Les collections universitaires françaises, quelles stratégies pour le 21e siècle ?

Ce billet fait partie d’une série de trois à paraitre sur la question des patrimoines universitaires en France. En effet, malgré son importance historique, scientifique et pédagogique, l’immense patrimoine des universités françaises est méconnu. S’il couvre de nombreux champs disciplinaires, des sciences à la santé en passant par les arts, et plusieurs siècles d’enseignements et de recherches, il n’existe aucun inventaire le concernant. Par l’intermédiaire des herbiers référencés au sein de l’Index herbariorum, on peut néanmoins montrer qu’il égale ou surpasse le patrimoine des muséums d’histoire naturelle. De manière générale, différentes sources montrent que les herbiers ne sont pas une exception. Par exemple de très importantes collections universitaires existent aussi en paléontologie et en zoologie. Alors, pourquoi ce patrimoine est–il méconnu ?

Introduction

Au cours des deux derniers siècles, les collections scientifiques ont été considérées comme des composants essentiels de la recherche et de l’enseignement. D’importantes collections furent donc constituées, rassemblées et conservées dans de nombreuses institutions. En ce sens, les collections détenues par les universités en Europe sont extrêmement riches. S’étendant souvent sur plusieurs siècles et couvrant de larges zones géographiques, elles couvrent de nombreux champs disciplinaires allant des sciences de la vie aux sciences de l’univers en passant par les sciences humaines et les disciplines culturelles (Weber, 2012).

En Europe, pendant une longue période (seconde moitié du 20ième siècle), ces collections ont été négligées. Cependant, ces dernières années, elles ont suscité un grand intérêt et connurent un regain d’intérêt à la fois pour les connaissances et les dimensions culturelles qu’elles portent mais également par leurs apports renouvelés pour la recherche. Partout, des efforts ont été réalisés pour les identifier, les classer et les inventorier, analyser leurs fonctions et usages et documenter leur histoire (Weber, 2012). Ainsi dans plusieurs pays d’Europe, ces efforts ont abouti à la constitution de Réseaux des collections Universitaires. Parmi eux, nous pouvons citer celui du Pays-Bas avec la fondation néerlandaise pour le patrimoine académique (www.academischecollecties.nl); celui de l’Allemagne (www.universitaetssammlungen.de/); de l’Ecosse (http://www.umis.ac.uk/)… Le site internet d’Universeum (https://www.universeum-network.eu/ ) en présente une liste quasi-exhaustive.

Malheureusement, en France, ce renouveau n’a pas eu lieu et demeure un desideratum. En effet, comme les universités européennes, les universités françaises abritent une très grande variété de collections mais ce patrimoine est totalement méconnu et ignoré. L’objectif de ce billet est de faire le point sur le patrimoine universitaire en France, en particulier, d’apporter des éléments de réflexion sur l’importance relative de ces collections dans le paysage national en l’absence d’inventaire complet.

Importance du patrimoine universitaire français

Parmi les grands organismes publics de recherche, les universités détiennent un patrimoine de première importance. En excluant les fonds documentaires classiques (bibliothèques), on y rencontre ainsi d’exceptionnelles collections de : (1) sciences et technologies (botanique, zoologie, paléontologie, minéralogie, pétrologie, astronomie, physique, chimie…) ; (2) de santé (médecine, pharmacie); (3) des arts, lettres, langues et sciences humaines et sociales (arts, histoire, géographie, archéologie, ethnologie-anthropologie…). Mais l’importance de ces collections reste difficile à évaluer faute d’inventaires.

Les collections du conservatoire d’anatomie de Montpellier ont été classées monument historique en 2004 – Université de Montpellier. https://www.umontpellier.fr/patrimoine/musees/musee-danatomie
Vue générale du télescope de Foucault de 80 cm. Photographe Heller, Marc Crédit photographique © Région Provence-Alpes-Côte d’Azur – Inventaire général. Référence IVR93_19971300009XA – Université d’Aix-Marseille

Le seul document disponible, ébauchant une synthèse sur les collections universitaires françaises, est celui de la Plateforme OCIM-Universités 2010 (OCIM, 2012). Ce document présente les informations recueillies dans le cadre d’une enquête nationale réalisée en 2010 par l’Office de Coopération et d’information Muséales pour la mise en place d’un Observatoire du Patrimoine et de la Culture Scientifiques et Techniques – OPCST. Il synthétise les informations de quelques 37 universités sur les 70 présentes en France (http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/) mais de manière partielle puisque ces dernières n’ont pas toutes répondu ou répondu à toutes les questions. Le tableau 1 présente un récapitulatif de ces informations.

Catégories de collection Nombre
d’universités
Nombre d’échantillons
Herbiers 8 4 500 000
Zoologie 5 70 000
Paléontologie 4 2 800 000
Instruments scientifiques 4 5 500
Médecine–Pharmacie 5 25 540 objets
échantillons
Chimie 2 1590
Physique 5 2 400
Industrie ou technique 1 4 000

Tableau 1 : Nombre d’universités ayant déclaré l’existence de collections par catégorie et nombre total d’échantillons correspondants. D’après UNIVERSITÉS Plateforme OCIM-UNIVERSITÉS Données 2010 (OCIM, 2012).

Bien que partielles, ces données montrent déjà l’existence de collections extrêmement importantes dans des champs très variés et qui dépassent aussi largement le contour classique de l’histoire naturelle. Cependant, pour chaque type de données, on constate un faible nombre de contribution (de 1 à 8 universités) alors que ces champs disciplinaires sont enseignés dans de nombreuses universités qui détiennent très probablement des collections relatives à ces champs. A titre d’exemple, l’Université de Lyon 1 qui renferme les plus importantes collections universitaires françaises notamment de sciences naturelles ne figure pas dans cette enquête. Il est donc possible, sans beaucoup se tromper, avancer que ces données sont très largement sous-estimées.

Herbier de l’Université, vue de la collection Bonaparte : mobilier d’origine à cartons disposés verticalement © Université Claude Bernard Lyon 1

Alors, est-il possible d’estimer l’étendue du patrimoine universitaire français ?

S’il n’est pas possible d’avoir une vision globale, les données étant absentes ou trop disparates, il est peut-être possible de se servir d’une discipline comme un estimateur global.

Il se pourrait que la réponse vienne de la botanique. Ainsi, un inventaire réalisé dans l’index Herbariorum du Jardin botanique de New York (http://sweetgum.nybg.org/ih/), récence dix-huit des soixante-cinq universités françaises détiennent 10,5 millions de spécimens d’herbier. C’est 3,5 fois plus que les 3 millions d’échantillons présents dans les dix-huit musées d’histoire naturelle de province. C’est aussi 2,5 millions d’échantillons de plus que le MNHN, qui en détient huit millions (Tableau 2). En outre, parmi ces universités, deux d’entre elles, l’Université de Lyon 1et l’Université de Montpellier 2 totalisent ca. 7 millions de spécimens d’herbier.

Code d’ herbier Institution Ville Nombre de spécimens
CN Université de Caen Caen 4000
DI Université de Bourgogne Dijon 4500
BRE Université Brest 10 000
HCOM Centre d’océanologie de Marseille, Aix–Marseille 2 Marseille 14 200
GR Université Grenoble Alpes Grenoble 25 000
LILLE Institut catholique de Lille Lille 30 000
TOU Université de Tours Tours 30 000
LIP Université de Lille Lille 45 000
LIMO Université de Limoges Limoges 50 000
VIL Université de Paris–Sud Orsay 80 000
REN Culture scientifique et technique (cst), université de Rennes 1 Rennes 112 000
ANGUC Université catholique de l’Ouest Angers 250 000
TL Université Paul Sabatier Toulouse 400 000
CLF Université Clermont Auvergne (univege) Clermont– Ferrand 600 000
STR Université de Strasbourg Strasbourg 450 000
MARS Université d’Aix–Marseille Marseille 500 000
LY Université Claude Bernard Lyon 4 400 000
MPU Université de Montpellier Montpellier 3 500 000
Total10 504 700

Tableau 2 : Estimations du nombre de spécimens par université (code herbier) fournies par l’index Herbariorum du Jardin botanique de New York (http://sweetgum.nybg.org/ih/).

Il existe donc en botanique un écart de 6 millions d’échantillons entre l’enquête par l’OCIM en 2010 et les données enregistrées dans l’index Herbariorum en 2012. A ces informations relativement synthétiques dans une discipline, on peut ajouter d’autres données chiffrées. En effet, la botanique n’est pas une exception. Par exemple l’Université de Lyon 1, avec dix millions de fossiles, a la plus importante collection paléontologique conservée en France (Robert et Prieur, 2009). Un recensement à partir de différentes sources permet de proposer les estimations globales suivantes, sous doute également largement sous-estimées (tableau 3).

Zoologie PaléontologieGéologie– minéralogieBotaniqueArchéo– ethnologie– anthropologie
Univ. de Montpellier40 0001 224 0003 0003 500 000120
Univ. de Grenoble10 000350 000115 00026 900
Univ. de Toulouse50 000300 00045 000302 950
Univ. de Dijon4 0901 000 00011 300
Univ. d’Aix– Marseille25 000200 000250 000500 00010
Univ. de Lyon10 000 0004 400 000
Univ. de Strasbourg1 033 000100 000200 000570 0008 500
Univ. de Clermont– Ferrand600 000
Total des huit universités1 162 09013 174 000613 0009 911 1508 630
MNHN5 000 000455 0008 000 000
MHN de province9 800 0002 850 000850 0004 000 000500 000

Tableau 3. Estimation du nombre de spécimens des différentes catégories de collection dans les huit principales universités et les muséums d’histoire naturelle de France. Modifié et complété par B. Vila à partir de différentes sources bibliographiques : données issues de l’Index herbariorum pour la botanique ; d’après Universités Plateforme Ocim–Universités ; données 2010 pour le reste des collections ; estimations de B. Vila pour l’université d’Aix–Marseille ; données issues du site internet de l’université de Strasbourg (données issues de Robert et Prieur (2009) pour l’université de Lyon ; données issues du site internet du MNHN (http://www.mnhn.fr/fr/collections/ensembles–collections/) pour le Muséum national d’histoire naturelle. Abréviations : MNHN : Muséum national d’hitoire naturelle ; MHN : Muséums d’histoire naturelle de Province; Univ. : Université.

Qu’en conclure ?

On peut donc conclure que les informations relatives à l’étendue du patrimoine universitaire français sont largement sous-estimées et que le patrimoine universitaire surpasse largement celui conservé dans les muséums d’histoire naturelle de province et, dans certaines disciplines, celui conservé au MNHN. Alors, on peut se demander pourquoi ce patrimoine est totalement méconnu, ignoré et même en danger ?

Bibliographie

  • Robert, E., Prieur, A. De la difficulté de conserver les collections universitaires de la région Rhône-Alpes, thésaurus scientifique régional, national et international. Le patrimoine géologique en Rhône-Alpes. Actes du colloque des 7emes rencontres régionales du patrimoine naturel, Muséum d’histoire naturelle de Grenoble, 2009, pp. 45-56.
  • Weber C. University collections, in European History Online (EGO), published by the Leibniz lnstitute of European History (IEG), Mainz, 2012, pp. 12-19. URL: http://www.ieg-ego.eu/webe rc-2012-e n

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.