D’hier à aujourd’hui: les BU d’Aix-Marseille dans leurs locaux successifs (1)

Ce billet est une reprise de ce qui a été présenté de façon orale le 4 décembre 2015 à la demi-journée « Bibliothèques » du programme Questionner le monde : les outils qui ont fait les sciences sociales (en partenariat avec l’EHESS).

Il s’agit d’une première partie, consacrée à la période ancienne, jusqu’au tournant des XIXe-XXe siècles.

Les villes d’Aix-en-Provence et Marseille peuvent se prévaloir d’une longue histoire universitaire, qui remonte au Moyen-Age, et plus précisément en 1409, date de fondation d’une université à Aix par Louis II d’Anjou, alors roi de Naples, comte de Provence et allié du pape. A cet époque, et durant toute la période de l’Ancien Régime, on enseigne à Aix le droit, la théologie, la médecine et les arts. Cependant, la présence du Parlement de Provence1 permet à l’enseignement du droit de prendre le pas sur les autres disciplines. A cette époque, il n’y a pas de bibliothèque de l’Université à Aix à côté de la faculté de droit : les magistrats et les autres professionnels du droit exerçant leurs talents au parlement possédaient souvent de riches bibliothèques, dont certaines étaient ouvertes au public, et en particulier aux étudiants.

Les choses changent au moment de la Révolution. Toutes les universités sont supprimées le 15 septembre 1793, y compris celle d’Aix. Après cette date, d’autres institutions d’enseignement supérieur se reconstruisent progressivement, à Aix, mais aussi à Marseille. C’est à partir de ce moment-là que les universitaires éprouveront le besoin de disposer de bibliothèques spécifiques à l’institution. Dès lors, l’histoire des bibliothèques universitaires d’Aix et de Marseille est indissociable de celle de la construction de l’université d’Aix-Marseille.

Aux origines, les institutions universitaires du quartier Saint-Sauveur (Aix-en-Provence)

A Aix, l’université était historiquement installée aux alentours de la cathédrale Saint-Sauveur, ce qui est cohérent avec ses origines religieuses. Au XVIIIe siècle, un nouveau est bâti spécialement pour la vénérable institution : il s’agit de l’actuel bâtiment de l’Institut des Études politiques d’Aix, appelé à l’époque « Palais de l’Université »2. Lorsqu’une école de droit est refondée à Aix en 1804, c’est tout naturellement là où avaient lieu les cours de droit une dizaine d’années plus tôt qu’elle s’installe. Cette école devient la faculté de droit de l’Université impériale en 1806, puis la faculté de droit d’Aix-en-Provence, et reste dans ces locaux jusqu’à son aménagement sur l’actuel campus après la Deuxième guerre mondiale.

Palais de l’Université – Ancienne faculté de droit, actuel Institut de science politique d’Aix. Photo JM Campaner, source Wikimedia Commons (CC BY-SA 3.0)

La faculté de droit n’est pas seule dans le quartier Saint-Sauveur. Dès 1810, la faculté de théologie est rétablie ; elle fonctionne jusqu’à sa suppression en 1885. Le Palais de l’Université accueille aussi une faculté de lettres à partir de 1846. Cependant, l’espace est rapidement trop étroit, et la nouvelle faculté vient s’installer dans un hôtel particulier, l’hôtel Maynier d’Oppède, ancienne demeure d’une grande famille de parlementaires aixois3. Construit en 1730 par l’architecte Georges Vallon4, l’hôtel a été décoré par le sculpteur Chastel5. Il est très proche des autres facultés: il n’est séparé du Palais de l’Université que par l’étroite rue du Bon Pasteur.

Hôtel Maynier d’Oppède – Ancienne faculté de lettres, actuel Institut de management public et de gouvernance territoriale. Photo JM Campaner, source Wikimedia Commons (CC BY-SA 3.0)

Ces bâtiments sont d’élégants monuments historiques, dont le cachet donne du prestige à l’institution, mais ils se révèlent assez rapidement mal pratiques. Si le Palais de l’Université a été conçu pour que des enseignements y soient dispensés, ce n’est pas le cas de l’hôtel Maynier d’Oppède, dont les appartements ont été réaménagés en tirant le meilleur parti de l’existant. Aucun des deux bâtiments ne prévoyait d’emplacement pour une bibliothèque. La première est fondée à la faculté de droit en 1833. Ses collections comptent alors 144 volumes (on en dénombre 1675 en 1851). Physiquement, cette bibliothèque est installée dans la salle de délibération de la faculté6.

La création d’un enseignement supérieur à Marseille en médecine, puis en sciences

A Marseille, il n’y avait pas d’enseignement universitaire sous l’Ancien Régime. Cependant, il existait une tradition d’enseignement médical pour la formation des maîtres chirurgiens. Au lendemain de la Révolution, la faculté de médecine n’est pas recréée à Aix. En 1818, une École secondaire de médecine et de pharmacie voit le jour à l’Hôtel-Dieu7. Cette école rencontre un vif succès et ne cesse de croître : elle compte 37 élèves pour l’officiat et 24 pour le doctorat en 1835. En 1893, elle compte 360 étudiants, dont 153 se destinent à la médecine. L’augmentation du nombre de chaires et du nombre d’étudiants rend rapidement les locaux trop exigus : l’école est transférée au pavillon Daviel8 en 1875, puis au Pharo en 18939.

Palais du Pharo et Pavillon d’anatomie (actuel siège de l’université) – Photo Annie Dalbéra, source Wikimedia Commons (CC BY-SA 2.0)

La création de la faculté des sciences est plus compliquée. Marseille appelle de ses vœux la possibilité d’abriter une institution universitaire. Après de nombreux débats et une opposition farouche du côté d’Aix, la faculté des sciences est créée en 1854. Elle est installée dans une ancienne maternité aux allées de Meilhan (actuel haut de la Canebière), après avoir failli voir le jour dans un ancien bâtiment hospitalier de la rue Longue-des-Capucins (local de la Providence) en 1847. Le bâtiment de l’ancienne maternité est repris par l’architecte Ferrié ; les travaux sont terminés en 1858. Le nombre d’étudiants ne cesse d’augmenter : si en 1864, on compte 4 chaires et 13 étudiants, il y a 13 chaires et 177 étudiants en 1898 et 3207 inscrits en 190710.

La Ville de Marseille est très fortement impliquée dans ces créations universitaires. Elle fournit terrains et bâtiments, finance des constructions nouvelles. Pour l’école de médecine, elle met à disposition le palais du Pharo, construit en l’honneur de Napoléon III puis rétrocédé à la Ville par Eugénie après la chute du Second Empire. Non prévu pour abriter un établissement d’enseignement, le palais est réaménagé exhaussé d’un étage pour remplir ses nouvelles fonctions. En 1896, il est agrandi par la construction du Pavillon d’anatomie, actuel siège d’Aix-Marseille Université11.

La guerre d’influence entre Aix et Marseille

Le développement d’un enseignement supérieur à Marseille, presque inexistant sous l’Ancien Régime, ne se fait pas sans résistances. La période est notamment marquée par une guerre d’influence constante entre Aix et Marseille, cette dernière cherchant à asseoir son prestige de métropole coloniale en plein essor par la présence d’une université en son sein. De son côté, Aix s’oppose à ces ambitions, cherchant à préserver son cachet de ville universitaire, juridique et administrative.

Lors de la création des facultés de droit et de théologie à Aix, Marseille avait protesté. On lui promet la faculté des lettres, finalement créée à Aix en 1846. En fin de compte, ce sont de nouvelles disciplines en plein essor qui s’installent dans la cité phocéenne avec la création de la faculté des sciences en 1854. Durant tout le XIXe siècle, Marseille fait valoir ses ambitions, qui sont de créer une université complète dans l’enceinte de sa commune, en rapatriant les enseignements juridiques et littéraires et en transformant l’école de médecine en faculté.

Ce dernier point ne sera acquis qu’en 1930, après de très fortes résistances qui viennent aussi de Paris et Montpellier. En médecine, les étudiants marseillais pouvaient suivre les cours de l’école de médecine (presque tout le cursus au tournant des XIXe et XXe siècles), mais ils devaient aller valider leur thèse dans une ville où il y avait une faculté en bonne et due forme, le plus souvent Montpellier. Le vœu de transformer l’école de médecine de Marseille en faculté est émis dès 1866, et renouvelé avec insistance par les différentes municipalités ; cela est près d’aboutir en 1883, mais rien ne se passe. Montpellier lutte de toutes ses forces contre cette évolution, car elle craint de perdre de nombreux étudiants12.

Ces querelles de préséance entre les différentes villes marquent profondément la vie universitaire. En 1895, la Société des Amis de l’Université de Marseille plaide encore pour une université implantée seulement dans cette ville en ces termes, en évoquant

les raisons invincibles qui, pour tout esprit uniquement soucieux des intérêts de la science et du pays, doivent décider le gouvernement à fonder enfin à Marseille une Université véritable à la place de l’université mort-née, dont une moitié est à Aix, l’autre à Marseille13.

En 1896, la création de l’Université d’Aix-Marseille est mal accueillie. A cette date, les étudiants sont encore peu nombreux : 50 en droit en 1893 ; ils sont environ 120 l’année suivante à suivre régulièrement les cours, parmi lesquels 100 sont Marseillais14.

La polémique continue pendant toute la fin du XIXe siècle. Lorsque les étudiants des facultés aixoises favorables au transfert à Marseille défilent dans cette ville derrière leur doyen « transfériste » ils sont brocardés par la presse aixoise qui les traite de paresseux15. En 1906 encore, on peut lire sous la plume de Jules Charles-Roux :

Il n’existe pas dans le monde une seule ville de 500 000 habitants n’étant pas dotée d’une Université. […] La conception de l’Université d’Aix-Marseille est la plus fausse, la plus stérile de toutes celles qu’on peut imaginer. Les conséquences en sont désastreuses pour les deux villes16.

Tout cela n’est pas sans incidence sur le fonctionnement des différentes facultés et des bibliothèques, car la querelle pousse les deux villes à s’investir lourdement dans le financement des locaux.

Et les bibliothèques universitaires ?

Entre-temps, les bibliothèques s’organisent progressivement en réseau unifié. En 1855, les bibliothèques des facultés doivent être réunies sous l’intitulé « bibliothèque de l’Académie », sous l’autorité du recteur. A partir de 1873, les étudiants commencent à payer un droit de bibliothèque, et on voit apparaître le terme de « bibliothèques universitaires » en 1878, lorsque le ministère décide de les organiser officiellement sur tout le territoire17.

La bibliothèque universitaire d’Aix voit le jour le 26 novembre 1879. Elle est constituée à partir des bibliothèques de droit, de lettres et de théologie. Elle commence à fonctionner en mode rassemblé à partir de 1881 : elle est alors composée d’une salle de lecture de 40 places, d’un bureau pour le bibliothécaire et de magasins dans les combles. Le manque de place est assez vite sensible : la bibliothèque colonise diverses salles au premier étage de la faculté et envisage des extensions. Elle finit par occuper la Salle des Actes, avec des livres qui sont placés à plus de 5 mètres de hauteur.

Bibliothèque universitaire de Droit-Lettres (photo 1929, locaux historiques). Source: Guide de l'étudiant, université d'Aix-Marseille, année 1929-1930 (Bibliothèque de Droit et science politique, Aix, 51001/B Réserve)
Bibliothèque universitaire de Droit-Lettres (locaux historiques). Source: Guide de l’étudiant, université d’Aix-Marseille, année 1929-1930 (Bibliothèque de Droit et science politique, Aix, 51001/B Réserve)

De son côté, la bibliothèque de la faculté des sciences est constituée en 1880 à partir de la réunion des multiples bibliothèques de laboratoire qui existaient alors. Installée aux Allées de Meilhan, elle se trouve au rez-de-chaussée du bâtiment. Elle semble avoir donné satisfaction jusqu’au début du XXe siècle. La bibliothèque du Pharo fonctionne sur le même principe. Logée dans le bâtiment de l’école de médecine, elle a trouvé place dans une série d’anciens salons de réception au premier étage, avec une hauteur sous plafond de 4,5m, ce qui impose un système d’échelles. Ses grandes fenêtres sont exposées au mistral qui les endommage périodiquement et il n’y a pas de salle des professeurs.

Bibliothèque universitaire de sciences, Marseille (photo 1929, locaux de la Canebière). Source: Guide de l'étudiant, université d'Aix-Marseille, année 1929-1930 (Bibliothèque de Droit et science politique, Aix, 51001/B Réserve)
Bibliothèque universitaire de sciences, Marseille (locaux de la Canebière). Source: Guide de l’étudiant, université d’Aix-Marseille, année 1929-1930 (Bibliothèque de Droit et science politique, Aix, 51001/B Réserve)

Dans toutes ces bibliothèques, le principe d’aménagement est comparable: on y trouve une salle de lecture avec des usuels, un bureau pour le bibliothécaire et des magasins inaccessibles au public. Elles sont toutes aménagées dans des locaux qui n’ont jamais été construits pour cette fonction. Quand les livres débordent l’espace disponible, la bibliothèque colonise les locaux avoisinants en les transformant en magasins.

Dans les premières décennies du XXe siècle, le problème de place devient crucial pour la bibliothèque aixoise. En 1907, le bibliothécaire rapporte dans son rapport annuel que « l’absence de rayons ne permettra plus bientôt de se servir des livres, qui resteront entassés dans des caisses18 ». Des solutions sont envisagées. Un premier projet de déménagement est validé en 1909 dans l’ancien hôtel de l’Archevêché, où la salle de lecture doit être placée au premier étage et les magasins au deuxième. Cependant, durant l’été, la Ville d’Aix installe dans ces locaux un musée d’art chrétien19 et le projet est abandonné, faute de possibilité pour les deux institutions de cohabiter dans le même bâtiment sans graves inconvénients20.

Les récriminations des bibliothécaires et de la faculté à l’égard de la situation de la bibliothèque s’enchaînent alors : la bibliothèque a besoin de davantage de place pour ranger ses 30 000 volumes, tandis que la faculté veut récupérer certaines salles dont elle a besoin pour fonctionner. En 1912, un pont est construit par-dessus la rue du Bon-Sauveur pour joindre la faculté de droit et celle des lettres ; la bibliothèque peut donc s’étendre sur les locaux de la faculté des lettres. Le réaménagement lui permet d’offrir une salle de lecture réservée aux professeurs, ce qui n’existait pas auparavant, mais les rayonnages sont toujours hauts de plus de 3 mètres21. Cette solution semble temporairement satisfaisante.

A suivre prochainement : un deuxième billet consacré au XXe siècle…

  1. Le terme de parlement désigne à l’époque une cour de justice. []
  2. Datant de 1734, il a été construit par l’architecte Georges Vallon. []
  3. Le bâtiment est aujourd’hui occupé par l’Institut de management public et de gouvernance des territoires (IMPGT). []
  4. Sur l’architecte aixois Georges Vallon, également auteur du grenier à blé (bâtiment abritant aujourd’hui une poste et une annexe de la bibliothèque municipale), voir la notice de la Provence historique : Jean Boyer,  « L’ancien grenier à blé d’Aix. Les Vallon », dans Provence historique, 10(40), 1960, p. 125-126. []
  5. Jean Pancrace Chastel, né en 1726 à Avignon, est mort à Aix en 1793. Il est notamment l’auteur du décor sculpté du grenier à blé de la place de l’Hôtel de Ville d’Aix. Voir André Alauzen et Laurent Noet, Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marseille, Jeanne Laffitte,‎ 2006, p. 120. []
  6. Rémy Burget, « Histoire de la bibliothèque universitaire de droit et d’économie d’Aix-en-Provence », dans Six siècles de droit à Aix, 1409-2009, dir. Jean-Louis Mestre, Aix, Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2009, p. 125. []
  7. C’est l’actuel hôtel Intercontinental. []
  8. Ce bâtiment, situé à proximité de l’hôtel de ville, abritait auparavant le tribunal de Marseille ; ce sont aujourd’hui des services annexes de la mairie. []
  9. Sur l’histoire de l’enseignement de la médecine à Marseille au XIXe siècle, voir Marc Aubert, « La médecine à Marseille au XIXe siècle », dans Provence historique, 172, 1993, p. 198-204. []
  10. Voir Florence Marciano, « La faculté des Sciences saint-Charles à Marseille : le grand œuvre de Victor Blavette », dans Livraisons de l’histoire de l’architecture, 13, 2007. []
  11. Voir la notice de Frédéric Rimattei, « Bref historique de la Faculté de Médecine et Pharmacie de Marseille », dans Revue d’histoire de la pharmacie, 41 (137), 1953, p. 66-67. []
  12. Sur l’opposition d’Aix et de Montpellier au transfert des facultés aixoises à Marseille et à la transformation de l’école de médecine en faculté, voir Henri Tachoire, « Les rivalités régionales », dans Marseille, 2600 ans de découvertes scientifiques, vol. 2, Aix, Publications de l’Université de Provence, 2002, p. 53-58. Il cite notamment Salomon Bédarride, maire d’Aix, qui, en 1882, écrit en conclusion de son violent réquisitoire contre la création de facultés à Marseille adressé au maire de Montpellier : « unissons nos efforts contre l’ennemi commun » ! []
  13. Auguste Bouge, Une Université à Marseille, discours prononcé […] à l’Association générale des étudiants de Marseille le 2 mai 1897, Marseille, Typographie Barlatier, Société des Amis de l’Université de Marseille, 1897. Cité par Henri Tachoire, « Les rivalités régionales », dans Marseille, 2600 ans de découvertes scientifiques, vol. 2, Aix, Publications de l’Université de Provence, 2002, p. 49. []
  14. Ces chiffres sont tirés de la brochure polémique de la Société des amis de l’université de Marseille, L’Université de Marseille devant l’opinion publique, Marseille, Société des Amis de l’Université de Marseille, 1895, p. 12-13. Elle cite 300 étudiants inscrits, et parmi ceux qui fréquentent régulièrement les cours, 100 Marseillais et 16 Aixois. Elle évoque une quinzaine d’étudiants aixois pour la faculté de lettres, sans donner de chiffres plus globaux. []
  15. Voir Le Mémorial d’Aix, 14 novembre 1901. []
  16. Jules Charles-Roux, Souvenirs du passé, le Cercle artistique de Marseille, Paris, Alphonse Lemerre, 1906, p. 482. Cité par Henri Tachoire, « Les rivalités régionales », dans Marseille, 2600 ans de découvertes scientifiques, vol. 2, Aix, Publications de l’Université de Provence, 2002, p. 57. []
  17. Voir Rémy Burget, « Histoire de la bibliothèque universitaire de droit et d’économie d’Aix-en-Provence », dans Six siècles de droit à Aix, 1409-2009, dir. Jean-Louis Mestre, Aix, Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2009, p. 126. []
  18. Rapport annuel du Conseil de l’Université. Compte-rendus des travaux des facultés et école et rapports sur les concours, Aix, Paul Pourcel, 1908, p. 33. []
  19. A l’emplacement de l’actuel Musée des Tapisseries. []
  20. Rapport annuel du Conseil de l’Université. Compte-rendus des travaux des facultés et école et rapports sur les concours, Aix, Paul Pourcel, 1910, p. 44-45. []
  21. Rapport annuel du Conseil de l’Université. Compte-rendus des travaux des facultés et école et rapports sur les concours, Aix, Paul Pourcel, 1912, p. 28. []

4 réflexions sur « D’hier à aujourd’hui: les BU d’Aix-Marseille dans leurs locaux successifs (1) »

  1. Merci pour ce billet, très utile pour comprendre les contraintes imposées par ces outils des sciences universitaires – le stockage et l’accès des ouvrages (rayonnages, vue des dos, hauteur, poids?), comme leur consultation (lumières des fenêtres) – et le phénomène de « colonisation » des locaux universitaires par les livres – mettant en évidence, de la part des bibliothécaires, une activité de braconnage de la pensée et des lieux! Encore au regret de n’avoir pu me rendre à la séance, j’attends avec impatience le billet XXe siècle !

    1. Merci pour ce commentaire encourageant! Le billet XXe siècle est paru en juillet: https://tresoramu.hypotheses.org/834 (également accessible via la catégorie « histoire de l’université »). Il y a une photo inédite du balcon de la bibliothèque de sciences, effondré pendant le bombardement du 27 mai 1944.

  2. Très intéressant ton article. Récemment j’ai appris où était localisée la bibliothèque de sciences sur le campus Saint-Charles
    avant la construction de la BU en 1958.
    Encore bravo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *