Archives de catégorie : Actualités

Quel lien existe-t-il entre un collégien de Saône-et-Loire et la collection d’insectes de la Faculté des Sciences Saint-Charles ?

Gabriel est collégien et du haut de ses 13 ans il a entrepris, sous la direction de G. Nève (MCF IMBE), de reclasser la collection d’insectes et de restaurer les échantillons les plus endommagés. Inscrit au Collège Jeanne d’Arc de Paray-le-Monial en Saône-et-Loire, Gabriel Champenois a réalisé son stage de 3e à l’Université d’Aix-Marseille, du 12 au 16 décembre 2016. Son action n’était pas superflue puisque certains échantillons ont été collectés dans les années 1920 et qu’au fil du temps, du fait de leur utilisation pour démonstrations en Travaux Pratiques, ces échantillons, à l’origine minutieusement rangés dans leurs boîtes, ont été mélangés et pour certains abîmés. Le manque de suivi de la collection a permis à des anthrènes de coloniser certains spécimens, qui furent consommés de l’intérieur.

G. Champenois restaure minutieusement un insecte sous l’œil attentif de G. Nève.

Durant son stage, Gabriel s’est d’abord attaché à reclasser les différents échantillons par Ordres (Coléoptères, Diptères, Lépidoptères, …), reconstituant des boîtes essentiellement sur des bases de systématique. Pour ce faire, plus de 2000 échantillons ont été examinés, les échantillons trop dégradés ont été définitivement retirés. Certaines boîtes ont été restaurées, par remplacement du fond en liège par un fond en émalène ou par un recollage de leur vitre. Deux boîtes destinées à illustrer les couleurs chez les insectes ont été confectionnées à partir de différents groupes taxonomiques.

Gabriel a également entrepris de restaurer certains échantillons malmenés au fil du temps. Par exemple, deux coléoptères remarquables originaires de Guyane ont ainsi été restaurés : Les restes des anthrènes qui en avaient mangé les entrailles ont été retirés, et leur corps ont été reconstitués par un recollage de la tête, du thorax et de l’abdomen.

Un échantillon très détérioré, en préparation en vue de son « remontage »

Effet des anthrènes sur un callosome : les nymphes de celles-ci en avaient rempli complètement l’abdomen, en faisant éclater l’élytre gauche. Nous avons ici fait le choix de conserver les exuvies, afin de démontrer l’effet de ravageurs des collections.

La collection restaurée est rangée en 47 boîtes : neuf boîtes de Coléoptères, dix boîtes de Diptères, huit boîtes d’Hyménoptères, et quatre boîtes d’Hémiptères, le reste étant consacré aux autres ordres et aux boîtes thématiques (une boîte ancienne d’insectes nuisibles et deux boîtes relatives aux couleurs chez les insectes). Cette collection qui n’était presque plus utilisée dans le cadre des enseignements du fait de son mauvais état va pouvoir de nouveau regagner les paillasses d’enseignements. Il reste toutefois à ordonner les insectes par familles et genres au sein des boîtes.

Une boîte après le tri : les échantillons trop abîmés ont été retirés, et le fond de la boîte nettoyé. La boîte est ensuite passée au congélateur pendant trois semaines pour prévenir une réinfestation par les anthrènes.

Boîte historique « insectes nuisibles », datant vraisemblablement d’avant 1950. Le frelon, mangé complètement par des anthrènes a été remplacé, mais le reste de la boîte est resté dans son état original.

Cette restauration s’inscrit dans un long travail d’inventaire, de classement et de restauration de la collection de zoologie de la Faculté des Sciences Saint-Charles. Après l’obtention de financements pour la restauration d’une partie non négligeable de la collection de naturalisés, ce travail de restauration de la collection d’insecte fait suite au tri et à l’inventaire de la collection de gastéropodes et de la collection de coraux et d’éponges réalisés par Madame et Monsieur Galissian (MCF retraités).

Regards sur le patrimoine mobilier de l’enseignement scolaire et universitaire : les 30èmes journées d’études de l’association des conservateurs des antiquités et objets d’art de France

Depuis 1986, les journées d’études de l’association des conservateurs des antiquités et objets d’art de France proposent des rencontres professionnelles et des échanges d’expériences autour d’un thème spécifique relevant du patrimoine mobilier. En 2016, c’est à Cahors (Lot), du 29 septembre au 1ier octobre que se sont déroulées les 30èmes journées d’études consacrées au patrimoine scolaire, de l’école primaire jusqu’à l’université.

En associant des professionnels de la conservation et de la restauration, des chercheurs et des universitaires, des associations et des enseignants, ces journées ont permis de présenter cette forme particulière de patrimoine mobilier qu’est le patrimoine de l’enseignement scolaire et universitaire. Elles ont également permis de s’interroger sur les pratiques actuelles des acteurs des Monuments Historiques et des autres disciplines relevant du champ culturel (musées, ethnologie, inventaire, …), visant à l’étudier, le sauvegarder et le faire connaître.

Les communications se sont organisées autour des 4 thèmes:

– La reconnaissance institutionnelle pour le patrimoine de l’enseignement : monuments historiques et/ou musées ;

– Le patrimoine de l’enseignement, avec le mobilier et matériel scolaires comme supports de la pédagogie et l’art à l’école ;

– Connaître et protéger le patrimoine de l’enseignement : illustration avec la commande publique du 1% artistique et le patrimoine à l’Université.

– Transmettre le patrimoine de l’enseignement : l’école au musée, les musées de l’école et la réhabilitation des établissements scolaires.

La thématique du patrimoine à l’Université y a été abordée avec 5 communications :

1/ C’est l’Université de Montpellier avec l’intervention d’H. Palouzié (Conservatrice des antiquités et objets d’art de l’Hérault) et de C. Ducourau-Girard (Conservatrice du patrimoine, Directrice de la culture scientifique et du patrimoine historique, Université de Montpellier) qui a ouvert la session. Intitulée « Les collections des Universités de Montpellier : de l’objet d’étude à l’objet de musée », cette communication a porté sur les objets d’enseignement et sur le mode de diffusion du savoir au 19e siècle à partir de modèles anatomiques en série et de la science médicale en carton-pâte. Cette communication a mis en évidence que les modèles d’anatomie artificielle sont avant tout des objets didactiques à caractère pédagogique.

2/ Ce sont ensuite J. Boustié (Professeur, Chargé de mission CST à l’Université de Rennes 1) et M. Lemaire (Chargée de collections muséales à l’Université de Rennes 1) qui ont présenté « Les collections scientifiques de l’Université de Rennes 1. Un patrimoine à découvrir au service de l’enseignement et de la recherche ». Ces auteurs ont mis l’accent sur la qualité, le nombre des objets détenus mais aussi et surtout sur la palette des disciplines que présente le patrimoine universitaire : archéologie, botanique, géologie, physique, chimie, électronique, informatique, mathématiques, zoologie, livres et documents, beaux-arts. Ils ont ensuite insistés sur le témoignage que constituent ces collections pour la recherche et la diffusion des savoirs.

3/ D. Issenmann, Chargée des collections au Jardin des Sciences de l’Université de Strasbourg a présenté une communication sur la thématique de la préservation : « Comment préserver et valoriser le patrimoine des sciences physiques ? L’exemple de la collection pédagogique de l’Institut Le Bel ». D. Issenmann a montré comment, dans le cadre d’un partenariat avec le Service régional de l’Inventaire, l’Université de Strasbourg a réussi à préserver, au gré d’un déménagement, une collection d’instruments pédagogiques en sciences physiques. Outre les enjeux et les modalités de sauvegarde, de préservation des objets, cette communication a souligné l’importance de documenter les instruments et de collaborer avec les enseignants chercheurs.

4/ S. Tomezak (Chargée de l’inventaire et de la valorisation au sein de la mission PATSTEC-MIP, Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées) et E. Moureau (conservateur des antiquités et objets d’art du Tarn-et-Garonne) ont présenté « PATSTEC, un futur patrimoine de la recherche : les missions conduites pour le patrimoine scientifique contemporain et l’exemple des collections de l’ESPE de Montauban ». Après une présentation de la mission PATSTEC, ces deux auteurs ont relaté comment leur campagne d’inventaire menée en 2012 à l’ancienne école normale de Montauban a permis d’identifier des pièces rares, de les protéger parmi les monuments historiques et de mettre à l’étude un projet de présentation au public.

5/ Enfin, j’ai présenté « Le Musée de l’Institut colonial de Marseille : outil pédagogique d’hier et d’aujourd’hui ». Parmi les différentes collections présentent au sein de l’Université d’Aix-Marseille le Musée Colonial de Marseille avait pour objectif, à sa création, de faire le bilan des richesses naturelles coloniales, de les étudier et de les utiliser pour « instruire par la parole ». Après une description de l’institut et de ses collections, j’ai abordé ses usages passés et montré comment ces collections s’intègrent toujours dans le paysage universitaire pour la diffusion des savoirs.

Pour conclure, les différentes communications de la session relative au patrimoine universitaire dans l’enseignement ont mis en lumière les faiblesses et les atouts d’un patrimoine considérable qui reste malgré tout largement méconnu. Les exemples présentés lors de ces journées d’étude soulignent la grande richesse et la grande diversité des collections universitaires. Encore conservées dans leur contexte scientifique et toujours utilisées, ces collections sont restées associées à de nombreux savoirs qui leur confèrent aujourd’hui une valeur inestimable. Enfin ces différentes communications ont également souligné la grande disparité dans leur prise en compte au sein des universités.

Pour plus d’information :

Vous pouvez accéder aux résumés de toutes les communications à l’adresse suivante : http://caoa.fr/spip.php?article177

Les actes du colloque seront publiés en 2017.

« Les Jeudis de la BU » saison 2017

Les Jeudis de la BU

Les bibliothèques du département sciences et technologies du  service commun de documentation d’Aix-Marseille université propose chaque deuxième jeudi du mois, durant toute l’année universitaire, de découvrir le patrimoine de l’université, la culture scientifique, d’assister à une conférence ou à la présentation d’un livre publié par un enseignant chercheur.

Programme du  jeudi 12 janvier 2017

Bibliothèque universitaire de Saint-Charles à 12h15
DES INSTRUMENTS ARDENTS À LA FORMATION DES IMAGES POUR COMPRENDRE LA VISION ET LES COULEURS DE L’ARC-EN-CIEL
L’auteur du manuel “Bases d’optique géométrique”, paru en septembre 2016 aux Presses Universitaires de Provence, racontera pourquoi il a choisi de se baser sur l’histoire, la pratique, ainsi que sur les quatre étapes évoquées dans le titre de la présentation (Instruments ardents, Images, Vision, Arc-en-ciel) pour introduire les notions d’optique géométrique communément enseignées, afin d’en donner une vision plus profonde, vivante et compréhensible.

Olivier Morizot, Maître de conférences en Physique au Laboratoire PIIM

 

Bibliothèque universitaire de Saint-Jérôme à 12h15
AUTOUR DU GALET
Georges Bronner présentera l’exposition “Autour du galet”, affichée dans les BU sciences à partir du 11 janvier 2017. Cette exposition a été créée à son initiative et à celle de l’association Autour du galet Galaure

Georges Bronner, Maître de conférences en Sciences de la Terre (géologie structurale) – en retraite

 

Bibliothèque universitaire de Luminy à 12h15
La BU sort de sa Réserve, flânerie autour des livres rares de la bibliothèque universitaire
Parmi les trésors de la Réserve patrimoniale de la BU Saint-Charles, venez découvrir quelques très belles pièces d’un grand intérêt scientifique et esthétiquement superbes.

Pierre Ponsot,  Bibliothécaire-Responsable de la BU Saint-Charles

Ouvrages présentés:

Pierre-Joseph GARIDEL Histoires des plantes qui naissent aux environs d’Aix et dans plusieurs autres endroits de la Provence.Aix : Chez Joseph David, 1715

Jean LINDEN Lindenia.Gand : F. Meyer-Van Loo, 1885-1890

Pierre-Louis et Hippolyte-Marie CROUAN Algues marines du Finistère […].Brest : Crouan Frères, 1852

Florule du Finistère. Paris : Klincksieck, 1867

Joseph-Bernard de CHABERT-COGOLIN Voyage fait par ordre du roi en 1750 et 1751, dans l’Amérique septentrionale, pour rectifier les cartes des côtes de l’Acadie […].Paris : de l’Imprimerie royale, 1753

Jean-Baptiste DELAMBRE et Pierre MECHAIN Base du système métrique décimal, ou mesure de l’arc du méridien compris entre les parallèles de Dunkerque et Barcelone, exécutée en 1792 et années suivantes. Paris : Baudoin, Bachelier, 1806-1843

Le corpus numérique «Juri-Provence-Outre-mer-Num» sur les sources du droit en Provence et dans les colonies

Le projet de numérisation porté par la bibliothèque universitaire de droit du SCD d’Aix-Marseille université s’est progressivement constitué depuis 2003, d’abord dans le cadre d’un projet régional puis dans le cadre des deux appels à initiatives retenus par la Bibliothèque nationale de France (BnF) et la Bibliothèque inter-universitaire Cujas.

NB: Attention, les liens donnés vers le texte intégral ne seront plus valables après l’ouverture de la bibliothèque numérique, prévue au printemps 2017.

D’ici-là, pour naviguer dans les fichiers, il faut utiliser internet explorer et le catalogue thématique en ligne (rédigé sous la responsabilité scientifique du Pr. Jean-Louis Mestre), qui est la porte d’entrée actuelle vers les 280 titres numérisés (500 000 pages en ligne à ce jour). Certains documents sont dotés de résumés rédigés par des doctorants en histoire du droit.

I) 2003-2010 – Un projet régional : les sources du droit en Provence sous l’Ancien Régime

En 2003, l’idée d’un projet de numérisation est apparue à la faveur de la rétroconversion livre en main des ouvrages anciens de la Bu droit d’Aix dans le Sudoc (10 000 volumes environ antérieurs à 1900).

Les premiers contacts ont été alors pris avec la BIU Cujas, bibliothèque CADIST et pôle associé de la BnF en sciences juridiques, en vue d’un programme partagé de numérisation, parallèlement à la consultation des historiens du droit de l’université d’Aix-Marseille (http://cerhiip.univ-amu.fr/) pour définir les priorités à numériser.

De 2005 à 2009, les premiers ouvrages sont numérisés avec la bibliothèque Méjanes et un acteur régional, le Centre de conservation du Livre d’Arles (CCL), dans le cadre de la bibliothèque provençale numérique et de la base Internum, devenue depuis la base e-corpus (http://www.e-corpus.org/). Ce corpus initial concerne les arrêtistes (ou compilateurs d’arrêts) du Parlement de Provence et les statuts et coutumes de Provence.

En 2009, l’Université d’Aix-Marseille commémore les 600 ans de sa fondation : la Faculté de droit d’Aix en est l’élément le plus ancien et le plus actif, son essor étant lié à l’activité très importante du Parlement de Provence (1501-1790) puis de la Cour d’appel d’Aix (depuis 1800), qui est la 2e de France par le volume du contentieux traité.

L’élaboration d’une exposition et la participation à la rédaction d’un ouvrage mémorial (Six siècles de droit à Aix 1409-2009) image1

donne l’occasion aux bibliothécaires de recherches approfondies dans l’histoire de notre institution et les sources locales, très utiles pour l’élaboration du corpus.

Parallèlement, des stagiaires de masters professionnels des bibliothèques indexent près de 2 500 factums (ou mémoires judiciaires), préalable nécessaire à leur signalement dans le sudoc puis à leur numérisation : ce travail, ainsi qu’un inventaire des autres fonds de factums dans les Bouches-du-Rhône, ont été présentés en 2012 au colloque de Clermont sur les Factums, qui a réuni chercheurs et bibliothécaires : Découverte et valorisation d’une source juridique méconnue : le factum ou mémoire judiciaire, n° 3 de La Revue (Centre Michel de l’Hospital).

En 2010, un premier projet d’envergure est réalisé avec la région PACA et l’Union européenne (prêt d’une station de numérisation par le CCL) dans le cadre de la base e-corpus. 110 000 pages issues de la Réserve de la Bu droit d’Aix sont numérisées en trois mois et concernent :

Ordonnances de François 1er pour la Provence (1535)

  • une trentaine de manuscrits des XVIIe – XVIIIe siècles : dictionnaires, ouvrages de droit romain appliqué à la Provence, cours, dont celui de Jean-Joseph Julien (1704-1789), professeur de Portalis (ce dernier reprendra la plan des Institutes de Julien dans la rédaction du Code civil de 1804).

image2

  • un ensemble d’imprimés provençaux d’Ancien Régime, dont des recueils factices d’actes royaux (édits, arrêts, déclarations…) enregistrés au Parlement de Provence
  • 38 recueils de factums manuscrits et imprimés du XVIIIe siècle

II) 2011-2012 – Le premier projet réalisé avec la BnF : extension du périmètre à l’époque contemporaine

En 2011, le projet de l’université Paul Cézanne est retenu en réponse au 1er appel à initiatives de numérisation en sciences juridiques BnF-Cujas. Le projet se monte à 190 000 pages (grâce à 10 000 € de subventions pour recruter des vacataires étudiants).

A) Il s’agit de compléter le projet pour l’Ancien Régime et la Révolution :
  • Œuvres de juristes aixois ayant une portée nationale comme :

les Basiliques de Fabrot, première traduction latine de cette compilation byzantine (7 volumes in folios publiés à Paris chez Cramoisy en 1647)

im0d3c1

– le Dictionnaire de droit canonique de Durand de Maillane (Lyon, Duplain, 1776).

– le Courrier de Provence de Mirabeau : il contient par exemple nombre de réflexions sur l’élaboration de la constitution de 1791 et les autres lois révolutionnaires (cf. la thèse de François Quastana, La pensée politique de Mirabeau, 1771-1789: « républicanisme classique » et régénération de la monarchie française, PUAM, 2007).

B) Le projet s’élargit aussi aux XIXe et XXe siècles :

III) 2013-2014 – Le second projet réalisé avec la BnF : extension du périmètre à la doctrine récente et à l’Outre-mer

En 2013, le projet de l’université d’Aix-Marseille est retenu en réponse au 2e appel à initiatives de numérisation en sciences juridiques BnF-Cujas. Le projet se monte à 160 000 pages (grâce à 14 000 € de subventions pour recruter des vacataires étudiants).

A) Il s’agit encore de compléter les sources du droit en Provence  :
  • jurisprudence du Parlement et de la Cour d’appel :  notamment 7 recueils de factums imprimés du XVIIIe siècle et de nombreuses pièces isolées du XIXe siècle (dont la célèbre affaire du Canal de Craponne, qui a conduit la Cour de Cassation a écarter la théorie de l’imprévision en 1876)
  • diverses sources du droit local : actes de la ville de Marseille; premiers statuts de Provence, imprimés à Lyon en 1504, signalés dans le Gouron-Terrin, Bibliographie des coutumes de France, 1975.

image5

  • suite du corpus doctrinal :

– antérieur à 1789 (Du Vair, Fabrot, La Rouvière…)

– ou postérieur d’importance nationale, comme  Portalis (De l’usage et de l’abus de l’esprit philosophique durant le XVIIIe siècle de Jean-Etienne-Marie Portalis, rééd. Dalloz 2007 ; Du devoir de l’historien de Joseph-Marie Portalis) ou Siméon (Choix de discours et d’opinions,  ou Opuscules : cf. thèse de Pierre Taudou, Joseph-Jérôme Siméon juriste et homme politique, Faculté de droit d’Aix, 2006)

B) Le corpus s’élargit à la doctrine contemporaine

Le projet a l’originalité de proposer la numérisation des grandes revues de la Faculté au XXe siècle (près de 50 000 pages, avec des centaines d’ayants droit à rechercher), dont l’intérêt dépasse largement le cadre aixois :

image2

image1

Est aussi numérisée une revue importante pour les professionnels du droit des transports, dirigée par une famille d’avocats maritimistes marseillais : la revue Scapel ou Revue de droit commercial, maritime, aérien et des transports (1923-2010).

image3

C) Le corpus s’étend enfin à l’Outre-mer

L’élargissement du projet à l’Outre-mer était très naturel, vu la vocation méditerranéenne et ultra-marine de la région d’Aix-Marseille.

La proximité du port de Marseille a bien sûr favorisé l’émergence de chaires de droit maritime, commercial puis colonial, au cours des XIXe et XXe siècles, parallèlement à la multiplication du contentieux traité en appel à Aix. Le ressort de la Cour d’Aix s’est d’ailleurs étendu aux « échelles du Levant et de Barbarie » jusqu’en 1939 (cf. par ex Henri Verdun, L’Œuvre de la Cour criminelle des Échelles du Levant et de Barbarie : extrait des Annales de la Faculté de droit d’Aix-en-Provence, n°34, 1942).

De nombreux centres de recherches liés aux colonies et à l’Outre-mer se sont également créés, depuis la médecine tropicale jusqu’au récent Institut de droit de l’Outre-mer, transféré de Montpellier à Aix en 2007.

Voir aussi la création de périodiques, comme les Cahiers aixois d’histoire des droits de l’Outre-Mer français, revue fondée en 2002.

image4

Le corpus colonial se monte à plus de 60 000 pages et concerne notamment les titres suivants :

Sources législatives et règlementaires :

Moniteur officiel des établissements français dans l’Inde, 1850-1880.

Législation de l’ile de la Réunion 1861-1863.

Actes administratifs du Haut-commissariat Syrie-Liban, 1919-1941.

Procès verbaux du Grand Conseil de Tunisie, 1922-1945…

Sources jurisprudentielles :

Jurisprudence algérienne, 1830-1876.

Journal judiciaire de l’Indo-Chine française, 1895-1911

Recueil de jurisprudence coloniale en matière administrative, civile et criminelle,  1861-1867

Conclusion

L’ensemble de ces documents sur les sources du droit en Provence et dans les colonies depuis le XVIe siècle seront consultables dans la bibliothèque numérique encyclopédique AMUNUM qui devrait ouvrir au printemps 2017 : celle-ci permettra notamment le moissonnage des documents par Gallica.

D’autres projets sont en cours concernant les thèses et cours dactylographiés de la faculté de droit d’Aix (nécessitant une recherche des ayants droit), et le fonds Portalis acquis lors de la vente aux enchères du 24 novembre 2012.

Remerciements aux partenaires

Nous remercions bien entendu tous nos partenaires, notamment la BnF et la BIU Cujas, ainsi que les institutions ayant prêté des documents :

Archives Nationales d’Outre-mer

Archives Départementales des Bouches-du-Rhône 

Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale de Marseille            

Bibliothèque Municipale d’Aix-en-Provence

Bibliothèque de la Chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence

Les Jeudis de la BU

            Les bibliothèques du département sciences et technologies du  service commun de documentation d’Aix-Marseille université propose chaque deuxième jeudi du mois, durant toute l’année universitaire, de découvrir le patrimoine de l’université, la culture scientifique, d’assister à une conférence ou à la présentation d’un livre publié par un enseignant chercheur.

Programme du  jeudi 08 décembre 2016

Bibliothèque universitaire de Luminy à 12h15. Comprendre et connaître sa mémoire. Pourquoi comprendre et connaître sa mémoire peut aider à réussir son année universitaire. Conseils et astuces pour mieux réussir dans ses études.

Christophe Rodo, Doctorant à Aix-Marseille université

Bibliothèque universitaire de Saint-Charles à 12h15 présentation d’un ouvrage sur les calanques de Marseille; d’un passé industriel à un présent tourné vers la biodiversité.   Les calanques de Marseille offrent une situation paradoxale de pollution passée et présente et de forte biodiversité: Que peut-on en apprendre pour mieux gérer ce territoire pour le futur ? http://catalogue.univ-amu.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=959691

Isabelle Laffont-Schwob, Enseignant-Chercheur AMU/CNRS/IRD/UAPV

Bibliothèque universitaire de Saint-Jérôme à 12h15 Flânerie autour des livres rares et précieux de la BU. Parmi les trésors de la Réserve patrimoniale de la BU Saint-Charles, venez découvrir quelques très belles pièces d’un grand intérêt scientifique et esthétiquement superbes.

Pierre Ponsot,  Bibliothécaire à Aix-Marseille université

polypodium_vulgare_moore2Polypodium vulgare in The Ferns of Great Britain and Ireland / By Thomas Moore…, ed. by John Lindley…, nature-printed by Henry Bradbury .- London: Bradbury and Evans, 1855. Licence domaine public, source Wikimedia Commons.

 

 

Ramon Llull ou Raymond Lulle à la BU Lettres d’Aix

A la fois philosophe et poète ayant ayant largement contribué à la construction littéraire de la langue catalane, théologien, prédicateur se donnant lui-même le titre d’arabus christianus1 , proclamant dans ses œuvres sa folie et revendiquant le titre de docteur illuminé, mystique considéré comme bienheureux voire comme saint en Catalogne en même temps que la postérité lui a attribué d’importants traités alchimiques qu’il n’a jamais écrit, Raymond Lulle est un des personnages les plus fascinants du XIIIe siècle.

Raymond Lulle (gauche) et Thomas le Myésier (droite) : Illustration de Electorium parvum seu breviculum (vers 1321). Dans Raimundus Lullus, Thomas le Myésier: Electorium parvum seu breviculum (nach 1321) Badische Landesbibliothek, Cod. St. Peter perg 92, Blatt 11v. Licence domaine public, source Wikimedia Commons.
Raymond Lulle (gauche) et Thomas le Myésier (droite) : Illustration de Electorium parvum seu breviculum (vers 1321). Dans Raimundus Lullus, Thomas le Myésier: Electorium parvum seu breviculum (nach 1321) Badische Landesbibliothek, Cod. St. Peter perg 92, Blatt 11v. Licence domaine public, source Wikimedia Commons.

Né à Palma de Majorque vers 1232-1235 dans un milieu aristocratique proche du roi Jacques II de Majorque, il est issu d’une famille noble catalane implantée à Barcelone. Son père, qui a accompagné Jacques le Conquérant lors de son offensive sur l’île de Majorque, définitivement conquise sur les musulmans en 1232, reçoit des terres en récompense. Le jeune Raymond Lulle grandit dans un environnement contrasté, près de la cour catalane de Majorque. Il y fait ses premières armes littéraires dans le registre courtois, appliquant à la langue vernaculaire catalane, qui n’a pas encore le statut de langue littéraire, les formes poétiques empruntées à la littérature occitane des jongleurs. Suite à une conversion, vers l’âge de trente ans, il quitte sa femme et ses enfants, entreprend d’apprendre le latin et de suivre une formation philosophique et théologique, au cours de laquelle il apprend également l’arabe.

Au cours de ses nombreux voyages, Raymond Lulle a discuté et controversé avec juifs et musulmans, il a enseigné et prêché. Proche des franciscains, il n’est cependant jamais entré formellement dans leur ordre. Son œuvre immense est tour à tour philosophique et mystique, elle emprunte les voies du récit ou celles du savoir encyclopédique, elle puise dans l’aristotélisme et réfute Averroès. Il se situe à un carrefour de la pensée, en marge des grands courants de son époque – il est contemporain de Thomas d’Aquin. Il est mort vers 1316, probablement au retour d’un voyage à Tunis, qu’il avait entrepris dans le but de prêcher la foi chrétienne auprès des musulmans.

La vérité ineffable. Installation de l'exposition à la BU Lettres et sciences humaines d'Aix (octobre 2016)
La vérité ineffable. Installation de l’exposition à la BU Lettres et sciences humaines d’Aix (octobre 2016)

C’est à l’occasion du 700e anniversaire de sa mort qu’un programme international a été mis en place pour découvrir l’œuvre de ce savant exceptionnel. La BU de Lettres d’Aix propose, du 7 au 14 octobre 2016, une exposition consacrée à cet auteur selon un design innovant, organisée en partenariat avec l’Institut Ramon Llull de Barcelone et Maria-Estralla Massip-Graupera, enseignante de catalan au département d’études hispaniques et latino-américaines (UFR ALLSH). Cette exposition, intitulée La Vérité ineffable. Le Livre de l’ami et de l’aimé de Raymond Lulle, sera complétée par une sélection de livres de la bibliothèque, de la BD à la critique philosophique approfondie, et par la présentation d’un volume de la réserve de la bibliothèque renfermant quelques-unes des premières éditions imprimées de l’œuvre du philosophe catalan.

Recueil factice, SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines, Res 23729. Reliure ancienne, dont le monogramme n'est pour le moment pas identifié.
Recueil factice, SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines, Res 23729. Reliure ancienne, dont le monogramme n’est pour le moment pas identifié.

Ce volume est un recueil factice assemblant diverses éditions humanistes sorties des presses de Josse Bade, un des plus importants imprimeurs parisiens des premières années du XVIe siècle. Érudit humaniste lui-même, originaire de l’actuelle Belgique, Josse Bade a voyagé dans plusieurs villes d’Europe, a enseigné à Valence et à Lyon, avant de s’intéresser de près à la nouvelle technique de l’imprimerie et finalement à installer ses propres presses à Paris. Il est en correspondance avec Érasme, dont il est l’un des éditeurs attitrés. Il fait paraître sept éditions de Raymond Lulle entre 1510 et 1521, signe d’un intérêt fort.

Charles de Bouelles, In hoc opere contenta Commentarius in primordiale Evangelium divi Joannis : Vita Remundi eremitae ; Philosophicae et historicae aliquot epistolae, Paris, Josse Bade, 1514. SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines d'Aix, Res 23729/2
Charles de Bouelles, In hoc opere contenta Commentarius in primordiale Evangelium divi Joannis : Vita Remundi eremitae ; Philosophicae et historicae aliquot epistolae, Paris, Josse Bade, 1514. SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines d’Aix, Res 23729/2

Il publie également les œuvres de Jacques Lefèvre d’Etaples, un des plus influents humanistes français. Ce dernier s’intéresse de très près au mysticisme de Raymond Lulle, dont il fait publier plusieurs textes importants. L’un des plus importants disciples de Lefèvre d’Etaples, Charles de Bouelles, est très influencé par le lullisme. Voyageant en Espagne, et notamment à Majorque, il traduit plusieurs manuscrits en latin ou en espagnol, et rédige une vie de Raymond Lulle, qui, jointe à un commentaire de l’Evangile selon saint Jean, paraît à deux reprises sous les presses de Josse Bade, en 1511 et en 1514. C’est la deuxième édition qui est présente dans le recueil factice conservé dans la réserve de la BU.

Dialectica seu logica nova Venerabilis Eremitae Raemmundi Lulli, éd. Bernard de Lavinheta, Paris, Josse Bade, 1516. SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines d'Aix, Res 27729/3
Dialectica seu logica nova Venerabilis Eremitae Raemmundi Lulli, éd. Bernard de Lavinheta, Paris, Josse Bade, 1516. SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines d’Aix, Res 27729/3

Un autre important disciple de Lefèvre d’Etaples, Bernard de Lavinheta, franciscain qui a enseigné à Salamanque puis à Paris, est beaucoup plus mal connu. Pour la réception du lullisme en France et à Paris à la Renaissance, sa contribution est pourtant essentielle, dans la mesure où il a été le maître d’oeuvre du retour de l’enseignement du lullisme à la Sorbonne, qui début du XVe siècle le condamnait, sous l’influence de Jean Gerson, chancelier de l’université de Paris. Pour asseoir son entreprise, Bernard de Lavinheta entreprend la publication d’une série d’œuvres de Raymond Lulle, surtout logiques, toutes sous les presses de Josse Bade, entre 1514 et 1517. Deux des textes de Raymond Lulle présents dans le recueil factice de la BU appartiennent à cette série. Il s’agit de la Dialectica seu logica nova (1516) et de la Metaphysica nova (1516). En fin de volume, on trouve enfin une autre oeuvre de Raymond Lulle, publiée chez Josse Bade par le même cercle d’humaniste : les Duodecim principa philosophiae Raemundi Lulli (1518).

Plus d’information

Le 10 octobre aura lieu une conférence à l’UFR ALLSH (campus Schuman). Toutes les informations pratiques sont ici : http://allsh.univ-amu.fr/expo-conf%C3%A9rence-et-r%C3%A9cital-raimond-lulle

Bibliographie sommaire

Cet article s’appuie essentiellement sur ces deux références :

Dominique de Courcelles, La parole risquée de Raymond Lulle : entre judaïsme, christianisme et islam, Paris, J. Vrin, 1993 (Problèmes et controverses).

Armand Llinarès, « Le lullisme de Lefèvre d’Etaples et de ses amis humanistes », dans L’humanisme français au début de la Renaissance. Colloque international de Tours, Paris, J. Vrin, 1973 (De Pétrarque à Descartes), p. 127-136.

Par ailleurs, l’article Wikipedia consacré à Raymond Lulle bénéficie du label « bon article ». Voir également le site du Centre de documentation Ramon Llull (Université de Barcelone).

Sur Josse Bade, voir la notice rédigée par Louise Katz à l’occasion de l’exposition Josse Bade, imprimeur humaniste organisée à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne au printemps 2015.

 

  1. Arabe chrétien. []

Venez à la Nuit des chercheurs (30 septembre)!

« Bousculez les idées » : c’est l’intitulé marseillais de la Nuit européenne des chercheurs, qui aura lieu vendredi 30 septembre dans plus de 200 villes d’Europe, dont 12 en France.

mini_0-573237001473947071A Marseille, c’est Aix-Marseille Université qui porte l’événement. La fête se déroulera au Dock des Suds, de 18h à minuit. Le public aura l’occasion d’aller à la rencontre d’une centaine de chercheurs, à travers divers dispositifs ludiques et innovants : rencontres de speed-searching, conférences dans le noir, jeux de bouche-à-oreille, expérience art-science…

La recherche patrimoniale sera représentée par un stand scénographié intitulé « Idées devenues… connaissances. Le manuscrit comme véhicule et support des connaissances ». Autour d’un manuscrit de Pétrarque conservé à la bibliothèque Méjanes à Aix-en-Provence, Valérie Gontero-Lauze, Elodie Burle-Errecade, Florence Boulc’h et Sophie Astier montreront comment croiser la recherche dans diverses disciplines pour identifier, dater et comprendre le manuscrit dans son environnement contemporain et interpréter son contenu.

Pétrarque. Les remèdes de l'une et l'autre fortune. Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, ms. 1800
Pétrarque. Les remèdes de l’une et l’autre fortune. Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, ms. 1800. Fol. 6: la roue de Fortune.

Le stand invitera le public à entrer dans l’univers du livre, littéralement, puisqu’il aura la forme d’un livre géant. On y découvrira comment analyser le contenu littéraire et symbolique de l’œuvre, comment identifier grâce à la spectrométrie les pigments qu’utilisaient les enlumineurs du XVe siècle, ou encore les apports de la recherche sur les anciennes marques de possesseurs… parmi beaucoup d’autres choses.

L’entrée est libre et gratuite.
Dock des Suds, de 18h à 24h.12, rue Urbain V, 13002 Marseille.Informations et contact : Cellule de culture scientifique
http://cps.univ-amu.fr/nuit-europeenne-chercheurs
https://www.facebook.com/events/1776210055948772/

Exposition Le canon et l’éprouvette, La faculté des sciences de Marseille de 1914 à 1918

La présente exposition s’inscrit dans le cadre des célébrations du Centenaire de la Première Guerre Mondiale qui en cette année 2016 verra comme temps forts les commémorations nationales des deux grandes batailles de Verdun et de la Somme en 1916.

Le Département sciences et technologies d’Aix-Marseille université s’associe à cet hommage et vous propose de découvrir, les différents aspects de la vie universitaire à la Faculté des Sciences de Marseille, à travers des documents d’archives, des objets et des ouvrages de cette période, conservés dans les fonds patrimoniaux de la bibliothèque universitaire de Saint –Charles.

En 1911 sur le plateau Saint-Charles, à proximité de la gare, débutent  les travaux de construction dite  de  la « nouvelle faculté » des sciences. Mais dès le commencement  du conflit,  le port de Marseille devient la plaque tournante d’importantes troupes de multiples nationalités qui combattent sur le front français mais aussi sur le front oriental.

Le campement de la 16e compagnie du Train sur le plateau Saint-Charles, 1914. Edouard Cornet. Archives de Marseille AMM 115Fi 1390
Le campement de la 16e compagnie du Train sur le plateau Saint-Charles, 1914.
Edouard Cornet. Archives de Marseille AMM 115Fi 1390

Beaucoup  de blessés affluent aussi et la Faculté est réquisitionnée. L’armée ainsi qu’un hôpital s’installent sur le site. Saint-Charles fait partie des hôpitaux temporaires qui renforcent les établissements militaires ou civils permanents de la ville. Durant la guerre on dénombre près de 4 millions d’hommes qui transiteront par Marseille.

La Faculté des sciences lors du conflit paye un lourd tribut en pertes humaines. Cela atteint aussi bien les étudiants, enseignants et agents de l’université.

L’activité scientifique et intellectuelle reste cependant active et voit durant cette période paraître un nombre non négligeable de publications scientifiques ainsi que le maintien de la continuité des cours.

Plusieurs enseignants de la Faculté seront mis directement à contribution pour l’effort de guerre. En rapport avec leurs travaux et recherches, ils participent activement à différentes études et mises en applications sur le théâtre des opérations, créant de multiples appareils de détections, des postes mobiles de radiographie, ou apportant leurs compétences aux recherches en balistique, mais aussi en chimie, dans l’élaboration d’explosifs.

Cette guerre donne naissance à une « science moderne » notamment avec l’utilisation des gaz chimiques mais aussi avec une multitude d’innovations dévastatrices. Elle se met au service des armées en étroite collaboration avec l’industrie et  s’éloigne  de son idéal de « pureté » et d’universalité.

L’exposition sur la Grande Guerre intitulée « Le canon et l’éprouvette: la faculté des sciences de Marseille, 1914-1918 » se tient du mardi 29 mars au 15 juin 2016 sur 4 sites:

– du mardi 29 mars au vendredi 29 avril 2016 à la BU Saint-Charles

– du lundi 02 mai au vendredi 13 mai 2016 à la BU Saint-Jérôme

– du mardi 17 mai au vendredi 27 mai 2016 à la BU de Luminy

– du mercredi 07 juin au 21 juin au  Pharo au siège d’AMU

Entrée libre et gratuite

Les Collections de Zoologie depuis Albert Vayssière

Marie-France et Alain Gallissian, retraités et autrefois Maîtres de Conférences en Biologie Animale à l’Université de Provence, œuvrent depuis bientôt trois ans dans les collections de Zoologie d’AMU afin d’identifier ou de re-déterminer des échantillons (pour en savoir plus cliquez ici).

Témoins de l’histoire récente des collections de zoologie, ils la retracent en quelques dates clés.

En 1919, dès l’installation des Sciences naturelles dans les nouveaux locaux de la Faculté des Sciences à St Charles, les responsables successifs du laboratoire de Zoologie ont entrepris la constitution d’une collection.

Les apports les plus importants sont dus à plusieurs Professeurs titulaires de la chaire de Zoologie.

Albert Vayssière (1921-1924), également Directeur de la Station Marine d’Endoume, travailla sur les résultats des expéditions du Prince Albert Ier de Monaco et du Dr Charcot. Il fut également l’auteur d’une importante contribution à la connaissance de la faune du golfe de Marseille. Quelques échantillons figurant dans la collection ont encore, aujourd’hui, une étiquette écrite de sa main.

Albert Vayssière, http://america.pink/albert-jean-baptiste-marie-vayssiere_303397.html

Maximilien Kollmann (1925-1948), lui aussi Directeur de la Station Marine d’Endoume, contribuât également à l’enrichissement de la collection.

En 1949, le Professeur Marcel Abeloos, nouveau titulaire de la chaire de Zoologie, recruta comme assistante Mlle Rosine Chandebois, plus tard Professeur de Morphogénétique. Il la chargea de revoir l’ensemble des collections et en particulier de vérifier et de compléter les déterminations. Le certificat de Zoologie de l’époque comportait en effet, toutes les semaines, une séance de reconnaissances et de déterminations des échantillons.

Au cours des années suivantes, la réorganisation des enseignements a entrainé des déménagements successifs de la collection pour aboutir à sa localisation actuelle, dans le 5ème bâtiment. Effectués souvent trop rapidement et sans soins adéquats, ces transferts ont endommagé beaucoup d’échantillons et réduit leur nombre.

La création par AMU d’une Equipe Patrimoine Scientifique pour la conservation et la gestion des collections permet aujourd’hui le maintien, la valorisation et la diffusion de la connaissance liés à ce patrimoine.

L’intérêt pour une Université de conserver des collections est multiple.

Elles permettent aux enseignants d’illustrer leurs cours et d’apprendre aux étudiants à se familiariser avec l’emploi des faunes et des clés de déterminations à partir d’échantillons « manipulables ». Il est important, en effet, que les étudiants qui terminent leur cursus Sciences de la Vie et Environnement ne soient pas « étrangers » au Monde Vivant qui les entoure.

Elles constituent une « base de références » très utile aux Chercheurs. Cette base complétée maintenant par les données fournies par la Génétique et la Biochimie précise le statut exact des espèces.

Le traitement mathématique (analyses multivariées) des données ainsi collectées dans l’étude écologique de différents milieux permet de dégager une information opérationnelle qui complète la connaissance globale de notre environnement.

Questionner le monde: les outils qui ont fait les sciences sociales

Christelle Rabier, maître de conférences à l’EHESS, a lancé un programme de recherche intitulé « Questionner le monde : les outils qui ont fait les sciences sociales », qui vise à réfléchir sur les outils des chercheurs en sciences humaines et sociales. La phonothèque de la MMSH a déjà participé à une matinée sur le thème des archives orales en juillet 2015, et c’est maintenant au tour des bibliothèques universitaires d’être sollicitées dans ce cadre pour une séance « Bibliothèques » qui aura lieu le 4 décembre 2015.

Affiche de la table ronde.
Affiche de la table ronde.

Les bibliothèques représentent un lieu central de conservation de l’information, de son indexation et de sa mise à disposition auprès des personnels et des étudiants. Leur espace même configure au quotidien et dans la durée les pratiques de travail, tant des personnels que des usagers. Plans, mobilier, comptes de fonctionnement, catalogues, registres d’emprunts, règlements, représentent autant d’indices des usages passés des lieux de travail.

Les bibliothèques font l’objet de constants aménagements et réaménagements pour répondre à ces fonctions quelquefois contradictoires qui leur reviennent.

À l’occasion des grands projets de construction et de réaménagements des BU Lettres, Sciences et Droit d’Aix-Marseille Université, les responsables nous invitent à analyser ces moments, qui sont autant de sites d’observation privilégiée des lieux critiques de l’activité universitaire, pour en penser l’histoire.

La matinée aura lieu le 4 décembre 2015 dans la salle de colloques n°1 du pôle multimédia, Faculté de Lettres et sciences humaines, 29, avenue Robert Schuman, Aix-en-Provence.

Accueil à partir de 9h, début de la séance à 9h30.

Accès libre dans la limite des places disponibles.

Contact et renseignement: sophie.astier[at]univ-amu.fr

Le diabète, hier et aujourd’hui

A l’occasion de la journée internationale du diabète le 14 novembre 2015, les bibliothèques de Santé d’Aix-Marseille Université ont mis en place une exposition sur le diabète, avec la présentation d’une sélection d’ouvrages de leurs fonds modernes et anciens.

 

Affiche de l'exposition
Affiche de l’exposition

 

A retrouver au rez-de chaussée de la bibliothèque de Médecine-Odontologie de la Timone, du 4 au 25 novembre 2015.

Les bibliothèques universitaires se mettent à votre écoute

Du 2 au 27 novembre 2015, le Service commun de documentation (SCD – Bibliothèques universitaires) d’Aix-Marseille lance une grande enquête de satisfaction Libqual+, disponible en ligne et dans les BU.

Les bibliothèques universitaires à votre écouteTous les publics des bibliothèques universitaires peuvent participer : étudiants, mais aussi enseignants, chercheurs, lecteurs occasionnels, etc… Ceux qui viennent consulter le patrimoine conservé dans les BU comme ceux qui ne fréquentent que la bibliothèque virtuelle (ressources et revues électroniques, bibliothèque numérique) sont également concernés. Si vous appartenez à la communauté universitaire d’Aix-Marseille Université et que vous n’avez jamais affaire aux bibliothèques universitaires, vous pouvez aussi répondre.

Les résultats de cette enquête permettront aux bibliothécaires d’analyser les points de satisfaction et les marges de progression, et ainsi d’améliorer la qualité de leurs services. N’hésitez pas à utiliser les zones de commentaires libres (en fin de questionnaire) pour nous faire part de remarques complémentaires qui n’entreraient pas dans le cadre pré-défini.

En répondant à l’enquête, les étudiants peuvent participer à un tirage au sort et gagner des cadeaux, dont un iPad Air.

Pour plus d’information, consultez le site des bibliothèques universitaires : www.bu.univ-amu.fr

Répondre à l’enquête

Actualités patrimoniales de la rentrée universitaire

En cette rentrée, Aix-Marseille Université est engagée dans diverses actions patrimoniales.

Ce week-end, lors des Journées européennes du patrimoine, vous pourrez découvrir les trésors de la Faculté des Sciences Saint-Charles et de la Faculté de Médecine à la Timone (les deux manifestations sont à Marseille).

Affiche officielle des Journées européenne du patrimoine, 19 et 20 septembre 2015

A Saint-Charles, des visites-découvertes sont organisées samedi 19 et dimanche 20 septembre pour découvrir les patrimoines dissimulés sur le campus. Samedi, les visiteurs pourront explorer le musée de paléontologie et les réserves de livres précieux de la BU; dimanche, ils auront accès à l’herbier, à l’ancien musée colonial et à la collection d’instruments scientifiques. Un feu d’artifice est organisé samedi soir, et les deux journées seront animées de diverses autres animations.

Il est nécessaire de s’inscrire pour participer: il reste encore quelques places. Renseignements et inscriptions se font ici: http://cps.univ-amu.fr/journees-du-patrimoine.

De son côté, la Faculté de Médecine, en collaboration avec l’Association des Amis du patrimoine médical de Marseille, et la BU, participe aussi aux Journées du patrimoine (le samedi seulement). Cette année, l’accent sera mis sur le patrimoine architectural, et sera l’occasion de présenter au public le tout nouveau bâtiment pédagogique. Ce sera aussi l’occasion de découvrir les panneaux sculptés de la salle du Conseil (élément important du patrimoine du XXe siècle), ainsi que les réserves précieuses de la BU de Médecine-Odontologie.

Là aussi, il est nécessaire de s’inscrire pour participer. Renseignements et inscriptions se font ici: http://medecine.univ-amu.fr/news/307/journees-europeennes-du-patrimoine-2015-a-faculte-medecine.

Le mois de septembre 2015 est aussi l’occasion de commémorer le 500e anniversaire de la bataille de Marignan, remportée par François Ier sur les Suisses à l’aube de son règne. L’année 2015 est, de façon plus générale, une année François Ier.

Détail de la page de titre de Guillaume Durand, Speculi Gulielmi Durandi, Lyon, à l'enseigne de la Salamandre, 1547. Bibliothèque de Droit et Science politique (Aix), Res 261
Détail de la page de titre de Guillaume Durand, Speculi Gulielmi Durandi, Lyon, à l’enseigne de la Salamandre, 1547.
Bibliothèque de Droit et Science politique (Aix), Res 261

A cette occasion, la BU Droit présente actuellement une sélection d’ouvrages juridiques publiés durant le règne de ce roi (1515-1547). Certains de ces livres présentent une page de titre ornée d’une belle salamandre, enseigne d’une puissante famille de libraires lyonnais et emblème personnel du roi.

Cette exposition est accessible à tous, à l’accueil de la BU. Elle est ouverte au public jusqu’aux vacances de fin d’année.

Un billet consacré à François Ier et à l’humanisme, vus à travers le prisme des ouvrages conservés dans les collections d’Aix-Marseille Université, sera prochainement publié sur ce carnet.

Ateliers d’Aix-Marseille Université

Toute l’année – Campus Marseille Centre                                                      site Saint-Charles, 3 place Victor Hugo – Marseille 3ème

Ateliers scolaires (du CM1 à la Terminale) avec des chercheurs de l’Université d’Aix-Marseille, organisés tout au long de l’année sur le campus St-Charles, pour éveiller la curiosité et développer l’esprit critique des élèves tout en s’amusant ! Contactez-nous ou consultez le site de culture scientifique d’AMU pour connaître les thématiques des ateliers.

Collections de zoologie

À partir des collections de zoologie, plusieurs animations sur les adaptations chez les mammifères et les oiseaux sont proposées aux collégiens et lycéens. En comparant les échantillons de diverses espèces (après les avoir reconnues), les élèves sont amenés à préciser les caractères propres à leurs régimes alimentaires (dentures et mâchoires), à leurs milieux de vie et à leurs modes de locomotion (marche, course, vol, nage). À travers ces différentes adaptations, ils retrouvent alors le patron commun d’organisation afin de réfléchir sur les processus adaptatifs et l’évolution.

Musée de Paléontologie de Provence

Des animations sont proposées aux groupes scolaires, diverses associations à travers des ateliers thématiques tels que la formation des roches et des fossiles, l’histoire du climat de la Provence, entre terre et mer : les variations du niveau marin ou encore la Provence au temps des dinosaures.

Contacts : Cellule de culture scientifique AMU
site web : http://cps.univ-amu.fr/
e-mail : culture-scientifique@univ-amu.fr
tél : 04 13 55 10 92

Expositions permanentes des collections

Toute l’année – Campus Marseille Centre                                                      site Saint-Charles, 3 place Victor Hugo – Marseille 3ème

Le Musée de paléontologie de Provence expose dans ses vitrines la richesse et la diversité paléontologique de la Provence au cours des 350 millions d’années. Riche de ses collections d’organismes fossiles marins et terrestres dont des ammonites, des échinodermes, des rudistes, des dinosaures, des mammifères terrestres, ainsi que de nombreux autres groupes d’animaux et de végétaux, le musée de paléontologie permet aux publics novices, amateurs ou avertis, de découvrir à tout âge l’histoire géologique de la région.

Espace Muséal C. Fabry                                                                                          L’objectif de cet espace est de sauvegarder et de faire connaître les instruments de physique, de chimie de la Faculté des Sciences de Marseille. On peut y trouver, parmi les 250 instruments présentés, des appareils conçus ou ayant été utilisés par Fabry, Perot, Tian et Calvet, scientifiques dont la renommée internationale et leurs réalisations restent, encore de nos jours, d’actualité dans le domaine de l’optique et de la microcalorimétrie. Une collection de calculateurs et d’ordinateurs permet de retracer 50 ans d’évolution des techniques de calculs à la Faculté.

En botanique, les collections renferment plusieurs centaines de milliers d’échantillons de plantes en provenance du monde entier. Ces collections permettent, aux travers de visites commentées d’aborder les questions relatives aux notions d’espèces et de classification mais également les thématiques de recherche actuelles liées aux grands problèmes environnementaux tels que les changements climatiques, l’érosion de la biodiversité et leurs enjeux.

Contacts : Cellule de culture scientifique AMU
site web : http://cps.univ-amu.fr/
e-mail : culture-scientifique@univ-amu.fr
tél : 04 13 55 10 92