Archives par mot-clé : Histoire de l’université

D’hier à aujourd’hui: les BU d’Aix-Marseille dans leurs locaux successifs (2)

Ce billet fait suite à celui qui a été publié le 24 mai 2016.

Vers l’installation des facultés aixoises dans le quartier des Fenouillères (actuel quartier des Facultés)

Au tournant du siècle, on n’entrevoit aucune évolution supplémentaire à court terme pour les locaux des différentes bibliothèques. L’extension réalisée dans la bibliothèque universitaire d’Aix satisfait provisoirement les besoins, mais face à la diversification des enseignements et à l’augmentation des effectifs, le besoin de place se fait à nouveau sentir à partir des années 1920. A compter de cette période, les récriminations des bibliothécaires quant à l’exiguïté de leurs locaux vont croissant. Il faut dire qu’en 1930, la bibliothèque compte plus de 80 000 volumes, contre 144 seulement cent ans plus tôt1

Divers projets voient alors le jour. En 1932, on envisage d’étendre la bibliothèque dans un troisième hôtel particulier, l’hôtel de Saporta, par le percement d’une cloison. L’année suivante, on examine une solution de chaises musicales: la bibliothèque entière serait déménagée boulevard du Roi-René, dans les locaux du Museum d’histoire naturelle,  lequel serait déplacé rue Espariat (là où il est actuellement)2.

En 1936, les choses se précisent. La municipalité donne à l’université un terrain dans le quartier des Fenouillères, près du jardin public. Le projet est de rassembler les deux facultés et de construire une bibliothèque qui constituerait un bâtiment à part au lieu d’occuper des salles de la faculté3. La commande est initialement passée au duo d’architectes Pierre Sardou4 et Jean Boët5, qui imaginent pour l’université un bâtiment fortement inspiré de la Villa Médicis à Rome. Les plans sont validés et les travaux commencent en 1939, mais ces derniers sont très ralentis par la guerre.

Les aménagements marseillais du début du XXe siècle

Pendant ce temps, le dynamisme de la Faculté des sciences rend les locaux des allées de Meilhan très rapidement insuffisants. Moins de trente ans après l’installation initiale, les réclamations contre l’exiguïté du bâtiment s’enchaînent. La municipalité et l’Etat entendent ces plaintes, et entendent procéder aux agrandissements demandés. Entre le deuxième semestre de l’année 1882 et le premier semestre de 1883, les deux parties s’accordent à construire une nouvelle faculté des sciences sur le plateau Longchamp, l’Etat participant pour le tiers des coûts, mesure alors exceptionnelle. Il s’agissait de regrouper au même endroit musée, observatoire, jardin zoologique et faculté des sciences. Cependant, en raison de coûts trop élevés et de l’opposition d’une partie des professeurs et des élites locales, le projet est abandonné dans l’année suivante, malgré la pose en grande pompe de la première pierre6.

En 1885, la municipalité a abandonné le projet de Longchamp, mais pas celui d’une nouvelle faculté. Elle propose l’ancien cimetière Saint-Charles, transféré à Saint-Pierre, comme nouveau lieu. Dans le même mouvement, elle réclame toujours plus vivement la transformation de l’école de médecine en faculté ainsi que le transfert du chef-lieu d’académie et des facultés de droit et de lettres, afin de créer l’université de Marseille. Ce point en particulier cristallise les oppositions et participe du retard considérable pris par le projet. Un concours d’architecte est lancé en décembre 1895; il est remporté par Victor Blavette, mais le début des travaux est encore différé. En 1900, rien n’était encore fait7.

L’architecte produit plusieurs séries de plans (1897, 1902, 1911) au fur et à mesure que le projet évolue et que les ambitions sont revues à la baisse. L’organisation générale reste la même: une cour centrale dessine quatre ailes consacrées respectivement aux sciences naturelles, à la chimie, à la physique et aux mathématiques, et à l’administration centrale. Les simplifications successives conduisent à proposer sur les plans finalement validés quatre pavillons indépendants8. Pendant que ces tergiversations se poursuivent, les cours et les laboratoires doivent trouver des solutions pour pouvoir fonctionner. Des locaux sont prêtés par l’école de médecine au Pharo; en 1903, la faculté acquiert l’ancien couvent de carmélites de la rue Reinard9. Après de nombreux allers-retours entre la faculté, le ministère et la ville, la construction de la nouvelle faculté à Saint-Charles, toujours sur les plans de Blavette, est enfin validée10. Les travaux débutent en 191111.

Construction du bâtiment de sciences naturelles du site Saint-Charles en 1911. Photo © Culture et patrimoine scientifique, Aix-Marseille Université.

La Ville de Marseille finance intégralement la nouvelle construction. Cependant, ses finances ne permettent pas de réaliser tout le programme; aussi renonce-t-on provisoirement au somptueux bâtiment administratif qui devait représenter la moitié des coûts. Celui-ci devait accueillir les services généraux, un grand amphithéâtre, la bibliothèque et l’appartement du doyen. Il ne sera en réalité jamais réalisé, ce qui a provoqué un immense retard dans le déménagement de la bibliothèque pour rejoindre les laboratoires. Les pavillons de Blavette sont achevés en 1914, mais avant que la faculté puisse s’installer, ses nouveaux locaux sont mis à disposition de l’armée par la municipalité. Il a fallu attendre 1917 pour que les laboratoires puissent déménager; l’ensemble n’est complètement fonctionnel qu’en 1922. La bibliothèque, elle, reste dans ce que l’on appelle désormais la « vieille faculté ».

Cette situation n’est absolument pas satisfaisante. En effet, les collections ont cru considérablement en parallèle des enseignements scientifiques. Dans les années 1910, chaque année, le rapport du conseil des facultés ne cesse de dénoncer l’incommodité de l’installation des magasins et des salles de lecture. Pour l’année 1912-1913, il décrit la situation suivante:

D’autre part, la bibliothèque est comme la salle de travail des professeurs et surtout des étudiants dans l’intervalle des cours. Aux allées des Capucines la bibliothèque est un passage et de plus déborde aujourd’hui dans les couloirs et toutes les pièces voisines. Elle est la plus riche en collections de périodiques de toutes les bibliothèques d’Université de province. La disposition actuelle ne permet ni d’y travailler ni de profiter de ses richesses.

[…]

L’encombrement y est actuellement à son comble. Il a été remédié dans une faible mesure à cet état de choses par l’établissement, aux frais de la ville de Marseille, d’étagères installées dans le petit amphithéâtre.

De fait, au fur et à mesure des déménagements des différents laboratoires vers les nouveaux locaux de Saint-Charles, la bibliothèque grignote tout l’espace disponible pour ranger ses collections. Après le départ du dernier laboratoire, puisque le bâtiment central du plan Blavette ne semble pas prêt de sortir de terre, des subventions permettent de restructurer l’organisation du bâtiment, désormais tout entier consacré à la bibliothèque. Dans son rapport annuel pour 1921-1922, le conseil s’en félicite :

Grâce à des subventions du ministère et de l’Université, l’installation de la bibliothèque de la Faculté des Sciences a pu s’effectuer en grande partie, et l’antique capharnaüm où nos malheureux livres s’empilaient au petit bonheur a été remplacé par des salles claires et commodes, où ils pourront attendre patiemment le jour, sans doute encore lointain, où une Bibliothèque monumentale complètera les Instituts de Saint-Charles .

Le pessimisme du conseil quant à la construction de la nouvelle bibliothèque s’est avéré justifié. A la veille de la Seconde guerre mondiale, on ne voit toujours rien venir, et depuis le haut de la Canebière, les bibliothécaires déplorent chaque année dans leurs rapports annuels le manque de place et l’incommodité de leur éloignement par rapport aux lieux d’enseignement et de recherche12.

De son côté, la bibliothèque de médecine apparaît elle aussi trop petite pour accueillir collections en accroissement constant et public à la fréquentation en hausse. Lors de la transformation longtemps attendue de l’école de médecine en faculté, on voit apparaître dans le rapport annuel de la bibliothèque universitaire une section médecine. Le commentaire sur les locaux est sans appel :

A la Section de Médecine, le manque de place, il y a quelques mois, était tel que l’on en était réduit au système déplorable de disposer les volumes sur deux rangées. Heureusement, une nouvelle salle vient d’être aménagée pour recevoir ceux-ci et nous pouvons être tranquilles pour quelques temps. Toutefois, il ne faut pas s’illusionner sur l’ensemble du local qui ne saurait avoir un bien long avenir devant lui, les salles des professeurs et des étudiants étant de dimensions trop modestes pour le public d’une Faculté de Médecine.

Malgré les récriminations répétées du bibliothécaire en chef, il n’y a aucune évolution de ces locaux. Le seul changement intervient en 1929-1930, lors du transfert des laboratoires et des enseignements de pharmacie dans les locaux de la rue Auguste Blanqui, désertés par la faculté des sciences. Une annexe est créée l’année suivant le déménagement des laboratoires, aboutissant à la séparation de la collection du Pharo entre ouvrages de médecine et de pharmacie. Ce statu quo demeure jusqu’à l’entrée en guerre.

Les effets de la Seconde guerre mondiale sur les bibliothèques de sciences et de médecine de Marseille

Le conflit touche durement les bibliothèques marseillaises, et en particulier la bibliothèque de médecine. Le palais du Pharo, à l’entrée du Vieux Port, paraît particulièrement exposé : des mesures de prévention sont prises à l’égard des collections les plus précieuses, celles-ci étant transférées dans le local de la section des sciences, puis hors de Marseille, et ce dès l’année 1939. Une partie des collections13 est déménagée à la fin de l’année 1942 au siège du Service régional de la santé, qui met deux salles à disposition pour la bibliothèque rue Saint-Sébastien.

Le franchissement de la ligne de démarcation par les Allemands en novembre 1942 vient aggraver la situation. Le 21 mai 1943, les occupants décident de réquisitionner tout le premier étage du palais du Pharo, incluant les volumes de la bibliothèque, qui doit être déménagée en urgence. Le personnel peut compter sur le soutien du doyen de la faculté de médecine, qui obtient un court délai et trouve un local d’accueil, au Centre d’hygiène mentale de la Timone, sis au boulevard Baille. Ce qu’il restait de collections récentes, à savoir les thèses et toutes les revues en abonnement depuis 1935 est transféré dans une troisième salle de la rue Saint-Sébastien. Au total, entre le 26 mai et le 2 juin, 200 000 volumes sont déménagés, et doivent être stockés à même le sol dans un local non prévu pour l’accueil de livres. L’ordre de réquisition est levé le soir même de l’achèvement du déménagement. Quelques jours plus tard (le 22 juin), le Service de la Défense Passive, installé au sous-sol de la bibliothèque de sciences, cherche à en réquisitionner le premier étage pour y installer ses bureaux, mais devant les protestations, ce projet est abandonné.

Au début de l’année 1944, il reste encore au Pharo la collection des thèses françaises (à l’exception des plus récentes) et étrangères, ainsi que le Journal Officiel. L’ensemble du bâtiment est réquisitionné par l’autorité occupante, qui s’y installe et piège à l’explosif le sous-sol, où sont situés les magasins contenant les collections restantes. En février, le bibliothécaire en chef parvient à faire évacuer les collections, qui sont entreposées dans un quatrième local, rue Mission-de-France. Il récupère également l’essentiel des boiseries constituant les rayonnages des salles du premier étage, avant de devoir interrompre une opération considérée par les Allemands comme du sabotage. Un nouveau local est trouvé à la Timone : il s’agit du nouveau bâtiment destiné aux aliénés. On entreprend de mettre un peu d’ordre dans les collections mise à l’abri au Centre d’hygiène mentale, après les avoir déplacées dans ce nouvel emplacement. Entre-temps, l’armée allemande avait ordonné la fermeture de l’université (le 15 mars 1944), à cause de l’imminence du débarquement allié.

Les combats pour la Libération, durant l’été 1944, aggravent encore la situation. Côté médecine, on n’a que l’interruption provisoire du chantier de déménagement et de réorganisation des collections à la Timone à déplorer14. En revanche, à la bibliothèque de sciences, la situation devient rapidement critique. Pour préparer le débarquement de Provence, les Alliés ont bombardé intensément la ville de Marseille ; le bombardement le plus destructeur a été celui du 27 mai15. Ce jour-là, une bombe tombe sur le balcon de la bibliothèque, côté Canebière, crevant la façade, soufflant les vitres, détruisant les fenêtres et provoquant la chute de toutes les cloisons, sans faire de blessés. Au deuxième étage, le plafond de la salle des périodiques manque de s’écrouler, mais tient bon. D’autres ne sont pas aussi robustes. Deux mois plus tard, le 25 août, un obus allemand vient percer la toiture du côté des Allées Gambetta, côté qui avait été jusqu’alors épargné, entraînant l’effondrement d’une grande partie du plafond du magasin des périodiques. La structure de l’édifice est fragilisée : le 31 août, c’est le plafond de la salle de lecture du premier étage qui s’effondre16.

La bibliothèque de sciences après le bombardement du 27 mai 1944. Façade côté Canebière. Archives du SCD (Aix-Marseille Université)
La bibliothèque de sciences après le bombardement du 27 mai 1944. Façade côté Canebière. Archives du SCD (Aix-Marseille Université)

Ces sinistres n’ont fait aucun blessé et n’ont pas entraîné de pertes significatives de collections, mais ont rendu la bibliothèque inutilisable.  Des réparations provisoires sont effectuées, mais un violent orage les met à mal au début du mois d’octobre, provoquant une inondation. Les services d’architecture compétents estiment que le bâtiment n’est pas réparable, et il faut envisager en urgence le déménagement de la bibliothèque. Le quatrième bâtiment de Saint-Charles n’existant toujours que sur les plans de l’architecte, il est nécessaire de dégager des espaces pour accueillir ouvrages, bureaux et salles de travail dans les bâtiments existants. Quatre salles sont alors aménagées au deuxième étage du bâtiment de Physique-Mathématiques, un ancien amphithéâtre étant converti en salle des professeurs et un couloir en salle des usuels. Les magasins sont aménagés directement sous les combles, au-dessus des deux salles de lecture et du cabinet de la bibliothécaire. Le déménagement peut être opéré au début de l’année 1945 ; l’installation provisoire va durer presque dix ans.

La Libération amène de nouvelles surprises : le 3 novembre 1944, les troupes américaines réquisitionnent le local où les livres avaient été mis à l’abri. Sans attendre que les bibliothécaires viennent effectuer le déménagement, les soldats font sauter les cadenas et commencent à entasser les ouvrages en vrac dans des camions, ce qui entraîne de nombreuses pertes17. Finalement, la plus grande partie de ces ouvrages est répartie entre les locaux de la rue Mission-de-France où sont déjà les thèses, et un nouveau lieu, le sous-sol du Centre de la recherche scientifique, situé rue Saint-Sébastien, tandis que montants et rayonnages sont entreposés au Pavillon d’Anatomie. A la fin de l’année 1945, seules les salles de la rue Auguste Blanqui (pour la pharmacie) et celles du centre régional de la santé rue Saint-Sébastien (pour la médecine) restent accessibles au public, le reste étant dispersé entre les sous-sols de la rue Mission-de-France et ceux de la rue Saint-Sébastien. En 1946, le retour au Pharo apparaît nécessaire, mais les difficultés sont immenses :

Malheureusement, ce transfert n’est pas immédiatement réalisable, en raison de l’état du bâtiment très endommagé par la guerre et de la présence de nombreux occupants. Les salles affectées à la Bibliothèque sont inhabitables, les fenêtres n’ont pas de vitre et les planchers sont crevés à certains endroits. Il est impossible d’y transporter les livres, d’autant plus qu’avec les réparations en cours, le local est un véritable chantier. Les travaux n’avancent, du reste, pas vite, et on se heurte dans leur exécution à d’innombrables difficultés.

La bibliothèque réintègre partiellement ses anciens locaux du premier étage du Pharo dans l’été 1947, avec sensiblement les mêmes problèmes que ceux qui se posaient avant la guerre, et en particulier celui de l’absence d’une salle pour les professeurs. En 1950, la bibliothèque ne peut offrir que 60 places à ses lecteurs, et les bibliothécaires sont parfois obligés de refuser du monde à cause de l’affluence18.

Les nouvelles constructions de l’après-guerre

Au lendemain de la guerre, de nombreux chantiers deviennent non seulement nécessaires, mais aussi urgents. Il ne s’agit pas seulement de réparer et d’aménager les espaces existants, mais d’en créer de nouveaux, plus adaptés aux besoins d’une population estudiantine en forte croissance.

A Aix, le chantier des nouvelles facultés reprend après la Libération, mais manque d’être interrompu en 1947. A cette date, une campagne d’opinion favorise un projet concurrent, proposé par l’architecte Formigé19. Plutôt que de s’excentrer considérablement (à l’époque, le quartier des Fenouillères est très en-dehors de la ville), les porteurs de ce projet souhaitent rester dans le centre historique, et faire réaménager les vieux hôtels de la place Saint-Sauveur, ce qui nécessitait des travaux lourds et un certain nombre d’expropriations20. Ce projet est finalement abandonné, au grand soulagement du conservateur en chef de la bibliothèque, qui préfère nettement le projet lui offrant des locaux neufs et expressément prévus pour abriter une bibliothèque, pour la première fois dans l’histoire de l’université d’Aix-Marseille21.

Façade de la bibliothèque de droit au moment de sa construction, côté salle de lecture des étudiants. Image extraite de Guy de Tournadre, La Bibliothèque des facultés d'Aix-en-Provence. Droit et sciences économiques, lettres et sciences humaines, Aix-en-Provence, Université d'Aix-Marseille (s.d.)
Façade de la bibliothèque de droit au moment de sa construction, côté salle de lecture des étudiants. Image extraite de Guy de Tournadre, La Bibliothèque des facultés d’Aix-en-Provence. Droit et sciences économiques, lettres et sciences humaines, Aix-en-Provence, Université d’Aix-Marseille (s.d.)

Les plans de cette bibliothèque sont en réalité déjà presque obsolètes à l’ouverture. En effet, ils ont été initialement dressés en 193622 ; ils sont repris en 1950 et validés par le ministère l’année suivante. Les travaux durent trois ans, de 1952 à 1955. Entre-temps, le projet a changé d’architecte, suite à la mort de Jean Boët puis de Pierre Sardou. L’ensemble du chantier est confié à un autre duo d’architectes, acteurs majeurs des constructions d’après-guerre dans la région : Fernand Pouillon et René Egger23. Les travaux étant déjà engagés lorsqu’ils prennent le chantier en main, ils respectent les plans de leurs prédécesseurs, prenant surtout en charge l’aménagement intérieur24. L’ensemble est achevé pour la rentrée de l’année 1953-1954. Fernand Pouillon prend ensuite seul en charge la construction de la nouvelle bibliothèque universitaire. Celle-ci peut ouvrir au public dès la rentrée 1956, mais l’inauguration n’a lieu que deux ans plus tard, car des problèmes budgétaires ont empêché qu’elle soit dotée de son mobilier complet dès le départ.

La disposition intérieure est très classique. En entrant, le lecteur arrive immédiatement à la salle des catalogues, à côté de laquelle est placé un bureau de bibliothécaire. A gauche, les étudiants bénéficient d’une vaste salle de lecture, lumineuse, dotée de très grandes tables et d’usuels en nombre très restreint, les autres ouvrages devant être demandés à la banque d’accueil pour être consultés. De l’autre côté, une salle est réservée aux professeurs. Un autre bureau de bibliothécaire est installé à proximité de cette salle. Une salle dotée d’un mobilier spécifique est réservée aux périodiques; bureaux et espaces de travail sont répartis soit dans les magasins (pour les magasiniers), soit de l’autre côté du patio (pour le conservateur et ses collaborateurs directs). L’appartement du conservateur est aménagé à l’étage, juste au-dessus de son bureau.

Salle de lecture des étudiants de la BU droit juste après sa construction. Image extraite de Guy de Tournadre, La Bibliothèque des facultés d'Aix-en-Provence. Droit et sciences économiques, lettres et sciences humaines, Aix-en-Provence, Université d'Aix-Marseille (s.d.)
Salle de lecture des étudiants de la BU droit juste après sa construction. Image extraite de Guy de Tournadre, La Bibliothèque des facultés d’Aix-en-Provence. Droit et sciences économiques, lettres et sciences humaines, Aix-en-Provence, Université d’Aix-Marseille (s.d.)

La bibliothèque n’a fonctionné qu’une dizaine d’années dans sa disposition d’origine. En effet, dès l’époque de l’inauguration, il est question de séparer les facultés de droit et de lettres. Le divorce est officiel en 1967, peu avant l’éclatement des universités. A cette date est construite une nouvelle faculté des lettres, sur des plans de l’ancien associé de Fernand Pouillon, René Egger, accompagnée de sa propre bibliothèque universitaire. Il y aura donc désormais une section de lettres dans les bibliothèques universitaires d’Aix-Marseille. Le partage des collections n’est pas facile, et concerne également la réserve patrimoniale. Il est l’objet d’affrontements mémorables entre les historiens, menés par Georges Duby, et les historiens du droit, autour du statut des collections d’histoire du droit et des institutions, particulièrement riches.

Du point de vue de l’organisation, il est prévu au départ que cette nouvelle bibliothèque sera organisée de façon thématique, avec un libre-accès, contrairement à celle qui vient d’être inaugurée. Guy de Tournadre, directeur des bibliothèques universitaires, écrit en 196125 :

« Cette bibliothèque ne sera pas conçue selon le type classique, mais deviendra beaucoup plus adaptée à la recherche avec plusieurs salles correspondant aux grandes disciplines où les livres classés méthodiquement sur les rayons seront accessibles à tous. Cette disposition deviendra courante pour toutes les futures bibliothèques. »

Par ces mots, le conservateur se place dans le courant de l’institution, qui voit l’année suivante la publication des instructions du 20 juin 1962, prônant le rapprochement des bibliothèques universitaires des nouveaux campus et l’accès facilité au libre-accès par les étudiants26.

A Marseille, les choses suivent un calendrier similaire. En 1950, la construction d’une nouvelle bibliothèque de sciences est actée après de longues négociations entre université et ministère. Un terrain est trouvé à proximité immédiate des bâtiments déjà existants. En 1952, c’est la construction d’une nouvelle faculté de médecine et de pharmacie qui est décidée sur les terrains de la Timone, à l’extrémité du boulevard Baille. La bibliothèque n’y est pas indépendante, mais intégrée dans les locaux. Il est prévu d’y rassembler les collections de médecine et de pharmacie.

Ces deux projets ont mis plusieurs années à aboutir. La construction de la nouvelle bibliothèque de sciences est confiée à Fernand Pouillon, et celle de la nouvelle faculté de médecine à René Egger. Cependant, les difficultés s’avèrent nombreuses. A Saint-Charles, les travaux de terrassement s’avèrent plus difficiles et onéreux que prévu ; ensuite, des lenteurs administratives dans l’attribution des marchés conduisent à l’arrêt du chantier pendant plusieurs années. Celui-ci ne démarre véritablement qu’en 1956. La bibliothèque déménage dans ses nouveaux locaux en octobre 1958, mais l’aménagement intérieur n’est alors pas terminé, en-dehors du bloc magasin, empêchant l’accueil du public à la rentrée. Il faut attendre mai 1959 pour pouvoir ouvrir aux étudiants les 250 places de la nouvelle salle qui leur est réservée.

Bibliothèque Saint-Charles. Fichiers catalogues à la fin des années 1950. Archives SCD.
Bibliothèque Saint-Charles. Fichiers catalogues à la fin des années 1950. Archives du SCD (Aix-Marseille Université).

Le déménagement de la bibliothèque de médecine est plus facile. Il s’effectue en juin-juillet 1958, et même s’il manque quelques éléments de mobiliers, la bibliothèque peut fonctionner normalement à la rentrée 1958.

Grande salle de lecture de la nouvelle bibliothèque de médecine à l'ouverture, en 1958. Archives du SCD (Aix-Marseille Université)
Grande salle de lecture de la nouvelle bibliothèque de médecine à l’ouverture, en 1958. Archives du SCD (Aix-Marseille Université)

Il a donc fallu attendre la fin des années 1950 pour que l’université d’Aix-Marseille dispose de locaux spécialement prévus pour ses bibliothèques. Les trois bibliothèques, qui correspondent aux trois sections (droit-lettres, sciences et médecine) de l’époque ont été inaugurées à peu près en même temps. Considérées comme extrêmement modernes, elles ont fait l’objet de visites et d’articles dans la presse professionnelle, tout comme les autres installations universitaires construites en même temps. L’ensemble a fait l’objet d’un reportage réalisé pour le journal télévisé de l’ORTF du 3 novembre 1956, le chantier étant présenté par Constant Vautravers27. Ce reportage est disponible en ligne sur le site de l’INA.

Ces bibliothèques sont toujours celles qui sont utilisées aujourd’hui. Mais leur histoire ne s’arrête pas aux années 1950. Elles se sont en réalité assez vite révélées insuffisantes, surtout face à l’explosion de la démographie étudiante des années 1960. De nouvelles bibliothèques ont été construites, en lettres (actuelle bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines à Aix, ouverte au public en 1967), en sciences (Luminy et Saint-Jérôme, campus dits « à l’américaine » tous deux construits en 1966), en pharmacie (sur le site Timone, lors de la création d’une faculté de pharmacie indépendante en 1972)…Aujourd’hui, le réseau des bibliothèques universitaires d’Aix-Marseille compte 18 équipements, auxquels viennent s’ajouter près de 70 bibliothèques de recherche directement rattachées à diverses composantes ou laboratoires.

D’autre part, ces bibliothèques ont connu de nombreux réaménagements au fil du temps au fur et à mesure que les étudiants et les chercheurs faisaient évoluer leur façon de les fréquenter et de les utiliser. Une nouvelle page est en train de s’écrire à l’heure actuelle, avec de nombreux chantiers. A Aix, une nouvelle bibliothèque de lettres est en train de sortir de terre, dont l’ouverture est prévue pour la rentrée 2017, tandis que l’on s’apprête à rénover entièrement la bibliothèque de droit (la réouverture au public est également prévue pour 2017). A Marseille également, deux chantiers sont en cours ou s’amorcent, avec une nouvelle bibliothèque de sciences économiques et gestion qui s’achève à l’emplacement de l’îlot Bernard-Dubois, en face de la gare Saint-Charles, et un projet de learning center sur le campus de Luminy, (prévu pour la rentrée 2018), dans le cadre du plan campus. Nos bibliothèques n’ont donc pas terminé de s’adapter à toutes les mutations en cours dans le monde universitaire à Aix-Marseille.

Ce billet et le précédent s’appuient largement sur les archives des bibliothèques universitaires, les rapports annuels du Conseil des facultés et les repérages faits dans ces deux sources essentielles par N. Kuntzmann, conservatrice dans les BU d’Aix-Marseille aujourd’hui retraitée.

  1. Rémy Burget, « Histoire de la bibliothèque universitaire de droit et d’économie d’Aix-en-Provence », dans Six siècles de droit à Aix, 1409-2009, dir. Jean-Louis Mestre, Aix, Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2009, p. 125. Voir aussi la série du Rapport annuel du conseil de l’université, qui contient une partie consacrée à la bibliothèque, et quelques statistiques à partir de l’année 1926-1927. []
  2. On trouve quelques détails sur ces projets dans le Rapport annuel du conseil de l’université pour les années 1931-1932 et 1932-1933. []
  3. Rapport annuel du conseil de l’université pour l’année 1935-1936, p. 134-135. Il faut toutefois noter que dès l’année suivante, la situation de crise éloigne la perspective des travaux. []
  4. Ancien élève de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, il est architecte en chef des monuments historiques. []
  5. Il est l’auteur de nombreux monuments dans la région, dont le Théâtre Silvain à Marseille. []
  6. Henri Tachoire, « La création de la première faculté des sciences aux Allées de Meilhan », dans Marseille, 2600 ans de découvertes scientifiques, vol. 2, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2002, p. 171-178. []
  7. Henri Tachoire, Ibid., p. 182-183. []
  8. Florence Marciano, « La faculté des Sciences saint-Charles à Marseille : le grand œuvre de Victor Blavette », dans Livraisons de l’histoire de l’architecture, 13, 2007. []
  9. Il s’agit de l’actuel 92, rue Auguste Blanqui. On trouve actuellement à cette adresse l’École de journalisme et de communication de Marseille et l’Institut de formation des masseurs-kinésithérapeutes de Marseille. []
  10. En plus du fait que la ville de Marseille a longtemps refusé de construire la nouvelle faculté tant que l’Etat ne lui promettait pas le transfert des facultés aixoises, il y avait une querelle au sujet d’une importante subvention versée par l’État pour le projet jamais réalisé de Longchamp. []
  11. Sur tous ces épisodes, voir Henri Tachoire, « Léon Charve, un mathématicien, engage la construction de la nouvelle faculté des sciences », dans Marseille, 2600 ans de découvertes scientifiques, vol. 2, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2002, p. 194-204. []
  12. A partir de l’année 1923-1924, c’est le bibliothécaire en chef qui rédige la partie du rapport annuel consacrée aux bibliothèques. []
  13. Il s’agit des usuels, des publications les plus récentes et d’une sélection de revues courantes, les fascicules étant déplacés à partir de l’année 1939. []
  14. Ce chantier est achevé le 21 juin 1944. []
  15. Ce bombardement a été particulièrement violent: plus de 800 bombes larguées en altitude, 1 752 morts, 2 760 blessés, 1 022 maisons détruites, 8 865 endommagées. Un film de propagande a été tourné par les autorités vichystes et l’occupant nazi pour montrer l’ampleur du désastre (visible sur le site de l’INA, de 0’40 à 1’48). Le haut de la Canebière, au voisinage des Réformés, est montré plusieurs fois. []
  16. Ces destructions sont relatées dans le cahier de statistiques pour l’année 1944, dans les observations du deuxième et du troisième trimestre. Il existe aussi de nombreux rapports pour relater le sinistre et y remédier (archives de la bibliothèque Saint-Charles). []
  17. Ces dernières ont été méticuleusement signalées dans les registres d’inventaire par la suite. []
  18. Ces différentes péripéties sont relatées dans le Rapport annuel du conseil de l’université pour l’année 1943-1944 et celui pour l’année 1944-1945, à la rubrique « locaux ». []
  19. Il s’agit de Jules Formigé, architecte en chef puis inspecteur des Monuments Historiques, fils de Jean-Camille Formigé. []
  20. Voir la brochure de Guy de Tournadre, La Bibliothèque des facultés d’Aix-en-Provence. Droit et sciences économiques, lettres et sciences humaines, Aix-en-Provence, Université d’Aix-Marseille, non daté ni paginé. Ce projet est aussi évoqué dans Sylvain Borzillo, La préparation d’une exposition retraçant l’histoire de la faculté de droit d’Aix-en-Provence, mémoire de Master, Aix-en-Provence, 2008, p. 165-166. []
  21. Le conservateur écrit ceci dans son rapport annuel pour l’année 1955-1956 : « S’il est permis de regretter quelque peu le pittoresque quartier de Saint-Sauveur et ses vieux hôtels, c’est avec plaisir que nous abandonnons les locaux de la Bibliothèque si peu adaptés à leur destination. Ils nous ont valu trop de doléances et il est certain que la nouvelle bibliothèque offrira, au personnel et aux usagers, des facilités de travail auxquelles ils n’étaient pas habitués. » []
  22. Voir le Rapport annuel du conseil de l’université pour l’année 1936-1937. []
  23. On trouve une notice sur René Egger sur le site de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. []
  24. Sur le plan esthétique, Pouillon, qui appartient à une nouvelle génération, n’approuve pas le choix de ses prédécesseurs et qualifie l’imitation de la Villa Médicis de « monstrueuse ». []
  25. Rapport annuel du conseil de l’université pour l’année 1960-1961, p. 210. []
  26. Voir Daniel Lindenberg, « Les bibliothèques dans les politiques éducatives et culturelles », dans Histoire des bibliothèques françaises, IV, Les bibliothèques au XXe siècle, 1914-1990, dir. Martine Poulain, Paris, Promodis, 1992, p. 265. []
  27. Journaliste marseillais très en vue, membre de l’Académie de Marseille, il a été rédacteur en chef du Provençal et a participé à la fondation de l’école de journalisme de Marseille. Il est connu pour être le premier journaliste à s’être déguisé pour se faire enfermer aux Baumettes et témoigner de la vie carcérale. []

D’hier à aujourd’hui: les BU d’Aix-Marseille dans leurs locaux successifs (1)

Ce billet est une reprise de ce qui a été présenté de façon orale le 4 décembre 2015 à la demi-journée « Bibliothèques » du programme Questionner le monde : les outils qui ont fait les sciences sociales (en partenariat avec l’EHESS).

Il s’agit d’une première partie, consacrée à la période ancienne, jusqu’au tournant des XIXe-XXe siècles.

Les villes d’Aix-en-Provence et Marseille peuvent se prévaloir d’une longue histoire universitaire, qui remonte au Moyen-Age, et plus précisément en 1409, date de fondation d’une université à Aix par Louis II d’Anjou, alors roi de Naples, comte de Provence et allié du pape. A cet époque, et durant toute la période de l’Ancien Régime, on enseigne à Aix le droit, la théologie, la médecine et les arts. Cependant, la présence du Parlement de Provence1 permet à l’enseignement du droit de prendre le pas sur les autres disciplines. A cette époque, il n’y a pas de bibliothèque de l’Université à Aix à côté de la faculté de droit : les magistrats et les autres professionnels du droit exerçant leurs talents au parlement possédaient souvent de riches bibliothèques, dont certaines étaient ouvertes au public, et en particulier aux étudiants.

Les choses changent au moment de la Révolution. Toutes les universités sont supprimées le 15 septembre 1793, y compris celle d’Aix. Après cette date, d’autres institutions d’enseignement supérieur se reconstruisent progressivement, à Aix, mais aussi à Marseille. C’est à partir de ce moment-là que les universitaires éprouveront le besoin de disposer de bibliothèques spécifiques à l’institution. Dès lors, l’histoire des bibliothèques universitaires d’Aix et de Marseille est indissociable de celle de la construction de l’université d’Aix-Marseille.

Aux origines, les institutions universitaires du quartier Saint-Sauveur (Aix-en-Provence)

A Aix, l’université était historiquement installée aux alentours de la cathédrale Saint-Sauveur, ce qui est cohérent avec ses origines religieuses. Au XVIIIe siècle, un nouveau est bâti spécialement pour la vénérable institution : il s’agit de l’actuel bâtiment de l’Institut des Études politiques d’Aix, appelé à l’époque « Palais de l’Université »2. Lorsqu’une école de droit est refondée à Aix en 1804, c’est tout naturellement là où avaient lieu les cours de droit une dizaine d’années plus tôt qu’elle s’installe. Cette école devient la faculté de droit de l’Université impériale en 1806, puis la faculté de droit d’Aix-en-Provence, et reste dans ces locaux jusqu’à son aménagement sur l’actuel campus après la Deuxième guerre mondiale.

Palais de l’Université – Ancienne faculté de droit, actuel Institut de science politique d’Aix. Photo JM Campaner, source Wikimedia Commons (CC BY-SA 3.0)

La faculté de droit n’est pas seule dans le quartier Saint-Sauveur. Dès 1810, la faculté de théologie est rétablie ; elle fonctionne jusqu’à sa suppression en 1885. Le Palais de l’Université accueille aussi une faculté de lettres à partir de 1846. Cependant, l’espace est rapidement trop étroit, et la nouvelle faculté vient s’installer dans un hôtel particulier, l’hôtel Maynier d’Oppède, ancienne demeure d’une grande famille de parlementaires aixois3. Construit en 1730 par l’architecte Georges Vallon4, l’hôtel a été décoré par le sculpteur Chastel5. Il est très proche des autres facultés: il n’est séparé du Palais de l’Université que par l’étroite rue du Bon Pasteur.

Hôtel Maynier d’Oppède – Ancienne faculté de lettres, actuel Institut de management public et de gouvernance territoriale. Photo JM Campaner, source Wikimedia Commons (CC BY-SA 3.0)

Ces bâtiments sont d’élégants monuments historiques, dont le cachet donne du prestige à l’institution, mais ils se révèlent assez rapidement mal pratiques. Si le Palais de l’Université a été conçu pour que des enseignements y soient dispensés, ce n’est pas le cas de l’hôtel Maynier d’Oppède, dont les appartements ont été réaménagés en tirant le meilleur parti de l’existant. Aucun des deux bâtiments ne prévoyait d’emplacement pour une bibliothèque. La première est fondée à la faculté de droit en 1833. Ses collections comptent alors 144 volumes (on en dénombre 1675 en 1851). Physiquement, cette bibliothèque est installée dans la salle de délibération de la faculté6.

La création d’un enseignement supérieur à Marseille en médecine, puis en sciences

A Marseille, il n’y avait pas d’enseignement universitaire sous l’Ancien Régime. Cependant, il existait une tradition d’enseignement médical pour la formation des maîtres chirurgiens. Au lendemain de la Révolution, la faculté de médecine n’est pas recréée à Aix. En 1818, une École secondaire de médecine et de pharmacie voit le jour à l’Hôtel-Dieu7. Cette école rencontre un vif succès et ne cesse de croître : elle compte 37 élèves pour l’officiat et 24 pour le doctorat en 1835. En 1893, elle compte 360 étudiants, dont 153 se destinent à la médecine. L’augmentation du nombre de chaires et du nombre d’étudiants rend rapidement les locaux trop exigus : l’école est transférée au pavillon Daviel8 en 1875, puis au Pharo en 18939.

Palais du Pharo et Pavillon d’anatomie (actuel siège de l’université) – Photo Annie Dalbéra, source Wikimedia Commons (CC BY-SA 2.0)

La création de la faculté des sciences est plus compliquée. Marseille appelle de ses vœux la possibilité d’abriter une institution universitaire. Après de nombreux débats et une opposition farouche du côté d’Aix, la faculté des sciences est créée en 1854. Elle est installée dans une ancienne maternité aux allées de Meilhan (actuel haut de la Canebière), après avoir failli voir le jour dans un ancien bâtiment hospitalier de la rue Longue-des-Capucins (local de la Providence) en 1847. Le bâtiment de l’ancienne maternité est repris par l’architecte Ferrié ; les travaux sont terminés en 1858. Le nombre d’étudiants ne cesse d’augmenter : si en 1864, on compte 4 chaires et 13 étudiants, il y a 13 chaires et 177 étudiants en 1898 et 3207 inscrits en 190710.

La Ville de Marseille est très fortement impliquée dans ces créations universitaires. Elle fournit terrains et bâtiments, finance des constructions nouvelles. Pour l’école de médecine, elle met à disposition le palais du Pharo, construit en l’honneur de Napoléon III puis rétrocédé à la Ville par Eugénie après la chute du Second Empire. Non prévu pour abriter un établissement d’enseignement, le palais est réaménagé exhaussé d’un étage pour remplir ses nouvelles fonctions. En 1896, il est agrandi par la construction du Pavillon d’anatomie, actuel siège d’Aix-Marseille Université11.

La guerre d’influence entre Aix et Marseille

Le développement d’un enseignement supérieur à Marseille, presque inexistant sous l’Ancien Régime, ne se fait pas sans résistances. La période est notamment marquée par une guerre d’influence constante entre Aix et Marseille, cette dernière cherchant à asseoir son prestige de métropole coloniale en plein essor par la présence d’une université en son sein. De son côté, Aix s’oppose à ces ambitions, cherchant à préserver son cachet de ville universitaire, juridique et administrative.

Lors de la création des facultés de droit et de théologie à Aix, Marseille avait protesté. On lui promet la faculté des lettres, finalement créée à Aix en 1846. En fin de compte, ce sont de nouvelles disciplines en plein essor qui s’installent dans la cité phocéenne avec la création de la faculté des sciences en 1854. Durant tout le XIXe siècle, Marseille fait valoir ses ambitions, qui sont de créer une université complète dans l’enceinte de sa commune, en rapatriant les enseignements juridiques et littéraires et en transformant l’école de médecine en faculté.

Ce dernier point ne sera acquis qu’en 1930, après de très fortes résistances qui viennent aussi de Paris et Montpellier. En médecine, les étudiants marseillais pouvaient suivre les cours de l’école de médecine (presque tout le cursus au tournant des XIXe et XXe siècles), mais ils devaient aller valider leur thèse dans une ville où il y avait une faculté en bonne et due forme, le plus souvent Montpellier. Le vœu de transformer l’école de médecine de Marseille en faculté est émis dès 1866, et renouvelé avec insistance par les différentes municipalités ; cela est près d’aboutir en 1883, mais rien ne se passe. Montpellier lutte de toutes ses forces contre cette évolution, car elle craint de perdre de nombreux étudiants12.

Ces querelles de préséance entre les différentes villes marquent profondément la vie universitaire. En 1895, la Société des Amis de l’Université de Marseille plaide encore pour une université implantée seulement dans cette ville en ces termes, en évoquant

les raisons invincibles qui, pour tout esprit uniquement soucieux des intérêts de la science et du pays, doivent décider le gouvernement à fonder enfin à Marseille une Université véritable à la place de l’université mort-née, dont une moitié est à Aix, l’autre à Marseille13.

En 1896, la création de l’Université d’Aix-Marseille est mal accueillie. A cette date, les étudiants sont encore peu nombreux : 50 en droit en 1893 ; ils sont environ 120 l’année suivante à suivre régulièrement les cours, parmi lesquels 100 sont Marseillais14.

La polémique continue pendant toute la fin du XIXe siècle. Lorsque les étudiants des facultés aixoises favorables au transfert à Marseille défilent dans cette ville derrière leur doyen « transfériste » ils sont brocardés par la presse aixoise qui les traite de paresseux15. En 1906 encore, on peut lire sous la plume de Jules Charles-Roux :

Il n’existe pas dans le monde une seule ville de 500 000 habitants n’étant pas dotée d’une Université. […] La conception de l’Université d’Aix-Marseille est la plus fausse, la plus stérile de toutes celles qu’on peut imaginer. Les conséquences en sont désastreuses pour les deux villes16.

Tout cela n’est pas sans incidence sur le fonctionnement des différentes facultés et des bibliothèques, car la querelle pousse les deux villes à s’investir lourdement dans le financement des locaux.

Et les bibliothèques universitaires ?

Entre-temps, les bibliothèques s’organisent progressivement en réseau unifié. En 1855, les bibliothèques des facultés doivent être réunies sous l’intitulé « bibliothèque de l’Académie », sous l’autorité du recteur. A partir de 1873, les étudiants commencent à payer un droit de bibliothèque, et on voit apparaître le terme de « bibliothèques universitaires » en 1878, lorsque le ministère décide de les organiser officiellement sur tout le territoire17.

La bibliothèque universitaire d’Aix voit le jour le 26 novembre 1879. Elle est constituée à partir des bibliothèques de droit, de lettres et de théologie. Elle commence à fonctionner en mode rassemblé à partir de 1881 : elle est alors composée d’une salle de lecture de 40 places, d’un bureau pour le bibliothécaire et de magasins dans les combles. Le manque de place est assez vite sensible : la bibliothèque colonise diverses salles au premier étage de la faculté et envisage des extensions. Elle finit par occuper la Salle des Actes, avec des livres qui sont placés à plus de 5 mètres de hauteur.

Bibliothèque universitaire de Droit-Lettres (photo 1929, locaux historiques). Source: Guide de l'étudiant, université d'Aix-Marseille, année 1929-1930 (Bibliothèque de Droit et science politique, Aix, 51001/B Réserve)
Bibliothèque universitaire de Droit-Lettres (locaux historiques). Source: Guide de l’étudiant, université d’Aix-Marseille, année 1929-1930 (Bibliothèque de Droit et science politique, Aix, 51001/B Réserve)

De son côté, la bibliothèque de la faculté des sciences est constituée en 1880 à partir de la réunion des multiples bibliothèques de laboratoire qui existaient alors. Installée aux Allées de Meilhan, elle se trouve au rez-de-chaussée du bâtiment. Elle semble avoir donné satisfaction jusqu’au début du XXe siècle. La bibliothèque du Pharo fonctionne sur le même principe. Logée dans le bâtiment de l’école de médecine, elle a trouvé place dans une série d’anciens salons de réception au premier étage, avec une hauteur sous plafond de 4,5m, ce qui impose un système d’échelles. Ses grandes fenêtres sont exposées au mistral qui les endommage périodiquement et il n’y a pas de salle des professeurs.

Bibliothèque universitaire de sciences, Marseille (photo 1929, locaux de la Canebière). Source: Guide de l'étudiant, université d'Aix-Marseille, année 1929-1930 (Bibliothèque de Droit et science politique, Aix, 51001/B Réserve)
Bibliothèque universitaire de sciences, Marseille (locaux de la Canebière). Source: Guide de l’étudiant, université d’Aix-Marseille, année 1929-1930 (Bibliothèque de Droit et science politique, Aix, 51001/B Réserve)

Dans toutes ces bibliothèques, le principe d’aménagement est comparable: on y trouve une salle de lecture avec des usuels, un bureau pour le bibliothécaire et des magasins inaccessibles au public. Elles sont toutes aménagées dans des locaux qui n’ont jamais été construits pour cette fonction. Quand les livres débordent l’espace disponible, la bibliothèque colonise les locaux avoisinants en les transformant en magasins.

Dans les premières décennies du XXe siècle, le problème de place devient crucial pour la bibliothèque aixoise. En 1907, le bibliothécaire rapporte dans son rapport annuel que « l’absence de rayons ne permettra plus bientôt de se servir des livres, qui resteront entassés dans des caisses18 ». Des solutions sont envisagées. Un premier projet de déménagement est validé en 1909 dans l’ancien hôtel de l’Archevêché, où la salle de lecture doit être placée au premier étage et les magasins au deuxième. Cependant, durant l’été, la Ville d’Aix installe dans ces locaux un musée d’art chrétien19 et le projet est abandonné, faute de possibilité pour les deux institutions de cohabiter dans le même bâtiment sans graves inconvénients20.

Les récriminations des bibliothécaires et de la faculté à l’égard de la situation de la bibliothèque s’enchaînent alors : la bibliothèque a besoin de davantage de place pour ranger ses 30 000 volumes, tandis que la faculté veut récupérer certaines salles dont elle a besoin pour fonctionner. En 1912, un pont est construit par-dessus la rue du Bon-Sauveur pour joindre la faculté de droit et celle des lettres ; la bibliothèque peut donc s’étendre sur les locaux de la faculté des lettres. Le réaménagement lui permet d’offrir une salle de lecture réservée aux professeurs, ce qui n’existait pas auparavant, mais les rayonnages sont toujours hauts de plus de 3 mètres21. Cette solution semble temporairement satisfaisante.

A suivre prochainement : un deuxième billet consacré au XXe siècle…

  1. Le terme de parlement désigne à l’époque une cour de justice. []
  2. Datant de 1734, il a été construit par l’architecte Georges Vallon. []
  3. Le bâtiment est aujourd’hui occupé par l’Institut de management public et de gouvernance des territoires (IMPGT). []
  4. Sur l’architecte aixois Georges Vallon, également auteur du grenier à blé (bâtiment abritant aujourd’hui une poste et une annexe de la bibliothèque municipale), voir la notice de la Provence historique : Jean Boyer,  « L’ancien grenier à blé d’Aix. Les Vallon », dans Provence historique, 10(40), 1960, p. 125-126. []
  5. Jean Pancrace Chastel, né en 1726 à Avignon, est mort à Aix en 1793. Il est notamment l’auteur du décor sculpté du grenier à blé de la place de l’Hôtel de Ville d’Aix. Voir André Alauzen et Laurent Noet, Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marseille, Jeanne Laffitte,‎ 2006, p. 120. []
  6. Rémy Burget, « Histoire de la bibliothèque universitaire de droit et d’économie d’Aix-en-Provence », dans Six siècles de droit à Aix, 1409-2009, dir. Jean-Louis Mestre, Aix, Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2009, p. 125. []
  7. C’est l’actuel hôtel Intercontinental. []
  8. Ce bâtiment, situé à proximité de l’hôtel de ville, abritait auparavant le tribunal de Marseille ; ce sont aujourd’hui des services annexes de la mairie. []
  9. Sur l’histoire de l’enseignement de la médecine à Marseille au XIXe siècle, voir Marc Aubert, « La médecine à Marseille au XIXe siècle », dans Provence historique, 172, 1993, p. 198-204. []
  10. Voir Florence Marciano, « La faculté des Sciences saint-Charles à Marseille : le grand œuvre de Victor Blavette », dans Livraisons de l’histoire de l’architecture, 13, 2007. []
  11. Voir la notice de Frédéric Rimattei, « Bref historique de la Faculté de Médecine et Pharmacie de Marseille », dans Revue d’histoire de la pharmacie, 41 (137), 1953, p. 66-67. []
  12. Sur l’opposition d’Aix et de Montpellier au transfert des facultés aixoises à Marseille et à la transformation de l’école de médecine en faculté, voir Henri Tachoire, « Les rivalités régionales », dans Marseille, 2600 ans de découvertes scientifiques, vol. 2, Aix, Publications de l’Université de Provence, 2002, p. 53-58. Il cite notamment Salomon Bédarride, maire d’Aix, qui, en 1882, écrit en conclusion de son violent réquisitoire contre la création de facultés à Marseille adressé au maire de Montpellier : « unissons nos efforts contre l’ennemi commun » ! []
  13. Auguste Bouge, Une Université à Marseille, discours prononcé […] à l’Association générale des étudiants de Marseille le 2 mai 1897, Marseille, Typographie Barlatier, Société des Amis de l’Université de Marseille, 1897. Cité par Henri Tachoire, « Les rivalités régionales », dans Marseille, 2600 ans de découvertes scientifiques, vol. 2, Aix, Publications de l’Université de Provence, 2002, p. 49. []
  14. Ces chiffres sont tirés de la brochure polémique de la Société des amis de l’université de Marseille, L’Université de Marseille devant l’opinion publique, Marseille, Société des Amis de l’Université de Marseille, 1895, p. 12-13. Elle cite 300 étudiants inscrits, et parmi ceux qui fréquentent régulièrement les cours, 100 Marseillais et 16 Aixois. Elle évoque une quinzaine d’étudiants aixois pour la faculté de lettres, sans donner de chiffres plus globaux. []
  15. Voir Le Mémorial d’Aix, 14 novembre 1901. []
  16. Jules Charles-Roux, Souvenirs du passé, le Cercle artistique de Marseille, Paris, Alphonse Lemerre, 1906, p. 482. Cité par Henri Tachoire, « Les rivalités régionales », dans Marseille, 2600 ans de découvertes scientifiques, vol. 2, Aix, Publications de l’Université de Provence, 2002, p. 57. []
  17. Voir Rémy Burget, « Histoire de la bibliothèque universitaire de droit et d’économie d’Aix-en-Provence », dans Six siècles de droit à Aix, 1409-2009, dir. Jean-Louis Mestre, Aix, Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2009, p. 126. []
  18. Rapport annuel du Conseil de l’Université. Compte-rendus des travaux des facultés et école et rapports sur les concours, Aix, Paul Pourcel, 1908, p. 33. []
  19. A l’emplacement de l’actuel Musée des Tapisseries. []
  20. Rapport annuel du Conseil de l’Université. Compte-rendus des travaux des facultés et école et rapports sur les concours, Aix, Paul Pourcel, 1910, p. 44-45. []
  21. Rapport annuel du Conseil de l’Université. Compte-rendus des travaux des facultés et école et rapports sur les concours, Aix, Paul Pourcel, 1912, p. 28. []