Archives de catégorie : Découverte du patrimoine AMU

Deux incunables à la BU Lettres d’Aix

La BU Lettres d’Aix possède deux incunables1. Ce sont les plus anciens livres conservés dans les collections d’Aix-Marseille Université, le plus ancien document étant un fragment de manuscrit musical du XIVe siècle trouvé en restaurant une reliure ornant un livre du XVIe siècle à la BU Droit et science politique d’Aix.

Isidore de Séville. Etymologiae, add. De summo bono. [Venise, Peter Loeslein, 1483]. BU Lettres et sciences humaines d’Aix, Res 7635.

L’arbre de consanguinité. BU Lettres et sciences humaines, Res 7635.

Ce volume est entré dans les collections de la bibliothèque en 1921 avec le don de la bibliothèque du professeur Norbert Bonafous, doyen de la faculté des lettres d’Aix de 1867 à 1879. Il porte sur la page de garde une inscription à la plume qui propose la date de 1499 pour cette édition. C’est le seul élément d’identification présent dans l’ouvrage, mais cette indication est totalement erronée : en effet, l’Incunabula Short Title Catalogue, qui centralise l’ensemble des informations bibliographiques parues dans les principaux répertoires d’incunables, ne propose aucune édition des œuvres d’Isidore de Séville à cette date.

Inscription ancienne à la plume (erronnée) – BU Lettres et sciences humaines, Res 7635.

En l’absence de page de titre et de colophon, comme c’est fréquent pour des ouvrages de cette période, une comparaison extensive avec les exemplaires numérisés des œuvres d’Isidore de Séville présents dans d’autres bibliothèques a permis d’identifier lieu d’impression, imprimeur et date2. Nous avons donc affaire à une édition vénitienne, ce qui ne doit pas surprendre, dans la mesure où Venise est à la fin du XVe siècle un des plus importants centres de production du livre en Europe.

L’exemplaire de la BU Lettres est intéressant à plus d’un titre. Il a une présentation très archaïque, extrêmement proche de celle des livres manuscrits de la même période. Il n’y a pas de page de titre ; le titre de l’ouvrage est donné à la troisième page, dans une mention qui indique simplement (en latin) ici commence le premier livre des Étymologies de saint Isidore, évêque de Séville, à la suite de quoi le premier chapitre commence3. Les premières pages sont occupées par une lettre d’Isidore de Séville à un autre évêque, qui fait office de préface. L’ouvrage porte trace de quelques notes manuscrites anciennes, et on y trouve même des manicules, à savoir des dessins en forme de main utilisés dans les manuscrits médiévaux et parfois repris dans les imprimés des premières décennies. Par ailleurs, il était prévu que l’ouvrage soit enluminé, comme un manuscrit, mais il ne l’a jamais été. Des espaces blancs ont été prévus à l’emplacement des lettrines, et de petites lettres ont été imprimées pour indiquer ce qu’il fallait peindre4, mais ces décors n’ont jamais été réalisés.

Manicule en marge du texte imprimé. BU Lettres et sciences humaines, Res 7635.

Le texte contenu dans l’ouvrage n’est pas moins intéressant que son aspect extérieur. En effet, les Etymologies d’Isidore de Séville constituent pour le Moyen-Age un texte fondateur. Ayant vécu au VIIe siècle dans le royaume wisigoth d’Espagne, il est issu d’une noble famille et proche des rois wisigoths récemment convertis au catholicisme, et en particulier du roi Sisebut (612-621). Ses travaux d’érudition ont contribué à forger la culture médiévale à partir d’une synthèse fragmentaire de la culture classique héritée de l’Antiquité tardive, réinterprétée et christianisée. Considérés comme un des fondements du savoir encyclopédique pendant toute la période médiévale, les Etymologies ont circulé très largement jusqu’à la Renaissance. Il en existe de nombreux manuscrits, et on compte une bonne dizaine d’éditions différentes entre 1470 et 1530. Pour l’anecdote, Isidore de Séville a été désigné saint patron des internautes et des informaticiens par le Vatican en 2002, la structure des Etymologies ayant souvent été comparée à celle des bases de données.

Eusèbe de Césarée, De Praeparatione evangelica, trad. Georges de Trébizonde, Trévise, Michele Manzolo, 1480. BU Lettres et sciences humaines d’Aix, Res 7636.

Comme l’autre incunable, ce volume est entré dans les collections de la bibliothèque par le don Bonafous (1921). Il s’agit là encore d’un livre italien, imprimé en Vénétie, l’une des régions où l’industrie du livre imprimé s’est développée de façon précoce. L’imprimeur est d’ailleurs aussi un papetier, qui a monté son officine typographique dès 1475. Le De preparatione evangelica est un bon exemple de la production de cet imprimeur : il appartient à la période où les impressions de son atelier se multiplient après un début plus modeste, et se trouve à la croisée de ses deux thématiques de prédilection, ouvrages à caractère religieux et érudition classique. Eusèbe de Césarée est en effet un auteur majeur de l’Antiquité chrétienne : érudit ayant vécu au IIIe siècle de notre ère à Césarée en Palestine, qui était alors un centre intellectuel brillant, c’est un polygraphe, auteur de polémique pro-chrétienne et, surtout, d’une immense œuvre historique qui a eu une profonde influence sur le Moyen-Age et la Renaissance.

Première page avec le sommaire. BU Lettres et sciences humaines, Res 7636

L’Histoire ecclésiastique, qui est son œuvre la plus célèbre, est un traité d’érudition consacré aux trois premiers siècles du christianisme en même temps qu’une défense énergique de la jeune Église. A l’époque où Eusèbe écrit, l’institution ecclésiastique n’est en effet pas encore fermement établie. Il a connu les persécutions anti-chrétiennes menées par l’Empire romain, et en particulier la persécution de 303, achevée par l’édit de Milan (313) par lequel l’empereur Constantin accorde la liberté religieuse aux chrétiens. Le concile de Nicée (325) qui fixe le contenu du credo officiellement reconnu par l’Église5 s’est tenu de son vivant. Ses œuvres sont strictement contemporaines des événements qui ont façonné l’Église au moment où elle affirme le contenu de la foi chrétienne (contre les païens et contre diverses hérésies) et où elle s’institutionnalise en interlocuteur officiellement reconnu par le pouvoir politique. Elles ne sont donc pas neutres, d’autant plus qu’elles ont subi des retouches et remaniements que les experts peinent à dater précisément.

La Préparation évangélique s’inscrit dans ce contexte. Ce texte fait partie d’un ensemble de réfutations anti-païennes. C’est une œuvre de combat, visant à asseoir la supériorité du christianisme sur l’ancienne religion polythéiste héritée de la culture gréco-latine. Il s’agit avant tout d’une violente attaque contre l’hellénisme. Pour cela, Eusèbe cite longuement divers philosophes et auteurs importants de l’Antiquité, dont les œuvres sont parfois perdues aujourd’hui, ou dont les manuscrits conservés n’offrent à certaines occasion pas de meilleures leçons que celles qu’on trouve dans ce texte. Pour cette raison, La Préparation évangélique attire aujourd’hui fortement l’attention des spécialistes, qui l’utilisent pour mieux connaître les textes de l’Antiquité. Ce texte reprend notamment de très larges extraits de Platon, dont la philosophie a profondément influencé l’évêque de Césarée. Celui-ci écrivait en grec, mais le texte a ensuite été traduit en latin et a largement circulé dans l’Occident chrétien. Il a pour pendant la Démonstration évangélique, orientée contre les Juifs, qui n’est pas comprise dans l’édition imprimée par Michele Manzolo.

Au tournant du XVe et du XVIe siècle, Eusèbe de Césarée est toujours lu avec beaucoup d’attention. Ses travaux ont été considérés comme une source essentielle pour l’histoire chrétienne, et à l’heure où une philosophie néo-platonicienne se répand parmi les meilleurs humanistes aux aguets pour redécouvrir les textes de l’Antiquité classique, il n’est guère étonnant de voir apparaître diverses éditions imprimées de La Préparation évangélique, depuis la première sous les presses de Nicolas Janson à Venise (1470) jusqu’au milieu du XVIe siècle au moins.

Décor non réalisé en ouverture du premier chapitre du Livre I. BU Lettres et sciences humaines, Res 7636

L’édition de Michele Manzolo est imprimée avec un élégant caractère romain. Elle n’a pas de page de titre, ce qui est encore normal pour un imprimé italien des années 1480 ; l’information permettant d’identifier lieu d’impression, imprimeur et date se trouve à la fin6. Comme pour les Etymologies, on trouve des lettres d’attente dans l’exemplaire de la BU, mais les espaces prévus pour les lettrines peintes sont restés blancs et le décor n’a jamais été réalisé.

***

Les deux incunables de la BU Lettre sont donc intéressants à plus d’un titre. S’ils n’ont rien de rare, de nombreux autres exemplaires étant conservés dans d’autres bibliothèques, il sont tous deux les témoins, de manière différente, de la façon dont les savoirs et la culture hérités de l’Antiquité ont été réappropriés et transformés par des auteurs chrétiens au seuil du Moyen-Age, et transmis ainsi aux savants de la Renaissance qui y puisent en partie leur soif de connaître de nouveaux textes des auteurs anciens.

Pour aller plus loin…

Un exemplaire de cette édition des Etymologies a été numérisé par la Bayerische Staatsbibliothek à Munich.
Isidore de Séville et son temps, éd. Jean-Pierre Caillet, numéro spécial de la revue Antiquité tardive, 2015, n°23.
Courcelle, Pierre,  « Isidore de Séville, auteur antique et médiéval », dans Revue des Études Anciennes 1959, 61 (3-4), p. 419-423 [en ligne].
Marrou, Henri-Irénée, « Isidore de Séville et les origines de la culture médiévale », dans Revue historique, 1966, 235, p.39-46 [en ligne].
Ribémont, Bernard, Les origines des encyclopédies médiévales. D’Isidore de Séville aux Carolingiens, Paris, Champion, 2001.
« La réception d’Isidore de Séville durant le Moyen-Age tardif », éd. Jacques Elfassi et Bernard Ribémont, dossier dans Cahiers de recherches médiévales, 2008, 16, p. 1-205 [en ligne].

***
Veneziani, Paolo, « Manzolo, Michele », dans Dizionario Biografico degli Italiani, 2007, vol. 69 [en ligne].
***
Des Places, Édouard, « Les Lois de Platon et La Préparation Évangélique d’Eusèbe de Césarée », dans Aegyptus, 1952, 32 (1), p. 223–231 [en ligne].
Des Places, Édouard, « La tradition patristique de Platon (spécialement d’après les citations des Lois et de l’Epinomis dans la Préparation évangélique d’Eusèbe de Césarée) », dans Revue des Études Grecques, 1967, 80 (379-383), p. 385-394 [en ligne].
Des Places, Édouard, Eusèbe de Césarée commentateur. Platonisme et écriture sainte, Paris, Beauchêne, 1982.
Fredouille, Jean-Claude, « L’apologétique chrétienne antique, naissance d’un genre littéraire », dans Revue des études augustiniennes, 1992, 38, p. 219-234 [en ligne].
Hellénisme et christianisme, éd. Michel Narcy et Eric Rebillard, Presses universitaires du Septentrion, 2004.
Morlet, Sébastien, « Que savons-nous du Contre Porphyre d’Eusèbe ? », dans Revue des Études Grecques, 2012, 125 (2), p. 473-514 [en ligne].
  1. Livres imprimés avant la fin de l’année 1500. []
  2. Dominique Jacobi, ancienne directrice adjointe du SCD, aujourd’hui décédée, a réalisé ce travail très pointu. []
  3. On appelle ce genre de mention un incipit, ce qui signifie ici commence… []
  4. On appelle cela des lettres d’attente. []
  5. Il s’agit de la prière par laquelle les chrétiens affirment le contenu de leur foi. []
  6. On appelle cela un colophon. []

LA « COSMOGRAPHIA UNIVERSALIS » DE SEBASTIAN MÜNSTER

Sebastian Münster naît en 1489 à Nieder-Ingelheim, près de Mayence (Allemagne) et meurt de la peste à Bâle (Suisse) en 1552.

Page de garde et 1ère page de texte de notre exemplaire de l’édition de 1552. BU Lettres Aix, cote RES 7339.

Fils d’un maître d’hôpital, il reçoit une excellente éducation, initié aux arts libéraux du Trivium1 puis du Quadrivium2. Catholique par ses origines,

formé surtout par des membres du clergé et élevé dans un esprit de dévotion, il éprouve rapidement un attrait pour la théologie3.

Parallèlement, il s’intéresse aux mathématiques, à l’astronomie, aux langues et à la géographie. En 1512, après son ordination célébrée au monastère franciscain de Pforzheim, il devient moine de l’ordre des Cordeliers à Tübingen. Il est nommé « Lecteur » de théologie et de philosophie. Il travaille avec Johannes Stöffler (1452-1531), premier véritable professeur de géographie en Allemagne, rencontre qui lui permet d’approfondir ses connaissances du domaine par l’étude des textes anciens.

Il vit à Bâle en 1518, au moment où Martin Luther ébranle la chrétienté par ses idées contestataires, rejeter le pape et interpréter librement la Bible. Münster fort de sa formation en théologie, saisit la profondeur du débat et fait le choix de quitter l’habit franciscain en 1529 pour rejoindre officiellement l’Église suisse réformée. Il se marie la même année.

Entretemps, de 1524 à 1527, il est professeur à Heidelberg puis en 1528 à Bâle où il enseigne la théologie et l’hébreu à l’Université. Il publie de nombreux ouvrages d’histoire et de géographie qui « influenceront le développement de la cartographie »4.

Parmi eux, sa célèbre Cosmographia universalis est définie comme l’une des premières descriptions du monde. Il y travaille à partir de 1540.

L’année 1544 est particulièrement éprouvante, il lutte pour maintenir une certaine avance entre la rédaction des chapitres et leur impression. En mai les pages sur la Suisse sortent des presses, alors qu’il travaille toujours sur le manuscrit, qu’il y porte encore des corrections et des sous-titres aux cartes. Münster se désespère, ne s’alimente plus correctement et craint de ne pouvoir finir son œuvre avant sa mort. Toutefois, la Cosmographia universalis sort des presses de son beau-frère Henri Petri, en 1544 ; ce dernier était un imprimeur de cartes et plans à Bâle et, après sa mort, en 1579, ses affaires furent reprises par son fils, Sebastian, qui poursuivit notamment la publication de la Cosmographia.

Le mouvement apparent du soleil

A cette époque, la science cosmographique s’aborde de deux manières. La première

consiste  à représenter la Terre à partir des différents cercles du ciel, selon une méthode astronomique et géométrique qui permet de dessiner les zones climatiques, d’indiquer les directions, de situer mathématiquement les lieux du monde grâce au système des parallèles et des méridiens. On reconnaît là les grands principes de la géographie ptoléméenne… L’autre façon de procéder s’inscrit dans la tradition de la géographie descriptive et historique théorisée par Strabon5,

qui privilégie les caractéristiques topographiques et les réalités naturelles et culturelles.

