Archives de catégorie : Dossiers thématiques

La marque de la Salamandre à la bibliothèque de droit d’Aix

La bibliothèque de droit à Aix conserve quelques volumes d’ouvrages juridiques datant de la Renaissance, dont la page de titre présente l’emblème de la salamandre. Il s’agit des ouvrages suivants :

La salamandre, emblème royal

Le choix de la salamandre comme emblème personnel pour François Ier est bien connu. Comme la plupart des souverains de son époque, il adopte une image symbolique doublée d’une devise en plus de ses armoiries traditionnelles. Charles VIII avait adopté l’épée de feu et Louis XII le porc-épic ; les reines Anne de Bretagne et Claude de France avaient choisi respectivement l’hermine et le cygne « navré »2. De son côté, Charles Quint s’était associé les Colonnes d’Hercule (avec la devise plus oultre), tandis qu’Henri VIII arbore tantôt la herse, tantôt la rose Tudor.

Vitrail (XIXe siècle) de la salle des États au château de Blois, avec l’hermine emblématique d’Anne de Bretagne. Photo Sylvain Collet. Source: Flickr (licence CC-BY-NC-SA).

La signification exacte de la salamandre a longtemps été objet de débats entre érudits. Il semble que le sens en soit devenu obscur, et ce dès le XVIe siècle. Le fait que la devise associée (Notrisco al buono stingo el reo) soit rédigée en italien vulgaire, et non toscan, ne facilite pas la compréhension. On s’accorde aujourd’hui à considérer que cette devise, ainsi que sa version latine simplifiée (Nutrisco et extinguo), se traduit par « je me nourris du bon feu et éteins le mauvais ». De nombreuses interprétations ont été proposées pour expliquer ce choix. La salamandre éteint le feu de la guerre, et représente donc un symbole de paix ; elle se nourrit du bon feu spirituel, et emblématise le bon chrétien ; elle figure également la constance dans les épreuves.

Salamandres et chiffre de François Ier au château de Chambord. Photo Marc Henneveux. Source Wikimedia Commons (licence CC-BY-SA).

Le premier Valois d’Angoulême à avoir été associé à la salamandre est Jean d’Angoulême, le frère du poète Charles d’Orléans et grand-père de François Ier. Lors de la fête des fiançailles de sa nièce, quelques vers anonymes présentent le comte Jean comme un modèle de tempérance en le comparant à la salamandre qui éteint le feu par sa seule présence. C’est une allusion à son engagement pour l’apaisement du royaume en une période troublée et à la façon dont il avait ignoré les vieilles rancunes qui auraient pu déclencher de nouveaux conflits à son retour de captivité en Angleterre.

Concernant François Ier, la salamandre, rapprochée du serpent, a aussi un sens dynastique : elle a été rapprochée de la guivre3 figurant sur les armes des Visconti, dont le roi affirmait avoir hérité le duché de Milan4. La salamandre a également été mise en relation avec un autre emblème des Visconti : un lion entouré de feu, tenant une épée et deux seaux d’eau, susceptibles de permettre au lion d’éteindre le feu comme le fait la salamandre. Celle-ci évoque également la famille maternelle du roi : ainsi, son grand-père Philippe, comte de Bresse et duc de Savoie, avait-il adopté l’emblème d’un serpent changeant de peau. Elle est aussi souvent représentée avec une queue qui forme un nœud en forme de huit, image là encore traditionnellement associée à la maison de Savoie.

Une interprétation récente attribue la confection de l’emblème royal, associant animal symbolique et devise italienne, à Charles Demoulins de Rochefort, précepteur du jeune François d’Angoulême, alors âgé de dix ans seulement. Référence explicite à une œuvre néo-platonicienne alors célèbre, l’Hypnerotomachia Poliphili 5 de Francesco Colonna, publié à Venise chez Alde Manuce en 1499, la salamandre serait un symbole de tempérance, invitant le jeune prince à se nourrir du feu de l’amour de la sagesse tout en se gardant des feux destructeurs de la passion turbulente, indignes d’un prince.

Francesco Colonna, Hypnerotomachia Poliphili, Aldo Manuzio pour Leonardo Grassi (Venezia), 1499. Bibliothèque nationale de France (département des Manuscrits, RESERVE 4-BL-4451). Source Gallica.

Bibliographie sommaire :

GABRIELE, Mino, « La tempérante salamandre. Aux origines de la devise de François Ier », trad. Jean-Maurice Teurlay, in François Ier, pouvoir et image, éd. par Magali Vène et Bruno Petey-Girard, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2015, p. 79‑86.

LECOQ, Anne-Marie, « La salamandre royale dans les entrées de François Ier », in Jean Jacquot, Elie Konigson, (éds.). Les fêtes de la Renaissance, III, éds. Jean Jacquot et Elie Konigson, Paris, Editions du CNRS, 1975, p. 93‑104.

LECOQ, Anne-Marie, « Le prince à la salamandre », in François Ier imaginaire, Paris, Macula, 1987, p. 35‑52.

La salamandre des Senneton à Lyon

On trouve de nombreuses traces de l’emblème royal bien en-dehors de l’influence directe des cercles de la Cour. En matière bibliographique, la marque de la Salamandre appartient à la famille Senneton, une puissante famille de marchands lyonnais. Ce sont plus que de simples marchands : lettrés, curieux, ils appartiennent à la haute société de la ville et fréquentent les cercles littéraires. Leurs auteurs leur sont fidèles ; ils en font exécuter les portraits dans les éditions qu’ils mettent sur le marché et leur composent eux-mêmes des préfaces, y compris en latin.

Antoine Senneton, marchand drapier, appartient à la notabilité de la ville, puisqu’il exerce des fonctions d’échevin en 1523 et 1528, et qu’il se trouve mentionné comme consul de la ville. La famille est alors dans une dynamique d’ascension sociale : parmi les fils d’Antoine, plusieurs sont titulaires de seigneuries ; l’un est marchand drapier comme son père, un autre embrasse une carrière juridique et entre dans la robe, devenant conseiller au Parlement de Paris après avoir été avocat, un troisième entre dans les ordres, se rapproche de la Cour, devient conseiller et aumônier du roi, abbé de Beaulieu. Enfin, trois des frères Senneton embrassent, l’un après l’autre, le métier de marchand libraire, et vont jouer un rôle très important dans les éditions juridiques lyonnaises de la deuxième moitié du XVIe siècle.

Guillaume Durand, Speculi Gulielmi Durandi prima [-secunda] pars..., Lyon, pour Jacques et Jean Senneton, 1547. Bibliothèque universitaire de droit et science politique d'Aix, Res 261.
Guillaume Durand, Speculi Gulielmi Durandi prima [-secunda] pars…, Lyon, pour Jacques et Jean Senneton, 1547. Bibliothèque universitaire de droit et science politique d’Aix, Res 261.
Des Senneton, Jean est le premier à utiliser la marque de la Salamandre, qu’il a héritée d’Henri Savore, son beau-père, décédé en 1535, un riche marchand papetier qui s’est lancé dans la librairie sur le tard, faisant éditer une Bible qui paraît après sa mort. Jean Senneton s’associe dès 1536 avec son frère Jacques. Leur frère Claude, encore marchand (non libraire) à cette époque, participe également à l’affaire, ainsi que deux facteurs, Maurice Roy et Louis Pesnot. Les ouvrages publiés par cette société paraissent « à l’enseigne de la Salamandre » jusqu’en 1553, date à laquelle Claude Senneton se lie plus étroitement à l’entreprise, prenant la place de son frère Jacques, décédé, dans l’association.

Claude Senneton, personnage haut en couleurs, a joué un rôle important dans la vie lyonnaise des années 1550-1560, exerçant des fonctions dans l’administration de la ville6. Converti au protestantisme, il est aussi connu pour être l’éditeur de nombreux auteurs protestants ou « politiques7 » à côté des traditionnelles éditions juridiques : il publie Étienne Pasquier, Pierre Viret, Jean Calvin, Nicolas Pithou. Il est aussi en affaires avec Charles Dumoulin. Catherine Magnien le décrit comme un « propagandiste politique et religieux à peine clandestin, bien introduit sur la place parisienne, bientôt compromis sans retour lors de l’occupation et du pillage de Lyon par le baron des Ardrets et ses mercenaires suisses8 ». Il doit s’exiler à Genève. La compagnie à la Salamandre perdure à Lyon, dirigée par des facteurs qui lui rendent des comptes. A sa mort, ceux-ci essayent de continuer l’entreprise, qui finit par être liquidée par leurs héritiers. Le solde invendu est acheté par Jean de Gabiano en 1597.

La Salamandre n’a pas été utilisée par les seuls Senneton à Lyon. Outre les facteurs et associés de ces derniers, on trouve aussi l’enseigne de la Salamandre chez Nicolas Edoard à Paris en 1562-1563. Jean Cavellat, à Paris, utilise aussi cet emblème, avec la devise Nutrisco et extinguo (1584-1588). Robert Granjon, lorsqu’il est établi dans la capitale, utilise une marque représentant une salamandre et trois joncs9 ; de son côté, Jean Leclerc, toujours à Paris, publie « à la Salamandre royale » en 1593.

Bibliographie sommaire :

BAUDRIER, Henri, Bibliographie lyonnaise : recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIe siècle, VII, Paris, F. de Nobele, 1964, p. 367-448.

GÜLTLINGEN, Sybille von, Bibliographie des livres imprimés à Lyon au seizième siècle, VIII, Baden-Baden, Bouxwiller ; V. Koerner, 2002.

MAGNIEN, Catherine, « “A Paris, pour Claude Senneton, 1565”: le mystère de l’édition du Second livre des Recherches de la France d’Etienne Pasquier », Histoire et civilisation du livre, vol. 2, 2006, p. 73‑77.

TAMET, Marie-Dominique, Les Senneton, marchands-libraires à Lyon au XVIe siècle, Mémoire d’étude pour le diplôme de conservateur de bibliothèque, ENSSIB, 2011. Répertoire des éditions des Senneton p. 75-97 ; marques reproduites d’après Baudrier p. 99.

  1. Il est relié avec la troisième et quatrième partie, qui est une autre édition, datée de 1545. []
  2. Soit transpercé d’une flèche. []
  3. C’est-à-dire la vipère. []
  4. Ce symbole héraldique est toujours associé à Milan ; il figure aujourd’hui notamment sur l’écusson de la marque de voitures Alfa Romeo, fondée à Milan. []
  5. Traduit plus tard en français : Le Songe de Poliphile, trad. Jean Martin, Paris, pour Jacques Kerver, 1546. []
  6. Il est tour à tour conseiller de ville, échevin, recteur de l’aumône. []
  7. Dans le contexte des guerres de Religion, ce mot désigne les catholiques qui estiment le maintien de la paix civile et de l’harmonie du royaume plus importants que le rétablissement de l’unité religieuse par la répression du protestantisme. []
  8. Catherine Magnien, « “A Paris, pour Claude Senneton, 1565”: le mystère de l’édition du Second livre des Recherches de la France d’Etienne Pasquier », dans Histoire et civilisation du livre, vol. 2, 2006, p. 77. []
  9. Henri Baudrier, Bibliographie lyonnaise: recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIe siècle, II, Paris, F. de Nobele, 1964, p. 50. []

François Ier roi des humanistes

L’année 2015 a été une année François Ier, comme l’ont montré de nombreuses expositions et manifestations scientifiques tout au long de l’année. Du Queen’s College (Kingston) à Paris, en passant par Tours, trois colloques internationaux ont exploré cette année différentes facettes du règne. La BnF a consacré une vaste exposition à ce roi et à l’image qu’il a laissé dans les lettres et les arts, pendant que sa bibliothèque personnelle était évoquée au château royal de Blois. De nombreuses autres manifestations ont eu lieu, notamment dans le Val de Loire, dont une reconstitution d’une fête de Cour ayant eu lieu en 1518 pour célébrer la victoire de Marignan.

Portrait de François Ier par Jean Clouet, vers 1527. Paris, Musée du Louvre. Source Wikimedia Commons (image du domaine public).

Chacun se souvient de la fameuse date de 1515 et du nom de la bataille qui y est associé: Marignan. A cette date, le jeune François Ier, monté sur le trône depuis moins d’un an, passe les Alpes par un itinéraire inattendu pour concrétiser ses ambitions sur Milan et l’Italie. Sa victoire contre les mercenaires suisses auréole de gloire son règne commençant et sert une active propagande visant à le présenter en César invincible. Les ressorts de la construction historiographique de la figure du roi François Ier ont été longuement analysés. L’imagerie populaire et scolaire aura retenu un roi chevalier, vaillant sur le champ de bataille, brillant, artiste, poète, centre d’une Cour resplendissante, mais mauvais stratège, mal entouré, dominé par ses passions, ses maîtresses et les querelles de ses ministres. C’est ainsi qu’on retient volontiers de lui le distique suivant, prétendument gravé sur une vitre de sa chambre au château de Chambord :

Souvent femme varie / Bien fol est qui s’y fie

Que la scène soit probablement apocryphe et la citation forgée par Victor Hugo1 à partir de formulations antérieures n’a pas vraiment d’importance, car cela correspond à l’imaginaire collectif bâti autour de la figure de ce roi2.

Auguste-Gaspard-Louis Desnoyers, « Souvent femme varie, bien fol est qui s’y fie ». François Ier montre à sa sœur la reine de Navarre le distique qu’il a gravé au diamant sur une vitre du château de Chambord. Gravure, vers 1817. Tirage conservé à Londres, British Museum. © The Trustees of the British Museum (licence CC-BY-NC-SA 4.0).

Son goût pour les arts a été très tôt mis en avant, même si les auteurs qui ont façonné cette vision de l’histoire de France. Même dans ce domaine, Voltaire évoque un roi brillant mais qui n’achève rien de définitif3:

François Ier fit naître le commerce, la navigation, et les lettres, et tous les arts ; mais il fut trop malheureux pour leur faire prendre racine en France.

De son côté, Michelet, dans son habituel style flamboyant, ne trouve pas assez de défauts au roi François Ier, lui préférant nettement la figure de Charles Quint. Cependant, la seule chose qui trouve grâce à ses yeux est son action de mécène et de protecteur des arts et des lettres4 :

Avec quelque sévérité qu’on doive juger François Ier et Léon X, il faut se garder de les comparer à cette ignoble génération de princes qui a fermé l’âge précédent (Alexandre VI, Louis XI, Ferdinand-le-Catholique, Jacques III, etc.) Dans leurs fautes mêmes, il y a au moins quelque gloire, quelque grandeur. Ils n’ont pas fait leur siècle, sans doute, mais ils s’en sont montrés dignes ; ils ont aimé les arts, et les arts parlent encore pour eux aujourd’hui, et demandent grâce pour leur mémoire.

Bien sûr, les livres d’histoire contemporains ont largement revisité cette approche du règne de François Ier. De solides biographies permettent à présent d’avoir une approche plus nuancée de cette époque. Cependant, l’image du Père des Lettres, protecteur des humanistes et poète à ses heures reste bien vivace. Quelques-uns des ouvrages les plus anciens des réserves des bibliothèques d’Aix-Marseille Université permettent d’illustrer cet aspect du règne.

Lorsque François Ier monte sur le trône, l’Europe est traversée par un puissant courant de regain d’intérêt pour les textes des Anciens, doublé d’un intérêt certain pour le  «rétablissement » d’une langue correcte pour le latin et la diffusion de la langue grecque, très peu pratiquée par les savants européens jusqu’alors. La bibliothèque de Lettres et sciences humaines d’Aix possède dans ses réserves quelques ouvrages qui remontent à cette époque et qui l’illustrent particulièrement bien, dont plusieurs éditions parues sous les presses parisiennes de Josse Bade.

Ange Politien, Œuvres complètes (en latin), trad. Jacques Toussain, Paris, Josse Bade, 1519. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et Sciences humaines, Res. 7315.
Ange Politien, Œuvres complètes (en latin), trad. Jacques Toussain, Paris, Josse Bade, 1519. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et Sciences humaines, Res. 7315.

L’activité de Josse Bade, qui a vécu de 1461 à 1535, n’appartient pas spécifiquement au règne de François Ier, mais l’essentiel de son travail d’imprimeur et de libraire s’est déroulé sous les règnes de Louis XII et François Ier. Savant, érudit formé par les meilleures universités italiennes, il s’installe d’abord à Valence et Lyon, où il exerce le métier de pédagogue, avant d’entrer dans l’atelier de Jean Trechsel à Lyon et de travailler pour divers imprimeurs lyonnais. C’est cependant à Paris que la partie la plus connue de sa carrière se déroule: il y fonde son propre atelier d’imprimerie, pour publier ses œuvres et celles des autres, qu’il s’agisse de classiques latins, grecs, ou de ses contemporains. A la fois humaniste, artisan et marchand, il entretient un réseau de relations très large parmi les humanistes européens du premier tiers du XVIe siècle. Un temps imprimeur attitré d’Érasme, il correspond aussi avec Guillaume Budé et de nombreux autres érudits. Ses éditions jouent un rôle important dans le renouveau des études latines en France à cette période: il édite nombre de classiques latins ainsi que divers ouvrages pédagogiques, dont des grammaires qui font autorité.

Les Oeuvres d’Ange Politien conservées à la bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d’Aix est un bon exemple de ce que représentaient Josse Bade et son réseau dans le Paris humaniste du premier tiers du XVIe siècle. Érudit italien, Ange Politien a été titulaire des chaires de latin et de grec à l’université de Florence et précepteur des enfants de Laurent de Médicis ; son œuvre a exercé une grande influence sur les humanistes de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle. L’édition que nous conservons de ses œuvres par Josse Bade n’est pas la première5, mais elle est introduite par une préface tout à fait intéressante et éclairante.

Elle s’inscrit dans une époque où la querelle du cicéronianisme fait rage à Paris et dans les cercles lettrés humanistes après avoir dominé le débat en Italie au siècle précédent : les savants s’écharpent pour savoir si Cicéron est le seul digne d’être imité pour pouvoir produire un beau latin ou si les autres auteurs, antiques et modernes, peuvent aussi servir de modèle. Ce débat va bien plus loin qu’une simple question de style, dans la mesure ou certains « anti » s’inquiètent aussi de l’utilisation d’un latin purement imité de Cicéron aux références et aux métaphores païennes pour évoquer des questions touchant à la théologie chrétienne. Josse Bade, comme Ange Politien et Érasme6, se situe plutôt dans le camp des « anti », contrairement à la majorité des érudits parisiens de son temps, ses amis et ses clients ; cependant, il l’exprime de façon relativement discrète.

La « préface » (lui-même n’emploie jamais ce mot ou son équivalent latin) de l’édition de 1519 prend la forme d’une épître dédicatoire à Louis Ruzé, humaniste, avocat et lieutenant civil de la prévôté de Paris, protecteur des humanistes et responsable du contrôle de la librairie parisienne pour le compte du roi. Josse Bade qualifie des œuvres de Politien de « berceau du renouveau de la littérature classique ». Il loue également le travail du jeune Jacques Toussaint, qui a traduit en latin les nombreuses portions grecques du texte de Politien, ainsi que les commentaires de lui-même et de François du Bois, l’ensemble étant à même de permettre à un public plus large d’accéder aux œuvres de l’humaniste italien. Ce travail prouve que les Français sont tout aussi capables d’éloquence que les Italiens, et qu’une nouvelle génération de savants, dont Toussaint est un exemple, est sur le point d’éclore sous la protection de Ruzé.

Ange Politien, Œuvres complètes (en latin), trad. Jacques Toussain, Paris, Josse Bade, 1519. Index manuscrit copié sur les gardes de la reliure. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et Sciences humaines, Res. 7315.
Ange Politien, Œuvres complètes (en latin), trad. Jacques Toussain, Paris, Josse Bade, 1519. Index manuscrit copié sur les gardes de la reliure. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et Sciences humaines, Res. 7315.

L’exemplaire aixois a effectivement été lu avec une grande attention, comme en témoigne l’index manuscrit étoffé qui a été élaboré dans les gardes de la reliure, ainsi que les nombreuses notes manuscrites qu’il comporte, surtout au début. Cela correspond tout à fait à la vocation de pédagogue de Bade, qui n’a cessé de publier manuels, grammaires et commentaires simplifiés destiné aux étudiants débutants ou plus avancés durant toute sa carrière. Son catalogue comprend d’ailleurs de nombreux auteurs antiques et contemporains, ou du siècle précédent, en latin dans l’immense majorité des cas : en effet, il a publié peu de textes en grec, privilégiant les traductions latines de ce répertoire pour mieux le diffuser auprès du public savant de son époque7.

C’est que le grec est encore peu répandu dans les cercles humanistes français dans les années 1510 et 1520, malgré les efforts de plusieurs érudits, au premier plan desquels figure Guillaume Budé. Juriste, éminent latiniste et helléniste, humaniste de premier plan, Budé s’est fait d’abord connaître dans les cercles juridiques en publiant des Annotations au Pandecte (1508) dont un des points les plus remarquables est la façon dont il utilise son érudition philologique et historique pour éclairer divers points obscurs du droit romain. Cette démarche culmine dans son traité De Asse8 consacré à l’as, c’est-à-dire à la monnaie romaine, qui vise à établir des correspondances entre les mesures et monnaies romaines et celles qui lui sont contemporaines de manière à mieux déchiffrer les textes historiques des Anciens. L’ouvrage connaît un succès considérable, suffisamment pour être réédité un grand nombre de fois, avec ou sans l’assentiment de l’auteur, et ce bien après sa mort. C’est ainsi que la bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d’Aix conserve un exemplaire d’une édition posthume parue sous les presses de Sébastien Gryphe, dont le nom est attaché à l’humanisme lyonnais des années 1530 et 1540.

Guillaume Budé, De Asse, Lyon, Sébastien Gryphe, 1542. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res. 34 856.
Guillaume Budé, De Asse, Lyon, Sébastien Gryphe, 1542. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res. 34 856.

Les efforts de Guillaume Budé pour la promotion de l’étude du grec en France sont bien connus9. Certains de ses travaux en grec font partie des rares textes dans cette langue édités par Josse Bade10 ; surtout, il est célèbre pour être l’un des principaux artisans de la création en 1530 par François Ier de quatre chaires de lecteurs royaux (deux chaires pour la langue grecque et deux chaires pour l’hébraïque), première étape qui mènerait au Collège de France. Avec cette création, François Ier semble combler les attentes des érudits qui, depuis le début de son règne, dressent dans leurs correspondances le portrait programmatique d’un Mécène, protecteur des lettres et de ceux qui en font profession. Ces ambitions apparaissent dès le De Asse de Guillaume Budé, qui en termine la rédaction lorsqu’il apprend la mort de Louis XII et l’avènement de son jeune cousin. Le nouveau roi sera celui qui rétablira les bonae litterae (les bonnes lettres, latines et grecques) chères à l’humaniste français11.

De fait, François Ier s’intéresse à la culture lettrée et savante de son temps ; contrairement à ses prédécesseurs, il s’intéresse aussi à sa diffusion. Il ne lit pas lui-même le latin, et encore moins le grec, mais il s’attache à la divulgation des textes antiques, subventionnant la traduction et l’impression de textes alors rares, notamment à partir des prestigieux exemplaires qu’il collectionne. De là vient en partie sa réputation de « roi-mécène », père des lettres, soigneusement construite par ces lettrés qui espèrent tout de la convergence entre les intérêts du roi et les leurs. La bibliothèque royale se fait progressivement le reflet de cette ambition. En 1537, l’ordonnance de Montpellier (généralement citée comme la première pierre qui conduit au moderne dépôt légal) affirme que l’ambition du roi est de rassembler une bibliothèque contenant tous les savoirs nécessaires à l’étude. Guillaume Budé est maître de la librairie (c’est-à-dire de la bibliothèque) du roi ; à sa mort en 1540, c’est Pierre du Châtel, un des lecteurs royaux, qui prend en charge cette responsabilité. Ce dernier n’a de cesse d’enrichir les collections royales de livres grecs, qu’il fait acheter ou copier en France et en Italie (ce sont encore surtout des manuscrits).

Esope, Vie et Fables (en grec), Paris, Robert Estienne, 1546. Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d'Aix, Res 35 469
Esope, Vie et Fables (en grec), Paris, Robert Estienne, 1546. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res 35 469.

Les liens du roi avec Robert Estienne montrent également l’intérêt du roi pour la culture savante et sa diffusion imprimée. Imprimeur-libraire de renom, latiniste, helléniste, hébraïsant, Robert Estienne publie de nombreux textes classiques en langue originale ; il est également célèbre pour ses travaux philologiques sur la Bible. Nommé imprimeur du roi pour le grec à partir de 1542, il avait suscité l’intérêt royal bien avant cela, étant imprimeur-libraire ordinaire du roi pour les lettres hébraïques et latines dès 1526. A partir de 1540, il acquiert progressivement auprès du graveur Claude Garamond d’élégants caractères grecs, financés par le roi et calqués sur l’élégante écriture grecque d’Ange Vergèce. Les « grecs du roi » lui servent à partir de 1544 à imprimer de belles éditions grecques établies sur commande à partir des manuscrits conservés dans la bibliothèque royale de Fontainebleau. Ces éditions sont généralement mentionnées « ex bibliotheca regia »12.

Les bibliothèques universitaires d’Aix-Marseille ne conservent malheureusement pas d’exemplaire de ces prestigieuses éditions. Mais le bel Ésope grec imprimé en 1546 présent dans les collections de la bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d’Aix fournit un exemple assez représentatif des remarquables éditions grecques produites par l’atelier Estienne dans les années 1540. Cet exemplaire a été manifestement lu avec soin et attention, car il est en grande partie couvert d’annotations manuscrites. Ce lecteur était fort savant: une grande partie de ces notes sont en grec ; quelques-unes sont des traductions latines de certains passages.

Esope, Vie et Fables (en grec), Paris, Robert Estienne, 1546. Détail d'une page intérieure annotée. Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d'Aix, Res 35 469
Esope, Vie et Fables (en grec), Paris, Robert Estienne, 1546. Détail d’une page intérieure annotée. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res 35 469.

Bien sûr, ce portrait flatteur de François Ier en roi des humanistes n’est qu’une des facettes de son règne. En réalité, les savants qui entouraient le roi et espéraient beaucoup de ses libéralités ne l’ont pas toujours trouvé si favorable à leurs désirs. Guillaume Budé doit attendre bien longtemps avant la création des premiers postes de lecteurs royaux, et encore, les professeurs ainsi nommés doivent d’abord exercer sans locaux ni instruments de travail. Le préambule de l’ordonnance de Montpellier n’est qu’un vœu pieux, la bibliothèque royale restant pour longtemps encore semblable à celle des prédécesseurs de François Ier, c’est-à-dire composée pour une immense majorité de manuscrits. L’affaire des Placards, en 1534, amène même un revirement brutal (même s’il reste provisoire) dans l’attitude du roi à l’égard non seulement du protestantisme montant, mais aussi du livre imprimé : le roi prend un édit interdisant toute publication de livre imprimés dans le royaume de France.

Luther, De Servo Arbitrio ad D. Erasmum Roterodammn, Nuremberg, Johann Petreius, 1526. Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res 22672.
Martin Luther, De Servo Arbitrio ad D. Erasmum Roterodamum, Nuremberg, Johann Petreius, 1526. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res 22672.

C’est que le règne de François Ier est strictement contemporain de la naissance du protestantisme et de sa première diffusion à travers l’Europe. C’est d’ailleurs à travers les tensions religieuses qui traversent son règne que son attitude ambivalente à l’égard de l’humanisme savant est le mieux révélée : en 1517 et 1518, il tente de faire venir Érasme en France par l’intermédiaire de Guillaume Budé en dépit de la Sorbonne ; en 1546, Étienne Dolet est brûlé sur la place Maubert à Paris après son procès pour hérésie devant le Parlement de Paris, malgré l’évocation de l’affaire devant le Conseil du roi. Entre ces deux extrêmes, son attitude à l’égard des lettrés et savants qui l’entourent, souvent tentés par la Réforme protestante, oscille et fluctue en fonction des impératifs politiques du moment et des besoins de ses relations diplomatiques avec les autres puissances européennes.

Il est indéniable que François Ier s’est intéressé à la culture humaniste propre à son temps et à sa diffusion, y voyant un outil d’affirmation de la grandeur royale face en particulier à l’omniprésence de la culture italienne ; cependant, son attention à ce sujet et la façon dont lui et son entourage l’intègrent dans les objets de la politique royale ne sont pas les mêmes en fonction des différents moments de son règne, avant ou après la défaite de Pavie et sa captivité madrilène, avant ou après l’affaire des Placards. Toujours est-il que la postérité a retenu l’image d’un roi lettré et mécène, protecteur des savants de son temps. Quelques-un des ouvrages conservés dans les collections des bibliothèques d’Aix-Marseille Université en sont le reflet, même si cette image est en grande partie une construction rhétorique soigneusement bâtie par ses contemporains.

Pour aller plus loin (bibliographie non exhaustive) :
François Ier : pouvoir et image, éd. par Magali Vène et Bruno Petey-Girard, Paris, Bibliothèque Nationale de France, 2015. Voir en particulier les articles de Bruno Petey-Girard, « François Ier et les lettres », p. 208-219 et de Magali Vène, « Des livres et un roi », p. 220-231.
GEHL, Paul F., « Humanism For Sale: Making and Marketing Schoolbooks in Italy, 1450-1650 », [En ligne : http://www.humanismforsale.org/]. Consulté le 4 janvier 2016.
HOLBAN, Marie, « Quelques remarques critiques sur François Demoulins », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 52 / 1, 1990, p. 23‑36.
KNECHT, Robert Jean, Un prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, trad. Patrick Hersant, Paris, Le Grand livre du mois, 1998.
LA GARANDERIE, Marie-Madeleine de, « Guillaume Budé, A Philosopher of Culture », The Sixteenth Century Journal, 19 / 3, 1988, p. 379‑388.
LAPACHERIE, Jean-Gérard, « Le mythe de l’ordonnance de Villers-Cotterêts », in Langues et identités culturelles dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles, éd. par Marie-Sol Ortola, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2005, p. 219‑230.
MARGOLIN, Jean-Claude, « Politique et culture en France à l’époque de l’humanisme et de la Renaissance », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 34 / 1, 1972, p. 137‑141.
GADOFFRE, Gilbert, La révolution culturelle dans la France des Humanistes : Guillaume Budé et François Ier, Genève, Droz, 1997.
MÉNAGER, Daniel, « Lire et découvrir. La circulation des idées au temps de la Réforme », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 62 / 3, 2000, p. 699‑701.
PETEY-GIRARD, Bruno, « Libéralité humaniste – Mérite humaniste », Le Verger – bouquets, no 2, 2012, [En ligne: ]. Consulté le 4 janvier 2016.

  1. Elle apparaît dans Le roi s’amuse, Paris, 1832, acte IV, sc. 2. []
  2. Bruno Petey Girard et Magali Vène, « Connaissez-vous François Ier ? », in François Ier: pouvoir et image, éd. par Magali Vène et Bruno Petey-Girard, Paris, Bibliothèque Nationale de France, 2015, p. 17-18. []
  3. Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, Berlin, Christian Friedrich Henning, 1751, p. 7. []
  4. Michelet, Précis de l’histoire moderne, Paris, Louis Colas et Louis Hachette, 1827, p. 84. []
  5. Josse Bade avait publié une première fois les Œuvres complètes de Politien en 1512. []
  6. La querelle culmine avec la parution d’un ouvrage de l’humaniste de Rotterdam : Ciceronianus, sive de optimo dicendi genere, Bâle, Froben, 1528. []
  7. Pour en savoir plus sur cet imprimeur, on consultera avec profit quelques-unes des références suivantes :

    GEWIRTZ, Isaac Meir, The prefaces of Badius Ascensius : The humanist printer as arbiter of French humanism and the medieval tradition in France, Ph.D., Ann Arbor, 2003.
    KATZ SIMON, Louise, « La “Préface” de Josse Bade aux Silvae morales (1492) », Camenae, 2007, [En ligne : http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/ArticleLKATZ.pdf].
    KATZ SIMON, Louise, La presse et les lettres : Les épîtres paratextuelles et le projet éditorial de l’imprimeur Josse Bade (c. 1462-1535), thèse de doctorat, Paris, EPHE, 2013.
    LEBEL, Maurice, Josse Bade, dit Badius, 1462-1535 : Préfaces de Josse Bade, humaniste, éditeur-imprimeur et préfacier, Louvain, Peeters, 1988.
    LEBEL, Maurice, « Josse Bade, éditeur et préfacier (1462-1535) », Renaissance and Reformation / Renaissance et Réforme, 17 / 2, 1981, p. 101 sq.
    RENOUARD, Philippe, Bibliographie des impressions et des oeuvres de Josse Badius Ascensius: imprimeur et humaniste, 1462-1535, Paris, E. Paul et Guillemin, 1908.

    []

  8. Paris, Josse Bade, 1515. []
  9. Sur la naissance de l’enseignement du grec en France à la Renaissance, voir Michèle Clément, « L’enseignement du grec en France de 1507 à 1545 : du premier livre grec imprimé aux Grecs du Roy, une difficile implantation », dans Les outils de la connaissance: enseignement et formation intellectuelle en Europe entre 1453 et 1715, éd. par Jean-Claude Colbus et Brigitte Hébert, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2006, p. 141-157. []
  10. Il s’agit d’un recueil de lettres latines et grecques publié sous le titre latin d’Epistolae, Paris, Josse Bade, 1520, et des Commentarii linguae grecae, Paris, Josse Bade, 1529. []
  11. Le De Asse n’est pas le seul texte de Budé où il expose ses ambitions vis-à-vis du roi. L’humaniste a également rédigé une Institution du prince dès le début du règne (1518), ce texte n’étant publié qu’après la mort du roi (1547). Sur ce texte et cette publication posthume, voir Christine Bénévent et Malcolm Walsby, « L’Institution du prince de G. Budé. Le mystère des premières éditions perdues », dans Art et Métiers du livre: reliure, bibliophilie, estampe, 310, 2015, p. 30-39. []
  12. Sur Robert Estienne, voir Elizabeth Armstrong, Robert Estienne : royal printer. An historical study of the elder Stephanus, Cambridge, University Press, 1954. Sur les Grecs du roi, on peut consulter Annie Charon, « Humanism and Typography. The Grecs du Roi and the Study of the Ancient World », dans Printing for Kingdom, Empire and Republic. Treasures from the Archives of the Imprimerie nationale, éd. par H. George Fletcher, New-York ; Paris, The Grolier Club ; Imprimerie nationale, 2011, p. 7-21. []

Le Journal des Sçavans

La BU LSH d’Aix Schuman conserve dans ses collections un trois cent cinquantenaire toujours florissant, le plus ancien périodique littéraire et scientifique d’Europe, le Journal des sçavans, devenu bien plus tard Journal des savants.

« Les journaux des savants, selon le Dictionnaire de Trévoux, en 1704, ont été inventés pour le soulagement de ceux qui sont ou trop occupés ou trop paresseux pour les livres entiers. C’est un moyen de satisfaire sa curiosité et de devenir savant à peu de frais. Ils gâtent par là bien des gens; néanmoins comme ce dessein a paru très commode et très utile, il a été continué sous des titres différents »1.

Page1num1
Page de titre du 1er numéro publié, le lundi 5 janvier 1665

La collection de la BU LSH est quasi complète, depuis le 1er numéro du 5 janvier 1665 jusqu’à nos jours. Les 51 premiers volumes de l’édition parisienne originale, publiés de 1665 jusqu’en 1729, sont de format in-4° imprimés en gros caractères. Suivent 190 volumes publiés entre 1731 et 1782, de format in-12°, à petits caractères, édition destinée à concurrencer les contrefaçons.
Le journal ne paraît pas entre 1792 et 1816, notre collection ne reprend toutefois qu’en 1859, l’abonnement est toujours en cours à ce jour, à la même cote 15009.
Une édition hollandaise de contrefaçon, de format in-12°, publiée de 1665 à 1730 vient doubler partiellement la collection.

tete
Tête de collection in 4°

Deux autres bibliothèques de l’université Aix-Marseille signalent également des tranches de collection : 1883-1901 pour l’Observatoire des sciences de l’Univers – Institut Pytheas site de Château-Gombert, 1925-1944 pour la Bibliothèque de Sciences, lettres et sciences humaines à Marseille Saint-Charles.

Titre et périodicité
Le périodique connait plusieurs orthographes de son titre :
Le Journal des sçavans (1665-1674);
Journal des sçavans (1675-1682);
Journal des savants ou recueil succint et abrégé de tout ce qui arrive de plus surprenant dans la nature, et de ce qui se fait et se découvre de plus curieux dans les arts et dans les sciences (1683-1686);
Le Journal des sçavans (1687-1696);
Le Journal des savans (1697-1701);
Le Journal des sçavans (1702-1790);
Journal des savans (1791 et 1792).
Après l’essai d’un semestre du 15 nivôse au 30 prairial an V (4 janv.-19 juin 1797), la parution reprend en 1816, sous le nom maintenu jusqu’à aujourd’hui, Journal des Savants.
Dès l’année 1666, il est complété par une « Table des matières » à laquelle s’ajouta, en 1675, une « Bibliographie récapitulative de l’année écoulée ».
En théorie hebdomadaire, la périodicité du journal varie souvent de 1665 à 1723. Il devient mensuel en 1724 et le reste jusqu’en 1792, avec 14 cahiers par an (deux en juin et en décembre).
Trimestriel entre 1816 et 1991, il devient semestriel en 1992 et le reste jusqu’à nos jours.

inventaire
Extrait du registre d’inventaire des périodiques de la BU LSH

Le fondateur et ses premiers successeurs
Denis de Sallo (1626-1669) conseiller au Parlement de Paris, conçoit le projet en 1664 de publier un journal savant et littéraire.
Avide de connaissances, il lit beaucoup et rassemble dans 9 énormes volumes, classés alphabétiquement par sujets, des notes et extraits de lecture. Il apprend le grec et le latin, l’italien et l’espagnol, mais aussi l’anglais et l’allemand, encore peu connus en dehors de leurs pays.
Malade et impotent, il décide de se mettre au service du monde des lettres. Bénéficiant de l’estime de Colbert, qui espére augmenter la gloire du roi et répandre l’influence de la France, il obtient le 8 août 1664 un privilège2 pour 20 ans.
La première livraison de l’hebdomadaire sortie le 5 janvier 1665 des presses de Jean Cusson, parait sous le nom de « Sieur de Hédouville », pseudonyme que Sallo croit devoir prendre, selon l’usage très répandu à l’époque.
A sa mort, la bibliothèque de sa résidence parisienne compte 3728 imprimés et 207 manuscrits3.
Lui succèdent l’abbé Jean Gallois (1666-1674), l’abbé Jean-Paul de La Roque (1674-1687), le président Louis Cousin (1687-1701) et l’abbé Jean-Paul Bignon (1701-1714 puis 1723-1739) qui crée un bureau de rédacteurs spécialisés, chacun faisant autorité dans un domaine de connaissances.
Après la seconde démission de Bignon en 1739, tous les rédacteurs en chef du journal sous l’Ancien Régime sont choisis parmi les savants entrés au service de l’État.

Contenu et histoire éditoriale
Le privilège accorde à la revue un champ universel, des beaux-arts aux sciences, du droit à la religion, pour les livres, les mémoires et aussi les représentations ou démonstrations publiques. Fort de ce droit exclusif de commenter périodiquement des travaux de mathématiques, de sciences, d’histoire, de belles-lettres et de théologie, Denis de Sallo établit rapidement des échanges avec des savants d’Angleterre, des Pays-Bas et de Toscane, pour réunir la matière de sa future publication.

Le Journal des savants, dès son premier numéro, affiche sa ligne éditoriale : « faire savoir ce qui se passe de nouveau dans la République des lettres » à travers des comptes rendus de livres, des nécrologies détaillées, des présentations des dernières découvertes et expériences scientifiques, des décisions des tribunaux séculiers ou ecclésiastiques.

Les premiers numéros publiés présentent la variété des sujets annoncés : ce sont des cahiers de 12 pages chacun, contenant des articles souvent très courts où l’on signale et commente des livres les plus divers, traitant de haute théologie, de philosophie, mais aussi des romans, des contes.

carte
« Véritable cours de la comète » pour servir aux observations célestes

On y trouve aussi des critiques sur des œuvres de peinture et de sculpture, des jugements des cours ecclésiastiques et civiles, des arrêts du Parlement, des ordonnances d’évêques, des décisions d’universités, des éloges d’hommes illustres, des communications d’expériences et de découvertes.

cerveau
Un thème médical illustré

Les illustrations, particulièrement nombreuses dans les années 1670, se raréfient par la suite et concernent surtout des figures mathématiques.

Pour la première fois, les livres non seulement signalés sont également soumis à la critique. De ce fait, les autorités ecclésiastiques n’apprécient guère cette nouvelle liberté, et au bout de quelques mois, le fondateur du Journal des savants, doit suspendre sa publication sous la pression des Jésuites. Mais les autorités civiles souhaitent que la publication puisse continuer. Grâce à Colbert, l’abbé Gallois fait reparaître la revue en janvier 1666, avec toutefois un contenu plus scientifique et un ton plus modéré. Au cours des années suivantes, et jusqu’à la Révolution, le Journal des savants bénéficie d’une sorte de monopole défendu par son propriétaire, l’État. Les périodes de succès et d’instabilité alternent, éloges, plaintes et railleries se font le socle de son histoire complexe, riche en événements.

À partir de 1723, le Journal des savants est ainsi publié sous le patronage de l’Académie des sciences et de celle des inscriptions et belles-lettres. Ce véritable privilège royal doit en principe le protéger de la concurrence mais l’intérêt et le succès de cette nouvelle forme de périodique, bien différente par exemple de La Gazette de Renaudot, suscitent des concurrents et des imitateurs voire des contrefaçons, tant en France (Journal de Verdun, Mercure,…) qu’à l’étranger, notamment en Hollande où la liberté d’expression est beaucoup moins soumise à la censure politique ou religieuse. C’est ainsi que des libraires hollandais publient des réimpressions du  Journal des savants, parfois augmentées d’extraits d’un autre concurrent, comme les Mémoires de Trévoux.

Après la Révolution, le Journal des savants connait à nouveau plusieurs éclipses : de 1792 à 1796,  puis, après une reparution de quelques mois,  jusqu’en 1816.  Plusieurs nouvelles séries, correspondant à chaque fois à des transformations éditoriales, sont ensuite publiées jusqu’en 1859, puis jusqu’en 1909, date à laquelle le journal cesse d’être l’organe de l’Institut de France pour n’être ensuite que celui de l’Académie des inscriptions et et belles-lettres. De cette longue carrière éditoriale, le Journal des savants conserve le principal mérite d’avoir introduit la critique littéraire dans la presse ((Encyclopédie Universalis en ligne :  http://www.universalis.fr/encyclopedie/journal-des-savants/ )).

Éditeurs
Le libraire éditeur initial du J.S. est, pour les années 1665-1682, Jean Cusson, rue Saint-Jacques à l’Image de Saint-Jean-Baptiste.

2015-06-16 12.14.15
Edition parisienne de format in 12°

De nombreux éditeurs se succédent, parmi lesquels Florentin Lambert, Pierre Witte, Théodore Le Gras, Noël Pissot, Philippe Nicolas Lottin, Hugues Daniel Chaubert, Gabriel-François Quillau, Michel Lambert, Charles-Joseph Panckoucke, Jacques Lacombe, Au Bureau du Journal de Paris, De l’Imprimerie des Sourds et muets.

Aujourd’hui et ce depuis 1909, à la suite de l’Institut de France, l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en accepte la charge exclusive, grâce à des crédits prélevés sur la Fondation Gandouras.
Les actuels directeurs de la revue sont MM. Philippe Contamine, Jacques Jouanna et Pierre-Sylvain Filliozat.

Contrefaçons
La contrefaçon du Journal commencée aux Provinces-Unies (ou République des sept Provinces-Unies des Pays-Bas) peu après sa création s’y poursuit jusqu’en 1782.
L’étude des réimpressions néerlandaises du Journal des savants montre l’intérêt que d’importants libraires attachent à de telles éditions, d’abord Daniel Elzevier de 1665 à 1671, de nouveau de 1677 à 1680, puis de 1682 à 1685, et ensuite, à partir de 1687, une association comprenant Wolfgang, Waesberge, Boom et Van Someren, et une autre comprenant Waesberge, Boom, Van Someren et Goethals. La plupart des volumes de contrefaçon de notre collection est publiée par cette dernière association de libraires.

2015-06-25 17.00.23
3 volumes de contrefaçon hollandaise

L’existence de réimpressions successives des mêmes années du Journal des savants montre que ces libraires réalisent de petits tirages, comme ils le font pour leurs propres journaux savants, et cette succession d’impressions témoigne du succès assuré de ces reproductions après 1675 sur les marchés approvisionnés par les Hollandais : la France pour une partie, mais plus encore le marché intérieur néerlandais et l’espace germanique dont les cours et les lettrés utilisent le français comme langue de culture.

contref1

Numéro 1 de 1665 (contrefaçon hollandaise)

Assez tôt les contrefacteurs imposent des modifications à l’ouvrage. Rarement politiques, les suppressions servent plutôt à faire de la place aux catalogues des libraires qui utilisent ainsi le Journal comme vecteur de leur publicité.

Accès en ligne

Journal numérisé sur Gallica de 1665 à 1984.

Les articles parus dans le Journal des Savants pour la période 1909-2009 sont disponibles sur le portail Persée.

Sommaires et résumés sur le site de l’éditeur.

Pour en savoir  plus :

J.P. Vittu indique une large bibliographie dans le : « Dictionnaire des Journaux (1600-1789), édition électronique revue, corrigée et augmentée », sous la dir. de Jean Sgard [en ligne]. Disponible sur http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/journal/0710-journal-des-savants (consulté le 26/06/2015).

Il cite deux études fondamentales :

– BIRN R., «Le Journal des savants sous l’ancien régime», Journal des savants, 1965, p. 15-35.

– PARIS G., «Le Journal des savants», Journal des savants, janv. 1903, p. 93-130.

Parmi les nombreuses études qui abordent, ou évoquent, cette revue on citera:

– BIRN R., « The French-language press and the Encyclopédie, 1750-1759 », Studies on Voltaire, t. LV, 1967, p. 263-286.

– Olivier CORPET, « Journal des Savants  », Encyclopædia Universalis [en ligne]. Disponible sur : http://www.universalis.fr/encyclopedie/journal-des-savants/ (consulté le 15 juin 2015).

– EHRARD J. et ROGER J., « Deux périodiques français du XVIIIe siècle : Le Journal des savants et Les Mémoires de Trévoux. Essai d’une étude quantitative », dans Livre et société dans la France du XVIIIe siècle, Paris et La Haye, 1965, p. 33-59.

– LEBRUN F., « Les affiches d’Angers, I773-I789 », Le Mouvement social, juil. 1962, p. 56-73, sur la présence du J.S. dans un cabinet de lecture provincial.

– MORGAN, Betty-Trevelle, Histoire du Journal des Sçavans depuis 1665 jusqu’en 1701, Paris, PUF, 1928.

– VITTU J.P., «Les contrefaçons du Journal des savants de 1665 à 1714», dans Les Presses grises. La contrefaçon du livre (XVIe-XIXe siècle), textes réunis par F. Moureau, Paris, 1988, p. 303-331.

– VITTU J.P., « Diffusion et réception du Journal des savants (1665-1714) », dans La Diffusion, p. 167-175.

– VITTU J.P., Le Journal des savants et la République des Lettres, 1665-1714, thèse de doctorat en histoire, Paris 1, 1998.

– VITTU Jean-Pierre, « Du Journal des savants aux Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux-arts : l’esquisse d’un système européen des périodiques savants », Dix-septième siècle, 3/2005 (n° 228) , p. 527-545.

  1. Histoire générale de la presse française, publié sous la direction de Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral et al., Paris, PUF, 1969. []
  2. Autorisation exclusive d’imprimer un ouvrage. Mise en place par l’article 78 des ordonnances de février 1566, dites Edit de Moulins. Cette autorisation était délivrée après lecture du manuscrit par les censeurs royaux. []
  3. Raymond Birn, Le journal sans l’Ancien Régime, JdS, 1965, p. 15-35 []

Sherlock médecin : petite histoire de la médecine légale à l’époque moderne

Les Experts et autres fictions nous ont habitués à considérer l’expertise médico-légale comme un point central de toute enquête policière. Or, cette intervention du médecin dans le champ du droit criminel s’est mise en place progressivement au cours de l’histoire de l’Europe occidentale à partir de la Renaissance. Cette histoire peut être en partie retracée à travers les collections patrimoniales de la bibliothèque de Médecine-Odontologie de Marseille.

Rembrandt, la Leçon d’anatomie du Dr Nicolas Tulp, 1632. Cabinet royal de peinture Mauritshuis. Image Wikimedia Commons.

C’est à l’époque des Lumières que la médecine légale se constitue véritablement en tant que science, dans le sillage de l’engouement pour les sciences naturelles et les progrès médicaux. Cependant, dès l’époque renaissante, une place de plus en plus grande est faite au médecin pour assister la justice, notamment dans les cas d’atteintes à l’intégrité physique des personnes.

La Constitutio criminalis Carolina promulguée par l’empereur Charles Quint en 1532 demande un témoignage médical systématique pour guider les juges dans tous les cas de meurtres, blessures, empoisonnements, pendaisons, noyades, infanticides, avortements, et autres circonstances d’atteinte à la personne dans . En France, après l’ordonnance de Villers-Cotterêt (1539) qui impose l’usage d’une procédure de type inquisitoire, secrète, écrite et en français1, une série de lois mises en place entre 1570 et 1692 favorise le développement de la médecine légale comme une discipline universitaire. Durant tout l’Ancien Régime, la question est étudiée dans de savants traités en latin dont les théories sont ensuite appliquées devant les tribunaux. C’est ainsi qu’en 1667, le Hollandais Jan Swammerdam, devenu par la suite un célèbre naturaliste, assure que les poumons d’un enfant nouveau-né flottent sur l’eau s’il n’a jamais respiré, donc s’il est mort-né2. Quinze ans plus tard, le médecin allemand Schreger utilise cette théorie pour faire acquitter une jeune fille accusée du meurtre de son enfant illégitime (1681)3.

Cette période n’est pas exempte de contradictions. En même temps que les traités médicaux abordent des questions médico-légales pour déterminer les causes des maladies et de la mort selon les enseignements de la médecine naturaliste en essor, il subsiste des pratiques et des croyances issues des anciens systèmes d’administration de la preuve hérités du Moyen-Age, où la procédure accusatoire, orale et publique, admettait l’intercession divine dans le procès. C’est ainsi que la cruentatio, hémorragie cadavérique de la victime se produisant en présence de son meurtrier, est encore évoquée par Claude Le Brun de la Rochette, avocat à la Cour de Lyon en 16184. En 1752, les plus hautes autorités médico-légales s’unissent au clergé pour accuser d’athéisme et d’hérésie (ce qui était alors punissable de mort) ceux qui ne croient pas aux fantômes, sorcières et autres possessions démoniaques, et ce alors même que la sorcellerie est de plus en plus abordée par les juges sous l’angle de l’escroquerie et du charlatanisme et que la possession est de plus en plus considérée par les médecins comme une pathologie et non une manifestation surnaturelle 5.

L’Italien Paolo Zacchias fait figure de précurseur de cette évolution. Ses dix livres des Quaestinos medico-legales paraissent à Rome entre 1621 et 1658; Gabriel Naudé, libertin érudit, bibliothécaire de Mazarin et médecin de Louis XIII, en a tenté une traduction, restée inachevée. Cet ouvrage comprend deux premières parties consacrées à la théorie médico-légale, dont il pose les bases modernes, et une troisième partie composée de cas pratiques et de conseils destinés à les résoudre. Zacchias est à la fois médecin et canoniste, et officie comme médecin attaché au tribunal pontifical; son objectif est une observation rationnelle et naturaliste des cas qui lui sont soumis, visant à éclairer les juges pour éviter tout risque d’erreur. Il évacue les interprétations providentialistes et s’élève contre les supplices au profit de l’observation clinique, y compris dans le domaine de l’aliénation6. A cette époque, on voit apparaître des ouvrages qui visent à déterminer les causes du décès par l’examen des corps; c’est le cas du Sepulchretum sive Anatomia practica ex cadaveribus morbo denatis de Théophile Bonet, riche de cas pratiques accompagnés de leur solution.

