Séminaire du LPED « Les collections de botanique et de zoologie de l’Université d’Aix-Marseille : du matériel d’étude à la patrimonialisation, des horizons de recherches variés » – 14 juin 2019

L’objectif de la journée du 14 Juin 2019 était tout d’abord de faire connaitre les collections de botanique et de zoologie de la plateforme « Collection » du LPED (Laboratoire- Population- Environnement -Développement IRD – Université d’Aix-Marseille). Elle visait aussi à montrer l’importance de ces outils dans les problématiques scientifiques actuelles et de fédérer un réseau d’utilisateurs dans tous les domaines scientifiques. Enfin, elle ambitionnait d’analyser comment un simple échantillon d’étude peut devenir un objet patrimonial nécessitant la mise en place d’une réelle politique de gestion-conservation et valorisation au sein de l’université.

Après un bref mot de bienvenu de la directrice du LPED (Bénédicte Gastineau) rappelant l’importance de la pluridisciplinarité et des échanges entre chercheurs, Bruno Vila lui a emboité le pas pour chaleureusement accueillir la cinquantaine de participants présents. Il a ensuite mis en avant la plateforme « Collection » du LPED qui rend accessible les métadonnées, et bientôt les inventaires, des collections. Celle-ci revêt une importance capitale dans la mise en valeur des résultats de travaux de plus de deux siècles tels que les herbiers, le musée colonial et les collections de zoologie de l’Université d’Aix-Marseille. En ancrant son propos introductif dans les enjeux actuels, Bruno Vila a rappelé que ces collections vivantes et uniques étaient un atout majeur pour la recherche et l’enseignement face à l’érosion de la biodiversité. Bien que déjà utilisée pour pour les études en écologie, le laboratoire entend bien étendre le dispositif de la plateforme à d’autres disciplines et à un réseau plus vaste, notamment grâce à cette journée de séminaire.

Organisée en deux axes, la journée a débuté sur des questions de pluridisciplinarité : De la recherche en écologie à la recherche en sciences humaines et sociales. Puis, dans un second temps, après la pause du déjeuner, l’aspect Recherche et patrimonialisation de collections a été discuté.

La première thématique De la recherche en écologie à la recherche en sciences humaines et sociales a été abordée avec 5 communications :

Traitant du sujet des « Collections, un outil indispensable en systémique », Laurent Hardion de l’Institut botanique de l’Université de Strasbourg a rappelé que la systémique des espèces disparues et actuelles est grandement simplifiée par les bases de données. Palliant les problèmes géographiques et financiers, ces outils numériques permettent aussi de contourner les contraintes liées aux contextes politiques tendus de certaines régions du monde. Par la suite, les données mises en ligne ont des utilités multiples allant de l’étude de la pollution atmosphérique à la biologie des invasions. Par ailleurs, la communication s’est attardée sur les problématiques résultants de l’opposition souvent récurrente entre chercheurs et conservateurs, et notamment en lien avec l’apparition de nouvelles méthodes de séquençage pour exploiter les herbiers par exemple.

La seconde intervention était une collaboration entre Martin Callmander et Bruno Vila (Herbier de Genève et Université d’Aix-Marseille) avec comme intitulé « L’herbier de Perrier de la Bathie et Jumelle, une référence pour la connaissance de la flore de Madagascar ». Grâce à un rappel historique, cette communication a mis en lumière le précieux travail collaboratif de deux botanistes sur un point chaud de biodiversité afin de constituer un herbier. En effet, élève à la faculté de Marseille au XIXème siècle, Henri Jumelle servait de relais à son collègue Henri Perrier de la Bathie, naturaliste autodidacte collectant des espèces pendant presque 40 ans à Madagascar. Leurs travaux sont aujourd’hui reconnus comme des pièces de collection précieuses du fait de notes de terrain extrêmement précises. Par ailleurs, plusieurs types d’espèces n’ont jamais été revues par les spécialistes dans la flore malgache actuelle. C’est le cas d’un échantillon de palmier, uniquement connu grâce à l’herbier de Perrier de la Bathie et Jumelle. Ainsi, cette communication a exposé les précieuses informations d’ordre systémique et pour l’étude de la biodiversité malgache qu’apportent les herbiers. 

Pour « Documenter et analyser les changements écologiques, paysagers et socio-urbanistiques d’un site urbain marseillais à partir des herbiers », Christine Robles (École nationale supérieure du paysage et Université Aix-Marseille) a présenté un travail qu’elle et son équipe ont réalisé ; « Natures en villes et mémoires ». Leur étude s’inscrit dans un contexte de forte urbanisation qui engendre des modifications de l’usage des sols et des pertes de biodiversité. Grâce à une méthode d’analyse diachronique, l’équipe a donc utilisé les herbiers comme témoins des mutations des sociétés et écologiques. Ce projet de nature interdisciplinaire s’articule entre urbanisme, paysagisme, écologie et sociologie et donne donc lieu à de multiples applications, notamment pour les futures politiques urbaines.

La dernière présentation de la matinée a traité du « Patrimoine de l’AMU et la colonisation : enjeux et perspectives ». Isabelle Merle (CREDO) et Thi Phuong Ngoc Nguyen (IRASIA), de l’AMU, ont rappelé la vision dominante vis à vis des colonies jusqu’à récemment. Ces territoires étaient le plus souvent scrutés à travers le prisme d’une utilisation très intéressée sur le plan économique, et à terme, d’un accaparement des ressources. Ainsi, certaines pièces du musée colonial de Marseille attestent que des jeunes étudiants français ont suivi des formations de l’Enseignement Supérieur Colonial, pendant qu’au Vietnam on assistait à des pillages, amenant à un traumatisme profond au sein de la population locale encore aujourd’hui. La communication a mis en valeur certaines pièces présentes à l’AMU et est revenue sur les détails de l’exposition coloniale de 1906 à Marseille.  

Après la pause déjeuner, la thématique Recherche et patrimonialisation de collections a été abordée.

Emmanuelle Artige, Laurent Granjon, Armelle Cœur d’Acier de l’IRD et INRA Montpellier ont débuté l’après-midi avec leur communication : « De la collecte au voucher moléculaire : gestion des collections au Centre de Biologie pour la Gestion des Populations (CBGP) ». À travers le CBGP, l’objectif est de rendre les collections utilisables pour l’ensemble de la communauté scientifique afin de servir la recherche en systématique, écologie et évolution des populations. Le CBPG possède lui-même d’énormes collections qu’il convient de gérer scrupuleusement et qui ont servi à étayer les exemples de la communication. Ont été présentés : des techniques de gestions collaboratives, les cadres réglementaires et juridiques, et la standardisation des échantillons aux normes internationales. Le plateau « Collections » mis en place par le CBPG est opérationnel et réuni déjà bon nombre d’adhérents, dont certains chercheurs du LPED.

Pascal Faucompré duSCD – Université d’Aix-Marseille a enchainé sur la communication « Du document à l’échantillon: projet de lien entre article scientifique et planche d’herbier ». Selon lui, afin de rédiger un article scientifique à partir d’une planche d’herbier, l’étape de la numérisation est cruciale. En effet, dans un contexte où les documents ne sont pas tous classés et donc, où des tris peu scrupuleux sont fréquents, certaines pièces viennent à manquer lors du processus de numérisation. Par ailleurs, celui-ci n’est pas sans impact sur les objets étudiés. Par ailleurs, Pascal Faucompré a insisté sur le fait que certains thèmes, et notamment celui de la colonisation, pouvaient être à double tranchant dans le cadre d’une publication ; la frontière étant floue entre diffusion du savoir et encouragement implicite à la colonisation.

Pour aborder le sujet « Du spécimen à l’objet naturaliste : matériels de recherches et trajectoires de patrimonialisation », François Dusoulier, Conservateur à la Direction générale déléguée aux collections du MNHN est intervenu. Puisque pour lui l’intérêt des collections naturalistes n’est plus à démontrer, sa communication s’est tournée vers les enjeux actuels et futurs de patrimonialisation. Faisant le constat d’un long processus, il note que la phase de collecte, bien qu’essentielle, ne représente qu’une infime partie du travail qui mène au classement d’une collection naturaliste au rang de « Musée de France ». Toutefois, il souhaiterait que cette étape soit mieux documentée et qu’une évaluation ait lieu pré- et post- conservation afin de déterminer que collecter et que préserver. De plus, dans un contexte de numérisation des données, Monsieur Dussolier s’est interrogé sur la capacité à générer et utiliser les portails d’accès commun. Avec des méthodes communes et correctement utilisées, cela permettrait de mieux partager le savoir sur les collections. Enfin, le volet juridique a été abordé, puisque l’intangibilité du droit concernant la patrimonialisation des collections semble difficile à concilier avec l’évolutivité des pièces collectées.

Pour finir, la communication de la DRAC PACA a concerné l’« Inscription et classement au titre des Monuments Historiques des collections d’AMU ». Comme l’a rappelé Bruno Vila, l’AMU possède un patrimoine considérable et a vu plusieurs pièces de ses collections être classées : l’étalon qui aurait servi à établir le mètre pendant la Révolution, le Musée colonial, et des Salles de Travaux Pratiques de l’Institut de Chimie. Aujourd’hui, l’intérêt patrimonial ne cesse de croitre et, par conséquent, la volonté de classer d’avantages de collections est grandissante. La communication a permis de rappeler que la protection au titre des monuments historiques n’était pas un label mais un dispositif législatif d’utilité publique basé sur des principes d’analyse scientifique bien précis. Les critères sont nombreux mais Bruno Vila a assuré que cela permettait d’améliorer la reconnaissance de la valeur des collections.

L’auditoire lors d’une présentation le matin d’Isabelle Merle (CREDO) et de Thi Phuong Ngoc Nguyen (IRASIA) – 14 juin 2019

Pour conclure, Bruno Vila a remercié l’assemblée pour une journée riche en partage et en a profité pour inviter les participants à un séminaire le 13 septembre 2019 dont l’intitulé est : « Le Musée et l’Institut Colonial de Marseille : Contenus matériels et mémoires collectives – Utilisations passées et actuelles » La journée s’est conclue avec des visites commentées des herbiers et du musée colonial de l’AMU.

Marie Laurent – étudiante à Sciences Po – 3 juillet 2019


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.