Les deux écoles cosmographiques ont recours au terme grec « cosmos » et à l’adjectif « universel » pour bien marquer l’envergure de l’entreprise.  En 1575, dans une adaptation française de Münster, on pourra même lire ce titre : La cosmographie universelle de tout le monde. Cette surenchère lexicale est manifeste par rapport aux Géographies de Ptolomée et de Strabon. F. Tinguely la désigne comme étant

la marque d’un enthousiasme renouvelé, d’un désir parfaitement assumé de parvenir à une pleine maîtrise du monde.

Le cosmographe d’ascendance ptoméléenne, à partir de ses calculs mathématiques et géographiques, est en mesure de construire une représentation ordonnée du monde. En revanche, le cosmographe descriptif,

victime de son optimisme cognitif, déploie des moyens considérables (compilations des relations de voyage, réseaux d’informateurs, dispositifs iconiques et cartographiques, etc.) accumule une masse d’informations toujours incomplètes6,

qu’il conviendrait de mettre à jour régulièrement. Il n’y a donc pas d’achèvement et de clôture possibles. Cette impossibilité de conclure est alors valorisée sur le plan théologique par la « célébration de l’insondable diversité de la Création et, par contrecoup, de l’omnipotence du Créateur »7.

L’ambition de Münster, qui appartient à cette deuxième école, est de décrire le monde entier, dans tous ses aspects : géographique bien sûr mais on y trouve aussi des informations d’ordre généalogique, zoologique, botanique, le fil conducteur étant l’histoire des régions décrites. Les renseignements recueillis touchent l’Europe, l’Asie, l’Afrique et le nouveau continent America.

Carte des Gaules

Très bien documentée, la Cosmographie offre au lecteur du XVIe siècle une ouverture sur le monde.

La Cosmographie appartient au genre encyclopédique et, en cela, elle déborde les limites de la description du monde… Elle profite des grands changements de la Renaissance qui s’accompagnent d’un engouement de plus en plus marqué pour la connaissance en général8.

La Cosmographie de Münster a un succès considérable, c’est un des ouvrages les plus lus par les savants au XVIe siècle, elle sert de manuel. Au total, plus de 120 collaborateurs ont participé à cette œuvre.  Münster a su exploiter la concurrence régionale et la fierté civique pour amasser le matériel qui servira à agrandir les éditions successives9. Il collecte les plans et mémoires des villes auprès des élites locales, des princes et savants d’Europe, les publie tels quels dans son livre tout comme des extraits de sa correspondance et de notes fournies par des érudits locaux10.

Les illustrations sont réalisées pour certaines par les plus grands artistes rhénans de son temps comme Hans Rudolf Manuel Deutsch, G. Hofreuter, Hans Holbein le Jeune ou encore David Kandel.                 Holbein exécute, par exemple, les cartes d’Amsterdam (p. 133) et de Rome (p. 158-159) ainsi que plusieurs illustrations de saynètes, telle une dispute entre rois (p. 254).

Planche signée « H.H » représentant la ville d’Amsterdam.

On y retrouve de nombreuses planches des modes de vies de l’époque, de même que des vues des villes en double page et de nombreuses cartes.

Extrait du chapitre sur l’histoire de l’Autriche

De belles et très grandes gravures sur bois, pour la plupart d’une réelle valeur artistique, représentent diverses villes.

Vue de la ville de Sélestat en Alsace
Gravure en double-page montrant la ville de Francfort

Les cartes couvraient de « nouvelles îles derrière l’Espagne jusqu’à l’Orient vers le pays des Indes (l’Amérique et le continent asiatique) »11. Elles firent autorité jusqu’à la publication du Theatrum orbis Terrarum d’Ortelius en 1570, considéré en cartographie comme le premier atlas moderne, et du Civitates Orbis Terrarum de Braun et Hogenberg, en 1572, composé de 546 perspectives, vues à vol d’oiseau et cartes de villes du monde entier.

Carte de l’Europe, dessinée Nord-Sud

L’édition originale de 1544 en langue allemande avec ses 640 pages, 520 gravures et 24 cartes en double-page est devenue fort rare. Elle n’est pas présente au SCD mais la BU Lettres d’Aix détient une édition de 1552, la première en français, qui paraît l’année de la mort de l’auteur. Seuls 4 autres exemplaires sont aujourd’hui localisés dans le Catalogue collectif de France.

Le volume compte 1429 pages et s’organise en 6 chapitres :

Livre I – Astronomie, Mathématiques, Géographie physique, Cartographie

Livre II – Angleterre, Écosse, Irlande, Espagne, France, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Savoie, Trèves, Italie

Livre III – Allemagne, Alsace, Suisse, Autriche, Carniole, Istrie, Bohème, Moravie, Silésie, Poméranie, Prusse, Livonie

Livre IV – Danemark, Norvège, Suède, Finlande, Islande, Hongrie, Pologne, Lituanie, Russie, Valachie, Bosnie, Bulgarie, Grèce, Turquie

Livre V – Asie Mineure, Chypre, Arménie, Palestine, Arabie, Perse, Asie centrale, Afghanistan, Scythie, Tartarie, Inde, Ceylan (aujourd’hui le Sri Lanka), Burma, Chine, Inde de l’Est, Madagascar, Zanzibar, Amérique

Livre VI – Mauritanie, Tunisie, Libye, Égypte, Sénégal, Gambie, Mali, Afrique du Sud, Afrique de l’Est

Publiées à l’époque des grandes explorations qui remodèlent l’image du monde, les cosmographies sont fréquemment remises à jour. La Cosmographie connait donc elle aussi de nombreux remaniements, des ajouts et des adaptations. Près de cinquante éditions remaniées et augmentées de notices et d’illustrations paraissent jusqu’en 1650, en langues allemande, latine, française, tchèque et italienne.

La plus connue des réadaptations en français est celle de François de Belleforest, parue à Paris en 1575.  L’édition est augmentée de 627 pages sur la  géographie, les villes et les coutumes françaises, au point d’égaler la couverture de la partie allemande. Riche de 4000 pages, publiée en 2 volumes, la BU Lettres ne possède qu’un fragment de cette édition, un assemblage de quelques cahiers concernant la Provence, cote Res 758. La BMVR de Marseille en possède également un exemplaire, dont il manque le premier tome et la page de titre du deuxième.

« Le vray portraict de la ville de Marseille » avec en repère 12 le fort de Notre-Dame de la Garde
« Le vray portraict de la ville d’Aix-en-Provence » avec la tour de l’Horloge en repère G et l’hôtel de ville en repère H
La ville de Nice et son château

Notre conclusion est toute trouvée dans un ouvrage de Lucien Gallois qui relève la forme naïve mais profonde de la propre conclusion de Münster à son œuvre, parue en dernière page du  Livre VI :

Extrait de la page 192 de l’ouvrage « Les géographes allemands de la Renaissance » de Lucien Gallois (Leroux, 1890)

 

Bibliographie sommaire :

Bergevin, Jean, Déterminisme et géographie : Hérodote, Strabon, Albert le Grand et Sebastian Münster, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1992 (Travaux du Département de Géographie de l’Université Laval, 8)

Besse, Jean-Marc, Les grandeurs de la Terre : aspects du savoir géographique à la Renaissance, Lyon,  ENS éditions, 2003 (Sociétés, espaces, temps)

Broc, Numa, La géographie de la Renaissance (1420-1620), Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques-CTHS, 1986

Gallois, Lucien. Les géographes allemands de la Renaissance [En ligne]. Paris, E. Leroux, 1890. Disponible sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56564410?rk=21459;2

Lestringant, Frank, André Thevet : cosmographe des Valois, Genève, Droz, 1991

Pelletier, Monique, Cartographie de la France et du monde de la Renaissance au siècle des Lumières, Paris, BNF, 2001 (Conférences Léopold Delisle)

Pelletier, Monique, De Ptolémée à La Guillotière (XVe-XVIe siècle) : des cartes pour la France pourquoi, comment ? Paris, CTHS, 2009 (CTHS Géographie, 6)

McLean, Matthew, The Cosmographia of Sebastian Münster : describing the World in the Reformation. Aldershot, Ashgate, 2007

McLean, Matthew, The Cosmographia of Sebastian Münster, thesis for the degree of Ph.D., University of St. Andrews, 2005. En ligne (ProQuest Dissertations & Thesis): http://search.proquest.com/docview/1824284217?pq-origsite=summon

Passavant, Johann David (1787-1861), Le peintre-graveur. Tome 3. [En ligne] Leipzig, R. Weigel, 1860. Disponible sur Gallica :              http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54707076?rk=42918;4

Tinguely, Frédéric, Le vertige cosmographique à la Renaissance, Archives internationales d’histoire des sciences, vol. 59, n°163,  p. 441-450, décembre 2009

Article Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sebastian_M%C3%BCnster

Éditions françaises en ligne :

Münster, Sebastian, La cosmographie universelle : contenant la situation de toutes les parties du monde, avec leurs proprietez & appartenances … [En ligne] [Basel] : [Heinrich Petri], [1552]. Universitätsbibliothek Basel, UBH EU I 84, http://dx.doi.org/10.3931/e-rara-9029

Münster, Sebastian, Belleforest, François, La Cosmographie universelle de tout le monde, auteur en partie Munster, mais beaucoup plus augmentée, ornée et enrichie par Fraçois de Beileforesr. [En ligne] Paris : Chez Michel Sonnius, 1575. Disponible sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54510n/f2.image

  1. [Dans les universités du Moyen-Âge] Ensemble des trois premiers arts libéraux (grammaire, rhétorique et dialectique) qui composaient le premier cycle des études universitaires dans les facultés des Arts ou la Philosophie. Source : http://www.cnrtl.fr/definition/trivium []
  2. [Dans le système d’enseignement du Moyen-Âge] Division des arts libéraux comprenant les quatre disciplines à caractère mathématique suivantes : arithmétique, géométrie, astronomie et musique. Source : http://www.cnrtl.fr/definition/quadrivium []
  3. Jean Bergevin, Déterminisme et géographie : Hérodote, Strabon, Albert le Grand et Sebastian Münster, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1992, p. 177. []
  4. Lucien Gallois, Les géographes allemands de la Renaissance, Paris, E. Leroux, 1890. []
  5. Frédéric Tinguely, « Le vertige cosmographique à la Renaissance », dans Archives internationales d’histoire des sciences, vol. 59, n°163,  p. 441-450, décembre 2009, p. 441. []
  6. Frédéric Tinguely, « Le vertige cosmographique à la Renaissance », op. cit., p. 442. []
  7. Frédéric Tinguely, « Le vertige cosmographique à la Renaissance », op. cit., p. 445. []
  8. Jean Bergevin, Déterminisme et géographie, op. cit., p. 123. []
  9. Matthew McLean, The Cosmographia of Sebastian Münster : describing the World in the Reformation. Aldershot, Ashgate, 2007, p. 169. []
  10. Voir Frank Lestringant, André Thevet : cosmographe des Valois, Genève, Droz, 1991. []
  11. Voir l’article Wikipédia. []

Les collections scientifiques de l’université d’Aix-Marseille entre 2012 et 2015 : 4 années de structuration

AVANT-PROPOS

Ce billet présente le bilan des 4 années d’activités de la « cellule » Patrimoine sous ma responsabilité comme chargé de mission Patrimoine scientifique. Il retrace notamment la structuration du patrimoine au sein de l’université, les actions d’inventaires entreprises pour le rendre accessible pour la recherche et la diffusion des connaissances et la mise en place d’une gestion plus professionnelle.

 

INTRODUCTION

 Comme de nombreuses universités, l’Université d’Aix-Marseille a accumulé un patrimoine considérable dans le cadre de ses activités de recherche et d’enseignement. Un travail d’inventaire mené sur les collections d’AMU place notre Université comme la plus importante institution détentrice de collections en région PACA (Vila, 2013). En effet, Aix-Marseille Université possède à elle seule entre 800 000 et 1 000 0000 échantillons de sciences naturelles et plusieurs milliers d’instruments dont certains très rares remontent au 17e siècle (Vila et Caplan, 2012). Parmi ses collections, figurent des herbiers (environ 400 000 parts), des squelettes et des animaux naturalisés ou conservés en fluides (plusieurs milliers d’échantillons), des roches, des minéraux et des fossiles (350 000 échantillons). Ces collections renferment aussi des instruments courants des activités de la recherche passée et des instruments plus emblématiques qui ont contribués à de grandes découvertes scientifiques ou progrès : ce sont des pièces uniques de renommée internationale. Dans ce cas, on peut citer le cercle répétiteur de Borda-Lenoir en astronomie qui est à l’origine des mesures ayant permis de définir le mètre, unité de mesure aujourd’hui internationale.

Le cercle répétiteur Borda-Lenoir (vers 1792) : l’un des quatre cercles de Borda, fabriqués par Étienne Lenoir, qui ont joué un rôle fondamental dans la définition du système métrique. Utilisés par les astronomes Delambre et Méchain pour la mesure de la méridienne entre Dunkerque et Barcelone, ils ont permis la détermination de la distance en toises entre l’équateur et le pôle Nord, par définition dix millions de mètres. Ce cercle, conservé au sein des collections d’astronomie au sol de l’Université d’Aix-Marseille est le seul des quatre qui subsiste. Photo Marc Heller © Région Provence-Alpes-Côte d’Azur – Inventaire général.

D’autre part Aix-Marseille Université possède des collections très diversifiées par rapport aux muséums, dans des thématiques qui lui sont propres (astronomie, physique), absentes ailleurs dans la région. L’ensemble des collections se caractérise par une forte valeur ajoutée car contrairement à celles qui se trouvent dans les musées, elles sont conservées dans leur contexte scientifique (lieu de fabrication) et sont toujours utilisées. De plus y sont encore associés de nombreux savoirs (patrimoine immatériel). Ce constat place Aix-Marseille Université comme l’acteur régional principal en matière de conservation du patrimoine et des savoirs scientifiques.

C’est en ce sens que je me suis efforcé, entre 2012 et 2015, comme chargé de mission du Patrimoine, de : 1/ structurer un groupe de travail en constituant une « équipe patrimoine » interne à l’Université ; 2/ d’intégrer les collections universitaire dans les réseaux locaux, nationaux et internationaux ; 3/ d’inventorier et rendre accessible les collections d’AMU pour valoriser par la recherche ; 4/ de replacer le patrimoine comme un support de diffusion des connaissances et 5/ de proposer de conserver et gérer ce patrimoine de manière professionnelle.

Part relative en % du patrimoine scientifique de différentes institutions régionales : AMU détient plus de 40% des collections présentes en régions PACA.

 

  1. Structuration du Patrimoine au sein d’AMU

Avant la fusion des universités, un petit groupe de responsable de collections avait débuté un travail de gestion et de conservation sur le site Saint-Charles. Mais la conservation du patrimoine scientifique s’est faite essentiellement grâce à la pugnacité et au bénévolat de quelques enseignants-chercheurs. Après la fusion, j’ai structuré plus formellement cette activité.

Pour ce faire, un groupe de travail a été constitué par l’ensemble des référents scientifiques des collections identifiés et officiellement reconnus. Il s’agit de J. Caplan, astronome émérite pour la collection d’astronomie au sol ; de M. Marcellin, astronome pour la collection d’astronomie spatiale, Y. Meynadier, MCF au Laboratoire Parole et Langage pour la collection d’instruments relatifs à ces études ; N. Claire, MCF en Physique pour la collection d’instruments de Physique ; B. Martin-Garin MCF au Cerege pour la collection de Paléontologie, B. Dévouard Pr au Cerege pour la collection de pétrologie, d’O. Grauby MCF pour la collection de minéralogie et de B. Vila MCF pour les collections de botanique et de zoologie. Ce groupe intègre également trois adjoints techniques de collections l’un dédié à la collection de botanique (F. Blanc-Fleury), le second à la collection de zoologie (P. Blanc) et le troisième à la collection de paléontologie (A. Arnoux). Une gestionnaire de la cellule de culture scientifique (H. Dugourd) assure également la gestion administrative du patrimoine. Au cours de l’exercice 2012-2015, l’équipe était complétée par deux emploi en CDD : A. Onno qui a assuré des taches d’inventaires et d’animations au sein des collections et C. Battesti qui a inventorié des collections d’instruments. Ce groupe de travail comprenait également Y. Berti, S. Astier et P. Ponsot du Service Commun de Documentation et D. Ginouves des archives sonores à la MMSH.

Organigramme de la « cellule » Patrimoine d’AMU

Issus de différents laboratoires et de différentes composantes d’AMU, ce groupe de travail constitué a permis de fédérer des chercheurs, enseignants-chercheurs, astronomes et techniciens au sein d’une entité patrimoniale unique. Cette structuration transversale confère une meilleure visibilité du patrimoine universitaire en interne et vis à vis des différents acteurs régionaux et nationaux.

  1. Intégrer le patrimoine scientifique dans les réseaux

 La connaissance et reconnaissance du patrimoine scientifique d’AMU est un enjeu capital. Faire connaitre et reconnaitre le patrimoine d’AMU nécessite de le rendre visible en l’incluant dans des réseaux de recherche, d’enseignement et de diffusion des savoirs à différentes échelles. C’est en ce sens que le patrimoine a été intégré dans les réseaux suivants :

A l’échelle régionale

Nous nous sommes rapprochés des professionnels (les directions DRAC PACA, CICRP, Ville de Marseille, association des conservateurs…) et des institutions (Musées, Muséums, conservateurs) travaillant dans le domaine du patrimoine. Une collaboration s’est mise en place avec le MUCEM.

En collaboration avec Michèle Dufrenne, Conservateur en chef du Patrimoine au sein du Muséum National d’Histoire Naturelle, j’ai organisé la première journée d’étude : « Fédérer les compétences sur les collections d’histoire naturelle » le 15 avril 2014 à l’Université d’Aix-Marseille. L’objectif était de réunir les différents partenaires de la région en charge de la conservation des collections d’histoire naturelle et les experts potentiels des différents domaines concernés afin d’apporter une réponse rationnelle aux besoins de valorisations des collections. Cette journée qui a réuni 72 professionnels a débouché sur la mise en place d’un programme exploratoire du patrimoine scientifique naturaliste régional : Etude pilote Var-Paca 2015 co-portée par l’Université et le Museum d’Histoire Natrurelle de Toulon et du Var. Avec cette journée d’étude, nous avons non seulement replacé le patrimoine universitaire dans le paysage régional mais également constitué un important réseau de partenaires.

A l’échelle nationale

Nous avons établi des collaborations avec le Muséum National d’Histoire Naturelle (Réseau des herbiers de France, Programme E-Recolnat) et le Musée National des Arts et Métiers (convention Patstec) ainsi que des services du patrimoine de plusieurs universités française via le Programme Transtyfipal.

A l’échelle internationale

J’ai inscrit le patrimoine de l’université Aix-Marseille à l’échelle européenne en adhérant au Réseau Européen du Patrimoine Universitaire (UNIVERSEUM) dans lequel les universités françaises sont très peu représentées. UNIVERSEUM créé en 1999, traite du patrimoine universitaire matériel et immatériel.

 

  1. Inventorier et rendre accessible pour valoriser par la recherche les collections d’AMU

Porter à connaissance l’existence d’un matériel d’étude auprès des chercheurs et des étudiants s’avère indispensable pour sa valorisation et la visibilité d’AMU à l’échelle nationale et internationale. Inventorier nos collections et verser ces inventaires dans des bases nationales et internationales est donc incontournable. C’est la politique de valorisation entreprise ces dernières années par l’intégration de nos inventaires dans plusieurs bases de données :

  • des collections d’instruments,
  • des collections de sciences naturelles.

Deux chercheurs spécialistes de la flore de Madagascar, consultant l’herbier de palmiers de Jumelle et Perrier de la Bathie, deux botanistes ayant décrits de nombreuses espèces.

Ainsi, les collections de sciences naturelles d’Aix-Marseille Université sont référencées au sein de plusieurs bases nationales et internationales relatives à la biodiversité :

– Global Biodiversity Information Facility (http://www.gbif.fr/), Constitution et mise en ligne de la base de données MARS-CYTO, Met à la disposition des chercheurs, via le portail du Gbif, les nombres chromosomiques et les informations relatives aux témoins herbiers, support de ces cytotypes. Elle recense un peu plus de 1000 échantillons.

– Transtyfipal (http://transtyfipal.u-bourgogne.fr/), Inventaire Trans’Tyfipal®, C’est l’inventaire national des types et figurés de paléontologie conservés dans les universités et les musées français. AMU comptant un grand nombre de types compose le comité de pilotage national et structure le réseau en région PACA. Ainsi AMU a enregistré 699 types et figurés.

– E-RecolNat (http://recolnat.org/), Participation au programme national de numérisation, E-RecolNat est une plateforme numérique pour la valorisation de 350 ans de collections d’histoire naturelle. L’informatisation des collections dans des bases de données est indispensable pour la recherche en taxinomie et pour comprendre et modéliser l’évolution de la biodiversité dans l’espace et dans le temps.

Les collections d’instruments d’Aix-Marseille université sont référencées au sein de deux bases nationales :

– Palissy (http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/), La base du patrimoine Mobilier-Palissy recense le patrimoine mobilier français dans toute sa diversité : meubles et objets religieux, domestiques, scientifiques et industriels. Elle contient environ 280 000 notices et dont près de 25 000 sont illustrées.

– PATSTEC (http://www.patstec.fr/), L’inventaire dans la base PATSTEC (Patrimoine scientifique et technique contemporain) du Conservatoire National des Arts et Métiers a débuté par les instruments de physique-chimie collectés par et conservés au musée C. Fabry. Il se poursuit avec ceux d’astronomie et du Laboratoire Parole et Langage.

  1. Le patrimoine comme support de diffusion des connaissances

 Informer, faire découvrir ou donner envie aux jeunes de s’investir dans une carrière scientifique nécessite d’ouvrir l’Université vers l’extérieur. Ainsi, les collections constituent un matériel de choix comme support pédagogique de la connaissance aussi bien pour l’enseignement que pour la diffusion de la culture scientifique.

Session de travaux pratiques sur les adaptations aux déplacements utilisant les collections de zoologie.

Des actions récurrentes ont été mises en place :

– les « Journées Européennes du Patrimoine » permettent de faire découvrir par petits groupes les collections scientifiques présentes sur le campus Saint-Charles : les visites sont animées par les chercheurs responsables des collections (Herbier, Musée colonial, Paléontologie, Musée C. Fabry et bibliothèque…) et par un guide de la Maison de l’architecture et de la Ville PACA.

– les ateliers autour des collections, permettent aux élèves accompagnés de découvrir les collections et la recherche qui se fait à l’université à l’aide de visites commentées par des doctorants et des enseignants-chercheurs. Ils découvrent ainsi les instruments et les spécimens remarquables de l’université, de manière interactive, en lien avec leurs programmes scolaires.

De nouvelles actions ont été développées :

Afin d’ouvrir l’université sur la citée et plus largement au monde, différentes actions nouvelles ont été initiées par la cellule patrimoine depuis 2012. Elles viennent compléter les actions déjà en place (ateliers pour les scolaires, manifestations nationales) en touchant un public différents. Elles se font de manière concrète sous la forme de manifestations intra-universitaires mais également trouvent un relai numérique via le web. Ces nouvelles actions sont :

– les « Mercredis du Patrimoine AMU » qui permettent de présenter à tous les trésors cachés d’AMU. A l’aide d’une collection, d’un échantillon ou d’un instrument, les mercredis d’AMU permettent de dévoiler au grand public et aux étudiants les grandes découvertes et les progrès réalisés à partir des recherches menées au sein d’AMU.

Une séance des Mercredis du Patrimoine d’AMU organisée autour d’une collection de papillons de jours et présentée par Magali Deschamps-Cottin enseignant-chercheur au LPED.

– le Carnet de recherche sur le patrimoine scientifique d’AMU Le présent carnet qui se propose de faire connaître et valoriser le patrimoine scientifique d’AMU.

  1. Conserver et gérer les collections de manière professionnelle

Protéger et valoriser durablement un patrimoine unique issu des activités scientifiques de pointe menées à Marseille au cours du 20e siècle permettent de mettre en lumière la recherche et les enseignements d’AMU. C’est pourquoi l’Université à présenté à l’Inscription plusieurs collections et mobiliers. Ainsi la commission départementale des objets mobiliers du 29 janvier 2015 a inscrit aux monuments historiques les Paillasses de l’Institut de Chimie Saint-Charles et le Musée Colonial de Marseille.

 Enfin, il s’avérait aussi nécessaire d’inscrire le projet patrimonial universitaire dans une démarche professionnelle. C’est pourquoi avec F. Blanc, nous avons suivi plusieurs formations et j’ai demandé à passer devant une commission d’évaluation. Je me suis donc présenté devant la commission nationale d’évaluation scientifique du corps des conservateurs du patrimoine afin d’obtenir un avis sur mon aptitude dans ce domaine et de conforter ma démarche professionnelle pour être légitime dans les fonctions de gestion et de conservation que j’exerçais au sein de l’Université. Le 11 juin 2013, j’ai validé mon expérience et mes compétences dans la gestion du patrimoine en recevant un avis favorable de la commission des conservateurs d’état dans la spécialité PSTN (Conservateur du Patrimoine Scientifique Technique et Naturel).

 

CONCLUSION

Au cours de ces quatre années, les principales collections ont été identifiées, les référents de ces collections rassemblés pour constituer un groupe de travail et les lieux les plus appropriés pour la conservation des collections ont été définis. Un certain nombre d’actions pour leur valorisation patrimoniale, scientifique et pédagogique ont aussi été engagé. Le bilan montre les grandes potentialités d’AMU qui possède à la fois des collections exceptionnelles et des scientifiques pour les valoriser. Cependant cela nécessite de passer aujourd’hui du rassemblement à une véritable organisation fonctionnelle. Ceci impose l’élaboration d’un projet cohérent prenant en compte la spécificité de ces collections toujours utilisées par la recherche et l’enseignement. Ce projet doit également promouvoir le regroupement des collections plutôt que de nouvelles divisions tout en proposant des conditions de conservation plus adaptées et une gestion plus professionnelle.

Bibliographie

  • Vila B., 2013 Collections of the University of Aix-Marseille: several centuries of teaching and research, but will the future bring? In Shaping European university heritage Past and possible futures, L. Maison, S. Talas and R. Wittje Ed. XIII UNIVERSEUM network meeting, Trondheim, Norway. Transactions of The Royal Norvegian Society of Sciences and Letters, 3: 59-76.
  • Vila B. and Caplan J., 2012. The collections of the University of Provence: centuries of teaching and research. In: Arranging and rearranging: planning university heritage for the future. S. Talas & MC Lourenço Eds. Padova University Press. pp 113-122.

« Les Jeudis de la BU » saison 2017

Les Jeudis de la BU

Les bibliothèques du département sciences et technologies du  service commun de documentation d’Aix-Marseille université propose chaque deuxième jeudi du mois, durant toute l’année universitaire, de découvrir le patrimoine de l’université, la culture scientifique, d’assister à une conférence ou à la présentation d’un livre publié par un enseignant chercheur.

Programme du  jeudi 12 janvier 2017

Bibliothèque universitaire de Saint-Charles à 12h15
DES INSTRUMENTS ARDENTS À LA FORMATION DES IMAGES POUR COMPRENDRE LA VISION ET LES COULEURS DE L’ARC-EN-CIEL
L’auteur du manuel “Bases d’optique géométrique”, paru en septembre 2016 aux Presses Universitaires de Provence, racontera pourquoi il a choisi de se baser sur l’histoire, la pratique, ainsi que sur les quatre étapes évoquées dans le titre de la présentation (Instruments ardents, Images, Vision, Arc-en-ciel) pour introduire les notions d’optique géométrique communément enseignées, afin d’en donner une vision plus profonde, vivante et compréhensible.

Olivier Morizot, Maître de conférences en Physique au Laboratoire PIIM

 

Bibliothèque universitaire de Saint-Jérôme à 12h15
AUTOUR DU GALET
Georges Bronner présentera l’exposition “Autour du galet”, affichée dans les BU sciences à partir du 11 janvier 2017. Cette exposition a été créée à son initiative et à celle de l’association Autour du galet Galaure

Georges Bronner, Maître de conférences en Sciences de la Terre (géologie structurale) – en retraite

 

Bibliothèque universitaire de Luminy à 12h15
La BU sort de sa Réserve, flânerie autour des livres rares de la bibliothèque universitaire
Parmi les trésors de la Réserve patrimoniale de la BU Saint-Charles, venez découvrir quelques très belles pièces d’un grand intérêt scientifique et esthétiquement superbes.

Pierre Ponsot,  Bibliothécaire-Responsable de la BU Saint-Charles

Ouvrages présentés:

Pierre-Joseph GARIDEL Histoires des plantes qui naissent aux environs d’Aix et dans plusieurs autres endroits de la Provence.Aix : Chez Joseph David, 1715

Jean LINDEN Lindenia.Gand : F. Meyer-Van Loo, 1885-1890

Pierre-Louis et Hippolyte-Marie CROUAN Algues marines du Finistère […].Brest : Crouan Frères, 1852

Florule du Finistère. Paris : Klincksieck, 1867

Joseph-Bernard de CHABERT-COGOLIN Voyage fait par ordre du roi en 1750 et 1751, dans l’Amérique septentrionale, pour rectifier les cartes des côtes de l’Acadie […].Paris : de l’Imprimerie royale, 1753

Jean-Baptiste DELAMBRE et Pierre MECHAIN Base du système métrique décimal, ou mesure de l’arc du méridien compris entre les parallèles de Dunkerque et Barcelone, exécutée en 1792 et années suivantes. Paris : Baudoin, Bachelier, 1806-1843

Le corpus numérique «Juri-Provence-Outre-mer-Num» sur les sources du droit en Provence et dans les colonies

Le projet de numérisation porté par la bibliothèque universitaire de droit du SCD d’Aix-Marseille université s’est progressivement constitué depuis 2003, d’abord dans le cadre d’un projet régional puis dans le cadre des deux appels à initiatives retenus par la Bibliothèque nationale de France (BnF) et la Bibliothèque inter-universitaire Cujas.

NB: Attention, les liens donnés vers le texte intégral ne seront plus valables après l’ouverture de la bibliothèque numérique, prévue au printemps 2017.

D’ici-là, pour naviguer dans les fichiers, il faut utiliser internet explorer et le catalogue thématique en ligne (rédigé sous la responsabilité scientifique du Pr. Jean-Louis Mestre), qui est la porte d’entrée actuelle vers les 280 titres numérisés (500 000 pages en ligne à ce jour). Certains documents sont dotés de résumés rédigés par des doctorants en histoire du droit.

I) 2003-2010 – Un projet régional : les sources du droit en Provence sous l’Ancien Régime

En 2003, l’idée d’un projet de numérisation est apparue à la faveur de la rétroconversion livre en main des ouvrages anciens de la Bu droit d’Aix dans le Sudoc (10 000 volumes environ antérieurs à 1900).

Les premiers contacts ont été alors pris avec la BIU Cujas, bibliothèque CADIST et pôle associé de la BnF en sciences juridiques, en vue d’un programme partagé de numérisation, parallèlement à la consultation des historiens du droit de l’université d’Aix-Marseille (http://cerhiip.univ-amu.fr/) pour définir les priorités à numériser.

De 2005 à 2009, les premiers ouvrages sont numérisés avec la bibliothèque Méjanes et un acteur régional, le Centre de conservation du Livre d’Arles (CCL), dans le cadre de la bibliothèque provençale numérique et de la base Internum, devenue depuis la base e-corpus (http://www.e-corpus.org/). Ce corpus initial concerne les arrêtistes (ou compilateurs d’arrêts) du Parlement de Provence et les statuts et coutumes de Provence.

En 2009, l’Université d’Aix-Marseille commémore les 600 ans de sa fondation : la Faculté de droit d’Aix en est l’élément le plus ancien et le plus actif, son essor étant lié à l’activité très importante du Parlement de Provence (1501-1790) puis de la Cour d’appel d’Aix (depuis 1800), qui est la 2e de France par le volume du contentieux traité.

L’élaboration d’une exposition et la participation à la rédaction d’un ouvrage mémorial (Six siècles de droit à Aix 1409-2009) image1

donne l’occasion aux bibliothécaires de recherches approfondies dans l’histoire de notre institution et les sources locales, très utiles pour l’élaboration du corpus.

Parallèlement, des stagiaires de masters professionnels des bibliothèques indexent près de 2 500 factums (ou mémoires judiciaires), préalable nécessaire à leur signalement dans le sudoc puis à leur numérisation : ce travail, ainsi qu’un inventaire des autres fonds de factums dans les Bouches-du-Rhône, ont été présentés en 2012 au colloque de Clermont sur les Factums, qui a réuni chercheurs et bibliothécaires : Découverte et valorisation d’une source juridique méconnue : le factum ou mémoire judiciaire, n° 3 de La Revue (Centre Michel de l’Hospital).

En 2010, un premier projet d’envergure est réalisé avec la région PACA et l’Union européenne (prêt d’une station de numérisation par le CCL) dans le cadre de la base e-corpus. 110 000 pages issues de la Réserve de la Bu droit d’Aix sont numérisées en trois mois et concernent :

Ordonnances de François 1er pour la Provence (1535)

  • une trentaine de manuscrits des XVIIe – XVIIIe siècles : dictionnaires, ouvrages de droit romain appliqué à la Provence, cours, dont celui de Jean-Joseph Julien (1704-1789), professeur de Portalis (ce dernier reprendra la plan des Institutes de Julien dans la rédaction du Code civil de 1804).

image2

  • un ensemble d’imprimés provençaux d’Ancien Régime, dont des recueils factices d’actes royaux (édits, arrêts, déclarations…) enregistrés au Parlement de Provence
  • 38 recueils de factums manuscrits et imprimés du XVIIIe siècle

II) 2011-2012 – Le premier projet réalisé avec la BnF : extension du périmètre à l’époque contemporaine

En 2011, le projet de l’université Paul Cézanne est retenu en réponse au 1er appel à initiatives de numérisation en sciences juridiques BnF-Cujas. Le projet se monte à 190 000 pages (grâce à 10 000 € de subventions pour recruter des vacataires étudiants).

A) Il s’agit de compléter le projet pour l’Ancien Régime et la Révolution :
  • Œuvres de juristes aixois ayant une portée nationale comme :

les Basiliques de Fabrot, première traduction latine de cette compilation byzantine (7 volumes in folios publiés à Paris chez Cramoisy en 1647)

im0d3c1

– le Dictionnaire de droit canonique de Durand de Maillane (Lyon, Duplain, 1776).

– le Courrier de Provence de Mirabeau : il contient par exemple nombre de réflexions sur l’élaboration de la constitution de 1791 et les autres lois révolutionnaires (cf. la thèse de François Quastana, La pensée politique de Mirabeau, 1771-1789: « républicanisme classique » et régénération de la monarchie française, PUAM, 2007).

B) Le projet s’élargit aussi aux XIXe et XXe siècles :

III) 2013-2014 – Le second projet réalisé avec la BnF : extension du périmètre à la doctrine récente et à l’Outre-mer

En 2013, le projet de l’université d’Aix-Marseille est retenu en réponse au 2e appel à initiatives de numérisation en sciences juridiques BnF-Cujas. Le projet se monte à 160 000 pages (grâce à 14 000 € de subventions pour recruter des vacataires étudiants).

A) Il s’agit encore de compléter les sources du droit en Provence  :
  • jurisprudence du Parlement et de la Cour d’appel :  notamment 7 recueils de factums imprimés du XVIIIe siècle et de nombreuses pièces isolées du XIXe siècle (dont la célèbre affaire du Canal de Craponne, qui a conduit la Cour de Cassation a écarter la théorie de l’imprévision en 1876)
  • diverses sources du droit local : actes de la ville de Marseille; premiers statuts de Provence, imprimés à Lyon en 1504, signalés dans le Gouron-Terrin, Bibliographie des coutumes de France, 1975.

image5

  • suite du corpus doctrinal :

– antérieur à 1789 (Du Vair, Fabrot, La Rouvière…)

– ou postérieur d’importance nationale, comme  Portalis (De l’usage et de l’abus de l’esprit philosophique durant le XVIIIe siècle de Jean-Etienne-Marie Portalis, rééd. Dalloz 2007 ; Du devoir de l’historien de Joseph-Marie Portalis) ou Siméon (Choix de discours et d’opinions,  ou Opuscules : cf. thèse de Pierre Taudou, Joseph-Jérôme Siméon juriste et homme politique, Faculté de droit d’Aix, 2006)

B) Le corpus s’élargit à la doctrine contemporaine

Le projet a l’originalité de proposer la numérisation des grandes revues de la Faculté au XXe siècle (près de 50 000 pages, avec des centaines d’ayants droit à rechercher), dont l’intérêt dépasse largement le cadre aixois :

image2

image1

Est aussi numérisée une revue importante pour les professionnels du droit des transports, dirigée par une famille d’avocats maritimistes marseillais : la revue Scapel ou Revue de droit commercial, maritime, aérien et des transports (1923-2010).

image3

C) Le corpus s’étend enfin à l’Outre-mer

L’élargissement du projet à l’Outre-mer était très naturel, vu la vocation méditerranéenne et ultra-marine de la région d’Aix-Marseille.

La proximité du port de Marseille a bien sûr favorisé l’émergence de chaires de droit maritime, commercial puis colonial, au cours des XIXe et XXe siècles, parallèlement à la multiplication du contentieux traité en appel à Aix. Le ressort de la Cour d’Aix s’est d’ailleurs étendu aux « échelles du Levant et de Barbarie » jusqu’en 1939 (cf. par ex Henri Verdun, L’Œuvre de la Cour criminelle des Échelles du Levant et de Barbarie : extrait des Annales de la Faculté de droit d’Aix-en-Provence, n°34, 1942).

De nombreux centres de recherches liés aux colonies et à l’Outre-mer se sont également créés, depuis la médecine tropicale jusqu’au récent Institut de droit de l’Outre-mer, transféré de Montpellier à Aix en 2007.

Voir aussi la création de périodiques, comme les Cahiers aixois d’histoire des droits de l’Outre-Mer français, revue fondée en 2002.

image4

Le corpus colonial se monte à plus de 60 000 pages et concerne notamment les titres suivants :

Sources législatives et règlementaires :

Moniteur officiel des établissements français dans l’Inde, 1850-1880.

Législation de l’ile de la Réunion 1861-1863.

Actes administratifs du Haut-commissariat Syrie-Liban, 1919-1941.

Procès verbaux du Grand Conseil de Tunisie, 1922-1945…

Sources jurisprudentielles :

Jurisprudence algérienne, 1830-1876.

Journal judiciaire de l’Indo-Chine française, 1895-1911

Recueil de jurisprudence coloniale en matière administrative, civile et criminelle,  1861-1867

Conclusion

L’ensemble de ces documents sur les sources du droit en Provence et dans les colonies depuis le XVIe siècle seront consultables dans la bibliothèque numérique encyclopédique AMUNUM qui devrait ouvrir au printemps 2017 : celle-ci permettra notamment le moissonnage des documents par Gallica.

D’autres projets sont en cours concernant les thèses et cours dactylographiés de la faculté de droit d’Aix (nécessitant une recherche des ayants droit), et le fonds Portalis acquis lors de la vente aux enchères du 24 novembre 2012.

Remerciements aux partenaires

Nous remercions bien entendu tous nos partenaires, notamment la BnF et la BIU Cujas, ainsi que les institutions ayant prêté des documents :

Archives Nationales d’Outre-mer

Archives Départementales des Bouches-du-Rhône 

Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale de Marseille            

Bibliothèque Municipale d’Aix-en-Provence

Bibliothèque de la Chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence

Ramon Llull ou Raymond Lulle à la BU Lettres d’Aix

A la fois philosophe et poète ayant ayant largement contribué à la construction littéraire de la langue catalane, théologien, prédicateur se donnant lui-même le titre d’arabus christianus1 , proclamant dans ses œuvres sa folie et revendiquant le titre de docteur illuminé, mystique considéré comme bienheureux voire comme saint en Catalogne en même temps que la postérité lui a attribué d’importants traités alchimiques qu’il n’a jamais écrit, Raymond Lulle est un des personnages les plus fascinants du XIIIe siècle.

Raymond Lulle (gauche) et Thomas le Myésier (droite) : Illustration de Electorium parvum seu breviculum (vers 1321). Dans Raimundus Lullus, Thomas le Myésier: Electorium parvum seu breviculum (nach 1321) Badische Landesbibliothek, Cod. St. Peter perg 92, Blatt 11v. Licence domaine public, source Wikimedia Commons.
Raymond Lulle (gauche) et Thomas le Myésier (droite) : Illustration de Electorium parvum seu breviculum (vers 1321). Dans Raimundus Lullus, Thomas le Myésier: Electorium parvum seu breviculum (nach 1321) Badische Landesbibliothek, Cod. St. Peter perg 92, Blatt 11v. Licence domaine public, source Wikimedia Commons.

Né à Palma de Majorque vers 1232-1235 dans un milieu aristocratique proche du roi Jacques II de Majorque, il est issu d’une famille noble catalane implantée à Barcelone. Son père, qui a accompagné Jacques le Conquérant lors de son offensive sur l’île de Majorque, définitivement conquise sur les musulmans en 1232, reçoit des terres en récompense. Le jeune Raymond Lulle grandit dans un environnement contrasté, près de la cour catalane de Majorque. Il y fait ses premières armes littéraires dans le registre courtois, appliquant à la langue vernaculaire catalane, qui n’a pas encore le statut de langue littéraire, les formes poétiques empruntées à la littérature occitane des jongleurs. Suite à une conversion, vers l’âge de trente ans, il quitte sa femme et ses enfants, entreprend d’apprendre le latin et de suivre une formation philosophique et théologique, au cours de laquelle il apprend également l’arabe.

Au cours de ses nombreux voyages, Raymond Lulle a discuté et controversé avec juifs et musulmans, il a enseigné et prêché. Proche des franciscains, il n’est cependant jamais entré formellement dans leur ordre. Son œuvre immense est tour à tour philosophique et mystique, elle emprunte les voies du récit ou celles du savoir encyclopédique, elle puise dans l’aristotélisme et réfute Averroès. Il se situe à un carrefour de la pensée, en marge des grands courants de son époque – il est contemporain de Thomas d’Aquin. Il est mort vers 1316, probablement au retour d’un voyage à Tunis, qu’il avait entrepris dans le but de prêcher la foi chrétienne auprès des musulmans.

La vérité ineffable. Installation de l'exposition à la BU Lettres et sciences humaines d'Aix (octobre 2016)
La vérité ineffable. Installation de l’exposition à la BU Lettres et sciences humaines d’Aix (octobre 2016)

C’est à l’occasion du 700e anniversaire de sa mort qu’un programme international a été mis en place pour découvrir l’œuvre de ce savant exceptionnel. La BU de Lettres d’Aix propose, du 7 au 14 octobre 2016, une exposition consacrée à cet auteur selon un design innovant, organisée en partenariat avec l’Institut Ramon Llull de Barcelone et Maria-Estralla Massip-Graupera, enseignante de catalan au département d’études hispaniques et latino-américaines (UFR ALLSH). Cette exposition, intitulée La Vérité ineffable. Le Livre de l’ami et de l’aimé de Raymond Lulle, sera complétée par une sélection de livres de la bibliothèque, de la BD à la critique philosophique approfondie, et par la présentation d’un volume de la réserve de la bibliothèque renfermant quelques-unes des premières éditions imprimées de l’œuvre du philosophe catalan.

Recueil factice, SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines, Res 23729. Reliure ancienne, dont le monogramme n'est pour le moment pas identifié.
Recueil factice, SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines, Res 23729. Reliure ancienne, dont le monogramme n’est pour le moment pas identifié.

