Archives de catégorie : Billets

Exposition « Le temps de l’île » – MUCEM

Une exposition intitulée « Le temps de l’île » est actuellement présentée au MUCEM (http://www.mucem.org/programme/exposition-et-temps-forts/le-temps-de-lile).

« Plus qu’une exception marginale, « Le temps de l’île » considère l’insularité comme une expérience et un outil de compréhension du monde. L’exposition explore les effets des îles sur les imaginaires, les savoirs, la réalité géopolitique, les utopies d’hier et de demain. Habitants ou non des îles, nous sommes tous des insulaires.
 
Cartes géographiques, relevés d’explorateurs, animaux naturalisés, mais aussi mosaïque romaine, peintures, sculptures, photographies, vidéos, installations… « Le temps de l’île » présente au Mucem près de 200 pièces provenant d’institutions françaises, européennes et méditerranéennes, ainsi que des œuvres d’art contemporain réalisées spécialement pour ce projet. »
 
Commissariat : Jean-Marc Besse, directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherches au CNRS – Guillaume Monsaingeon, commissaire d’expositions, professeur de philosophie.

Inaugurée le 16 Juillet 2019, cette exposition se visite jusqu’au 11 Novembre 2019. Elle comporte, entre autre, une section intitulée « Les îles de la connaissance » dans laquelle quelques échantillons tirés des collections de l’université d’Aix-Marseille permettent d’illustrer différents concepts développés en écologie à partir de travaux menés sur les îles : notion d’insularité, richesse spécifique en contexte insulaire, notion d’endémisme ou encore théorie de MacArthur et Wilson.

Quelques échantillons des collections de l’Université présentés dans l’exposition

Les échantillons présentés

Douze échantillons sont présentés dans cette section de l’exposition. Ils sont issus des collections de botanique (MARS herbarium et ancien Musée colonial de Marseille) et des collections de zoologie de la Faculté des Sciences de l’Université d’Aix-Marseille, conservées et gérées au sein de la Plateforme Collection du Laboratoire Population Environnement Développement (http://www.lped.fr/plateforme-collections-du-lped.html). Des échantillons d’herbiers et divers spécimens en zoologie de Madagascar, de la Réunion, des Seychelles ou de la Nouvelle-Calédonie illustrent la grande biodiversité de ces faunes et de ces flores mais également leur mode de formation en lien avec l’origine même de ces îles. Ils soulignent aussi leur caractère exceptionnel puisqu’un très grand nombre de ces taxons sont endémiques.

  • Dombeya reclinata Cordem. – Herbier Jacob de Cordemoy (MARS 081297) – Planche 1 (sur les 2 planches présentes) de l’échantillon type de l’espèce – La Réunion – Musée colonial de Marseille – MARS herbarium.
  • Dombeya ficulnea Baill. – Herbier Jacob de Cordemoy (MARS 081300) – Planche 1 de l’espèce – La Réunion – Musée colonial de Marseille – MARS herbarium.
  • Ravenea amara Jum. – Herbier Jumelle-Perrier de la Bathie (MARS 081301) – Echantillon type de l’espèce – Madagascar – Musée colonial de Marseille – MARS herbarium.
  • Ravenea amara Jum. – Herbier Jumelle-Perrier de la Bathie (MARS 081299) – Echantillon type de l’espèce – Madagascar – Musée colonial de Marseille – MARS herbarium.
  • Daubentonia madagascariensis E. Geoffroy – Naturalisé en position de vie sur une branche (ZOO 04741) – Madagascar – collection de Zoologie.
  • Lodoicea sechellarum Labill. – Fruit de palmier – coco-fesse (MCOL 104) – Seychelles – Musée colonial de Marseille.
  • Coloboncentrotus sp. – Echantillon d’oursin (ZOO 04049) – P. Vasseur, Nouvelle-Calédonie – Collection de Zoologie.
  • Heterocentrotus trigonarius L. – Echantillon d’oursin (ZOO 04026) – P. Vasseur, Nouvelle-Calédonie – Collection de Zoologie.
  • Melithaea sp. – Echantillon de gorgone (ZOO 03881) – P. Vasseur, Nouvelle Calédonie – Collection de Zoologie.
  • ? Melithaea ochracea. – Echantillon de gorgone (ZOO 03885) – P. Vasseur, Nouvelle-Calédonie – Collection de Zoologie.
  • Cf Turbinaria. – Echantillon de corail (ZOO 03981) – P. Vasseur, Nouvelle-Calédonie – Collection de Zoologie.
  • ? Platygyra. – Echantillon de corail – (ZOO 03933) – P. Vasseur, Nouvelle-Calédonie – Collection de Zoologie.

A titre d’exemple…

Les planches d’herbiers de Dombeya reclinata Cordem. et D. ficulnea Baill. (Herbier Jacob de Cordemoy) relatives à la flore de la Réunion illustrent le caractère endémique « récent » d’une flore formée il y a seulement 2 à 3 millions d’années sur un volcan sorti de l’océan, vierge de toute vie à partir d’apports de continents et iles voisines.

Les échantillons de Dombeya de l’herbier Jacob de Cordemoy

La faune et la flore des palmiers de Madagascar présentés dans l’exposition illustrent l’endémisme « ancien » de la grande île qui s’est individualisée à partir d’un bloc africain emportant avec elle faune et flore de l’époque.

A Madagascar, il y a 171 espèces de palmiers réparties en 16 genres eux-mêmes distribués en quatre sous-familles sur les six qui existent dans le monde. Cette très grande diversité malgache contraste avec l’Afrique continentale où l’on observe seulement une soixantaine d’espèces. Ce qui fait l’originalité de la flore des palmiers de Madagascar, c’est son niveau d’endémisme très élevé. En effet, sur les 171 espèces présentes à Madagascar, toutes sont endémiques sauf 5. De même, au niveau des genres, sur les 16 présents à Madagascar, 5 sont endémiques monotypiques. Ceci confirme un isolement ancien et un long processus d’évolution (Dransfield et Beentje, 2003). Ce sont deux planches de Ravenea amara Jum. (Herbier Jumelle – Perrier de la Bathie) qui illustrent la grande originalité de la flore de Madagascar.

Echantillon type de Ravenea amara Jum. conservé dans l’Herbier Jumelle-Perrier de la Bathie

La faune de Madagascar se caractérise aussi par la présence de plusieurs lignées propres comme celle des Lémuriens. Ils sont aujourd’hui représentés par 101 espèces et sous espèces (réparties dans 15 genres et 8 familles dont 3 éteintes). Plusieurs espèces sont menacées (en danger critique d’extinction, en danger ou vulnérables) par l’UICN. Le Aye-aye est un lémurien appartenant à la famille desDaubentoniidae qui comprend un seul genre et une seule espèce vivante : Daubentonia madagascariensis (Gmelin, 1788). Une seconde espèce, D. robusta est éteinte. Le Aye-aye est un lémurien très particulier qui a des caractères dérivés nombreux et assez singuliers. Ses incisives rappellent celles des rongeurs, ses oreilles celles des chauve-souris et sa queue celle des écureuils. Enfin, il possède une adaptation particulière, le troisième doigt de la main est extrêmement allongé pour son mode de vie arboricole.

Pour en savoir plus sur l’apport des îles à la connaissance scientifique

« Les géographes disent qu’il y a deux sortes d’îles. C’est un renseignement précieux pour l’imagination parce qu’elle y trouve une confirmation de ce qu’elle savait d’autre part. Ce n’est pas le seul cas où la science rend la mythologie plus matérielle, et la mythologie, la science plus animée. Les îles continentales sont des îles accidentelles, des îles dérivées : elles sont séparées d’un continent, nées d’une désarticulation, d’une érosion, d’une fracture, elles survivent à l’engloutissement de ce qui les retenait. Les îles océaniques sont des îles originaires, essentielles : tantôt elles sont constituées de coraux, elles nous présentent un véritable organisme – tantôt elles surgissent d’éruptions sous-marines, elles apportent à l’air libre un mouvement des bas-fonds ; quelques-unes émergent lentement, quelques-unes aussi disparaissent et reviennent, on n’a pas le temps de les annexer. Ces deux sortes d’îles, originaires ou continentales, témoignent d’une opposition profonde entre l’océan et la terre. Les unes nous rappellent que la mer est sur la terre, profitant du moindre affaissement des structures les plus hautes ; les autres, que la terre est encore là, sous la mer, et rassemble ses forces pour crever la surface. » (Deleuze, 2002).

La notion d’île en écologie

Il existe bien deux types d’îles en écologie. On distingue les îles d’origine continentale séparées d’un continent suite à la fragmentation de ce dernier ou à la montée du niveau de la mer et les îles océaniques d’origine volcanique qui sont associées à des points chauds de la croute terrestre. Les points chauds sont définis comme des zones où des panaches de matière en provenance du manteau, profonde et chaude, remontent à la surface et percent la lithosphère en formant dans les océans des îles volcaniques et sur les continents des volcans. Ces îles diffèrent donc beaucoup en termes d’histoire naturelle et notamment de leurs peuplements par les organismes vivants, notamment la faune et la flore. Les îles océaniques, au départ vierges de toute vie, sont progressivement colonisées par des espèces des continents ou des îles voisines. Ce sont donc les processus de colonisation et d’extinction qui vont prévaloir pour expliquer la diversité des espèces présentes. Les îles continentales sont isolées à partir d’un bloc continental préexistant. De ce fait, elles portent déjà des assemblages de faunes et flores bien établis. Ce sont alors les processus de dérive génétique liés à l’isolement qui vont s’exercer et modifier cette faune et cette flore par rapport à celle du continent dont elles sont issues.

Origine des peuplements : la flore de la Réunion, île océanique et la flore de Madagascar île continentale

L’apparition de végétation sur une île d’origine volcanique a pu être étudiée à de multiples reprises au cours du temps et ont permis de répertorier les différents modes de colonisation utilisés par la végétation pour s’établir sur une île. Comme toute nouvelle île océanique, le peuplement végétal de la Réunion s’est appuyé sur les zones continentales les plus proches : Madagascar, Afrique de l’Est, Asie du Sud-Est, Indonésie, Australie. L’implantation de végétaux sur cette île est à mettre en relation avec les courants marins (nautochorie), les vents et cyclones (anémochorie) et les oiseaux (ornythochorie).

Régulièrement les marées déposent leurs lots de semences transportées par les courants marins qui, dans le Sud-Ouest de l’océan Indien, circulent d’Est en Ouest depuis les rivages de l’Indonésie et de l’Australie. Ces semences, qui voyagent sur de très longues distances, ont en commun les mêmes propriétés de flottaison, de tolérance au sel et de longue dormance. Elles se développent le plus souvent sur les zones côtières. A la Réunion, ce mode de colonisation serait à l’origine de 5 à 10% de la flore indigène. De nombreuses plantes sont également adaptées à la dispersion par le vent. Cette stratégie de dissémination à longue distance caractérise les espèces pionnières et souligne l’adaptation à la colonisation aléatoire de milieux nouveaux. Capables de s’envoler au moindre souffle, il s’agit de semences avec une aigrette (Astéracées, Asclépiadacées), graines sans albumen (Orchidacées) ou encore de spores (Ptéridophytes). Il est probable que ce mode de dispersion ait activement contribué à la colonisation de l’intérieur de l’ile. Au total, on estime que cette voie représente près de 30 % des origines de la flore indigène. Enfin, de nombreux oiseaux marins parcourent les rivages de l’océan Indien et certains migrateurs visitent régulièrement la Réunion apportant avec eux diverses semences. Le transport peut être externe (épizoochorie), les semences sont collées ou accrochées au niveau du plumage, des pattes, ou interne (endozoochorie) dans les voies digestives des oiseaux. Les oiseaux frugivores sont certainement à l’origine de l’introduction à la Réunion de plusieurs familles de plantes à fruits charnus (Asparagacées, Bégoniacées, Clusiacées…).

Par opposition, la faune et la flore actuelle de Madagascar se sont pour partie différenciées bien avant la formation de la grande île. Il y a environ 165 millions d’années, la première fracture du Gondwana séparait l’Afrique du bloc Madagascar, Inde et Antarctique. Madagascar s’est alors trouvée isolée de l’Inde il y a environ 88 millions d’années. Il en résulte que l’isolement du bloc Inde-Madagascar a entrainé les taxons qui se développaient sur le territoire de Madagascar.

Reconstruction spatio-temporelle de la formation de Madagascar à partir d’un modèle biogéographique basé sur plusieurs genres endémiques de Madagascar d’après Buerki et al., 2013.

Ainsi, on peut retrouver actuellement dans la flore de Madagascar de très nombreux taxons à affinités très anciennes tels que les genres Hazomalania Capuron (Hernandiaceae) et Dilobeia Thouars (Proteaceae) par exemple.

Affinités biogéographiques de certains genres endémiques de la flore de Madagascar d’après Buerki et al., 2013

Il en résulte que les faunes et les flores de la Réunion et de Madagascar diffèrent assez radicalement par leurs compositions spécifiques en lien avec leurs modes de formation. Elles diffèrent également en termes de richesse en lien avec leur taille et leur distance au zones continentales voisines.

La richesse spécifique des écosystèmes insulaires et la théorie de MacArthur et Wilson

Une île est de superficie restreinte par rapport aux continents. Or la richesse en espèce est liée à la diversité des habitats disponibles elle-même positivement reliée à l’importance de l’aire considérée. Mais une île est également un milieu plus ou moins isolé. Ainsi, pour une même surface que sur un continent, les communautés insulaires sont très souvent plus pauvres que celle du continent le plus proche.

Les scientifiques ont pu établir une relation entre la surface et le nombre d’espèces sur les îles (S = cAz avec S = le nb d’espèces présentes, c un coefficient d’ajustement fonction de la région ou de la communauté étudiée, et z traduit le taux d’accroissement du nb d’espèces par unité de surface). Le nombre d’espèce présentes s’explique par la taille de l’île considérée (plus elle est grande, plus on a de chance d’avoir des espèces différentes en lien avec la diversité des habitats) et par le taux d’extinction et la décroissance du taux d’immigration en lien avec la distance au continent. Elle a donné lieu à une théorie, celle d’équilibre dynamique proposée par MacArthur et Wilson en 1967.

Selon cette théorie, le nombre d’espèces observées sur une île océanique serait le résultat d’un équilibre dynamique entre le te taux d’extinction et le taux d’immigration d’espèces venues d’un contient source.  Selon cette théorie, la richesse spécifique d’une île est fonction de sa taille et de son éloignement par rapport à un continent. Au fil du temps, le nombre d’espèce deviendrait plus ou moins constant.

Lors du processus de colonisation, la contribution du taux d’immigration diminue lorsque le nombre d’espèce sur l’île augmente puisque chaque nouvel immigrant à moins de chance d’être une nouvelle espèce. Cette immigration croit avec la proximité du continent. Quant au taux d’extinction, il augmente avec le nombre d’espèces déjà installées. Il est aussi plus grand pour les petites îles, car elles ne peuvent y développer des effectifs importants. Or des populations plus petites sont plus vulnérables. En conséquence, le modèle prévoit un plus grand nombre d’espèces pour les îles proches des continents ou de grande surface que pour les petites îles ou les îles éloignées.

Enfin, en lien avec leur mode de formation, ces systèmes insulaires abritent souvent une faune et une flore endémique non négligeable.

Paléo et néo-endémisme

Les espèces endémiques sont des espèces dont la répartition est limitée à une aire géographique donnée. L’endémisme dépend de l’isolement de cette aire. Les îles qui sont géographiquement isolées des continents depuis des temps plus ou moins anciens abritent souvent des espèces endémiques. Ainsi plus une région est restée isolée longtemps des autres régions similaires, plus son taux d’espèces endémiques tend à être élevé. C’est le cas des îles anciennes comme Madagascar ou la Nouvelle-Calédonie.

En lien avec l’origine des îles, l’endémisme peut avoir différentes origines. De nouvelles espèces peuvent apparaitre dans l’aire géographique isolée par des processus de spéciation : on parle de néo-endémisme. Inversement, l’espèce considérée peut subsister seulement dans une aire géographique isolée : on parle de paléo-endémisme.

Pour conclure

En écologie, la notion d’île est encore plus vaste et va au-delà de la simple définition géographique, un espace entouré d’eau. La théorie de l’insularité est applicable à tous les types d’habitats fragmentés et plus ou moins isolés. Ainsi, une clairière au sein d’une forêt, un bosquet au milieu de champs, une mare ou un espace à caractère de nature au sein de la trame urbaine peuvent être considérés comme des îles. Cette notion d’île met aussi en avant la notion d’isolement. Cette notion d’insularité est donc intégrée dans les réflexions de conservation notamment. Enfin les îles sont des écosystèmes simplifiés dans lesquels les mécanismes fonctionnels le sont également. A ce titre, elles servent souvent de laboratoire grandeur nature pour comprendre des mécanismes variés : invasions biologiques…

Bibliographie

  • Buerki S., Devey D., Callmander M., Phillipson P., Forest F., 2013. Spatio-temporal history of the endemic genera of Madagascar. Botanical Journal of the Linnean Society, 171, 304–329.
  • Deleuze G., 2002.  L’île déserte. Collection Paradoxe, 416 pages.
  • Dransfield J. et Beentje H., 2003. Arecaceae, Palms. In The natural history of Madagascar par Goodman S. M. et Benstead J. P. pp 449-457. The University of Chicago Press, Chicago and London.

Séminaire du LPED « Les collections de botanique et de zoologie de l’Université d’Aix-Marseille : du matériel d’étude à la patrimonialisation, des horizons de recherches variés » – 14 juin 2019

L’objectif de la journée du 14 Juin 2019 était tout d’abord de faire connaitre les collections de botanique et de zoologie de la plateforme « Collection » du LPED (Laboratoire- Population- Environnement -Développement IRD – Université d’Aix-Marseille). Elle visait aussi à montrer l’importance de ces outils dans les problématiques scientifiques actuelles et de fédérer un réseau d’utilisateurs dans tous les domaines scientifiques. Enfin, elle ambitionnait d’analyser comment un simple échantillon d’étude peut devenir un objet patrimonial nécessitant la mise en place d’une réelle politique de gestion-conservation et valorisation au sein de l’université.

Après un bref mot de bienvenu de la directrice du LPED (Bénédicte Gastineau) rappelant l’importance de la pluridisciplinarité et des échanges entre chercheurs, Bruno Vila lui a emboité le pas pour chaleureusement accueillir la cinquantaine de participants présents. Il a ensuite mis en avant la plateforme « Collection » du LPED qui rend accessible les métadonnées, et bientôt les inventaires, des collections. Celle-ci revêt une importance capitale dans la mise en valeur des résultats de travaux de plus de deux siècles tels que les herbiers, le musée colonial et les collections de zoologie de l’Université d’Aix-Marseille. En ancrant son propos introductif dans les enjeux actuels, Bruno Vila a rappelé que ces collections vivantes et uniques étaient un atout majeur pour la recherche et l’enseignement face à l’érosion de la biodiversité. Bien que déjà utilisée pour pour les études en écologie, le laboratoire entend bien étendre le dispositif de la plateforme à d’autres disciplines et à un réseau plus vaste, notamment grâce à cette journée de séminaire.

Organisée en deux axes, la journée a débuté sur des questions de pluridisciplinarité : De la recherche en écologie à la recherche en sciences humaines et sociales. Puis, dans un second temps, après la pause du déjeuner, l’aspect Recherche et patrimonialisation de collections a été discuté.

La première thématique De la recherche en écologie à la recherche en sciences humaines et sociales a été abordée avec 5 communications :

Traitant du sujet des « Collections, un outil indispensable en systémique », Laurent Hardion de l’Institut botanique de l’Université de Strasbourg a rappelé que la systémique des espèces disparues et actuelles est grandement simplifiée par les bases de données. Palliant les problèmes géographiques et financiers, ces outils numériques permettent aussi de contourner les contraintes liées aux contextes politiques tendus de certaines régions du monde. Par la suite, les données mises en ligne ont des utilités multiples allant de l’étude de la pollution atmosphérique à la biologie des invasions. Par ailleurs, la communication s’est attardée sur les problématiques résultants de l’opposition souvent récurrente entre chercheurs et conservateurs, et notamment en lien avec l’apparition de nouvelles méthodes de séquençage pour exploiter les herbiers par exemple.

La seconde intervention était une collaboration entre Martin Callmander et Bruno Vila (Herbier de Genève et Université d’Aix-Marseille) avec comme intitulé « L’herbier de Perrier de la Bathie et Jumelle, une référence pour la connaissance de la flore de Madagascar ». Grâce à un rappel historique, cette communication a mis en lumière le précieux travail collaboratif de deux botanistes sur un point chaud de biodiversité afin de constituer un herbier. En effet, élève à la faculté de Marseille au XIXème siècle, Henri Jumelle servait de relais à son collègue Henri Perrier de la Bathie, naturaliste autodidacte collectant des espèces pendant presque 40 ans à Madagascar. Leurs travaux sont aujourd’hui reconnus comme des pièces de collection précieuses du fait de notes de terrain extrêmement précises. Par ailleurs, plusieurs types d’espèces n’ont jamais été revues par les spécialistes dans la flore malgache actuelle. C’est le cas d’un échantillon de palmier, uniquement connu grâce à l’herbier de Perrier de la Bathie et Jumelle. Ainsi, cette communication a exposé les précieuses informations d’ordre systémique et pour l’étude de la biodiversité malgache qu’apportent les herbiers. 

Pour « Documenter et analyser les changements écologiques, paysagers et socio-urbanistiques d’un site urbain marseillais à partir des herbiers », Christine Robles (École nationale supérieure du paysage et Université Aix-Marseille) a présenté un travail qu’elle et son équipe ont réalisé ; « Natures en villes et mémoires ». Leur étude s’inscrit dans un contexte de forte urbanisation qui engendre des modifications de l’usage des sols et des pertes de biodiversité. Grâce à une méthode d’analyse diachronique, l’équipe a donc utilisé les herbiers comme témoins des mutations des sociétés et écologiques. Ce projet de nature interdisciplinaire s’articule entre urbanisme, paysagisme, écologie et sociologie et donne donc lieu à de multiples applications, notamment pour les futures politiques urbaines.

La dernière présentation de la matinée a traité du « Patrimoine de l’AMU et la colonisation : enjeux et perspectives ». Isabelle Merle (CREDO) et Thi Phuong Ngoc Nguyen (IRASIA), de l’AMU, ont rappelé la vision dominante vis à vis des colonies jusqu’à récemment. Ces territoires étaient le plus souvent scrutés à travers le prisme d’une utilisation très intéressée sur le plan économique, et à terme, d’un accaparement des ressources. Ainsi, certaines pièces du musée colonial de Marseille attestent que des jeunes étudiants français ont suivi des formations de l’Enseignement Supérieur Colonial, pendant qu’au Vietnam on assistait à des pillages, amenant à un traumatisme profond au sein de la population locale encore aujourd’hui. La communication a mis en valeur certaines pièces présentes à l’AMU et est revenue sur les détails de l’exposition coloniale de 1906 à Marseille.  

Après la pause déjeuner, la thématique Recherche et patrimonialisation de collections a été abordée.

Emmanuelle Artige, Laurent Granjon, Armelle Cœur d’Acier de l’IRD et INRA Montpellier ont débuté l’après-midi avec leur communication : « De la collecte au voucher moléculaire : gestion des collections au Centre de Biologie pour la Gestion des Populations (CBGP) ». À travers le CBGP, l’objectif est de rendre les collections utilisables pour l’ensemble de la communauté scientifique afin de servir la recherche en systématique, écologie et évolution des populations. Le CBPG possède lui-même d’énormes collections qu’il convient de gérer scrupuleusement et qui ont servi à étayer les exemples de la communication. Ont été présentés : des techniques de gestions collaboratives, les cadres réglementaires et juridiques, et la standardisation des échantillons aux normes internationales. Le plateau « Collections » mis en place par le CBPG est opérationnel et réuni déjà bon nombre d’adhérents, dont certains chercheurs du LPED.

Pascal Faucompré duSCD – Université d’Aix-Marseille a enchainé sur la communication « Du document à l’échantillon: projet de lien entre article scientifique et planche d’herbier ». Selon lui, afin de rédiger un article scientifique à partir d’une planche d’herbier, l’étape de la numérisation est cruciale. En effet, dans un contexte où les documents ne sont pas tous classés et donc, où des tris peu scrupuleux sont fréquents, certaines pièces viennent à manquer lors du processus de numérisation. Par ailleurs, celui-ci n’est pas sans impact sur les objets étudiés. Par ailleurs, Pascal Faucompré a insisté sur le fait que certains thèmes, et notamment celui de la colonisation, pouvaient être à double tranchant dans le cadre d’une publication ; la frontière étant floue entre diffusion du savoir et encouragement implicite à la colonisation.

Pour aborder le sujet « Du spécimen à l’objet naturaliste : matériels de recherches et trajectoires de patrimonialisation », François Dusoulier, Conservateur à la Direction générale déléguée aux collections du MNHN est intervenu. Puisque pour lui l’intérêt des collections naturalistes n’est plus à démontrer, sa communication s’est tournée vers les enjeux actuels et futurs de patrimonialisation. Faisant le constat d’un long processus, il note que la phase de collecte, bien qu’essentielle, ne représente qu’une infime partie du travail qui mène au classement d’une collection naturaliste au rang de « Musée de France ». Toutefois, il souhaiterait que cette étape soit mieux documentée et qu’une évaluation ait lieu pré- et post- conservation afin de déterminer que collecter et que préserver. De plus, dans un contexte de numérisation des données, Monsieur Dussolier s’est interrogé sur la capacité à générer et utiliser les portails d’accès commun. Avec des méthodes communes et correctement utilisées, cela permettrait de mieux partager le savoir sur les collections. Enfin, le volet juridique a été abordé, puisque l’intangibilité du droit concernant la patrimonialisation des collections semble difficile à concilier avec l’évolutivité des pièces collectées.

Pour finir, la communication de la DRAC PACA a concerné l’« Inscription et classement au titre des Monuments Historiques des collections d’AMU ». Comme l’a rappelé Bruno Vila, l’AMU possède un patrimoine considérable et a vu plusieurs pièces de ses collections être classées : l’étalon qui aurait servi à établir le mètre pendant la Révolution, le Musée colonial, et des Salles de Travaux Pratiques de l’Institut de Chimie. Aujourd’hui, l’intérêt patrimonial ne cesse de croitre et, par conséquent, la volonté de classer d’avantages de collections est grandissante. La communication a permis de rappeler que la protection au titre des monuments historiques n’était pas un label mais un dispositif législatif d’utilité publique basé sur des principes d’analyse scientifique bien précis. Les critères sont nombreux mais Bruno Vila a assuré que cela permettait d’améliorer la reconnaissance de la valeur des collections.

L’auditoire lors d’une présentation le matin d’Isabelle Merle (CREDO) et de Thi Phuong Ngoc Nguyen (IRASIA) – 14 juin 2019

Pour conclure, Bruno Vila a remercié l’assemblée pour une journée riche en partage et en a profité pour inviter les participants à un séminaire le 13 septembre 2019 dont l’intitulé est : « Le Musée et l’Institut Colonial de Marseille : Contenus matériels et mémoires collectives – Utilisations passées et actuelles » La journée s’est conclue avec des visites commentées des herbiers et du musée colonial de l’AMU.

Marie Laurent – étudiante à Sciences Po – 3 juillet 2019

Les collections scientifiques de l’université d’Aix-Marseille entre 2012 et 2015 : 4 années de structuration

AVANT-PROPOS

Ce billet présente le bilan des 4 années d’activités de la “cellule” Patrimoine sous ma responsabilité comme chargé de mission Patrimoine scientifique. Il retrace notamment la structuration du patrimoine au sein de l’université, les actions d’inventaires entreprises pour le rendre accessible pour la recherche et la diffusion des connaissances et la mise en place d’une gestion plus professionnelle.

 

INTRODUCTION

 Comme de nombreuses universités, l’Université d’Aix-Marseille a accumulé un patrimoine considérable dans le cadre de ses activités de recherche et d’enseignement. Un travail d’inventaire mené sur les collections d’AMU place notre Université comme la plus importante institution détentrice de collections en région PACA (Vila, 2013). En effet, Aix-Marseille Université possède à elle seule entre 800 000 et 1 000 0000 échantillons de sciences naturelles et plusieurs milliers d’instruments dont certains très rares remontent au 17e siècle (Vila et Caplan, 2012). Parmi ses collections, figurent des herbiers (environ 400 000 parts), des squelettes et des animaux naturalisés ou conservés en fluides (plusieurs milliers d’échantillons), des roches, des minéraux et des fossiles (350 000 échantillons). Ces collections renferment aussi des instruments courants des activités de la recherche passée et des instruments plus emblématiques qui ont contribués à de grandes découvertes scientifiques ou progrès : ce sont des pièces uniques de renommée internationale. Dans ce cas, on peut citer le cercle répétiteur de Borda-Lenoir en astronomie qui est à l’origine des mesures ayant permis de définir le mètre, unité de mesure aujourd’hui internationale.

Le cercle répétiteur Borda-Lenoir (vers 1792) : l’un des quatre cercles de Borda, fabriqués par Étienne Lenoir, qui ont joué un rôle fondamental dans la définition du système métrique. Utilisés par les astronomes Delambre et Méchain pour la mesure de la méridienne entre Dunkerque et Barcelone, ils ont permis la détermination de la distance en toises entre l’équateur et le pôle Nord, par définition dix millions de mètres. Ce cercle, conservé au sein des collections d’astronomie au sol de l’Université d’Aix-Marseille est le seul des quatre qui subsiste. Photo Marc Heller © Région Provence-Alpes-Côte d’Azur – Inventaire général.

D’autre part Aix-Marseille Université possède des collections très diversifiées par rapport aux muséums, dans des thématiques qui lui sont propres (astronomie, physique), absentes ailleurs dans la région. L’ensemble des collections se caractérise par une forte valeur ajoutée car contrairement à celles qui se trouvent dans les musées, elles sont conservées dans leur contexte scientifique (lieu de fabrication) et sont toujours utilisées. De plus y sont encore associés de nombreux savoirs (patrimoine immatériel). Ce constat place Aix-Marseille Université comme l’acteur régional principal en matière de conservation du patrimoine et des savoirs scientifiques.

C’est en ce sens que je me suis efforcé, entre 2012 et 2015, comme chargé de mission du Patrimoine, de : 1/ structurer un groupe de travail en constituant une « équipe patrimoine » interne à l’Université ; 2/ d’intégrer les collections universitaire dans les réseaux locaux, nationaux et internationaux ; 3/ d’inventorier et rendre accessible les collections d’AMU pour valoriser par la recherche ; 4/ de replacer le patrimoine comme un support de diffusion des connaissances et 5/ de proposer de conserver et gérer ce patrimoine de manière professionnelle.

Part relative en % du patrimoine scientifique de différentes institutions régionales : AMU détient plus de 40% des collections présentes en régions PACA.

 

  1. Structuration du Patrimoine au sein d’AMU

Avant la fusion des universités, un petit groupe de responsable de collections avait débuté un travail de gestion et de conservation sur le site Saint-Charles. Mais la conservation du patrimoine scientifique s’est faite essentiellement grâce à la pugnacité et au bénévolat de quelques enseignants-chercheurs. Après la fusion, j’ai structuré plus formellement cette activité.

Pour ce faire, un groupe de travail a été constitué par l’ensemble des référents scientifiques des collections identifiés et officiellement reconnus. Il s’agit de J. Caplan, astronome émérite pour la collection d’astronomie au sol ; de M. Marcellin, astronome pour la collection d’astronomie spatiale, Y. Meynadier, MCF au Laboratoire Parole et Langage pour la collection d’instruments relatifs à ces études ; N. Claire, MCF en Physique pour la collection d’instruments de Physique ; B. Martin-Garin MCF au Cerege pour la collection de Paléontologie, B. Dévouard Pr au Cerege pour la collection de pétrologie, d’O. Grauby MCF pour la collection de minéralogie et de B. Vila MCF pour les collections de botanique et de zoologie. Ce groupe intègre également trois adjoints techniques de collections l’un dédié à la collection de botanique (F. Blanc-Fleury), le second à la collection de zoologie (P. Blanc) et le troisième à la collection de paléontologie (A. Arnoux). Une gestionnaire de la cellule de culture scientifique (H. Dugourd) assure également la gestion administrative du patrimoine. Au cours de l’exercice 2012-2015, l’équipe était complétée par deux emploi en CDD : A. Onno qui a assuré des taches d’inventaires et d’animations au sein des collections et C. Battesti qui a inventorié des collections d’instruments. Ce groupe de travail comprenait également Y. Berti, S. Astier et P. Ponsot du Service Commun de Documentation et D. Ginouves des archives sonores à la MMSH.

Organigramme de la “cellule” Patrimoine d’AMU

Issus de différents laboratoires et de différentes composantes d’AMU, ce groupe de travail constitué a permis de fédérer des chercheurs, enseignants-chercheurs, astronomes et techniciens au sein d’une entité patrimoniale unique. Cette structuration transversale confère une meilleure visibilité du patrimoine universitaire en interne et vis à vis des différents acteurs régionaux et nationaux.

  1. Intégrer le patrimoine scientifique dans les réseaux

 La connaissance et reconnaissance du patrimoine scientifique d’AMU est un enjeu capital. Faire connaitre et reconnaitre le patrimoine d’AMU nécessite de le rendre visible en l’incluant dans des réseaux de recherche, d’enseignement et de diffusion des savoirs à différentes échelles. C’est en ce sens que le patrimoine a été intégré dans les réseaux suivants :

A l’échelle régionale

Nous nous sommes rapprochés des professionnels (les directions DRAC PACA, CICRP, Ville de Marseille, association des conservateurs…) et des institutions (Musées, Muséums, conservateurs) travaillant dans le domaine du patrimoine. Une collaboration s’est mise en place avec le MUCEM.

En collaboration avec Michèle Dufrenne, Conservateur en chef du Patrimoine au sein du Muséum National d’Histoire Naturelle, j’ai organisé la première journée d’étude : « Fédérer les compétences sur les collections d’histoire naturelle » le 15 avril 2014 à l’Université d’Aix-Marseille. L’objectif était de réunir les différents partenaires de la région en charge de la conservation des collections d’histoire naturelle et les experts potentiels des différents domaines concernés afin d’apporter une réponse rationnelle aux besoins de valorisations des collections. Cette journée qui a réuni 72 professionnels a débouché sur la mise en place d’un programme exploratoire du patrimoine scientifique naturaliste régional : Etude pilote Var-Paca 2015 co-portée par l’Université et le Museum d’Histoire Natrurelle de Toulon et du Var. Avec cette journée d’étude, nous avons non seulement replacé le patrimoine universitaire dans le paysage régional mais également constitué un important réseau de partenaires.

A l’échelle nationale

Nous avons établi des collaborations avec le Muséum National d’Histoire Naturelle (Réseau des herbiers de France, Programme E-Recolnat) et le Musée National des Arts et Métiers (convention Patstec) ainsi que des services du patrimoine de plusieurs universités française via le Programme Transtyfipal.

A l’échelle internationale

J’ai inscrit le patrimoine de l’université Aix-Marseille à l’échelle européenne en adhérant au Réseau Européen du Patrimoine Universitaire (UNIVERSEUM) dans lequel les universités françaises sont très peu représentées. UNIVERSEUM créé en 1999, traite du patrimoine universitaire matériel et immatériel.

 

  1. Inventorier et rendre accessible pour valoriser par la recherche les collections d’AMU

Porter à connaissance l’existence d’un matériel d’étude auprès des chercheurs et des étudiants s’avère indispensable pour sa valorisation et la visibilité d’AMU à l’échelle nationale et internationale. Inventorier nos collections et verser ces inventaires dans des bases nationales et internationales est donc incontournable. C’est la politique de valorisation entreprise ces dernières années par l’intégration de nos inventaires dans plusieurs bases de données :

  • des collections d’instruments,
  • des collections de sciences naturelles.

Deux chercheurs spécialistes de la flore de Madagascar, consultant l’herbier de palmiers de Jumelle et Perrier de la Bathie, deux botanistes ayant décrits de nombreuses espèces.

Ainsi, les collections de sciences naturelles d’Aix-Marseille Université sont référencées au sein de plusieurs bases nationales et internationales relatives à la biodiversité :

– Global Biodiversity Information Facility (http://www.gbif.fr/), Constitution et mise en ligne de la base de données MARS-CYTO, Met à la disposition des chercheurs, via le portail du Gbif, les nombres chromosomiques et les informations relatives aux témoins herbiers, support de ces cytotypes. Elle recense un peu plus de 1000 échantillons.

– Transtyfipal (http://transtyfipal.u-bourgogne.fr/), Inventaire Trans’Tyfipal®, C’est l’inventaire national des types et figurés de paléontologie conservés dans les universités et les musées français. AMU comptant un grand nombre de types compose le comité de pilotage national et structure le réseau en région PACA. Ainsi AMU a enregistré 699 types et figurés.

– E-RecolNat (http://recolnat.org/), Participation au programme national de numérisation, E-RecolNat est une plateforme numérique pour la valorisation de 350 ans de collections d’histoire naturelle. L’informatisation des collections dans des bases de données est indispensable pour la recherche en taxinomie et pour comprendre et modéliser l’évolution de la biodiversité dans l’espace et dans le temps.

Les collections d’instruments d’Aix-Marseille université sont référencées au sein de deux bases nationales :

– Palissy (http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/), La base du patrimoine Mobilier-Palissy recense le patrimoine mobilier français dans toute sa diversité : meubles et objets religieux, domestiques, scientifiques et industriels. Elle contient environ 280 000 notices et dont près de 25 000 sont illustrées.

– PATSTEC (http://www.patstec.fr/), L’inventaire dans la base PATSTEC (Patrimoine scientifique et technique contemporain) du Conservatoire National des Arts et Métiers a débuté par les instruments de physique-chimie collectés par et conservés au musée C. Fabry. Il se poursuit avec ceux d’astronomie et du Laboratoire Parole et Langage.

  1. Le patrimoine comme support de diffusion des connaissances

 Informer, faire découvrir ou donner envie aux jeunes de s’investir dans une carrière scientifique nécessite d’ouvrir l’Université vers l’extérieur. Ainsi, les collections constituent un matériel de choix comme support pédagogique de la connaissance aussi bien pour l’enseignement que pour la diffusion de la culture scientifique.

Session de travaux pratiques sur les adaptations aux déplacements utilisant les collections de zoologie.

Des actions récurrentes ont été mises en place :

– les « Journées Européennes du Patrimoine » permettent de faire découvrir par petits groupes les collections scientifiques présentes sur le campus Saint-Charles : les visites sont animées par les chercheurs responsables des collections (Herbier, Musée colonial, Paléontologie, Musée C. Fabry et bibliothèque…) et par un guide de la Maison de l’architecture et de la Ville PACA.

– les ateliers autour des collections, permettent aux élèves accompagnés de découvrir les collections et la recherche qui se fait à l’université à l’aide de visites commentées par des doctorants et des enseignants-chercheurs. Ils découvrent ainsi les instruments et les spécimens remarquables de l’université, de manière interactive, en lien avec leurs programmes scolaires.

De nouvelles actions ont été développées :

Afin d’ouvrir l’université sur la citée et plus largement au monde, différentes actions nouvelles ont été initiées par la cellule patrimoine depuis 2012. Elles viennent compléter les actions déjà en place (ateliers pour les scolaires, manifestations nationales) en touchant un public différents. Elles se font de manière concrète sous la forme de manifestations intra-universitaires mais également trouvent un relai numérique via le web. Ces nouvelles actions sont :

– les « Mercredis du Patrimoine AMU » qui permettent de présenter à tous les trésors cachés d’AMU. A l’aide d’une collection, d’un échantillon ou d’un instrument, les mercredis d’AMU permettent de dévoiler au grand public et aux étudiants les grandes découvertes et les progrès réalisés à partir des recherches menées au sein d’AMU.

Une séance des Mercredis du Patrimoine d’AMU organisée autour d’une collection de papillons de jours et présentée par Magali Deschamps-Cottin enseignant-chercheur au LPED.

– le Carnet de recherche sur le patrimoine scientifique d’AMU Le présent carnet qui se propose de faire connaître et valoriser le patrimoine scientifique d’AMU.

  1. Conserver et gérer les collections de manière professionnelle

Protéger et valoriser durablement un patrimoine unique issu des activités scientifiques de pointe menées à Marseille au cours du 20e siècle permettent de mettre en lumière la recherche et les enseignements d’AMU. C’est pourquoi l’Université à présenté à l’Inscription plusieurs collections et mobiliers. Ainsi la commission départementale des objets mobiliers du 29 janvier 2015 a inscrit aux monuments historiques les Paillasses de l’Institut de Chimie Saint-Charles et le Musée Colonial de Marseille.

 Enfin, il s’avérait aussi nécessaire d’inscrire le projet patrimonial universitaire dans une démarche professionnelle. C’est pourquoi avec F. Blanc, nous avons suivi plusieurs formations et j’ai demandé à passer devant une commission d’évaluation. Je me suis donc présenté devant la commission nationale d’évaluation scientifique du corps des conservateurs du patrimoine afin d’obtenir un avis sur mon aptitude dans ce domaine et de conforter ma démarche professionnelle pour être légitime dans les fonctions de gestion et de conservation que j’exerçais au sein de l’Université. Le 11 juin 2013, j’ai validé mon expérience et mes compétences dans la gestion du patrimoine en recevant un avis favorable de la commission des conservateurs d’état dans la spécialité PSTN (Conservateur du Patrimoine Scientifique Technique et Naturel).

 

CONCLUSION

Au cours de ces quatre années, les principales collections ont été identifiées, les référents de ces collections rassemblés pour constituer un groupe de travail et les lieux les plus appropriés pour la conservation des collections ont été définis. Un certain nombre d’actions pour leur valorisation patrimoniale, scientifique et pédagogique ont aussi été engagé. Le bilan montre les grandes potentialités d’AMU qui possède à la fois des collections exceptionnelles et des scientifiques pour les valoriser. Cependant cela nécessite de passer aujourd’hui du rassemblement à une véritable organisation fonctionnelle. Ceci impose l’élaboration d’un projet cohérent prenant en compte la spécificité de ces collections toujours utilisées par la recherche et l’enseignement. Ce projet doit également promouvoir le regroupement des collections plutôt que de nouvelles divisions tout en proposant des conditions de conservation plus adaptées et une gestion plus professionnelle.

Bibliographie

  • Vila B., 2013 Collections of the University of Aix-Marseille: several centuries of teaching and research, but will the future bring? In Shaping European university heritage Past and possible futures, L. Maison, S. Talas and R. Wittje Ed. XIII UNIVERSEUM network meeting, Trondheim, Norway. Transactions of The Royal Norvegian Society of Sciences and Letters, 3: 59-76.
  • Vila B. and Caplan J., 2012. The collections of the University of Provence: centuries of teaching and research. In: Arranging and rearranging: planning university heritage for the future. S. Talas & MC Lourenço Eds. Padova University Press. pp 113-122.

Les Mercredis du Patrimoine d’AMU

Une demi-journée, chaque premier mercredi du mois, le patrimoine universitaire s’ouvre au grand public pour faire découvrir ses trésors. Alternativement un chercheur du Musée de Paléontologie, des collections de botaniques ou d’une autre collection présentera une collection, un échantillon ou un instrument.

Rendez-vous à 14h devant l’Amphi de Sciences naturelles
site Saint-Charles
, 3 place Victor Hugo – Marseille 3ème

Sur réservation uniquement, les places sont limitées.
Contact : bruno.vila@univ-amu.fr

Pour tout savoir sur les 3 dernières présentations, consulter l’onglet ” Mercredi du patrimoine AMU : compte-rendus“.

Après une courte pause, le programme pour l’année 2016 paraîtra bientôt !

Conserver, enseigner, chercher

Ce carnet de recherche se propose de faire connaître et de valoriser le patrimoine scientifique conservé par Aix-Marseille Université, aussi bien dans ses bibliothèques que dans ses différentes structures de recherche. Ces collections sont composées autant d’objets, d’échantillons que de documents, parfois rares et précieux, dans de nombreuses disciplines, littéraires, scientifiques, juridiques, historiques… Qu’il s’agisse de la jurisprudence de l’ancien Parlement de Provence ou des fossiles issus de fouilles paléontologiques, ce sont des matériaux d’étude pour les chercheurs aussi bien que des éléments d’un patrimoine scientifique commun à conserver. Animé à la fois par des enseignants-chercheurs coordonnés par la cellule « Patrimoine scientifique » d’AMU et des bibliothécaires coordonnés par la mission « Patrimoine » du Service Commun de la Documentation), il proposera des billets accessibles au grand public sans renoncer à la rigueur scientifique nécessaire à la recherche.