Tous les articles par Laurent Dauvergne

Bibliothécaire chargé des collections patrimoniales des bibliothèques de santé d'Aix-Marseille université

Le « doyen » des bibliothèques de santé a 500 ans !

EXPOSITION DU 15 AU 19 OCTOBRE 2018

2e étage de la bibliothèque de médecine et d’odontologie de la Timone

Que nos lecteurs se rassurent, il ne s’agit bien sûr pas d’un membre du personnel ! Nous allons vous présenter le plus ancien document détenu par l’Université dans le domaine médical, un recueil d’œuvres thérapeutiques du médecin médiéval italien Niccolò Bertrucci, paru sous le règne de François Ier…

Le livre en lui-même

Achevé d’imprimé le 28 juillet 1518 à Lyon, alors grande place du commerce du livre en France avec Paris, ce recueil a été publié sous le titre latin Nusquam antea impressum collectorium totius fere medicine Bertrucii Bononiensis in quo infrascripta continentu1 – suivi du titre des ouvrages médicaux qu’il regroupe, dont nous reparlerons plus loin.

Sous une forme imprimée, l’œuvre de Bertrucci n’a fait l’objet que de trois publications complètes seulement : une première à Lyon déjà en 1509, la nôtre 9 ans plus tard chez le même imprimeur Barthélémy Trot, et enfin une dernière à Cologne en 15372. Notre exemplaire n’est pas le seul dans les collections publiques, mais cette édition y reste assez rare : 4 exemplaires en France3 et 4 autres en Europe4.

L’objet se présente comme un livre en bon état pour son âge, muni d’une reliure du XXe siècle, gage de bonne conservation pour le futur. Il est imprimé sur du papier réalisé à partir de chiffon comme c’était alors l’usage5, qui lui a assuré une grande résistance aux injures du temps6. Mesurant 20 centimètres sur 14,5, et comptant 464 pages, il est au format ancien in-octavo, c’est-à-dire imprimé sur une feuille pliée en trois pour former des livrets de 16 pages cousus les uns aux autres. Pour l’époque, il s’agit d’une taille qui permet une production de qualité et d’un usage facile tout en restant d’un prix de revient « acceptable » – arguments de vente en librairie hier comme aujourd’hui !

Pour ce qui est du texte, cet ouvrage témoigne de l’évolution du livre imprimé qui, partant de la forme du livre manuscrit médiéval va donner au milieu du XVIe siècle celle que nous connaissons toujours. Ainsi, le texte est en latin, qui reste la seule langue scientifique en Europe jusqu’au siècle suivant ; il est intégralement imprimé en caractères gothiques avec des abréviations de copistes7, qui n’est autre que l’écriture des ouvrages manuscrits du Bas Moyen Âge ; y figure un explicit, conclusion du livre qui rappelle son titre et le nom de l’auteur, pratique bientôt archaïque. Il comprend toutefois des éléments qui annoncent le livre contemporain, comme la présence d’une page de titre – bicolore noire et rouge, ornementation typique du début de la Renaissance – ou celle d’une foliotation, numération des feuilles qui précéda la pagination. Les têtes de chapitres sont annoncées et ornées tout à la fois par de belles lettrines.

L’ouvrage possédé par la bibliothèque est agrémenté de quelques particularités. Un de ses possesseurs l’a en effet augmenté de nombreuses annotations en marge ; une mention manuscrite religieuse a également été portée sur la page de titre et la dernière page imprimée : Domine etiam si me occideris in te sperabo8. De même, en dépit de son bon état de conservation général, il n’est pas exempt de dégradations : la page de titre, usée, est partiellement déchirée et deux petits fragments manquent ; cette même page et le verso des quatre suivantes ont été défigurées par des gribouillages à l’encre.

Niccolò Bertrucci et son œuvre : une médecine du XIVe siècle

Peu de chose sont connues de lui, ce qui est le plus souvent le cas pour les auteurs du Moyen Âge. D’origine lombarde, sans doute né dans le dernier quart du XIIIe siècle, il a été l’élève puis le successeur de Mondino de’ Liuzzi (v. 1270-1326), professeur d’anatomie à l’université de Bologne, la plus ancienne d’Europe9, et le premier à pratiquer des dissections dans son enseignement dès 131510. Suivant ceux de de’ Liuzzi, la haute tenue des enseignements de Niccolò Bertrucci est attestée par le célèbre médecin et chirurgien français, Guy de Chauliac (1298-1368), qui a étudié à Bologne et l’appelle son maître11. Niccolò Bertrucci meurt en 1342 – ou 1347 selon les sources.

Aucun des travaux anatomiques pourtant réputés de Bertrucci n’est repris dans ce florilège de ses œuvres12. Depuis 1490, on dispose en Europe de traduction latines correctes de l’œuvre de Galien, et la littérature anatomique antérieure issue de traductions arabes commence à devenir obsolète13. C’est probablement pourquoi seuls des ouvrages médicaux sont compilés dans notre volume. Plus exactement, ce recueil rassemble des travaux couvrant un large spectre de la chose médicale :

  • Une première partie sur la « recommandation médicale » qui propose un exposé des affections touchant des parties du corps ;
  • Une deuxième sur la « conception du médecin », c’est-à-dire sur le comportement et l’éthique du praticien ;
  • Une troisième sur les « règles de santé », traité d’hygiène de vie essentiellement diététique ;
  • De la quatrième à la sixième partie des développements sur des maladies touchant l’ensemble du corps (malaises de la tête aux pieds, malaises généraux et fièvres, crises et maladies aigües) ;
  • Une septième partie sur les « drogues », c’est-à-dire les médicaments ;
  • Enfin, une huitième et dernière sur les « ornements », autrement dit les cosmétiques qui font alors partie de la médecine.

Bertrucci applique dans son œuvre la théorie avicennienne14, laquelle scinde la science médicale en théorie et en pratique mais avec la conception d’une théorie orientée vers la pratique. Il affirme dans ses écrits n’y faire figurer aucune observation qu’il n’a constatée de lui-même. De même, il organise sa démarche de manière rationnelle selon la méthode avicennienne, où chaque exposé clinique est systématiquement organisé en 4 parties :

  • Methodus : exposition rationnelle des faits observés ;
  • Emperica : traitement empirique qu’il convient d’adopter ;
  • Canones : les références à la maladie dans l’œuvre d’Avicenne, sorte de bibliographie ;
  • Pronosticatio : probabilité du résultat selon l’état du patient.

Notre « doyen » dans son époque : un livre médical du début du XVIe siècle

Rappelons que le premier ouvrage imprimé en Occident, la Bible à 42 ligne de Johannes Gutenberg, apparait en 1455, et que les premiers tirages de livres de médecine ont lieu vingt ans plus tard. Notre « doyen » ne fait donc pas tout à fait partie de l’enfance du livre médical, mais il n’en demeure pas moins un produit des évolutions qu’il connait.

La médecine médiévale est fondée sur les œuvres antiques d’Aristote et de Galien, par l’intermédiaire des ouvrages d’Averroès et surtout d’Avicenne, dont le Canon est parvenu en Europe via l’Espagne au XIIe siècle15 ; Bertrucci se réclame ouvertement de ce dernier, dont nous avons vu qu’il applique la méthode scientifique. Toutefois, on en restait alors à une connaissance dogmatique, où l’on tenait pour définitive la théorie des maîtres pour la compréhension des observations faites. Si les XIVe et XVe siècles voient une certaine réhabilitation de la pratique, d’où la réapparition de la dissection anatomique, ce n’est qu’en vue de vérifier les principes et jamais de les remettre en cause.

La Renaissance va donner lieu à une critique sévère de cette médecine. Initiée dès les premiers feux de l’humanisme par Pétrarque (1304-1374) et poursuivie tout au long du XVe siècle16, elle se fonde sur la volonté de se référer aux textes antiques les plus fidèles possibles17. Par-là, elle va conduire à une condamnation de la science transmise par les Arabes, et tout particulièrement de celle d’Avicenne, en raison des multiples erreurs d’interprétation intervenues au fil des traductions. Cette critique va connaitre un peu plus tard son apogée avec Paracelse (1493-1541)18 et André Vésale (1514-1564) qui, en comparant sans tabou leurs observations aux textes anciens, sapent de manière irrémédiable les dogmes de la médecine antique galéniste.

Du point de vue de la médecine, c’est donc, paradoxalement, l’absence de toute réédition des œuvres de Bertrucci après 1537 qui fait l’importance de notre « doyen », puisqu’elle témoigne d’une transition qui voit l’abandon progressif de la médecine médiévale. Pour ce qui est de sa forme, nous l’avons dit plus haut, s’il présente des caractères archaïques, il se place tout de même résolument dans le mouvement qui va aboutir au livre contemporain. Toutes ces raisons font de notre exemplaire des œuvres de Niccolò Bertrucci un symbole de l’évolution du livre médical à la Renaissance, autant comme livre que comme source scientifique.

Bibliographie

  • SPRENGEL, Kurt, Histoire de la médecine depuis son origine jusqu’au dix-neuvième siècle, Paris, 1815.
  • GRMEK, Mirko D. (dir.), Histoire de la pensée médicale en Occident, Paris, 2014.

Crédits

Photographies de Sarah Kuniecki et J.-L. Texier

Traduction latine de Serge Chassang

Merci à Nathalie Decque, Sarah Kuniecki et Anne-Céline Lambotte-Mosseron pour leur aide.

  1. Impression originale presque entière des recherches en médecine de Bertrucius de Bologne dans laquelle sont contenus les écrits suivants – suivi de 8 titres. []
  2. Plus quelques publications partielles en Allemagne dans les années 1530. []
  3. En plus d’AMU, la Bibliothèque nationale de France, la bibliothèque universitaire Sainte-Geneviève à Paris et la bibliothèque municipale du Mans. []
  4. 2 en Allemagne et 2 en Suisse. []
  5. Technique apparue en France au XIVe siècle. []
  6. Contrairement aux papiers utilisés depuis le milieu du XIXe siècle, faits de pâte de bois, qui s’acidifient naturellement et s’autodétruisent plus ou moins vite, à moins de traitement coûteux… []
  7. Afin de ménager leurs efforts, les copistes médiévaux remplaçaient certaines chaines de caractères courantes par des signes spéciaux, dont un petit nombre sont toujours utilisés – esperluette, tilde, etc. []
  8. Seigneur, même si tu causes ma perte, j’espèrerai en toi. []
  9. Attestée dès 1088 et reconnue par l’Empereur germanique Frédéric Barberousse en 1158. []
  10. Décrite dans son Anathomia de 1316. []
  11. Dans son ouvrage appelé le Guydon (Inventarium sive chirurgia magna, 1363), où il relate ses cours d’anatomie. []
  12. Ni dans l’édition de 1509 ; mais ils figurent en première partie de l’édition allemande de 1537. []
  13. Obsolescence qui devient définitive en 1525-1526 avec la publication en grec d’éditions fidèles des œuvres complètes d’Hippocrate et de Galien. []
  14. D’Avicenne, alias Abu ʾAli al-Husayn Ibn Abd Allah Ibn Sina (980-1037), célèbre médecin persan. []
  15. Traduction du Kitab Al Qanûn fi Al-Tibb (Livre de la loi concernant la médecine) en 1187 à Tolède par Gérard de Crémone. []
  16. Avec notamment les Italiens Niccolò Leoniceno (1428-1524) et Alessandro Benedetti (1452-1512). []
  17. Qui sont en fait d’origine carolingienne (IXe siècle), époque de copie des livres antiques qui leur étaient parvenus. []
  18. Alias de Philippus von Hohenheim, médecin et philosophe suisse. []

Le legs Villeneuve : les fiches de la Maison d’accouchement de Marseille

Une partie importante des collections patrimoniales des bibliothèques de l’université est issue de dons. Ainsi, au sein du département santé d’AMU, des documents anciens et de valeurs proviennent notamment du legs opéré par le professeur Étienne Villeneuve en 1882. Ce legs d’une documentation professionnelle à la bibliothèque de l’École de médecine et de pharmacie de Marseille1, n’est pas un cas isolé. Les fonds patrimoniaux des bibliothèques de santé d’AMU proviennent en bonne partie de libéralités d’enseignants du XIXe et du XXe siècle. Parmi celles-ci, le legs du professeur Villeneuve se distingue par la valeur des ouvrages d’obstétrique transmis tout autant que par la renommée du légateur. C’est un des trésors du legs Villeneuve que nous nous proposons de découvrir ici : les fiches de la Maison d’accouchement.

Image ci-dessus: fonds Villeneuve, boîte de fiches d’accouchement – année 1832. Marseille, Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone.

Étienne Villeneuve (1800-1882), pionnier de l’obstétrique à Marseille au XIXe siècle

Né le 29 avril 1800 à Marseille, Étienne Villeneuve est le fils d’un médecin, ancien chirurgien2 sous l’Ancien Régime installé à Lambesc. Il entre en 1816 comme élève en chirurgie à l’Hôtel-Dieu de Marseille. Faisant partie des premiers élèves de l’École secondaire de médecine de Marseille, ancêtre de la Faculté ouverte en 1818, il y est externe dès l’année suivante puis se distingue par la réussite de plusieurs concours de recrutement d’interne des hôpitaux de Marseille (en chirurgie en 1821, comme chirurgien-chef à l’hôpital de la Charité3 de 1823 à 1826 puis comme premier chirurgien-chef interne de l’Hôtel-Dieu en 1828). Il passe sa thèse à Montpellier en 1830, sur un sujet4 qui consacre son domaine de prédilection : l’obstétrique. Recruté cette même année comme chirurgien en chef de la Maison d’accouchement de Marseille, située en haut de la Canebière, il occupe ce poste sans interruption jusqu’en 1874 et son départ à la retraite. Cette maternité est alors un établissement de bienfaisance, destiné aux femmes les plus pauvres de la Ville, notamment les « filles-mères » et les prostituées – au XIXe siècle, on accouche au domicile familial. Il y gagna toutefois une excellente réputation d’accoucheur, et, par là une clientèle privée. Il y rencontra également son épouse, Hélène Jolly, maîtresse sage-femme à la maternité. Dès 1828, le ministère de l’instruction publique l’autorise à donner au sein de l’Hôtel-Dieu un cours d’accouchement qu’il assure gratuitement, premier acte d’une vocation d’enseignant qu’il n’abandonnera qu’en 1882 peu de temps avant sa mort. De 1831 à 1874, il donne également le cours annuel d’accouchement aux sages-femmes en formation à la maternité. Praticien, enseignant et chercheur, il est l’auteur de nombreuses études – sur la mécanique et l’anesthésie obstétricales, la césarienne ou encore l’usage des forceps – membre ou correspondant de plusieurs sociétés savantes à Marseille comme ailleurs en France et à l’étranger, et membre-fondateur de la revue Marseille Médical à partir de 1864. Il sera aussi conseiller municipal de Marseille. Il meurt après une courte maladie, le 29 mars 1882.

Fonds Villeneuve - Premières fiches d'accouchement de l'année 1832 Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
Fonds Villeneuve – Premières fiches d’accouchement de l’année 1832
Marseille, Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
Un don remarquable : les fiches d’accouchement de la maternité de Marseille

Ce fonds est un ensemble de 5 891 fiches relatant avec précision le séjour et l’accouchement d’autant de femmes accueillies par la Maison d’accouchement entre 1832 et 1874. Dans un bon état de conservation, elles ont été rassemblées en 38 boites d’archives couvrant les années 1832 à 1874 à raison d’une ou deux années par boîte. Ces fiches, écrite de la main de la sage-femme ayant assisté la patiente, sont établies sur un formulaire en feuillet double en un exemplaire, parfois doublé. Elles indiquent l’année et la date de rédaction, le nom de la rédactrice et sont divisées en deux colonnes : une à gauche d’observations cliniques chiffrées concernant la mère comme l’enfant, l’autre à droite présentant la patiente, les informations recueillies lors de son admission, le déroulement de son séjour et de son accouchement ainsi que son état de santé et celui de son enfant à la sortie de l’établissement. La première fiche date d’un an après l’arrivée du docteur Villeneuve à la tête du service chirurgical de la maternité et la dernière de l’année de son départ en retraite. Connaissant l’usage que le professeur Villeneuve faisait des statistiques dans sa réflexion médicale, présent dès la rédaction de sa thèse, il est donc probable qu’elles furent rédigées à sa demande, sur un modèle établi peut-être à son initiative. Ce fonds, qui retrace l’activité d’une maternité du XIXe siècle sur plus de quarante ans, se révèle une source irremplaçable pour qui s’intéresse à l’histoire de la santé des femmes et des nouveau-nés, en particulier à Marseille, grande ville portuaire.

Fonds Villeneuve - Première fiche d'accouchement de l'année 1832: pages intérieures Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
Fonds Villeneuve – Première fiche d’accouchement de l’année 1832: pages intérieures
Marseille, Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
La rencontre du patrimoine de la BU et des études en sciences maïeutiques

Ce fonds n’est pas inconnu des enseignants-chercheurs et des consultations ont déjà eu lieu par le passé. Toutefois, c’est après une longue interruption que l’année universitaire 2014-2015 a de nouveau vu des études entreprises à l’aide de ces documents. Le secteur « fonds patrimonial » des bibliothèques de santé d’AMU a en effet accueilli lors de l’année universitaire 2014-2015 deux étudiantes sages-femmes de l’École de maïeutique de Marseille souhaitant travailler sur les fiches d’accouchements. Grazia Sabatino, ayant choisi de se consacrer à une histoire de la césarienne5, se proposait dans un premier temps de comparer les pratiques de ce mode chirurgical d’accouchement depuis le XIXe siècle. Malheureusement, le nombre de dossiers concernant une césarienne s’avéra trop limité pour être significatif – jusqu’à la fin du XIXe siècle, la césarienne restait une pratique plus qu’exceptionnelle, réservée soit à l’extraction de l’enfant après le décès de la mère, soit à des cas désespérés en raison d‘un taux de mortalité insupportable (jusqu’à 90 %). Son étude dû donc se porter sur d’autres aspects de l’évolution de ce mode d’opération sur les vingt dernières années. La recherche d’Océane Donati sur l’hémorragie de la délivrance6 qui frappe parfois les femmes venant d’accoucher fut plus heureuse. Cet accident dangereux de l’accouchement survient aux femmes en couche depuis aussi longtemps qu’on s’en souvienne, et les fiches d’accouchement le relatant ne manquaient pas. Se limitant aux années 1868 à 1870, l’auteur pu constituer une cohorte de 682 grossesses permettant de mener une étude statistique – même limitée aux femmes de condition modeste qui fréquentaient cette maternité. Elle put toutefois faire apparaître trois facteurs de décès par de telles hémorragies : un âge supérieur à 30 ans, l’utilisation de forceps lors de l’accouchement et une durée d’accouchement supérieure à 10 heures.

  1. Avant la création de la faculté de médecine et de pharmacie de Marseille, en 1930, l’École de médecine et de pharmacie de Marseille créée en 1818 enseignait la médecine sans pouvoir délivrer de diplôme ; ses étudiants devaient, leurs études achevées, aller soutenir leur thèse auprès d’une faculté de médecine proprement dite – le plus souvent Montpellier ou Paris. []
  2. Sous l’Ancien Régime, le métier de chirurgien, praticien « manuel », était distinct de celui de médecin, praticien « intellectuel ». []
  3. Actuelle Vieille Charité, ensemble muséal et de recherche scientifique situé dans le quartier marseillais du Panier. []
  4. « Des vices de conformation du bassin considérés comme obstacles à l’accouchement ». []
  5. Grazia Sabatino, L’histoire de la césarienne : les raisons d’un succès, mémoire pour l’obtention du diplôme d’État de sage-femme de l’École universitaire de maïeutique Marseille Méditerranée, 2015. []
  6. Océane Donati, L’hémorragie du post-partum au 19ème siècle et de nos jours à Marseille, mémoire pour l’obtention du diplôme d’État de sage-femme de l’École universitaire de maïeutique Marseille Méditerranée, 2015. []