Ce volume est un recueil factice assemblant diverses éditions humanistes sorties des presses de Josse Bade, un des plus importants imprimeurs parisiens des premières années du XVIe siècle. Érudit humaniste lui-même, originaire de l’actuelle Belgique, Josse Bade a voyagé dans plusieurs villes d’Europe, a enseigné à Valence et à Lyon, avant de s’intéresser de près à la nouvelle technique de l’imprimerie et finalement à installer ses propres presses à Paris. Il est en correspondance avec Érasme, dont il est l’un des éditeurs attitrés. Il fait paraître sept éditions de Raymond Lulle entre 1510 et 1521, signe d’un intérêt fort.

Charles de Bouelles, In hoc opere contenta Commentarius in primordiale Evangelium divi Joannis : Vita Remundi eremitae ; Philosophicae et historicae aliquot epistolae, Paris, Josse Bade, 1514. SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines d'Aix, Res 23729/2
Charles de Bouelles, In hoc opere contenta Commentarius in primordiale Evangelium divi Joannis : Vita Remundi eremitae ; Philosophicae et historicae aliquot epistolae, Paris, Josse Bade, 1514. SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines d’Aix, Res 23729/2

Il publie également les œuvres de Jacques Lefèvre d’Etaples, un des plus influents humanistes français. Ce dernier s’intéresse de très près au mysticisme de Raymond Lulle, dont il fait publier plusieurs textes importants. L’un des plus importants disciples de Lefèvre d’Etaples, Charles de Bouelles, est très influencé par le lullisme. Voyageant en Espagne, et notamment à Majorque, il traduit plusieurs manuscrits en latin ou en espagnol, et rédige une vie de Raymond Lulle, qui, jointe à un commentaire de l’Evangile selon saint Jean, paraît à deux reprises sous les presses de Josse Bade, en 1511 et en 1514. C’est la deuxième édition qui est présente dans le recueil factice conservé dans la réserve de la BU.

Dialectica seu logica nova Venerabilis Eremitae Raemmundi Lulli, éd. Bernard de Lavinheta, Paris, Josse Bade, 1516. SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines d'Aix, Res 27729/3
Dialectica seu logica nova Venerabilis Eremitae Raemmundi Lulli, éd. Bernard de Lavinheta, Paris, Josse Bade, 1516. SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines d’Aix, Res 27729/3

Un autre important disciple de Lefèvre d’Etaples, Bernard de Lavinheta, franciscain qui a enseigné à Salamanque puis à Paris, est beaucoup plus mal connu. Pour la réception du lullisme en France et à Paris à la Renaissance, sa contribution est pourtant essentielle, dans la mesure où il a été le maître d’oeuvre du retour de l’enseignement du lullisme à la Sorbonne, qui début du XVe siècle le condamnait, sous l’influence de Jean Gerson, chancelier de l’université de Paris. Pour asseoir son entreprise, Bernard de Lavinheta entreprend la publication d’une série d’œuvres de Raymond Lulle, surtout logiques, toutes sous les presses de Josse Bade, entre 1514 et 1517. Deux des textes de Raymond Lulle présents dans le recueil factice de la BU appartiennent à cette série. Il s’agit de la Dialectica seu logica nova (1516) et de la Metaphysica nova (1516). En fin de volume, on trouve enfin une autre oeuvre de Raymond Lulle, publiée chez Josse Bade par le même cercle d’humaniste : les Duodecim principa philosophiae Raemundi Lulli (1518).

Plus d’information

Le 10 octobre aura lieu une conférence à l’UFR ALLSH (campus Schuman). Toutes les informations pratiques sont ici : http://allsh.univ-amu.fr/expo-conf%C3%A9rence-et-r%C3%A9cital-raimond-lulle

Bibliographie sommaire

Cet article s’appuie essentiellement sur ces deux références :

Dominique de Courcelles, La parole risquée de Raymond Lulle : entre judaïsme, christianisme et islam, Paris, J. Vrin, 1993 (Problèmes et controverses).

Armand Llinarès, « Le lullisme de Lefèvre d’Etaples et de ses amis humanistes », dans L’humanisme français au début de la Renaissance. Colloque international de Tours, Paris, J. Vrin, 1973 (De Pétrarque à Descartes), p. 127-136.

Par ailleurs, l’article Wikipedia consacré à Raymond Lulle bénéficie du label « bon article ». Voir également le site du Centre de documentation Ramon Llull (Université de Barcelone).

Sur Josse Bade, voir la notice rédigée par Louise Katz à l’occasion de l’exposition Josse Bade, imprimeur humaniste organisée à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne au printemps 2015.

 

  1. Arabe chrétien. []

Les Collections de Zoologie depuis Albert Vayssière

Marie-France et Alain Gallissian, retraités et autrefois Maîtres de Conférences en Biologie Animale à l’Université de Provence, œuvrent depuis bientôt trois ans dans les collections de Zoologie d’AMU afin d’identifier ou de re-déterminer des échantillons (pour en savoir plus cliquez ici).

Témoins de l’histoire récente des collections de zoologie, ils la retracent en quelques dates clés.

En 1919, dès l’installation des Sciences naturelles dans les nouveaux locaux de la Faculté des Sciences à St Charles, les responsables successifs du laboratoire de Zoologie ont entrepris la constitution d’une collection.

Les apports les plus importants sont dus à plusieurs Professeurs titulaires de la chaire de Zoologie.

Albert Vayssière (1921-1924), également Directeur de la Station Marine d’Endoume, travailla sur les résultats des expéditions du Prince Albert Ier de Monaco et du Dr Charcot. Il fut également l’auteur d’une importante contribution à la connaissance de la faune du golfe de Marseille. Quelques échantillons figurant dans la collection ont encore, aujourd’hui, une étiquette écrite de sa main.

Albert Vayssière, http://america.pink/albert-jean-baptiste-marie-vayssiere_303397.html

Maximilien Kollmann (1925-1948), lui aussi Directeur de la Station Marine d’Endoume, contribuât également à l’enrichissement de la collection.

En 1949, le Professeur Marcel Abeloos, nouveau titulaire de la chaire de Zoologie, recruta comme assistante Mlle Rosine Chandebois, plus tard Professeur de Morphogénétique. Il la chargea de revoir l’ensemble des collections et en particulier de vérifier et de compléter les déterminations. Le certificat de Zoologie de l’époque comportait en effet, toutes les semaines, une séance de reconnaissances et de déterminations des échantillons.

Au cours des années suivantes, la réorganisation des enseignements a entrainé des déménagements successifs de la collection pour aboutir à sa localisation actuelle, dans le 5ème bâtiment. Effectués souvent trop rapidement et sans soins adéquats, ces transferts ont endommagé beaucoup d’échantillons et réduit leur nombre.

La création par AMU d’une Equipe Patrimoine Scientifique pour la conservation et la gestion des collections permet aujourd’hui le maintien, la valorisation et la diffusion de la connaissance liés à ce patrimoine.

L’intérêt pour une Université de conserver des collections est multiple.

Elles permettent aux enseignants d’illustrer leurs cours et d’apprendre aux étudiants à se familiariser avec l’emploi des faunes et des clés de déterminations à partir d’échantillons « manipulables ». Il est important, en effet, que les étudiants qui terminent leur cursus Sciences de la Vie et Environnement ne soient pas « étrangers » au Monde Vivant qui les entoure.

Elles constituent une « base de références » très utile aux Chercheurs. Cette base complétée maintenant par les données fournies par la Génétique et la Biochimie précise le statut exact des espèces.

Le traitement mathématique (analyses multivariées) des données ainsi collectées dans l’étude écologique de différents milieux permet de dégager une information opérationnelle qui complète la connaissance globale de notre environnement.

Le fonds Norton Cru à la BU de Lettres d’Aix-en-Provence

L’histoire des documents ayant appartenu à Jean Norton Cru, sacralisés par la famille Cru1 et dont certains sont conservés à la Bibliothèque universitaire d’Aix, est assez étonnante : en effet, ces sources ont été dispersées, en trois temps et trois lieux distincts, sans raison connue.

Un des ouvrages annotés de la main de J. Norton Cru, ayant servi pour Témoins: André Pézard, Nous autres à Vauquois, Paris, Renaissance du livre, s.d. Res 106601.
Un des ouvrages annotés de la main de J. Norton Cru, ayant servi pour Témoins: André Pézard, Nous autres à Vauquois, Paris, Renaissance du livre, 1918. Res 106601.

Hélène Vogel, jeune sœur de N. Cru, a réuni et donné la correspondance de guerre de Norton Cru, conservée précieusement, à un centre de recherche dirigé par Pierre Guiral, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Provence et ami de la famille.  Ces lettres ont été oubliées, exhumées et publiées en 20072. On trouvera dans cet ouvrage une biographie familiale utile pour apprécier le parcours atypique des sœurs et frères Cru. La correspondance de guerre se trouve désormais conservée aux Archives de Marseille.

Carte d'état-major annotée de la main de Jean Norton Cru (feuille Romilly-sur-Seine).
Carte d’état-major annotée de la main de Jean Norton Cru (feuille Romilly-sur-Seine).

Indépendamment du don précédent, la veuve de Norton Cru, Rose Cru, et Hélène Vogel ont offert à la bibliothèque universitaire de la Faculté d’Aix3, les ouvrages de travail et cartes d’état-major de N. Cru qui portent les traces de sa lecture attentive, scrupuleuse.  Beaucoup de ces ouvrages, marqués de la main de Norton Cru, donnent à voir ses gestes d’utilisateur qui place des repères pour accompagner de futures recherches. On y découvre le professeur N. Cru, correcteur, dont l’exigence peut sanctionner toute erreur ou remarquer les qualités, au stylo noir ou rouge. N. Cru couche ses impressions immédiates sur les premières pages de ses livres, puis accomplit diverses relectures qui nourrissent une réflexion plus générale sur l’écriture de la guerre. Ces annotations offrent un regard précieux sur la préparation de Témoins4.

André Pézard, Nous autres à Vauquois, Paris, Renaissance du livre, 1918. Page de titre et garde avec des notes manuscrites de Jean Norton Cru. Res 106601.
André Pézard, Nous autres à Vauquois, Paris, Renaissance du livre, 1918. Page de titre et page de garde avec des notes manuscrites de Jean Norton Cru. Res 106601.

Au delà des ouvrages de travail, la Bibliothèque conserve sous la cote MS 75 des manuscrits et tapuscrits de la famille Cru, en particulier, le journal de guerre d’Albert Cru et le texte anglais d’une conférence de Norton Cru réalisée en 1922 à Willams College. De nombreuses coupures de presse, réunies par la famille, relatent la réception de Témoins.

Le Crapouillot, numéro d’août 1930 où a paru un article de J. Norton Cru sur Témoins.

Enfin, après le décès de son mari, Hélène Vogel a déposé aux Archives Municipales de Marseille (AMM) de nombreux documents relatifs aux travaux scientifiques de son mari5, incluant un corpus important de courrier familial et professionnel expédié à N. Cru. Ces lettres évoquent le travail de Témoins et les nombreuses réflexions échangées avec les auteurs.

Marie-Françoise Attard-Maraninchi est chercheur au sein de l’UMR TELEMME (Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale-Méditerranée) à Aix-Marseille Université. Spécialiste d’histoire contemporaine, elle a consacré ses travaux à la présence des Corses à Marseille, à l’excursionisme marseillais à la fin du XIXe et au XXe siècle et à la Première guerre mondiale. Dans ce cadre, elle a publié de nombreuses études autour de la figure de Jean Norton Cru et de la place du témoignage dans la construction historiographique de la Grande Guerre comme objet historique.

  1. Les sœurs de Norton Cru ont conservé ses lettres de guerre, dont certaines sont annotées par la plus jeune sœur, Hélène Vogel. Celle-ci en mesure l’importance, et les confie au professeur Pierre Guiral. Mme Guiral a rapporté qu’Hélène Vogel les considérait « comme un trésor » (Entretien Mme Guiral, 15 fév. 2006). []
  2. Jean Norton Cru, Lettres du front et d’Amérique 1914-1919, éditées par M.-F. Attard-Maraninchi et R. Caty, préface de J.-Mar Guillon, Aix, Publication de l’Université de Provence, coll. « Le temps de l’histoire », 2007, 398 p. []
  3. H. Vogel a rédigé un article biographique publié par les Annales de la Faculté des Lettres et Sciences humaines d’Aix-en-Provence, « Jean Norton Cru. Sa vie par rapport à Témoins », t. XXXV, p. 37 – 68, 1961. La plus grande partie de cet article a été publiée en annexe d’une réédition de J. Norton Cru, Du Témoignage, Paris, éd. J. –J. Pauvert, coll. « Libertés », 48, 1967. []
  4. Voir l’édition de Témoins de 2006. []
  5. Théodore Vogel, diplômé de l’Ecole supérieure d’électricité de Paris, docteur en sciences physiques, chargé de recherche au CNRS, était un acousticien de renommée internationale. []

Le legs Villeneuve : les fiches de la Maison d’accouchement de Marseille

Une partie importante des collections patrimoniales des bibliothèques de l’université est issue de dons. Ainsi, au sein du département santé d’AMU, des documents anciens et de valeurs proviennent notamment du legs opéré par le professeur Étienne Villeneuve en 1882. Ce legs d’une documentation professionnelle à la bibliothèque de l’École de médecine et de pharmacie de Marseille1, n’est pas un cas isolé. Les fonds patrimoniaux des bibliothèques de santé d’AMU proviennent en bonne partie de libéralités d’enseignants du XIXe et du XXe siècle. Parmi celles-ci, le legs du professeur Villeneuve se distingue par la valeur des ouvrages d’obstétrique transmis tout autant que par la renommée du légateur. C’est un des trésors du legs Villeneuve que nous nous proposons de découvrir ici : les fiches de la Maison d’accouchement.

Image ci-dessus: fonds Villeneuve, boîte de fiches d’accouchement – année 1832. Marseille, Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone.

Étienne Villeneuve (1800-1882), pionnier de l’obstétrique à Marseille au XIXe siècle

Né le 29 avril 1800 à Marseille, Étienne Villeneuve est le fils d’un médecin, ancien chirurgien2 sous l’Ancien Régime installé à Lambesc. Il entre en 1816 comme élève en chirurgie à l’Hôtel-Dieu de Marseille. Faisant partie des premiers élèves de l’École secondaire de médecine de Marseille, ancêtre de la Faculté ouverte en 1818, il y est externe dès l’année suivante puis se distingue par la réussite de plusieurs concours de recrutement d’interne des hôpitaux de Marseille (en chirurgie en 1821, comme chirurgien-chef à l’hôpital de la Charité3 de 1823 à 1826 puis comme premier chirurgien-chef interne de l’Hôtel-Dieu en 1828). Il passe sa thèse à Montpellier en 1830, sur un sujet4 qui consacre son domaine de prédilection : l’obstétrique. Recruté cette même année comme chirurgien en chef de la Maison d’accouchement de Marseille, située en haut de la Canebière, il occupe ce poste sans interruption jusqu’en 1874 et son départ à la retraite. Cette maternité est alors un établissement de bienfaisance, destiné aux femmes les plus pauvres de la Ville, notamment les « filles-mères » et les prostituées – au XIXe siècle, on accouche au domicile familial. Il y gagna toutefois une excellente réputation d’accoucheur, et, par là une clientèle privée. Il y rencontra également son épouse, Hélène Jolly, maîtresse sage-femme à la maternité. Dès 1828, le ministère de l’instruction publique l’autorise à donner au sein de l’Hôtel-Dieu un cours d’accouchement qu’il assure gratuitement, premier acte d’une vocation d’enseignant qu’il n’abandonnera qu’en 1882 peu de temps avant sa mort. De 1831 à 1874, il donne également le cours annuel d’accouchement aux sages-femmes en formation à la maternité. Praticien, enseignant et chercheur, il est l’auteur de nombreuses études – sur la mécanique et l’anesthésie obstétricales, la césarienne ou encore l’usage des forceps – membre ou correspondant de plusieurs sociétés savantes à Marseille comme ailleurs en France et à l’étranger, et membre-fondateur de la revue Marseille Médical à partir de 1864. Il sera aussi conseiller municipal de Marseille. Il meurt après une courte maladie, le 29 mars 1882.

Fonds Villeneuve - Premières fiches d'accouchement de l'année 1832 Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
Fonds Villeneuve – Premières fiches d’accouchement de l’année 1832
Marseille, Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
Un don remarquable : les fiches d’accouchement de la maternité de Marseille

Ce fonds est un ensemble de 5 891 fiches relatant avec précision le séjour et l’accouchement d’autant de femmes accueillies par la Maison d’accouchement entre 1832 et 1874. Dans un bon état de conservation, elles ont été rassemblées en 38 boites d’archives couvrant les années 1832 à 1874 à raison d’une ou deux années par boîte. Ces fiches, écrite de la main de la sage-femme ayant assisté la patiente, sont établies sur un formulaire en feuillet double en un exemplaire, parfois doublé. Elles indiquent l’année et la date de rédaction, le nom de la rédactrice et sont divisées en deux colonnes : une à gauche d’observations cliniques chiffrées concernant la mère comme l’enfant, l’autre à droite présentant la patiente, les informations recueillies lors de son admission, le déroulement de son séjour et de son accouchement ainsi que son état de santé et celui de son enfant à la sortie de l’établissement. La première fiche date d’un an après l’arrivée du docteur Villeneuve à la tête du service chirurgical de la maternité et la dernière de l’année de son départ en retraite. Connaissant l’usage que le professeur Villeneuve faisait des statistiques dans sa réflexion médicale, présent dès la rédaction de sa thèse, il est donc probable qu’elles furent rédigées à sa demande, sur un modèle établi peut-être à son initiative. Ce fonds, qui retrace l’activité d’une maternité du XIXe siècle sur plus de quarante ans, se révèle une source irremplaçable pour qui s’intéresse à l’histoire de la santé des femmes et des nouveau-nés, en particulier à Marseille, grande ville portuaire.

Fonds Villeneuve - Première fiche d'accouchement de l'année 1832: pages intérieures Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
Fonds Villeneuve – Première fiche d’accouchement de l’année 1832: pages intérieures
Marseille, Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
La rencontre du patrimoine de la BU et des études en sciences maïeutiques

Ce fonds n’est pas inconnu des enseignants-chercheurs et des consultations ont déjà eu lieu par le passé. Toutefois, c’est après une longue interruption que l’année universitaire 2014-2015 a de nouveau vu des études entreprises à l’aide de ces documents. Le secteur « fonds patrimonial » des bibliothèques de santé d’AMU a en effet accueilli lors de l’année universitaire 2014-2015 deux étudiantes sages-femmes de l’École de maïeutique de Marseille souhaitant travailler sur les fiches d’accouchements. Grazia Sabatino, ayant choisi de se consacrer à une histoire de la césarienne5, se proposait dans un premier temps de comparer les pratiques de ce mode chirurgical d’accouchement depuis le XIXe siècle. Malheureusement, le nombre de dossiers concernant une césarienne s’avéra trop limité pour être significatif – jusqu’à la fin du XIXe siècle, la césarienne restait une pratique plus qu’exceptionnelle, réservée soit à l’extraction de l’enfant après le décès de la mère, soit à des cas désespérés en raison d‘un taux de mortalité insupportable (jusqu’à 90 %). Son étude dû donc se porter sur d’autres aspects de l’évolution de ce mode d’opération sur les vingt dernières années. La recherche d’Océane Donati sur l’hémorragie de la délivrance6 qui frappe parfois les femmes venant d’accoucher fut plus heureuse. Cet accident dangereux de l’accouchement survient aux femmes en couche depuis aussi longtemps qu’on s’en souvienne, et les fiches d’accouchement le relatant ne manquaient pas. Se limitant aux années 1868 à 1870, l’auteur pu constituer une cohorte de 682 grossesses permettant de mener une étude statistique – même limitée aux femmes de condition modeste qui fréquentaient cette maternité. Elle put toutefois faire apparaître trois facteurs de décès par de telles hémorragies : un âge supérieur à 30 ans, l’utilisation de forceps lors de l’accouchement et une durée d’accouchement supérieure à 10 heures.

  1. Avant la création de la faculté de médecine et de pharmacie de Marseille, en 1930, l’École de médecine et de pharmacie de Marseille créée en 1818 enseignait la médecine sans pouvoir délivrer de diplôme ; ses étudiants devaient, leurs études achevées, aller soutenir leur thèse auprès d’une faculté de médecine proprement dite – le plus souvent Montpellier ou Paris. []
  2. Sous l’Ancien Régime, le métier de chirurgien, praticien « manuel », était distinct de celui de médecin, praticien « intellectuel ». []
  3. Actuelle Vieille Charité, ensemble muséal et de recherche scientifique situé dans le quartier marseillais du Panier. []
  4. « Des vices de conformation du bassin considérés comme obstacles à l’accouchement ». []
  5. Grazia Sabatino, L’histoire de la césarienne : les raisons d’un succès, mémoire pour l’obtention du diplôme d’État de sage-femme de l’École universitaire de maïeutique Marseille Méditerranée, 2015. []
  6. Océane Donati, L’hémorragie du post-partum au 19ème siècle et de nos jours à Marseille, mémoire pour l’obtention du diplôme d’État de sage-femme de l’École universitaire de maïeutique Marseille Méditerranée, 2015. []

Focus sur une collection peu commune : un grainetier

Depuis le printemps 2015, Anaïs Onno (Ingénieure d’étude, Ecologue employée à la cellule du Patrimoine scientifique d’AMU) inventorie un grainetier reçu en legs de la Société d’Horticulture et d’Arboriculture des Bouches-du-Rhône en décembre 2014.

Il s’agit d’une collection de graines, rangées par famille dans un meuble à tiroirs. Chaque échantillon, constitué d’un lot de graines contenu dans un tube en verre, est renseigné avec une étiquette comportant la famille, le genre et l’espèce, plus rarement la provenance.

Ce grainetier fait l’objet d’une restauration et d’un inventaire. Ainsi tous les échantillons ont été nettoyés et congelés pour désinsectisation. A ce jour, presque 1 700 échantillons ont été inventoriés dans une base de données en retranscrivant toutes les informations présentes sur les étiquettes.

Un reclassement des échantillons complètera la restauration. L’inventaire sera bientôt accessible sur le site du patrimoine scientifique d’AMU. Cette collection sera complétée par d’autres collectes présentes dans les collections de botanique de l’université.

Ce grainetier constituera alors une collection de référence pour l’identification des graines lors des différentes activités d’enseignements et de recherche.

© A. Onno
Tubes de graines : Brassicacées © A. Onno
© A. Onno
Tubes de graines : haricots © A. Onno
© A. Onno
Tubes de graines : Graminées © A. Onno
Abrus precatorius © A. Onno
Abrus precatorius © A. Onno
Trachycarpus excelsa © A. Onno
Trachycarpus excelsa © A. Onno
Strelitzia reginae © A. Onno
Strelitzia reginae © A. Onno

Alguier des frères Crouan

Article rédigé en collaboration avec Johann Berti.

Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 1, Fucoïdées. 1852 (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/1) © cicrp - photo Odile Guillon
Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 1, Fucoïdées. 1852
(Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/1)
© CICRP – photo Odile Guillon

Crouan, Pierre-Louis (1798-1871), Crouan, Hippolyte-Marie (1802-1871)
Algues marines du Finistère, 1852, 3 vol., in-8°.

On aime à se reposer l’esprit sur ces
charmantes plantes, à les examiner
sous tous les rapports, car on ne les
connaîtrait qu’imparfaitement si
l’on se bornait à l’étude de leurs
formes extérieures…
Crouan, Frères

Pierre-Louis et Hippolyte-Marie Crouan sont deux frères pharmaciens nés à Brest. Passionnés de botanique, ils herborisent et publient dans plusieurs revues scientifiques à partir de 1833. Chemin faisant, ils correspondent avec les meilleurs spécialistes européens des algues.

Ils déposent au Musée ou Cabinet d’Histoire Naturelle du jardin botanique de Brest, en 1835, un tableau composé de 150 algues, qualifié par ses auteurs d’ébauche. Ce travail préfigure et porte en soi la genèse de futurs projets. Ce tableau algologique sera détruit en 1944, lié aux importants bombardements que la ville de Brest a subis durant cette période.

L’ alguier

Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 2, Floridées. 1852 (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/2) © CICRP - photo Odile Guillon
Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 2, Floridées. 1852
(Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/2)
© CICRP – photo Odile Guillon

En 1852 les frères Crouan publient à compte d’auteur, en 50 exemplaires seulement, un document exceptionnel en 3 volumes : Algues marines du Finistère. Il s’agit d’un herbier d’algues (alguier) qui rassemble 404 échantillons d’algues du Finistère. Ces 404 échantillons sont classés par familles, rassemblées donc en 3 volumes (1 : Fucoïdées ; 2 : Floridées ; 3 : Zoospermées) et sous-familles.

Chaque page de l’ouvrage porte une espèce d’algue séchée et collée (exsiccata) accompagnée d’une étiquette imprimée qui précise le nom de l’espèce, cite les auteurs principaux qui ont décrit ou figuré ces plantes, le lieu et l’époque précis de la récolte.

Ils citent dans la préface le botaniste suisse Augustin Pyrame de Candolle, auteur notamment du Traité élémentaire de la botanique.
Ils optent pour un format d’ouvrage in octavo car les trois-quarts au moins des algues, ne nécessitent pas une autre taille. Pour les grandes espèces ils choisiront des rameaux. Le format in-8° présente aussi l’avantage d’être portatif et pratique pour la consultation. Ils ont identifié et nommé plus d’une vingtaine d’espèces d’algues jusqu’ici inconnues. Certaines espèces portent leur nom, les Crouania. Il a fallu 15 années aux frères Crouan pour mener à bien ce travail colossal et la collecte de 20 000 échantillons.

Les algues sont classées selon le Species Algorum de Carl Adolf Agardh, botaniste suédois, professeur à l’université de Lund. Il est considéré comme l’un des pères de l’algologie. Son fils Jacob Georg Agardh deviendra aussi un algologue notoire.

Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 3, Zoospermées. 1852 (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/3) © CICRP - photo Odile Guillon
Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 3, Zoospermées. 1852
(Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/3)
© CICRP – photo Odile Guillon

Exceptionnel, ce document préparé par les auteurs eux-mêmes, en plus de son intérêt scientifique, l’est à plus d’un titre : d’une part, seuls 50 exemplaires sont conservés de par le monde, dont quelques uns en France, et certains en mauvais état. L’exemplaire de la BU Saint-Charles, qui plus est en bon état, est donc déjà en soi une rareté.

D’autre part, l’état de conservation de cet herbier d’algues, ainsi que la « poésie » qui se dégage de chaque page, procurent à l’observateur un bonheur sans pareil. Visuellement, nous sommes parfois à la frontière de l’art, c’est en tous cas un émerveillement à chaque page.

Comme ils l’indiquent dans leur préface (p.4, vol.1), les frères Crouan ont repris, pour dessécher les plantes marines, la méthode d’un pharmacien et algologue de Quimper, Théophile Bonnemaison, méthode dont ce dernier a livré les secrets dans un article intitulé « Essai sur les hydrophytes loculées »…

La Florule

En 1867, les Frères Crouan font paraître une étude complète (genera) de la flore (algues marines, fluviatiles et terrestres) du département, Florule du Finistère, qui, selon les spécialistes, est longtemps restée un modèle de flore locale, et qui couronne leur carrière de botanistes.

En frontispice, sur une planche en couleur, est représentée la répartition des algues sur un rocher lors d’une grande marée. En fin de volume, dessinées de la main d’Hippolyte Crouan, se trouvent 32 planches lithographiées en couleur du genera.

A noter qu’ils citent, à la fin de leur préface (P.X), la maxime « Labore et constantia » de Dodoens, qui apparaît à la fin de son Stirpium historia. Maxime placée juste après la phrase suivante : « cette Florule nous a demandé un si grand nombre d’années pour en trouver, récolter et étudier les matériaux, que nous remercions Dieu de nous avoir donné une santé et une longévité qui nous aient permis de la terminer. »

Préface page 10: Dodoens, R. Stirpium historiae pemptades sex sive libri XXX.  1616. In f°  (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 15)  © CICRP - photo Odile Guillon
Préface page 10: Dodoens, R. Stirpium historiae pemptades sex sive libri XXX.
1616. In f° (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 15)
© CICRP – photo Odile Guillon

L’ensemble de leurs travaux : herbiers, manuscrits, dessins et autres collections sont conservés à la Station de Biologie Marine de Concarneau du Muséum National d’Histoire Naturelle et du Collège de France.

NB: ce billet a été rédigé à partir d’une présentation de J. Berti, conservateur et P. Ponsot, bibliothécaire, dans le cadre des « Mercredis du patrimoine d’AMU » le 06 mai 2015 à la Bibliothèque universitaire de Saint-Charles, Service commun de documentation d’Aix-Marseille Université.

