Les Collections de Zoologie depuis Albert Vayssière

Marie-France et Alain Gallissian, retraités et autrefois Maîtres de Conférences en Biologie Animale à l’Université de Provence, œuvrent depuis bientôt trois ans dans les collections de Zoologie d’AMU afin d’identifier ou de re-déterminer des échantillons (pour en savoir plus cliquez ici).

Témoins de l’histoire récente des collections de zoologie, ils la retracent en quelques dates clés.

En 1919, dès l’installation des Sciences naturelles dans les nouveaux locaux de la Faculté des Sciences à St Charles, les responsables successifs du laboratoire de Zoologie ont entrepris la constitution d’une collection.

Les apports les plus importants sont dus à plusieurs Professeurs titulaires de la chaire de Zoologie.

Albert Vayssière (1921-1924), également Directeur de la Station Marine d’Endoume, travailla sur les résultats des expéditions du Prince Albert Ier de Monaco et du Dr Charcot. Il fut également l’auteur d’une importante contribution à la connaissance de la faune du golfe de Marseille. Quelques échantillons figurant dans la collection ont encore, aujourd’hui, une étiquette écrite de sa main.

Albert Vayssière, http://america.pink/albert-jean-baptiste-marie-vayssiere_303397.html

Maximilien Kollmann (1925-1948), lui aussi Directeur de la Station Marine d’Endoume, contribuât également à l’enrichissement de la collection.

En 1949, le Professeur Marcel Abeloos, nouveau titulaire de la chaire de Zoologie, recruta comme assistante Mlle Rosine Chandebois, plus tard Professeur de Morphogénétique. Il la chargea de revoir l’ensemble des collections et en particulier de vérifier et de compléter les déterminations. Le certificat de Zoologie de l’époque comportait en effet, toutes les semaines, une séance de reconnaissances et de déterminations des échantillons.

Au cours des années suivantes, la réorganisation des enseignements a entrainé des déménagements successifs de la collection pour aboutir à sa localisation actuelle, dans le 5ème bâtiment. Effectués souvent trop rapidement et sans soins adéquats, ces transferts ont endommagé beaucoup d’échantillons et réduit leur nombre.

La création par AMU d’une Equipe Patrimoine Scientifique pour la conservation et la gestion des collections permet aujourd’hui le maintien, la valorisation et la diffusion de la connaissance liés à ce patrimoine.

L’intérêt pour une Université de conserver des collections est multiple.

Elles permettent aux enseignants d’illustrer leurs cours et d’apprendre aux étudiants à se familiariser avec l’emploi des faunes et des clés de déterminations à partir d’échantillons « manipulables ». Il est important, en effet, que les étudiants qui terminent leur cursus Sciences de la Vie et Environnement ne soient pas « étrangers » au Monde Vivant qui les entoure.

Elles constituent une « base de références » très utile aux Chercheurs. Cette base complétée maintenant par les données fournies par la Génétique et la Biochimie précise le statut exact des espèces.

Le traitement mathématique (analyses multivariées) des données ainsi collectées dans l’étude écologique de différents milieux permet de dégager une information opérationnelle qui complète la connaissance globale de notre environnement.

Le fonds Norton Cru à la BU de Lettres d’Aix-en-Provence

L’histoire des documents ayant appartenu à Jean Norton Cru, sacralisés par la famille Cru1 et dont certains sont conservés à la Bibliothèque universitaire d’Aix, est assez étonnante : en effet, ces sources ont été dispersées, en trois temps et trois lieux distincts, sans raison connue.

Un des ouvrages annotés de la main de J. Norton Cru, ayant servi pour Témoins: André Pézard, Nous autres à Vauquois, Paris, Renaissance du livre, s.d. Res 106601.
Un des ouvrages annotés de la main de J. Norton Cru, ayant servi pour Témoins: André Pézard, Nous autres à Vauquois, Paris, Renaissance du livre, 1918. Res 106601.

Hélène Vogel, jeune sœur de N. Cru, a réuni et donné la correspondance de guerre de Norton Cru, conservée précieusement, à un centre de recherche dirigé par Pierre Guiral, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Provence et ami de la famille.  Ces lettres ont été oubliées, exhumées et publiées en 20072. On trouvera dans cet ouvrage une biographie familiale utile pour apprécier le parcours atypique des sœurs et frères Cru. La correspondance de guerre se trouve désormais conservée aux Archives de Marseille.

Carte d'état-major annotée de la main de Jean Norton Cru (feuille Romilly-sur-Seine).
Carte d’état-major annotée de la main de Jean Norton Cru (feuille Romilly-sur-Seine).

Indépendamment du don précédent, la veuve de Norton Cru, Rose Cru, et Hélène Vogel ont offert à la bibliothèque universitaire de la Faculté d’Aix3, les ouvrages de travail et cartes d’état-major de N. Cru qui portent les traces de sa lecture attentive, scrupuleuse.  Beaucoup de ces ouvrages, marqués de la main de Norton Cru, donnent à voir ses gestes d’utilisateur qui place des repères pour accompagner de futures recherches. On y découvre le professeur N. Cru, correcteur, dont l’exigence peut sanctionner toute erreur ou remarquer les qualités, au stylo noir ou rouge. N. Cru couche ses impressions immédiates sur les premières pages de ses livres, puis accomplit diverses relectures qui nourrissent une réflexion plus générale sur l’écriture de la guerre. Ces annotations offrent un regard précieux sur la préparation de Témoins4.

André Pézard, Nous autres à Vauquois, Paris, Renaissance du livre, 1918. Page de titre et garde avec des notes manuscrites de Jean Norton Cru. Res 106601.
André Pézard, Nous autres à Vauquois, Paris, Renaissance du livre, 1918. Page de titre et page de garde avec des notes manuscrites de Jean Norton Cru. Res 106601.

Au delà des ouvrages de travail, la Bibliothèque conserve sous la cote MS 75 des manuscrits et tapuscrits de la famille Cru, en particulier, le journal de guerre d’Albert Cru et le texte anglais d’une conférence de Norton Cru réalisée en 1922 à Willams College. De nombreuses coupures de presse, réunies par la famille, relatent la réception de Témoins.

Le Crapouillot, numéro d’août 1930 où a paru un article de J. Norton Cru sur Témoins.

Enfin, après le décès de son mari, Hélène Vogel a déposé aux Archives Municipales de Marseille (AMM) de nombreux documents relatifs aux travaux scientifiques de son mari5, incluant un corpus important de courrier familial et professionnel expédié à N. Cru. Ces lettres évoquent le travail de Témoins et les nombreuses réflexions échangées avec les auteurs.

Marie-Françoise Attard-Maraninchi est chercheur au sein de l’UMR TELEMME (Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale-Méditerranée) à Aix-Marseille Université. Spécialiste d’histoire contemporaine, elle a consacré ses travaux à la présence des Corses à Marseille, à l’excursionisme marseillais à la fin du XIXe et au XXe siècle et à la Première guerre mondiale. Dans ce cadre, elle a publié de nombreuses études autour de la figure de Jean Norton Cru et de la place du témoignage dans la construction historiographique de la Grande Guerre comme objet historique.

  1. Les sœurs de Norton Cru ont conservé ses lettres de guerre, dont certaines sont annotées par la plus jeune sœur, Hélène Vogel. Celle-ci en mesure l’importance, et les confie au professeur Pierre Guiral. Mme Guiral a rapporté qu’Hélène Vogel les considérait « comme un trésor » (Entretien Mme Guiral, 15 fév. 2006). []
  2. Jean Norton Cru, Lettres du front et d’Amérique 1914-1919, éditées par M.-F. Attard-Maraninchi et R. Caty, préface de J.-Mar Guillon, Aix, Publication de l’Université de Provence, coll. « Le temps de l’histoire », 2007, 398 p. []
  3. H. Vogel a rédigé un article biographique publié par les Annales de la Faculté des Lettres et Sciences humaines d’Aix-en-Provence, « Jean Norton Cru. Sa vie par rapport à Témoins », t. XXXV, p. 37 – 68, 1961. La plus grande partie de cet article a été publiée en annexe d’une réédition de J. Norton Cru, Du Témoignage, Paris, éd. J. –J. Pauvert, coll. « Libertés », 48, 1967. []
  4. Voir l’édition de Témoins de 2006. []
  5. Théodore Vogel, diplômé de l’Ecole supérieure d’électricité de Paris, docteur en sciences physiques, chargé de recherche au CNRS, était un acousticien de renommée internationale. []

Le legs Villeneuve : les fiches de la Maison d’accouchement de Marseille

Une partie importante des collections patrimoniales des bibliothèques de l’université est issue de dons. Ainsi, au sein du département santé d’AMU, des documents anciens et de valeurs proviennent notamment du legs opéré par le professeur Étienne Villeneuve en 1882. Ce legs d’une documentation professionnelle à la bibliothèque de l’École de médecine et de pharmacie de Marseille1, n’est pas un cas isolé. Les fonds patrimoniaux des bibliothèques de santé d’AMU proviennent en bonne partie de libéralités d’enseignants du XIXe et du XXe siècle. Parmi celles-ci, le legs du professeur Villeneuve se distingue par la valeur des ouvrages d’obstétrique transmis tout autant que par la renommée du légateur. C’est un des trésors du legs Villeneuve que nous nous proposons de découvrir ici : les fiches de la Maison d’accouchement.

Image ci-dessus: fonds Villeneuve, boîte de fiches d’accouchement – année 1832. Marseille, Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone.

Étienne Villeneuve (1800-1882), pionnier de l’obstétrique à Marseille au XIXe siècle

Né le 29 avril 1800 à Marseille, Étienne Villeneuve est le fils d’un médecin, ancien chirurgien2 sous l’Ancien Régime installé à Lambesc. Il entre en 1816 comme élève en chirurgie à l’Hôtel-Dieu de Marseille. Faisant partie des premiers élèves de l’École secondaire de médecine de Marseille, ancêtre de la Faculté ouverte en 1818, il y est externe dès l’année suivante puis se distingue par la réussite de plusieurs concours de recrutement d’interne des hôpitaux de Marseille (en chirurgie en 1821, comme chirurgien-chef à l’hôpital de la Charité3 de 1823 à 1826 puis comme premier chirurgien-chef interne de l’Hôtel-Dieu en 1828). Il passe sa thèse à Montpellier en 1830, sur un sujet4 qui consacre son domaine de prédilection : l’obstétrique. Recruté cette même année comme chirurgien en chef de la Maison d’accouchement de Marseille, située en haut de la Canebière, il occupe ce poste sans interruption jusqu’en 1874 et son départ à la retraite. Cette maternité est alors un établissement de bienfaisance, destiné aux femmes les plus pauvres de la Ville, notamment les « filles-mères » et les prostituées – au XIXe siècle, on accouche au domicile familial. Il y gagna toutefois une excellente réputation d’accoucheur, et, par là une clientèle privée. Il y rencontra également son épouse, Hélène Jolly, maîtresse sage-femme à la maternité. Dès 1828, le ministère de l’instruction publique l’autorise à donner au sein de l’Hôtel-Dieu un cours d’accouchement qu’il assure gratuitement, premier acte d’une vocation d’enseignant qu’il n’abandonnera qu’en 1882 peu de temps avant sa mort. De 1831 à 1874, il donne également le cours annuel d’accouchement aux sages-femmes en formation à la maternité. Praticien, enseignant et chercheur, il est l’auteur de nombreuses études – sur la mécanique et l’anesthésie obstétricales, la césarienne ou encore l’usage des forceps – membre ou correspondant de plusieurs sociétés savantes à Marseille comme ailleurs en France et à l’étranger, et membre-fondateur de la revue Marseille Médical à partir de 1864. Il sera aussi conseiller municipal de Marseille. Il meurt après une courte maladie, le 29 mars 1882.

Fonds Villeneuve - Premières fiches d'accouchement de l'année 1832 Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
Fonds Villeneuve – Premières fiches d’accouchement de l’année 1832
Marseille, Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
Un don remarquable : les fiches d’accouchement de la maternité de Marseille

Ce fonds est un ensemble de 5 891 fiches relatant avec précision le séjour et l’accouchement d’autant de femmes accueillies par la Maison d’accouchement entre 1832 et 1874. Dans un bon état de conservation, elles ont été rassemblées en 38 boites d’archives couvrant les années 1832 à 1874 à raison d’une ou deux années par boîte. Ces fiches, écrite de la main de la sage-femme ayant assisté la patiente, sont établies sur un formulaire en feuillet double en un exemplaire, parfois doublé. Elles indiquent l’année et la date de rédaction, le nom de la rédactrice et sont divisées en deux colonnes : une à gauche d’observations cliniques chiffrées concernant la mère comme l’enfant, l’autre à droite présentant la patiente, les informations recueillies lors de son admission, le déroulement de son séjour et de son accouchement ainsi que son état de santé et celui de son enfant à la sortie de l’établissement. La première fiche date d’un an après l’arrivée du docteur Villeneuve à la tête du service chirurgical de la maternité et la dernière de l’année de son départ en retraite. Connaissant l’usage que le professeur Villeneuve faisait des statistiques dans sa réflexion médicale, présent dès la rédaction de sa thèse, il est donc probable qu’elles furent rédigées à sa demande, sur un modèle établi peut-être à son initiative. Ce fonds, qui retrace l’activité d’une maternité du XIXe siècle sur plus de quarante ans, se révèle une source irremplaçable pour qui s’intéresse à l’histoire de la santé des femmes et des nouveau-nés, en particulier à Marseille, grande ville portuaire.

Fonds Villeneuve - Première fiche d'accouchement de l'année 1832: pages intérieures Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
Fonds Villeneuve – Première fiche d’accouchement de l’année 1832: pages intérieures
Marseille, Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
La rencontre du patrimoine de la BU et des études en sciences maïeutiques

Ce fonds n’est pas inconnu des enseignants-chercheurs et des consultations ont déjà eu lieu par le passé. Toutefois, c’est après une longue interruption que l’année universitaire 2014-2015 a de nouveau vu des études entreprises à l’aide de ces documents. Le secteur « fonds patrimonial » des bibliothèques de santé d’AMU a en effet accueilli lors de l’année universitaire 2014-2015 deux étudiantes sages-femmes de l’École de maïeutique de Marseille souhaitant travailler sur les fiches d’accouchements. Grazia Sabatino, ayant choisi de se consacrer à une histoire de la césarienne5, se proposait dans un premier temps de comparer les pratiques de ce mode chirurgical d’accouchement depuis le XIXe siècle. Malheureusement, le nombre de dossiers concernant une césarienne s’avéra trop limité pour être significatif – jusqu’à la fin du XIXe siècle, la césarienne restait une pratique plus qu’exceptionnelle, réservée soit à l’extraction de l’enfant après le décès de la mère, soit à des cas désespérés en raison d‘un taux de mortalité insupportable (jusqu’à 90 %). Son étude dû donc se porter sur d’autres aspects de l’évolution de ce mode d’opération sur les vingt dernières années. La recherche d’Océane Donati sur l’hémorragie de la délivrance6 qui frappe parfois les femmes venant d’accoucher fut plus heureuse. Cet accident dangereux de l’accouchement survient aux femmes en couche depuis aussi longtemps qu’on s’en souvienne, et les fiches d’accouchement le relatant ne manquaient pas. Se limitant aux années 1868 à 1870, l’auteur pu constituer une cohorte de 682 grossesses permettant de mener une étude statistique – même limitée aux femmes de condition modeste qui fréquentaient cette maternité. Elle put toutefois faire apparaître trois facteurs de décès par de telles hémorragies : un âge supérieur à 30 ans, l’utilisation de forceps lors de l’accouchement et une durée d’accouchement supérieure à 10 heures.

  1. Avant la création de la faculté de médecine et de pharmacie de Marseille, en 1930, l’École de médecine et de pharmacie de Marseille créée en 1818 enseignait la médecine sans pouvoir délivrer de diplôme ; ses étudiants devaient, leurs études achevées, aller soutenir leur thèse auprès d’une faculté de médecine proprement dite – le plus souvent Montpellier ou Paris. []
  2. Sous l’Ancien Régime, le métier de chirurgien, praticien « manuel », était distinct de celui de médecin, praticien « intellectuel ». []
  3. Actuelle Vieille Charité, ensemble muséal et de recherche scientifique situé dans le quartier marseillais du Panier. []
  4. « Des vices de conformation du bassin considérés comme obstacles à l’accouchement ». []
  5. Grazia Sabatino, L’histoire de la césarienne : les raisons d’un succès, mémoire pour l’obtention du diplôme d’État de sage-femme de l’École universitaire de maïeutique Marseille Méditerranée, 2015. []
  6. Océane Donati, L’hémorragie du post-partum au 19ème siècle et de nos jours à Marseille, mémoire pour l’obtention du diplôme d’État de sage-femme de l’École universitaire de maïeutique Marseille Méditerranée, 2015. []

François Ier roi des humanistes

L’année 2015 a été une année François Ier, comme l’ont montré de nombreuses expositions et manifestations scientifiques tout au long de l’année. Du Queen’s College (Kingston) à Paris, en passant par Tours, trois colloques internationaux ont exploré cette année différentes facettes du règne. La BnF a consacré une vaste exposition à ce roi et à l’image qu’il a laissé dans les lettres et les arts, pendant que sa bibliothèque personnelle était évoquée au château royal de Blois. De nombreuses autres manifestations ont eu lieu, notamment dans le Val de Loire, dont une reconstitution d’une fête de Cour ayant eu lieu en 1518 pour célébrer la victoire de Marignan.

Portrait de François Ier par Jean Clouet, vers 1527. Paris, Musée du Louvre. Source Wikimedia Commons (image du domaine public).

Chacun se souvient de la fameuse date de 1515 et du nom de la bataille qui y est associé: Marignan. A cette date, le jeune François Ier, monté sur le trône depuis moins d’un an, passe les Alpes par un itinéraire inattendu pour concrétiser ses ambitions sur Milan et l’Italie. Sa victoire contre les mercenaires suisses auréole de gloire son règne commençant et sert une active propagande visant à le présenter en César invincible. Les ressorts de la construction historiographique de la figure du roi François Ier ont été longuement analysés. L’imagerie populaire et scolaire aura retenu un roi chevalier, vaillant sur le champ de bataille, brillant, artiste, poète, centre d’une Cour resplendissante, mais mauvais stratège, mal entouré, dominé par ses passions, ses maîtresses et les querelles de ses ministres. C’est ainsi qu’on retient volontiers de lui le distique suivant, prétendument gravé sur une vitre de sa chambre au château de Chambord :

Souvent femme varie / Bien fol est qui s’y fie

Que la scène soit probablement apocryphe et la citation forgée par Victor Hugo1 à partir de formulations antérieures n’a pas vraiment d’importance, car cela correspond à l’imaginaire collectif bâti autour de la figure de ce roi2.

Auguste-Gaspard-Louis Desnoyers, « Souvent femme varie, bien fol est qui s’y fie ». François Ier montre à sa sœur la reine de Navarre le distique qu’il a gravé au diamant sur une vitre du château de Chambord. Gravure, vers 1817. Tirage conservé à Londres, British Museum. © The Trustees of the British Museum (licence CC-BY-NC-SA 4.0).

Son goût pour les arts a été très tôt mis en avant, même si les auteurs qui ont façonné cette vision de l’histoire de France. Même dans ce domaine, Voltaire évoque un roi brillant mais qui n’achève rien de définitif3:

François Ier fit naître le commerce, la navigation, et les lettres, et tous les arts ; mais il fut trop malheureux pour leur faire prendre racine en France.

De son côté, Michelet, dans son habituel style flamboyant, ne trouve pas assez de défauts au roi François Ier, lui préférant nettement la figure de Charles Quint. Cependant, la seule chose qui trouve grâce à ses yeux est son action de mécène et de protecteur des arts et des lettres4 :

Avec quelque sévérité qu’on doive juger François Ier et Léon X, il faut se garder de les comparer à cette ignoble génération de princes qui a fermé l’âge précédent (Alexandre VI, Louis XI, Ferdinand-le-Catholique, Jacques III, etc.) Dans leurs fautes mêmes, il y a au moins quelque gloire, quelque grandeur. Ils n’ont pas fait leur siècle, sans doute, mais ils s’en sont montrés dignes ; ils ont aimé les arts, et les arts parlent encore pour eux aujourd’hui, et demandent grâce pour leur mémoire.

Bien sûr, les livres d’histoire contemporains ont largement revisité cette approche du règne de François Ier. De solides biographies permettent à présent d’avoir une approche plus nuancée de cette époque. Cependant, l’image du Père des Lettres, protecteur des humanistes et poète à ses heures reste bien vivace. Quelques-uns des ouvrages les plus anciens des réserves des bibliothèques d’Aix-Marseille Université permettent d’illustrer cet aspect du règne.

Lorsque François Ier monte sur le trône, l’Europe est traversée par un puissant courant de regain d’intérêt pour les textes des Anciens, doublé d’un intérêt certain pour le  «rétablissement » d’une langue correcte pour le latin et la diffusion de la langue grecque, très peu pratiquée par les savants européens jusqu’alors. La bibliothèque de Lettres et sciences humaines d’Aix possède dans ses réserves quelques ouvrages qui remontent à cette époque et qui l’illustrent particulièrement bien, dont plusieurs éditions parues sous les presses parisiennes de Josse Bade.

Ange Politien, Œuvres complètes (en latin), trad. Jacques Toussain, Paris, Josse Bade, 1519. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et Sciences humaines, Res. 7315.
Ange Politien, Œuvres complètes (en latin), trad. Jacques Toussain, Paris, Josse Bade, 1519. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et Sciences humaines, Res. 7315.

L’activité de Josse Bade, qui a vécu de 1461 à 1535, n’appartient pas spécifiquement au règne de François Ier, mais l’essentiel de son travail d’imprimeur et de libraire s’est déroulé sous les règnes de Louis XII et François Ier. Savant, érudit formé par les meilleures universités italiennes, il s’installe d’abord à Valence et Lyon, où il exerce le métier de pédagogue, avant d’entrer dans l’atelier de Jean Trechsel à Lyon et de travailler pour divers imprimeurs lyonnais. C’est cependant à Paris que la partie la plus connue de sa carrière se déroule: il y fonde son propre atelier d’imprimerie, pour publier ses œuvres et celles des autres, qu’il s’agisse de classiques latins, grecs, ou de ses contemporains. A la fois humaniste, artisan et marchand, il entretient un réseau de relations très large parmi les humanistes européens du premier tiers du XVIe siècle. Un temps imprimeur attitré d’Érasme, il correspond aussi avec Guillaume Budé et de nombreux autres érudits. Ses éditions jouent un rôle important dans le renouveau des études latines en France à cette période: il édite nombre de classiques latins ainsi que divers ouvrages pédagogiques, dont des grammaires qui font autorité.

Les Oeuvres d’Ange Politien conservées à la bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d’Aix est un bon exemple de ce que représentaient Josse Bade et son réseau dans le Paris humaniste du premier tiers du XVIe siècle. Érudit italien, Ange Politien a été titulaire des chaires de latin et de grec à l’université de Florence et précepteur des enfants de Laurent de Médicis ; son œuvre a exercé une grande influence sur les humanistes de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle. L’édition que nous conservons de ses œuvres par Josse Bade n’est pas la première5, mais elle est introduite par une préface tout à fait intéressante et éclairante.

Elle s’inscrit dans une époque où la querelle du cicéronianisme fait rage à Paris et dans les cercles lettrés humanistes après avoir dominé le débat en Italie au siècle précédent : les savants s’écharpent pour savoir si Cicéron est le seul digne d’être imité pour pouvoir produire un beau latin ou si les autres auteurs, antiques et modernes, peuvent aussi servir de modèle. Ce débat va bien plus loin qu’une simple question de style, dans la mesure ou certains « anti » s’inquiètent aussi de l’utilisation d’un latin purement imité de Cicéron aux références et aux métaphores païennes pour évoquer des questions touchant à la théologie chrétienne. Josse Bade, comme Ange Politien et Érasme6, se situe plutôt dans le camp des « anti », contrairement à la majorité des érudits parisiens de son temps, ses amis et ses clients ; cependant, il l’exprime de façon relativement discrète.

La « préface » (lui-même n’emploie jamais ce mot ou son équivalent latin) de l’édition de 1519 prend la forme d’une épître dédicatoire à Louis Ruzé, humaniste, avocat et lieutenant civil de la prévôté de Paris, protecteur des humanistes et responsable du contrôle de la librairie parisienne pour le compte du roi. Josse Bade qualifie des œuvres de Politien de « berceau du renouveau de la littérature classique ». Il loue également le travail du jeune Jacques Toussaint, qui a traduit en latin les nombreuses portions grecques du texte de Politien, ainsi que les commentaires de lui-même et de François du Bois, l’ensemble étant à même de permettre à un public plus large d’accéder aux œuvres de l’humaniste italien. Ce travail prouve que les Français sont tout aussi capables d’éloquence que les Italiens, et qu’une nouvelle génération de savants, dont Toussaint est un exemple, est sur le point d’éclore sous la protection de Ruzé.

Ange Politien, Œuvres complètes (en latin), trad. Jacques Toussain, Paris, Josse Bade, 1519. Index manuscrit copié sur les gardes de la reliure. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et Sciences humaines, Res. 7315.
Ange Politien, Œuvres complètes (en latin), trad. Jacques Toussain, Paris, Josse Bade, 1519. Index manuscrit copié sur les gardes de la reliure. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et Sciences humaines, Res. 7315.

L’exemplaire aixois a effectivement été lu avec une grande attention, comme en témoigne l’index manuscrit étoffé qui a été élaboré dans les gardes de la reliure, ainsi que les nombreuses notes manuscrites qu’il comporte, surtout au début. Cela correspond tout à fait à la vocation de pédagogue de Bade, qui n’a cessé de publier manuels, grammaires et commentaires simplifiés destiné aux étudiants débutants ou plus avancés durant toute sa carrière. Son catalogue comprend d’ailleurs de nombreux auteurs antiques et contemporains, ou du siècle précédent, en latin dans l’immense majorité des cas : en effet, il a publié peu de textes en grec, privilégiant les traductions latines de ce répertoire pour mieux le diffuser auprès du public savant de son époque7.

C’est que le grec est encore peu répandu dans les cercles humanistes français dans les années 1510 et 1520, malgré les efforts de plusieurs érudits, au premier plan desquels figure Guillaume Budé. Juriste, éminent latiniste et helléniste, humaniste de premier plan, Budé s’est fait d’abord connaître dans les cercles juridiques en publiant des Annotations au Pandecte (1508) dont un des points les plus remarquables est la façon dont il utilise son érudition philologique et historique pour éclairer divers points obscurs du droit romain. Cette démarche culmine dans son traité De Asse8 consacré à l’as, c’est-à-dire à la monnaie romaine, qui vise à établir des correspondances entre les mesures et monnaies romaines et celles qui lui sont contemporaines de manière à mieux déchiffrer les textes historiques des Anciens. L’ouvrage connaît un succès considérable, suffisamment pour être réédité un grand nombre de fois, avec ou sans l’assentiment de l’auteur, et ce bien après sa mort. C’est ainsi que la bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d’Aix conserve un exemplaire d’une édition posthume parue sous les presses de Sébastien Gryphe, dont le nom est attaché à l’humanisme lyonnais des années 1530 et 1540.

Guillaume Budé, De Asse, Lyon, Sébastien Gryphe, 1542. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res. 34 856.
Guillaume Budé, De Asse, Lyon, Sébastien Gryphe, 1542. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res. 34 856.

Les efforts de Guillaume Budé pour la promotion de l’étude du grec en France sont bien connus9. Certains de ses travaux en grec font partie des rares textes dans cette langue édités par Josse Bade10 ; surtout, il est célèbre pour être l’un des principaux artisans de la création en 1530 par François Ier de quatre chaires de lecteurs royaux (deux chaires pour la langue grecque et deux chaires pour l’hébraïque), première étape qui mènerait au Collège de France. Avec cette création, François Ier semble combler les attentes des érudits qui, depuis le début de son règne, dressent dans leurs correspondances le portrait programmatique d’un Mécène, protecteur des lettres et de ceux qui en font profession. Ces ambitions apparaissent dès le De Asse de Guillaume Budé, qui en termine la rédaction lorsqu’il apprend la mort de Louis XII et l’avènement de son jeune cousin. Le nouveau roi sera celui qui rétablira les bonae litterae (les bonnes lettres, latines et grecques) chères à l’humaniste français11.

De fait, François Ier s’intéresse à la culture lettrée et savante de son temps ; contrairement à ses prédécesseurs, il s’intéresse aussi à sa diffusion. Il ne lit pas lui-même le latin, et encore moins le grec, mais il s’attache à la divulgation des textes antiques, subventionnant la traduction et l’impression de textes alors rares, notamment à partir des prestigieux exemplaires qu’il collectionne. De là vient en partie sa réputation de « roi-mécène », père des lettres, soigneusement construite par ces lettrés qui espèrent tout de la convergence entre les intérêts du roi et les leurs. La bibliothèque royale se fait progressivement le reflet de cette ambition. En 1537, l’ordonnance de Montpellier (généralement citée comme la première pierre qui conduit au moderne dépôt légal) affirme que l’ambition du roi est de rassembler une bibliothèque contenant tous les savoirs nécessaires à l’étude. Guillaume Budé est maître de la librairie (c’est-à-dire de la bibliothèque) du roi ; à sa mort en 1540, c’est Pierre du Châtel, un des lecteurs royaux, qui prend en charge cette responsabilité. Ce dernier n’a de cesse d’enrichir les collections royales de livres grecs, qu’il fait acheter ou copier en France et en Italie (ce sont encore surtout des manuscrits).

Esope, Vie et Fables (en grec), Paris, Robert Estienne, 1546. Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d'Aix, Res 35 469
Esope, Vie et Fables (en grec), Paris, Robert Estienne, 1546. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res 35 469.

Les liens du roi avec Robert Estienne montrent également l’intérêt du roi pour la culture savante et sa diffusion imprimée. Imprimeur-libraire de renom, latiniste, helléniste, hébraïsant, Robert Estienne publie de nombreux textes classiques en langue originale ; il est également célèbre pour ses travaux philologiques sur la Bible. Nommé imprimeur du roi pour le grec à partir de 1542, il avait suscité l’intérêt royal bien avant cela, étant imprimeur-libraire ordinaire du roi pour les lettres hébraïques et latines dès 1526. A partir de 1540, il acquiert progressivement auprès du graveur Claude Garamond d’élégants caractères grecs, financés par le roi et calqués sur l’élégante écriture grecque d’Ange Vergèce. Les « grecs du roi » lui servent à partir de 1544 à imprimer de belles éditions grecques établies sur commande à partir des manuscrits conservés dans la bibliothèque royale de Fontainebleau. Ces éditions sont généralement mentionnées « ex bibliotheca regia »12.

Les bibliothèques universitaires d’Aix-Marseille ne conservent malheureusement pas d’exemplaire de ces prestigieuses éditions. Mais le bel Ésope grec imprimé en 1546 présent dans les collections de la bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d’Aix fournit un exemple assez représentatif des remarquables éditions grecques produites par l’atelier Estienne dans les années 1540. Cet exemplaire a été manifestement lu avec soin et attention, car il est en grande partie couvert d’annotations manuscrites. Ce lecteur était fort savant: une grande partie de ces notes sont en grec ; quelques-unes sont des traductions latines de certains passages.

Esope, Vie et Fables (en grec), Paris, Robert Estienne, 1546. Détail d'une page intérieure annotée. Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d'Aix, Res 35 469
Esope, Vie et Fables (en grec), Paris, Robert Estienne, 1546. Détail d’une page intérieure annotée. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res 35 469.

Bien sûr, ce portrait flatteur de François Ier en roi des humanistes n’est qu’une des facettes de son règne. En réalité, les savants qui entouraient le roi et espéraient beaucoup de ses libéralités ne l’ont pas toujours trouvé si favorable à leurs désirs. Guillaume Budé doit attendre bien longtemps avant la création des premiers postes de lecteurs royaux, et encore, les professeurs ainsi nommés doivent d’abord exercer sans locaux ni instruments de travail. Le préambule de l’ordonnance de Montpellier n’est qu’un vœu pieux, la bibliothèque royale restant pour longtemps encore semblable à celle des prédécesseurs de François Ier, c’est-à-dire composée pour une immense majorité de manuscrits. L’affaire des Placards, en 1534, amène même un revirement brutal (même s’il reste provisoire) dans l’attitude du roi à l’égard non seulement du protestantisme montant, mais aussi du livre imprimé : le roi prend un édit interdisant toute publication de livre imprimés dans le royaume de France.

Luther, De Servo Arbitrio ad D. Erasmum Roterodammn, Nuremberg, Johann Petreius, 1526. Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res 22672.
Martin Luther, De Servo Arbitrio ad D. Erasmum Roterodamum, Nuremberg, Johann Petreius, 1526. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res 22672.

C’est que le règne de François Ier est strictement contemporain de la naissance du protestantisme et de sa première diffusion à travers l’Europe. C’est d’ailleurs à travers les tensions religieuses qui traversent son règne que son attitude ambivalente à l’égard de l’humanisme savant est le mieux révélée : en 1517 et 1518, il tente de faire venir Érasme en France par l’intermédiaire de Guillaume Budé en dépit de la Sorbonne ; en 1546, Étienne Dolet est brûlé sur la place Maubert à Paris après son procès pour hérésie devant le Parlement de Paris, malgré l’évocation de l’affaire devant le Conseil du roi. Entre ces deux extrêmes, son attitude à l’égard des lettrés et savants qui l’entourent, souvent tentés par la Réforme protestante, oscille et fluctue en fonction des impératifs politiques du moment et des besoins de ses relations diplomatiques avec les autres puissances européennes.

Il est indéniable que François Ier s’est intéressé à la culture humaniste propre à son temps et à sa diffusion, y voyant un outil d’affirmation de la grandeur royale face en particulier à l’omniprésence de la culture italienne ; cependant, son attention à ce sujet et la façon dont lui et son entourage l’intègrent dans les objets de la politique royale ne sont pas les mêmes en fonction des différents moments de son règne, avant ou après la défaite de Pavie et sa captivité madrilène, avant ou après l’affaire des Placards. Toujours est-il que la postérité a retenu l’image d’un roi lettré et mécène, protecteur des savants de son temps. Quelques-un des ouvrages conservés dans les collections des bibliothèques d’Aix-Marseille Université en sont le reflet, même si cette image est en grande partie une construction rhétorique soigneusement bâtie par ses contemporains.

Pour aller plus loin (bibliographie non exhaustive) :
François Ier : pouvoir et image, éd. par Magali Vène et Bruno Petey-Girard, Paris, Bibliothèque Nationale de France, 2015. Voir en particulier les articles de Bruno Petey-Girard, « François Ier et les lettres », p. 208-219 et de Magali Vène, « Des livres et un roi », p. 220-231.
GEHL, Paul F., « Humanism For Sale: Making and Marketing Schoolbooks in Italy, 1450-1650 », [En ligne : http://www.humanismforsale.org/]. Consulté le 4 janvier 2016.
HOLBAN, Marie, « Quelques remarques critiques sur François Demoulins », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 52 / 1, 1990, p. 23‑36.
KNECHT, Robert Jean, Un prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, trad. Patrick Hersant, Paris, Le Grand livre du mois, 1998.
LA GARANDERIE, Marie-Madeleine de, « Guillaume Budé, A Philosopher of Culture », The Sixteenth Century Journal, 19 / 3, 1988, p. 379‑388.
LAPACHERIE, Jean-Gérard, « Le mythe de l’ordonnance de Villers-Cotterêts », in Langues et identités culturelles dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles, éd. par Marie-Sol Ortola, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2005, p. 219‑230.
MARGOLIN, Jean-Claude, « Politique et culture en France à l’époque de l’humanisme et de la Renaissance », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 34 / 1, 1972, p. 137‑141.
GADOFFRE, Gilbert, La révolution culturelle dans la France des Humanistes : Guillaume Budé et François Ier, Genève, Droz, 1997.
MÉNAGER, Daniel, « Lire et découvrir. La circulation des idées au temps de la Réforme », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 62 / 3, 2000, p. 699‑701.
PETEY-GIRARD, Bruno, « Libéralité humaniste – Mérite humaniste », Le Verger – bouquets, no 2, 2012, [En ligne: ]. Consulté le 4 janvier 2016.

  1. Elle apparaît dans Le roi s’amuse, Paris, 1832, acte IV, sc. 2. []
  2. Bruno Petey Girard et Magali Vène, « Connaissez-vous François Ier ? », in François Ier: pouvoir et image, éd. par Magali Vène et Bruno Petey-Girard, Paris, Bibliothèque Nationale de France, 2015, p. 17-18. []
  3. Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, Berlin, Christian Friedrich Henning, 1751, p. 7. []
  4. Michelet, Précis de l’histoire moderne, Paris, Louis Colas et Louis Hachette, 1827, p. 84. []
  5. Josse Bade avait publié une première fois les Œuvres complètes de Politien en 1512. []
  6. La querelle culmine avec la parution d’un ouvrage de l’humaniste de Rotterdam : Ciceronianus, sive de optimo dicendi genere, Bâle, Froben, 1528. []
  7. Pour en savoir plus sur cet imprimeur, on consultera avec profit quelques-unes des références suivantes :

    GEWIRTZ, Isaac Meir, The prefaces of Badius Ascensius : The humanist printer as arbiter of French humanism and the medieval tradition in France, Ph.D., Ann Arbor, 2003.
    KATZ SIMON, Louise, « La “Préface” de Josse Bade aux Silvae morales (1492) », Camenae, 2007, [En ligne : http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/ArticleLKATZ.pdf].
    KATZ SIMON, Louise, La presse et les lettres : Les épîtres paratextuelles et le projet éditorial de l’imprimeur Josse Bade (c. 1462-1535), thèse de doctorat, Paris, EPHE, 2013.
    LEBEL, Maurice, Josse Bade, dit Badius, 1462-1535 : Préfaces de Josse Bade, humaniste, éditeur-imprimeur et préfacier, Louvain, Peeters, 1988.
    LEBEL, Maurice, « Josse Bade, éditeur et préfacier (1462-1535) », Renaissance and Reformation / Renaissance et Réforme, 17 / 2, 1981, p. 101 sq.
    RENOUARD, Philippe, Bibliographie des impressions et des oeuvres de Josse Badius Ascensius: imprimeur et humaniste, 1462-1535, Paris, E. Paul et Guillemin, 1908.

    []

  8. Paris, Josse Bade, 1515. []
  9. Sur la naissance de l’enseignement du grec en France à la Renaissance, voir Michèle Clément, « L’enseignement du grec en France de 1507 à 1545 : du premier livre grec imprimé aux Grecs du Roy, une difficile implantation », dans Les outils de la connaissance: enseignement et formation intellectuelle en Europe entre 1453 et 1715, éd. par Jean-Claude Colbus et Brigitte Hébert, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2006, p. 141-157. []
  10. Il s’agit d’un recueil de lettres latines et grecques publié sous le titre latin d’Epistolae, Paris, Josse Bade, 1520, et des Commentarii linguae grecae, Paris, Josse Bade, 1529. []
  11. Le De Asse n’est pas le seul texte de Budé où il expose ses ambitions vis-à-vis du roi. L’humaniste a également rédigé une Institution du prince dès le début du règne (1518), ce texte n’étant publié qu’après la mort du roi (1547). Sur ce texte et cette publication posthume, voir Christine Bénévent et Malcolm Walsby, « L’Institution du prince de G. Budé. Le mystère des premières éditions perdues », dans Art et Métiers du livre: reliure, bibliophilie, estampe, 310, 2015, p. 30-39. []
  12. Sur Robert Estienne, voir Elizabeth Armstrong, Robert Estienne : royal printer. An historical study of the elder Stephanus, Cambridge, University Press, 1954. Sur les Grecs du roi, on peut consulter Annie Charon, « Humanism and Typography. The Grecs du Roi and the Study of the Ancient World », dans Printing for Kingdom, Empire and Republic. Treasures from the Archives of the Imprimerie nationale, éd. par H. George Fletcher, New-York ; Paris, The Grolier Club ; Imprimerie nationale, 2011, p. 7-21. []

Focus sur une collection peu commune : un grainetier

Depuis le printemps 2015, Anaïs Onno (Ingénieure d’étude, Ecologue employée à la cellule du Patrimoine scientifique d’AMU) inventorie un grainetier reçu en legs de la Société d’Horticulture et d’Arboriculture des Bouches-du-Rhône en décembre 2014.

Il s’agit d’une collection de graines, rangées par famille dans un meuble à tiroirs. Chaque échantillon, constitué d’un lot de graines contenu dans un tube en verre, est renseigné avec une étiquette comportant la famille, le genre et l’espèce, plus rarement la provenance.

Ce grainetier fait l’objet d’une restauration et d’un inventaire. Ainsi tous les échantillons ont été nettoyés et congelés pour désinsectisation. A ce jour, presque 1 700 échantillons ont été inventoriés dans une base de données en retranscrivant toutes les informations présentes sur les étiquettes.

Un reclassement des échantillons complètera la restauration. L’inventaire sera bientôt accessible sur le site du patrimoine scientifique d’AMU. Cette collection sera complétée par d’autres collectes présentes dans les collections de botanique de l’université.

Ce grainetier constituera alors une collection de référence pour l’identification des graines lors des différentes activités d’enseignements et de recherche.

© A. Onno
Tubes de graines : Brassicacées © A. Onno
© A. Onno
Tubes de graines : haricots © A. Onno
© A. Onno
Tubes de graines : Graminées © A. Onno
Abrus precatorius © A. Onno
Abrus precatorius © A. Onno
Trachycarpus excelsa © A. Onno
Trachycarpus excelsa © A. Onno
Strelitzia reginae © A. Onno
Strelitzia reginae © A. Onno

Questionner le monde: les outils qui ont fait les sciences sociales

Christelle Rabier, maître de conférences à l’EHESS, a lancé un programme de recherche intitulé « Questionner le monde : les outils qui ont fait les sciences sociales », qui vise à réfléchir sur les outils des chercheurs en sciences humaines et sociales. La phonothèque de la MMSH a déjà participé à une matinée sur le thème des archives orales en juillet 2015, et c’est maintenant au tour des bibliothèques universitaires d’être sollicitées dans ce cadre pour une séance « Bibliothèques » qui aura lieu le 4 décembre 2015.

Affiche de la table ronde.
Affiche de la table ronde.

Les bibliothèques représentent un lieu central de conservation de l’information, de son indexation et de sa mise à disposition auprès des personnels et des étudiants. Leur espace même configure au quotidien et dans la durée les pratiques de travail, tant des personnels que des usagers. Plans, mobilier, comptes de fonctionnement, catalogues, registres d’emprunts, règlements, représentent autant d’indices des usages passés des lieux de travail.

Les bibliothèques font l’objet de constants aménagements et réaménagements pour répondre à ces fonctions quelquefois contradictoires qui leur reviennent.

À l’occasion des grands projets de construction et de réaménagements des BU Lettres, Sciences et Droit d’Aix-Marseille Université, les responsables nous invitent à analyser ces moments, qui sont autant de sites d’observation privilégiée des lieux critiques de l’activité universitaire, pour en penser l’histoire.

La matinée aura lieu le 4 décembre 2015 dans la salle de colloques n°1 du pôle multimédia, Faculté de Lettres et sciences humaines, 29, avenue Robert Schuman, Aix-en-Provence.

Accueil à partir de 9h, début de la séance à 9h30.

Accès libre dans la limite des places disponibles.

Contact et renseignement: sophie.astier[at]univ-amu.fr

Le diabète, hier et aujourd’hui

A l’occasion de la journée internationale du diabète le 14 novembre 2015, les bibliothèques de Santé d’Aix-Marseille Université ont mis en place une exposition sur le diabète, avec la présentation d’une sélection d’ouvrages de leurs fonds modernes et anciens.

 

Affiche de l'exposition
Affiche de l’exposition

 

A retrouver au rez-de chaussée de la bibliothèque de Médecine-Odontologie de la Timone, du 4 au 25 novembre 2015.

Les bibliothèques universitaires se mettent à votre écoute

Du 2 au 27 novembre 2015, le Service commun de documentation (SCD – Bibliothèques universitaires) d’Aix-Marseille lance une grande enquête de satisfaction Libqual+, disponible en ligne et dans les BU.

Les bibliothèques universitaires à votre écouteTous les publics des bibliothèques universitaires peuvent participer : étudiants, mais aussi enseignants, chercheurs, lecteurs occasionnels, etc… Ceux qui viennent consulter le patrimoine conservé dans les BU comme ceux qui ne fréquentent que la bibliothèque virtuelle (ressources et revues électroniques, bibliothèque numérique) sont également concernés. Si vous appartenez à la communauté universitaire d’Aix-Marseille Université et que vous n’avez jamais affaire aux bibliothèques universitaires, vous pouvez aussi répondre.

