Ateliers d’Aix-Marseille Université

Toute l’année – Campus Marseille Centre                                                      site Saint-Charles, 3 place Victor Hugo – Marseille 3ème

Ateliers scolaires (du CM1 à la Terminale) avec des chercheurs de l’Université d’Aix-Marseille, organisés tout au long de l’année sur le campus St-Charles, pour éveiller la curiosité et développer l’esprit critique des élèves tout en s’amusant ! Contactez-nous ou consultez le site de culture scientifique d’AMU pour connaître les thématiques des ateliers.

Collections de zoologie

À partir des collections de zoologie, plusieurs animations sur les adaptations chez les mammifères et les oiseaux sont proposées aux collégiens et lycéens. En comparant les échantillons de diverses espèces (après les avoir reconnues), les élèves sont amenés à préciser les caractères propres à leurs régimes alimentaires (dentures et mâchoires), à leurs milieux de vie et à leurs modes de locomotion (marche, course, vol, nage). À travers ces différentes adaptations, ils retrouvent alors le patron commun d’organisation afin de réfléchir sur les processus adaptatifs et l’évolution.

Musée de Paléontologie de Provence

Des animations sont proposées aux groupes scolaires, diverses associations à travers des ateliers thématiques tels que la formation des roches et des fossiles, l’histoire du climat de la Provence, entre terre et mer : les variations du niveau marin ou encore la Provence au temps des dinosaures.

Contacts : Cellule de culture scientifique AMU
site web : http://cps.univ-amu.fr/
e-mail : culture-scientifique@univ-amu.fr
tél : 04 13 55 10 92

Expositions permanentes des collections

Toute l’année – Campus Marseille Centre                                                      site Saint-Charles, 3 place Victor Hugo – Marseille 3ème

Le Musée de paléontologie de Provence expose dans ses vitrines la richesse et la diversité paléontologique de la Provence au cours des 350 millions d’années. Riche de ses collections d’organismes fossiles marins et terrestres dont des ammonites, des échinodermes, des rudistes, des dinosaures, des mammifères terrestres, ainsi que de nombreux autres groupes d’animaux et de végétaux, le musée de paléontologie permet aux publics novices, amateurs ou avertis, de découvrir à tout âge l’histoire géologique de la région.

Espace Muséal C. Fabry                                                                                          L’objectif de cet espace est de sauvegarder et de faire connaître les instruments de physique, de chimie de la Faculté des Sciences de Marseille. On peut y trouver, parmi les 250 instruments présentés, des appareils conçus ou ayant été utilisés par Fabry, Perot, Tian et Calvet, scientifiques dont la renommée internationale et leurs réalisations restent, encore de nos jours, d’actualité dans le domaine de l’optique et de la microcalorimétrie. Une collection de calculateurs et d’ordinateurs permet de retracer 50 ans d’évolution des techniques de calculs à la Faculté.

En botanique, les collections renferment plusieurs centaines de milliers d’échantillons de plantes en provenance du monde entier. Ces collections permettent, aux travers de visites commentées d’aborder les questions relatives aux notions d’espèces et de classification mais également les thématiques de recherche actuelles liées aux grands problèmes environnementaux tels que les changements climatiques, l’érosion de la biodiversité et leurs enjeux.

Contacts : Cellule de culture scientifique AMU
site web : http://cps.univ-amu.fr/
e-mail : culture-scientifique@univ-amu.fr
tél : 04 13 55 10 92

Sherlock médecin : petite histoire de la médecine légale à l’époque moderne

Les Experts et autres fictions nous ont habitués à considérer l’expertise médico-légale comme un point central de toute enquête policière. Or, cette intervention du médecin dans le champ du droit criminel s’est mise en place progressivement au cours de l’histoire de l’Europe occidentale à partir de la Renaissance. Cette histoire peut être en partie retracée à travers les collections patrimoniales de la bibliothèque de Médecine-Odontologie de Marseille.

Rembrandt, la Leçon d’anatomie du Dr Nicolas Tulp, 1632. Cabinet royal de peinture Mauritshuis. Image Wikimedia Commons.

C’est à l’époque des Lumières que la médecine légale se constitue véritablement en tant que science, dans le sillage de l’engouement pour les sciences naturelles et les progrès médicaux. Cependant, dès l’époque renaissante, une place de plus en plus grande est faite au médecin pour assister la justice, notamment dans les cas d’atteintes à l’intégrité physique des personnes.

La Constitutio criminalis Carolina promulguée par l’empereur Charles Quint en 1532 demande un témoignage médical systématique pour guider les juges dans tous les cas de meurtres, blessures, empoisonnements, pendaisons, noyades, infanticides, avortements, et autres circonstances d’atteinte à la personne dans . En France, après l’ordonnance de Villers-Cotterêt (1539) qui impose l’usage d’une procédure de type inquisitoire, secrète, écrite et en français1, une série de lois mises en place entre 1570 et 1692 favorise le développement de la médecine légale comme une discipline universitaire. Durant tout l’Ancien Régime, la question est étudiée dans de savants traités en latin dont les théories sont ensuite appliquées devant les tribunaux. C’est ainsi qu’en 1667, le Hollandais Jan Swammerdam, devenu par la suite un célèbre naturaliste, assure que les poumons d’un enfant nouveau-né flottent sur l’eau s’il n’a jamais respiré, donc s’il est mort-né2. Quinze ans plus tard, le médecin allemand Schreger utilise cette théorie pour faire acquitter une jeune fille accusée du meurtre de son enfant illégitime (1681)3.

Cette période n’est pas exempte de contradictions. En même temps que les traités médicaux abordent des questions médico-légales pour déterminer les causes des maladies et de la mort selon les enseignements de la médecine naturaliste en essor, il subsiste des pratiques et des croyances issues des anciens systèmes d’administration de la preuve hérités du Moyen-Age, où la procédure accusatoire, orale et publique, admettait l’intercession divine dans le procès. C’est ainsi que la cruentatio, hémorragie cadavérique de la victime se produisant en présence de son meurtrier, est encore évoquée par Claude Le Brun de la Rochette, avocat à la Cour de Lyon en 16184. En 1752, les plus hautes autorités médico-légales s’unissent au clergé pour accuser d’athéisme et d’hérésie (ce qui était alors punissable de mort) ceux qui ne croient pas aux fantômes, sorcières et autres possessions démoniaques, et ce alors même que la sorcellerie est de plus en plus abordée par les juges sous l’angle de l’escroquerie et du charlatanisme et que la possession est de plus en plus considérée par les médecins comme une pathologie et non une manifestation surnaturelle 5.

L’Italien Paolo Zacchias fait figure de précurseur de cette évolution. Ses dix livres des Quaestinos medico-legales paraissent à Rome entre 1621 et 1658; Gabriel Naudé, libertin érudit, bibliothécaire de Mazarin et médecin de Louis XIII, en a tenté une traduction, restée inachevée. Cet ouvrage comprend deux premières parties consacrées à la théorie médico-légale, dont il pose les bases modernes, et une troisième partie composée de cas pratiques et de conseils destinés à les résoudre. Zacchias est à la fois médecin et canoniste, et officie comme médecin attaché au tribunal pontifical; son objectif est une observation rationnelle et naturaliste des cas qui lui sont soumis, visant à éclairer les juges pour éviter tout risque d’erreur. Il évacue les interprétations providentialistes et s’élève contre les supplices au profit de l’observation clinique, y compris dans le domaine de l’aliénation6. A cette époque, on voit apparaître des ouvrages qui visent à déterminer les causes du décès par l’examen des corps; c’est le cas du Sepulchretum sive Anatomia practica ex cadaveribus morbo denatis de Théophile Bonet, riche de cas pratiques accompagnés de leur solution.

Bonet, Théophile, Sepulchretum sive Anatomia practica ex cadaveribus morbo denatis, Genève, Léonard Chouët, 1679 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 30037)
Bonet, Théophile, Sepulchretum sive Anatomia practica ex cadaveribus morbo denatis, Genève, Léonard Chouët, 1679 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 30037)

Dans les traités médicaux de la période, la recherche du poison fait l’objet d’une attention particulière. La possibilité d’un empoisonnement inquiète fort les personnages en vue du Grand Siècle, comme ceux des périodes précédentes; l’opinion publique tend à suspecter les morts rapides, surtout si le sujet est relativement jeune et occupe une situation enviée. En 1536, la mort du dauphin François, fils aîné de François Ier, est attribuée aux manigances d’un de ses serviteurs italiens, qui est exécuté. La correspondance de Louis XIII et de Richelieu regorge de consignes de prudence quant à leur nourriture et à leur boisson. La mort d’Henriette d’Angleterre, première épouse de Philippe d’Orléans, le frère de Louis XIV, est considérée comme suspecte par les contemporains. Les méthodes de l’époque sont par exemple incapables de détecter un empoisonnement à l’arsenic, qui, d’après Jean-Christian Petitfils, était fort en vogue à l’époque de Louis XIV7. Un exemple de cette attention peut être trouvé dans cet ouvrage du début du XVIIe siècle, qui consacre toute sa deuxième partie aux poisons:

Mercuriale, Girolamo, Tractatus varii de re medica, Lyon, Pillehotte, 1618. Deuxième partie : De venenis opusculum (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 3025)
Mercuriale, Girolamo, Tractatus varii de re medica, Lyon, Pillehotte, 1618. Deuxième partie : De venenis opusculum (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 3025)

Le siècle des Lumières s’empare du débat médico-légal avec passion. Les grandes affaires judiciaires du temps, celles qui ont provoqué d’importants débats publics, y contribuent, en particulier la célèbre affaire Calas8. Dans ce cas particulier, le fils d’un marchand protestant de Toulouse est trouvé pendu; le Parlement de Toulouse conclut à la culpabilité du père, accusé d’avoir voulu empêcher son fils de se convertir au catholicisme, et le fait rouer en place publique. Cependant, l’affaire n’est pas claire; la veuve, qui a des appuis à Paris, veut faire innocenter son défunt époux. Voltaire s’en empare dans des discours restés célèbres; en fin de compte, la justice royale conclut au suicide et rétablit l’honneur des Calas, leur rendant leurs biens. Le tout a suscité un intense débat, multipliant placets et libelles pour soutenir l’une ou l’autre thèse. Aux côtés de Voltaire, deux médecins se sont particulièrement penchés sur les rapports d’autopsie et ont disserté sur la façon de reconnaître un suicide d’un assassinat. L’un, Jules Laffosse, est ensuite l’auteur de l’article « médecine légale » dans le Supplément à l’Encyclopédie, première théorisation de ce concept où il qualifie les erreurs judiciaires en matière criminelle d’« assassinats juridiques ». L’autre, Louis Antoine, a publié un petit traité visant à démontrer scientifiquement l’innocence du père Calas à partir de l’observation du corps de la victime.

Louis, Antoine, Mémoire sur une question anatomique relative à la jurisprudence dans lequel on établit les principes pour distinguer, à l'inspection d'un corps trouvé pendu, les signes du suicide d'avec ceux de l'assassinat, Paris, Pierre-Guillaume Cavelier, 1763 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 4004)
Louis, Antoine, Mémoire sur une question anatomique relative à la jurisprudence dans lequel on établit les principes pour distinguer, à l’inspection d’un corps trouvé pendu, les signes du suicide d’avec ceux de l’assassinat, Paris, Pierre-Guillaume Cavelier, 1763 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 4004)

Tous deux dénoncent les rapports d’expertise établis par des chirurgiens souvent sans grande instruction, et surtout sans bases théoriques; ils appellent de leurs vœux une science médico-légale qui s’appuie sur des faits, dans une démarche rationaliste, et rejettent l’empirisme pratiqué jusqu’alors par la plupart de leurs confrères. Cette évolution aboutit à la rédaction des premiers traités de médecine légale véritablement modernes au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, sous la plume des médecins François-Emmanuel Fodéré9, Jean-Jacques Belloc10 et Paul-Augustin-Olivier Mahon11, fortement influencés par la philosophie de Locke. Au moment de la Révolution, la médecine légale se voit reconnue par les institutions comme discipline à part entière, avec un enseignement spécifique, les premières chaires professionnelles de médecine légale française étant instituée au lendemain de la Terreur, en 1794 à Paris, Montpellier et Strasbourg. Le Consulat s’intéresse également à la question : en 1803, il édicte que les juges doivent désigner un expert médical diplômé en médecine, qui a assisté à un enseignement spécial et a réussi un examen de médecine légale12.

Fodéré, François-Emmanuel, Traité de médecine légale et d'hygiène publique ou de police de santé adapté aux codes de l'Empire français et aux connaissances actuelles. A l'usage des gens de l'Art, de ceux du Barreau, des Jurés et des Administrateurs de la santé publique, civile et militaire et de la marine, Paris, de Mame, 1813 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 1147)
Fodéré, François-Emmanuel, Traité de médecine légale et d’hygiène publique ou de police de santé adapté aux codes de l’Empire français et aux connaissances actuelles. A l’usage des gens de l’Art, de ceux du Barreau, des Jurés et des Administrateurs de la santé publique, civile et militaire et de la marine, Paris, de Mame, 1813 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 1147)

Cette institutionnalisation est aussi vraie dans les autres pays occidentaux. 1803 est également l’année de la fondation de la première chaire de médecine légale de Grande-Bretagne, à l’Université d’Edimbourg. Les tout jeunes Etats-Unis ne sont pas en reste : c’est à New-York qu’on voit le premier conférencier en médecine légale, le docteur Stringham, exercer ses talents vers 1804. En 1813, la première chaire de jurisprudence médicale est instituée Outre-Atlantique. Cependant, il faut attendre que les troubles de la Révolution française et des guerres qui y ont été liées pour que des cliniques médico-légales soient fondées en Europe : 1830 à Vienne en Autriche, 1833 à Berlin. La première clinique médico-légale française est instituée en 1840. En Amérique, la médecine légale exerce une forte influence à la fois sur la médecine et le monde judiciaire jusqu’à la guerre de Sécession ; après cet épisode, elle devient un sujet annexe dans la formation des médecins jusqu’au début du XXe siècle13.

Dans l’Europe du XIXe siècle, le crime est une préoccupation majeure. L’intérêt pour les poisons et la manière de les détecter est toujours aussi vif, comme le montre l’importance de ce thème dans les traités du début du siècle conservés à la bibliothèque de Médecine-Odontologie. L’arsenic en particulier focalise les attentions. Durant la Monarchie de Juillet, la figure de Matthieu Orfila se détache; il est généralement considéré comme l’inventeur de la toxicologie. Doyen de la faculté de Médecine, médecin de Louis-Philippe et sommité incontestée de la médecine légale, il est intervenu à titre d’expert dans plusieurs affaires retentissantes, dont le procès de Marie Lafarge, condamnée en 1840 pour l’empoisonnement de son époux à l’arsenic. Il est l’un des premiers à avoir mis au point une méthode visant à identifier cette substance dans le corps et les organes d’un défunt, et à déterminer si le poison trouvé est le résultat d’un empoisonnement ou si c’est la terre dans laquelle il a été enterré qui en est la source. Il est l’auteur d’un Traité des poisons tirés des règnes minéral, végétal et animal14, d’une Leçon de médecine légale15 et d’autres ouvrages, réunis en 1847 pour former un Traité de médecine légale qui reste une référence pour les générations suivantes16.

Un exemple d'expertise médicale visant à identifier un empoisonnement à l'arsenic par un autre médecin de la période: Francesco Rognetta, Intoxication arsenicale. Procès d’Aix (Bouches-du-Rhône). Affaire Michel, jugée le 4 juillet 1841. Consultation médico-légale sur un cas présumé d’empoisonnement par l’arsenic arsénieux, Paris, Béthune et Plon, 1841, extrait de la Gazette des Hôpitaux, juillet 1841 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie, Res 3759/2)
Un exemple d’expertise médicale visant à identifier un empoisonnement à l’arsenic par un autre médecin de la période: Francesco Rognetta, Intoxication arsenicale. Procès d’Aix (Bouches-du-Rhône). Affaire Michel, jugée le 4 juillet 1841. Consultation médico-légale sur un cas présumé d’empoisonnement par l’arsenic arsénieux, Paris, Béthune et Plon, 1841, extrait de la Gazette des Hôpitaux, juillet 1841 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie, Res 3759/2)

Une nouvelle science voit le jour : l’anthropologie criminelle. Le Belge Adolphe Quételet (1796-1874) développe à la Restauration l’idée du penchant au crime (c’est-à-dire la probabilité plus ou moins forte qu’un individu donné commette un crime)17. Cependant, le véritable père de l’anthropologie criminelle est l’Italien Cesare Lombroso, adepte de l’anthropométrie et spécialiste des maladies mentales. L’autopsie en 1870 d’un brigand qui avait tenté de s’enfuir de prison, chez lequel il découvre une série d’anomalies crâniennes, est le point de départ de son grand ouvrage, L’uomo delinquente18, qui utilise les techniques de l’anthropométrie, de l’autopsie, de l’étude des crânes et de la photographie pour dresser la typologie du criminel-né, en y ajoutant un certain nombre de caractères sociaux spécifiques (argot, tatouages, etc). Le premier congrès d’anthropologie criminelle est tenu en 1885 : il marque la naissance d’un mouvement criminologique français mené par Alexandre Lacassagne, titulaire de la chaire de médecine légale de Lyon, qui s’oppose à Lombroso et estime que le social l’emporte sur l’atavisme en matière de criminalité19.

La police scientifique se développe dans ce contexte. Depuis l’abolition de la marque au fer rouge en 1832, la police a développé diverses méthodes pour identifier les récidivistes. Un système se met peu à peu en place, à partir de l’idée de Vidocq qui en 1811 propose de recruter des physionomistes pour identifier les repris de justice : réalisation d’une galerie de portraits de criminels en reproduisant l’ombre portée de leur profil en 1819, introduction de la photographie à usage policier en 1840, développement d’un « signalement anthropométrique » par diverses mesures entre 1879 et 1885, date de sa généralisation à toutes les prisons françaises. L’idée vient d’Alphonse Bertillon, dont les travaux placent la police scientifique française au premier rang. Le procédé est complété en 1888 par la photographie anthropométrique (face et profil des détenus). La faiblesse de ce système est qu’il permet d’établir avec certitude que deux hommes sont différents, mais pas que deux séries de mesures identiques appartiennent au même homme. Les premiers travaux sur les empreintes digitales remontent à 1686. Bien plus tard, en 1823, le physiologiste tchèque Jan Major Purkinje affirme que les dessins papillaires des doigts ne peuvent être identiques chez deux individus différents. Peu à peu, les empreintes digitales s’imposent dans l’identification des individus, et il vient compléter le système de Bertillon en 189620. Ces empreintes servent pour la première fois à confondre un meurtrier en 1902, dans le cas de l’affaire Schaffer. C’est Bertillon qui est à l’origine de cette réussite, même s’il exprime par la suite des réserves à l’égard de ce genre de méthodes21.

Bertillon, Alphonse, Identification anthropométrique. Instructions signalétiques, Melun, Imprimerie administrative, 1893 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie, Res 1773)
Bertillon, Alphonse, Identification anthropométrique. Instructions signalétiques, Melun, Imprimerie administrative, 1893 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie, Res 1773)

Edmond Locard, un Sherlock Holmes français22

Un disciple d’Alexandre Lacassagne, Edmond Locard, joue un rôle essentiel dans le développement de l’importance de la preuve matérielle. Profondément influencé par l’affaire Dreyfus, mais aussi par le personnage de Sherlock Holmes créé par le médecin neurologue anglais Arthur Conan Doyle au tournant des XIXe et XXe siècles, il s’attache à l’utilisation des preuves matérielles dans l’enquête criminelle, ce qui est tout à fait nouveau à la fin du XIXe siècle. Démarrant sa carrière avec un modeste laboratoire dans les combles du palais de justice de Lyon à partir de 1910, date de l’inauguration du « service anthropométrique », il étoffe peu à peu ses missions, et s’équipe de matériels performants sur ses propres deniers : appareil microphotographique, lampe de Wood, spectroscope… Il conçoit de nouveaux appareils avec l’aide de ses élèves (le hatoscope inventé par Harry Soderman pour l’expertise balistique, ou le graphoscope, pour l’expertise des documents écrits). Il finit par acquérir une renommée internationale, et reçoit de nombreux élèves.

Durant quarante ans, Edmond Locard développe des techniques d’expertise criminelle qui apportent la preuve, non pas de la culpabilité d’un individu, mais de sa présence ou non sur les lieux d’un crime : recherche et identification des empreintes digitales, étude des pores, recherche systématique des traces laissées sur les lieux par le criminel ou emportées avec lui à son insu sur ses vêtements ou son corps, analyse des taches même si les techniques de l’époque manquent de précision, analyse des poussières, ce qui est alors une vraie nouveauté. Sa grande spécialité reste sa technique propre d’identification des écritures.

Locard, Edmond, Traité de criminalistique, Lyon, Desvigne, 1931-1940 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, 22252)
Locard, Edmond, Traité de criminalistique, Lyon, Desvigne, 1931-1940 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, 22252)

Edmond Locard est l’un des fondateurs de la police technique et scientifique ; les principes fondateurs actuels sont toujours ceux d’Alphonse Bertillon et les siens pour les laboratoires de police. Par la suite, l’avancée des technologies a permis de développer de nouvelles techniques ; les progrès ont été remarquables dans l’analyse des traces biologiques surtout (notamment avec l’analyse des empreintes génétiques). Ses apports sont consignés dans un ouvrage qui fait longtemps référence, L’enquête criminelle et les méthodes scientifiques, publié chez Flammarion en 1920.

Locard, Edmond, Mémoire d’un criminologiste, Paris, Fayard, 1957 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, 17171)
Locard, Edmond, Mémoire d’un criminologiste, Paris, Fayard, 1957 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, 17171)

Méthodes de médecine légale : l’odontologie légale et l’identification des personnes par leur dentition.

La première identification médico-légale d’un corps au moyen de sa dentition s’est faite aux Etats-Unis, lors de la guerre d’indépendance : le révolutionnaire Paul Revere, dentiste amateur et orfèvre de profession, a reconnu le travail qu’il avait réalisé en 1773 et 1775 sur le docteur Joseph Warren. Ce dernier était mort lors d’une des premières batailles de l’Indépendance, à Bread Hill ou Bunker Hill en Nouvelle Angleterre, en 1775. Les Anglais l’avaient enterré dans une fosse commune, et ce n’est que dix mois plus tard qu’il a été identifié.

Un autre jalon essentiel dans l’histoire de l’identification des corps par leur dentition est l’incendie du Bazar de la Charité, le 4 mai 1897 à Paris. L’incendie s’était déclaré lors d’une vente de charité organisée par des dames de la haute société ; 30 d’entre elles étaient trop gravement brûlées pour être reconnaissables. Albert Hans, ambassadeur du Paraguay, a alors l’idée de faire appel à son dentiste pour identifier la duchesse d’Alençon : c’est ainsi que les docteurs Burt, Brault, Ducorneau et Godon examinent et parviennent à identifier les 30 corps gravement brûlés. C’est suite à cet événement que le docteur Oscar Amoedo, dentiste d’origine cubaine et professeur à l’Ecole d’Odontologie de Paris, écrit le grand texte fondateur de l’odontologie légale : L’Art dentaire en médecine légale, publié chez Masson en 1898.

Amoedo, Oscar, L’Art dentaire en médecine légale, Paris, Masson, 1898 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 209134)
Amoedo, Oscar, L’Art dentaire en médecine légale, Paris, Masson, 1898 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 209134)

Le premier meurtrier à avoir été démasqué par ses traces de dents a été l’Anglais Robert Gorringe, confondu en 1948 par les empreintes de morsures laissées sur le sein droit de son épouse, Phyllis Lucy, qui avait été assassinée durant le Bal de la Saint-Sylvestre à Tonbridge Wells, en 1947. Par la suite, cette méthode a été utilisée pour identifier nombre de victimes et donc résoudre un certain nombre d’affaires. L’une des plus célèbres reste l’affaire dite des « meurtres aux bains d’acide », à Crawley dans le Sussex (Angleterre), en 1949. Les victimes avaient été plongées dans de l’acide sulfurique, et donc complètement dissoutes. Cependant, l’une d’entre elles portait des prothèses dentaires en acrylique qui ont résisté à l’acide, et ont donc permis d’identifier la victime, Mrs Durand-Deacon. Le cas a ensuite pu être résolu, et l’assassin, John George Haigh, a pu être confondu. Un autre cas célèbre d’identification par la dentition remonte au 1er mai 1945 : quand les troupes russes découvrent les corps d’Alfred Hitler et d’Eva Braun après leur suicide, ils sont tellement brûlés que seule leur dentition permet une identification sûre23.

Méthodes de médecine légale : l’entomologie légale et la détermination de la date de la mort par l’examen de la faune se développant sur les cadavres.

Les experts médico-légaux s’intéressent tardivement aux effets de la décomposition des corps. Au XVIIIe et au XIXe siècle, on observe que les corps trouvés lors d’exhumations de masse, en France et en Allemagne, sont habités par des arthropodes très variés. Cependant, il faut attendre le milieu du XIXe siècle pour que soit attesté le premier cas d’expertise d’entomologie légale comportant une estimation d’intervalle post-mortem. Le médecin français Bergeret remet à la Cour un rapport daté du 28 mars 1850, à propos du cas d’un enfant trouvé mort très longtemps après son décès. Il utilise le cycle de vie des insectes trouvés sur le cadavre pour essayer d’identifier l’époque de la mort. L’étude des insectes permet à Paul Camille Hippolyte Brouardel de décrire en 1879 le cas d’un enfant nouveau-né qu’il a autopsié le 15 janvier 1878 : avec l’aide de M. Perier, professeur au Museum d’Histoire Naturelle de Paris, et de Jean-Pierre Mégnin, vétérinaire des Armées, il estime que l’enfant est mort 7 à 8 mois avant l’autopsie.

Le premier rapport d’une étude systématique sur le sujet est cette fois-ci allemand : le 6 avril 1881, Reinhard remet son étude sur des corps exhumés en Saxe, certains tombeaux étudiés datant de plus de 15 ans. A peu près à la même période, Jean-Pierre Mégnin commence à développer une théorie de vagues écologiques et prédictives d’insectes vivants qu’il est possible de trouver sur les cadavres. Son livre le plus important, La Faune des cadavres (1894), décrit entre autres 19 rapports de cas qu’il a été amenés à examiner. Le tribunal n’hésite pas à faire appel à lui comme expert. Ses travaux sont ensuite continués et adaptés au Canada par Wyatt Johnston et Geoffrey Villeneuve, aux Etats-Unis par Murray Galt Motter.

Mégnin, Jean-Pierre, La Faune des cadavres, Paris, Gauthier-Villars, 1894 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 9207)
Mégnin, Jean-Pierre, La Faune des cadavres, Paris, Gauthier-Villars, 1894 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 9207)

En Allemagne, cette méthode d’expertise se développe aussi à la fin du siècle. C’est ainsi que le docteur Klingelhöffer, en 1889, permet d’innocenter le père d’une famille pauvre : 3 jours après la mort d’un enfant, une autopsie est réalisée et révèle des marques d’altération importantes. Les autorités, pensant que le père a empoisonné l’enfant à l’acide sulfurique, l’emprisonnent. Cependant, les observations du docteur Klingelhöffer permettent d’établir que les marques en question sont en réalité le fait des cafards, ce qui permet de libérer le père après 3 semaines de prison. D’autres cas du même genre ont suivi : des médecins avec des connaissances en entomologie ont permis d’innocenter un certain nombre de personnes accusées de meurtres d’enfants.

Vers 1900, l’entomologie connaît une popularisation grandissante et se vulgarise en France et en Allemagne. Les connaissances continuent à progresser : l’Allemand Eduard Ritter von Nierzabitowski, de l’Institut médico-légal de Cracovie, montre expérimentalement que les cadavres humains partagent la même faune que les cadavres animaux. Dans les années 1920, on publie des listes d’espèces et des monographies au sujet des insectes importants en matière médico-légale. On montre que les circonstances de la mort peuvent influencer les successions d’insectes sur les cadavres : Hermann Merkel le démontre en 1919 à l’Institut de médecine légale de Munich. Il est saisi du cas d’un double meurtre : un fils a tué ses deux parents et a conservé trois semaines les deux corps côte à côte. Or, à l’autopsie, l’état de décomposition s’est avéré différent : en effet, la mère, obèse, était en totale décomposition à l’extérieur mais pas à l’intérieur, tandis que le père, peu corpulent, était en totale décomposition. La différence majeure repose dans la façon dont les deux victimes ont été assassinées : la mère a reçu une balle dans la tête, tandis que le père a été poignardé à de multiples reprises. Par la suite, dans les années 1930 et 1940, la recherche en entomologie médicale s’est faite beaucoup moins active.

NB: ce billet a été rédigé à partir d’une exposition qui s’est tenue au mois de mars 2012 à la bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, à Marseille.

Quelques compléments bibliographiques

Robert Michael Bruce-Chwatt, « A brief history of Forensic odontology since 1775 », dans Journal of Forensic and Legal Medicine, 17 (3), 2010, p. 127-130.

Frédéric Chauvaud, Les experts du crime : la médecine légale en France au XIXe siècle, Paris, Aubier, 2000 (Historique).

Frédéric Chauvaud, « « Cet homme si multiple et si divers » : Orfila et la chimie du crime au XIXe siècle », dans Sociétés & Représentations, 22 (2), 2006, p. 171-187.

Catherine Crawford, « Legalizing Medicine : Early Modern Legal Systems and the Growth of Medico-Legal Knowledge », dans Legal Medicine in History, éd. par Catherine Crawford et Michael Clark, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 89-116.

Dominique Guillo, « Bertillon, l’anthropologie criminelle et l’histoire naturelle : des réponses au brouillage des identités », dans Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, 12 (1), 2008, p. 97-117.

Martine Kaluszynski, « Alphonse Bertillon et l’anthropométrie judiciaire. L’identification au cœur de l’ordre républicain », dans Criminocorpus, 2014, consulté le 25 février 2015.

Aurore Llorca, « La criminologie, héritière paradoxale de l’école d’anthropologie criminelle », dans Raisons politiques, 17 (1), 2005, p. 47-64

Alessandro Pastore, Il medico in tribunale. La perizia medica nella procedura penale d’antico regime (secolli XVIo-XVIIIo), Bellinzona, Casagrande, 1998.

Michel Porret, « Crime et châtiments au siècle des Lumières : l’œil du médecin légiste », XVIIIe siècle, 30, 1998, p. 37-50.

Michel Porret, « Magistrats et experts. Pour une histoire de la médecine judiciaire à l’époque moderne : des savoirs diffus au savoir constitué », dans Histoire et théorie des sciences sociales : mélanges en l’honneur de Giovanni Busino, éd. par Mohamed Cherkaoui, Genève, Droz, 2003, p. 83-99.

Michel Porret, Sur la scène du crime : pratique pénale, enquête et expertises judiciaires à Genève (XVIIIe-XIXe siècles), Montréal, Presses Universitaires de Montréal, 2008.

Michel Porret, « La preuve du corps », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22 (1), 2010, p. 37-60.

Marc Renneville, « La criminologie perdue d’Alexandre Lacassagne (1843-1924) », Criminocorpus, 2005, consulté le 26 février 2015.

Paolo Zacchia, Quaestiones medico-legales, Amsterdam, Joannes Blaeu, 1651 (édition et traduction moderne établie par L. Laugier, Aix-en-Provence, Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2006).

Vincent Zuberbuhler, « Écrire l’histoire de la médecine légale. », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22 (1), 2010, p. 61-77.

  1. Michel Porret, « La preuve du corps », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22 (1), 2010, p. 37-60 []
  2. Voir Samuel X. Radbill, « History of Child Abuse and Infanticide », dans The Battered Child, éd. par Ray. E. Helfer et Henry C. Kempe, Chicago, University of Chicago Press, 1968, p.3-17. []
  3. Cité par John Rathbone Oliver, « Legal medicine in Europe and America », Amercian Bar Association Journal, 18 (6), 1932, p. 405-411; la citation est p. 406 et ne donne pas la source de cette affirmation. []
  4. Michel Porret, « La preuve du corps », p. 47. []
  5. Cyril H. West, « The History of Legal Medicine », Journal of the Academy of Psychiatry and the Law, 33 (2), 2005, p. 247. Voir surtout Robert Mandrou, Magistrats et sorciers en France au XVIIe siècle: une analyse de psychologie historique, Paris, Plon, 1968, et Rafael Mandressi, « Les médecins et le diable », dans Chrétiens et sociétés, 13 (2006), consulté le 24 février 2015. []
  6. Michel Porret, « La preuve du corps », Revue d’Histoire des Sciences Humaines 1/ 2010 (n° 22), p. 37-60 []
  7. Sur ces questions, voir Jean-Christian Petitfils, L’Affaire des Poisons: crimes et sorcellerie au temps du Roi-Soleil, Paris, Perrin, 2013. []
  8. Jean Lecuir, « La médicalisation de la société française dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle en France : aux origines des
    premiers traités de médecine légale », dans Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 86 ( 2), 1979, p. 231-250. []
  9.  Les lois éclairées par les sciences physiques ou traité de Médecine-Légale et d’hygiène publique, Paris, Croullebois, 1798. []
  10.  Cours de médecine légale, théorique et pratique, Paris, Imprimerie de la Société de Médecine, 1800. []
  11.  Médecine légale et police médicale, Paris, F. Buisson, 1801. []
  12. Vincent Zuberbuhler, « Écrire l’histoire de la médecine légale. », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22 (1), 2010, p. 66. []
  13. Cyril H. West, « The History of Legal Medicine », Journal of the Academy of Psychiatry and the Law, 33 (2), 2005, p. 247. []
  14. 1814. Deuxième édition: Paris, Crochard, 1818. []
  15. Paris, Béchet jeune, 1823. Deuxième édition: Paris, Béchet jeune, 1828. []
  16. Sur Matthieur Orfila, voir Frédéric Chauvaud, « « Cet homme si multiple et si divers » : Orfila et la chimie du crime au XIXe siècle », Sociétés & Représentations, 22 (2), 2006, p. 171-187. []
  17. Les bibliothèques d’AMU possèdent plusieurs rééditions de ses ouvrages: Physique sociale, ou Essai sur le développement des facultés de l’homme, Bruxelles, C. Muquardt, 1869, et Anthropométrie, ou mesure des différentes facultés de l’homme, Bruxelles, C. Muquardt, 1871. []
  18. Lombroso, Cesare, L’uomo delinquente, Milan, Hoepli, 1876. Traduction française par Albert Bournier et M. Regnier, Paris, Alcan, 1887. []
  19. Sur ce sujet, voir en particulier les travaux de Marc Renneville. Sur Lacassagne: Marc Renneville, « La criminologie perdue d’Alexandre Lacassagne (1843-1924) », Criminocorpus , 2005, consulté le 26 février 2015. []
  20. Michel Mazevet, Denise Stagnara et Louis-Paul Fischer, « Le Dr Edmond Locard, un Sherlock Holmes lyonnais », dans Histoire des sciences médicales, XLI (3), 2007, p. 270-272. []
  21. Sur cette affaire, voir Jean-Marc Berlière, « L’affaire Scheffer : une victoire de la science contre le crime ? (octobre 1902) », Criminocorpus, 2007, consulté le 26 février 2015. []
  22.  Michel Mazevet, Denise Stagnara et Louis-Paul Fischer, « Le Dr Edmond Locard, un Sherlock Holmes lyonnais », dans Histoire des sciences médicales, XLI (3), 2007, p. 269-278. []
  23. Robert Michael Bruce-Chwatt, « A brief history of Forensic odontology since 1775 », dans Journal of Forensic and Legal Medicine, 17 (3), 2010, p. 127-130. []

Exposition: vers un droit dans la guerre

Dans la suite des expositions présentées dans les différentes bibliothèques de l’Université autour de la mémoire de la Grande Guerre, la BU Droit aborde le thème par le biais du droit international.

Exposition visible à la BU Droit Schuman à ses heures d’ouverture, du 9 janvier au 3 avril 2015.

Conception: Nadia Corneau, Ghislaine Colombo, Marlène Gallerini, Yves Gemini.

Réemploi d’un fragment de manuscrit musical dans la reliure d’une édition juridique de 1546

Lors de la restauration d’une édition de 1546 d’un commentaire du Code Justinien  de Balde (voir notice et commentaire ci-dessous ), les « défaits » de la reliure ont révélé le réemploi d’un manuscrit de chant liturgique datable du XIVe– siècle environ, ce qui en fait le plus ancien document conservé par la BU de droit d’Aix.

Défait3
Défait de reliure provenant de Baldus in tres primos libros codicis – BU Droit Schuman, Res 806.

Ce fragment est tiré d’un Graduel noté en neumes grégoriens, à la page du Jeudi Saint, comme l’indiquent :

  • la rubrique feria quinta in Cena Domini,
  • le titre filigrané en bleu (avec  initiale rouge) Nos autem gloriari… et Christus factus est…, incipits des chants de  l’introït et du graduel de la messe.

Les divers types de réemplois de manuscrits sont courants, vu le coût du parchemin.  L’exemple le plus fameux reste celui des palimpsestes, manuscrits périmés qui étaient grattés pour y copier un autre texte, nombreux à l’époque de l’Antiquité tardive ou du Haut Moyen âge.

La redécouverte de certains fragments cachés sous une autre écriture ou dans une reliure peuvent être d’une importance exceptionnelle pour la recherche historique, comme il arrive assez fréquemment dans les recueils factices conservés au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, notamment dans les cotes lat. 11 000).

 Notice brève et commentaire de l’édition Renaissance reliée avec ces fragments de manuscrit musical :

Baldus in tres primos libros Codicis…praelectiones… cum additionibus et repetitionibus ejusdem per Franc. Musaptum repertis. Ad haec … additiones, Alexan. Imol. Barbatiae,  ac Celsii Hug. Cum omnibus quae hactenus edita sunt… his nunc recnes accdeunt … Philippi Decii additions…

Lyon, 1546. (il manque la mention de l’imprimeur, mais à la cote 804, pour le commentaire du 1er livre du Digeste, édité selon la même facture à Lyon en 1547, sans doute par la Compagnie des Libraires :  on trouve dans le colophon : ex officina Gasparis Trechsel).

Page de titre de l'ouvrage imprimé - BU Droit Schuman, Res 806.
Page de titre de l’ouvrage imprimé – BU Droit Schuman, Res 806.

Cette édition du commentaire de Balde des 3 premiers livres du Code de Justinien est absente du catalogue collectif de France; elle sera prochainement signalée par la BU droit sur le Sudoc.

BU droit Aix, Cote RES 806 (papier au format in folio, reliure de parchemin).

Auteur principal : Baldus de Ubaldis (Pérouse, 1327- Pavie, 1400)

Auteurs secondaires :

  • Johannes Franciscus Musaptus (1433-1530), professeur de droit à Padoue.
    Alexandre Tartagni (1424-1477), dit Alexandre d’Imola. Surnommé l’ « oracle de la jurisprudence », il enseigna le droit à Pavie, puis à Bologne.
  • André Barbatius ou Barbatius (mort vers 1481) professeur de droit à Ferrare puis à Bologne.
  • Celse-Hugues Descousu (v. 1480-1540) professeur de droit à Montpellier, puis à Bruges, Barcelone, Madrid, Tolède. Il avait été engagé par l’imprimeur lyonnais Simon Vincent pour effectuer la révision des livres de jurisprudence.
  • Philippe Decius (1454-1535) Professeur de droit dans les universités de Pise, Sienne, Padoue, Valence, il fut également conseiller au parlement de Grenoble.

Frontispice:  gravé dans le style Renaissance, il représente une disputatio des docteurs au-dessous d’une figuration semble-t-il de Charlemagne (glaive et globe impérial), entouré de représentants du pouvoir spirituel (évêques) et temporel (chevaliers ou soldats et juristes). On remarque que l’armoirie en bas n’a pas reçu son illustration.

Balde a été professeur de droit civil et canonique à l’université de Pérouse. Il fait partie de l’école des postglossateurs créée par Bartole (1314-1357), opérant – avec la méthode scolastique – une synthèse entre le droit romain et la pratique coutumière .

Après la redécouverte des œuvres de Justinien (empereur byzantin auteur du Code, daté de 529-534) à l’université de Bologne à la fin du XIe siècle, les juristes furent en effet appelés glossateurs, car pratiquant couramment la méthode de la glose  : la glose est le commentaire encadrant le texte de loi, comme on le voit dans l’image jointe.  Si la glose s’est développée au cours des XIIe -XIIIe siècles dans de nombreux domaines du savoir (on glosait la Bible, mais aussi les textes des Pères de l’Eglise, etc), c’est en droit que cette méthode scolastique a été particulièrement systématisée, avec notamment Accurse (glose ordinaire) et Azon.

Ces écoles des glossateurs et postglossateurs  seront supplantées au XVIe siècle par la méthode historique dont Jacques Cujas reste le modèle.

Références bibliographiques :

Albert Rigaudière, Introduction historique à l’étude du droit et des institutions,  Paris, Economica, 2005, notamment p. 389-391 : Bartole et le mos italicus (Cujas = mos gallicus).

Jean-Marie Carbasse, Manuel d’introduction historique au droit, Paris, Presses universitaires de France, 2009, p. 134-145 : « Des commentateurs aux humanistes ».

G. Chevrier, « Baldi de Ubaldi », dans Dictionnaire de droit canonique, dir. R. Naz, t. 2, Paris, Letouzey et Ané, 1937, col. 39-52.

Daniel Schwenzer, « Balde de Ubaldis », dans Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon (BBKL), Hamm 1975.

Pour Celse-Hugues : Dictionnaire historique des juristes français, dir. Patrick Arabeyre, Jean-Louis Halpérin, Jacques Krynen, Paris, PUF, 2007, p. 248 (notice Petitjean). Voir aussi Biographie universelle, dir. Louis-Gabriel Michaud, Paris, Michaud frères, 1811-1862, vol 11, p. 161.

Pour Musaptus: Robert Feenstra « Editions lyonnaises des lecturae de droit civil de Balde par Jean de Gradibus, avec un aperçu des autres éditions du XVIe siècle », in Ius commune, Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Europäische Rechtsgeschichte, 27 (2000), p. 345-72.

Pour les autres auteurs secondaires  : La vie des plus célèbres jurisconsultes de toutes les nations, tant anciens que modernes,  Pierre Taisand, Paris, Prault et Le Clerc, 1737, p. 315-316 (Imola) ; p. 53-54 (André de Barbatia) ; p.156-166 (Decius).

PATSTEC ou comment porter à connaissance le patrimoine contemporain d’AMU

1 – Aix-Marseille Université, un patrimoine insoupçonné

Depuis plusieurs années, Aix-Marseille Université est attentive à la conservation et à la valorisation de son patrimoine scientifique. Comme de nombreuses autres universités en France, Aix-Marseille Université est dépositaire d’un important patrimoine scientifique accumulé au fil du temps. Si les fonctions originelles pour la recherche et l’enseignement restent toujours d’actualité, ces collections universitaires sont aussi entretenues pour leur intérêt patrimonial et leur utilisation lors d’actions de diffusion de la culture scientifique. Au sein d’Aix-Marseille Université, les collections d’échantillons et d’instruments issues des activités de recherches sont extrêmement riches. Cinq domaines sont particulièrement bien représentés en lien avec l’histoire de l’Université : il s’agit de la Botanique (Herbiers et Musée Colonial), de la Géologie (Paléontologie et Pétrologie), de l’Astronomie (Astronomie au sol et Astronomie spatiale), de la Zoologie et de la Physique-Chimie. Ces collections comportent ainsi environ 1 000 000 de spécimens, d’exceptionnels instruments, de nombreuses archives et des fonds anciens conservés au sein du Service Commun de Documentation. Par leur diversité, leur volume, leur valeur scientifique et patrimoniale, ces collections représentent un patrimoine sans équivalent au niveau régional. Elles constituent aujourd’hui une source de matériel irremplaçable pour les chercheurs du monde entier et jouent un rôle majeur pour la Recherche et l’Enseignement.

En 2012, Aix-Marseille Université s’est ainsi dotée d’une « Mission de Culture et Patrimoine scientifiques » rattachée à la Direction de la Recherche et de la Valorisation et scindée en deux cellules : la « Cellule de diffusion de la culture scientifique » et la « Cellule du Patrimoine scientifique ». Cette mission coordonne les actions d’inventaire, de conservation et de valorisation du patrimoine par la recherche et de diffusion de la culture scientifique par des enseignants-chercheurs et des étudiants auprès des scolaires et du grand public. Parallèlement, le Centre National des Arts et Métiers (CNAM) s’est vu confier une mission nationale sur la « Sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain », par le Ministère en charge de la Recherche. Son rôle est d’inventorier et de renseigner les objets et documents représentatifs de la recherche publique et privée. C’est en ce sens qu’Aix-Marseille Université a signé en mars 2014 une convention avec le CNAM qui lui a confié la mission régionale de sauvegarde du PATrimoine Scientifique et TEchnique Contemporain (PATSTEC) en région PACA (Académie d’Aix-Marseille).

2 – Objectifs de la mission PATSTEC d’AMU

Aix-Marseille Université souhaite faire connaitre au grand public, aux scolaires, aux étudiants et aux chercheurs, les instruments issus des activités de recherche et les découvertes qui y sont associées. En rentrant dans le réseau PATSTEC et en renseignant la base nationale correspondante, Aix-Marseille Université rend accessibles tous les instruments (exposés ou non) et les informations qui y sont associées. Pour ce faire, la mission PATSTEC d’Aix-Marseille Université poursuit un double objectif. Elle vise d’une part à repérer et fédérer les différents acteurs sensibilisés à la sauvegarde et à la valorisation du patrimoine scientifique de la région PACA et d’autre part elle vise à identifier les instruments remarquables afin de les documenter et de renseigner la base de données nationale.

C’est pourquoi, Aix-Marseille Université a constitué une « équipe PATSTEC ». Celle-ci est constituée de Constance Hammond, Vice-présidente déléguée à la Culture et au Patrimoine scientifiques, de Bruno Vila, Chargé de mission « Patrimoine scientifique AMU », et de Corine Levy-Battesti, Chargée de l’inventaire. Elle comprend également les responsables scientifiques des collections impliquées dans les travaux d’inventaires. Pour la mise en œuvre de la mission PATSTEC en région PACA, Aix-Marseille Université met en place un comité de pilotage constitué par des membres des principales institutions scientifiques, associations et musées de la région PACA. Sont également associées les principales tutelles et organismes qui prennent part dans la recherche et l’enseignement (Conseil Général 13, Région PACA, Délégation Régionale à la Recherche et à la Technologie, Rectorat d’Aix-Marseille).

3 – Mise en œuvre au sein d’AMU

Au cours des dernières années, Aix-Marseille Université a rassemblé ses instruments, a réalisé des inventaires et a entrepris un travail de documentation pour les plus remarquables. Aujourd’hui, ces instruments sont conservés au sein de 4 principales collections :

  • La collection de Physique-Chimie de l’Espace muséal C. Fabry,
  • La collection d’Astronomie au sol,
  • La collection d’Astronomie spatiale,
  • La collection d’appareils de mesure du Laboratoire Parole et Langage.

L’inventaire dans la base PATSTEC a ainsi débuté avec les instruments présents au sein de l’Espace Muséal Charles Fabry. Cet espace, créé par Pierre Gravier (Professeur émérite) et dont Nicolas Claire (Maître de Conférences) en est l’actuel responsable scientifique conserve des instruments de physique et de chimie de la Faculté des Sciences de Marseille dont la création remonte à 1854. Les 500 instruments inventoriés (inventaire interne) au sein de cette collection offrent un panorama des activités de recherche, intenses et fructueuses, menées au cours du dernier siècle dans les domaines de l’optique et de microcalorimétrie notamment. Environ 200 instruments issus des années 1880 à nos jours, tous utilisés ou ayant été utilisés à la faculté y sont exposés.

L’inventaire dans la base PATSTEC pourra être poursuivit avec ceux des collections d’instruments d’Astronomie et du Laboratoire Parole et Langage.

La collection d’astronomie au sol provient de l’Observatoire de Marseille (établi en 1702 montée des Accoules, puis transféré en 1863 sur le Plateau Longchamp), un lieu où l’on observait le ciel de façon suivie, à l’aide des instruments les plus performants de chaque époque mais également un lieu de création de nouvelles méthodes d’observation et de réalisation d’instruments. C’est ainsi que l’Observatoire dispose aujourd’hui d’une collection très riche d’instruments astronomiques dont les plus anciens remontent au tout début du XVIIIème siècle. Ces lunettes, télescopes, oculaires, micromètres, photomètres, spectrohéliographes, mais aussi instruments d’arpentage et de géodésie, de calcul de temps et de positionnement, tous dans un remarquable état de conservation, sont, pour la plupart, classés à l’Inventaire Général du Patrimoine Culturel du Ministère de la Culture.

La collection d’Astronomie spatiale trouve ses origines dans les années 1960, lorsque le Laboratoire d’Astronomie Spatiale de Marseille est créé dans le but de réaliser des observations astronomiques en dehors de l’atmosphère terrestre. De nombreux instruments et équipements retraçant son activité technique et scientifique ont été conservés.

Enfin, la collection d’appareils du Laboratoire Parole et Langage conserve les appareils de mesures utilisés depuis 1950 dans le cadre de ses travaux de recherche sur les mécanismes impliqués dans la production, la perception et la compréhension du langage oral et du langage écrit dans leurs contextes naturels d’occurrence. Cette collection se compose d’une centaine d’appareils dont une trentaine est constituée d’appareils conçus et fabriqués par le personnel du laboratoire. Les appareils se répartissent ainsi entre instrumentation aérodynamique, instrumentation articulatoire, instrumentation acoustique, instrumentation perceptive, instrumentation vidéo et instrumentation périphérique.

Enfin, grâce au travail qui sera mené au sein du comité de pilotage les collections identifiées à l’extérieur de l’Université pourront intégrer la base nationale PATSTEC.

4 – Le site PATSTEC et ses ressources

La base PATSETC est accessible sur le site : www.patstec.fr.

Page d’accueil du site PATSTEC avec les différentes ressources disponibles.
Page d’accueil du site PATSTEC avec les différentes ressources disponibles. 

Les informations présentes dans la base de données sont de différentes natures. On peut y trouver des fiches d’inventaires des instruments, une ou plusieurs photographies et des documents. On y trouve aussi des notices techniques et des ressources documentaires comme des vidéos qui peuvent présenter des témoignages de chercheurs ou des pratiques de recherche.

La fiche d’inventaire renferme les informations relatives aux objets et à leur gestion. Ces données sont organisées en différents volets : identification, descriptions, localisation et liens. L’identification comprend des informations comme le numéro d’inventaire, la référence de localisation de l’objet, sa désignation ou sa notice technique, le nom du constructeur, des informations sur le mode et la date d’acquisition de l’objet… Le premier volet descriptif contient les informations relatives à l’aspect physique de l’objet, le principe et les conditions d’utilisation de l’objet et ses caractéristiques techniques. Les applications et le contexte d’utilisation de l’appareil dans le laboratoire peuvent être renseignés avec notamment des informations concernant ses transformations ou des indications d’ordre historique. Ce volet descriptif est complété par une rubrique documentation qui permet de préciser les références des sources utilisées et des références bibliographiques plus larges permettant de contextualiser l’objet. Un second volet descriptif contient des informations relatives à l’état physique de l’objet comme ses mesures et ses caractéristiques, les matériaux le composant ou son état de conservation. Ces descriptions sont complétées par des renseignements sur les institutions en relation avec l’objet (propriétaire, dépositaire…), les lieux de stockage, les personnes ressources…

Exemple de fiche issue de la base PATSTEC : l’interféromètre de Fabry-Perot conservé dans les collections d’Aix-Marseille Université. Pièce maîtresse de l'instrumentation dans le domaine de l'optique, l'interféromètre de Fabry-Pérot est exposé à la Faculté des Sciences dans un des musée d'Aix-Marseille Université, dans l'espace muséal Charles Fabry. Récemment les deux miroirs manquants ont été refaits afin de présenter au public et aux étudiants un instrument en état de fonctionnement dans le cadre des activités de diffusion de culture scientifique et technique.
Exemple de fiche issue de la base PATSTEC : l’interféromètre de Fabry-Perot conservé dans les collections d’Aix-Marseille Université. Pièce maîtresse de l’instrumentation dans le domaine de l’optique, l’interféromètre de Fabry-Pérot est exposé à la Faculté des Sciences dans un des musée d’Aix-Marseille Université, dans l’espace muséal Charles Fabry. Récemment les deux miroirs manquants ont été refaits afin de présenter au public et aux étudiants un instrument en état de fonctionnement dans le cadre des activités de diffusion de culture scientifique et technique. 

5 – Pourquoi s’inscrire dans la démarche PATSTEC ?

La participation d’Aix-Marseille Université au réseau national PATSTEC permettra à tous de disposer d’informations à la fois d’ordre scientifiques et techniques sur le patrimoine scientifique contemporain des acteurs publics et privés de la région PACA. Les informations contenues dans cette base seront particulièrement utiles aux scolaires, aux étudiants mais également aux curieux désireux de mieux comprendre les démarches scientifiques et le fonctionnement de nombreux instruments. Elles permettront aussi, dans le cadre des instruments les plus emblématiques, d’accéder à des informations sur les découvertes qui y sont parfois associées.

Cette démarche devrait permettre de porter à connaissance la richesse insoupçonnée du patrimoine d’Aix-Marseille Université.

En cours: la médecine pendant la Grande Guerre à la BU Médecine-Odontologie

Affiche de l'exposition

A l’occasion du centenaire du déclenchement de la Première Guerre Mondiale, les BU de Santé vous proposent de découvrir certains aspects de la médecine militaire française, à travers une sélection de leurs ouvrages de l’époque.

Exposition visitable dans l’espace patrimonial de la Faculté de médecine, à l’entrée de la bibliothèque de Médecine-Odontologie, jusqu’au 24 novembre 2014.

En complément de l’exposition, un choix d’ouvrages récents et empruntables est à votre disposition au rez-de-chaussée de la bibliothèque.

Adresse : campus Timone, 27 bd Jean Moulin, Marseille 5e. Entrée libre aux heures d’ouverture de la bibliothèque.

Dernier jour : la Faculté de droit d’Aix pendant la Grande Guerre

L’effort de guerre, en août 1914, concerne l’ensemble de la société. 4 millions d’hommes transitent par la gare de l’Est pour rejoindre le front. Parmi ces hommes beaucoup sont étudiants et professeurs à la faculté de droit d’Aix-en-Provence ; 76 d’entre eux ne reviendront pas. Le doyen Bry exhorte ceux qui sont restés à combattre par le travail intellectuel et l’approfondissement du savoir. Cette guerre a tout autant mobilisé les corps et les esprits de ces universitaires : rendons leur hommage !

Du 21 mai au 17 octobre 2014, la BU Droit, économie et gestion Schuman a commémoré la 1ère Guerre mondiale en exposant documents et archives retraçant la vie de la Faculté de droit pendant cette période.

Exposition ouverte à tous, à l’accueil de la bibliothèque et à ses horaires d’ouverture.

http://bu.univ-amu.fr/bu-schuman-droit

Appelés au front en août 1914

Appelés au front montant dans un train en août 1914.

Médecine et astrologie

L’astrologie médicale à travers quelques auteurs présents dans les collections anciennes de la Bibliothèque de Médecine-Odontologie

Le premier billet de cette série est consacré à l’ancienne pratique de l’astrologie médicale, différente de l’astrologie visant à prédire les événements. Enseignée et pratiquée par les médecins jusqu’à l’époque des Lumières, on en trouve la trace dans les livres médicaux anciens conservés dans la Réserve de la bibliothèque universitaire de Médecine-Odontologie.

 Hippocrate (460 av. JC – env. 370 av. JC)

La collection hippocratique ne comporte pas d’astrologie à proprement parler. Cependant, des éléments astrologiques sont pris en compte pour certaines pratiques médicales. Il s’agit surtout de déterminer quel soin est le plus approprié au patient. Pour la détermination du début des maladies et de leur paroxysme, la numérologie et la connaissance de la signification sacrée de certains chiffres sont essentielles : le De diebus decretoriis met en place un cycle complexe qui repose sur les chiffres 4 et 7, censés régir les cycles des maladies. C’est sur cette base que les médecins doivent déterminer le meilleur moment d’apporter un remède au patient pour qu’il soit efficace.

Un autre livre de cette collection, le quatrième livre De diaetae (Du régime), aussi appelé De insomniis ou Des songes propose tout un système d’interprétation des songes comme autant de reflets de l’état de santé du rêveur. Celui-ci peut faire des songes d’origine divine (annonciateurs des événements à venir) ou des songes corporels. Ces derniers sont l’effet de l’âme qui profite du sommeil et du repos du corps pour « inspecter » celui-ci. La vision d’astres et d’éléments astrologiques en rêve sont considérés comme particulièrement révélateurs. Les trois éléments essentiels sont la lune, le soleil et les autres astres, qui sont vus en rêve comme « purs » et selon leur mouvement apparent, ou occultés, voilés et observant un mouvement anormal. Les astres sont le signe des éléments extérieurs du corps (peau…), la lune, des éléments intérieurs (« caverneux », c’est-à-dire les organes), et le soleil, des éléments « intermédiaires », qui font le lien entre les deux. Au médecin ensuite d’interpréter le songe : Hippocrate donne toute une série de visions possibles, leurs significations et les adaptations de régime nécessaires pour rétablir la santé du patient.

Hippocrate, Hippocratis Coi medicorum omnium longe principis, opera quae ad nos extant omnia, Bâle, Froben, 1558.

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 20140
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 20140 

Galien (129-201 ou 216)

Galien est le plus connu des commentateurs d’Hippocrate ; il est l’autorité médicale suprême pendant tout le Moyen-Age, jusqu’à la redécouverte de la collection hippocratique à la Renaissance ; il reste au XVIe siècle une autorité incontournable. Il reprend, systématise et affine le système numérologique présenté par Hippocrate dans ses Aphorismes pour déterminer à l’avance les moments de crise de ses patients et savoir à quel moment appliquer tel type de remède.

L’astrologie et l’astronomie étant très étroitement liées à cette époque, continuateurs et commentateurs de Galien n’ont eu de cesse de tenter de perfectionner le système de façon à ce qu’il corresponde au mieux à la fois aux nombres significatifs (4 et ses multiples, 7 et ses multiples) et au temps astronomique. D’autre part, Galien prend en compte des explications astrologiques pour expliquer l’évolution des maladies : ainsi, le Livre III du De diebus judicatoriis développe quelle influence les astres peuvent exercer sur le corps humain selon leur position dans le ciel, le soleil et la lune étant les plus puissants.

Galien, Claude, Galeni librorum quarta classis. Signa quibus tum dignoscere morbos & locos affectos, tum praescire futura possimus, docet, Venise, Giunta, 1576.

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 30039/4
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 30039/4 

Guy de Chauliac (1300-1368)

Guy de Chauliac était un médecin et chirurgien du XIVe siècle, dont l’œuvre principale, la Chirurgia magna, rédigée en Avignon en 1363, compilait le savoir médical de l’époque et l’enseignement des grandes autorités (Hippocrate, Galien, Avicenne notamment). Il fut un grand anatomiste, considéré par certains comme le fondateur de l’art chirurgical moderne, et fut médecin de plusieurs papes en Avignon (Clément VI, Innocent VI et Urbain V).

Témoin de la grande Peste Noire, à laquelle il survécut, il en relate le souvenir dans son œuvre. Il repousse les causes criminelles que l’on proposait à son époque, pour imputer les ravages de l’épidémie aux Juifs, aux nobles, ou à d’autres catégories de la population. Pour lui, comme pour beaucoup d’autres savants de son temps, le fléau s’explique avant tout par la réunion exceptionnelle de circonstances favorables à son déclenchement : un affaiblissement de la résistance des corps liés aux famines, en particulier pour le monde paysan dont le régime n’est pas sain et les travaux harassants, et surtout l’apparition d’une conjonction astrologique très néfaste et d’une grande longévité, qui provoque un grand déséquilibre des humeurs dans des corps qui, affaiblis, ne peuvent y résister.

Jean Canappe (1495- ?)

Lyon était un foyer important de la Renaissance, non seulement littéraire, mais aussi médicale. Les médecins de l’Hôtel-Dieu étaient réputés dans tout le royaume. Certains d’entre eux, dont Jean Canappe, entreprirent de traduire les grandes œuvres médicales qui faisaient autorité et de les faire éditer dans de petits formats peu chers et facilement manipulables, pour donner accès à ce savoir aux chirurgiens et barbiers. Ces derniers, bien que pratiquant toutes sortes d’interventions sur leurs patients, ne connaissaient souvent pas le latin et avaient peu de connaissances théoriques. Les médecins, eux, avaient des connaissances surtout théoriques et effectuaient très peu de gestes concrets.

Jean Canappe était un médecin très en vue à Lyon : lecteur public de chirurgie, à Lyon, il fut aussi médecin du roi François Ier. Il était très proche des cercles humanistes de cette ville : le célèbre imprimeur Etienne Dolet, brûlé en 1546 pour ses prises de position peu orthodoxes sur le plan religieux et souvent outrancières, a édité certaines de ses traductions médicales pour le libraire Guillaume de Guelques (celui qui publie la traduction de Guy de Chauliac présentée en vitrine), puis, plus tard, sur ses propres presses. Il fut aussi en lien avec Pierre Tolet et d’autres médecins importants de Lyon de l’époque. Il s’inscrit dans un mouvement intellectuel visant à promouvoir l’usage du français au lieu du latin dans les domaines littéraire et scientifique.

Sa traduction des œuvres de Guy de Chauliac a été numérisée par l’Académie de Médecine de Paris, et mise en ligne à cette adresse : http://www2.biusante.parisdescartes.fr/livanc/?cote=extacadd305&do=livre.

Chauliac, Guy de, Le Guidon en francoys, nouvellement reveu, & au vray corrige, trad. Jean Canappe, Lyon, Jean Barbou pour Guillaume de Guelques, 1538.

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13323
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13323 

Henri Corneille Agrippa de Nettesheim (1486-1535)

Savant humaniste au service des grands d’Europe, Henri Corneille Agrippa de Nettesheim s’intéresse à toutes les sciences occultes, qu’il pratique ou enseigne à divers moments de sa vie : alchimie, kabbale chrétienne de Johannes Reuchlin, astrologie notamment. Il navigue entre les cours rivales impériale et françaises : rédigeant en 1509 un Traité de la noblesse et préexcellence du sexe féminin en l’honneur de Marguerite de Bourgogne, il est en 1511 au service de l’empereur Maximilien de Habsbourg sous les armes, après avoir servi de la même manière le roi d’Aragon, Ferdinand d’Aragon, en 1508. Il voyage dans toute l’Europe, est conseiller municipal à Metz, puis s’installe en tant que médecin avant de se fixer à Lyon en 1524. Il devient ensuite médecin et astrologue de Louise de Savoie, la mère du roi François Ier.

Brusquement, il revire et devient hostile à toute forme de magie et d’ésotérisme : il rédige en 1526 son traité De l’incertitude et vanité des sciences, où il dénonce violemment toutes les sciences occultes qu’il avait pratiquées jusqu’alors. Ce traité est avant tout une défense de la pureté évangélique de la foi. C’est aussi une attaque en règle contre les sciences telles qu’elles sont pratiquées à la Renaissance. Tout y passe, des belles-lettres à l’économie en passant par les sciences occultes. Une partie est consacrée à l’astrologie, une autre à la magie naturelle, une à l’alchimie, une à la « nécromancie » ou magie noire. Dans la partie consacrée à la médecine, il dénonce le recours aux astres comme lié au polythéisme.

Malgré sa défense énergique de la foi chrétienne, il est condamné par plusieurs facultés de théologie (la Sorbonne et Louvain notamment). Il passe au service de Marguerite d’Autriche, puis à celui du prince-archevêque électeur de Cologne. De plus en plus attiré par le luthéranisme, il revient en France, où il est arrêté. Il meurt à Grenoble, peu après sa sortie de prison.

Agrippa de Nettesheym, Henri Corneille, Henrici Cornelii Agrippae ab Nettesheym, De incertitudine & vanitate scientiarum declamatio invectiva, denuo ab autore recognita, & marginalibus annotatibus aucta, s.l., s.n., s.d. [1537 ?].

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13275/2
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13275/2 

Johannes de Indagine (vers 1467-1537)

On ne sait à peu près rien de cet auteur, qui n’a laissé que ce traité. Il se décompose en plusieurs parties, permettant de connaître les influences astrales susceptibles de s’exercer sur un homme ou une femme donné(e). La première partie traite largement de la chiromancie, ou art de lire les lignes de la main. La deuxième partie traite de la physiognomie, ou physionomie, qui permet de déterminer les caractères moraux d’une personne d’après ses traits et l’aspect de sa silhouette. Enfin, l’auteur s’attarde sur toute une série de règles astrologiques, médicale et judiciaire, permettant à la fois de déterminer l’avenir de quelqu’un, son état de santé et les moyens d’y remédier. Une série de schémas expliquent la façon dont un expert en lecture des lignes de la main peut déterminer la nature de l’homme ou de la femme qu’il examine selon la planète qui le/la domine. Cela va ensuite aider le médecin à conseiller son patient sur son régime de vie en fonction de l’horoscope du moment.

Le traité est orné de très belles planches illustrées, dont certaines sont attribuées au célèbre graveur lyonnais Bernard Salomon, qui a souvent travaillé avec l’imprimeur-libraire Jean de Tournes, éditeur de l’ouvrage. On trouve à la fin une série de tables permettant d’établir des horoscopes. Il est intéressant de noter que le contexte de publication de cet ouvrage montre que le monde humaniste de Lyon s’intéressait de près à ce genre de texte : non seulement il est édité par l’un des meilleurs imprimeurs lyonnais exerçant à cette époque, qui publie de grands auteurs dont Maurice Scève, mais son texte est présenté par Antoine Du Moulin, qui était un éminent humaniste, très influent dans les milieux littéraires lyonnais.

De Indagine, Johannes, Chiromance & Physiognomie par le regard des membres de l’Homme, faite par Jan de Indagine. Plus dudit, La diffinition des faces des Signes. Reigles Astronomiques du jugement des maladies. L’astrologie Naturelle. La congnoissance de la complexion des hommes selon la domination des Planettes, éd. Antoine du Moulin, Lyon, Jean de Tournes, 1556.

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13275/2
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13275/2 

Persistance des anciens systèmes à l’époque de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Dans son article « Astrologie », l’Encyclopédie reprend une distinction traditionnelle entre astrologie naturelle et astrologie judiciaire, la première étant l’art d’observer et de prédire les phénomènes naturels, et la seconde étant l’art de prédire le destin des hommes. Si la première paraît toujours licite, et « scientifique » en 1751, la seconde est solidement condamnée comme un préjugé :

« L’Astrologie naturelle est elle-même, à proprement parler, une branche de la Physique ou Philosophie naturelle ; & l’art de prédire les effets naturels, n’est qu’une suite a posteriori, des observations et des phénomènes. »

« Quoique l’Astrologie judiciaire ait été solidement combattue, tant par Barclay que par d’autres auteurs célèbres, qui en ont démontré la vanité ; on ne peut pas dire qu’ils ayent entièrement déraciné cette ridicule prévention ; elle regne encore, & particulièrement en Italie. »

Le Febvre, Julien-Augustin, Dissertatio medica de astrorum influxu in hominem, Montpellier, Augustin-François Rochard, 1757.

Cette dissertation pour l’obtention du grade de bachelier en médecine à Montpellier s’inscrit, en plein siècle des Lumières, dans la tradition des œuvres d’Hippocrate et de Galien. L’auteur s’attache à démontrer la réalité des influences célestes sur les mécanismes régissant le corps humain et sa santé. Il détaille l’action particulière des différents astres (le soleil et la lune en particulier).

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 18828/3
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 18828/3 

Bibliographie sommaire :

Boudet, Jean-Patrice, Entre science et nigromance: astrologie, divination et magie dans l’Occident medieval (XIIe-XVe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006.

Boudet, Jean-Patrice, « A ‘college of astrology and medicine’ ? Charles V, Gervais Chrétien, and the scientific manuscripts of Maître Gervais’s College”, dans Studies in History and Philosophy of Biological and Biomedical Sciences, 41 (2), 2010, p. 99-108.

Collins, David J., « Albertus, Magnus or Magus ? Magic, Natural Philosophy, and Religious Reform in the Late Middle Ages », dans Renaissance Quarterly, 63 (1), 2010, p. 1-44.

Cooper, Glen M., « Galen and Astrology : A Mésalliance ? », dans Early Science and Medicine, 16 (2), 2011, p. 120-146.

Grant, Edward, A History of Natural Philosophy: From the Ancient World to the Nineteenth Century, New York, 2007.

Hare, E. H., « Medical Astrology and its Relation to Modern Psychiatry », dans Proceedings of the royal Society of Medicine, 70, 1977 (2), p. 105-110.

Kibre, Pearl, Studies in Medieval Science: Alchemy, Astrology, Mathematics and Medicine, Londres, 1984.

Lindberg, David C., The Beginnings of Western Science: The European Scientific Tradition in Philosophical, Religious, and Institutional Context, 600 B.C. to A.D. 1450, Chicago, 1992.

Ralley, Robert, « Stars, demons and the body in fifteenth-century England », dans Studies in History and Philosophy of Biological and Biomedical Sciences, 41, 2010, p. 109-116.

Secrets of Nature: Astrology and Alchemy in Early Modern Europe, éd. par William. R. Newman et Anthony Grafton, Cambridge, MIT Press, 2001.

Siraisi, Nancy, The Clock and the Mirror : Girolamo Cardano and Renaissance Medicine, Princeton, Princeton University Press, 1997.

Weill-Parot, Nicolas, Les « images astrologiques » au Moyen-Age et à la Renaissance : spéculations intellectuelles et pratiques magiques, XIIe-XVe siècles, Paris, 2002.

Ex-dono, ex-libris, et caetera

Livres offerts à la Bibliothèque de Lettres et Sciences humaines à Aix

Attachée à développer des fonds scientifiques utiles aux enseignements et à la recherche, la Bibliothèque n’a jamais consacré de crédits à l’acquisition de livres rares ou précieux. Elle conserve cependant des collections de valeur : celles qui lui ont été données. Elle a  reçu la bibliothèque de la Faculté de théologie (en 1885), qui possédait de nombreux livres anciens. Des professeurs ont également contribué à enrichir les fonds patrimoniaux. Un millier d’ouvrages ayant appartenu au doyen Norbert BONAFOUS (1809-1882), parmi lesquels deux incunables, des ouvrages du 16e  siècle et de nombreuses éditions des 17e et 18e siècles ont été offerts par son fils, Raymond (1856-1922), lui aussi professeur à la Faculté des Lettres. Exceptionnel aussi le don de Maurice MIGNON (1882-1962), successeur de Raymond BONAFOUS sur la chaire de « Langues et littératures de l’Europe méridionale » : éditions des 16e et 17e  siècles, textes en latin et traductions en italien d’auteurs de l’Antiquité.  Avec le don GAO Xingjian, contenant manuscrits et œuvres graphiques originales du prix Nobel de littérature 2000, la Bibliothèque s’est récemment enrichie d’un nouveau fonds prestigieux.

Dans l’intimité des livres, qu’ils aient ou non une valeur patrimoniale, on découvre sur les pages de garde ou sur les pages de titre, des estampilles, des mentions de provenance, des dédicaces autographes –Ernest ZYROMSKI,  Gaston BERGER, Maurice BLONDEL, Bernard GUYON, Georges MOUNIN – qui confèrent aux collections une identité singulière.

Chapitre 7 de l’exposition « 600 ans d’avenir – De mémoire de bibliothèque », organisée par la Bibliothèque de Lettres et Sciences humaines en 2009, à l’occasion de la célébration des 600 ans de l’Université d’Aix-Marseille.

Livres sur les étagères de la réserve de la BU Lettres et Sciences Humaines (Aix). Photo Jean-Pierre Vallorani
Livres sur les étagères de la réserve de la BU Lettres et Sciences Humaines (Aix).
Photo Jean-Pierre Vallorani.

Botanique à la Renaissance

Leonhart Fuchs, ou le plus ancien livre conservé à la bibliothèque de sciences Saint-Charles

Leonhart Fuchs, De Historia stirpium commentarii insignes, Bâle, Michael Isengrin, 1542.

N° d’inventaire BU : 14 / langue : Latin

Il s’agit du plus ancien document conservé par la bibliothèque universitaire Saint-Charles. Cet ouvrage de botanique est une somme qui décrit 400 plantes européennes et 100 plantes exotiques. Il comprend 511 xylographies.

Verso du titre: portrait de l'auteur. Photo Odile Guillon, CICRP.
Verso du titre: portrait de l’auteur.
Photo Odile Guillon, CICRP.

Ces dernières sont remarquables, et témoignent des progrès techniques de la gravure sur bois dans le deuxième tiers du XVIe siècle. L’exemplaire conservé à la bibliothèque Saint-Charles est en noir et blanc, tel qu’il est sorti de la presse en 1542 ; cependant, il existe aussi plusieurs exemplaires en couleurs. Les techniques de l’époque ne permettaient pas l’impression des illustrations en couleurs : tout au plus pouvait-il y avoir deux passages des feuilles sous la presse typographique, une fois pour l’encre noire, une fois pour l’encre rouge, le tout demandant des opérations de calage assez complexes. Cependant, les gravures de l’ouvrage de Fuchs ont été réalisées en prévoyant qu’elles seraient par la suite enrichies de couleurs, ce qui a été fait sur un certain nombre d’exemplaires, parfois dans l’atelier même. C’est ainsi que la bibliothèque de Glasgow conserve un exemplaire dont les planches ont été coloriées à l’aquarelle (l’exemplaire a été numérisé et peut être consulté à cette adresse :

<http://special.lib.gla.ac.uk/exhibns/month/oct2002.html>).

Ces illustrations présentent un grand intérêt pour leur réalisme, les apports nouveaux qu’elles fournissent dans la connaissance et la façon dont elles sont utilisées comme vecteur d’information. En effet, le livre savant de la fin du Moyen-Age et de l’aube de la Renaissance ne contient généralement que du texte, disposé parfois de manière très dense. L’image est vue comme un outil de vulgarisation, pour l’instruction de ceux qui ne savent pas lire. Sa fonction relève de l’évocation, et non de la représentation ; elle n’est pas là pour transmettre de façon pédagogique un savoir reposant sur des faits concrets. C’est ainsi qu’on utilise des bois stylisés, passe-partout, souvent répétés, et qui ne permettent pas forcément d’identifier l’objet décrit avec précision. Parfois, ces images n’ont qu’un rapport vague avec le texte qu’elles accompagnent.

Certains savants se défendent d’en utiliser, de peur que leur présence altère la valeur érudite de l’ouvrage. Par exemple, le chirurgien Brunschwig déclare que :

« les figures ne sont rien de plus qu’une réjouissance de l’œil, et une information pour ceux qui ne savent ni lire, ni écrire1 . »

De son côté, en 1555, Jacques Dubois, dit Sylvius, ancien maître de Vésale, écrit ceci à propos du De humani corporis fabrica et de ses illustrations :

« Toute la méthode d’employer de telles choses est décidément superstitieuse, obscurantiste et surtout inutile, et il faut considérer les illustrations aussi bien que les lettres (de renvoi au texte) qui y figurent bien plus comme un empêchement que comme un secours2. »

Leonhart Fuchs, bien au contraire, revendique l’usage des images. Bien plus, il en revendique un usage savant, utile à la transmission de l’information :

« Qui en son honnête âme condamnerait des images qui communiquent des informations bien plus clairement que les mots, même du plus éloquent des hommes3 ? »

Portrait des illustrateurs à l’œuvre. Photo Odile Guillon, CICRP.
Portrait des illustrateurs à l’œuvre.
Photo Odile Guillon, CICRP.

L’importance donnée à ces images est soulignée par la présence exceptionnelle des portraits des trois illustrateurs à la fin de l’ouvrage. Il s’agit d’Albrecht Meyer, le dessinateur, représenté en train de peindre une plante d’après nature, de Heinrich Füllmaurer, chargé de transposer les dessins sur bois, et enfin, de Veit Rudolf Speckle, le graveur, en train de tailler les bois. Fuchs tient là-dessus une position très novatrice pour son époque. Ses contradicteurs4 affirment qu’une telle démarche ne peut viser qu’à représenter et à transmettre des accidents variables selon les saisons et donc non fiables pour l’identification scientifique des plantes concernées, et s’appuient pour cela sur des passages de Pline l’Ancien et de Galien5. Fuchs, lui, interprète ces passages différemment, comme il l’explique dans un ouvrage antérieur au De historia stirpium, intitulé Paradoxorum medicinae libri tres6 : composer une image de la substance de l’objet défini par le moyen de nombreux accident est la manière qu’ont les hommes de comprendre le monde. Galien, pour lui, indique essentiellement qu’il est inutile de décrire les « herbes » à nouveau après Dioscoride, parce que les descriptions de ce dernier sont indépassables. Quant à Pline, il explique avant tout que ce n’est pas l’abondance des couleurs qui permet de bien imiter la nature.

Fuchs s’inscrit dans un mouvement de révolution de la perception des images qui se fait progressivement dans les années 1530. De plus en plus, les médecins se posent la question de la correspondance des plantes qu’ils ont sous les yeux, au quotidien, avec celles qui ont été décrites par l’Antiquité. En effet, à cette époque, la notion de répartition géographique de la flore n’existe pas encore ; les médecins allemands cherchent à trouver dans les descriptions de plantes méditerranéennes par Pline et Dioscoride une correspondance avec les plantes que l’ont peut trouver dans les jardins du Nord de l’Europe. On pense alors la nature variable, et on crédite les Anciens d’avoir décrit la plupart, voire la totalité des plantes du monde. On n’envisage pas qu’une chose ait pu ne pas être connue des grands auteurs de l’Antiquité. Les savants de la Renaissance ne cherchent pas à s’émanciper des auteurs classiques : bien au contraire, ils sont dans une démarche visant à récupérer ces textes, et à leur « rendre » une « pureté » débarrassée des scolies et des gloses héritées de la tradition médiévale. Le débat est d’abord philologique, et cherche à établir la meilleure source. Tout le débat est donc entre la légitimité de la poursuite de la discussion philologique, comme la pratique l’Italien Paolo Giovio7 et celle de l’observation qui la remplace comme support d’identification, comme chez le voyageur Pierre Belon8.

Otto Brunfels, dans son ouvrage intitulé Herbarum vivae eicones9, est le premier en botanique à tenter de résoudre l’incertitude qui règne alors dans l’identification des plantes, entre la tradition issue du Moyen-Age et celle qui est héritée de l’Antiquité, en particulier de Dioscoride. Son objectif est de rassembler les informations données par Dioscoride, Pline et d’autres sources de référence sur chaque plante, en attirant l’attention sur les divergences. Pour renforcer son propos, il fait tailler pour son ouvrage des illustrations extrêmement réalistes. Son travail n’a pas été compris de ses contemporains : il a été loué pour la beauté des images de son ouvrage, mais fustigé pour la pauvreté du contenu du texte. Jean-Marc Châtelain et Laurent Pinon écrivent au sujet de ces images qu’elles ont été vécues comme « le reflet brut d’une réalité mal maîtrisée10 ».

Fuchs adopte une représentation non idéalisée du réel et donne toute sa place à la démarche d’observation directe des plantes. Il s’agit de les identifier correctement, dans l’objectif pratique de connaître leurs propriétés médicales. Cette identification doit aussi permettre de déterminer la meilleure autorité parmi des auteurs antiques qui se contredisent parfois. En cela, le médecin allemand est très influencé par les travaux de Nicollo Leoniceno, de l’Université de Ferrare. Nourri de ces diverses influences, il déclare préférer Galien à Dioscoride, et Dioscoride à Pline. L’observation lui fournit les images gravées, cependant, pour la première fois en botanique, elle influence aussi le texte lui-même. C’est ainsi que Fuchs est le premier à décrire des plantes américaines, comme le maïs, et à ne pas essayer à tout prix de trouver une correspondance dans Dioscoride. De fait, lorsqu’il ne trouve pas la correspondance antique des plantes allemandes contemporaines, il adopte une démarche puisée dans Galien pour la décrire de façon adéquate, en s’appuyant à la fois sur les autorités et sur l’expérience résultant de l’observation. De même, pour éviter la confusion, il revendique le choix de noms déjà existants, même s’ils sont en mauvais latin, plutôt que d’en recomposer en un latin ou un grec savants qui ne parleront qu’à quelques érudits. Il cite aussi systématiquement les noms allemands des différentes plantes qu’il décrit. Sa démarche est très loin d’un rejet des autorités antiques : en réalité, il veut faire revivre l’ancienne médecine des Grecs, et en particulier celle de Galien. Il en applique donc les méthodes, en étendant par l’observation ce qu’il trouve dans Dioscoride, pour en retrouver la « pureté » débarrassée des interpolations qu’il prête aux Latins et aux Arabes qui ont transmis les textes jusqu’à son époque. Dans cette optique, les images lui permettent de faire un pont entre les plantes anciennes que l’on trouve dans les œuvres de Dioscoride et celles qui lui sont contemporaines : en observant leurs différentes caractéristiques, il peut leur redonner leur identité antique. Et lorsque celle-ci n’existe pas, il peut leur en créer une, selon la méthode antique.

Planche de la p. 896 (basilic, dénommé "ocimastrum" par Fuchs). Photo Odile Guillon, CICRP.
Planche de la p. 896 (basilic, dénommé « ocimastrum » par Fuchs).
Photo Odile Guillon, CICRP.

Ce qui oppose Fuchs à ses adversaires est donc d’abord leur relation à l’antiquité : là où Fuchs veut faire revivre des pratiques, d’autres au contraire prônent une renaissance des savoirs de Dioscoride mot-à-mot, au pied de la lettre. Par ailleurs, la dispute est aussi dialectique, et porte sur la nature des définitions. Pour les contradicteurs du médecin allemand, les accidents, par nature variables (fleurs, fruits, par exemple), ne sont pas des propriétés, ni des éléments propres à établir une différence suffisante pour déterminer le caractère unique de l’objet décrit. Par conséquent, ils ne peuvent pas produire de définitions essentielles. Fuchs au contraire se place dans le mouvement de la dialectique humaniste issue de Melanchton : pour lui, la description des plantes est une description par les accidents, la définition des choses étant différente de la définition des noms, et devant avoir pour objet de placer la chose sous les yeux même de celui qui la lit, exactement comme s’il observait une plante. Les images participent aussi de cette conception des choses, en synthétisant les différents éléments utiles à l’identification et en les plaçant en évidence sous les yeux des lecteurs. Elles représentent d’ailleurs souvent la plante à plusieurs états de son développement, fleur et fruit étant représentés sur la même gravure (comme c’est le cas des courges, par exemple).

Ces gravures, pour plus de précision, ont été conçues dès l’origine pour être peintes. Le trait en est ainsi exceptionnellement fin. Certaines ont sans doute été coloriées dans l’atelier même de l’imprimeur, et il subsiste plusieurs exemplaires en couleurs (comme par exemple celui de la bibliothèque de Glasgow). Cependant, la mise en couleur reste extrêmement onéreuse à l’époque : à la fin du siècle, sur un autre ouvrage, on en estime le coût à 7 fois le prix de vente du livre, ce dernier étant déjà élevé du fait de la présence des gravures, qui représentent un investissement financier très important pour l’imprimeur et le libraire. Elle n’est donc appliquée que de façon marginale, et ne concourt pas autant que le voudrait l’auteur à la fiabilité de l’identification scientifique en histoire naturelle :

« Les exemplaires coloriés, qui restent largement confinés dans les sphères aristocratiques des milieux du patronage savant, ne jouent qu’un rôle très marginal dans la transmission textuelle des œuvres. Quoi qu’en disent les auteurs, la couleur sert moins à reconnaître plantes ou animaux qu’à distinguer du commun des livres quelques exemplaires de prestige11. »

Cela n’empêche pas cet ouvrage de constituer un jalon fondamental dans l’histoire de la botanique, aux côtés de ceux d’Otto Brunsfeld et Hieronimus Bock. En effet, en constituant un recueil de plantes identifiables par n’importe quel observateur, cet ouvrage institue ce qui est nécessaire en matière d’illustrations. Il s’agit d’une évolution fondamentale des méthodes de la connaissance scientifique des plantes fondée sur leur observation et leur illustration fidèle. Par la suite, Robert Dodoens s’appuie très largement sur les travaux de Fuchs, qui ont fait l’objet de 31 éditions, adaptations et traductions publiées du vivant même de l’auteur. S’il a provoqué une vive polémique dans les milieux médicaux de son époque, il a fait considérablement avancer la botanique, et a contribué à l’installer en tant que science à part entière. Le nom de genre Fuschia lui fut d’ailleurs dédié en hommage et il a continué à exercer une influence notable sur ses successeurs durant une longue période.

A noter que l’ouvrage est numérisé et librement accessible sur Gallica :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k525016/f5.image.r=Fuchs,%20Leonhart.langFR

Il est également accessible en version française (édition de 1558) :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b86082904/f11.image.r=Fuchs,%20Leonhart.langFR

La Stanford University Press en a, par ailleurs, publié un fac similé dans les années récentes, preuve si besoin que cet ouvrage continue, pour les historiens de la discipline, à faire date.

Bibliographie sommaire :

–      Sur Fuchs et son ouvrage

Kusukawa, Sachiko, « Leonhart Fuchs on the importance of pictures », dans Journal of the History of Ideas, vol. 58 / 3, 1997, p. 403-427.

Fuchs, Leonhart, The great herbal of Leonhart Fuchs: notable commentaries on the history of plants, éd. Par Frederick Meyer, Emily Trueblood et John Heller, Stanford, Stanford University Press, 1999. Fac-simile et commentaire du texte de Fuchs.

Zucchi, Luca, « Brunfels e Fuchs: l’illustrazione botanica quale ritratto della singola pianta o immagine della specie », dans Nuncius, vol. 18 / 2, 2003, p. 411‑465.

Page consacrée au De historia stirpium dans le cadre du « livre du mois » sur le site du Service commun de la documentation de l’Ecole Normale Supérieure (consultée le 18 septembre 2014).

Il existe également un mémoire de master sur le sujet :

Lepilliet, Ariane, Le De Historia Stirpium de Leonhart Fuchs : histoire d’un succès éditorial (1542-1560), mémoire de master en sciences de l’information et des bibliothèques, Villeurbanne, Enssib, 2012. Accessible en ligne (consulté le 22 septembre 2014).

–      Sur l’histoire des sciences et de la botanique à la Renaissance

Chansigaut, Valérie, Histoire de l’illustration naturaliste, Paris, Delachaux et Niestlé, 2009.

Elliott, Brent, « The world of the Renaissance herbal », dans Renaissance Studies, vol. 25 / 1, 2011, p. 24‑41.

Kusukawa, Sachiko, Picturing the Book of Nature: Image, Text, and Argument in Sixteenth-Century Human Anatomy and Medical Botany, Chicago, University of Chicago Press, 2012.

Ogilvie, Brian W., « The Many Books of Nature: Renaissance Naturalists and Information Overload », dans Journal of the History of Ideas, vol. 64 / 1, 2003, p. 29-40.

Sciences de la Renaissance, actes du colloque international d’études humanistes, éd. par le Centre d’études supérieures de la Renaissance, Paris, Vrin, 1973.

–      Sur l’illustration du livre à la Renaissance

Châtelain, Jean-Marc, Pinon, Laurent, « Genres et fonctions de l’illustration au XVIe siècle », dans La Naissance du livre moderne, éd. par Henri-Jean Martin, Paris, Cercle de la librairie, 2000.

Ford, Brian, Images of Science : A History of Scientific Illustration, Londres, British Library, 1992.

Pastoureau, Michel, « L’illustration du livre : comprendre ou rêver ? (vers 1530-vers 1660) », dans Histoire de l’édition française, t. 1, Le livre conquérant, Paris, Promodis, 1982, p. 501-529.

  1. Laurent Pinon et Jean-Marc Châtelain, « Genres et fonctions de l’illustration au XVIe siècle », dans La Naissance du livre moderne, éd. par Henri-Jean Martin, Paris, Cercle de la librairie, 2000, p. 237. []
  2. Cité par Sciences de la Renaissance, actes du VIIIe congrès international de Tours, organisé par le CESR, Paris, Vrin, 1973, p. 169. []
  3. Cité par Laurent Pinon et Jean-Marc Châtelain, « Genres et fonctions de l’illustration du livre », dans La Naissance du livre moderne, op. cit. p. 238. []
  4. Dont Sebastianus Montuus, médecin issu du cercle de Symphorien Champier. Sur le détail de cette querelle, voir Sachiko Kusukawa, « Leonhart Fuchs on the Importance of Pictures », Journal of the History of Ideas, 58 (3), 1997, p. 418 sq. []
  5. Pline l’Ancien, Historia naturalis, VII, 141 et Galien, De simplicium medicamentorum facultatibus libri undecim, VI, 1. []
  6. Leonhart Fuchs, Paradoxorum medicinae libri tres, Bâle, Johann Bebel, 1535. []
  7. Paolo Giovio, Paoli Jovii Novocomensis medici De Romanis piscibus libellus, Rome, [Francesco Minizo Calvo], [1524]. Sur cet auteur, voir T.C. Price-Zimmermann, Paolo Giovio : the historian and the crisis of sixteenth-century Italy, Princeton, Princeton University Press, 1995. []
  8. Pierre Belon, Histoire naturelle des estranges poissons marins, Paris, Regnaud Chaudière, 1551. Sur le voyage d’Orient et la place de l’observation dans le discours renaissant, voir Le miroir ottoman : une image politique des hommes dans la littérature géographique espagnole et française, XVIe-XVIIe siècles, Paris, Presses de l’Université de Sorbonne, 2003. []
  9. Otto Brunfels, Herbarum vivae eicones ad naturae imitationem, Strasbourg, Johann Schott, 1532. []
  10. Laurent Pinon et Jean-Marc Châtelain, « Genres et fonctions de l’illustration du livre », dans La Naissance du livre moderne, op. cit., p. 255.
    []
  11. Laurent Pinon et Jean-Marc Châtelain, « Genres et fonctions de l’illustration du livre », dans La Naissance du livre moderne, op. cit., p. 261. []

Conserver, enseigner, chercher

Ce carnet de recherche se propose de faire connaître et de valoriser le patrimoine scientifique conservé par Aix-Marseille Université, aussi bien dans ses bibliothèques que dans ses différentes structures de recherche. Ces collections sont composées autant d’objets, d’échantillons que de documents, parfois rares et précieux, dans de nombreuses disciplines, littéraires, scientifiques, juridiques, historiques… Qu’il s’agisse de la jurisprudence de l’ancien Parlement de Provence ou des fossiles issus de fouilles paléontologiques, ce sont des matériaux d’étude pour les chercheurs aussi bien que des éléments d’un patrimoine scientifique commun à conserver. Animé à la fois par des enseignants-chercheurs coordonnés par la cellule « Patrimoine scientifique » d’AMU et des bibliothécaires coordonnés par la mission « Patrimoine » du Service Commun de la Documentation), il proposera des billets accessibles au grand public sans renoncer à la rigueur scientifique nécessaire à la recherche.

Réflexions autour du patrimoine scientifique d'Aix-Marseille Université