Références bibliographiques

AGARDH, C.-A. Species algarum rite cognitae, cum synonymis, differentiis specificiis et descriptionibus succinctis. T.1 : Volumen premium. Gryphiswaldiae: Mauritius , 1821-1823. 2 vol. en 1 : pp.1-168, pp., 169-531 ; in-8°

AGARDH, C.-A. Species algarum rite cognitae, cum synonymis, differentiis specificis et descriptionibus succinctis. T. 2 : Voluminis secundi sectio prior . – Gryphiswaldiae : Sumtibus Ernesti Mauritii , 1828 . – 1 vol. (LXXVI-189 p.) ; in-8°

AGARDH, J. G. Algae maris Mediterranei et Adriatici : observationes in diagnosin specierum et dispositionem generum. Parisiis : apud Fortin, Masson et Cie , 1842. 1 vol. : X-164 p. ; in-8°

BONNEMAISON, Th. Essai sur les hydrophytes loculées (ou articulées) de la famille des épidermées et des céraminées. Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, 1828, tome 16, p. 49-148

CANDOLLE, A. P. de. Théorie élémentaire de la botanique, ou exposition des principes de la classification naturelle et de l’art de décrire et d’étudier les végétaux. Paris, Déterville, 1813. VIII-500-[28] p. ; in-8°
CROUAN, P.-L., CROUAN H.-M. Algues marines du Finistère / recueillies et publiées par Crouan frères. 1, Fucoidées. Brest : Crouan frères, 1852, 112 pl.

CROUAN, P.-L., CROUAN, H.-M. Algues marines du Finistère / recueillies et publiées par Crouan frères . 2, Floridées. Brest : Crouan frères, 1852, pl. 113 à 322

CROUAN, P.-L., CROUAN H.-M. Algues marines du Finistère / recueillies et publiées par Crouan frères . 3, Zoospermées. Brest : Crouan frères / 1852, pl. 323 à 404
CROUAN, P.-L., CROUAN H.-M. Florule du Finistère : Contenant les descriptions de 360 espèces nouvelles de sporagames, de nombreuses observations et une synonymie des plantes cellulaires et vasculaires qui croissent spontanément dans ce département; accompagnées de trente-deux planches où est représentée l’organographie, faite sur l’état vif, des fruits et des tissus de 198 genres d’algues avec la plante grandeur naturelle ou réduite plus une planche supplémentaire où sont figurés 24 champignons nouveaux. Paris : F. Klincksieck, 1867. x, 262 p. : double front., 32 pl. ; in-8°

DAYRAT, B. Les botanistes et la flore de France : trois siècles de découvertes. Paris : Publications scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle , 2003

DIZERBO, A.-H. Les algologues finistériens du passé : Christophe-Paul, Sire de Robien, Guy du Dresnay, Théophile Bonnemaison, Bachelot de La Pilaye, les frères Crouan, Eugène de Créac’hquérault. Bulletin de la société archéologique du Finistère, 1994, Tome CXXIII, p. 439-444

DIZERBO, A.-H. Apothicaires et pharmaciens de Basse-Bretagne. Rennes : Imp. Riou-Reuzé, 1951, 160 p. Thèse : Thèse doctorat : Pharmacie : Strasbourg : 1951

DIZERBO, A.-H. Les frères Crouan, botanistes et pharmaciens brestois. Cahiers de l’Iroise (Les), 1955, n° 5, p. 36-38

DODOENS, R. Stirpium historiae pemptades sex sive libri XXX. Antverpiae : ex officina Plantiniana apud Balthasarem et Ioannem Moretos , 1616 . – [XIV-] 872 [-IXVI] p. : fig. ; In-f°

GUEGUEN, F. Etude sur la vie et l’ oeuvre des frères Crouan, botanistes brestois. Bulletin de la Société mycologique de France, 1909, Tome XXV, 1er fascicule, p. 69-78

HESSE, M. Lettre de M. Hesse à M. le Président de la Société botanique de France. Bulletin de la Société Botanique de France. 1872, 19 :2 , 76-79

HESSE, M. Notice sur les frères Crouan. Revue des sociétés savantes publiée sous les hospices du Ministère de l’Instruction publique: Sciences mathématiques, physiques et naturelles, 1872, Tome VI, 2ième série, p. 22-25

Sitographie

L’alguier des Frères Crouan a été numérisé par l’université de Bourgogne qui en possède un exemplaire [en ligne] :
http://serres.u-bourgogne.fr/rubrique.php3?id_rubrique=216 [consulté le 20 avril 2015]

Dans une vidéo mise en ligne, un enseignant chercheur, Humbert, C. de l’université de Bourgogne présente cet alguier, avec de très belles images à l’appui [en ligne] :
https://www.dailymotion.com/video/xfn372_l-alguier-des-freres-crouan_school
[consulté le 20 avril 2015]

Legal, Yves. Le trésor de deux algologues du XIXe [en ligne] :
http://www.espace-sciences.org/archives/science/16722.html [consulté le 20 avril 2015]

Enfin, il faut noter que dans son exposition « La Mer, terreur et fascination » (2005), la BnF a présenté des planches de cet alguier. L’exposition virtuelle en met 3 à l’honneur [en ligne] :
http://expositions.bnf.fr/lamer/feuille/index.htm [consulté le 20 avril 2015]

Réemploi d’un fragment de manuscrit musical dans la reliure d’une édition juridique de 1546

Lors de la restauration d’une édition de 1546 d’un commentaire du Code Justinien  de Balde (voir notice et commentaire ci-dessous ), les « défaits » de la reliure ont révélé le réemploi d’un manuscrit de chant liturgique datable du XIVe– siècle environ, ce qui en fait le plus ancien document conservé par la BU de droit d’Aix.

Défait3
Défait de reliure provenant de Baldus in tres primos libros codicis – BU Droit Schuman, Res 806.

Ce fragment est tiré d’un Graduel noté en neumes grégoriens, à la page du Jeudi Saint, comme l’indiquent :

  • la rubrique feria quinta in Cena Domini,
  • le titre filigrané en bleu (avec  initiale rouge) Nos autem gloriari… et Christus factus est…, incipits des chants de  l’introït et du graduel de la messe.

Les divers types de réemplois de manuscrits sont courants, vu le coût du parchemin.  L’exemple le plus fameux reste celui des palimpsestes, manuscrits périmés qui étaient grattés pour y copier un autre texte, nombreux à l’époque de l’Antiquité tardive ou du Haut Moyen âge.

La redécouverte de certains fragments cachés sous une autre écriture ou dans une reliure peuvent être d’une importance exceptionnelle pour la recherche historique, comme il arrive assez fréquemment dans les recueils factices conservés au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, notamment dans les cotes lat. 11 000).

 Notice brève et commentaire de l’édition Renaissance reliée avec ces fragments de manuscrit musical :

Baldus in tres primos libros Codicis…praelectiones… cum additionibus et repetitionibus ejusdem per Franc. Musaptum repertis. Ad haec … additiones, Alexan. Imol. Barbatiae,  ac Celsii Hug. Cum omnibus quae hactenus edita sunt… his nunc recnes accdeunt … Philippi Decii additions…

Lyon, 1546. (il manque la mention de l’imprimeur, mais à la cote 804, pour le commentaire du 1er livre du Digeste, édité selon la même facture à Lyon en 1547, sans doute par la Compagnie des Libraires :  on trouve dans le colophon : ex officina Gasparis Trechsel).

Page de titre de l'ouvrage imprimé - BU Droit Schuman, Res 806.
Page de titre de l’ouvrage imprimé – BU Droit Schuman, Res 806.

Cette édition du commentaire de Balde des 3 premiers livres du Code de Justinien est absente du catalogue collectif de France; elle sera prochainement signalée par la BU droit sur le Sudoc.

BU droit Aix, Cote RES 806 (papier au format in folio, reliure de parchemin).

Auteur principal : Baldus de Ubaldis (Pérouse, 1327- Pavie, 1400)

Auteurs secondaires :

  • Johannes Franciscus Musaptus (1433-1530), professeur de droit à Padoue.
    Alexandre Tartagni (1424-1477), dit Alexandre d’Imola. Surnommé l’ « oracle de la jurisprudence », il enseigna le droit à Pavie, puis à Bologne.
  • André Barbatius ou Barbatius (mort vers 1481) professeur de droit à Ferrare puis à Bologne.
  • Celse-Hugues Descousu (v. 1480-1540) professeur de droit à Montpellier, puis à Bruges, Barcelone, Madrid, Tolède. Il avait été engagé par l’imprimeur lyonnais Simon Vincent pour effectuer la révision des livres de jurisprudence.
  • Philippe Decius (1454-1535) Professeur de droit dans les universités de Pise, Sienne, Padoue, Valence, il fut également conseiller au parlement de Grenoble.

Frontispice:  gravé dans le style Renaissance, il représente une disputatio des docteurs au-dessous d’une figuration semble-t-il de Charlemagne (glaive et globe impérial), entouré de représentants du pouvoir spirituel (évêques) et temporel (chevaliers ou soldats et juristes). On remarque que l’armoirie en bas n’a pas reçu son illustration.

Balde a été professeur de droit civil et canonique à l’université de Pérouse. Il fait partie de l’école des postglossateurs créée par Bartole (1314-1357), opérant – avec la méthode scolastique – une synthèse entre le droit romain et la pratique coutumière .

Après la redécouverte des œuvres de Justinien (empereur byzantin auteur du Code, daté de 529-534) à l’université de Bologne à la fin du XIe siècle, les juristes furent en effet appelés glossateurs, car pratiquant couramment la méthode de la glose  : la glose est le commentaire encadrant le texte de loi, comme on le voit dans l’image jointe.  Si la glose s’est développée au cours des XIIe -XIIIe siècles dans de nombreux domaines du savoir (on glosait la Bible, mais aussi les textes des Pères de l’Eglise, etc), c’est en droit que cette méthode scolastique a été particulièrement systématisée, avec notamment Accurse (glose ordinaire) et Azon.

Ces écoles des glossateurs et postglossateurs  seront supplantées au XVIe siècle par la méthode historique dont Jacques Cujas reste le modèle.

Références bibliographiques :

Albert Rigaudière, Introduction historique à l’étude du droit et des institutions,  Paris, Economica, 2005, notamment p. 389-391 : Bartole et le mos italicus (Cujas = mos gallicus).

Jean-Marie Carbasse, Manuel d’introduction historique au droit, Paris, Presses universitaires de France, 2009, p. 134-145 : « Des commentateurs aux humanistes ».

G. Chevrier, « Baldi de Ubaldi », dans Dictionnaire de droit canonique, dir. R. Naz, t. 2, Paris, Letouzey et Ané, 1937, col. 39-52.

Daniel Schwenzer, « Balde de Ubaldis », dans Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon (BBKL), Hamm 1975.

Pour Celse-Hugues : Dictionnaire historique des juristes français, dir. Patrick Arabeyre, Jean-Louis Halpérin, Jacques Krynen, Paris, PUF, 2007, p. 248 (notice Petitjean). Voir aussi Biographie universelle, dir. Louis-Gabriel Michaud, Paris, Michaud frères, 1811-1862, vol 11, p. 161.

Pour Musaptus: Robert Feenstra « Editions lyonnaises des lecturae de droit civil de Balde par Jean de Gradibus, avec un aperçu des autres éditions du XVIe siècle », in Ius commune, Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Europäische Rechtsgeschichte, 27 (2000), p. 345-72.

Pour les autres auteurs secondaires  : La vie des plus célèbres jurisconsultes de toutes les nations, tant anciens que modernes,  Pierre Taisand, Paris, Prault et Le Clerc, 1737, p. 315-316 (Imola) ; p. 53-54 (André de Barbatia) ; p.156-166 (Decius).

Botanique à la Renaissance

Leonhart Fuchs, ou le plus ancien livre conservé à la bibliothèque de sciences Saint-Charles

Leonhart Fuchs, De Historia stirpium commentarii insignes, Bâle, Michael Isengrin, 1542.

N° d’inventaire BU : 14 / langue : Latin

Il s’agit du plus ancien document conservé par la bibliothèque universitaire Saint-Charles. Cet ouvrage de botanique est une somme qui décrit 400 plantes européennes et 100 plantes exotiques. Il comprend 511 xylographies.

Verso du titre: portrait de l'auteur. Photo Odile Guillon, CICRP.
Verso du titre: portrait de l’auteur.
Photo Odile Guillon, CICRP.

Ces dernières sont remarquables, et témoignent des progrès techniques de la gravure sur bois dans le deuxième tiers du XVIe siècle. L’exemplaire conservé à la bibliothèque Saint-Charles est en noir et blanc, tel qu’il est sorti de la presse en 1542 ; cependant, il existe aussi plusieurs exemplaires en couleurs. Les techniques de l’époque ne permettaient pas l’impression des illustrations en couleurs : tout au plus pouvait-il y avoir deux passages des feuilles sous la presse typographique, une fois pour l’encre noire, une fois pour l’encre rouge, le tout demandant des opérations de calage assez complexes. Cependant, les gravures de l’ouvrage de Fuchs ont été réalisées en prévoyant qu’elles seraient par la suite enrichies de couleurs, ce qui a été fait sur un certain nombre d’exemplaires, parfois dans l’atelier même. C’est ainsi que la bibliothèque de Glasgow conserve un exemplaire dont les planches ont été coloriées à l’aquarelle (l’exemplaire a été numérisé et peut être consulté à cette adresse :

<http://special.lib.gla.ac.uk/exhibns/month/oct2002.html>).

Ces illustrations présentent un grand intérêt pour leur réalisme, les apports nouveaux qu’elles fournissent dans la connaissance et la façon dont elles sont utilisées comme vecteur d’information. En effet, le livre savant de la fin du Moyen-Age et de l’aube de la Renaissance ne contient généralement que du texte, disposé parfois de manière très dense. L’image est vue comme un outil de vulgarisation, pour l’instruction de ceux qui ne savent pas lire. Sa fonction relève de l’évocation, et non de la représentation ; elle n’est pas là pour transmettre de façon pédagogique un savoir reposant sur des faits concrets. C’est ainsi qu’on utilise des bois stylisés, passe-partout, souvent répétés, et qui ne permettent pas forcément d’identifier l’objet décrit avec précision. Parfois, ces images n’ont qu’un rapport vague avec le texte qu’elles accompagnent.

Certains savants se défendent d’en utiliser, de peur que leur présence altère la valeur érudite de l’ouvrage. Par exemple, le chirurgien Brunschwig déclare que :

« les figures ne sont rien de plus qu’une réjouissance de l’œil, et une information pour ceux qui ne savent ni lire, ni écrire1 . »

De son côté, en 1555, Jacques Dubois, dit Sylvius, ancien maître de Vésale, écrit ceci à propos du De humani corporis fabrica et de ses illustrations :

« Toute la méthode d’employer de telles choses est décidément superstitieuse, obscurantiste et surtout inutile, et il faut considérer les illustrations aussi bien que les lettres (de renvoi au texte) qui y figurent bien plus comme un empêchement que comme un secours2. »

Leonhart Fuchs, bien au contraire, revendique l’usage des images. Bien plus, il en revendique un usage savant, utile à la transmission de l’information :

« Qui en son honnête âme condamnerait des images qui communiquent des informations bien plus clairement que les mots, même du plus éloquent des hommes3 ? »

Portrait des illustrateurs à l’œuvre. Photo Odile Guillon, CICRP.
Portrait des illustrateurs à l’œuvre.
Photo Odile Guillon, CICRP.

L’importance donnée à ces images est soulignée par la présence exceptionnelle des portraits des trois illustrateurs à la fin de l’ouvrage. Il s’agit d’Albrecht Meyer, le dessinateur, représenté en train de peindre une plante d’après nature, de Heinrich Füllmaurer, chargé de transposer les dessins sur bois, et enfin, de Veit Rudolf Speckle, le graveur, en train de tailler les bois. Fuchs tient là-dessus une position très novatrice pour son époque. Ses contradicteurs4 affirment qu’une telle démarche ne peut viser qu’à représenter et à transmettre des accidents variables selon les saisons et donc non fiables pour l’identification scientifique des plantes concernées, et s’appuient pour cela sur des passages de Pline l’Ancien et de Galien5. Fuchs, lui, interprète ces passages différemment, comme il l’explique dans un ouvrage antérieur au De historia stirpium, intitulé Paradoxorum medicinae libri tres6 : composer une image de la substance de l’objet défini par le moyen de nombreux accident est la manière qu’ont les hommes de comprendre le monde. Galien, pour lui, indique essentiellement qu’il est inutile de décrire les « herbes » à nouveau après Dioscoride, parce que les descriptions de ce dernier sont indépassables. Quant à Pline, il explique avant tout que ce n’est pas l’abondance des couleurs qui permet de bien imiter la nature.

Fuchs s’inscrit dans un mouvement de révolution de la perception des images qui se fait progressivement dans les années 1530. De plus en plus, les médecins se posent la question de la correspondance des plantes qu’ils ont sous les yeux, au quotidien, avec celles qui ont été décrites par l’Antiquité. En effet, à cette époque, la notion de répartition géographique de la flore n’existe pas encore ; les médecins allemands cherchent à trouver dans les descriptions de plantes méditerranéennes par Pline et Dioscoride une correspondance avec les plantes que l’ont peut trouver dans les jardins du Nord de l’Europe. On pense alors la nature variable, et on crédite les Anciens d’avoir décrit la plupart, voire la totalité des plantes du monde. On n’envisage pas qu’une chose ait pu ne pas être connue des grands auteurs de l’Antiquité. Les savants de la Renaissance ne cherchent pas à s’émanciper des auteurs classiques : bien au contraire, ils sont dans une démarche visant à récupérer ces textes, et à leur « rendre » une « pureté » débarrassée des scolies et des gloses héritées de la tradition médiévale. Le débat est d’abord philologique, et cherche à établir la meilleure source. Tout le débat est donc entre la légitimité de la poursuite de la discussion philologique, comme la pratique l’Italien Paolo Giovio7 et celle de l’observation qui la remplace comme support d’identification, comme chez le voyageur Pierre Belon8.

Otto Brunfels, dans son ouvrage intitulé Herbarum vivae eicones9, est le premier en botanique à tenter de résoudre l’incertitude qui règne alors dans l’identification des plantes, entre la tradition issue du Moyen-Age et celle qui est héritée de l’Antiquité, en particulier de Dioscoride. Son objectif est de rassembler les informations données par Dioscoride, Pline et d’autres sources de référence sur chaque plante, en attirant l’attention sur les divergences. Pour renforcer son propos, il fait tailler pour son ouvrage des illustrations extrêmement réalistes. Son travail n’a pas été compris de ses contemporains : il a été loué pour la beauté des images de son ouvrage, mais fustigé pour la pauvreté du contenu du texte. Jean-Marc Châtelain et Laurent Pinon écrivent au sujet de ces images qu’elles ont été vécues comme « le reflet brut d’une réalité mal maîtrisée10 ».

Fuchs adopte une représentation non idéalisée du réel et donne toute sa place à la démarche d’observation directe des plantes. Il s’agit de les identifier correctement, dans l’objectif pratique de connaître leurs propriétés médicales. Cette identification doit aussi permettre de déterminer la meilleure autorité parmi des auteurs antiques qui se contredisent parfois. En cela, le médecin allemand est très influencé par les travaux de Nicollo Leoniceno, de l’Université de Ferrare. Nourri de ces diverses influences, il déclare préférer Galien à Dioscoride, et Dioscoride à Pline. L’observation lui fournit les images gravées, cependant, pour la première fois en botanique, elle influence aussi le texte lui-même. C’est ainsi que Fuchs est le premier à décrire des plantes américaines, comme le maïs, et à ne pas essayer à tout prix de trouver une correspondance dans Dioscoride. De fait, lorsqu’il ne trouve pas la correspondance antique des plantes allemandes contemporaines, il adopte une démarche puisée dans Galien pour la décrire de façon adéquate, en s’appuyant à la fois sur les autorités et sur l’expérience résultant de l’observation. De même, pour éviter la confusion, il revendique le choix de noms déjà existants, même s’ils sont en mauvais latin, plutôt que d’en recomposer en un latin ou un grec savants qui ne parleront qu’à quelques érudits. Il cite aussi systématiquement les noms allemands des différentes plantes qu’il décrit. Sa démarche est très loin d’un rejet des autorités antiques : en réalité, il veut faire revivre l’ancienne médecine des Grecs, et en particulier celle de Galien. Il en applique donc les méthodes, en étendant par l’observation ce qu’il trouve dans Dioscoride, pour en retrouver la « pureté » débarrassée des interpolations qu’il prête aux Latins et aux Arabes qui ont transmis les textes jusqu’à son époque. Dans cette optique, les images lui permettent de faire un pont entre les plantes anciennes que l’on trouve dans les œuvres de Dioscoride et celles qui lui sont contemporaines : en observant leurs différentes caractéristiques, il peut leur redonner leur identité antique. Et lorsque celle-ci n’existe pas, il peut leur en créer une, selon la méthode antique.

Planche de la p. 896 (basilic, dénommé "ocimastrum" par Fuchs). Photo Odile Guillon, CICRP.
Planche de la p. 896 (basilic, dénommé « ocimastrum » par Fuchs).
Photo Odile Guillon, CICRP.

Ce qui oppose Fuchs à ses adversaires est donc d’abord leur relation à l’antiquité : là où Fuchs veut faire revivre des pratiques, d’autres au contraire prônent une renaissance des savoirs de Dioscoride mot-à-mot, au pied de la lettre. Par ailleurs, la dispute est aussi dialectique, et porte sur la nature des définitions. Pour les contradicteurs du médecin allemand, les accidents, par nature variables (fleurs, fruits, par exemple), ne sont pas des propriétés, ni des éléments propres à établir une différence suffisante pour déterminer le caractère unique de l’objet décrit. Par conséquent, ils ne peuvent pas produire de définitions essentielles. Fuchs au contraire se place dans le mouvement de la dialectique humaniste issue de Melanchton : pour lui, la description des plantes est une description par les accidents, la définition des choses étant différente de la définition des noms, et devant avoir pour objet de placer la chose sous les yeux même de celui qui la lit, exactement comme s’il observait une plante. Les images participent aussi de cette conception des choses, en synthétisant les différents éléments utiles à l’identification et en les plaçant en évidence sous les yeux des lecteurs. Elles représentent d’ailleurs souvent la plante à plusieurs états de son développement, fleur et fruit étant représentés sur la même gravure (comme c’est le cas des courges, par exemple).

Ces gravures, pour plus de précision, ont été conçues dès l’origine pour être peintes. Le trait en est ainsi exceptionnellement fin. Certaines ont sans doute été coloriées dans l’atelier même de l’imprimeur, et il subsiste plusieurs exemplaires en couleurs (comme par exemple celui de la bibliothèque de Glasgow). Cependant, la mise en couleur reste extrêmement onéreuse à l’époque : à la fin du siècle, sur un autre ouvrage, on en estime le coût à 7 fois le prix de vente du livre, ce dernier étant déjà élevé du fait de la présence des gravures, qui représentent un investissement financier très important pour l’imprimeur et le libraire. Elle n’est donc appliquée que de façon marginale, et ne concourt pas autant que le voudrait l’auteur à la fiabilité de l’identification scientifique en histoire naturelle :

« Les exemplaires coloriés, qui restent largement confinés dans les sphères aristocratiques des milieux du patronage savant, ne jouent qu’un rôle très marginal dans la transmission textuelle des œuvres. Quoi qu’en disent les auteurs, la couleur sert moins à reconnaître plantes ou animaux qu’à distinguer du commun des livres quelques exemplaires de prestige11. »

Cela n’empêche pas cet ouvrage de constituer un jalon fondamental dans l’histoire de la botanique, aux côtés de ceux d’Otto Brunsfeld et Hieronimus Bock. En effet, en constituant un recueil de plantes identifiables par n’importe quel observateur, cet ouvrage institue ce qui est nécessaire en matière d’illustrations. Il s’agit d’une évolution fondamentale des méthodes de la connaissance scientifique des plantes fondée sur leur observation et leur illustration fidèle. Par la suite, Robert Dodoens s’appuie très largement sur les travaux de Fuchs, qui ont fait l’objet de 31 éditions, adaptations et traductions publiées du vivant même de l’auteur. S’il a provoqué une vive polémique dans les milieux médicaux de son époque, il a fait considérablement avancer la botanique, et a contribué à l’installer en tant que science à part entière. Le nom de genre Fuschia lui fut d’ailleurs dédié en hommage et il a continué à exercer une influence notable sur ses successeurs durant une longue période.

A noter que l’ouvrage est numérisé et librement accessible sur Gallica :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k525016/f5.image.r=Fuchs,%20Leonhart.langFR

Il est également accessible en version française (édition de 1558) :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b86082904/f11.image.r=Fuchs,%20Leonhart.langFR

La Stanford University Press en a, par ailleurs, publié un fac similé dans les années récentes, preuve si besoin que cet ouvrage continue, pour les historiens de la discipline, à faire date.

Bibliographie sommaire :

–      Sur Fuchs et son ouvrage

Kusukawa, Sachiko, « Leonhart Fuchs on the importance of pictures », dans Journal of the History of Ideas, vol. 58 / 3, 1997, p. 403-427.

Fuchs, Leonhart, The great herbal of Leonhart Fuchs: notable commentaries on the history of plants, éd. Par Frederick Meyer, Emily Trueblood et John Heller, Stanford, Stanford University Press, 1999. Fac-simile et commentaire du texte de Fuchs.

Zucchi, Luca, « Brunfels e Fuchs: l’illustrazione botanica quale ritratto della singola pianta o immagine della specie », dans Nuncius, vol. 18 / 2, 2003, p. 411‑465.

Page consacrée au De historia stirpium dans le cadre du « livre du mois » sur le site du Service commun de la documentation de l’Ecole Normale Supérieure (consultée le 18 septembre 2014).

Il existe également un mémoire de master sur le sujet :

Lepilliet, Ariane, Le De Historia Stirpium de Leonhart Fuchs : histoire d’un succès éditorial (1542-1560), mémoire de master en sciences de l’information et des bibliothèques, Villeurbanne, Enssib, 2012. Accessible en ligne (consulté le 22 septembre 2014).

–      Sur l’histoire des sciences et de la botanique à la Renaissance

Chansigaut, Valérie, Histoire de l’illustration naturaliste, Paris, Delachaux et Niestlé, 2009.

Elliott, Brent, « The world of the Renaissance herbal », dans Renaissance Studies, vol. 25 / 1, 2011, p. 24‑41.

Kusukawa, Sachiko, Picturing the Book of Nature: Image, Text, and Argument in Sixteenth-Century Human Anatomy and Medical Botany, Chicago, University of Chicago Press, 2012.

Ogilvie, Brian W., « The Many Books of Nature: Renaissance Naturalists and Information Overload », dans Journal of the History of Ideas, vol. 64 / 1, 2003, p. 29-40.

Sciences de la Renaissance, actes du colloque international d’études humanistes, éd. par le Centre d’études supérieures de la Renaissance, Paris, Vrin, 1973.

–      Sur l’illustration du livre à la Renaissance

Châtelain, Jean-Marc, Pinon, Laurent, « Genres et fonctions de l’illustration au XVIe siècle », dans La Naissance du livre moderne, éd. par Henri-Jean Martin, Paris, Cercle de la librairie, 2000.

Ford, Brian, Images of Science : A History of Scientific Illustration, Londres, British Library, 1992.

Pastoureau, Michel, « L’illustration du livre : comprendre ou rêver ? (vers 1530-vers 1660) », dans Histoire de l’édition française, t. 1, Le livre conquérant, Paris, Promodis, 1982, p. 501-529.

  1. Laurent Pinon et Jean-Marc Châtelain, « Genres et fonctions de l’illustration au XVIe siècle », dans La Naissance du livre moderne, éd. par Henri-Jean Martin, Paris, Cercle de la librairie, 2000, p. 237. []
  2. Cité par Sciences de la Renaissance, actes du VIIIe congrès international de Tours, organisé par le CESR, Paris, Vrin, 1973, p. 169. []
  3. Cité par Laurent Pinon et Jean-Marc Châtelain, « Genres et fonctions de l’illustration du livre », dans La Naissance du livre moderne, op. cit. p. 238. []
  4. Dont Sebastianus Montuus, médecin issu du cercle de Symphorien Champier. Sur le détail de cette querelle, voir Sachiko Kusukawa, « Leonhart Fuchs on the Importance of Pictures », Journal of the History of Ideas, 58 (3), 1997, p. 418 sq. []
  5. Pline l’Ancien, Historia naturalis, VII, 141 et Galien, De simplicium medicamentorum facultatibus libri undecim, VI, 1. []
  6. Leonhart Fuchs, Paradoxorum medicinae libri tres, Bâle, Johann Bebel, 1535. []
  7. Paolo Giovio, Paoli Jovii Novocomensis medici De Romanis piscibus libellus, Rome, [Francesco Minizo Calvo], [1524]. Sur cet auteur, voir T.C. Price-Zimmermann, Paolo Giovio : the historian and the crisis of sixteenth-century Italy, Princeton, Princeton University Press, 1995. []
  8. Pierre Belon, Histoire naturelle des estranges poissons marins, Paris, Regnaud Chaudière, 1551. Sur le voyage d’Orient et la place de l’observation dans le discours renaissant, voir Le miroir ottoman : une image politique des hommes dans la littérature géographique espagnole et française, XVIe-XVIIe siècles, Paris, Presses de l’Université de Sorbonne, 2003. []
  9. Otto Brunfels, Herbarum vivae eicones ad naturae imitationem, Strasbourg, Johann Schott, 1532. []
  10. Laurent Pinon et Jean-Marc Châtelain, « Genres et fonctions de l’illustration du livre », dans La Naissance du livre moderne, op. cit., p. 255.
    []
  11. Laurent Pinon et Jean-Marc Châtelain, « Genres et fonctions de l’illustration du livre », dans La Naissance du livre moderne, op. cit., p. 261. []