La marque de la Salamandre à la bibliothèque de droit d’Aix

La bibliothèque de droit à Aix conserve quelques volumes d’ouvrages juridiques datant de la Renaissance, dont la page de titre présente l’emblème de la salamandre. Il s’agit des ouvrages suivants :

La salamandre, emblème royal

Le choix de la salamandre comme emblème personnel pour François Ier est bien connu. Comme la plupart des souverains de son époque, il adopte une image symbolique doublée d’une devise en plus de ses armoiries traditionnelles. Charles VIII avait adopté l’épée de feu et Louis XII le porc-épic ; les reines Anne de Bretagne et Claude de France avaient choisi respectivement l’hermine et le cygne « navré »2. De son côté, Charles Quint s’était associé les Colonnes d’Hercule (avec la devise plus oultre), tandis qu’Henri VIII arbore tantôt la herse, tantôt la rose Tudor.

Vitrail (XIXe siècle) de la salle des États au château de Blois, avec l’hermine emblématique d’Anne de Bretagne. Photo Sylvain Collet. Source: Flickr (licence CC-BY-NC-SA).

La signification exacte de la salamandre a longtemps été objet de débats entre érudits. Il semble que le sens en soit devenu obscur, et ce dès le XVIe siècle. Le fait que la devise associée (Notrisco al buono stingo el reo) soit rédigée en italien vulgaire, et non toscan, ne facilite pas la compréhension. On s’accorde aujourd’hui à considérer que cette devise, ainsi que sa version latine simplifiée (Nutrisco et extinguo), se traduit par « je me nourris du bon feu et éteins le mauvais ». De nombreuses interprétations ont été proposées pour expliquer ce choix. La salamandre éteint le feu de la guerre, et représente donc un symbole de paix ; elle se nourrit du bon feu spirituel, et emblématise le bon chrétien ; elle figure également la constance dans les épreuves.

Salamandres et chiffre de François Ier au château de Chambord. Photo Marc Henneveux. Source Wikimedia Commons (licence CC-BY-SA).

Le premier Valois d’Angoulême à avoir été associé à la salamandre est Jean d’Angoulême, le frère du poète Charles d’Orléans et grand-père de François Ier. Lors de la fête des fiançailles de sa nièce, quelques vers anonymes présentent le comte Jean comme un modèle de tempérance en le comparant à la salamandre qui éteint le feu par sa seule présence. C’est une allusion à son engagement pour l’apaisement du royaume en une période troublée et à la façon dont il avait ignoré les vieilles rancunes qui auraient pu déclencher de nouveaux conflits à son retour de captivité en Angleterre.

Concernant François Ier, la salamandre, rapprochée du serpent, a aussi un sens dynastique : elle a été rapprochée de la guivre3 figurant sur les armes des Visconti, dont le roi affirmait avoir hérité le duché de Milan4. La salamandre a également été mise en relation avec un autre emblème des Visconti : un lion entouré de feu, tenant une épée et deux seaux d’eau, susceptibles de permettre au lion d’éteindre le feu comme le fait la salamandre. Celle-ci évoque également la famille maternelle du roi : ainsi, son grand-père Philippe, comte de Bresse et duc de Savoie, avait-il adopté l’emblème d’un serpent changeant de peau. Elle est aussi souvent représentée avec une queue qui forme un nœud en forme de huit, image là encore traditionnellement associée à la maison de Savoie.

Une interprétation récente attribue la confection de l’emblème royal, associant animal symbolique et devise italienne, à Charles Demoulins de Rochefort, précepteur du jeune François d’Angoulême, alors âgé de dix ans seulement. Référence explicite à une œuvre néo-platonicienne alors célèbre, l’Hypnerotomachia Poliphili 5 de Francesco Colonna, publié à Venise chez Alde Manuce en 1499, la salamandre serait un symbole de tempérance, invitant le jeune prince à se nourrir du feu de l’amour de la sagesse tout en se gardant des feux destructeurs de la passion turbulente, indignes d’un prince.

Francesco Colonna, Hypnerotomachia Poliphili, Aldo Manuzio pour Leonardo Grassi (Venezia), 1499. Bibliothèque nationale de France (département des Manuscrits, RESERVE 4-BL-4451). Source Gallica.

Bibliographie sommaire :

GABRIELE, Mino, « La tempérante salamandre. Aux origines de la devise de François Ier », trad. Jean-Maurice Teurlay, in François Ier, pouvoir et image, éd. par Magali Vène et Bruno Petey-Girard, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2015, p. 79‑86.

LECOQ, Anne-Marie, « La salamandre royale dans les entrées de François Ier », in Jean Jacquot, Elie Konigson, (éds.). Les fêtes de la Renaissance, III, éds. Jean Jacquot et Elie Konigson, Paris, Editions du CNRS, 1975, p. 93‑104.

LECOQ, Anne-Marie, « Le prince à la salamandre », in François Ier imaginaire, Paris, Macula, 1987, p. 35‑52.

La salamandre des Senneton à Lyon

On trouve de nombreuses traces de l’emblème royal bien en-dehors de l’influence directe des cercles de la Cour. En matière bibliographique, la marque de la Salamandre appartient à la famille Senneton, une puissante famille de marchands lyonnais. Ce sont plus que de simples marchands : lettrés, curieux, ils appartiennent à la haute société de la ville et fréquentent les cercles littéraires. Leurs auteurs leur sont fidèles ; ils en font exécuter les portraits dans les éditions qu’ils mettent sur le marché et leur composent eux-mêmes des préfaces, y compris en latin.

Antoine Senneton, marchand drapier, appartient à la notabilité de la ville, puisqu’il exerce des fonctions d’échevin en 1523 et 1528, et qu’il se trouve mentionné comme consul de la ville. La famille est alors dans une dynamique d’ascension sociale : parmi les fils d’Antoine, plusieurs sont titulaires de seigneuries ; l’un est marchand drapier comme son père, un autre embrasse une carrière juridique et entre dans la robe, devenant conseiller au Parlement de Paris après avoir été avocat, un troisième entre dans les ordres, se rapproche de la Cour, devient conseiller et aumônier du roi, abbé de Beaulieu. Enfin, trois des frères Senneton embrassent, l’un après l’autre, le métier de marchand libraire, et vont jouer un rôle très important dans les éditions juridiques lyonnaises de la deuxième moitié du XVIe siècle.

Guillaume Durand, Speculi Gulielmi Durandi prima [-secunda] pars..., Lyon, pour Jacques et Jean Senneton, 1547. Bibliothèque universitaire de droit et science politique d'Aix, Res 261.
Guillaume Durand, Speculi Gulielmi Durandi prima [-secunda] pars…, Lyon, pour Jacques et Jean Senneton, 1547. Bibliothèque universitaire de droit et science politique d’Aix, Res 261.
Des Senneton, Jean est le premier à utiliser la marque de la Salamandre, qu’il a héritée d’Henri Savore, son beau-père, décédé en 1535, un riche marchand papetier qui s’est lancé dans la librairie sur le tard, faisant éditer une Bible qui paraît après sa mort. Jean Senneton s’associe dès 1536 avec son frère Jacques. Leur frère Claude, encore marchand (non libraire) à cette époque, participe également à l’affaire, ainsi que deux facteurs, Maurice Roy et Louis Pesnot. Les ouvrages publiés par cette société paraissent « à l’enseigne de la Salamandre » jusqu’en 1553, date à laquelle Claude Senneton se lie plus étroitement à l’entreprise, prenant la place de son frère Jacques, décédé, dans l’association.

Claude Senneton, personnage haut en couleurs, a joué un rôle important dans la vie lyonnaise des années 1550-1560, exerçant des fonctions dans l’administration de la ville6. Converti au protestantisme, il est aussi connu pour être l’éditeur de nombreux auteurs protestants ou « politiques7 » à côté des traditionnelles éditions juridiques : il publie Étienne Pasquier, Pierre Viret, Jean Calvin, Nicolas Pithou. Il est aussi en affaires avec Charles Dumoulin. Catherine Magnien le décrit comme un « propagandiste politique et religieux à peine clandestin, bien introduit sur la place parisienne, bientôt compromis sans retour lors de l’occupation et du pillage de Lyon par le baron des Ardrets et ses mercenaires suisses8 ». Il doit s’exiler à Genève. La compagnie à la Salamandre perdure à Lyon, dirigée par des facteurs qui lui rendent des comptes. A sa mort, ceux-ci essayent de continuer l’entreprise, qui finit par être liquidée par leurs héritiers. Le solde invendu est acheté par Jean de Gabiano en 1597.

La Salamandre n’a pas été utilisée par les seuls Senneton à Lyon. Outre les facteurs et associés de ces derniers, on trouve aussi l’enseigne de la Salamandre chez Nicolas Edoard à Paris en 1562-1563. Jean Cavellat, à Paris, utilise aussi cet emblème, avec la devise Nutrisco et extinguo (1584-1588). Robert Granjon, lorsqu’il est établi dans la capitale, utilise une marque représentant une salamandre et trois joncs9 ; de son côté, Jean Leclerc, toujours à Paris, publie « à la Salamandre royale » en 1593.

Bibliographie sommaire :

BAUDRIER, Henri, Bibliographie lyonnaise : recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIe siècle, VII, Paris, F. de Nobele, 1964, p. 367-448.

GÜLTLINGEN, Sybille von, Bibliographie des livres imprimés à Lyon au seizième siècle, VIII, Baden-Baden, Bouxwiller ; V. Koerner, 2002.

MAGNIEN, Catherine, « “A Paris, pour Claude Senneton, 1565”: le mystère de l’édition du Second livre des Recherches de la France d’Etienne Pasquier », Histoire et civilisation du livre, vol. 2, 2006, p. 73‑77.

TAMET, Marie-Dominique, Les Senneton, marchands-libraires à Lyon au XVIe siècle, Mémoire d’étude pour le diplôme de conservateur de bibliothèque, ENSSIB, 2011. Répertoire des éditions des Senneton p. 75-97 ; marques reproduites d’après Baudrier p. 99.

  1. Il est relié avec la troisième et quatrième partie, qui est une autre édition, datée de 1545. []
  2. Soit transpercé d’une flèche. []
  3. C’est-à-dire la vipère. []
  4. Ce symbole héraldique est toujours associé à Milan ; il figure aujourd’hui notamment sur l’écusson de la marque de voitures Alfa Romeo, fondée à Milan. []
  5. Traduit plus tard en français : Le Songe de Poliphile, trad. Jean Martin, Paris, pour Jacques Kerver, 1546. []
  6. Il est tour à tour conseiller de ville, échevin, recteur de l’aumône. []
  7. Dans le contexte des guerres de Religion, ce mot désigne les catholiques qui estiment le maintien de la paix civile et de l’harmonie du royaume plus importants que le rétablissement de l’unité religieuse par la répression du protestantisme. []
  8. Catherine Magnien, « “A Paris, pour Claude Senneton, 1565”: le mystère de l’édition du Second livre des Recherches de la France d’Etienne Pasquier », dans Histoire et civilisation du livre, vol. 2, 2006, p. 77. []
  9. Henri Baudrier, Bibliographie lyonnaise: recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIe siècle, II, Paris, F. de Nobele, 1964, p. 50. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *