Regards sur le patrimoine mobilier de l’enseignement scolaire et universitaire : les 30èmes journées d’études de l’association des conservateurs des antiquités et objets d’art de France

Depuis 1986, les journées d’études de l’association des conservateurs des antiquités et objets d’art de France proposent des rencontres professionnelles et des échanges d’expériences autour d’un thème spécifique relevant du patrimoine mobilier. En 2016, c’est à Cahors (Lot), du 29 septembre au 1ier octobre que se sont déroulées les 30èmes journées d’études consacrées au patrimoine scolaire, de l’école primaire jusqu’à l’université.

En associant des professionnels de la conservation et de la restauration, des chercheurs et des universitaires, des associations et des enseignants, ces journées ont permis de présenter cette forme particulière de patrimoine mobilier qu’est le patrimoine de l’enseignement scolaire et universitaire. Elles ont également permis de s’interroger sur les pratiques actuelles des acteurs des Monuments Historiques et des autres disciplines relevant du champ culturel (musées, ethnologie, inventaire, …), visant à l’étudier, le sauvegarder et le faire connaître.

Les communications se sont organisées autour des 4 thèmes:

– La reconnaissance institutionnelle pour le patrimoine de l’enseignement : monuments historiques et/ou musées ;

– Le patrimoine de l’enseignement, avec le mobilier et matériel scolaires comme supports de la pédagogie et l’art à l’école ;

– Connaître et protéger le patrimoine de l’enseignement : illustration avec la commande publique du 1% artistique et le patrimoine à l’Université.

– Transmettre le patrimoine de l’enseignement : l’école au musée, les musées de l’école et la réhabilitation des établissements scolaires.

La thématique du patrimoine à l’Université y a été abordée avec 5 communications :

1/ C’est l’Université de Montpellier avec l’intervention d’H. Palouzié (Conservatrice des antiquités et objets d’art de l’Hérault) et de C. Ducourau-Girard (Conservatrice du patrimoine, Directrice de la culture scientifique et du patrimoine historique, Université de Montpellier) qui a ouvert la session. Intitulée « Les collections des Universités de Montpellier : de l’objet d’étude à l’objet de musée », cette communication a porté sur les objets d’enseignement et sur le mode de diffusion du savoir au 19e siècle à partir de modèles anatomiques en série et de la science médicale en carton-pâte. Cette communication a mis en évidence que les modèles d’anatomie artificielle sont avant tout des objets didactiques à caractère pédagogique.

2/ Ce sont ensuite J. Boustié (Professeur, Chargé de mission CST à l’Université de Rennes 1) et M. Lemaire (Chargée de collections muséales à l’Université de Rennes 1) qui ont présenté « Les collections scientifiques de l’Université de Rennes 1. Un patrimoine à découvrir au service de l’enseignement et de la recherche ». Ces auteurs ont mis l’accent sur la qualité, le nombre des objets détenus mais aussi et surtout sur la palette des disciplines que présente le patrimoine universitaire : archéologie, botanique, géologie, physique, chimie, électronique, informatique, mathématiques, zoologie, livres et documents, beaux-arts. Ils ont ensuite insistés sur le témoignage que constituent ces collections pour la recherche et la diffusion des savoirs.

3/ D. Issenmann, Chargée des collections au Jardin des Sciences de l’Université de Strasbourg a présenté une communication sur la thématique de la préservation : « Comment préserver et valoriser le patrimoine des sciences physiques ? L’exemple de la collection pédagogique de l’Institut Le Bel ». D. Issenmann a montré comment, dans le cadre d’un partenariat avec le Service régional de l’Inventaire, l’Université de Strasbourg a réussi à préserver, au gré d’un déménagement, une collection d’instruments pédagogiques en sciences physiques. Outre les enjeux et les modalités de sauvegarde, de préservation des objets, cette communication a souligné l’importance de documenter les instruments et de collaborer avec les enseignants chercheurs.

4/ S. Tomezak (Chargée de l’inventaire et de la valorisation au sein de la mission PATSTEC-MIP, Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées) et E. Moureau (conservateur des antiquités et objets d’art du Tarn-et-Garonne) ont présenté « PATSTEC, un futur patrimoine de la recherche : les missions conduites pour le patrimoine scientifique contemporain et l’exemple des collections de l’ESPE de Montauban ». Après une présentation de la mission PATSTEC, ces deux auteurs ont relaté comment leur campagne d’inventaire menée en 2012 à l’ancienne école normale de Montauban a permis d’identifier des pièces rares, de les protéger parmi les monuments historiques et de mettre à l’étude un projet de présentation au public.

5/ Enfin, j’ai présenté « Le Musée de l’Institut colonial de Marseille : outil pédagogique d’hier et d’aujourd’hui ». Parmi les différentes collections présentent au sein de l’Université d’Aix-Marseille le Musée Colonial de Marseille avait pour objectif, à sa création, de faire le bilan des richesses naturelles coloniales, de les étudier et de les utiliser pour « instruire par la parole ». Après une description de l’institut et de ses collections, j’ai abordé ses usages passés et montré comment ces collections s’intègrent toujours dans le paysage universitaire pour la diffusion des savoirs.

Pour conclure, les différentes communications de la session relative au patrimoine universitaire dans l’enseignement ont mis en lumière les faiblesses et les atouts d’un patrimoine considérable qui reste malgré tout largement méconnu. Les exemples présentés lors de ces journées d’étude soulignent la grande richesse et la grande diversité des collections universitaires. Encore conservées dans leur contexte scientifique et toujours utilisées, ces collections sont restées associées à de nombreux savoirs qui leur confèrent aujourd’hui une valeur inestimable. Enfin ces différentes communications ont également souligné la grande disparité dans leur prise en compte au sein des universités.

Pour plus d’information :

Vous pouvez accéder aux résumés de toutes les communications à l’adresse suivante : http://caoa.fr/spip.php?article177

Les actes du colloque seront publiés en 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *