Chiromance & Physiognomie par le regard des membres de l’Homme, faite par Jan de Indagine. Plus dudit, La diffinition des faces des Signes. Reigles Astronomiques du jugement des maladies. L’astrologie Naturelle. La congnoissance de la complexion des hommes selon la domination des Planettes, éd. Antoine du Moulin, Lyon, Jean de Tournes, 1556.

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13275/2
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13275/2 

Persistance des anciens systèmes à l’époque de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Dans son article « Astrologie », l’Encyclopédie reprend une distinction traditionnelle entre astrologie naturelle et astrologie judiciaire, la première étant l’art d’observer et de prédire les phénomènes naturels, et la seconde étant l’art de prédire le destin des hommes. Si la première paraît toujours licite, et « scientifique » en 1751, la seconde est solidement condamnée comme un préjugé :

« L’Astrologie naturelle est elle-même, à proprement parler, une branche de la Physique ou Philosophie naturelle ; & l’art de prédire les effets naturels, n’est qu’une suite a posteriori, des observations et des phénomènes. »

« Quoique l’Astrologie judiciaire ait été solidement combattue, tant par Barclay que par d’autres auteurs célèbres, qui en ont démontré la vanité ; on ne peut pas dire qu’ils ayent entièrement déraciné cette ridicule prévention ; elle regne encore, & particulièrement en Italie. »

Le Febvre, Julien-Augustin, Dissertatio medica de astrorum influxu in hominem, Montpellier, Augustin-François Rochard, 1757.

Cette dissertation pour l’obtention du grade de bachelier en médecine à Montpellier s’inscrit, en plein siècle des Lumières, dans la tradition des œuvres d’Hippocrate et de Galien. L’auteur s’attache à démontrer la réalité des influences célestes sur les mécanismes régissant le corps humain et sa santé. Il détaille l’action particulière des différents astres (le soleil et la lune en particulier).

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 18828/3
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 18828/3 

Bibliographie sommaire :

Boudet, Jean-Patrice, Entre science et nigromance: astrologie, divination et magie dans l’Occident medieval (XIIe-XVe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006.

Boudet, Jean-Patrice, « A ‘college of astrology and medicine’ ? Charles V, Gervais Chrétien, and the scientific manuscripts of Maître Gervais’s College”, dans Studies in History and Philosophy of Biological and Biomedical Sciences, 41 (2), 2010, p. 99-108.

Collins, David J., « Albertus, Magnus or Magus ? Magic, Natural Philosophy, and Religious Reform in the Late Middle Ages », dans Renaissance Quarterly, 63 (1), 2010, p. 1-44.

Cooper, Glen M., « Galen and Astrology : A Mésalliance ? », dans Early Science and Medicine, 16 (2), 2011, p. 120-146.

Grant, Edward, A History of Natural Philosophy: From the Ancient World to the Nineteenth Century, New York, 2007.

Hare, E. H., « Medical Astrology and its Relation to Modern Psychiatry », dans Proceedings of the royal Society of Medicine, 70, 1977 (2), p. 105-110.

Kibre, Pearl, Studies in Medieval Science: Alchemy, Astrology, Mathematics and Medicine, Londres, 1984.

Lindberg, David C., The Beginnings of Western Science: The European Scientific Tradition in Philosophical, Religious, and Institutional Context, 600 B.C. to A.D. 1450, Chicago, 1992.

Ralley, Robert, « Stars, demons and the body in fifteenth-century England », dans Studies in History and Philosophy of Biological and Biomedical Sciences, 41, 2010, p. 109-116.

Secrets of Nature: Astrology and Alchemy in Early Modern Europe, éd. par William. R. Newman et Anthony Grafton, Cambridge, MIT Press, 2001.

Siraisi, Nancy, The Clock and the Mirror : Girolamo Cardano and Renaissance Medicine, Princeton, Princeton University Press, 1997.

Weill-Parot, Nicolas, Les « images astrologiques » au Moyen-Age et à la Renaissance : spéculations intellectuelles et pratiques magiques, XIIe-XVe siècles, Paris, 2002.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *