Conservation des collections universitaires : quel avenir ?

Ce troisième et dernier billet met très succinctement en perspective le patrimoine des universités françaises avec celui des muséums d’histoire naturelle en France avant de lancer quelques pistes sur les éventuelles stratégies à développer pour la conservation et la valorisation du patrimoine universitaire français.

Les collections universitaires et celles des muséums d’histoire naturelle en France

Au sein des 62 Muséums d’Histoire Naturelle dispersés sur le territoire français, le sort des collections n’est guère plus enviable. Rattachés aux collectivités locales, c’est l’accueil du public et la préparation d’expositions qui prime sur la conservation des collections. Heureusement certains muséums ont été labellisés Musées de France et ont pour obligation, par un arrêté du 25 mai 2004, de procéder à un inventaire et au récolement décennal, gage d’une certaine attention dans la gestion des collections. Selon l’article 11 de l’arrêté du 25 mai 2004 fixant les normes techniques relatives à la tenue de l’inventaire, du registre des biens déposés dans un musée de France et au récolement, il est stipulé que : « le récolement est l’opération qui consiste à vérifier, sur pièce et sur place, à partir d’un bien ou de son numéro d’inventaire : la présence du bien dans les collections, sa localisation, l’état du bien, son marquage, la conformité de l’inscription à l’inventaire avec le bien ainsi que, le cas échéant, avec les différentes sources documentaires, archives, dossiers d’œuvres, catalogues ». Pour les musées, une obligation de récolement décennal a été instaurée par la loi relative aux musées de France.

Pour le moment, en France seul le MNHN (MNHN, 2004) est parvenu à se réorganiser tout en réaffirmant ses 5 missions statutaires (1. Conservation, 2. Recherche, 3. Enseignement, 4. Expertise, 5. Diffusion des connaissances). Ainsi, ses collections ont été restaurées et inclues dans une politique muséale (Grande galerie de l’Evolution ré-ouverte en 1994, Grandes serres du Jardin des Plantes en 2010, galerie de Botanique…). Aujourd’hui le MNHN mène un politique à la hauteur de ses ambitions tournée vers la recherche afin de rendre accessible les données contenues dans ses collections. En portant un programme national de numérisation des collections de sciences naturelles (e-ReColNat) qu’il a ouvert à d’autres institutions, le MNHN a suscité de nombreux espoirs. La même démarche existe avec la mission Patstec du CNAM et l’inventaire des instruments. S’il convient de saluer la mise en place de ces programmes nationaux, il faut aussi souligner qu’il s’agit d’un programme visant à faciliter l’accès à la donnée mais pas la conservation matérielle des collections, un problème majeur dans les universités en France.

L’herbier du Muséum national d’Histoire Naturelle – Paris – après sa rénovation: conditions de conservation et de consultation optimisées. Crédit photo Ruault Philippe.

Conclusion: quelles stratégies pour la conservation et la valorisation du patrimoine universitaire français ?

A la différence des collections des musées traditionnels (musées mixtes, muséums d’Histoire naturelle …), souvent déconnectées de leur contexte scientifique de formation, les collections universitaires sont conservées dans les lieux où elles ont été constituées, enrichies et utilisées de manières continues par les activités de recherche et d’enseignement. Il en résulte qu’elles possèdent une très forte valeur ajoutée matérielle et immatérielle autour des savoirs qu’elles génèrent et des interactions qu’elles suscitent au sein de l’institution.

Part d’herbier abondamment renseignées directement par les étiquettes qui accompagnent les échantillons et grâce aux bases de données en ligne. Herbier de Madagascar. Université d’Aix-Marseille. Crédit photo Vila Bruno

L’exemple de la botanique montre que les collections universitaires sont extrêmement importantes du simple point de vue comptable. Elles le sont également par leur qualité et leur diversité. L’ensemble des universités renferme plusieurs millions d’échantillons de sciences naturelles, d’instruments et de modèles. Malgré l’importance de ce patrimoine universitaire, on constate qu’il existe ainsi à l’échelle nationale aucune source de financement.

Malheureusement, on constate que les universités françaises n’ont pas encore organisé la gestion de leur patrimoine. Aujourd’hui les collections universitaires souffrent de l’absence de statut pour les protéger, de financement pour les entretenir et de stratégie pour les valoriser. En effet, à l’échelle nationale, il n’existe aucune politique globale ou stratégie patrimoniale et plus particulièrement de politique de conservation des collections universitaires.

Ce constat laisse penser que le chemin est encore long. En France, il manque une ambition nationale avec une politique incitative, portée par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il apparaît urgent aujourd’hui de mettre en place une mission d’expertise nationale, de donner un statut juridique aux collections universitaires, de donner une reconnaissance aux responsables de ces collections et leur dispenser des formations de conservation, d’allouer des moyens humains techniques, d’allouer des financements pour la réhabilitation des locaux et leurs équipements et de développer un réseau universitaire et des programmes de valorisation … Ceci ne relève pas de l’utopie mais bien d’une volonté politique qui par le service rendu par ce patrimoine se trouve totalement justifié. Cette ambition nationale pourrait s’appuyer sur le modèle allemand qui a programmé le sauvetage de ses propres collections universitaires en deux étapes. En 2004, la Fondation allemande pour la recherche (DFG) a financé un projet pour identifier et inventorier les collections universitaires et en 2011, le conseil de la science de la nation a proposé à la DFG « un appel pour un projet quinquennal visant à coordonner les efforts des universités pour sauver leur collection » (Nature, 2011).

De conclure, à quand un tel projet pour les collections des universités françaises qui ont besoin de toute urgence d’être sauvées ?

Bibliographie

mnhn, 2004.— Rapport d’activité 2004 : 144 p. url : http ://www.mnhn.fr/fr/rapports–activites.

Nature, 2011.— Preserve the past – Historic scientific collections deserve better than to gather dust. Nature, 470 : 5–6. url : http :// www.nature.com/nature/journal/v470/n7332/full/470005b.html

Ces trois billets correspondent à un article publié dans le Bulletin de la Société Linnéenne de Provence dont les références sont les suivantes :

Vila B., 2018. Les collections universitaires françaises, quelles stratégies pour le 21e siècle ? Bull. Soc. linn. Provence, t. 69, 53-58.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.