Ramon Llull ou Raymond Lulle à la BU Lettres d’Aix

A la fois philosophe et poète ayant ayant largement contribué à la construction littéraire de la langue catalane, théologien, prédicateur se donnant lui-même le titre d’arabus christianus1 , proclamant dans ses œuvres sa folie et revendiquant le titre de docteur illuminé, mystique considéré comme bienheureux voire comme saint en Catalogne en même temps que la postérité lui a attribué d’importants traités alchimiques qu’il n’a jamais écrit, Raymond Lulle est un des personnages les plus fascinants du XIIIe siècle.

Raymond Lulle (gauche) et Thomas le Myésier (droite) : Illustration de Electorium parvum seu breviculum (vers 1321). Dans Raimundus Lullus, Thomas le Myésier: Electorium parvum seu breviculum (nach 1321) Badische Landesbibliothek, Cod. St. Peter perg 92, Blatt 11v. Licence domaine public, source Wikimedia Commons.
Raymond Lulle (gauche) et Thomas le Myésier (droite) : Illustration de Electorium parvum seu breviculum (vers 1321). Dans Raimundus Lullus, Thomas le Myésier: Electorium parvum seu breviculum (nach 1321) Badische Landesbibliothek, Cod. St. Peter perg 92, Blatt 11v. Licence domaine public, source Wikimedia Commons.

Né à Palma de Majorque vers 1232-1235 dans un milieu aristocratique proche du roi Jacques II de Majorque, il est issu d’une famille noble catalane implantée à Barcelone. Son père, qui a accompagné Jacques le Conquérant lors de son offensive sur l’île de Majorque, définitivement conquise sur les musulmans en 1232, reçoit des terres en récompense. Le jeune Raymond Lulle grandit dans un environnement contrasté, près de la cour catalane de Majorque. Il y fait ses premières armes littéraires dans le registre courtois, appliquant à la langue vernaculaire catalane, qui n’a pas encore le statut de langue littéraire, les formes poétiques empruntées à la littérature occitane des jongleurs. Suite à une conversion, vers l’âge de trente ans, il quitte sa femme et ses enfants, entreprend d’apprendre le latin et de suivre une formation philosophique et théologique, au cours de laquelle il apprend également l’arabe.

Au cours de ses nombreux voyages, Raymond Lulle a discuté et controversé avec juifs et musulmans, il a enseigné et prêché. Proche des franciscains, il n’est cependant jamais entré formellement dans leur ordre. Son œuvre immense est tour à tour philosophique et mystique, elle emprunte les voies du récit ou celles du savoir encyclopédique, elle puise dans l’aristotélisme et réfute Averroès. Il se situe à un carrefour de la pensée, en marge des grands courants de son époque – il est contemporain de Thomas d’Aquin. Il est mort vers 1316, probablement au retour d’un voyage à Tunis, qu’il avait entrepris dans le but de prêcher la foi chrétienne auprès des musulmans.

La vérité ineffable. Installation de l'exposition à la BU Lettres et sciences humaines d'Aix (octobre 2016)
La vérité ineffable. Installation de l’exposition à la BU Lettres et sciences humaines d’Aix (octobre 2016)

C’est à l’occasion du 700e anniversaire de sa mort qu’un programme international a été mis en place pour découvrir l’œuvre de ce savant exceptionnel. La BU de Lettres d’Aix propose, du 7 au 14 octobre 2016, une exposition consacrée à cet auteur selon un design innovant, organisée en partenariat avec l’Institut Ramon Llull de Barcelone et Maria-Estralla Massip-Graupera, enseignante de catalan au département d’études hispaniques et latino-américaines (UFR ALLSH). Cette exposition, intitulée La Vérité ineffable. Le Livre de l’ami et de l’aimé de Raymond Lulle, sera complétée par une sélection de livres de la bibliothèque, de la BD à la critique philosophique approfondie, et par la présentation d’un volume de la réserve de la bibliothèque renfermant quelques-unes des premières éditions imprimées de l’œuvre du philosophe catalan.

Recueil factice, SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines, Res 23729. Reliure ancienne, dont le monogramme n'est pour le moment pas identifié.
Recueil factice, SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines, Res 23729. Reliure ancienne, dont le monogramme n’est pour le moment pas identifié.

Ce volume est un recueil factice assemblant diverses éditions humanistes sorties des presses de Josse Bade, un des plus importants imprimeurs parisiens des premières années du XVIe siècle. Érudit humaniste lui-même, originaire de l’actuelle Belgique, Josse Bade a voyagé dans plusieurs villes d’Europe, a enseigné à Valence et à Lyon, avant de s’intéresser de près à la nouvelle technique de l’imprimerie et finalement à installer ses propres presses à Paris. Il est en correspondance avec Érasme, dont il est l’un des éditeurs attitrés. Il fait paraître sept éditions de Raymond Lulle entre 1510 et 1521, signe d’un intérêt fort.

Charles de Bouelles, In hoc opere contenta Commentarius in primordiale Evangelium divi Joannis : Vita Remundi eremitae ; Philosophicae et historicae aliquot epistolae, Paris, Josse Bade, 1514. SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines d'Aix, Res 23729/2
Charles de Bouelles, In hoc opere contenta Commentarius in primordiale Evangelium divi Joannis : Vita Remundi eremitae ; Philosophicae et historicae aliquot epistolae, Paris, Josse Bade, 1514. SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines d’Aix, Res 23729/2

Il publie également les œuvres de Jacques Lefèvre d’Etaples, un des plus influents humanistes français. Ce dernier s’intéresse de très près au mysticisme de Raymond Lulle, dont il fait publier plusieurs textes importants. L’un des plus importants disciples de Lefèvre d’Etaples, Charles de Bouelles, est très influencé par le lullisme. Voyageant en Espagne, et notamment à Majorque, il traduit plusieurs manuscrits en latin ou en espagnol, et rédige une vie de Raymond Lulle, qui, jointe à un commentaire de l’Evangile selon saint Jean, paraît à deux reprises sous les presses de Josse Bade, en 1511 et en 1514. C’est la deuxième édition qui est présente dans le recueil factice conservé dans la réserve de la BU.

Dialectica seu logica nova Venerabilis Eremitae Raemmundi Lulli, éd. Bernard de Lavinheta, Paris, Josse Bade, 1516. SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines d'Aix, Res 27729/3
Dialectica seu logica nova Venerabilis Eremitae Raemmundi Lulli, éd. Bernard de Lavinheta, Paris, Josse Bade, 1516. SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines d’Aix, Res 27729/3

Un autre important disciple de Lefèvre d’Etaples, Bernard de Lavinheta, franciscain qui a enseigné à Salamanque puis à Paris, est beaucoup plus mal connu. Pour la réception du lullisme en France et à Paris à la Renaissance, sa contribution est pourtant essentielle, dans la mesure où il a été le maître d’oeuvre du retour de l’enseignement du lullisme à la Sorbonne, qui début du XVe siècle le condamnait, sous l’influence de Jean Gerson, chancelier de l’université de Paris. Pour asseoir son entreprise, Bernard de Lavinheta entreprend la publication d’une série d’œuvres de Raymond Lulle, surtout logiques, toutes sous les presses de Josse Bade, entre 1514 et 1517. Deux des textes de Raymond Lulle présents dans le recueil factice de la BU appartiennent à cette série. Il s’agit de la Dialectica seu logica nova (1516) et de la Metaphysica nova (1516). En fin de volume, on trouve enfin une autre oeuvre de Raymond Lulle, publiée chez Josse Bade par le même cercle d’humaniste : les Duodecim principa philosophiae Raemundi Lulli (1518).

Plus d’information

Le 10 octobre aura lieu une conférence à l’UFR ALLSH (campus Schuman). Toutes les informations pratiques sont ici : http://allsh.univ-amu.fr/expo-conf%C3%A9rence-et-r%C3%A9cital-raimond-lulle

Bibliographie sommaire

Cet article s’appuie essentiellement sur ces deux références :

Dominique de Courcelles, La parole risquée de Raymond Lulle : entre judaïsme, christianisme et islam, Paris, J. Vrin, 1993 (Problèmes et controverses).

Armand Llinarès, « Le lullisme de Lefèvre d’Etaples et de ses amis humanistes », dans L’humanisme français au début de la Renaissance. Colloque international de Tours, Paris, J. Vrin, 1973 (De Pétrarque à Descartes), p. 127-136.

Par ailleurs, l’article Wikipedia consacré à Raymond Lulle bénéficie du label « bon article ». Voir également le site du Centre de documentation Ramon Llull (Université de Barcelone).

Sur Josse Bade, voir la notice rédigée par Louise Katz à l’occasion de l’exposition Josse Bade, imprimeur humaniste organisée à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne au printemps 2015.

 

  1. Arabe chrétien. []

Une réflexion au sujet de « Ramon Llull ou Raymond Lulle à la BU Lettres d’Aix »

  1. Mise à jour de l’article aujourd’hui 10 octobre 2016: ajout de deux images, de plusieurs liens et de quelques références bibliographiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *