L’Institut de chimie de la nouvelle Faculté des sciences de Marseille en 1922 : un patrimoine à préserver

Bruno VILA * et Patrice Bret **

* Maître de conférences, LPED, Aix-Marseille Université, IRD, Marseille, France. ** Chercheur honoraire, Centre Alexandre Koyré/EHESS-CNRSMNHN, LabEx HaStec, PSL, et membre émérite du Comité des travaux historiques et scientifiques.

Ce billet correspond au résumé d’un article paru dans le numéro de mai de l’Actualité chimique, le journal de la Société chimique de France. Il traite du patrimoine de l’Institut de Chimie de la Faculté des Sciences de Marseille (site Saint-Charles).

En 1922, dans le contexte de l’Exposition coloniale, la nouvelle Faculté des sciences de Marseille édifiée sur les plans de Victor Blavette accueille le 2e Congrès de chimie industrielle. Fleuron de la Faculté bénéficiant du soutien de la Chambre de commerce, l’Institut de chimie occupe une place particulière par son implication dans l’industrie marseillaise des corps gras extraits des produits coloniaux.

Pavillon de l’amphithéâtre de l’Institut de Chimie.
Au premier plan l’amphithéâtre de chimie avec son architecture de style classique. En arrière-plan le corps du bâtiment de l’institut dont les façades sont ornées de décors de sgraffites. Source: Carte postale Arecole Marque déposée. 11, Q. de Versailles, Nantes. Faculté des Sciences. 42. Amphithéâtre de chimie

Deux ensembles remarquables ont conservé jusqu’à nos jours leur configuration et équipement d’origine. Il s’agit notamment de laboratoires et salles de travaux pratiques et des salles de microcalorimétrie.

Salle de Travaux Pratiques de Chimie générale en 1922.
Équipement d’une salle de Travaux Pratiques montrant les aménagements modernes de l’institut de chimie : grandes paillasses centrales et hotte visible. Source: Carte postale Arecole Marque déposée. 11, Q. de Versailles, Nantes. Faculté des Sciences. 44. Travaux pratiques de chimie générale.

Témoin rare et exemplaire de l’enseignement et de la recherche en chimie au début du XXe siècle en partie inscrit à l’Inventaire général des monuments historiques, l’Institut de chimie est menacé par une imminente rénovation.

Cet article est disponible dans son intégralité à l’adresse suivante :

http://www.lactualitechimique.org/L-Institut-de-chimie-de-la-nouvelle-Faculte-des-sciences-de-Marseille-en-1922-un-patrimoine-a

Conservation des collections universitaires : quel avenir ?

Ce troisième et dernier billet met très succinctement en perspective le patrimoine des universités françaises avec celui des muséums d’histoire naturelle en France avant de lancer quelques pistes sur les éventuelles stratégies à développer pour la conservation et la valorisation du patrimoine universitaire français.

Les collections universitaires et celles des muséums d’histoire naturelle en France

Au sein des 62 Muséums d’Histoire Naturelle dispersés sur le territoire français, le sort des collections n’est guère plus enviable. Rattachés aux collectivités locales, c’est l’accueil du public et la préparation d’expositions qui prime sur la conservation des collections. Heureusement certains muséums ont été labellisés Musées de France et ont pour obligation, par un arrêté du 25 mai 2004, de procéder à un inventaire et au récolement décennal, gage d’une certaine attention dans la gestion des collections. Selon l’article 11 de l’arrêté du 25 mai 2004 fixant les normes techniques relatives à la tenue de l’inventaire, du registre des biens déposés dans un musée de France et au récolement, il est stipulé que : « le récolement est l’opération qui consiste à vérifier, sur pièce et sur place, à partir d’un bien ou de son numéro d’inventaire : la présence du bien dans les collections, sa localisation, l’état du bien, son marquage, la conformité de l’inscription à l’inventaire avec le bien ainsi que, le cas échéant, avec les différentes sources documentaires, archives, dossiers d’œuvres, catalogues ». Pour les musées, une obligation de récolement décennal a été instaurée par la loi relative aux musées de France.

Pour le moment, en France seul le MNHN (MNHN, 2004) est parvenu à se réorganiser tout en réaffirmant ses 5 missions statutaires (1. Conservation, 2. Recherche, 3. Enseignement, 4. Expertise, 5. Diffusion des connaissances). Ainsi, ses collections ont été restaurées et inclues dans une politique muséale (Grande galerie de l’Evolution ré-ouverte en 1994, Grandes serres du Jardin des Plantes en 2010, galerie de Botanique…). Aujourd’hui le MNHN mène un politique à la hauteur de ses ambitions tournée vers la recherche afin de rendre accessible les données contenues dans ses collections. En portant un programme national de numérisation des collections de sciences naturelles (e-ReColNat) qu’il a ouvert à d’autres institutions, le MNHN a suscité de nombreux espoirs. La même démarche existe avec la mission Patstec du CNAM et l’inventaire des instruments. S’il convient de saluer la mise en place de ces programmes nationaux, il faut aussi souligner qu’il s’agit d’un programme visant à faciliter l’accès à la donnée mais pas la conservation matérielle des collections, un problème majeur dans les universités en France.

L’herbier du Muséum national d’Histoire Naturelle – Paris – après sa rénovation: conditions de conservation et de consultation optimisées. Crédit photo Ruault Philippe.

Conclusion: quelles stratégies pour la conservation et la valorisation du patrimoine universitaire français ?

A la différence des collections des musées traditionnels (musées mixtes, muséums d’Histoire naturelle …), souvent déconnectées de leur contexte scientifique de formation, les collections universitaires sont conservées dans les lieux où elles ont été constituées, enrichies et utilisées de manières continues par les activités de recherche et d’enseignement. Il en résulte qu’elles possèdent une très forte valeur ajoutée matérielle et immatérielle autour des savoirs qu’elles génèrent et des interactions qu’elles suscitent au sein de l’institution.

Part d’herbier abondamment renseignées directement par les étiquettes qui accompagnent les échantillons et grâce aux bases de données en ligne. Herbier de Madagascar. Université d’Aix-Marseille. Crédit photo Vila Bruno

L’exemple de la botanique montre que les collections universitaires sont extrêmement importantes du simple point de vue comptable. Elles le sont également par leur qualité et leur diversité. L’ensemble des universités renferme plusieurs millions d’échantillons de sciences naturelles, d’instruments et de modèles. Malgré l’importance de ce patrimoine universitaire, on constate qu’il existe ainsi à l’échelle nationale aucune source de financement.

Malheureusement, on constate que les universités françaises n’ont pas encore organisé la gestion de leur patrimoine. Aujourd’hui les collections universitaires souffrent de l’absence de statut pour les protéger, de financement pour les entretenir et de stratégie pour les valoriser. En effet, à l’échelle nationale, il n’existe aucune politique globale ou stratégie patrimoniale et plus particulièrement de politique de conservation des collections universitaires.

Ce constat laisse penser que le chemin est encore long. En France, il manque une ambition nationale avec une politique incitative, portée par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il apparaît urgent aujourd’hui de mettre en place une mission d’expertise nationale, de donner un statut juridique aux collections universitaires, de donner une reconnaissance aux responsables de ces collections et leur dispenser des formations de conservation, d’allouer des moyens humains techniques, d’allouer des financements pour la réhabilitation des locaux et leurs équipements et de développer un réseau universitaire et des programmes de valorisation … Ceci ne relève pas de l’utopie mais bien d’une volonté politique qui par le service rendu par ce patrimoine se trouve totalement justifié. Cette ambition nationale pourrait s’appuyer sur le modèle allemand qui a programmé le sauvetage de ses propres collections universitaires en deux étapes. En 2004, la Fondation allemande pour la recherche (DFG) a financé un projet pour identifier et inventorier les collections universitaires et en 2011, le conseil de la science de la nation a proposé à la DFG « un appel pour un projet quinquennal visant à coordonner les efforts des universités pour sauver leur collection » (Nature, 2011).

De conclure, à quand un tel projet pour les collections des universités françaises qui ont besoin de toute urgence d’être sauvées ?

Bibliographie

mnhn, 2004.— Rapport d’activité 2004 : 144 p. url : http ://www.mnhn.fr/fr/rapports–activites.

Nature, 2011.— Preserve the past – Historic scientific collections deserve better than to gather dust. Nature, 470 : 5–6. url : http :// www.nature.com/nature/journal/v470/n7332/full/470005b.html

Ces trois billets correspondent à un article publié dans le Bulletin de la Société Linnéenne de Provence dont les références sont les suivantes :

Vila B., 2018. Les collections universitaires françaises, quelles stratégies pour le 21e siècle ? Bull. Soc. linn. Provence, t. 69, 53-58.

Les maux dont souffre le patrimoine des universités françaises

Le second billet sur le patrimoine des universités françaises concerne les maux dont il souffre. Sans trop se tromper, on peut avancer qu’ils relèvent de la façon dont ces collections sont considérées au sein des universités. On peut notamment dégager plusieurs pistes relatives : 1/ à la perception de ces collections par les universitaires, 2/ aux moyens alloués par les universités à la gestion de ces collections, 3/ au statut de ces collections et 4/ à l’organisation même de leur gestion au sein de l’institution.

1/ La perception de ces collections par les universitaires

Le caractère exceptionnel de ce patrimoine relève à la fois de son intérêt didactique, par la cohérence des collections constituées pour les enseignements, mais également de leur intérêt pour la recherche. Au sein des universités, les collections sont toujours utilisées par la recherche et l’enseignement soit comme source de matériel soit pour la réalisation d’observations et de mesures. Les collections qui ne le sont plus servent de matériel à l’histoire des sciences… et maintenant pour la diffusion de la Culture Scientifique et Technique. Même les collections qui sont plus qu’un intérêt historique peuvent acquérir une nouvelle importance après l’introduction de nouvelles méthodes de recherche, des approches ou concepts didactiques (Weber, 2012).

Cette utilité des collections n’est plus à prouver comme en atteste l’abondante littérature. Il n’en demeure pas moins que l’enquête réalisée par l’OCIM (OCIM, 2012) soulève plusieurs problèmes et met en lumière certains faits. Ainsi, en recherche, le patrimoine est mobilisé sur des thématiques portant sur : 1/ l’histoire, l’épistémologie et la sociologie, 2/ la médiation et la communication, et 3/ la patrimonialisation, la conservation et la restauration. Malgré l’importance des collections naturalistes, il est ainsi surprenant de noter qu’aucun laboratoire travaillant dans ce domaine – systématique et/ou biodiversité – n’est répertorié alors que de très nombreuses publications font références à la mobilisation de ces collections. De la même manière, si en matière de formation, le patrimoine contribue à l’émergence de professionnels dans le champ de la conservation et de la restauration, encore une fois, l’utilisation des collections de sciences naturelles comme support matériel pour les enseignements de biologie-écologie au sens large n’apparaît pas. Que ce soit en recherche ou en formation, cette utilisation jamais mentionnée des collections de sciences naturelles traduit une grande déconsidération de ces activités et un profond malaise.

Article de C. Lavoie récapitulant les nombreuses recherches réalisées et réalisables à partir des collections de botanique qui ne sont pour autant pas mentionnées par les chercheurs dans l’enquête menée par l’OCIM.

2/ Gestion des collections : la question des moyens humains, financiers et locaux

Au sein des universités, il n’existait pas, jusqu’en 2003, de personnel dédié au patrimoine et à sa conservation. Celle-ci reposait uniquement sur la bonne volonté de quelques enseignant­ chercheurs passionnés. Entre 2003 et 2010, l’état a mis à la disposition des universités des postes de conservateurs. Parallèlement est apparu dans le référentiel des emplois-types de la recherche et de l’enseignement supérieur des postes dédiés à « l’Information scientifique et technique, collections patrimoniales » au sein des branches d’activités professionnelles de techniciens (Bap F). Dans ce délai très court, seules quelques très rares universités ont structuré des services de collection avec un conservateur. Aujourd’hui la gestion du patrimoine universitaire repose encore presque exclusivement sur la bonne volonté d’enseignants-chercheurs.

Du point de vue du financement, la question est taboue soit parce que les budgets n’existent pas soit parce qu’ils sont ridiculement faibles. Si quelques milliers d’euros sont alloués au patrimoine au sein d’une université, c’est déjà extraordinaire.

En 2007, la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU) et les responsabilités et compétences élargies (RCE) des universités mettent un coup d’arrêt à ces avancées. Enfin, les conditions économiques plus difficiles de ces dernières années aggravent le sort des collections au sein des universités, le patrimoine étant encore plus marginal que la Culture et la Culture Scientifique et Technique… Aujourd’hui encore, la plupart des universités n’ont pas de structure pour la gestion des collections ni de sources de financement et de personnel dédiés.

Enfin les locaux, éléments principaux pour la conservation des collections, sont au centre d’enjeux politiques au sein des universités. Quand les locaux existent, ils sont souvent vétustes et sous la dépendance de différentes entités (laboratoires, composantes …) qui nuisent à une politique d’ensemble cohérente à l’échelle de l’Université. Il en résulte que bien souvent, en l’absence de services structurés, les acteurs du patrimoine ne sont pas consultés et se retrouvent confrontés à des situations insolubles et ce sont les collections qui subissent des dommages irrémédiables quand elles ne sont pas jetées. Les exemples sont nombreux.

Locaux inadaptés : pièces de conservation (Musée colonial et herbier) inondés en décembre 2018 à partir des aquariums de recherche installés à l’étage du dessus. Faculté des sciences Saint-Charles, Université d’Aix-Marseille. Crédit photo Vila Bruno.

3/ Le statut juridique des collections

Bien que représentant une source de données de premier ordre, les collections universitaires ne bénéficient d’aucun véritable statut juridique en France. Normalement les collections appartenant aux Etablissements d’Enseignement supérieurs et de recherche, aux Etablissements publics d’Enseignement à caractère scientifique et technologiques (EPST) et aux Etablissements Publics d’Enseignement à caractère scientifique, culturel et professionnels (EPCSCP) devraient être considérées comme des collections de domanialité publique et donc être, à ce titre, inaliénables, imprescriptibles et insaisissables (Bailly et al., 2012). Mais dans la réalité, peu de collection sont considérées sous cet angle. On peut toutefois noter que de rares collections ou parties de collection universitaires ont fait l’objet de protection au titre des monuments historiques leur garantissant un minimum de considération. Là encore un chantier considérable est à mener.

4/ La place du patrimoine universitaire dans les structures administratives

La dénomination attribuée par les universités à ces différentes structures rend compte de leur reconnaissance, de leur prise en compte et de la façon dont elles entendent mettre en œuvre une politique. Ainsi, sur les 28 universités qui ont répondu à l’enquête de l’OCIM, le mot Patrimoine apparaît 7 fois, celui de Culture Scientifique 12 fois et celui de Culture 16 fois. L’ensemble se partage entre cellule, mission, pôle, service, département, direction…. On observe une grande diversité dans la dénomination des structures dédiées à la Culture Scientifique et Technique et au Patrimoine traduisant un très faible degré d’institutionnalisation de ces champs. On note toutefois que celui de la Culture est plus organisé selon une logique administrative (services et directions). On note également que le patrimoine est souvent englobé dans la CST et jamais l’inverse. Ceci pose le problème de sa reconnaissance et de sa lisibilité alors que dans les universités étrangères il est toujours clairement identifié. Comme le souligne très justement Soubiran et al., 2009, en France, le patrimoine universitaire doit encore gagner toute sa légitimité.

Malheureusement le problème est plus complexe encore. Au sein même des universités, les différentes collections sont gérées de manière indépendante par différentes disciplines et selon différentes structures administratives (laboratoires, composantes, établissements) en lien avec l’histoire des universités. Ainsi les collections subissent les restructurations incessantes au sein des universités des départements, instituts et facultés, qui s’accompagnent souvent de déménagements, délocalisations, de division des collections, de leurs dons à d’autres institutions, voire tout simplement leur mise à la poubelle. Seules les quelques universités qui ont entrepris de structurer leurs collections au sein de services échappent à cette règle.

Cheminement complexe des collections de botanique à la Faculté des Sciences de St-Charles. Les collections à l’origine dispersées sur différents sites ont été regroupées au début du siècle lors de l’installation à la Faculté St-Charles en 1920. Depuis, les collections ont été divisées à plusieurs reprises sur différents sites, au sein de différentes institutions (dépôts, dons, à la poubelle…). d »après Vila B., 2013 (Trans. R. Norw. Soc. Sci. Lett. 2013 (3), 59-76).

Conclusion

L’absence d’inventaire à l’échelle nationale n’est donc pas la seule cause de l’invisibilité de ce patrimoine. Avec ces quelques exemples, on comprend également que le patrimoine universitaire et ses gestionnaires manquent de structuration et de considération.

Bibliographie

  • Bailly, M., Prieur, A., Robert, E. Aperçu du statut juridique des collections ? Journal de l’APF (Association Paléontologique  Française),  59, 2012, pp. 31-41.
  • Office de Coopération et d’information Muséales. UNIVERSITÉS Plateforme OCIM­ UNIVERSITÉS Données 2010, Édition OCIM,  2012, 115 p. URL: http://ocim.fr/wp-content/uploads/2013/1 1/U niversites_130627 .pdf
  • Soubiran, S., Lourenço, M., Wittje, R., Talas, S. et Bremer T. Initiatives européennes et patrimoine universitaire, La Lettre de l’OCIM, 123, 2009, pp. 5-14. URL:  http://ocim.revues.org/229
  • Weber C. University collections, in European History Online (EGO),published by the Leibniz lnstitute of European History (IEG), Mainz, 2012, pp. 12-19. URL: http://www.ieg-ego.eu/weberc-2012-en

Les collections universitaires françaises, quelles stratégies pour le 21e siècle ?

Ce billet fait partie d’une série de trois à paraitre sur la question des patrimoines universitaires en France. En effet, malgré son importance historique, scientifique et pédagogique, l’immense patrimoine des universités françaises est méconnu. S’il couvre de nombreux champs disciplinaires, des sciences à la santé en passant par les arts, et plusieurs siècles d’enseignements et de recherches, il n’existe aucun inventaire le concernant. Par l’intermédiaire des herbiers référencés au sein de l’Index herbariorum, on peut néanmoins montrer qu’il égale ou surpasse le patrimoine des muséums d’histoire naturelle. De manière générale, différentes sources montrent que les herbiers ne sont pas une exception. Par exemple de très importantes collections universitaires existent aussi en paléontologie et en zoologie. Alors, pourquoi ce patrimoine est–il méconnu ?

Introduction

Au cours des deux derniers siècles, les collections scientifiques ont été considérées comme des composants essentiels de la recherche et de l’enseignement. D’importantes collections furent donc constituées, rassemblées et conservées dans de nombreuses institutions. En ce sens, les collections détenues par les universités en Europe sont extrêmement riches. S’étendant souvent sur plusieurs siècles et couvrant de larges zones géographiques, elles couvrent de nombreux champs disciplinaires allant des sciences de la vie aux sciences de l’univers en passant par les sciences humaines et les disciplines culturelles (Weber, 2012).

En Europe, pendant une longue période (seconde moitié du 20ième siècle), ces collections ont été négligées. Cependant, ces dernières années, elles ont suscité un grand intérêt et connurent un regain d’intérêt à la fois pour les connaissances et les dimensions culturelles qu’elles portent mais également par leurs apports renouvelés pour la recherche. Partout, des efforts ont été réalisés pour les identifier, les classer et les inventorier, analyser leurs fonctions et usages et documenter leur histoire (Weber, 2012). Ainsi dans plusieurs pays d’Europe, ces efforts ont abouti à la constitution de Réseaux des collections Universitaires. Parmi eux, nous pouvons citer celui du Pays-Bas avec la fondation néerlandaise pour le patrimoine académique (www.academischecollecties.nl); celui de l’Allemagne (www.universitaetssammlungen.de/); de l’Ecosse (http://www.umis.ac.uk/)… Le site internet d’Universeum (https://www.universeum-network.eu/ ) en présente une liste quasi-exhaustive.

Malheureusement, en France, ce renouveau n’a pas eu lieu et demeure un desideratum. En effet, comme les universités européennes, les universités françaises abritent une très grande variété de collections mais ce patrimoine est totalement méconnu et ignoré. L’objectif de ce billet est de faire le point sur le patrimoine universitaire en France, en particulier, d’apporter des éléments de réflexion sur l’importance relative de ces collections dans le paysage national en l’absence d’inventaire complet.

Importance du patrimoine universitaire français

Parmi les grands organismes publics de recherche, les universités détiennent un patrimoine de première importance. En excluant les fonds documentaires classiques (bibliothèques), on y rencontre ainsi d’exceptionnelles collections de : (1) sciences et technologies (botanique, zoologie, paléontologie, minéralogie, pétrologie, astronomie, physique, chimie…) ; (2) de santé (médecine, pharmacie); (3) des arts, lettres, langues et sciences humaines et sociales (arts, histoire, géographie, archéologie, ethnologie-anthropologie…). Mais l’importance de ces collections reste difficile à évaluer faute d’inventaires.

Les collections du conservatoire d’anatomie de Montpellier ont été classées monument historique en 2004 – Université de Montpellier. https://www.umontpellier.fr/patrimoine/musees/musee-danatomie
Vue générale du télescope de Foucault de 80 cm. Photographe Heller, Marc Crédit photographique © Région Provence-Alpes-Côte d’Azur – Inventaire général. Référence IVR93_19971300009XA – Université d’Aix-Marseille

Le seul document disponible, ébauchant une synthèse sur les collections universitaires françaises, est celui de la Plateforme OCIM-Universités 2010 (OCIM, 2012). Ce document présente les informations recueillies dans le cadre d’une enquête nationale réalisée en 2010 par l’Office de Coopération et d’information Muséales pour la mise en place d’un Observatoire du Patrimoine et de la Culture Scientifiques et Techniques – OPCST. Il synthétise les informations de quelques 37 universités sur les 70 présentes en France (http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/) mais de manière partielle puisque ces dernières n’ont pas toutes répondu ou répondu à toutes les questions. Le tableau 1 présente un récapitulatif de ces informations.

Catégories de collection Nombre
d’universités
Nombre d’échantillons
Herbiers 8 4 500 000
Zoologie 5 70 000
Paléontologie 4 2 800 000
Instruments scientifiques 4 5 500
Médecine–Pharmacie 5 25 540 objets
échantillons
Chimie 2 1590
Physique 5 2 400
Industrie ou technique 1 4 000

Tableau 1 : Nombre d’universités ayant déclaré l’existence de collections par catégorie et nombre total d’échantillons correspondants. D’après UNIVERSITÉS Plateforme OCIM-UNIVERSITÉS Données 2010 (OCIM, 2012).

Bien que partielles, ces données montrent déjà l’existence de collections extrêmement importantes dans des champs très variés et qui dépassent aussi largement le contour classique de l’histoire naturelle. Cependant, pour chaque type de données, on constate un faible nombre de contribution (de 1 à 8 universités) alors que ces champs disciplinaires sont enseignés dans de nombreuses universités qui détiennent très probablement des collections relatives à ces champs. A titre d’exemple, l’Université de Lyon 1 qui renferme les plus importantes collections universitaires françaises notamment de sciences naturelles ne figure pas dans cette enquête. Il est donc possible, sans beaucoup se tromper, avancer que ces données sont très largement sous-estimées.

Herbier de l’Université, vue de la collection Bonaparte : mobilier d’origine à cartons disposés verticalement © Université Claude Bernard Lyon 1

Alors, est-il possible d’estimer l’étendue du patrimoine universitaire français ?

S’il n’est pas possible d’avoir une vision globale, les données étant absentes ou trop disparates, il est peut-être possible de se servir d’une discipline comme un estimateur global.

Il se pourrait que la réponse vienne de la botanique. Ainsi, un inventaire réalisé dans l’index Herbariorum du Jardin botanique de New York (http://sweetgum.nybg.org/ih/), récence dix-huit des soixante-cinq universités françaises détiennent 10,5 millions de spécimens d’herbier. C’est 3,5 fois plus que les 3 millions d’échantillons présents dans les dix-huit musées d’histoire naturelle de province. C’est aussi 2,5 millions d’échantillons de plus que le MNHN, qui en détient huit millions (Tableau 2). En outre, parmi ces universités, deux d’entre elles, l’Université de Lyon 1et l’Université de Montpellier 2 totalisent ca. 7 millions de spécimens d’herbier.

Code d’ herbier Institution Ville Nombre de spécimens
CN Université de Caen Caen 4000
DI Université de Bourgogne Dijon 4500
BRE Université Brest 10 000
HCOM Centre d’océanologie de Marseille, Aix–Marseille 2 Marseille 14 200
GR Université Grenoble Alpes Grenoble 25 000
LILLE Institut catholique de Lille Lille 30 000
TOU Université de Tours Tours 30 000
LIP Université de Lille Lille 45 000
LIMO Université de Limoges Limoges 50 000
VIL Université de Paris–Sud Orsay 80 000
REN Culture scientifique et technique (cst), université de Rennes 1 Rennes 112 000
ANGUC Université catholique de l’Ouest Angers 250 000
TL Université Paul Sabatier Toulouse 400 000
CLF Université Clermont Auvergne (univege) Clermont– Ferrand 600 000
STR Université de Strasbourg Strasbourg 450 000
MARS Université d’Aix–Marseille Marseille 500 000
LY Université Claude Bernard Lyon 4 400 000
MPU Université de Montpellier Montpellier 3 500 000
Total10 504 700

Tableau 2 : Estimations du nombre de spécimens par université (code herbier) fournies par l’index Herbariorum du Jardin botanique de New York (http://sweetgum.nybg.org/ih/).

Il existe donc en botanique un écart de 6 millions d’échantillons entre l’enquête par l’OCIM en 2010 et les données enregistrées dans l’index Herbariorum en 2012. A ces informations relativement synthétiques dans une discipline, on peut ajouter d’autres données chiffrées. En effet, la botanique n’est pas une exception. Par exemple l’Université de Lyon 1, avec dix millions de fossiles, a la plus importante collection paléontologique conservée en France (Robert et Prieur, 2009). Un recensement à partir de différentes sources permet de proposer les estimations globales suivantes, sous doute également largement sous-estimées (tableau 3).

Zoologie PaléontologieGéologie– minéralogieBotaniqueArchéo– ethnologie– anthropologie
Univ. de Montpellier40 0001 224 0003 0003 500 000120
Univ. de Grenoble10 000350 000115 00026 900
Univ. de Toulouse50 000300 00045 000302 950
Univ. de Dijon4 0901 000 00011 300
Univ. d’Aix– Marseille25 000200 000250 000500 00010
Univ. de Lyon10 000 0004 400 000
Univ. de Strasbourg1 033 000100 000200 000570 0008 500
Univ. de Clermont– Ferrand600 000
Total des huit universités1 162 09013 174 000613 0009 911 1508 630
MNHN5 000 000455 0008 000 000
MHN de province9 800 0002 850 000850 0004 000 000500 000

Tableau 3. Estimation du nombre de spécimens des différentes catégories de collection dans les huit principales universités et les muséums d’histoire naturelle de France. Modifié et complété par B. Vila à partir de différentes sources bibliographiques : données issues de l’Index herbariorum pour la botanique ; d’après Universités Plateforme Ocim–Universités ; données 2010 pour le reste des collections ; estimations de B. Vila pour l’université d’Aix–Marseille ; données issues du site internet de l’université de Strasbourg (données issues de Robert et Prieur (2009) pour l’université de Lyon ; données issues du site internet du MNHN (http://www.mnhn.fr/fr/collections/ensembles–collections/) pour le Muséum national d’histoire naturelle. Abréviations : MNHN : Muséum national d’hitoire naturelle ; MHN : Muséums d’histoire naturelle de Province; Univ. : Université.

Qu’en conclure ?

On peut donc conclure que les informations relatives à l’étendue du patrimoine universitaire français sont largement sous-estimées et que le patrimoine universitaire surpasse largement celui conservé dans les muséums d’histoire naturelle de province et, dans certaines disciplines, celui conservé au MNHN. Alors, on peut se demander pourquoi ce patrimoine est totalement méconnu, ignoré et même en danger ?

Bibliographie

  • Robert, E., Prieur, A. De la difficulté de conserver les collections universitaires de la région Rhône-Alpes, thésaurus scientifique régional, national et international. Le patrimoine géologique en Rhône-Alpes. Actes du colloque des 7emes rencontres régionales du patrimoine naturel, Muséum d’histoire naturelle de Grenoble, 2009, pp. 45-56.
  • Weber C. University collections, in European History Online (EGO), published by the Leibniz lnstitute of European History (IEG), Mainz, 2012, pp. 12-19. URL: http://www.ieg-ego.eu/webe rc-2012-e n

Compte-rendu du Workshop « Le Musée et l’Institut Colonial de Marseille : Contenus matériels et mémoires collectives – Utilisations passées et actuelles  » – 13 septembre 2019 – Université d’Aix-Marseille St-Charles – Marseille

L’objectif de cette journée était de faire découvrir et connaitre l’Institut et le Musée Colonial de Marseille au travers du patrimoine actuellement conservé dans les différentes institutions. L’idée était de dégager des thématiques de recherches à partir de ces restes matériels dans des domaines très variés allant de l’étude de la biodiversité à la mémoire coloniale en passant par l’ethnologie… Ce workshop s’est tenu en salle de Conférences à la Faculté des Sciences St-Charles (3 place V. Hugo, 13003 Marseille) grâce au soutien de l’IRD. Mesdames Gastineau, Merle et Nguyen, directrices du LPED, du CREDO et d’IRASIA ont ouvert le workshop qui s’est organisé autour de 11 communications et terminé par une discussion et la visite du musée colonial.

Salle de l’Afrique occidentale et équatoriale du Musée colonial, Faculté des sciences, St-Charles, marseille 1922

Histoire du Musée colonial conservé à la Faculté des Sciences – Bruno Vila – LPED – Université d’Aix-Marseille

 L’histoire du musée et de l’Institut colonial de Marseille est complexe. Il m’a fallut de nombreuses années avant de comprendre, faute d’écrits accessibles, qu’il y avait eu plusieurs institutions se fondant les unes dans les autres et que la sémantique était extrêmement importante. C’est E. Heckel qui mit en place le premier Institut colonial français à Marseille en 1893 : l’Institut colonial de Marseille. Celui-ci comprenait un laboratoire de recherche des chaires d’enseignement colonial, des annales pour diffuser les travaux réalisés et un musée colonial. Une évolution fondamentale aura lieu en 1906 suite à la grande exposition coloniale de Marseille. La CCI s’apercevant de l’importance d’un tel Institut du point de vue économique décide de fonder l’Institut colonial marseillais placé directement sous son autorité administrative avec de véritables statuts (association loi 1901). Le musée colonial scientifique d’E. Heckel, qui rejoindra plus tard la Faculté des sciences, sera alors complété par un musée colonial commercial avec une partition claire des objets exposés. Enfin, plus tard le musée des colonies au parc Chanot viendra compléter l’ensemble. La décolonisation effacera une grande partie de ces institutions et de leurs collections. Les collections seront dispersées et en parties détruites. Il est aujourd’hui possible de reconstituer pour partie l’histoire complexe de ce passé colonial à partir des collections (objets et archives) retrouvées dans différentes institutions. C’est ce que l’ensemble des exposés présentés retrace.

Les publications associées au Musée colonial de Marseille, vers un corpus dans la bibliothèque numérique – Pascal Faucompré – SCD – Université d’Aix-Marseille

P. Faucompré a présenté la plateforme Odyssée, bibliothèque numérique d’AMU, avec ses différents champs disciplinaires (https://odyssee.univ-amu.fr/galeries). Au sein du champs « Sciences », on trouve les numérisations des annales du musée colonial avec une notice de la revue et son historique. L’objectif est la reconstitution d’une collection virtuelle complète. Les documents actuellement disponibles sont téléchargeables ou consultables en ligne. Leur consultation est facilitée par la présence de sommaires, sources signets. Ces annales témoignent de la diversité et curiosité intellectuelle des scientifiques qui abordent tous les sujets coloniaux. Du laboratoire à l’usine, de la culture à l’exportation, de la botanique à la pharmacopée… Parfois illustrées, elles comportent aussi des rapports de voyages, d’exploration (A. chevalier, L. Berthier…). Elles résument aussi la vie de l’institut colonial (inventaires, missions de terrain, recherches, nécrologies…). Elle montre des scientifiques qui se cultivent en abordant différentes thématiques au sein d’une société (informations scientifiques, ethnologiques, philosophiques…). Une vision globale permet de reconstituer le parcours de certains scientifiques qui ont fortement marqué l’Institut comme par exemple celui de Jumelle. P. Faucompré cite en exemple les écrits de jumelle qui a virtuellement voyagé dans le monde entier par l’intermédiaire de ses recherches (Jumelle au Congo, Jumelle à la campagne, Jumelle à Madagascar, Jumelle au Spitzberg…). L’objectif est maintenant de tendre vers un corpus en y assemblant les cahiers coloniaux, la revue l’expansion coloniale et de nombreuses autres publications de l’institut colonial (congrès, bulletin économique du sémaphore). L’institut colonial traitait de toutes les problématiques coloniales….

Masque du site Odyssée, la bibliothèque numérique patrimoniale d’AMU

Le Musée et l’Institut colonial dans les collections de la Chambre de Commerce de Marseille – Sylvie Drago – Responsable collections et archives – CCI Marseille

S. Drago souligne les liens anciens et étroits unissent l’institut colonial et la chambre de commerce depuis sa création, sa réorganisation en 1906 et jusqu’à son démantèlement dans les années 1960. Il y a une forte implication de la Chambre de Commerce (CCI) dès la création de l’Institut (avant 1906) par le financement notamment des chaires d’enseignements. En 1906, il y a une importante réorganisation de l’Institut colonial avec un investissement important de la CCI. La CCI dispose de différentes sources comme les cours coloniaux (1895‐1925), les procès‐verbaux d’assemblées générales, de conseils d’administration, de bureau (1906‐1960), des correspondances et rapports (1919‐1960), la comptabilité (1935‐1960) et les délibérations de la Chambre. En outre, elle dispose de nombreux ouvrages sur les thématiques dont s’occupait l’Institut (produits coloniaux, régime douanier…), des revues (Cahiers coloniaux, Annales de l’Institut colonial…). Enfin la CCI a capitalisé les collections (objets) issus de différents musées coloniaux (musée scientifique de la Faculté, musée commercial et ancien musée des colonies). Les objets présents à la CCI restent difficiles à identifier, la distinction compliquée entre les collections propres à la CCIMP et au Musée colonial… Des objets, des collections ont été détruites lors de la seconde Guerre Mondiale.

Quelques reliquats du Musée colonial de Marseille conservés au MAAOA -Marianne Sourrieu – Musée d’Arts Africains, Océaniens, Amérindiens – Ville de Marseille

Le Musée d’Arts Africains, Océaniens, Amérindiens (MAAOA) a ouvert au public en 1992 à partir de deux grandes collections constituées au cours du 20ème siècle (Collection Pierre Guerre et collection Henri Gastaut). Des objets sélectionnés au sein de la collection de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Marseille-Provence, sont venues compléter la collection du MAAOA. Ces objets coloniaux sont issus de plusieurs fonds et reliquats de musées de l’époque coloniale. On y trouve les collections coloniales de la CCI (musée colonial commercial de l’institut colonial mis en place en 1906), des reliquats du musée colonial de la Faculté des sciences et les collections du musée des Colonies construit dans l’enceinte du Parc Chanot, sur l’emplacement même des expositions coloniales de 1906 et 1922, présentant au public, de façon pédagogique, une synthèse géographique, économique et «culturelle» de chaque colonie. En 1989 puis en 1990, la CCI accepta de mettre en dépôt au MAAOA 206 objets coloniaux dont 81 sont issus du musée colonial. Ces objets portent encore les étiquettes caractéristiques du musée colonial de la Faculté des sciences. M. Sourrieu a présenté plusieurs objets ethnographiques comme un masque Diola, un fétiche Téké…

Les collections conservées au Musée du Quai Branly : analyse d’un corpus – Catherine Atlan – Institut des mondes africains- Université d’Aix-Marseille

C. Atlan a exploité l’inventaire des collections ethnographiques du Musée colonial de la Faculté des sciences actuellement au musée du quai Branly J. Chirac. Pas moins de 442 objets ethnographiques en provenance du musée colonial y sont inventoriés. Après une étude sur les provenances des muséalies, C. Atlan compare les nombres d’objets de l’ancien musée colonial de Marseille (collections du quai Branly et collections toujours conservées au sein du musée colonial à la faculté) au nombre d’objets inventoriés au sein du musée colonial de Lyon. Enfin, elle étudie les provenances des objets ethnographiques inventoriés au musée du quai Branly J. Chirac. La majorité des instruments concernent des productions économiques, des vêtements et ornements corporels et des usages militaires. On note aussi des usages cultuels et des instruments de musique….

Les collections de l’Institut colonial présentes au muséum d’histoire naturelle de Marseille – Vincent Poncet – Muséum d’Histoire Naturelle de Marseille – Ville de Marseille

Plusieurs pistes de recherches sont étudiées pour repérer les objets du musée colonial de la faculté conservés au sein du muséum. On peut sonder les registres d’entrées, interroger la base de données sur les collections et enfin réaliser « une recherche à vue ». Si le registre d’entrées n’est pas très informatif et ne mentionne que quelques pièces, il fait néanmoins part d’un don du Musée Colonial le 30 novembre 1961 (Don de la Faculté des sciences de Marseille, section botanique). Plus tard, dans les années 1980, on retrouve une annotation d’un don de la part de la Chambre de commerce et d’industrie de Marseille relative à des « Echantillons des matières premières [sèches] et manufacturées ayant transitées par le port de Marseille au cours du 19ème siècle » (MHNM.14209 ou MHNM.15451). Ce workshop permet d’engager des recherches sur ces spécimens et souligne l’important travail de repérage et d’identification des spécimens qu’il reste à faire au sein du Muséum d’histoire naturelle de Marseille.

La place du Musée colonial dans l’histoire et la mémoire à Marseille – Isabelle Merle – CREDO – Université d’Aix-Marseille

La ville de Marseille fut une porte d’entrée de l’empire français. Port d’entrée de marchandises et de matières premières, port de transit de voyageurs, migrants et travailleurs, Marseille est par son histoire profondément marquée par la question coloniale. Les expositions coloniales de 1906 et 1922, la création d’un musée colonial et d’un institut colonial, le réseau des missions religieuses, la présence de travailleurs coloniaux et surtout de troupes coloniales et enfin les effets de la décolonisation, le reflux des Pied noirs et Harkis et l’arrivée de nombreux travailleurs émigrés, ont laissé de nombreuses traces dans les archives, dans la ville et dans les esprits. A l’aide des résultats tirés de l’enquête collective interdisciplinaire menée en février 2019 par les étudiants d’EHESS (Marseille) I. Merle a interrogée comment cette histoire polymorphe et polyphonique attentive aux sensibilités de l’ensemble des acteurs de part et d’autre de la césure coloniale, peut-elle être racontée, partagée et mise en musée ou en exposition.

Du document à l’échantillon : projet de lien entre article scientifique et échantillons du Musée colonial – Pascal Faucompré – SCD – Université d’Aix-Marseille

P. Faucompré a présenté la numérisation des Annales du musée colonial de Marseille. En juin 2019 lors d’un séminaire sur les collections organisées au sein de la platerforme collection du LPED (http://www.lped.fr/plateforme-collections-du-lped.html) nous avions également présenté très succinctement le lien très étroit entre ces publications et les collections toujours conservées au sein de la faculté, notamment en botanique. Il se trouve qu’en 1896 Heckel a fait paraitre au sein des Annales du musée colonial la flore des Antilles françaises rédigée par le Père Antoine Duss. Ce dernier présentait la une synthèse de ses travaux menés en botanique en Martinique et Guadeloupe. Après des années d’observations, d’herborisation et de rédaction, il achevait son œuvre par cette publication qui s’accompagnait par un don d’un herbier de plantes correspondant à ces recherches. Antoine Duss se lamentait des difficultés liées à la détermination des plantes et aux manques d’illustrations. Comme nous avons fait numériser l’herbier d’Antoine Duss dans le cadre du programme national e-recolnat, il nous est apparu évident de tenter une correspondance entre les images issues de la numérisation de l’herbier et celles de la flore. Ceci était possible par un lien indéfectible, celui du numéro de récolte qui figure sur chaque part d’herbier et la citation de ce même numéro au sein de la description de chaque taxon dans la flore. C’est cette démarche et son résultat que P.  Faucompré a détaillé au sein de cette présentation.

Exemple de numérisation de la flore de Duss et des images correspondantes numérisées au sein d’e-recolnat

Musée colonial, enseignements passés et actuels – Christine Robles et Bruno Vila – LPED – Université d’Aix-Marseille

Après un rappel sur les fondements du musée colonial au sein de la faculté et son rôle essentiel dans l’enseignement, les auteurs ont présentés comment les collections du musée colonial de Marseille sont aujourd’hui remobilisées dans le cadre d’enseignements variés. En effet, le Musée et l’Institut colonial de Marseille ont été créés sur la double pensée de « rependre par les yeux la connaissance des produits utiles fournis par nos possessions et de servir de base à un enseignement oral destiné à faire naître et à éclairer des vocations coloniales… » Ces enseignements avaient pour objet de « faire connaître la valeur et l’utilité des produits dans le commerce et l’industrie de la métropole… » Plusieurs chaires d’enseignements coloniaux seront créées et perdureront de nombreuses années. Les expositions coloniales seront également le moyen d’enseigner…. A l’intérieur des pavillons, on expose les richesses des colonies… Ainsi, selon Jules Charles-Roux, le visiteur doit emporter « de son passage mieux qu’un souvenir pittoresque, plus qu’un souvenir agréable : il doit garder en lui, au sortir de sa visite la mémoire d’un enseignement » ! Après la décolonisation, le musée colonial sera volontairement oublié avant d’être progressivement réintégré dans les enseignements. Ces collections ont été constituées il y a plus d’1 siècle alors que de nombreux bouleversements sociétaux et environnementaux majeurs ont eu lieu. Ainsi, les collections du musée colonial constituent un témoignage privilégié et précieux tant de de l’histoire contemporaine que sur la biodiversité et son érosion…. C’est sur ces thématiques que le musée colonial est remobilisé pour les enseignements.

Découvertes des plantes utiles à l’homme par des collégiens en visite au musée colonial de la Faculté

Le musée colonial et les recherches sur les indications géographiques au Vietnam – Phuong Ngoc Nguyen – IRASIA – Université d’Aix-Marseille

Les indications géographiques (IG) sont très importantes au Vietnam. Elles portent sur des marchandises provenant d’un lieu précis qui ont une qualité reconnue ou des caractéristiques particulières liée à une origine géographique. Le Vietnam met en place une IG officielle. Jade Nguyen interroge les échantillons du musée colonial et pose la question de leurs possibles apports dans ce cadre.

La patrimonialisation du Musée colonial : regards croisés sur les collections de l’université – Brigitte Sabattini – Centre Camille Jullian – Université d’Aix-Marseille

Après des rappels sur le processus de patrimonialisation, B. Sabattini analyse les collections du musée colonial sous l’angle des donateurs qu’elle présente comme des médiateurs, des ambassadeurs culturels. Pourvoyeur d’échantillons de sciences naturelles offerts en don au musée colonial, le périmètre apparait d’emblée étendu à la dimension culturelle des sociétés colonisées. Avec un exemple, B. Sabattini montre comment à côté des échantillons de riz apparaissent des instruments agricoles ou de la vie quotidienne. Elle montre ainsi comment de l’objet de sciences naturelles on passe à un intérêt culturel des sociétés et des civilisations desquelles sont issus ces échantillons. Elle donne à voir une dimension beaucoup plus large du musée colonial totalement oubliée aujourd’hui, celui de la découverte des sociétés. Elle termine sa présentation sur la patrimonialisation du musée colonial qui passe par l’appropriation ou sa réappropriation par les scientifiques, les marseillais, les anciens pays colonisés. Qui fera leur de ces collections pour en faire du patrimoine ?

Discussion – Le Musée colonial : quelles recherches, quelle patrimonialisation ?

Des échanges ont eu lieu à la pause médiane et en fin de journée. Cette première journée a permis de faire un premier bilan des collections et de leur répartition dans les différentes institutions montrant que les échantillons sont finalement nombreux mais dispersés par thématiques. Il est ressorti que la plupart des participants sont motivés pour développer des recherches autour du musée et de l’institut colonial de Marseille. Plusieurs pistes de travail ont été évoquées et vont être développées. Nous travaillons à la mise en place d’un groupe de travail pluridisciplinaire et des rencontres thématiques seront régulièrement organisées.

 

Cette journée a pu être organisée grâce au soutien financier de l’IRD que nous tenons à remercier.

                            

La mission PATSTEC au sein d’AMU, réflexion sur les méthodes d’inventaires des instruments

Ce billet a été rédigé par Corine Lévy SoussanBattesti qui est chargée de l’inventaire et de la valorisation des collections d’instruments au sein des laboratoires de l’Université d’Aix-Marseille pour la mission nationale PATSTEC. Après un rappel des objectifs de la mission PATSTEC en région PACA et de sa méthode d’inventaire, ce billet présente une méthode d’inventaire d’instruments scientifiques en développement à l’aide d’un exemple, celui de la clarinette logique, un instrument du Laboratoire de Mécanique et d’Acoustique.

Ce billet fait suite à un article plus complet publié au sein de la revue e-Phaistos (Revue d’histoire des techniques) consultable en ligne à l’adresse suivante :

Corine LÉVY-SOUSSAN, « La clarinette logique. Inventaire et sauvegarde d’un instrument scientifique en développement. », e-Phaïstos [En ligne], VII-2 | 2019. URL : http://journals.openedition.org/ephaistos/5429 ; DOI : 10.4000/ephaistos.5429

Méthode d’inventaire et de conservation du patrimoine scientifique en développement dans les laboratoires de recherche d’Aix-Marseille Université (AMU)

Par Corine Lévy Soussan – Chargée de l’inventaire au sein de la mission PATSTEC à AMU

Ce billet porte sur des questions méthodologiques que posent l’inventaire et la conservation des instruments scientifiques évolutifs, autrement dit en ‘développement’, dans le cadre de la mission nationale du Patrimoine Scientifique et Technique Contemporain (PATSTEC) d’Aix-Marseille Université. Cette recherche menée dans le cadre d’un master (Levy-Soussan, 2018) a fait l’objet d’une proposition de fiche d’inventaire adaptée aux instruments en développement.

 

1- Contexte historique de la mission PATSTEC au sein d’AMU

Devant le constat d’un patrimoine contemporain en péril, la mission nationale du PATSTEC a mis en place un programme de sauvegarde et de conservation des instruments scientifiques de la seconde moitié du XXe et début du XXIe siècle : face à la rapidité d’évolution des technologies, les instruments sont rapidement obsolètes et jetés, la science s’intéresse plus aux concepts qu’aux objets eux-mêmes (Cuenca et al., 2016). Cette mission qui existe depuis 2003 a été confiée au Musée des arts et métiers. Aix-Marseille Université impliquée depuis plusieurs années dans la conservation et la valorisation de son patrimoine scientifique, s’est associée à la Mission nationale du Musée des arts et métiers – CNAM, pour le recensement du matériel des laboratoires de recherche. Un article déjà paru en décembre 2014 au sein de ce carnet de recherche présentait les objectifs de cette mission au sein d’AMU : https://tresoramu.hypotheses.org/111. Le site web de PATSTEC (www.patstec.fr) constitue pour les utilisateurs un « centre de ressources » dans le domaine du patrimoine scientifique avec 1637 fiches visibles sur le site internet et plus de 68430 médiats (photos et documents associés). Il constitue un outil pédagogique de culture scientifique et technique élaboré pour l’usage des professionnels du domaine (enseignants, formateurs, historiens des sciences et des technique) et un partage de connaissance pour le public qui pourra consulter la mise en ligne d’expositions virtuelles présentées par des différentes régions.

 

2- Méthode d’inventaire de la mission PATSTEC 

Depuis 2015, mes missions consistent à réaliser un inventaire, et à mener des actions de valorisation du patrimoine instrumental des laboratoires de recherche en PACA. Les instruments les plus emblématiques de l’historique d’un laboratoire sont les premiers instruments sur lesquels portent notre attention et notre étude. Ces instruments sont représentatifs de l’avancée de la recherche, de faits scientifiques ou de missions. Lors de l’inventaire effectué en 2017, j’ai été amené à inventorier le matériel du Laboratoire de Mécanique et d’Acoustique (LMA) créé à Marseille en 1973 et issu du « Laboratoire de la Guerre sous-marine » créé en 1917 à Toulon par la Marine Nationale. L’inventaire du LMA porte sur plus d’une centaine d’instruments, accessibles sur la base de données PATSTEC. 

 La méthode d’inventaire « classique » qui prend en compte les objets, les entretiens des correspondants scientifiques en fin de carrière et le contexte du laboratoire est utilisée pour les instruments qui marquent la fin de la recherche. Elle aboutit à des fiches de recueil de données définitifs et « stables ». Par contre, concernant les instruments « en construction » cette méthode ne semble pas suffisante. Si ce patrimoine n’est pas traité en même temps que le matériel lui-même, il risque de se perdre. Ce travail passe par la compréhension et la connaissance du fonctionnement de l’instrument : comprendre la nature de l’objet implique de facto les gestes techniques, les mots, les images et les traces matérielles (Simondon, 1958).

En étudiant les instruments en développement du LMA, nous avons réussi à mettre en place un protocole permettant de réaliser des fiches synthétiques regroupant les caractéristiques des instruments répertoriés. Il a été adapté en fonction des éventuelles modifications et évolution de l’instrument, des questions que se posent les chercheurs et de l’évolution des technologies.

Nous sommes aujourd’hui face à un nouveau problème quant à la sauvegarde et à la conservation du patrimoine contemporain d’un laboratoire : la disparition, la modification ou la modélisation des objets et la prise en compte de l’informatique, des logiciels…

Comment en faire l’inventaire et comment patrimonialiser l’objet numérique ?

 

3- Méthode d’inventaire d’un instrument en développement : étude de cas du dispositif clarinette logique / synthèse sonore

 Nous avons choisi, pour illustrer cette méthode, un instrument en cours d’étude, le dispositif clarinette logique / synthèse sonore. La clarinette logique est un projet de recherche fondamentale dont le prototype sert à démontrer la validité d’un procédé de conception d’un instrument de musique acoustique, entièrement par prototypage virtuel. Il est réalisé par imprimante 3D, chez Buffet Crampon, en forme de clarinette. L’ensemble des clarinettes constitue l’évolution des prototypes dans leur géométrie. La clarinette logique fonctionne comme une clarinette acoustique, c’est à dire par un musicien. La synthèse sonore est la production de sons grâce à l’ordinateur qui repose sur un modèle physique de la production du son constitué d’équations décrivant des phénomènes physiques impliqués dans le fonctionnement de l’objet modélisé (Vergez, 2000).

Inventaire classique – base de données du PATSEC : Prototype de clarinette logique – 2015. H : 67 cm, D : 2,5 cm. Le prototype de clarinette logique sert à démontrer la validité d’un procédé de conception d’un instrument de musique acoustique, entièrement par prototypage virtuel. L’objet est réalisé par imprimante 3D, fait chez buffet crampon, en forme de clarinette mais il n’a pas de clétage.  L’ensemble des clarinettes constitue l’évolution des prototypes dans leur géométrie. La clarinette logique fonctionne comme une clarinette acoustique, c’est à dire en étant jouée par un musicien. Photo © Corine Lévy-Soussan.

Dans le domaine de l’acoustique, la clarinette « logique » permet au musicien de jouer plus aisément et de ne pas perdre de temps à chercher la justesse des sons. Les différentes parties de l’instrument sont construites par modélisation. La synthèse numérique du son dont les algorithmes servent à tester les prototypes de la clarinette logique permet de créer des sons. De plus en plus d’objets techniques, comme la clarinette logique, sont indissociables de programmes informatiques. Sans les documents techniques, l’objet matériel n’est pas compréhensible. Le logiciel et l’outil informatique sont également indissociables. Le logiciel, tout comme le matériel, ne peuvent être utilisé séparément. La sauvegarde et l’inventaire numérisée du matériel informatique et des logiciels est un sujet qui est actuellement débattu par les enseignants et les ingénieurs en informatique. Le logiciel n’est pas un objet technique mais il serait intéressant de prendre en compte sa dimension matérielle.

La synthèse sonore – 2003 à 2016 (Brevet). Instrument de musique virtuel constitué d’un capteur gestuel du commerce et d’un ordinateur portable accueillant l’environnement logiciel de synthèse développé avec l’application Max/MSP. L’instrument, c’est à dire « l’Environnement de synthèse temps-réel des instruments de musique fonctionnant sur le principe de l’effet valve : bois à anche simple ou double, cuivres, anche libre (accordéon, harmonica) », sert à produire et à contrôler en temps-réel le son émis par des instruments de musique à vent. L’objet se compose d’un contrôleur gestuel permettant de capturer les gestes du musicien et d’un dispositif de calcul hébergé par un ordinateur ou une tablette/smartphone. L’instrument (logiciel, ordinateur et contrôleur) fonctionne suivant le principe de la simulation numérique en temps-réel de la production du son à partir de modèles mettant en équations les phénomènes physiques de propagations des ondes dans un instrument à vent et de leur interaction avec l’embouchure de l’instrument (anche, lèvres) et le musicien. Photo © Corine Lévy-Soussan.

Le protocole de PATSTEC proposé peut être modifié afin de prendre en compte les instruments en développement, par l’ajout d’informations spécifiques à l’informatique comme les logiciels, les codes sources ou encore les évolutions des algorithmes….

 

Conclusion

Le patrimoine du laboratoire ne se limite pas à l’aspect matériel de la recherche, il est présent aussi dans les traces immatérielles (histoire du laboratoire, activités de recherche, témoignages, gestes, vocabulaire, habitudes, ‘manip’s’…). La méthode employée pour la constitution de la fiche d’inventaire prend en compte les composants de l’instrument (clarinette logique /bec instrumenté, bouche artificielle et synthèse sonore) ainsi que la synthèse des interviews avec les chercheurs. La fiche plus documentée fait apparaître selon les cas pour chaque instrument : la description du principe de fonctionnement, l’historique de sa création, les formules expliquées, un descriptif du logiciel utilisé avec les codes sources, les publications, les brevets, les rapports d’étapes, le produit fabriqué dans la chaine de production et l’apport des instruments scientifiques pour les professionnels, les enseignants et pour l’histoire des techniques (lignée technique, régime technologique de l’instrument). Cette étude de faisabilité de fiches d’inventaire nous a permis enfin de nous interroger sur la dématérialisation du patrimoine et sur la pérennité des données. Effectivement, nous ne pouvons pas nous passer d’une réflexion quant à la pérennité de stockage de l’information puisque c’est le cœur de la démarche d’un inventaire.

 

Bibliographie

Cuenca C., Ballé C., Thomas Y., 2016. Patrimoine Scientifique et technique : un projet contemporain. Ed. L’Harmattan, 272 p.

Jacomy B., 1990. Une histoire des techniques, Ed. Du Seuil, 366 p.

Lévy-Soussan C., 2018.  Inventaire et sauvegarde des instruments scientifiques en développement, réalisé sous la direction de Anne-Françoise Mémoire de Master 2 Recherche (TPTI) – Paris 1 Panthéon / Sorbonne.

Simondon G., 1958. Le monde d’existence des objets techniques, « Genèse de l’objet technique : le processus de concrétisation. Ed. Aubier, 330p.

Exposition « Le temps de l’île » – MUCEM

Une exposition intitulée « Le temps de l’île » est actuellement présentée au MUCEM (http://www.mucem.org/programme/exposition-et-temps-forts/le-temps-de-lile).

« Plus qu’une exception marginale, « Le temps de l’île » considère l’insularité comme une expérience et un outil de compréhension du monde. L’exposition explore les effets des îles sur les imaginaires, les savoirs, la réalité géopolitique, les utopies d’hier et de demain. Habitants ou non des îles, nous sommes tous des insulaires.
 
Cartes géographiques, relevés d’explorateurs, animaux naturalisés, mais aussi mosaïque romaine, peintures, sculptures, photographies, vidéos, installations… « Le temps de l’île » présente au Mucem près de 200 pièces provenant d’institutions françaises, européennes et méditerranéennes, ainsi que des œuvres d’art contemporain réalisées spécialement pour ce projet. »
 
Commissariat : Jean-Marc Besse, directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherches au CNRS – Guillaume Monsaingeon, commissaire d’expositions, professeur de philosophie.

Inaugurée le 16 Juillet 2019, cette exposition se visite jusqu’au 11 Novembre 2019. Elle comporte, entre autre, une section intitulée « Les îles de la connaissance » dans laquelle quelques échantillons tirés des collections de l’université d’Aix-Marseille permettent d’illustrer différents concepts développés en écologie à partir de travaux menés sur les îles : notion d’insularité, richesse spécifique en contexte insulaire, notion d’endémisme ou encore théorie de MacArthur et Wilson.

Quelques échantillons des collections de l’Université présentés dans l’exposition

Les échantillons présentés

Douze échantillons sont présentés dans cette section de l’exposition. Ils sont issus des collections de botanique (MARS herbarium et ancien Musée colonial de Marseille) et des collections de zoologie de la Faculté des Sciences de l’Université d’Aix-Marseille, conservées et gérées au sein de la Plateforme Collection du Laboratoire Population Environnement Développement (http://www.lped.fr/plateforme-collections-du-lped.html). Des échantillons d’herbiers et divers spécimens en zoologie de Madagascar, de la Réunion, des Seychelles ou de la Nouvelle-Calédonie illustrent la grande biodiversité de ces faunes et de ces flores mais également leur mode de formation en lien avec l’origine même de ces îles. Ils soulignent aussi leur caractère exceptionnel puisqu’un très grand nombre de ces taxons sont endémiques.

  • Dombeya reclinata Cordem. – Herbier Jacob de Cordemoy (MARS 081297) – Planche 1 (sur les 2 planches présentes) de l’échantillon type de l’espèce – La Réunion – Musée colonial de Marseille – MARS herbarium.
  • Dombeya ficulnea Baill. – Herbier Jacob de Cordemoy (MARS 081300) – Planche 1 de l’espèce – La Réunion – Musée colonial de Marseille – MARS herbarium.
  • Ravenea amara Jum. – Herbier Jumelle-Perrier de la Bathie (MARS 081301) – Echantillon type de l’espèce – Madagascar – Musée colonial de Marseille – MARS herbarium.
  • Ravenea amara Jum. – Herbier Jumelle-Perrier de la Bathie (MARS 081299) – Echantillon type de l’espèce – Madagascar – Musée colonial de Marseille – MARS herbarium.
  • Daubentonia madagascariensis E. Geoffroy – Naturalisé en position de vie sur une branche (ZOO 04741) – Madagascar – collection de Zoologie.
  • Lodoicea sechellarum Labill. – Fruit de palmier – coco-fesse (MCOL 104) – Seychelles – Musée colonial de Marseille.
  • Coloboncentrotus sp. – Echantillon d’oursin (ZOO 04049) – P. Vasseur, Nouvelle-Calédonie – Collection de Zoologie.
  • Heterocentrotus trigonarius L. – Echantillon d’oursin (ZOO 04026) – P. Vasseur, Nouvelle-Calédonie – Collection de Zoologie.
  • Melithaea sp. – Echantillon de gorgone (ZOO 03881) – P. Vasseur, Nouvelle Calédonie – Collection de Zoologie.
  • ? Melithaea ochracea. – Echantillon de gorgone (ZOO 03885) – P. Vasseur, Nouvelle-Calédonie – Collection de Zoologie.
  • Cf Turbinaria. – Echantillon de corail (ZOO 03981) – P. Vasseur, Nouvelle-Calédonie – Collection de Zoologie.
  • ? Platygyra. – Echantillon de corail – (ZOO 03933) – P. Vasseur, Nouvelle-Calédonie – Collection de Zoologie.

A titre d’exemple…

Les planches d’herbiers de Dombeya reclinata Cordem. et D. ficulnea Baill. (Herbier Jacob de Cordemoy) relatives à la flore de la Réunion illustrent le caractère endémique « récent » d’une flore formée il y a seulement 2 à 3 millions d’années sur un volcan sorti de l’océan, vierge de toute vie à partir d’apports de continents et iles voisines.

Les échantillons de Dombeya de l’herbier Jacob de Cordemoy

La faune et la flore des palmiers de Madagascar présentés dans l’exposition illustrent l’endémisme « ancien » de la grande île qui s’est individualisée à partir d’un bloc africain emportant avec elle faune et flore de l’époque.

A Madagascar, il y a 171 espèces de palmiers réparties en 16 genres eux-mêmes distribués en quatre sous-familles sur les six qui existent dans le monde. Cette très grande diversité malgache contraste avec l’Afrique continentale où l’on observe seulement une soixantaine d’espèces. Ce qui fait l’originalité de la flore des palmiers de Madagascar, c’est son niveau d’endémisme très élevé. En effet, sur les 171 espèces présentes à Madagascar, toutes sont endémiques sauf 5. De même, au niveau des genres, sur les 16 présents à Madagascar, 5 sont endémiques monotypiques. Ceci confirme un isolement ancien et un long processus d’évolution (Dransfield et Beentje, 2003). Ce sont deux planches de Ravenea amara Jum. (Herbier Jumelle – Perrier de la Bathie) qui illustrent la grande originalité de la flore de Madagascar.

Echantillon type de Ravenea amara Jum. conservé dans l’Herbier Jumelle-Perrier de la Bathie

La faune de Madagascar se caractérise aussi par la présence de plusieurs lignées propres comme celle des Lémuriens. Ils sont aujourd’hui représentés par 101 espèces et sous espèces (réparties dans 15 genres et 8 familles dont 3 éteintes). Plusieurs espèces sont menacées (en danger critique d’extinction, en danger ou vulnérables) par l’UICN. Le Aye-aye est un lémurien appartenant à la famille desDaubentoniidae qui comprend un seul genre et une seule espèce vivante : Daubentonia madagascariensis (Gmelin, 1788). Une seconde espèce, D. robusta est éteinte. Le Aye-aye est un lémurien très particulier qui a des caractères dérivés nombreux et assez singuliers. Ses incisives rappellent celles des rongeurs, ses oreilles celles des chauve-souris et sa queue celle des écureuils. Enfin, il possède une adaptation particulière, le troisième doigt de la main est extrêmement allongé pour son mode de vie arboricole.

Pour en savoir plus sur l’apport des îles à la connaissance scientifique

« Les géographes disent qu’il y a deux sortes d’îles. C’est un renseignement précieux pour l’imagination parce qu’elle y trouve une confirmation de ce qu’elle savait d’autre part. Ce n’est pas le seul cas où la science rend la mythologie plus matérielle, et la mythologie, la science plus animée. Les îles continentales sont des îles accidentelles, des îles dérivées : elles sont séparées d’un continent, nées d’une désarticulation, d’une érosion, d’une fracture, elles survivent à l’engloutissement de ce qui les retenait. Les îles océaniques sont des îles originaires, essentielles : tantôt elles sont constituées de coraux, elles nous présentent un véritable organisme – tantôt elles surgissent d’éruptions sous-marines, elles apportent à l’air libre un mouvement des bas-fonds ; quelques-unes émergent lentement, quelques-unes aussi disparaissent et reviennent, on n’a pas le temps de les annexer. Ces deux sortes d’îles, originaires ou continentales, témoignent d’une opposition profonde entre l’océan et la terre. Les unes nous rappellent que la mer est sur la terre, profitant du moindre affaissement des structures les plus hautes ; les autres, que la terre est encore là, sous la mer, et rassemble ses forces pour crever la surface. » (Deleuze, 2002).

La notion d’île en écologie

Il existe bien deux types d’îles en écologie. On distingue les îles d’origine continentale séparées d’un continent suite à la fragmentation de ce dernier ou à la montée du niveau de la mer et les îles océaniques d’origine volcanique qui sont associées à des points chauds de la croute terrestre. Les points chauds sont définis comme des zones où des panaches de matière en provenance du manteau, profonde et chaude, remontent à la surface et percent la lithosphère en formant dans les océans des îles volcaniques et sur les continents des volcans. Ces îles diffèrent donc beaucoup en termes d’histoire naturelle et notamment de leurs peuplements par les organismes vivants, notamment la faune et la flore. Les îles océaniques, au départ vierges de toute vie, sont progressivement colonisées par des espèces des continents ou des îles voisines. Ce sont donc les processus de colonisation et d’extinction qui vont prévaloir pour expliquer la diversité des espèces présentes. Les îles continentales sont isolées à partir d’un bloc continental préexistant. De ce fait, elles portent déjà des assemblages de faunes et flores bien établis. Ce sont alors les processus de dérive génétique liés à l’isolement qui vont s’exercer et modifier cette faune et cette flore par rapport à celle du continent dont elles sont issues.

Origine des peuplements : la flore de la Réunion, île océanique et la flore de Madagascar île continentale

L’apparition de végétation sur une île d’origine volcanique a pu être étudiée à de multiples reprises au cours du temps et ont permis de répertorier les différents modes de colonisation utilisés par la végétation pour s’établir sur une île. Comme toute nouvelle île océanique, le peuplement végétal de la Réunion s’est appuyé sur les zones continentales les plus proches : Madagascar, Afrique de l’Est, Asie du Sud-Est, Indonésie, Australie. L’implantation de végétaux sur cette île est à mettre en relation avec les courants marins (nautochorie), les vents et cyclones (anémochorie) et les oiseaux (ornythochorie).

Régulièrement les marées déposent leurs lots de semences transportées par les courants marins qui, dans le Sud-Ouest de l’océan Indien, circulent d’Est en Ouest depuis les rivages de l’Indonésie et de l’Australie. Ces semences, qui voyagent sur de très longues distances, ont en commun les mêmes propriétés de flottaison, de tolérance au sel et de longue dormance. Elles se développent le plus souvent sur les zones côtières. A la Réunion, ce mode de colonisation serait à l’origine de 5 à 10% de la flore indigène. De nombreuses plantes sont également adaptées à la dispersion par le vent. Cette stratégie de dissémination à longue distance caractérise les espèces pionnières et souligne l’adaptation à la colonisation aléatoire de milieux nouveaux. Capables de s’envoler au moindre souffle, il s’agit de semences avec une aigrette (Astéracées, Asclépiadacées), graines sans albumen (Orchidacées) ou encore de spores (Ptéridophytes). Il est probable que ce mode de dispersion ait activement contribué à la colonisation de l’intérieur de l’ile. Au total, on estime que cette voie représente près de 30 % des origines de la flore indigène. Enfin, de nombreux oiseaux marins parcourent les rivages de l’océan Indien et certains migrateurs visitent régulièrement la Réunion apportant avec eux diverses semences. Le transport peut être externe (épizoochorie), les semences sont collées ou accrochées au niveau du plumage, des pattes, ou interne (endozoochorie) dans les voies digestives des oiseaux. Les oiseaux frugivores sont certainement à l’origine de l’introduction à la Réunion de plusieurs familles de plantes à fruits charnus (Asparagacées, Bégoniacées, Clusiacées…).

Par opposition, la faune et la flore actuelle de Madagascar se sont pour partie différenciées bien avant la formation de la grande île. Il y a environ 165 millions d’années, la première fracture du Gondwana séparait l’Afrique du bloc Madagascar, Inde et Antarctique. Madagascar s’est alors trouvée isolée de l’Inde il y a environ 88 millions d’années. Il en résulte que l’isolement du bloc Inde-Madagascar a entrainé les taxons qui se développaient sur le territoire de Madagascar.

Reconstruction spatio-temporelle de la formation de Madagascar à partir d’un modèle biogéographique basé sur plusieurs genres endémiques de Madagascar d’après Buerki et al., 2013.

Ainsi, on peut retrouver actuellement dans la flore de Madagascar de très nombreux taxons à affinités très anciennes tels que les genres Hazomalania Capuron (Hernandiaceae) et Dilobeia Thouars (Proteaceae) par exemple.

Affinités biogéographiques de certains genres endémiques de la flore de Madagascar d’après Buerki et al., 2013

Il en résulte que les faunes et les flores de la Réunion et de Madagascar diffèrent assez radicalement par leurs compositions spécifiques en lien avec leurs modes de formation. Elles diffèrent également en termes de richesse en lien avec leur taille et leur distance au zones continentales voisines.

La richesse spécifique des écosystèmes insulaires et la théorie de MacArthur et Wilson

Une île est de superficie restreinte par rapport aux continents. Or la richesse en espèce est liée à la diversité des habitats disponibles elle-même positivement reliée à l’importance de l’aire considérée. Mais une île est également un milieu plus ou moins isolé. Ainsi, pour une même surface que sur un continent, les communautés insulaires sont très souvent plus pauvres que celle du continent le plus proche.

Les scientifiques ont pu établir une relation entre la surface et le nombre d’espèces sur les îles (S = cAz avec S = le nb d’espèces présentes, c un coefficient d’ajustement fonction de la région ou de la communauté étudiée, et z traduit le taux d’accroissement du nb d’espèces par unité de surface). Le nombre d’espèce présentes s’explique par la taille de l’île considérée (plus elle est grande, plus on a de chance d’avoir des espèces différentes en lien avec la diversité des habitats) et par le taux d’extinction et la décroissance du taux d’immigration en lien avec la distance au continent. Elle a donné lieu à une théorie, celle d’équilibre dynamique proposée par MacArthur et Wilson en 1967.

Selon cette théorie, le nombre d’espèces observées sur une île océanique serait le résultat d’un équilibre dynamique entre le te taux d’extinction et le taux d’immigration d’espèces venues d’un contient source.  Selon cette théorie, la richesse spécifique d’une île est fonction de sa taille et de son éloignement par rapport à un continent. Au fil du temps, le nombre d’espèce deviendrait plus ou moins constant.

Lors du processus de colonisation, la contribution du taux d’immigration diminue lorsque le nombre d’espèce sur l’île augmente puisque chaque nouvel immigrant à moins de chance d’être une nouvelle espèce. Cette immigration croit avec la proximité du continent. Quant au taux d’extinction, il augmente avec le nombre d’espèces déjà installées. Il est aussi plus grand pour les petites îles, car elles ne peuvent y développer des effectifs importants. Or des populations plus petites sont plus vulnérables. En conséquence, le modèle prévoit un plus grand nombre d’espèces pour les îles proches des continents ou de grande surface que pour les petites îles ou les îles éloignées.

Enfin, en lien avec leur mode de formation, ces systèmes insulaires abritent souvent une faune et une flore endémique non négligeable.

Paléo et néo-endémisme

Les espèces endémiques sont des espèces dont la répartition est limitée à une aire géographique donnée. L’endémisme dépend de l’isolement de cette aire. Les îles qui sont géographiquement isolées des continents depuis des temps plus ou moins anciens abritent souvent des espèces endémiques. Ainsi plus une région est restée isolée longtemps des autres régions similaires, plus son taux d’espèces endémiques tend à être élevé. C’est le cas des îles anciennes comme Madagascar ou la Nouvelle-Calédonie.

En lien avec l’origine des îles, l’endémisme peut avoir différentes origines. De nouvelles espèces peuvent apparaitre dans l’aire géographique isolée par des processus de spéciation : on parle de néo-endémisme. Inversement, l’espèce considérée peut subsister seulement dans une aire géographique isolée : on parle de paléo-endémisme.

Pour conclure

En écologie, la notion d’île est encore plus vaste et va au-delà de la simple définition géographique, un espace entouré d’eau. La théorie de l’insularité est applicable à tous les types d’habitats fragmentés et plus ou moins isolés. Ainsi, une clairière au sein d’une forêt, un bosquet au milieu de champs, une mare ou un espace à caractère de nature au sein de la trame urbaine peuvent être considérés comme des îles. Cette notion d’île met aussi en avant la notion d’isolement. Cette notion d’insularité est donc intégrée dans les réflexions de conservation notamment. Enfin les îles sont des écosystèmes simplifiés dans lesquels les mécanismes fonctionnels le sont également. A ce titre, elles servent souvent de laboratoire grandeur nature pour comprendre des mécanismes variés : invasions biologiques…

Bibliographie

  • Buerki S., Devey D., Callmander M., Phillipson P., Forest F., 2013. Spatio-temporal history of the endemic genera of Madagascar. Botanical Journal of the Linnean Society, 171, 304–329.
  • Deleuze G., 2002.  L’île déserte. Collection Paradoxe, 416 pages.
  • Dransfield J. et Beentje H., 2003. Arecaceae, Palms. In The natural history of Madagascar par Goodman S. M. et Benstead J. P. pp 449-457. The University of Chicago Press, Chicago and London.

Séminaire du LPED « Les collections de botanique et de zoologie de l’Université d’Aix-Marseille : du matériel d’étude à la patrimonialisation, des horizons de recherches variés » – 14 juin 2019

L’objectif de la journée du 14 Juin 2019 était tout d’abord de faire connaitre les collections de botanique et de zoologie de la plateforme « Collection » du LPED (Laboratoire- Population- Environnement -Développement IRD – Université d’Aix-Marseille). Elle visait aussi à montrer l’importance de ces outils dans les problématiques scientifiques actuelles et de fédérer un réseau d’utilisateurs dans tous les domaines scientifiques. Enfin, elle ambitionnait d’analyser comment un simple échantillon d’étude peut devenir un objet patrimonial nécessitant la mise en place d’une réelle politique de gestion-conservation et valorisation au sein de l’université.

Après un bref mot de bienvenu de la directrice du LPED (Bénédicte Gastineau) rappelant l’importance de la pluridisciplinarité et des échanges entre chercheurs, Bruno Vila lui a emboité le pas pour chaleureusement accueillir la cinquantaine de participants présents. Il a ensuite mis en avant la plateforme « Collection » du LPED qui rend accessible les métadonnées, et bientôt les inventaires, des collections. Celle-ci revêt une importance capitale dans la mise en valeur des résultats de travaux de plus de deux siècles tels que les herbiers, le musée colonial et les collections de zoologie de l’Université d’Aix-Marseille. En ancrant son propos introductif dans les enjeux actuels, Bruno Vila a rappelé que ces collections vivantes et uniques étaient un atout majeur pour la recherche et l’enseignement face à l’érosion de la biodiversité. Bien que déjà utilisée pour pour les études en écologie, le laboratoire entend bien étendre le dispositif de la plateforme à d’autres disciplines et à un réseau plus vaste, notamment grâce à cette journée de séminaire.

Organisée en deux axes, la journée a débuté sur des questions de pluridisciplinarité : De la recherche en écologie à la recherche en sciences humaines et sociales. Puis, dans un second temps, après la pause du déjeuner, l’aspect Recherche et patrimonialisation de collections a été discuté.

La première thématique De la recherche en écologie à la recherche en sciences humaines et sociales a été abordée avec 5 communications :

Traitant du sujet des « Collections, un outil indispensable en systémique », Laurent Hardion de l’Institut botanique de l’Université de Strasbourg a rappelé que la systémique des espèces disparues et actuelles est grandement simplifiée par les bases de données. Palliant les problèmes géographiques et financiers, ces outils numériques permettent aussi de contourner les contraintes liées aux contextes politiques tendus de certaines régions du monde. Par la suite, les données mises en ligne ont des utilités multiples allant de l’étude de la pollution atmosphérique à la biologie des invasions. Par ailleurs, la communication s’est attardée sur les problématiques résultants de l’opposition souvent récurrente entre chercheurs et conservateurs, et notamment en lien avec l’apparition de nouvelles méthodes de séquençage pour exploiter les herbiers par exemple.

La seconde intervention était une collaboration entre Martin Callmander et Bruno Vila (Herbier de Genève et Université d’Aix-Marseille) avec comme intitulé « L’herbier de Perrier de la Bathie et Jumelle, une référence pour la connaissance de la flore de Madagascar ». Grâce à un rappel historique, cette communication a mis en lumière le précieux travail collaboratif de deux botanistes sur un point chaud de biodiversité afin de constituer un herbier. En effet, élève à la faculté de Marseille au XIXème siècle, Henri Jumelle servait de relais à son collègue Henri Perrier de la Bathie, naturaliste autodidacte collectant des espèces pendant presque 40 ans à Madagascar. Leurs travaux sont aujourd’hui reconnus comme des pièces de collection précieuses du fait de notes de terrain extrêmement précises. Par ailleurs, plusieurs types d’espèces n’ont jamais été revues par les spécialistes dans la flore malgache actuelle. C’est le cas d’un échantillon de palmier, uniquement connu grâce à l’herbier de Perrier de la Bathie et Jumelle. Ainsi, cette communication a exposé les précieuses informations d’ordre systémique et pour l’étude de la biodiversité malgache qu’apportent les herbiers. 

Pour « Documenter et analyser les changements écologiques, paysagers et socio-urbanistiques d’un site urbain marseillais à partir des herbiers », Christine Robles (École nationale supérieure du paysage et Université Aix-Marseille) a présenté un travail qu’elle et son équipe ont réalisé ; « Natures en villes et mémoires ». Leur étude s’inscrit dans un contexte de forte urbanisation qui engendre des modifications de l’usage des sols et des pertes de biodiversité. Grâce à une méthode d’analyse diachronique, l’équipe a donc utilisé les herbiers comme témoins des mutations des sociétés et écologiques. Ce projet de nature interdisciplinaire s’articule entre urbanisme, paysagisme, écologie et sociologie et donne donc lieu à de multiples applications, notamment pour les futures politiques urbaines.

La dernière présentation de la matinée a traité du « Patrimoine de l’AMU et la colonisation : enjeux et perspectives ». Isabelle Merle (CREDO) et Thi Phuong Ngoc Nguyen (IRASIA), de l’AMU, ont rappelé la vision dominante vis à vis des colonies jusqu’à récemment. Ces territoires étaient le plus souvent scrutés à travers le prisme d’une utilisation très intéressée sur le plan économique, et à terme, d’un accaparement des ressources. Ainsi, certaines pièces du musée colonial de Marseille attestent que des jeunes étudiants français ont suivi des formations de l’Enseignement Supérieur Colonial, pendant qu’au Vietnam on assistait à des pillages, amenant à un traumatisme profond au sein de la population locale encore aujourd’hui. La communication a mis en valeur certaines pièces présentes à l’AMU et est revenue sur les détails de l’exposition coloniale de 1906 à Marseille.  

Après la pause déjeuner, la thématique Recherche et patrimonialisation de collections a été abordée.

Emmanuelle Artige, Laurent Granjon, Armelle Cœur d’Acier de l’IRD et INRA Montpellier ont débuté l’après-midi avec leur communication : « De la collecte au voucher moléculaire : gestion des collections au Centre de Biologie pour la Gestion des Populations (CBGP) ». À travers le CBGP, l’objectif est de rendre les collections utilisables pour l’ensemble de la communauté scientifique afin de servir la recherche en systématique, écologie et évolution des populations. Le CBPG possède lui-même d’énormes collections qu’il convient de gérer scrupuleusement et qui ont servi à étayer les exemples de la communication. Ont été présentés : des techniques de gestions collaboratives, les cadres réglementaires et juridiques, et la standardisation des échantillons aux normes internationales. Le plateau « Collections » mis en place par le CBPG est opérationnel et réuni déjà bon nombre d’adhérents, dont certains chercheurs du LPED.

Pascal Faucompré duSCD – Université d’Aix-Marseille a enchainé sur la communication « Du document à l’échantillon: projet de lien entre article scientifique et planche d’herbier ». Selon lui, afin de rédiger un article scientifique à partir d’une planche d’herbier, l’étape de la numérisation est cruciale. En effet, dans un contexte où les documents ne sont pas tous classés et donc, où des tris peu scrupuleux sont fréquents, certaines pièces viennent à manquer lors du processus de numérisation. Par ailleurs, celui-ci n’est pas sans impact sur les objets étudiés. Par ailleurs, Pascal Faucompré a insisté sur le fait que certains thèmes, et notamment celui de la colonisation, pouvaient être à double tranchant dans le cadre d’une publication ; la frontière étant floue entre diffusion du savoir et encouragement implicite à la colonisation.

Pour aborder le sujet « Du spécimen à l’objet naturaliste : matériels de recherches et trajectoires de patrimonialisation », François Dusoulier, Conservateur à la Direction générale déléguée aux collections du MNHN est intervenu. Puisque pour lui l’intérêt des collections naturalistes n’est plus à démontrer, sa communication s’est tournée vers les enjeux actuels et futurs de patrimonialisation. Faisant le constat d’un long processus, il note que la phase de collecte, bien qu’essentielle, ne représente qu’une infime partie du travail qui mène au classement d’une collection naturaliste au rang de « Musée de France ». Toutefois, il souhaiterait que cette étape soit mieux documentée et qu’une évaluation ait lieu pré- et post- conservation afin de déterminer que collecter et que préserver. De plus, dans un contexte de numérisation des données, Monsieur Dussolier s’est interrogé sur la capacité à générer et utiliser les portails d’accès commun. Avec des méthodes communes et correctement utilisées, cela permettrait de mieux partager le savoir sur les collections. Enfin, le volet juridique a été abordé, puisque l’intangibilité du droit concernant la patrimonialisation des collections semble difficile à concilier avec l’évolutivité des pièces collectées.

Pour finir, la communication de la DRAC PACA a concerné l’« Inscription et classement au titre des Monuments Historiques des collections d’AMU ». Comme l’a rappelé Bruno Vila, l’AMU possède un patrimoine considérable et a vu plusieurs pièces de ses collections être classées : l’étalon qui aurait servi à établir le mètre pendant la Révolution, le Musée colonial, et des Salles de Travaux Pratiques de l’Institut de Chimie. Aujourd’hui, l’intérêt patrimonial ne cesse de croitre et, par conséquent, la volonté de classer d’avantages de collections est grandissante. La communication a permis de rappeler que la protection au titre des monuments historiques n’était pas un label mais un dispositif législatif d’utilité publique basé sur des principes d’analyse scientifique bien précis. Les critères sont nombreux mais Bruno Vila a assuré que cela permettait d’améliorer la reconnaissance de la valeur des collections.

L’auditoire lors d’une présentation le matin d’Isabelle Merle (CREDO) et de Thi Phuong Ngoc Nguyen (IRASIA) – 14 juin 2019

Pour conclure, Bruno Vila a remercié l’assemblée pour une journée riche en partage et en a profité pour inviter les participants à un séminaire le 13 septembre 2019 dont l’intitulé est : « Le Musée et l’Institut Colonial de Marseille : Contenus matériels et mémoires collectives – Utilisations passées et actuelles » La journée s’est conclue avec des visites commentées des herbiers et du musée colonial de l’AMU.

Marie Laurent – étudiante à Sciences Po – 3 juillet 2019

« UN METRE POUR LE MONDE »

 

J.B.J. Delambre. Méthodes analytiques pour la détermination d’un arc de méridien, An VII [1799]. SCD AMU, BU sciences Saint-Charles, Marseille.          

 

  UN MÈTRE POUR LE MONDE

 

Genèse du projet: pourquoi adopter le mètre ?

Auparavant les anciennes unités de mesure en France, mais également en Europe, étaient nombreuses, peu précises et très variées. En 1789, maintes plaintes sont formulées dans les cahiers de doléances concernant la différence des poids et mesures sur l’ensemble du territoire français. Cela nuit à l’économie mais aussi aux échanges avec l’étranger. Les savants souhaitent également cette réforme qui rendrait plus faciles les échanges et la collaboration entre scientifiques. L’Académie des sciences se voit confier par l’Assemblée Constituante de déterminer une unité de mesure universelle. Dans un premier temps, c’est l’échelle décimale qui semble le mieux convenir. Par la suite cette première décision servira de base à l’élaboration du système métrique décimal.

« L’Académie m’a chargé de vous présenter ses vues sur le choix d’unité de mesure. Comme les opérations nécessaires pour la déterminer sont subordonnées à celle-là, l’Académie a cru devoir commencer son travail par l’examen de cette question et la séparer de toutes les autres.  L’opération qu’elle propose est la plus grande qui ait été faite et elle ne peut qu’honorer la nation qui en ordonnera l’exécution. L’Académie a cherché à exclure toutes conditions arbitraires, tout ce qui pourrait faire paraître l’influence d’un intérêt particulier à la France et d’une prévention nationale ; elle a voulu, en un mot, que, si les principes et les détails de cette opération pouvaient passer seuls à la postérité, il fût impossible de deviner par quelle nation elle a été ordonnée et exécutée. L’opération d’uniformité est d’une utilité si grande, il est si important de choisir un système qui puisse convenir à tous les peuples. Le succès de l’opération dépend à un tel point de la généralité des bases que l’Académie n’a pas jugé pouvoir ne s’en rapporter sur les mesures ordinaires, ni se contenter de la simple observation du pendule ». « Elle a senti que travaillant pour une nation puissante par les ordres d’hommes éclairés qui savent donner au bien qu’ils font un grand caractère et embrasser dans leurs vues et tous les hommes et tous les siècles, elle devait s’occuper moins de ce qui serait fait que de ce qui apporterait le plus de perfection. Elle a cru enfin qu’une grande opération pour l’accroissement des Lumières et le succès de la grande fraternité entre les peuples : ne serait pas indigne d’être accueillie par l’Assemblée nationale ».                                                                                                                                 « Je suis avec respect, Monsieur le Président, « votre très humble et très obéissant serviteur ».  Signé : Condorcet secrétaire de l’Académie.

 

Chaîne des triangles de Dunkerque à Barcelone mesurée par MM. Delambre et Méchain (extrait planche IV: de Dunkerque à Paris). SCD AMU, BU Sciences Saint-Charles, Réserve, Marseille.

 

Réalisation du projet

Deux savants, Jean-Baptiste Joseph Delambre (1749-1822) astronome, géodésien* et mathématicien, auteur notamment d’une histoire de l’astronomie en quatre volumes, et Pierre Méchain (1744-1804) astronome et géodésien, se virent confier, à la suite d’une décision de l’Assemblée nationale constituante, lors de la séance du samedi 26 mars 1791, la mesure d’une portion de l’arc de méridien entre Dunkerque et Barcelone. Cela devait permettre de définir une unité de mesure universelle basée sur le calcul de la dix millionième partie du quart de méridien terrestre. Jean-Baptiste Delambre se voyait attribuer la partie qui va de Dunkerque à Rodez, et Pierre Méchain de Barcelone (plus précisément à Montjuic situé au sud de Barcelone) jusqu’à Rodez.

La bibliothèque universitaire de sciences Saint-Charles conserve dans ses collections plusieurs ouvrages des astronomes français Jean-Baptiste Joseph Delambre et Pierre Méchain.

L’appareil qui sera utilisé par les astronomes se nomme cercle de Borda dit cercle répétiteur de Lenoir.  Jean-Charles de Borda, mathématicien et physicien, en est le concepteur et Etienne Lenoir, l’ingénieur et le constructeur. Noël Jean Lerebours réalisera la partie optique de l’instrument.

Le cercle répétiteur de Borda utilisé par Delambre et Méchain pour la mesure de la méridienne. Extrait de: Base du système métrique... Tome 2 Planche VIII. SCD AMU, BU Sciences Saint-Charles, Réserve, Marseille.

« Le cercle répétiteur permet de mesurer des angles en répétant plusieurs fois la même observation sur le cercle sans revenir au zéro: ainsi les erreurs de lecture et de graduation du limbe* sont divisées par le nombre d’observations ». [Inventaire général du patrimoine culturel]. Un exemplaire de cet instrument de mesure se trouve à l’Observatoire Astronomique de Marseille (plateau Longchamp).

 

Au numéro 36 de la rue de Vaugirard à Paris une plaque indique : « METRE ETALON La convention nationale, afin de généraliser l'usage du système métrique, fit placer seize mètres étalons en marbre dans les lieux les plus fréquentés de Paris. Ces mètres furent installés entre février 1796 et décembre 1797. Celui-ci est l'un des deux derniers qui subsistent à Paris et le seul qui soit encore sur son site originel ». Photo P.Ponsot

Cette entreprise scientifique durera 7 ans, entre 1792 et 1798. Après maintes péripéties, les plus extravagantes les unes que les autres (arrestations, guerre, suspicions d’espionnages, matériels confisqués ou endommagés…), les deux savants verront enfin aboutir leurs travaux.

L’universalité de ces mesures requiert un assentiment mondial. Une Commission internationale est donc constituée, qui devra vérifier l’exactitude de cette opération, d’en proclamer les résultats mais aussi de s’en porter garant devant le monde. Elle se compose de savants de dix pays parmi lesquels on compte les commissaires français : Laplace, Legendre, Lagrange, Lefevre-Gineau, Delambre et Méchain.

« Le 17 avril 1795 loi du 18 germinal an III institue sous la Convention le système métrique en France ». « A tous les temps, tous les peuples », devient la devise de cette ambition ». [ Le Monde ]

« 1799 : la loi du 10 décembre 1799 (19 frimaire an VIII) définit le mètre. De cette vaste entreprise est né le Système métrique décimal, qui, rendu obligatoire en France à partir de 1840, a su s’imposer après de nombreux obstacles et fait aujourd’hui partie intégrante de la vie quotidienne des hommes de plus de 130 pays. [Observatoire de Paris ]

 

Lexique                                                                                      Géodésie: science de la forme et des dimensions de la Terre.       Limbe: couronne circulaire en métal ou en verre sur laquelle est portée la graduation angulaire d’un instrument de mesure.      Métrologie: ensemble des méthodes employées pour faire des mesures précises.                                                                                                           In: www.larousse.fr/dictionnaires/

 

Pour aller plus loin …

ALDER, Ken.   Mesurer le monde: 1792-1799, l’incroyable histoire de l’invention du mètre. Paris: Flammarion, 2005

ARMOGATHE, Jean-Robert. « Un seul poids, une seule mesure. Le concept de mesure universelle »                                                                               Dix-septième siècle, vol. 213, n° 4, 2001, p. 631-640

Bureau International des Poids et Mesures. https://www.bipm.org/fr/about-us/                                                      

DÉBARBAT, Suzanne . « (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 2 mai 2018. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/systeme-metrique-reperes-chronologiques/

DELAMBRE, Jean-Baptiste Joseph et MECHAIN Pierre.  Base du système métrique décimal, ou mesure de l’arc du méridien compris entre les parallèles de Dunkerque et Barcelone, exécutée en 1792 et années suivantesParis : Baudoin, Bachelier, 4 vols: 1806,1807,1810,1843.   (SCD AMU, BU Sciences Saint-Charles, Marseille)

DELAMBRE, Jean-Baptiste Joseph. Méthodes analytiques pour la détermination d’un arc du méridien. J.-B.-J. Delambre,… Précédées d’un mémoire sur le même sujet ; par A.-M. Legendre,… Éditeur : Paris : Duprat, an VII [1799]. (SCD AMU, BU Sciences Saint-Charles, Marseille)

DELAMBRE, Jean-Baptiste Joseph.                                        Rapport historique sur les progrès des sciences mathématiques depuis 1789, et sur leur état actuel, présenté à Sa Majesté l’Empereur et Roi, en son Conseil d’état, le 6 février 1808, par la Classe des sciences physiques et mathématiques de l’Institut, conformément à l’arrêté du Gouvernement du 13 Ventôse an X ; rédigé par M. Delambre,… Imprimé par ordre de Sa Majesté. A Paris, de l’Imprimerie impériale. M. DCCC. X., 1810 ( — Imprimé par les soins de J. J. Marcel, directeur de l’imprimerie impériale, membre de la Légion d’honneur).  (SCD AMU, BU Sciences Saint-Charles, Marseille)

GIRES, Francis (Dir. de publication). Encyclopédie des instruments de l’enseignement de la physique du XVIIIe au milieu du XXe siècle. Niort : ASEISTE, 2016. 3 vol, p. 643

GRISET, Pascal, Greffe Florence. 350 ans de l’Académie des sciences: une compagnie en son siècle. Paris: Le cherche midi, 2016

GUEDJ, Denis.                                                                                                                         Le mètre du monde. Paris: Ed. du Seuil, 2000

Histoire de la science / publié sous la dir. de Maurice Daumas. Paris: Gallimard, impr.1957. (Encyclopédie de la pléiade)             

Inventaire général du patrimoine culturel : instrument de mesure des angles pour lever des plans: cercle de Borda dit cercle de Lenoir, rédacteur Jean Davoigneau. http://www.culture.gouv.fr/public/…[consulté le 30 juin 2017]       

JEDRZEJEWSKI, Franck. Histoire universelle de la mesure. Paris: Ellipses, 2002

Journal des Etats généraux (1789-1791) convoqués par Louis XVI, le 27 avril 1789 ; aujourd’hui Assemblée Nationale permanente, ou Journal logographique. Séance du samedi 26 mars 1791. Tome 23, p. 226-227

LABOULAIS, Isabelle. « Mesurer le monde. 1792-1799 : l’incroyable histoire de l’invention du mètre », Annales historiques de la Révolution française, 342, 2005, p. 247-249

La Métrologie française. https://metrologie-francaise.lne.fr/fr

Le Monde : Métrologie. Supplément Science & médecine, n° 22967, 14.11.2018

Observatoire de Paris. 10 décembre 1799. https://www.obspm.fr/10-decembre-1799-bicentenaire-du-systeme-metrique.html

Patrimoine scientifique: collections. https://cps.univ-amu.fr/astronomie-au-sol

PAUCTON, Alexis-Jean-Pierre. Métrologie, ou Traité des mesures, poids et monnoies des anciens peuples & des modernes Éditeur : A Paris, chez la veuve Desaint, libraire, rue du Foin. M. DCC. LXXX. : De l’imprimerie de J. Ch. Desaint, rue Saint-Jacques, 1780. (SCD AMU, BU Sciences Saint-Charles, Marseille)

POIRIER, Jean-Pierre et LABROUSSE, Christian. La science en France: dictionnaire biographiques des scientifiques français de l’an mille à nos jours. Paris: Jean-Cyrille Godefroy éditions, 2017

SIMAAN, Arkan. La science au péril de sa vie: les aventuriers de la mesure du monde. Préf. de Jean-Claude Pecker; av-pr. de Jean Rosmorduc Éditeur . Paris : Vuibert, 2001

VAN DEN BOGART, Eléonore et CASSELY, Jean-Pierre. Marseille insolite et secrète. Versailles: Jonglez, 2013

 

 

 

 

Le « doyen » des bibliothèques de santé a 500 ans !

EXPOSITION DU 15 AU 19 OCTOBRE 2018

2e étage de la bibliothèque de médecine et d’odontologie de la Timone

Que nos lecteurs se rassurent, il ne s’agit bien sûr pas d’un membre du personnel ! Nous allons vous présenter le plus ancien document détenu par l’Université dans le domaine médical, un recueil d’œuvres thérapeutiques du médecin médiéval italien Niccolò Bertrucci, paru sous le règne de François Ier…

Le livre en lui-même

Achevé d’imprimé le 28 juillet 1518 à Lyon, alors grande place du commerce du livre en France avec Paris, ce recueil a été publié sous le titre latin Nusquam antea impressum collectorium totius fere medicine Bertrucii Bononiensis in quo infrascripta continentu1 – suivi du titre des ouvrages médicaux qu’il regroupe, dont nous reparlerons plus loin.

Dos de la reliure

Sous une forme imprimée, l’œuvre de Bertrucci n’a fait l’objet que de trois publications complètes seulement : une première à Lyon déjà en 1509, la nôtre 9 ans plus tard chez le même imprimeur Barthélémy Trot, et enfin une dernière à Cologne en 15372. Notre exemplaire n’est pas le seul dans les collections publiques, mais cette édition y reste assez rare : 4 exemplaires en France3 et 4 autres en Europe4.

L’objet se présente comme un livre en bon état pour son âge, muni d’une reliure du XXe siècle, gage de bonne conservation pour le futur. Il est imprimé sur du papier réalisé à partir de chiffon comme c’était alors l’usage5, qui lui a assuré une grande résistance aux injures du temps6. Mesurant 20 centimètres sur 14,5, et comptant 464 pages, il est au format ancien in-octavo, c’est-à-dire imprimé sur une feuille pliée en trois pour former des livrets de 16 pages cousus les uns aux autres. Pour l’époque, il s’agit d’une taille qui permet une production de qualité et d’un usage facile tout en restant d’un prix de revient « acceptable » – arguments de vente en librairie hier comme aujourd’hui !

Page de titre

Pour ce qui est du texte, cet ouvrage témoigne de l’évolution du livre imprimé qui, partant de la forme du livre manuscrit médiéval va donner au milieu du XVIe siècle celle que nous connaissons toujours. Ainsi, le texte est en latin, qui reste la seule langue scientifique en Europe jusqu’au siècle suivant ; il est intégralement imprimé en caractères gothiques avec des abréviations de copistes7, qui n’est autre que l’écriture des ouvrages manuscrits du Bas Moyen Âge ; y figure un explicit, conclusion du livre qui rappelle son titre et le nom de l’auteur, pratique bientôt archaïque. Il comprend toutefois des éléments qui annoncent le livre contemporain, comme la présence d’une page de titre – bicolore noire et rouge, ornementation typique du début de la Renaissance – ou celle d’une foliotation, numération des feuilles qui précéda la pagination. Les têtes de chapitres sont annoncées et ornées tout à la fois par de belles lettrines.

L’ouvrage possédé par la bibliothèque est agrémenté de quelques particularités. Un de ses possesseurs l’a en effet augmenté de nombreuses annotations en marge ; une mention manuscrite religieuse a également été portée sur la page de titre et la dernière page imprimée : Domine etiam si me occideris in te sperabo8. De même, en dépit de son bon état de conservation général, il n’est pas exempt de dégradations : la page de titre, usée, est partiellement déchirée et deux petits fragments manquent ; cette même page et le verso des quatre suivantes ont été défigurées par des gribouillages à l’encre.

Pages annotées

Niccolò Bertrucci et son œuvre : une médecine du XIVe siècle

Peu de chose sont connues de lui, ce qui est le plus souvent le cas pour les auteurs du Moyen Âge. D’origine lombarde, sans doute né dans le dernier quart du XIIIe siècle, il a été l’élève puis le successeur de Mondino de’ Liuzzi (v. 1270-1326), professeur d’anatomie à l’université de Bologne, la plus ancienne d’Europe9, et le premier à pratiquer des dissections dans son enseignement dès 131510. Suivant ceux de de’ Liuzzi, la haute tenue des enseignements de Niccolò Bertrucci est attestée par le célèbre médecin et chirurgien français, Guy de Chauliac (1298-1368), qui a étudié à Bologne et l’appelle son maître11. Niccolò Bertrucci meurt en 1342 – ou 1347 selon les sources.

Aucun des travaux anatomiques pourtant réputés de Bertrucci n’est repris dans ce florilège de ses œuvres12. Depuis 1490, on dispose en Europe de traduction latines correctes de l’œuvre de Galien, et la littérature anatomique antérieure issue de traductions arabes commence à devenir obsolète13. C’est probablement pourquoi seuls des ouvrages médicaux sont compilés dans notre volume. Plus exactement, ce recueil rassemble des travaux couvrant un large spectre de la chose médicale :

  • Une première partie sur la « recommandation médicale » qui propose un exposé des affections touchant des parties du corps ;
  • Une deuxième sur la « conception du médecin », c’est-à-dire sur le comportement et l’éthique du praticien ;
  • Une troisième sur les « règles de santé », traité d’hygiène de vie essentiellement diététique ;
  • De la quatrième à la sixième partie des développements sur des maladies touchant l’ensemble du corps (malaises de la tête aux pieds, malaises généraux et fièvres, crises et maladies aigües) ;
  • Une septième partie sur les « drogues », c’est-à-dire les médicaments ;
  • Enfin, une huitième et dernière sur les « ornements », autrement dit les cosmétiques qui font alors partie de la médecine.
Table des matières

Bertrucci applique dans son œuvre la théorie avicennienne14, laquelle scinde la science médicale en théorie et en pratique mais avec la conception d’une théorie orientée vers la pratique. Il affirme dans ses écrits n’y faire figurer aucune observation qu’il n’a constatée de lui-même. De même, il organise sa démarche de manière rationnelle selon la méthode avicennienne, où chaque exposé clinique est systématiquement organisé en 4 parties :

  • Methodus : exposition rationnelle des faits observés ;
  • Emperica : traitement empirique qu’il convient d’adopter ;
  • Canones : les références à la maladie dans l’œuvre d’Avicenne, sorte de bibliographie ;
  • Pronosticatio : probabilité du résultat selon l’état du patient.
Exposé clinique sur le modèle d’Avicenne

Notre « doyen » dans son époque : un livre médical du début du XVIe siècle

Rappelons que le premier ouvrage imprimé en Occident, la Bible à 42 ligne de Johannes Gutenberg, apparait en 1455, et que les premiers tirages de livres de médecine ont lieu vingt ans plus tard. Notre « doyen » ne fait donc pas tout à fait partie de l’enfance du livre médical, mais il n’en demeure pas moins un produit des évolutions qu’elle connait.

La médecine médiévale est fondée sur les œuvres antiques d’Aristote et de Galien, par l’intermédiaire des ouvrages d’Averroès et surtout d’Avicenne, dont le Canon est parvenu en Europe via l’Espagne au XIIe siècle15 ; Bertrucci se réclame ouvertement de ce dernier, dont nous avons vu qu’il applique la méthode scientifique. Toutefois, on en restait alors à une connaissance dogmatique, où l’on tenait pour définitive la théorie des maîtres pour la compréhension des observations faites. Si les XIVe et XVe siècles voient une certaine réhabilitation de la pratique, d’où la réapparition de la dissection anatomique, ce n’est qu’en vue de vérifier les principes et jamais de les remettre en cause.

Lettrines et annotations

La Renaissance va donner lieu à une critique sévère de cette médecine. Initiée dès les premiers feux de l’humanisme par Pétrarque (1304-1374) et poursuivie tout au long du XVe siècle16, elle se fonde sur la volonté de se référer aux textes antiques les plus fidèles possibles17. Par-là, elle va conduire à une condamnation de la science transmise par les Arabes, et tout particulièrement de celle d’Avicenne, en raison des multiples erreurs d’interprétation intervenues au fil des traductions. Cette critique va connaitre un peu plus tard son apogée avec Paracelse (1493-1541)18 et André Vésale (1514-1564) qui, en comparant sans tabou leurs observations aux textes anciens, sapent de manière irrémédiable les dogmes de la médecine antique galéniste.

Du point de vue de la médecine, c’est donc, paradoxalement, l’absence de toute réédition des œuvres de Bertrucci après 1537 qui fait l’importance de notre « doyen », puisqu’elle témoigne d’une transition qui voit l’abandon progressif de la médecine médiévale. Pour ce qui est de sa forme, nous l’avons dit plus haut, s’il présente des caractères archaïques, il se place tout de même résolument dans le mouvement qui va aboutir au livre contemporain. Toutes ces raisons font de notre exemplaire des œuvres de Niccolò Bertrucci un symbole de l’évolution du livre médical à la Renaissance, autant comme livre que comme source scientifique.

Bibliographie

  • SPRENGEL, Kurt, Histoire de la médecine depuis son origine jusqu’au dix-neuvième siècle, Paris, 1815.
  • GRMEK, Mirko D. (dir.), Histoire de la pensée médicale en Occident, Paris, 2014.

Crédits

Photographies de Sarah Kuniecki et J.-L. Texier

Traduction latine de Serge Chassang

Merci à Nathalie Decque, Cédric Para, Sarah Kuniecki et Anne-Céline Lambotte-Mosseron pour leur aide.

  1. Impression originale presque entière des recherches en médecine de Bertrucius de Bologne dans laquelle sont contenus les écrits suivants – suivi de 8 titres. []
  2. Plus quelques publications partielles en Allemagne dans les années 1530. []
  3. En plus d’AMU, la Bibliothèque nationale de France, la bibliothèque universitaire Sainte-Geneviève à Paris et la bibliothèque municipale du Mans. []
  4. 2 en Allemagne et 2 en Suisse. []
  5. Technique apparue en France au XIVe siècle. []
  6. Contrairement aux papiers utilisés depuis le milieu du XIXe siècle, faits de pâte de bois, qui s’acidifient naturellement et s’autodétruisent plus ou moins vite, à moins de traitement coûteux… []
  7. Afin de ménager leurs efforts, les copistes médiévaux remplaçaient certaines chaines de caractères courantes par des signes spéciaux, dont un petit nombre sont toujours utilisés – esperluette, tilde, etc. []
  8. Seigneur, même si tu causes ma perte, j’espèrerai en toi. []
  9. Attestée dès 1088 et reconnue par l’Empereur germanique Frédéric Barberousse en 1158. []
  10. Décrite dans son Anathomia de 1316. []
  11. Dans son ouvrage appelé le Guydon (Inventarium sive chirurgia magna, 1363), où il relate ses cours d’anatomie. []
  12. Ni dans l’édition de 1509 ; mais ils figurent en première partie de l’édition allemande de 1537. []
  13. Obsolescence qui devient définitive en 1525-1526 avec la publication en grec d’éditions fidèles des œuvres complètes d’Hippocrate et de Galien. []
  14. D’Avicenne, alias Abu ʾAli al-Husayn Ibn Abd Allah Ibn Sina (980-1037), célèbre médecin persan. []
  15. Traduction du Kitab Al Qanûn fi Al-Tibb (Livre de la loi concernant la médecine) en 1187 à Tolède par Gérard de Crémone. []
  16. Avec notamment les Italiens Niccolò Leoniceno (1428-1524) et Alessandro Benedetti (1452-1512). []
  17. Qui sont en fait d’origine carolingienne (IXe siècle), époque de copie des livres antiques qui leur étaient parvenus. []
  18. Alias de Philippus von Hohenheim, médecin et philosophe suisse. []

Deux incunables à la BU Lettres d’Aix

La BU Lettres d’Aix possède deux incunables1. Ce sont les plus anciens livres conservés dans les collections d’Aix-Marseille Université, le plus ancien document étant un fragment de manuscrit musical du XIVe siècle trouvé en restaurant une reliure ornant un livre du XVIe siècle à la BU Droit et science politique d’Aix.

Isidore de Séville. Etymologiae, add. De summo bono. [Venise, Peter Loeslein, 1483]. BU Lettres et sciences humaines d’Aix, Res 7635.

L’arbre de consanguinité. BU Lettres et sciences humaines, Res 7635.

Ce volume est entré dans les collections de la bibliothèque en 1921 avec le don de la bibliothèque du professeur Norbert Bonafous, doyen de la faculté des lettres d’Aix de 1867 à 1879. Il porte sur la page de garde une inscription à la plume qui propose la date de 1499 pour cette édition. C’est le seul élément d’identification présent dans l’ouvrage, mais cette indication est totalement erronée : en effet, l’Incunabula Short Title Catalogue, qui centralise l’ensemble des informations bibliographiques parues dans les principaux répertoires d’incunables, ne propose aucune édition des œuvres d’Isidore de Séville à cette date.

Inscription ancienne à la plume (erronnée) – BU Lettres et sciences humaines, Res 7635.

En l’absence de page de titre et de colophon, comme c’est fréquent pour des ouvrages de cette période, une comparaison extensive avec les exemplaires numérisés des œuvres d’Isidore de Séville présents dans d’autres bibliothèques a permis d’identifier lieu d’impression, imprimeur et date2. Nous avons donc affaire à une édition vénitienne, ce qui ne doit pas surprendre, dans la mesure où Venise est à la fin du XVe siècle un des plus importants centres de production du livre en Europe.

L’exemplaire de la BU Lettres est intéressant à plus d’un titre. Il a une présentation très archaïque, extrêmement proche de celle des livres manuscrits de la même période. Il n’y a pas de page de titre ; le titre de l’ouvrage est donné à la troisième page, dans une mention qui indique simplement (en latin) ici commence le premier livre des Étymologies de saint Isidore, évêque de Séville, à la suite de quoi le premier chapitre commence3. Les premières pages sont occupées par une lettre d’Isidore de Séville à un autre évêque, qui fait office de préface. L’ouvrage porte trace de quelques notes manuscrites anciennes, et on y trouve même des manicules, à savoir des dessins en forme de main utilisés dans les manuscrits médiévaux et parfois repris dans les imprimés des premières décennies. Par ailleurs, il était prévu que l’ouvrage soit enluminé, comme un manuscrit, mais il ne l’a jamais été. Des espaces blancs ont été prévus à l’emplacement des lettrines, et de petites lettres ont été imprimées pour indiquer ce qu’il fallait peindre4, mais ces décors n’ont jamais été réalisés.

Manicule en marge du texte imprimé. BU Lettres et sciences humaines, Res 7635.

Le texte contenu dans l’ouvrage n’est pas moins intéressant que son aspect extérieur. En effet, les Etymologies d’Isidore de Séville constituent pour le Moyen-Age un texte fondateur. Ayant vécu au VIIe siècle dans le royaume wisigoth d’Espagne, il est issu d’une noble famille et proche des rois wisigoths récemment convertis au catholicisme, et en particulier du roi Sisebut (612-621). Ses travaux d’érudition ont contribué à forger la culture médiévale à partir d’une synthèse fragmentaire de la culture classique héritée de l’Antiquité tardive, réinterprétée et christianisée. Considérés comme un des fondements du savoir encyclopédique pendant toute la période médiévale, les Etymologies ont circulé très largement jusqu’à la Renaissance. Il en existe de nombreux manuscrits, et on compte une bonne dizaine d’éditions différentes entre 1470 et 1530. Pour l’anecdote, Isidore de Séville a été désigné saint patron des internautes et des informaticiens par le Vatican en 2002, la structure des Etymologies ayant souvent été comparée à celle des bases de données.

Eusèbe de Césarée, De Praeparatione evangelica, trad. Georges de Trébizonde, Trévise, Michele Manzolo, 1480. BU Lettres et sciences humaines d’Aix, Res 7636.

Comme l’autre incunable, ce volume est entré dans les collections de la bibliothèque par le don Bonafous (1921). Il s’agit là encore d’un livre italien, imprimé en Vénétie, l’une des régions où l’industrie du livre imprimé s’est développée de façon précoce. L’imprimeur est d’ailleurs aussi un papetier, qui a monté son officine typographique dès 1475. Le De preparatione evangelica est un bon exemple de la production de cet imprimeur : il appartient à la période où les impressions de son atelier se multiplient après un début plus modeste, et se trouve à la croisée de ses deux thématiques de prédilection, ouvrages à caractère religieux et érudition classique. Eusèbe de Césarée est en effet un auteur majeur de l’Antiquité chrétienne : érudit ayant vécu au IIIe siècle de notre ère à Césarée en Palestine, qui était alors un centre intellectuel brillant, c’est un polygraphe, auteur de polémique pro-chrétienne et, surtout, d’une immense œuvre historique qui a eu une profonde influence sur le Moyen-Age et la Renaissance.

Première page avec le sommaire. BU Lettres et sciences humaines, Res 7636

L’Histoire ecclésiastique, qui est son œuvre la plus célèbre, est un traité d’érudition consacré aux trois premiers siècles du christianisme en même temps qu’une défense énergique de la jeune Église. A l’époque où Eusèbe écrit, l’institution ecclésiastique n’est en effet pas encore fermement établie. Il a connu les persécutions anti-chrétiennes menées par l’Empire romain, et en particulier la persécution de 303, achevée par l’édit de Milan (313) par lequel l’empereur Constantin accorde la liberté religieuse aux chrétiens. Le concile de Nicée (325) qui fixe le contenu du credo officiellement reconnu par l’Église5 s’est tenu de son vivant. Ses œuvres sont strictement contemporaines des événements qui ont façonné l’Église au moment où elle affirme le contenu de la foi chrétienne (contre les païens et contre diverses hérésies) et où elle s’institutionnalise en interlocuteur officiellement reconnu par le pouvoir politique. Elles ne sont donc pas neutres, d’autant plus qu’elles ont subi des retouches et remaniements que les experts peinent à dater précisément.

La Préparation évangélique s’inscrit dans ce contexte. Ce texte fait partie d’un ensemble de réfutations anti-païennes. C’est une œuvre de combat, visant à asseoir la supériorité du christianisme sur l’ancienne religion polythéiste héritée de la culture gréco-latine. Il s’agit avant tout d’une violente attaque contre l’hellénisme. Pour cela, Eusèbe cite longuement divers philosophes et auteurs importants de l’Antiquité, dont les œuvres sont parfois perdues aujourd’hui, ou dont les manuscrits conservés n’offrent à certaines occasion pas de meilleures leçons que celles qu’on trouve dans ce texte. Pour cette raison, La Préparation évangélique attire aujourd’hui fortement l’attention des spécialistes, qui l’utilisent pour mieux connaître les textes de l’Antiquité. Ce texte reprend notamment de très larges extraits de Platon, dont la philosophie a profondément influencé l’évêque de Césarée. Celui-ci écrivait en grec, mais le texte a ensuite été traduit en latin et a largement circulé dans l’Occident chrétien. Il a pour pendant la Démonstration évangélique, orientée contre les Juifs, qui n’est pas comprise dans l’édition imprimée par Michele Manzolo.

Au tournant du XVe et du XVIe siècle, Eusèbe de Césarée est toujours lu avec beaucoup d’attention. Ses travaux ont été considérés comme une source essentielle pour l’histoire chrétienne, et à l’heure où une philosophie néo-platonicienne se répand parmi les meilleurs humanistes aux aguets pour redécouvrir les textes de l’Antiquité classique, il n’est guère étonnant de voir apparaître diverses éditions imprimées de La Préparation évangélique, depuis la première sous les presses de Nicolas Janson à Venise (1470) jusqu’au milieu du XVIe siècle au moins.

Décor non réalisé en ouverture du premier chapitre du Livre I. BU Lettres et sciences humaines, Res 7636

L’édition de Michele Manzolo est imprimée avec un élégant caractère romain. Elle n’a pas de page de titre, ce qui est encore normal pour un imprimé italien des années 1480 ; l’information permettant d’identifier lieu d’impression, imprimeur et date se trouve à la fin6. Comme pour les Etymologies, on trouve des lettres d’attente dans l’exemplaire de la BU, mais les espaces prévus pour les lettrines peintes sont restés blancs et le décor n’a jamais été réalisé.

***

Les deux incunables de la BU Lettre sont donc intéressants à plus d’un titre. S’ils n’ont rien de rare, de nombreux autres exemplaires étant conservés dans d’autres bibliothèques, il sont tous deux les témoins, de manière différente, de la façon dont les savoirs et la culture hérités de l’Antiquité ont été réappropriés et transformés par des auteurs chrétiens au seuil du Moyen-Age, et transmis ainsi aux savants de la Renaissance qui y puisent en partie leur soif de connaître de nouveaux textes des auteurs anciens.

Pour aller plus loin…

Un exemplaire de cette édition des Etymologies a été numérisé par la Bayerische Staatsbibliothek à Munich.
Isidore de Séville et son temps, éd. Jean-Pierre Caillet, numéro spécial de la revue Antiquité tardive, 2015, n°23.
Courcelle, Pierre,  « Isidore de Séville, auteur antique et médiéval », dans Revue des Études Anciennes 1959, 61 (3-4), p. 419-423 [en ligne].
Marrou, Henri-Irénée, « Isidore de Séville et les origines de la culture médiévale », dans Revue historique, 1966, 235, p.39-46 [en ligne].
Ribémont, Bernard, Les origines des encyclopédies médiévales. D’Isidore de Séville aux Carolingiens, Paris, Champion, 2001.
« La réception d’Isidore de Séville durant le Moyen-Age tardif », éd. Jacques Elfassi et Bernard Ribémont, dossier dans Cahiers de recherches médiévales, 2008, 16, p. 1-205 [en ligne].

***
Veneziani, Paolo, « Manzolo, Michele », dans Dizionario Biografico degli Italiani, 2007, vol. 69 [en ligne].
***
Des Places, Édouard, « Les Lois de Platon et La Préparation Évangélique d’Eusèbe de Césarée », dans Aegyptus, 1952, 32 (1), p. 223–231 [en ligne].
Des Places, Édouard, « La tradition patristique de Platon (spécialement d’après les citations des Lois et de l’Epinomis dans la Préparation évangélique d’Eusèbe de Césarée) », dans Revue des Études Grecques, 1967, 80 (379-383), p. 385-394 [en ligne].
Des Places, Édouard, Eusèbe de Césarée commentateur. Platonisme et écriture sainte, Paris, Beauchêne, 1982.
Fredouille, Jean-Claude, « L’apologétique chrétienne antique, naissance d’un genre littéraire », dans Revue des études augustiniennes, 1992, 38, p. 219-234 [en ligne].
Hellénisme et christianisme, éd. Michel Narcy et Eric Rebillard, Presses universitaires du Septentrion, 2004.
Morlet, Sébastien, « Que savons-nous du Contre Porphyre d’Eusèbe ? », dans Revue des Études Grecques, 2012, 125 (2), p. 473-514 [en ligne].
  1. Livres imprimés avant la fin de l’année 1500. []
  2. Dominique Jacobi, ancienne directrice adjointe du SCD, aujourd’hui décédée, a réalisé ce travail très pointu. []
  3. On appelle ce genre de mention un incipit, ce qui signifie ici commence… []
  4. On appelle cela des lettres d’attente. []
  5. Il s’agit de la prière par laquelle les chrétiens affirment le contenu de leur foi. []
  6. On appelle cela un colophon. []

« Les Jeudis de la BU » saison 2017

                                                          Les Jeudis de la BU

Les bibliothèques du département sciences et technologies du  service commun de documentation d’Aix-Marseille université propose chaque deuxième jeudi du mois, durant toute l’année universitaire, de découvrir le patrimoine de l’université, la culture scientifique, d’assister à une conférence ou à la présentation d’un livre publié par un enseignant chercheur.

                      Programme du  jeudi 11 mai 2017

Bibliothèque universitaire de Saint-Charles à 12h15  Conférence / Débats: Créer un pigment
Quelques étudiants de la Licence Sciences & Humanités présenteront le projet qu’ils ont réalisé durant 4 mois afin d’associer
la chimie et l’histoire de la peinture. Aussi vous présenteront-ils la
démarche expérimentale qu’ils ont mise en place dans le but de synthétiser le pigment de leur choix, vous inviteront-ils à découvrir plusieurs de leurs échantillons et vous exposeront-ils quelques peintres célèbres qui ont utilisé ces pigments.

Marion Albert, Manon Bachelet, Hassina Bendrer, Hugo Casas, Benjamin Cassagne, Claire Chevrier, Esther Espinosa, Johanna Leulle, Marie Mondielli et Juliette Pierini

Bibliothèque universitaire de Saint-Jérôme 12h15                    Le plasma dans tous ses états !

Dans les laboratoires et dans l’industrie, mais aussi dans la vie quotidienne, les plasmas sont couramment utilisés. Plus de 98% de l’univers en est constitué. malgré cela le plasma ne nous est pas tellement familier ! Nous en discuterons autour de petites expériences sur les décharges électriques dans les gaz. »                  Pascal LAUQUE, MCF responsable du DUT GEII en alternance, IUT d’Aix-Marseille – IM2NP

Bibliothèque universitaire de Luminy à 12h15

Présentation d’un ouvrage sur les calanques de Marseille:
d’un passé industriel à un  présent tourné vers la biodiversité
> 12H15
Les calanques de Marseille offrent une
situation paradoxale de pollution passée et
présente et de forte biodiversité : que peut-on
en apprendre pour mieux gérer ce territoire
pour le futur ?
Isabelle LAFFONT-SCHWOB Enseignant-Chercheur
AMU/CNRS/IRD/UAPV
Pascale PRUDENT Maître de Conférences – Docteur en chimie de l’environnement – UFR 7376

 

 

LA « COSMOGRAPHIA UNIVERSALIS » DE SEBASTIAN MÜNSTER

Sebastian Münster naît en 1489 à Nieder-Ingelheim, près de Mayence (Allemagne) et meurt de la peste à Bâle (Suisse) en 1552.

Page de garde et 1ère page de texte de notre exemplaire de l’édition de 1552. BU Lettres Aix, cote RES 7339.

Fils d’un maître d’hôpital, il reçoit une excellente éducation, initié aux arts libéraux du Trivium1 puis du Quadrivium2. Catholique par ses origines,

formé surtout par des membres du clergé et élevé dans un esprit de dévotion, il éprouve rapidement un attrait pour la théologie3.

Parallèlement, il s’intéresse aux mathématiques, à l’astronomie, aux langues et à la géographie. En 1512, après son ordination célébrée au monastère franciscain de Pforzheim, il devient moine de l’ordre des Cordeliers à Tübingen. Il est nommé « Lecteur » de théologie et de philosophie. Il travaille avec Johannes Stöffler (1452-1531), premier véritable professeur de géographie en Allemagne, rencontre qui lui permet d’approfondir ses connaissances du domaine par l’étude des textes anciens.

Il vit à Bâle en 1518, au moment où Martin Luther ébranle la chrétienté par ses idées contestataires, rejeter le pape et interpréter librement la Bible. Münster fort de sa formation en théologie, saisit la profondeur du débat et fait le choix de quitter l’habit franciscain en 1529 pour rejoindre officiellement l’Église suisse réformée. Il se marie la même année.

Entretemps, de 1524 à 1527, il est professeur à Heidelberg puis en 1528 à Bâle où il enseigne la théologie et l’hébreu à l’Université. Il publie de nombreux ouvrages d’histoire et de géographie qui « influenceront le développement de la cartographie »4.

Parmi eux, sa célèbre Cosmographia universalis est définie comme l’une des premières descriptions du monde. Il y travaille à partir de 1540.

L’année 1544 est particulièrement éprouvante, il lutte pour maintenir une certaine avance entre la rédaction des chapitres et leur impression. En mai les pages sur la Suisse sortent des presses, alors qu’il travaille toujours sur le manuscrit, qu’il y porte encore des corrections et des sous-titres aux cartes. Münster se désespère, ne s’alimente plus correctement et craint de ne pouvoir finir son œuvre avant sa mort. Toutefois, la Cosmographia universalis sort des presses de son beau-frère Henri Petri, en 1544 ; ce dernier était un imprimeur de cartes et plans à Bâle et, après sa mort, en 1579, ses affaires furent reprises par son fils, Sebastian, qui poursuivit notamment la publication de la Cosmographia.

Le mouvement apparent du soleil

A cette époque, la science cosmographique s’aborde de deux manières. La première

consiste  à représenter la Terre à partir des différents cercles du ciel, selon une méthode astronomique et géométrique qui permet de dessiner les zones climatiques, d’indiquer les directions, de situer mathématiquement les lieux du monde grâce au système des parallèles et des méridiens. On reconnaît là les grands principes de la géographie ptoléméenne… L’autre façon de procéder s’inscrit dans la tradition de la géographie descriptive et historique théorisée par Strabon5,

qui privilégie les caractéristiques topographiques et les réalités naturelles et culturelles.

Les deux écoles cosmographiques ont recours au terme grec « cosmos » et à l’adjectif « universel » pour bien marquer l’envergure de l’entreprise.  En 1575, dans une adaptation française de Münster, on pourra même lire ce titre : La cosmographie universelle de tout le monde. Cette surenchère lexicale est manifeste par rapport aux Géographies de Ptolomée et de Strabon. F. Tinguely la désigne comme étant

la marque d’un enthousiasme renouvelé, d’un désir parfaitement assumé de parvenir à une pleine maîtrise du monde.

Le cosmographe d’ascendance ptoméléenne, à partir de ses calculs mathématiques et géographiques, est en mesure de construire une représentation ordonnée du monde. En revanche, le cosmographe descriptif,

victime de son optimisme cognitif, déploie des moyens considérables (compilations des relations de voyage, réseaux d’informateurs, dispositifs iconiques et cartographiques, etc.) accumule une masse d’informations toujours incomplètes6,

qu’il conviendrait de mettre à jour régulièrement. Il n’y a donc pas d’achèvement et de clôture possibles. Cette impossibilité de conclure est alors valorisée sur le plan théologique par la « célébration de l’insondable diversité de la Création et, par contrecoup, de l’omnipotence du Créateur »7.

L’ambition de Münster, qui appartient à cette deuxième école, est de décrire le monde entier, dans tous ses aspects : géographique bien sûr mais on y trouve aussi des informations d’ordre généalogique, zoologique, botanique, le fil conducteur étant l’histoire des régions décrites. Les renseignements recueillis touchent l’Europe, l’Asie, l’Afrique et le nouveau continent America.

Carte des Gaules

Très bien documentée, la Cosmographie offre au lecteur du XVIe siècle une ouverture sur le monde.

La Cosmographie appartient au genre encyclopédique et, en cela, elle déborde les limites de la description du monde… Elle profite des grands changements de la Renaissance qui s’accompagnent d’un engouement de plus en plus marqué pour la connaissance en général8.

La Cosmographie de Münster a un succès considérable, c’est un des ouvrages les plus lus par les savants au XVIe siècle, elle sert de manuel. Au total, plus de 120 collaborateurs ont participé à cette œuvre.  Münster a su exploiter la concurrence régionale et la fierté civique pour amasser le matériel qui servira à agrandir les éditions successives9. Il collecte les plans et mémoires des villes auprès des élites locales, des princes et savants d’Europe, les publie tels quels dans son livre tout comme des extraits de sa correspondance et de notes fournies par des érudits locaux10.

Les illustrations sont réalisées pour certaines par les plus grands artistes rhénans de son temps comme Hans Rudolf Manuel Deutsch, G. Hofreuter, Hans Holbein le Jeune ou encore David Kandel.                 Holbein exécute, par exemple, les cartes d’Amsterdam (p. 133) et de Rome (p. 158-159) ainsi que plusieurs illustrations de saynètes, telle une dispute entre rois (p. 254).

Planche signée « H.H » représentant la ville d’Amsterdam.

On y retrouve de nombreuses planches des modes de vies de l’époque, de même que des vues des villes en double page et de nombreuses cartes.

Extrait du chapitre sur l’histoire de l’Autriche

De belles et très grandes gravures sur bois, pour la plupart d’une réelle valeur artistique, représentent diverses villes.

Vue de la ville de Sélestat en Alsace

Gravure en double-page montrant la ville de Francfort

Les cartes couvraient de « nouvelles îles derrière l’Espagne jusqu’à l’Orient vers le pays des Indes (l’Amérique et le continent asiatique) »11. Elles firent autorité jusqu’à la publication du Theatrum orbis Terrarum d’Ortelius en 1570, considéré en cartographie comme le premier atlas moderne, et du Civitates Orbis Terrarum de Braun et Hogenberg, en 1572, composé de 546 perspectives, vues à vol d’oiseau et cartes de villes du monde entier.

Carte de l’Europe, dessinée Nord-Sud

L’édition originale de 1544 en langue allemande avec ses 640 pages, 520 gravures et 24 cartes en double-page est devenue fort rare. Elle n’est pas présente au SCD mais la BU Lettres d’Aix détient une édition de 1552, la première en français, qui paraît l’année de la mort de l’auteur. Seuls 4 autres exemplaires sont aujourd’hui localisés dans le Catalogue collectif de France.

Le volume compte 1429 pages et s’organise en 6 chapitres :

Livre I – Astronomie, Mathématiques, Géographie physique, Cartographie

Livre II – Angleterre, Écosse, Irlande, Espagne, France, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Savoie, Trèves, Italie

Livre III – Allemagne, Alsace, Suisse, Autriche, Carniole, Istrie, Bohème, Moravie, Silésie, Poméranie, Prusse, Livonie

Livre IV – Danemark, Norvège, Suède, Finlande, Islande, Hongrie, Pologne, Lituanie, Russie, Valachie, Bosnie, Bulgarie, Grèce, Turquie

Livre V – Asie Mineure, Chypre, Arménie, Palestine, Arabie, Perse, Asie centrale, Afghanistan, Scythie, Tartarie, Inde, Ceylan (aujourd’hui le Sri Lanka), Burma, Chine, Inde de l’Est, Madagascar, Zanzibar, Amérique

Livre VI – Mauritanie, Tunisie, Libye, Égypte, Sénégal, Gambie, Mali, Afrique du Sud, Afrique de l’Est

Publiées à l’époque des grandes explorations qui remodèlent l’image du monde, les cosmographies sont fréquemment remises à jour. La Cosmographie connait donc elle aussi de nombreux remaniements, des ajouts et des adaptations. Près de cinquante éditions remaniées et augmentées de notices et d’illustrations paraissent jusqu’en 1650, en langues allemande, latine, française, tchèque et italienne.

La plus connue des réadaptations en français est celle de François de Belleforest, parue à Paris en 1575.  L’édition est augmentée de 627 pages sur la  géographie, les villes et les coutumes françaises, au point d’égaler la couverture de la partie allemande. Riche de 4000 pages, publiée en 2 volumes, la BU Lettres ne possède qu’un fragment de cette édition, un assemblage de quelques cahiers concernant la Provence, cote Res 758. La BMVR de Marseille en possède également un exemplaire, dont il manque le premier tome et la page de titre du deuxième.

« Le vray portraict de la ville de Marseille » avec en repère 12 le fort de Notre-Dame de la Garde

« Le vray portraict de la ville d’Aix-en-Provence » avec la tour de l’Horloge en repère G et l’hôtel de ville en repère H

La ville de Nice et son château

Notre conclusion est toute trouvée dans un ouvrage de Lucien Gallois qui relève la forme naïve mais profonde de la propre conclusion de Münster à son œuvre, parue en dernière page du  Livre VI :

Extrait de la page 192 de l’ouvrage « Les géographes allemands de la Renaissance » de Lucien Gallois (Leroux, 1890)

 

Bibliographie sommaire :

Bergevin, Jean, Déterminisme et géographie : Hérodote, Strabon, Albert le Grand et Sebastian Münster, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1992 (Travaux du Département de Géographie de l’Université Laval, 8)

Besse, Jean-Marc, Les grandeurs de la Terre : aspects du savoir géographique à la Renaissance, Lyon,  ENS éditions, 2003 (Sociétés, espaces, temps)

Broc, Numa, La géographie de la Renaissance (1420-1620), Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques-CTHS, 1986

Gallois, Lucien. Les géographes allemands de la Renaissance [En ligne]. Paris, E. Leroux, 1890. Disponible sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56564410?rk=21459;2

Lestringant, Frank, André Thevet : cosmographe des Valois, Genève, Droz, 1991

Pelletier, Monique, Cartographie de la France et du monde de la Renaissance au siècle des Lumières, Paris, BNF, 2001 (Conférences Léopold Delisle)

Pelletier, Monique, De Ptolémée à La Guillotière (XVe-XVIe siècle) : des cartes pour la France pourquoi, comment ? Paris, CTHS, 2009 (CTHS Géographie, 6)

McLean, Matthew, The Cosmographia of Sebastian Münster : describing the World in the Reformation. Aldershot, Ashgate, 2007

McLean, Matthew, The Cosmographia of Sebastian Münster, thesis for the degree of Ph.D., University of St. Andrews, 2005. En ligne (ProQuest Dissertations & Thesis): http://search.proquest.com/docview/1824284217?pq-origsite=summon

Passavant, Johann David (1787-1861), Le peintre-graveur. Tome 3. [En ligne] Leipzig, R. Weigel, 1860. Disponible sur Gallica :              http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54707076?rk=42918;4

Tinguely, Frédéric, Le vertige cosmographique à la Renaissance, Archives internationales d’histoire des sciences, vol. 59, n°163,  p. 441-450, décembre 2009

Article Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sebastian_M%C3%BCnster

Éditions françaises en ligne :

Münster, Sebastian, La cosmographie universelle : contenant la situation de toutes les parties du monde, avec leurs proprietez & appartenances … [En ligne] [Basel] : [Heinrich Petri], [1552]. Universitätsbibliothek Basel, UBH EU I 84, http://dx.doi.org/10.3931/e-rara-9029

Münster, Sebastian, Belleforest, François, La Cosmographie universelle de tout le monde, auteur en partie Munster, mais beaucoup plus augmentée, ornée et enrichie par Fraçois de Beileforesr. [En ligne] Paris : Chez Michel Sonnius, 1575. Disponible sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54510n/f2.image

  1. [Dans les universités du Moyen-Âge] Ensemble des trois premiers arts libéraux (grammaire, rhétorique et dialectique) qui composaient le premier cycle des études universitaires dans les facultés des Arts ou la Philosophie. Source : http://www.cnrtl.fr/definition/trivium []
  2. [Dans le système d’enseignement du Moyen-Âge] Division des arts libéraux comprenant les quatre disciplines à caractère mathématique suivantes : arithmétique, géométrie, astronomie et musique. Source : http://www.cnrtl.fr/definition/quadrivium []
  3. Jean Bergevin, Déterminisme et géographie : Hérodote, Strabon, Albert le Grand et Sebastian Münster, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1992, p. 177. []
  4. Lucien Gallois, Les géographes allemands de la Renaissance, Paris, E. Leroux, 1890. []
  5. Frédéric Tinguely, « Le vertige cosmographique à la Renaissance », dans Archives internationales d’histoire des sciences, vol. 59, n°163,  p. 441-450, décembre 2009, p. 441. []
  6. Frédéric Tinguely, « Le vertige cosmographique à la Renaissance », op. cit., p. 442. []
  7. Frédéric Tinguely, « Le vertige cosmographique à la Renaissance », op. cit., p. 445. []
  8. Jean Bergevin, Déterminisme et géographie, op. cit., p. 123. []
  9. Matthew McLean, The Cosmographia of Sebastian Münster : describing the World in the Reformation. Aldershot, Ashgate, 2007, p. 169. []
  10. Voir Frank Lestringant, André Thevet : cosmographe des Valois, Genève, Droz, 1991. []
  11. Voir l’article Wikipédia. []

Quel lien existe-t-il entre un collégien de Saône-et-Loire et la collection d’insectes de la Faculté des Sciences Saint-Charles ?

Gabriel est collégien et du haut de ses 13 ans il a entrepris, sous la direction de G. Nève (MCF IMBE), de reclasser la collection d’insectes et de restaurer les échantillons les plus endommagés. Inscrit au Collège Jeanne d’Arc de Paray-le-Monial en Saône-et-Loire, Gabriel Champenois a réalisé son stage de 3e à l’Université d’Aix-Marseille, du 12 au 16 décembre 2016. Son action n’était pas superflue puisque certains échantillons ont été collectés dans les années 1920 et qu’au fil du temps, du fait de leur utilisation pour démonstrations en Travaux Pratiques, ces échantillons, à l’origine minutieusement rangés dans leurs boîtes, ont été mélangés et pour certains abîmés. Le manque de suivi de la collection a permis à des anthrènes de coloniser certains spécimens, qui furent consommés de l’intérieur.

G. Champenois restaure minutieusement un insecte sous l’œil attentif de G. Nève.

Durant son stage, Gabriel s’est d’abord attaché à reclasser les différents échantillons par Ordres (Coléoptères, Diptères, Lépidoptères, …), reconstituant des boîtes essentiellement sur des bases de systématique. Pour ce faire, plus de 2000 échantillons ont été examinés, les échantillons trop dégradés ont été définitivement retirés. Certaines boîtes ont été restaurées, par remplacement du fond en liège par un fond en émalène ou par un recollage de leur vitre. Deux boîtes destinées à illustrer les couleurs chez les insectes ont été confectionnées à partir de différents groupes taxonomiques.

Gabriel a également entrepris de restaurer certains échantillons malmenés au fil du temps. Par exemple, deux coléoptères remarquables originaires de Guyane ont ainsi été restaurés : Les restes des anthrènes qui en avaient mangé les entrailles ont été retirés, et leur corps ont été reconstitués par un recollage de la tête, du thorax et de l’abdomen.

Un échantillon très détérioré, en préparation en vue de son « remontage »

Effet des anthrènes sur un callosome : les nymphes de celles-ci en avaient rempli complètement l’abdomen, en faisant éclater l’élytre gauche. Nous avons ici fait le choix de conserver les exuvies, afin de démontrer l’effet de ravageurs des collections.

La collection restaurée est rangée en 47 boîtes : neuf boîtes de Coléoptères, dix boîtes de Diptères, huit boîtes d’Hyménoptères, et quatre boîtes d’Hémiptères, le reste étant consacré aux autres ordres et aux boîtes thématiques (une boîte ancienne d’insectes nuisibles et deux boîtes relatives aux couleurs chez les insectes). Cette collection qui n’était presque plus utilisée dans le cadre des enseignements du fait de son mauvais état va pouvoir de nouveau regagner les paillasses d’enseignements. Il reste toutefois à ordonner les insectes par familles et genres au sein des boîtes.

Une boîte après le tri : les échantillons trop abîmés ont été retirés, et le fond de la boîte nettoyé. La boîte est ensuite passée au congélateur pendant trois semaines pour prévenir une réinfestation par les anthrènes.

Boîte historique « insectes nuisibles », datant vraisemblablement d’avant 1950. Le frelon, mangé complètement par des anthrènes a été remplacé, mais le reste de la boîte est resté dans son état original.

Cette restauration s’inscrit dans un long travail d’inventaire, de classement et de restauration de la collection de zoologie de la Faculté des Sciences Saint-Charles. Après l’obtention de financements pour la restauration d’une partie non négligeable de la collection de naturalisés, ce travail de restauration de la collection d’insecte fait suite au tri et à l’inventaire de la collection de gastéropodes et de la collection de coraux et d’éponges réalisés par Madame et Monsieur Galissian (MCF retraités).

Regards sur le patrimoine mobilier de l’enseignement scolaire et universitaire : les 30èmes journées d’études de l’association des conservateurs des antiquités et objets d’art de France

Depuis 1986, les journées d’études de l’association des conservateurs des antiquités et objets d’art de France proposent des rencontres professionnelles et des échanges d’expériences autour d’un thème spécifique relevant du patrimoine mobilier. En 2016, c’est à Cahors (Lot), du 29 septembre au 1ier octobre que se sont déroulées les 30èmes journées d’études consacrées au patrimoine scolaire, de l’école primaire jusqu’à l’université.

En associant des professionnels de la conservation et de la restauration, des chercheurs et des universitaires, des associations et des enseignants, ces journées ont permis de présenter cette forme particulière de patrimoine mobilier qu’est le patrimoine de l’enseignement scolaire et universitaire. Elles ont également permis de s’interroger sur les pratiques actuelles des acteurs des Monuments Historiques et des autres disciplines relevant du champ culturel (musées, ethnologie, inventaire, …), visant à l’étudier, le sauvegarder et le faire connaître.

Les communications se sont organisées autour des 4 thèmes:

– La reconnaissance institutionnelle pour le patrimoine de l’enseignement : monuments historiques et/ou musées ;

– Le patrimoine de l’enseignement, avec le mobilier et matériel scolaires comme supports de la pédagogie et l’art à l’école ;

– Connaître et protéger le patrimoine de l’enseignement : illustration avec la commande publique du 1% artistique et le patrimoine à l’Université.

– Transmettre le patrimoine de l’enseignement : l’école au musée, les musées de l’école et la réhabilitation des établissements scolaires.

La thématique du patrimoine à l’Université y a été abordée avec 5 communications :

1/ C’est l’Université de Montpellier avec l’intervention d’H. Palouzié (Conservatrice des antiquités et objets d’art de l’Hérault) et de C. Ducourau-Girard (Conservatrice du patrimoine, Directrice de la culture scientifique et du patrimoine historique, Université de Montpellier) qui a ouvert la session. Intitulée « Les collections des Universités de Montpellier : de l’objet d’étude à l’objet de musée », cette communication a porté sur les objets d’enseignement et sur le mode de diffusion du savoir au 19e siècle à partir de modèles anatomiques en série et de la science médicale en carton-pâte. Cette communication a mis en évidence que les modèles d’anatomie artificielle sont avant tout des objets didactiques à caractère pédagogique.

2/ Ce sont ensuite J. Boustié (Professeur, Chargé de mission CST à l’Université de Rennes 1) et M. Lemaire (Chargée de collections muséales à l’Université de Rennes 1) qui ont présenté « Les collections scientifiques de l’Université de Rennes 1. Un patrimoine à découvrir au service de l’enseignement et de la recherche ». Ces auteurs ont mis l’accent sur la qualité, le nombre des objets détenus mais aussi et surtout sur la palette des disciplines que présente le patrimoine universitaire : archéologie, botanique, géologie, physique, chimie, électronique, informatique, mathématiques, zoologie, livres et documents, beaux-arts. Ils ont ensuite insistés sur le témoignage que constituent ces collections pour la recherche et la diffusion des savoirs.

3/ D. Issenmann, Chargée des collections au Jardin des Sciences de l’Université de Strasbourg a présenté une communication sur la thématique de la préservation : « Comment préserver et valoriser le patrimoine des sciences physiques ? L’exemple de la collection pédagogique de l’Institut Le Bel ». D. Issenmann a montré comment, dans le cadre d’un partenariat avec le Service régional de l’Inventaire, l’Université de Strasbourg a réussi à préserver, au gré d’un déménagement, une collection d’instruments pédagogiques en sciences physiques. Outre les enjeux et les modalités de sauvegarde, de préservation des objets, cette communication a souligné l’importance de documenter les instruments et de collaborer avec les enseignants chercheurs.

4/ S. Tomezak (Chargée de l’inventaire et de la valorisation au sein de la mission PATSTEC-MIP, Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées) et E. Moureau (conservateur des antiquités et objets d’art du Tarn-et-Garonne) ont présenté « PATSTEC, un futur patrimoine de la recherche : les missions conduites pour le patrimoine scientifique contemporain et l’exemple des collections de l’ESPE de Montauban ». Après une présentation de la mission PATSTEC, ces deux auteurs ont relaté comment leur campagne d’inventaire menée en 2012 à l’ancienne école normale de Montauban a permis d’identifier des pièces rares, de les protéger parmi les monuments historiques et de mettre à l’étude un projet de présentation au public.

5/ Enfin, j’ai présenté « Le Musée de l’Institut colonial de Marseille : outil pédagogique d’hier et d’aujourd’hui ». Parmi les différentes collections présentent au sein de l’Université d’Aix-Marseille le Musée Colonial de Marseille avait pour objectif, à sa création, de faire le bilan des richesses naturelles coloniales, de les étudier et de les utiliser pour « instruire par la parole ». Après une description de l’institut et de ses collections, j’ai abordé ses usages passés et montré comment ces collections s’intègrent toujours dans le paysage universitaire pour la diffusion des savoirs.

Pour conclure, les différentes communications de la session relative au patrimoine universitaire dans l’enseignement ont mis en lumière les faiblesses et les atouts d’un patrimoine considérable qui reste malgré tout largement méconnu. Les exemples présentés lors de ces journées d’étude soulignent la grande richesse et la grande diversité des collections universitaires. Encore conservées dans leur contexte scientifique et toujours utilisées, ces collections sont restées associées à de nombreux savoirs qui leur confèrent aujourd’hui une valeur inestimable. Enfin ces différentes communications ont également souligné la grande disparité dans leur prise en compte au sein des universités.

Pour plus d’information :

Vous pouvez accéder aux résumés de toutes les communications à l’adresse suivante : http://caoa.fr/spip.php?article177

Les actes du colloque seront publiés en 2017.

Réflexions autour du patrimoine scientifique d'Aix-Marseille Université