Les résultats de cette enquête permettront aux bibliothécaires d’analyser les points de satisfaction et les marges de progression, et ainsi d’améliorer la qualité de leurs services. N’hésitez pas à utiliser les zones de commentaires libres (en fin de questionnaire) pour nous faire part de remarques complémentaires qui n’entreraient pas dans le cadre pré-défini.

En répondant à l’enquête, les étudiants peuvent participer à un tirage au sort et gagner des cadeaux, dont un iPad Air.

Pour plus d’information, consultez le site des bibliothèques universitaires : www.bu.univ-amu.fr

Répondre à l’enquête

Actualités patrimoniales de la rentrée universitaire

En cette rentrée, Aix-Marseille Université est engagée dans diverses actions patrimoniales.

Ce week-end, lors des Journées européennes du patrimoine, vous pourrez découvrir les trésors de la Faculté des Sciences Saint-Charles et de la Faculté de Médecine à la Timone (les deux manifestations sont à Marseille).

Affiche officielle des Journées européenne du patrimoine, 19 et 20 septembre 2015

A Saint-Charles, des visites-découvertes sont organisées samedi 19 et dimanche 20 septembre pour découvrir les patrimoines dissimulés sur le campus. Samedi, les visiteurs pourront explorer le musée de paléontologie et les réserves de livres précieux de la BU; dimanche, ils auront accès à l’herbier, à l’ancien musée colonial et à la collection d’instruments scientifiques. Un feu d’artifice est organisé samedi soir, et les deux journées seront animées de diverses autres animations.

Il est nécessaire de s’inscrire pour participer: il reste encore quelques places. Renseignements et inscriptions se font ici: http://cps.univ-amu.fr/journees-du-patrimoine.

De son côté, la Faculté de Médecine, en collaboration avec l’Association des Amis du patrimoine médical de Marseille, et la BU, participe aussi aux Journées du patrimoine (le samedi seulement). Cette année, l’accent sera mis sur le patrimoine architectural, et sera l’occasion de présenter au public le tout nouveau bâtiment pédagogique. Ce sera aussi l’occasion de découvrir les panneaux sculptés de la salle du Conseil (élément important du patrimoine du XXe siècle), ainsi que les réserves précieuses de la BU de Médecine-Odontologie.

Là aussi, il est nécessaire de s’inscrire pour participer. Renseignements et inscriptions se font ici: http://medecine.univ-amu.fr/news/307/journees-europeennes-du-patrimoine-2015-a-faculte-medecine.

Le mois de septembre 2015 est aussi l’occasion de commémorer le 500e anniversaire de la bataille de Marignan, remportée par François Ier sur les Suisses à l’aube de son règne. L’année 2015 est, de façon plus générale, une année François Ier.

Détail de la page de titre de Guillaume Durand, Speculi Gulielmi Durandi, Lyon, à l'enseigne de la Salamandre, 1547. Bibliothèque de Droit et Science politique (Aix), Res 261
Détail de la page de titre de Guillaume Durand, Speculi Gulielmi Durandi, Lyon, à l’enseigne de la Salamandre, 1547.
Bibliothèque de Droit et Science politique (Aix), Res 261

A cette occasion, la BU Droit présente actuellement une sélection d’ouvrages juridiques publiés durant le règne de ce roi (1515-1547). Certains de ces livres présentent une page de titre ornée d’une belle salamandre, enseigne d’une puissante famille de libraires lyonnais et emblème personnel du roi.

Cette exposition est accessible à tous, à l’accueil de la BU. Elle est ouverte au public jusqu’aux vacances de fin d’année.

Un billet consacré à François Ier et à l’humanisme, vus à travers le prisme des ouvrages conservés dans les collections d’Aix-Marseille Université, sera prochainement publié sur ce carnet.

Le Journal des Sçavans

La BU LSH d’Aix Schuman conserve dans ses collections un trois cent cinquantenaire toujours florissant, le plus ancien périodique littéraire et scientifique d’Europe, le Journal des sçavans, devenu bien plus tard Journal des savants.

« Les journaux des savants, selon le Dictionnaire de Trévoux, en 1704, ont été inventés pour le soulagement de ceux qui sont ou trop occupés ou trop paresseux pour les livres entiers. C’est un moyen de satisfaire sa curiosité et de devenir savant à peu de frais. Ils gâtent par là bien des gens; néanmoins comme ce dessein a paru très commode et très utile, il a été continué sous des titres différents »1.

Page1num1
Page de titre du 1er numéro publié, le lundi 5 janvier 1665

La collection de la BU LSH est quasi complète, depuis le 1er numéro du 5 janvier 1665 jusqu’à nos jours. Les 51 premiers volumes de l’édition parisienne originale, publiés de 1665 jusqu’en 1729, sont de format in-4° imprimés en gros caractères. Suivent 190 volumes publiés entre 1731 et 1782, de format in-12°, à petits caractères, édition destinée à concurrencer les contrefaçons.
Le journal ne paraît pas entre 1792 et 1816, notre collection ne reprend toutefois qu’en 1859, l’abonnement est toujours en cours à ce jour, à la même cote 15009.
Une édition hollandaise de contrefaçon, de format in-12°, publiée de 1665 à 1730 vient doubler partiellement la collection.

tete
Tête de collection in 4°

Deux autres bibliothèques de l’université Aix-Marseille signalent également des tranches de collection : 1883-1901 pour l’Observatoire des sciences de l’Univers – Institut Pytheas site de Château-Gombert, 1925-1944 pour la Bibliothèque de Sciences, lettres et sciences humaines à Marseille Saint-Charles.

Titre et périodicité
Le périodique connait plusieurs orthographes de son titre :
Le Journal des sçavans (1665-1674);
Journal des sçavans (1675-1682);
Journal des savants ou recueil succint et abrégé de tout ce qui arrive de plus surprenant dans la nature, et de ce qui se fait et se découvre de plus curieux dans les arts et dans les sciences (1683-1686);
Le Journal des sçavans (1687-1696);
Le Journal des savans (1697-1701);
Le Journal des sçavans (1702-1790);
Journal des savans (1791 et 1792).
Après l’essai d’un semestre du 15 nivôse au 30 prairial an V (4 janv.-19 juin 1797), la parution reprend en 1816, sous le nom maintenu jusqu’à aujourd’hui, Journal des Savants.
Dès l’année 1666, il est complété par une « Table des matières » à laquelle s’ajouta, en 1675, une « Bibliographie récapitulative de l’année écoulée ».
En théorie hebdomadaire, la périodicité du journal varie souvent de 1665 à 1723. Il devient mensuel en 1724 et le reste jusqu’en 1792, avec 14 cahiers par an (deux en juin et en décembre).
Trimestriel entre 1816 et 1991, il devient semestriel en 1992 et le reste jusqu’à nos jours.

inventaire
Extrait du registre d’inventaire des périodiques de la BU LSH

Le fondateur et ses premiers successeurs
Denis de Sallo (1626-1669) conseiller au Parlement de Paris, conçoit le projet en 1664 de publier un journal savant et littéraire.
Avide de connaissances, il lit beaucoup et rassemble dans 9 énormes volumes, classés alphabétiquement par sujets, des notes et extraits de lecture. Il apprend le grec et le latin, l’italien et l’espagnol, mais aussi l’anglais et l’allemand, encore peu connus en dehors de leurs pays.
Malade et impotent, il décide de se mettre au service du monde des lettres. Bénéficiant de l’estime de Colbert, qui espére augmenter la gloire du roi et répandre l’influence de la France, il obtient le 8 août 1664 un privilège2 pour 20 ans.
La première livraison de l’hebdomadaire sortie le 5 janvier 1665 des presses de Jean Cusson, parait sous le nom de « Sieur de Hédouville », pseudonyme que Sallo croit devoir prendre, selon l’usage très répandu à l’époque.
A sa mort, la bibliothèque de sa résidence parisienne compte 3728 imprimés et 207 manuscrits3.
Lui succèdent l’abbé Jean Gallois (1666-1674), l’abbé Jean-Paul de La Roque (1674-1687), le président Louis Cousin (1687-1701) et l’abbé Jean-Paul Bignon (1701-1714 puis 1723-1739) qui crée un bureau de rédacteurs spécialisés, chacun faisant autorité dans un domaine de connaissances.
Après la seconde démission de Bignon en 1739, tous les rédacteurs en chef du journal sous l’Ancien Régime sont choisis parmi les savants entrés au service de l’État.

Contenu et histoire éditoriale
Le privilège accorde à la revue un champ universel, des beaux-arts aux sciences, du droit à la religion, pour les livres, les mémoires et aussi les représentations ou démonstrations publiques. Fort de ce droit exclusif de commenter périodiquement des travaux de mathématiques, de sciences, d’histoire, de belles-lettres et de théologie, Denis de Sallo établit rapidement des échanges avec des savants d’Angleterre, des Pays-Bas et de Toscane, pour réunir la matière de sa future publication.

Le Journal des savants, dès son premier numéro, affiche sa ligne éditoriale : « faire savoir ce qui se passe de nouveau dans la République des lettres » à travers des comptes rendus de livres, des nécrologies détaillées, des présentations des dernières découvertes et expériences scientifiques, des décisions des tribunaux séculiers ou ecclésiastiques.

Les premiers numéros publiés présentent la variété des sujets annoncés : ce sont des cahiers de 12 pages chacun, contenant des articles souvent très courts où l’on signale et commente des livres les plus divers, traitant de haute théologie, de philosophie, mais aussi des romans, des contes.

carte
« Véritable cours de la comète » pour servir aux observations célestes

On y trouve aussi des critiques sur des œuvres de peinture et de sculpture, des jugements des cours ecclésiastiques et civiles, des arrêts du Parlement, des ordonnances d’évêques, des décisions d’universités, des éloges d’hommes illustres, des communications d’expériences et de découvertes.

cerveau
Un thème médical illustré

Les illustrations, particulièrement nombreuses dans les années 1670, se raréfient par la suite et concernent surtout des figures mathématiques.

Pour la première fois, les livres non seulement signalés sont également soumis à la critique. De ce fait, les autorités ecclésiastiques n’apprécient guère cette nouvelle liberté, et au bout de quelques mois, le fondateur du Journal des savants, doit suspendre sa publication sous la pression des Jésuites. Mais les autorités civiles souhaitent que la publication puisse continuer. Grâce à Colbert, l’abbé Gallois fait reparaître la revue en janvier 1666, avec toutefois un contenu plus scientifique et un ton plus modéré. Au cours des années suivantes, et jusqu’à la Révolution, le Journal des savants bénéficie d’une sorte de monopole défendu par son propriétaire, l’État. Les périodes de succès et d’instabilité alternent, éloges, plaintes et railleries se font le socle de son histoire complexe, riche en événements.

À partir de 1723, le Journal des savants est ainsi publié sous le patronage de l’Académie des sciences et de celle des inscriptions et belles-lettres. Ce véritable privilège royal doit en principe le protéger de la concurrence mais l’intérêt et le succès de cette nouvelle forme de périodique, bien différente par exemple de La Gazette de Renaudot, suscitent des concurrents et des imitateurs voire des contrefaçons, tant en France (Journal de Verdun, Mercure,…) qu’à l’étranger, notamment en Hollande où la liberté d’expression est beaucoup moins soumise à la censure politique ou religieuse. C’est ainsi que des libraires hollandais publient des réimpressions du  Journal des savants, parfois augmentées d’extraits d’un autre concurrent, comme les Mémoires de Trévoux.

Après la Révolution, le Journal des savants connait à nouveau plusieurs éclipses : de 1792 à 1796,  puis, après une reparution de quelques mois,  jusqu’en 1816.  Plusieurs nouvelles séries, correspondant à chaque fois à des transformations éditoriales, sont ensuite publiées jusqu’en 1859, puis jusqu’en 1909, date à laquelle le journal cesse d’être l’organe de l’Institut de France pour n’être ensuite que celui de l’Académie des inscriptions et et belles-lettres. De cette longue carrière éditoriale, le Journal des savants conserve le principal mérite d’avoir introduit la critique littéraire dans la presse ((Encyclopédie Universalis en ligne :  http://www.universalis.fr/encyclopedie/journal-des-savants/ )).

Éditeurs
Le libraire éditeur initial du J.S. est, pour les années 1665-1682, Jean Cusson, rue Saint-Jacques à l’Image de Saint-Jean-Baptiste.

2015-06-16 12.14.15
Edition parisienne de format in 12°

De nombreux éditeurs se succédent, parmi lesquels Florentin Lambert, Pierre Witte, Théodore Le Gras, Noël Pissot, Philippe Nicolas Lottin, Hugues Daniel Chaubert, Gabriel-François Quillau, Michel Lambert, Charles-Joseph Panckoucke, Jacques Lacombe, Au Bureau du Journal de Paris, De l’Imprimerie des Sourds et muets.

Aujourd’hui et ce depuis 1909, à la suite de l’Institut de France, l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en accepte la charge exclusive, grâce à des crédits prélevés sur la Fondation Gandouras.
Les actuels directeurs de la revue sont MM. Philippe Contamine, Jacques Jouanna et Pierre-Sylvain Filliozat.

Contrefaçons
La contrefaçon du Journal commencée aux Provinces-Unies (ou République des sept Provinces-Unies des Pays-Bas) peu après sa création s’y poursuit jusqu’en 1782.
L’étude des réimpressions néerlandaises du Journal des savants montre l’intérêt que d’importants libraires attachent à de telles éditions, d’abord Daniel Elzevier de 1665 à 1671, de nouveau de 1677 à 1680, puis de 1682 à 1685, et ensuite, à partir de 1687, une association comprenant Wolfgang, Waesberge, Boom et Van Someren, et une autre comprenant Waesberge, Boom, Van Someren et Goethals. La plupart des volumes de contrefaçon de notre collection est publiée par cette dernière association de libraires.

2015-06-25 17.00.23
3 volumes de contrefaçon hollandaise

L’existence de réimpressions successives des mêmes années du Journal des savants montre que ces libraires réalisent de petits tirages, comme ils le font pour leurs propres journaux savants, et cette succession d’impressions témoigne du succès assuré de ces reproductions après 1675 sur les marchés approvisionnés par les Hollandais : la France pour une partie, mais plus encore le marché intérieur néerlandais et l’espace germanique dont les cours et les lettrés utilisent le français comme langue de culture.

contref1

Numéro 1 de 1665 (contrefaçon hollandaise)

Assez tôt les contrefacteurs imposent des modifications à l’ouvrage. Rarement politiques, les suppressions servent plutôt à faire de la place aux catalogues des libraires qui utilisent ainsi le Journal comme vecteur de leur publicité.

Accès en ligne

Journal numérisé sur Gallica de 1665 à 1984.

Les articles parus dans le Journal des Savants pour la période 1909-2009 sont disponibles sur le portail Persée.

Sommaires et résumés sur le site de l’éditeur.

Pour en savoir  plus :

J.P. Vittu indique une large bibliographie dans le : « Dictionnaire des Journaux (1600-1789), édition électronique revue, corrigée et augmentée », sous la dir. de Jean Sgard [en ligne]. Disponible sur http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/journal/0710-journal-des-savants (consulté le 26/06/2015).

Il cite deux études fondamentales :

– BIRN R., «Le Journal des savants sous l’ancien régime», Journal des savants, 1965, p. 15-35.

– PARIS G., «Le Journal des savants», Journal des savants, janv. 1903, p. 93-130.

Parmi les nombreuses études qui abordent, ou évoquent, cette revue on citera:

– BIRN R., « The French-language press and the Encyclopédie, 1750-1759 », Studies on Voltaire, t. LV, 1967, p. 263-286.

– Olivier CORPET, « Journal des Savants  », Encyclopædia Universalis [en ligne]. Disponible sur : http://www.universalis.fr/encyclopedie/journal-des-savants/ (consulté le 15 juin 2015).

– EHRARD J. et ROGER J., « Deux périodiques français du XVIIIe siècle : Le Journal des savants et Les Mémoires de Trévoux. Essai d’une étude quantitative », dans Livre et société dans la France du XVIIIe siècle, Paris et La Haye, 1965, p. 33-59.

– LEBRUN F., « Les affiches d’Angers, I773-I789 », Le Mouvement social, juil. 1962, p. 56-73, sur la présence du J.S. dans un cabinet de lecture provincial.

– MORGAN, Betty-Trevelle, Histoire du Journal des Sçavans depuis 1665 jusqu’en 1701, Paris, PUF, 1928.

– VITTU J.P., «Les contrefaçons du Journal des savants de 1665 à 1714», dans Les Presses grises. La contrefaçon du livre (XVIe-XIXe siècle), textes réunis par F. Moureau, Paris, 1988, p. 303-331.

– VITTU J.P., « Diffusion et réception du Journal des savants (1665-1714) », dans La Diffusion, p. 167-175.

– VITTU J.P., Le Journal des savants et la République des Lettres, 1665-1714, thèse de doctorat en histoire, Paris 1, 1998.

– VITTU Jean-Pierre, « Du Journal des savants aux Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux-arts : l’esquisse d’un système européen des périodiques savants », Dix-septième siècle, 3/2005 (n° 228) , p. 527-545.

  1. Histoire générale de la presse française, publié sous la direction de Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral et al., Paris, PUF, 1969. []
  2. Autorisation exclusive d’imprimer un ouvrage. Mise en place par l’article 78 des ordonnances de février 1566, dites Edit de Moulins. Cette autorisation était délivrée après lecture du manuscrit par les censeurs royaux. []
  3. Raymond Birn, Le journal sans l’Ancien Régime, JdS, 1965, p. 15-35 []

La bioérosion en milieu récifal : un indice de bonne santé du récif ? par Véronique Chazottes, Maître de conférence AMU, 3 juin 2015

Un récif corallien est une structure naturelle construite par des coraux (Cnidaires) et des algues calcaires. La structure et l’architecture du récif dépendent d’un équilibre fragile entre construction et destruction. Un récif corallien peut donc être considéré comme un écosystème dynamique où tous les phénomènes sont en interaction. Le rôle des récifs dans la protection du littoral et les enjeux sociaux et économiques qui en découlent ont été rappelés au public.

De nombreux organismes participent à la « production brute » des récifs : des organismes constructeurs (coraux et algues calcaires) ainsi que des organismes qui participent, après leur mort aux dépôts sédimentaires (foraminifères, mollusques, échinodermes…). D’autres attaquent le substrat calcaire par différents types d’action (chimique, mécanique ou une combinaison des deux). C’est ce qu’on appelle la bioérosion, sujet central de cette présentation.

Il existe 3 grandes catégories d’organismes dits « érodeurs » qui se différencient selon leur taille et leur type d’action sur le corail :

– les brouteurs

Certains oursins « broutent » le corail et les fonds récifaux pour se nourrir de micro-algues qui colonisent les premiers millimètres du corail. Comme le public a pu l’observer à la loupe binoculaire, on retrouve dans le contenu digestif des oursins brouteurs une partie minérale (carbonate de calcium) qui correspond aux fragments arrachés à la trame récifale et qui n’ont pas été digérés.

Certains poissons raclent également le substrat à la recherche de nourriture comme par exemple les poissons perroquet. Les organismes brouteurs jouent un rôle majeur dans la régulation des peuplements d’algues sur le récif.

Par leur action d’abrasion continue du corail, les organismes brouteurs produisent un sable moyen à grossier qui sera conservé en grande partie sur le récif et qui participe donc à la production brute. Le public a pu observer des échantillons de sables prélevés sur les récifs de La Réunion et qui avaient été triés en fonction de la taille des grains. L’observation à la loupe binoculaire a permis de montrer des grains de différentes origines (débris de coraux, d’algues calcaires, de mollusques, des foraminifères…).

– les macro-foreurs

Il s’agit de macro-organismes (bivalves, éponges, polychètes, siponcles, etc) qui colonisent les substrats coralliens et se retrouvent parfois piégés dans le corail. Le public a pu observer des échantillons de coraux issus des collections d’AMU présentant des perforations dans lesquelles on trouve encore les coquilles de bivalves. Les éponges perforantes et les bivalves produisent le plus de dégâts sur un récif corallien puisqu’ils vont s’y installer en profondeur et s’y développer, ce qui va le rendre plus fragile. D’autres perforations produites par des « vers » (polychètes, siponcles) ont été observées. Les macro-organismes foreurs produisent un sédiment très fin qui sera en grande partie exporté du récif.

– les microperforants

La microflore qui colonise les premiers millimètres du corail est constituée essentiellement de cyanobactéries, de champignons et de chlorophycées. Ces organismes pénètrent dans le corail par voie chimique et agissent en synergie avec les brouteurs qui pourront racler plus facilement la surface, permettant à la lumière de pénétrer plus profondément dans le corail ce qui favorise le développement de la microflore. On peut observer à la base de certains échantillons de corail des zones légèrement colorées de vert qui indiquent la présence de micro-algues. Le public a pu observer au microscope optique des lames minces réalisées dans du corail et montrant une frange de filaments de micro-algues.

Actuellement, les récifs coralliens subissent les conséquences de nombreux changements locaux ou globaux qui ont des effets négatifs sur la fécondité du corail, sa résistance, sa capacité à construire son squelette calcaire.

Le phénomène d’acidification des océans découle d’une augmentation de la pression en CO2 atmosphérique qui entraîne une baisse du pH de l’eau de mer et une diminution des ions carbonates, éléments constitutifs du squelette du corail.

De plus, les récifs coralliens se développent dans de faibles tranches d’eau et sont très sensibles aux variations du niveau marin. Une élévation trop rapide du niveau marin peut conduire à l’ennoiement des récifs.

Les apports en éléments nutritifs (eutrophisation), issus par exemple de l’agriculture (nitrates, phosphates) ou via des phénomènes naturels d’upwelling (eaux venant de la profondeur chargées en éléments nutritifs) sont finalement plus favorables aux algues molles qu’aux coraux habitués à des milieux oligotrophes (pauvres en éléments nutritifs).

Le blanchissement du corail, mis en évidence sur de nombreux récifs dans le monde, résulterait notamment d’une augmentation de température de l’eau mais ce phénomène demeure aujourd’hui encore mal compris.

Quel serait l’impact de ces changements sur les organismes érodeurs ?

Des études expérimentales semblent indiquer qu’une élévation de la pression en CO2 atmosphérique serait favorable aux peuplements de micro-perforants. Mais ces résultats doivent être confirmés dans les milieux naturels. L’apport en éléments nutritifs qui est défavorable au corail favoriserait en revanche les macro-foreurs qui sont des organismes filtreurs. Mais dans les milieux naturels, soumis à des perturbations anthropiques depuis plusieurs années, les substrats coralliens sont colonisés par des peuplements d’algues molles ou d’algues calcaires qui compliquent l’affaire et ont à leur tour un impact sur les organismes érodeurs. Par exemple, les algues calcaires et certaines algues molles ne sont pas attractives pour les organismes brouteurs qui ne peuvent plus assurer leur rôle de régulation de la biomasse algale. Les récifs coralliens sont donc des écosystèmes complexes, siège d’interactions entre les organismes vivant sur le récif et les paramètres environnementaux qui doivent être prises en compte dans les programmes d’aménagement. Par exemple, l’enlèvement des oursins dans certaines zones touristiques, parce qu’ils gênaient la baignade, a conduit au surdéveloppement des algues et à l’étouffement des communautés coralliennes. Ceci illustre bien que chaque organisme joue un rôle et participe à la dynamique du récif.

Seule une bonne connaissance du fonctionnement des écosystèmes récifaux à une échelle globale et de leur variabilité dans le temps et dans l’espace peut permettre d’imaginer leur évolution future en réponse aux perturbations environnementales. Et les organismes érodeurs jouent un rôle majeur dans cette réflexion !

IMG_5413

Véronique Chazottes et le public dans une des salles de TP-TD sur le site St Charles.

IMG_5410

Idem.

IMG_5423

Extrait de la partie minérale du contenu digestif d’un organisme brouteur, ici un oursin.

IMG_5241

Cet échantillon issu des collections d’AMU montre deux perforations dans lesquelles on peut encore observer des coquilles de bivalves (genre Lithophaga) piégées par le corail au cours de leur croissance.

IMG_5424

Les sachets contiennent des échantillons de sable corallien originaire de l’île de la Réunion. Les planches nous montrent à gauche des exemples d’organismes brouteurs et à droite d’organismes macro-foreurs.

photo1

Echantillon de corail issus des collections d’AMU présentant des perforations de polychètes et d’éponges, ainsi qu’une frange colorée à quelques millimètres sous la surface du corail qui indique la présence de micro-perforants (chlorophycée Ostreobium).

IMG_5247

Idem.

Trésors de la botanique à la Bibliothèque Universitaire de St Charles par Johann Berti et Pierre Ponsot, 6 mai 2015

Johann Berti, conservateur et administrateur provisoire du service commun de la documentation d’AMU ainsi que Pierre Ponsot, bibliothécaire, nous ont reçu à la Bibliothèque universitaire (BU) de St Charles pour une visite autour des trésors de la botanique.

En effet, la BU possède une riche réserve patrimoniale composée d’une partie des collections d’AMU. Elle est organisée autour de trois principaux thèmes : la botanique, la zoologie et les explorations scientifiques et contient plus de 2 000 documents.

Lors de cette visite, le public a pu découvrir un « Alguier », herbier contenant exclusivement des algues, datant du 19ème siècle. Cet alguier : Algues marines du Finistère, a été publié en 1852 par les frères Crouan, pharmaciens nés à Brest et passionnés de botanique.

Il s’agit d’un document exceptionnel tant par le nombre d’exemplaires publiés (une cinquantaine) que par l’ampleur du travail de collecte, d’identification et de classification (chaque exemplaire contenant des échantillons uniques). En effet, chaque page est composée d’une espèce d’algue séchée et collée (« exsiccata ») avec une étiquette précisant le nom de l’espèce, les auteurs principaux qui l’ont décrite et figurée, le lieu et la date de collecte.

Ce travail a été réalisé sur 15 ans avec pas moins de 20 000 échantillons collectés dans l’objectif de recenser l’ensemble des algues marines du Finistère. Il se décline en trois volumes selon trois grandes familles : Fucoïdées, Floridées, Zoospermées en suivant la classification du Species Algorum de C.-A Agardh (botaniste suédois). Ce sont 404 espèces d’algues qui y figurent sur 406 répertoriées à l’époque.

Ceci est d’autant plus impressionnant que les deux frères tiennent une officine tout en continuant à herboriser. Ils publient pour la première fois dans une revue scientifique en 1833. Deux ans plus tard, ils établissent un tableau de 150 algues (déposé à Brest), ébauche de leur futur travail mais qui sera malheureusement détruit par les bombardements pendant la seconde guerre mondiale. Ainsi, ils identifient, décrivent et nomment une vingtaine d’espèces jusque là inconnues.

Les trois volumes de l’ouvrage présentés sont très impressionnants par leur excellent état de conservation et livrent encore les très belles couleurs de certaines espèces (cf photos ci-dessous).

D’autres ouvrages ont aussi été présentés tel que le Species Algorum (cité plus haut), ou encore la Florule du Finistère, également réalisée par les frères Crouan en 1867. On trouve à la fin de cet ouvrage remarquable 32 planches lithographiées en couleur. Enfin, le public a eu la chance de découvrir le Stirpium historia, ouvrage datant du 17ème siècle (1616) et retraçant l’histoire des plantes. Il s’agit de la seconde édition latine, l’œuvre originale réalisée par le hollandais Dodoens étant parue dans sa langue natale (1554) pour être premièrement traduite en plusieurs langues vernaculaires européennes puis en latin. Cet ouvrage a donc largement été diffusé en Europe et a probablement eu une certaine importance dans les siècles derniers.

La majorité de ces œuvres ont été numérisées afin de les rendre accessibles à la communauté scientifique mais aussi au grand public. Comme le remarque dans un court film Claude Humbert, chercheur à l’Université de Bourgogne, elles présentent un intérêt patrimonial mais aussi scientifique puisqu’elles sont les témoins de l’état de la flore à une certaine époque. Ceci prend d’autant plus de sens dans un contexte actuel global de modifications profondes de la biodiversité (introduction et disparition d’espèces et destruction des habitats) et confère une grande valeur scientifique aux collections.

Pour approfondir, lisez l’article : http://tresoramu.hypotheses.org/category/decouverte-du-patrimoine-amu

 

IMG_5382Johann Berti (à gauche), Pierre Ponsot (à droite) et le public dans la salle de formation de la BU de St Charles.

IMG_5395Pierre Ponsot (à gauche), Johann Berti (au centre) et le public dans la salle de formation de la BU de St Charles.

IMG_5388Echantillon d’une espèce dans Algues marines du Finistère, recueillies et publiées par Crouan frères. 1, Fucoidées. Brest : Crouan frères, 1852, 112pl.

IMG_5391Echantillon d’une espèce dans Algues marines du Finistère, recueillies et publiées par Crouan frères. 2, Floridées. Brest : Crouan frères, 1852, pl. 113 à 322.

IMG_5394Echantillon d’une espèce dans Algues marines du Finistère, recueillies et publiées par Crouan frères. 2, Floridées. Brest : Crouan frères, 1852, pl. 113 à 322.

IMG_5401Echantillon d’une espèce dans Algues marines du Finistère, recueillies et publiées par Crouan frères. 3, Zoospermées. Brest : Crouan frères, 1852, pl. 323 à 404.

IMG_5404Planche représentant la répartition des algues sur un rocher dans Florule du Finistère, Crouan frères, 1867.

Alguier des frères Crouan

Article rédigé en collaboration avec Johann Berti.

Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 1, Fucoïdées. 1852 (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/1) © cicrp - photo Odile Guillon
Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 1, Fucoïdées. 1852
(Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/1)
© CICRP – photo Odile Guillon

Crouan, Pierre-Louis (1798-1871), Crouan, Hippolyte-Marie (1802-1871)
Algues marines du Finistère, 1852, 3 vol., in-8°.

On aime à se reposer l’esprit sur ces
charmantes plantes, à les examiner
sous tous les rapports, car on ne les
connaîtrait qu’imparfaitement si
l’on se bornait à l’étude de leurs
formes extérieures…
Crouan, Frères

Pierre-Louis et Hippolyte-Marie Crouan sont deux frères pharmaciens nés à Brest. Passionnés de botanique, ils herborisent et publient dans plusieurs revues scientifiques à partir de 1833. Chemin faisant, ils correspondent avec les meilleurs spécialistes européens des algues.

Ils déposent au Musée ou Cabinet d’Histoire Naturelle du jardin botanique de Brest, en 1835, un tableau composé de 150 algues, qualifié par ses auteurs d’ébauche. Ce travail préfigure et porte en soi la genèse de futurs projets. Ce tableau algologique sera détruit en 1944, lié aux importants bombardements que la ville de Brest a subis durant cette période.

L’ alguier

Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 2, Floridées. 1852 (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/2) © CICRP - photo Odile Guillon
Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 2, Floridées. 1852
(Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/2)
© CICRP – photo Odile Guillon

En 1852 les frères Crouan publient à compte d’auteur, en 50 exemplaires seulement, un document exceptionnel en 3 volumes : Algues marines du Finistère. Il s’agit d’un herbier d’algues (alguier) qui rassemble 404 échantillons d’algues du Finistère. Ces 404 échantillons sont classés par familles, rassemblées donc en 3 volumes (1 : Fucoïdées ; 2 : Floridées ; 3 : Zoospermées) et sous-familles.

Chaque page de l’ouvrage porte une espèce d’algue séchée et collée (exsiccata) accompagnée d’une étiquette imprimée qui précise le nom de l’espèce, cite les auteurs principaux qui ont décrit ou figuré ces plantes, le lieu et l’époque précis de la récolte.

Ils citent dans la préface le botaniste suisse Augustin Pyrame de Candolle, auteur notamment du Traité élémentaire de la botanique.
Ils optent pour un format d’ouvrage in octavo car les trois-quarts au moins des algues, ne nécessitent pas une autre taille. Pour les grandes espèces ils choisiront des rameaux. Le format in-8° présente aussi l’avantage d’être portatif et pratique pour la consultation. Ils ont identifié et nommé plus d’une vingtaine d’espèces d’algues jusqu’ici inconnues. Certaines espèces portent leur nom, les Crouania. Il a fallu 15 années aux frères Crouan pour mener à bien ce travail colossal et la collecte de 20 000 échantillons.

Les algues sont classées selon le Species Algorum de Carl Adolf Agardh, botaniste suédois, professeur à l’université de Lund. Il est considéré comme l’un des pères de l’algologie. Son fils Jacob Georg Agardh deviendra aussi un algologue notoire.

Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 3, Zoospermées. 1852 (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/3) © CICRP - photo Odile Guillon
Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 3, Zoospermées. 1852
(Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/3)
© CICRP – photo Odile Guillon

Exceptionnel, ce document préparé par les auteurs eux-mêmes, en plus de son intérêt scientifique, l’est à plus d’un titre : d’une part, seuls 50 exemplaires sont conservés de par le monde, dont quelques uns en France, et certains en mauvais état. L’exemplaire de la BU Saint-Charles, qui plus est en bon état, est donc déjà en soi une rareté.

D’autre part, l’état de conservation de cet herbier d’algues, ainsi que la « poésie » qui se dégage de chaque page, procurent à l’observateur un bonheur sans pareil. Visuellement, nous sommes parfois à la frontière de l’art, c’est en tous cas un émerveillement à chaque page.

Comme ils l’indiquent dans leur préface (p.4, vol.1), les frères Crouan ont repris, pour dessécher les plantes marines, la méthode d’un pharmacien et algologue de Quimper, Théophile Bonnemaison, méthode dont ce dernier a livré les secrets dans un article intitulé « Essai sur les hydrophytes loculées »…

La Florule

En 1867, les Frères Crouan font paraître une étude complète (genera) de la flore (algues marines, fluviatiles et terrestres) du département, Florule du Finistère, qui, selon les spécialistes, est longtemps restée un modèle de flore locale, et qui couronne leur carrière de botanistes.

En frontispice, sur une planche en couleur, est représentée la répartition des algues sur un rocher lors d’une grande marée. En fin de volume, dessinées de la main d’Hippolyte Crouan, se trouvent 32 planches lithographiées en couleur du genera.

A noter qu’ils citent, à la fin de leur préface (P.X), la maxime « Labore et constantia » de Dodoens, qui apparaît à la fin de son Stirpium historia. Maxime placée juste après la phrase suivante : « cette Florule nous a demandé un si grand nombre d’années pour en trouver, récolter et étudier les matériaux, que nous remercions Dieu de nous avoir donné une santé et une longévité qui nous aient permis de la terminer. »

Préface page 10: Dodoens, R. Stirpium historiae pemptades sex sive libri XXX.  1616. In f°  (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 15)  © CICRP - photo Odile Guillon
Préface page 10: Dodoens, R. Stirpium historiae pemptades sex sive libri XXX.
1616. In f° (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 15)
© CICRP – photo Odile Guillon

L’ensemble de leurs travaux : herbiers, manuscrits, dessins et autres collections sont conservés à la Station de Biologie Marine de Concarneau du Muséum National d’Histoire Naturelle et du Collège de France.

NB: ce billet a été rédigé à partir d’une présentation de J. Berti, conservateur et P. Ponsot, bibliothécaire, dans le cadre des « Mercredis du patrimoine d’AMU » le 06 mai 2015 à la Bibliothèque universitaire de Saint-Charles, Service commun de documentation d’Aix-Marseille Université.

Références bibliographiques

AGARDH, C.-A. Species algarum rite cognitae, cum synonymis, differentiis specificiis et descriptionibus succinctis. T.1 : Volumen premium. Gryphiswaldiae: Mauritius , 1821-1823. 2 vol. en 1 : pp.1-168, pp., 169-531 ; in-8°

AGARDH, C.-A. Species algarum rite cognitae, cum synonymis, differentiis specificis et descriptionibus succinctis. T. 2 : Voluminis secundi sectio prior . – Gryphiswaldiae : Sumtibus Ernesti Mauritii , 1828 . – 1 vol. (LXXVI-189 p.) ; in-8°

AGARDH, J. G. Algae maris Mediterranei et Adriatici : observationes in diagnosin specierum et dispositionem generum. Parisiis : apud Fortin, Masson et Cie , 1842. 1 vol. : X-164 p. ; in-8°

BONNEMAISON, Th. Essai sur les hydrophytes loculées (ou articulées) de la famille des épidermées et des céraminées. Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, 1828, tome 16, p. 49-148

CANDOLLE, A. P. de. Théorie élémentaire de la botanique, ou exposition des principes de la classification naturelle et de l’art de décrire et d’étudier les végétaux. Paris, Déterville, 1813. VIII-500-[28] p. ; in-8°
CROUAN, P.-L., CROUAN H.-M. Algues marines du Finistère / recueillies et publiées par Crouan frères. 1, Fucoidées. Brest : Crouan frères, 1852, 112 pl.

CROUAN, P.-L., CROUAN, H.-M. Algues marines du Finistère / recueillies et publiées par Crouan frères . 2, Floridées. Brest : Crouan frères, 1852, pl. 113 à 322

CROUAN, P.-L., CROUAN H.-M. Algues marines du Finistère / recueillies et publiées par Crouan frères . 3, Zoospermées. Brest : Crouan frères / 1852, pl. 323 à 404
CROUAN, P.-L., CROUAN H.-M. Florule du Finistère : Contenant les descriptions de 360 espèces nouvelles de sporagames, de nombreuses observations et une synonymie des plantes cellulaires et vasculaires qui croissent spontanément dans ce département; accompagnées de trente-deux planches où est représentée l’organographie, faite sur l’état vif, des fruits et des tissus de 198 genres d’algues avec la plante grandeur naturelle ou réduite plus une planche supplémentaire où sont figurés 24 champignons nouveaux. Paris : F. Klincksieck, 1867. x, 262 p. : double front., 32 pl. ; in-8°

DAYRAT, B. Les botanistes et la flore de France : trois siècles de découvertes. Paris : Publications scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle , 2003

DIZERBO, A.-H. Les algologues finistériens du passé : Christophe-Paul, Sire de Robien, Guy du Dresnay, Théophile Bonnemaison, Bachelot de La Pilaye, les frères Crouan, Eugène de Créac’hquérault. Bulletin de la société archéologique du Finistère, 1994, Tome CXXIII, p. 439-444

DIZERBO, A.-H. Apothicaires et pharmaciens de Basse-Bretagne. Rennes : Imp. Riou-Reuzé, 1951, 160 p. Thèse : Thèse doctorat : Pharmacie : Strasbourg : 1951

DIZERBO, A.-H. Les frères Crouan, botanistes et pharmaciens brestois. Cahiers de l’Iroise (Les), 1955, n° 5, p. 36-38

DODOENS, R. Stirpium historiae pemptades sex sive libri XXX. Antverpiae : ex officina Plantiniana apud Balthasarem et Ioannem Moretos , 1616 . – [XIV-] 872 [-IXVI] p. : fig. ; In-f°

GUEGUEN, F. Etude sur la vie et l’ oeuvre des frères Crouan, botanistes brestois. Bulletin de la Société mycologique de France, 1909, Tome XXV, 1er fascicule, p. 69-78

HESSE, M. Lettre de M. Hesse à M. le Président de la Société botanique de France. Bulletin de la Société Botanique de France. 1872, 19 :2 , 76-79

HESSE, M. Notice sur les frères Crouan. Revue des sociétés savantes publiée sous les hospices du Ministère de l’Instruction publique: Sciences mathématiques, physiques et naturelles, 1872, Tome VI, 2ième série, p. 22-25

Sitographie

L’alguier des Frères Crouan a été numérisé par l’université de Bourgogne qui en possède un exemplaire [en ligne] :
http://serres.u-bourgogne.fr/rubrique.php3?id_rubrique=216 [consulté le 20 avril 2015]

Dans une vidéo mise en ligne, un enseignant chercheur, Humbert, C. de l’université de Bourgogne présente cet alguier, avec de très belles images à l’appui [en ligne] :
https://www.dailymotion.com/video/xfn372_l-alguier-des-freres-crouan_school
[consulté le 20 avril 2015]

Legal, Yves. Le trésor de deux algologues du XIXe [en ligne] :
http://www.espace-sciences.org/archives/science/16722.html [consulté le 20 avril 2015]

Enfin, il faut noter que dans son exposition « La Mer, terreur et fascination » (2005), la BnF a présenté des planches de cet alguier. L’exposition virtuelle en met 3 à l’honneur [en ligne] :
http://expositions.bnf.fr/lamer/feuille/index.htm [consulté le 20 avril 2015]

Zooplancton et micronecton marins par Jean-Paul Casanova, 1er avril 2015

Le plancton englobe tous les organismes végétaux (phytoplancton) ou animaux (zooplancton) vivant dans le milieu pélagique, c’est-à-dire en pleine eau. Ces derniers peuvent certes se mouvoir, mais pas au point de lutter contre les courants, par opposition au necton.

Durant cette rencontre, M. Casanova s’est attaché à montrer les différentes formes, le rôle et les adaptations du zooplancton et du micronecton vivant en mer.

Le zooplancton est constitué de deux types d’organismes. Les uns qui passent toute leur vie sous cette forme (holoplancton). Les autres qui vivent sur le fond à l’état adulte (huîtres, langoustes, oursins, poissons, etc..) et qui font momentanément partie du plancton sous forme larvaire (méroplancton).

Ces animaux vont développer diverses adaptations à leur milieu. Le premier type d’adaptation exposé concerne les adaptations de couleur afin de se camoufler. Ainsi les espèces de surface sont généralement transparentes (siphonophores, chaetognathes) ou parfois bleues (certains copépodes). Les espèces de profondeur sont plutôt noires ou rouges. C’est le cas de Gnathophausia ingens, sorte de crevette de couleur rouge, qui se trouve à plus de 1 000 m de profondeur, ou des méduses des genres Atolla et Periphylla, vivant également à grande profondeur, qui arborent une couleur foncée proche du noir. On a aussi observé des adaptations à la flottaison : présence de longues soies (crustacés), de gouttelettes de lipides (oeufs de poissons) ou de flotteurs emplis de gaz (siphonophores).

Souvent, les espèces profondes sont de grande taille. On appelle ce phénomène le « gigantisme des eaux profondes ». Mais il y a toujours des exceptions à la règle. Dans l’embranchement des chaetognathes, par exemple, il existe une espèce inédite de très petite taille vivant vers 3 000 m de profondeur. Par ailleurs, la reproduction dans les eaux froides se fait généralement plus tardivement que dans les eaux chaudes. Et, là encore, les chaetognathes font exception, puisque les juvéniles d’une espèce vivant dans les eaux profondes, et donc très froides, ont déjà des gamètes dans leur corps. Ces animaux ont un rôle très important car ils se nourrissent principalement de matière organique dissoute et de la « neige planctonique », c’est-à-dire des particules organiques en suspension dans l’eau de mer, ce qui permet un renouvellement constant de la matière organique. Ce mode de nutrition original explique la grande abondance quantitative des chaetognathes.

Plus généralement, dans les eaux froides, la diversité spécifique est moindre que dans les eaux chaudes, mais le nombre d’individus par espèce est nettement plus élevé (cas de récoltes faites entre le golfe d’Aden et l’Antarctique).

Les copépodes (petits crustacés) ont également été présentés car ils constituent la base de la chaîne trophique, avec environ 2 500 espèces planctoniques sur plus de 10 000 connues. Le krill (euphausiacés, aspect de petites crevettes) a aussi un rôle important, puisqu’il constitue l’essentiel des ressources alimentaires dans les eaux froides : 3 espèces seulement constituent la nourriture de base des baleines (Pacifique Nord, Atlantique Nord/Méditerranée et Antarctique).

Toutes les espèces citées ont été présentées sous forme d’échantillons et ont pu être observées par le public à l’œil nu ou à l’aide de loupes binoculaires.

 

IMG_5280

IMG_5275

IMG_5286

 

Les Mercredis du Patrimoine d’AMU

Une demi-journée, chaque premier mercredi du mois, le patrimoine universitaire s’ouvre au grand public pour faire découvrir ses trésors. Alternativement un chercheur du Musée de Paléontologie, des collections de botaniques ou d’une autre collection présentera une collection, un échantillon ou un instrument.

Rendez-vous à 14h devant l’Amphi de Sciences naturelles
site Saint-Charles
, 3 place Victor Hugo – Marseille 3ème

Sur réservation uniquement, les places sont limitées.
Contact : bruno.vila@univ-amu.fr

Pour tout savoir sur les 3 dernières présentations, consulter l’onglet  » Mercredi du patrimoine AMU : compte-rendus« .

Après une courte pause, le programme pour l’année 2016 paraîtra bientôt !

Réflexions autour du patrimoine scientifique d'Aix-Marseille Université