“UN METRE POUR LE MONDE”

 

J.B.J. Delambre. Méthodes analytiques pour la détermination d’un arc de méridien, An VII [1799]. SCD AMU, BU sciences Saint-Charles, Marseille.          

 

  UN MÈTRE POUR LE MONDE

 

Genèse du projet: pourquoi adopter le mètre ?

Auparavant les anciennes unités de mesure en France, mais également en Europe, étaient nombreuses, peu précises et très variées. En 1789, maintes plaintes sont formulées dans les cahiers de doléances concernant la différence des poids et mesures sur l’ensemble du territoire français. Cela nuit à l’économie mais aussi aux échanges avec l’étranger. Les savants souhaitent également cette réforme qui rendrait plus faciles les échanges et la collaboration entre scientifiques. L’Académie des sciences se voit confier par l’Assemblée Constituante de déterminer une unité de mesure universelle. Dans un premier temps, c’est l’échelle décimale qui semble le mieux convenir. Par la suite cette première décision servira de base à l’élaboration du système métrique décimal.

« L’Académie m’a chargé de vous présenter ses vues sur le choix d’unité de mesure. Comme les opérations nécessaires pour la déterminer sont subordonnées à celle-là, l’Académie a cru devoir commencer son travail par l’examen de cette question et la séparer de toutes les autres.  L’opération qu’elle propose est la plus grande qui ait été faite et elle ne peut qu’honorer la nation qui en ordonnera l’exécution. L’Académie a cherché à exclure toutes conditions arbitraires, tout ce qui pourrait faire paraître l’influence d’un intérêt particulier à la France et d’une prévention nationale ; elle a voulu, en un mot, que, si les principes et les détails de cette opération pouvaient passer seuls à la postérité, il fût impossible de deviner par quelle nation elle a été ordonnée et exécutée. L’opération d’uniformité est d’une utilité si grande, il est si important de choisir un système qui puisse convenir à tous les peuples. Le succès de l’opération dépend à un tel point de la généralité des bases que l’Académie n’a pas jugé pouvoir ne s’en rapporter sur les mesures ordinaires, ni se contenter de la simple observation du pendule”. “Elle a senti que travaillant pour une nation puissante par les ordres d’hommes éclairés qui savent donner au bien qu’ils font un grand caractère et embrasser dans leurs vues et tous les hommes et tous les siècles, elle devait s’occuper moins de ce qui serait fait que de ce qui apporterait le plus de perfection. Elle a cru enfin qu’une grande opération pour l’accroissement des Lumières et le succès de la grande fraternité entre les peuples : ne serait pas indigne d’être accueillie par l’Assemblée nationale”.                                                                                                                                 « Je suis avec respect, Monsieur le Président, « votre très humble et très obéissant serviteur”.  Signé : Condorcet secrétaire de l’Académie.

 

Chaîne des triangles de Dunkerque à Barcelone mesurée par MM. Delambre et Méchain (extrait planche IV: de Dunkerque à Paris). SCD AMU, BU Sciences Saint-Charles, Réserve, Marseille.

 

Réalisation du projet

Deux savants, Jean-Baptiste Joseph Delambre (1749-1822) astronome, géodésien* et mathématicien, auteur notamment d’une histoire de l’astronomie en quatre volumes, et Pierre Méchain (1744-1804) astronome et géodésien, se virent confier, à la suite d’une décision de l’Assemblée nationale constituante, lors de la séance du samedi 26 mars 1791, la mesure d’une portion de l’arc de méridien entre Dunkerque et Barcelone. Cela devait permettre de définir une unité de mesure universelle basée sur le calcul de la dix millionième partie du quart de méridien terrestre. Jean-Baptiste Delambre se voyait attribuer la partie qui va de Dunkerque à Rodez, et Pierre Méchain de Barcelone (plus précisément à Montjuic situé au sud de Barcelone) jusqu’à Rodez.

La bibliothèque universitaire de sciences Saint-Charles conserve dans ses collections plusieurs ouvrages des astronomes français Jean-Baptiste Joseph Delambre et Pierre Méchain.

L’appareil qui sera utilisé par les astronomes se nomme cercle de Borda dit cercle répétiteur de Lenoir.  Jean-Charles de Borda, mathématicien et physicien, en est le concepteur et Etienne Lenoir, l’ingénieur et le constructeur. Noël Jean Lerebours réalisera la partie optique de l’instrument.

Le cercle répétiteur de Borda utilisé par Delambre et Méchain pour la mesure de la méridienne. Extrait de: Base du système métrique... Tome 2 Planche VIII. SCD AMU, BU Sciences Saint-Charles, Réserve, Marseille.

“Le cercle répétiteur permet de mesurer des angles en répétant plusieurs fois la même observation sur le cercle sans revenir au zéro: ainsi les erreurs de lecture et de graduation du limbe* sont divisées par le nombre d’observations”. [Inventaire général du patrimoine culturel]. Un exemplaire de cet instrument de mesure se trouve à l’Observatoire Astronomique de Marseille (plateau Longchamp).

 

Au numéro 36 de la rue de Vaugirard à Paris une plaque indique : « METRE ETALON La convention nationale, afin de généraliser l'usage du système métrique, fit placer seize mètres étalons en marbre dans les lieux les plus fréquentés de Paris. Ces mètres furent installés entre février 1796 et décembre 1797. Celui-ci est l'un des deux derniers qui subsistent à Paris et le seul qui soit encore sur son site originel ». Photo P.Ponsot

Cette entreprise scientifique durera 7 ans, entre 1792 et 1798. Après maintes péripéties, les plus extravagantes les unes que les autres (arrestations, guerre, suspicions d’espionnages, matériels confisqués ou endommagés…), les deux savants verront enfin aboutir leurs travaux.

L’universalité de ces mesures requiert un assentiment mondial. Une Commission internationale est donc constituée, qui devra vérifier l’exactitude de cette opération, d’en proclamer les résultats mais aussi de s’en porter garant devant le monde. Elle se compose de savants de dix pays parmi lesquels on compte les commissaires français : Laplace, Legendre, Lagrange, Lefevre-Gineau, Delambre et Méchain.

“Le 17 avril 1795 loi du 18 germinal an III institue sous la Convention le système métrique en France”. “A tous les temps, tous les peuples”, devient la devise de cette ambition”. [ Le Monde ]

“1799 : la loi du 10 décembre 1799 (19 frimaire an VIII) définit le mètre. De cette vaste entreprise est né le Système métrique décimal, qui, rendu obligatoire en France à partir de 1840, a su s’imposer après de nombreux obstacles et fait aujourd’hui partie intégrante de la vie quotidienne des hommes de plus de 130 pays. [Observatoire de Paris ]

 

Lexique                                                                                      Géodésie: science de la forme et des dimensions de la Terre.       Limbe: couronne circulaire en métal ou en verre sur laquelle est portée la graduation angulaire d’un instrument de mesure.      Métrologie: ensemble des méthodes employées pour faire des mesures précises.                                                                                                           In: www.larousse.fr/dictionnaires/

 

Pour aller plus loin …

ALDER, Ken.   Mesurer le monde: 1792-1799, l’incroyable histoire de l’invention du mètre. Paris: Flammarion, 2005

ARMOGATHE, Jean-Robert. « Un seul poids, une seule mesure. Le concept de mesure universelle »                                                                               Dix-septième siècle, vol. 213, n° 4, 2001, p. 631-640

Bureau International des Poids et Mesures. https://www.bipm.org/fr/about-us/                                                      

DÉBARBAT, Suzanne . « (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 2 mai 2018. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/systeme-metrique-reperes-chronologiques/

DELAMBRE, Jean-Baptiste Joseph et MECHAIN Pierre.  Base du système métrique décimal, ou mesure de l’arc du méridien compris entre les parallèles de Dunkerque et Barcelone, exécutée en 1792 et années suivantesParis : Baudoin, Bachelier, 4 vols: 1806,1807,1810,1843.   (SCD AMU, BU Sciences Saint-Charles, Marseille)

DELAMBRE, Jean-Baptiste Joseph. Méthodes analytiques pour la détermination d’un arc du méridien. J.-B.-J. Delambre,… Précédées d’un mémoire sur le même sujet ; par A.-M. Legendre,… Éditeur : Paris : Duprat, an VII [1799]. (SCD AMU, BU Sciences Saint-Charles, Marseille)

DELAMBRE, Jean-Baptiste Joseph.                                        Rapport historique sur les progrès des sciences mathématiques depuis 1789, et sur leur état actuel, présenté à Sa Majesté l’Empereur et Roi, en son Conseil d’état, le 6 février 1808, par la Classe des sciences physiques et mathématiques de l’Institut, conformément à l’arrêté du Gouvernement du 13 Ventôse an X ; rédigé par M. Delambre,… Imprimé par ordre de Sa Majesté. A Paris, de l’Imprimerie impériale. M. DCCC. X., 1810 ( — Imprimé par les soins de J. J. Marcel, directeur de l’imprimerie impériale, membre de la Légion d’honneur).  (SCD AMU, BU Sciences Saint-Charles, Marseille)

GIRES, Francis (Dir. de publication). Encyclopédie des instruments de l’enseignement de la physique du XVIIIe au milieu du XXe siècle. Niort : ASEISTE, 2016. 3 vol, p. 643

GRISET, Pascal, Greffe Florence. 350 ans de l’Académie des sciences: une compagnie en son siècle. Paris: Le cherche midi, 2016

GUEDJ, Denis.                                                                                                                         Le mètre du monde. Paris: Ed. du Seuil, 2000

Histoire de la science / publié sous la dir. de Maurice Daumas. Paris: Gallimard, impr.1957. (Encyclopédie de la pléiade)             

Inventaire général du patrimoine culturel : instrument de mesure des angles pour lever des plans: cercle de Borda dit cercle de Lenoir, rédacteur Jean Davoigneau. http://www.culture.gouv.fr/public/…[consulté le 30 juin 2017]       

JEDRZEJEWSKI, Franck. Histoire universelle de la mesure. Paris: Ellipses, 2002

Journal des Etats généraux (1789-1791) convoqués par Louis XVI, le 27 avril 1789 ; aujourd’hui Assemblée Nationale permanente, ou Journal logographique. Séance du samedi 26 mars 1791. Tome 23, p. 226-227

LABOULAIS, Isabelle. « Mesurer le monde. 1792-1799 : l’incroyable histoire de l’invention du mètre », Annales historiques de la Révolution française, 342, 2005, p. 247-249

La Métrologie française. https://metrologie-francaise.lne.fr/fr

Le Monde : Métrologie. Supplément Science & médecine, n° 22967, 14.11.2018

Observatoire de Paris. 10 décembre 1799. https://www.obspm.fr/10-decembre-1799-bicentenaire-du-systeme-metrique.html

Patrimoine scientifique: collections. https://cps.univ-amu.fr/astronomie-au-sol

PAUCTON, Alexis-Jean-Pierre. Métrologie, ou Traité des mesures, poids et monnoies des anciens peuples & des modernes Éditeur : A Paris, chez la veuve Desaint, libraire, rue du Foin. M. DCC. LXXX. : De l’imprimerie de J. Ch. Desaint, rue Saint-Jacques, 1780. (SCD AMU, BU Sciences Saint-Charles, Marseille)

POIRIER, Jean-Pierre et LABROUSSE, Christian. La science en France: dictionnaire biographiques des scientifiques français de l’an mille à nos jours. Paris: Jean-Cyrille Godefroy éditions, 2017

SIMAAN, Arkan. La science au péril de sa vie: les aventuriers de la mesure du monde. Préf. de Jean-Claude Pecker; av-pr. de Jean Rosmorduc Éditeur . Paris : Vuibert, 2001

VAN DEN BOGART, Eléonore et CASSELY, Jean-Pierre. Marseille insolite et secrète. Versailles: Jonglez, 2013

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.