L’observatoire astronomique de Marseille perd un ardent défenseur

J’ai rencontré James Caplan il y a une quinzaine d’années, quand j’ai commencé à travailler sur le patrimoine de l’université, notamment lorsque j’ai découvert son importance au regard des divers champs disciplinaires concernés. Jim a voué de très nombreuses années à la protection du patrimoine astronomique et on peut dire qu’il est à l’origine d’une prise de conscience au sein de l’Université d’Aix-Marseille.

Vue générale de l’Observatoire astronomique de Marseille (en bas à droite) avec ses divers équipements et du palais Longchamp (en haut à gauche). Crédit photo inconnu.

Dès que je l’ai rencontré, il m’a fait découvrir le patrimoine astronomique de l’Observatoire de Marseille. Depuis cette rencontre, nos échanges n’ont jamais cessé. Pour avoir longtemps travaillé avec lui, je ne m’avance pas beaucoup en disant que Jim était une personne généreuse. Même si Jim n’était pas quelqu’un de très extraverti, il savait mettre l’accent sur ce qui était important et le faire partager. Son discours était toujours scientifique, rigoureux, appuyé et accompagné de nombreuses références. Ainsi, très rapidement, nous avons tissé un lien étroit partageant une cause commune, celle de la conservation et la valorisation du patrimoine scientifique. D’ailleurs, Jim n’aimait pas qu’on utilise ce terme de «valorisation» qu’il considérait comme un terme bateau ne voulant pas dire grand chose. Je devrai donc dire que nous partagions des causes communes, celle de la conservation du patrimoine (au sens professionnel du terme), celle des activités de recherche (historiques ou non) et celle du partage des connaissances… A propos de la conservation du patrimoine, Jim était particulièrement vigilant sur son utilisation, notamment celle des instruments séculaires et porteurs d’une grande histoire que l’on souhaitait utiliser à tout bout de champs sans les précautions qui s’imposent. Cela l’exaspérait beaucoup !

Instruments présentés au sein de la maison des astronomes. Au premier plan on aperçoit le cercle répétiteur de Borda-Lenoir, à l’arrière plan trois horloges astronomiques…. Ce petit musée d’astronomie n’existe plus aujourd’hui. Crédit photo M. Heller ?

Au cours de son parcours professionnel, il avait tissé de très nombreux liens avec de très nombreuses personnalités, universitaires, conservateurs… de tous pays, de tous horizons. Cet important réseau de connaissances témoigne des qualités humaines et scientifiques de Jim. Il avait donc à chacune de mes questions une réponse ! Nous nous retrouvions régulièrement pour échanger au sujet du patrimoine mais nous correspondions aussi très régulièrement par email. Ces réponses, il prenait le temps de me les rédiger, de me les commenter, de me les illustrer, de me les référencer. Il y a quelques jours encore, je parcourais les emails qu’il m’avait envoyé et je me replongeais dans ses longues descriptions… Généreux, dès le début de notre rencontre, il m’a fait partager ses connaissances – de nombreux collègues astronomes ou historiens avec lesquels j’échange encore – et ses réseaux – Universeum notamment… Il me faisait aussi souvent partager les anecdotes dont il avait connaissance sur l’Observatoire de Marseille – les petites histoires à côté de la grande histoire.

Les astronomes du Laboratoire d’Astronomie Spatiale de Marseille (équipe de Georges Courtes) autour de la caméra télescopique – Expérience «Skylab S183» conçue pour obtenir des photographies ultraviolettes à trois longueurs d’onde d’étoiles chaudes, d’amas d’étoiles, de grands nuages stellaires dans la voie lactée et de noyaux d’autres galaxies. On y reconnait Jim sur la droite (lien https://50ansdespace.osupytheas.fr/wp-content/uploads/2019/09/DOC130519-13052019151428-0002.jpg)

On peut dire que Jim a en partie contribué, par son précieux soutien scientifique, technique et humain, à une première ébauche-tentative de gestion professionnelle et raisonnée du patrimoine de l’Université d’Aix-Marseille. Ensembles, nous avons partagés de bons moments et des moments plus incertains pour la préservation du patrimoine astronomique notamment.

Aujourd’hui Jim nous a quitté, un peu brusquement. Si je perds un ami, l’université et l’observatoire perdent un grand connaisseur et le plus ardent défenseur du patrimoine astronomique de l’Observatoire de Marseille.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.