Bonet, Théophile, Sepulchretum sive Anatomia practica ex cadaveribus morbo denatis, Genève, Léonard Chouët, 1679 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 30037)
Bonet, Théophile, Sepulchretum sive Anatomia practica ex cadaveribus morbo denatis, Genève, Léonard Chouët, 1679 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 30037)

Dans les traités médicaux de la période, la recherche du poison fait l’objet d’une attention particulière. La possibilité d’un empoisonnement inquiète fort les personnages en vue du Grand Siècle, comme ceux des périodes précédentes; l’opinion publique tend à suspecter les morts rapides, surtout si le sujet est relativement jeune et occupe une situation enviée. En 1536, la mort du dauphin François, fils aîné de François Ier, est attribuée aux manigances d’un de ses serviteurs italiens, qui est exécuté. La correspondance de Louis XIII et de Richelieu regorge de consignes de prudence quant à leur nourriture et à leur boisson. La mort d’Henriette d’Angleterre, première épouse de Philippe d’Orléans, le frère de Louis XIV, est considérée comme suspecte par les contemporains. Les méthodes de l’époque sont par exemple incapables de détecter un empoisonnement à l’arsenic, qui, d’après Jean-Christian Petitfils, était fort en vogue à l’époque de Louis XIV7. Un exemple de cette attention peut être trouvé dans cet ouvrage du début du XVIIe siècle, qui consacre toute sa deuxième partie aux poisons:

Mercuriale, Girolamo, Tractatus varii de re medica, Lyon, Pillehotte, 1618. Deuxième partie : De venenis opusculum (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 3025)
Mercuriale, Girolamo, Tractatus varii de re medica, Lyon, Pillehotte, 1618. Deuxième partie : De venenis opusculum (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 3025)

Le siècle des Lumières s’empare du débat médico-légal avec passion. Les grandes affaires judiciaires du temps, celles qui ont provoqué d’importants débats publics, y contribuent, en particulier la célèbre affaire Calas8. Dans ce cas particulier, le fils d’un marchand protestant de Toulouse est trouvé pendu; le Parlement de Toulouse conclut à la culpabilité du père, accusé d’avoir voulu empêcher son fils de se convertir au catholicisme, et le fait rouer en place publique. Cependant, l’affaire n’est pas claire; la veuve, qui a des appuis à Paris, veut faire innocenter son défunt époux. Voltaire s’en empare dans des discours restés célèbres; en fin de compte, la justice royale conclut au suicide et rétablit l’honneur des Calas, leur rendant leurs biens. Le tout a suscité un intense débat, multipliant placets et libelles pour soutenir l’une ou l’autre thèse. Aux côtés de Voltaire, deux médecins se sont particulièrement penchés sur les rapports d’autopsie et ont disserté sur la façon de reconnaître un suicide d’un assassinat. L’un, Jules Laffosse, est ensuite l’auteur de l’article « médecine légale » dans le Supplément à l’Encyclopédie, première théorisation de ce concept où il qualifie les erreurs judiciaires en matière criminelle d’« assassinats juridiques ». L’autre, Louis Antoine, a publié un petit traité visant à démontrer scientifiquement l’innocence du père Calas à partir de l’observation du corps de la victime.

Louis, Antoine, Mémoire sur une question anatomique relative à la jurisprudence dans lequel on établit les principes pour distinguer, à l'inspection d'un corps trouvé pendu, les signes du suicide d'avec ceux de l'assassinat, Paris, Pierre-Guillaume Cavelier, 1763 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 4004)
Louis, Antoine, Mémoire sur une question anatomique relative à la jurisprudence dans lequel on établit les principes pour distinguer, à l’inspection d’un corps trouvé pendu, les signes du suicide d’avec ceux de l’assassinat, Paris, Pierre-Guillaume Cavelier, 1763 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 4004)

Tous deux dénoncent les rapports d’expertise établis par des chirurgiens souvent sans grande instruction, et surtout sans bases théoriques; ils appellent de leurs vœux une science médico-légale qui s’appuie sur des faits, dans une démarche rationaliste, et rejettent l’empirisme pratiqué jusqu’alors par la plupart de leurs confrères. Cette évolution aboutit à la rédaction des premiers traités de médecine légale véritablement modernes au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, sous la plume des médecins François-Emmanuel Fodéré9, Jean-Jacques Belloc10 et Paul-Augustin-Olivier Mahon11, fortement influencés par la philosophie de Locke. Au moment de la Révolution, la médecine légale se voit reconnue par les institutions comme discipline à part entière, avec un enseignement spécifique, les premières chaires professionnelles de médecine légale française étant instituée au lendemain de la Terreur, en 1794 à Paris, Montpellier et Strasbourg. Le Consulat s’intéresse également à la question : en 1803, il édicte que les juges doivent désigner un expert médical diplômé en médecine, qui a assisté à un enseignement spécial et a réussi un examen de médecine légale12.

Fodéré, François-Emmanuel, Traité de médecine légale et d'hygiène publique ou de police de santé adapté aux codes de l'Empire français et aux connaissances actuelles. A l'usage des gens de l'Art, de ceux du Barreau, des Jurés et des Administrateurs de la santé publique, civile et militaire et de la marine, Paris, de Mame, 1813 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 1147)
Fodéré, François-Emmanuel, Traité de médecine légale et d’hygiène publique ou de police de santé adapté aux codes de l’Empire français et aux connaissances actuelles. A l’usage des gens de l’Art, de ceux du Barreau, des Jurés et des Administrateurs de la santé publique, civile et militaire et de la marine, Paris, de Mame, 1813 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 1147)

Cette institutionnalisation est aussi vraie dans les autres pays occidentaux. 1803 est également l’année de la fondation de la première chaire de médecine légale de Grande-Bretagne, à l’Université d’Edimbourg. Les tout jeunes Etats-Unis ne sont pas en reste : c’est à New-York qu’on voit le premier conférencier en médecine légale, le docteur Stringham, exercer ses talents vers 1804. En 1813, la première chaire de jurisprudence médicale est instituée Outre-Atlantique. Cependant, il faut attendre que les troubles de la Révolution française et des guerres qui y ont été liées pour que des cliniques médico-légales soient fondées en Europe : 1830 à Vienne en Autriche, 1833 à Berlin. La première clinique médico-légale française est instituée en 1840. En Amérique, la médecine légale exerce une forte influence à la fois sur la médecine et le monde judiciaire jusqu’à la guerre de Sécession ; après cet épisode, elle devient un sujet annexe dans la formation des médecins jusqu’au début du XXe siècle13.

Dans l’Europe du XIXe siècle, le crime est une préoccupation majeure. L’intérêt pour les poisons et la manière de les détecter est toujours aussi vif, comme le montre l’importance de ce thème dans les traités du début du siècle conservés à la bibliothèque de Médecine-Odontologie. L’arsenic en particulier focalise les attentions. Durant la Monarchie de Juillet, la figure de Matthieu Orfila se détache; il est généralement considéré comme l’inventeur de la toxicologie. Doyen de la faculté de Médecine, médecin de Louis-Philippe et sommité incontestée de la médecine légale, il est intervenu à titre d’expert dans plusieurs affaires retentissantes, dont le procès de Marie Lafarge, condamnée en 1840 pour l’empoisonnement de son époux à l’arsenic. Il est l’un des premiers à avoir mis au point une méthode visant à identifier cette substance dans le corps et les organes d’un défunt, et à déterminer si le poison trouvé est le résultat d’un empoisonnement ou si c’est la terre dans laquelle il a été enterré qui en est la source. Il est l’auteur d’un Traité des poisons tirés des règnes minéral, végétal et animal14, d’une Leçon de médecine légale15 et d’autres ouvrages, réunis en 1847 pour former un Traité de médecine légale qui reste une référence pour les générations suivantes16.

Un exemple d'expertise médicale visant à identifier un empoisonnement à l'arsenic par un autre médecin de la période: Francesco Rognetta, Intoxication arsenicale. Procès d’Aix (Bouches-du-Rhône). Affaire Michel, jugée le 4 juillet 1841. Consultation médico-légale sur un cas présumé d’empoisonnement par l’arsenic arsénieux, Paris, Béthune et Plon, 1841, extrait de la Gazette des Hôpitaux, juillet 1841 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie, Res 3759/2)
Un exemple d’expertise médicale visant à identifier un empoisonnement à l’arsenic par un autre médecin de la période: Francesco Rognetta, Intoxication arsenicale. Procès d’Aix (Bouches-du-Rhône). Affaire Michel, jugée le 4 juillet 1841. Consultation médico-légale sur un cas présumé d’empoisonnement par l’arsenic arsénieux, Paris, Béthune et Plon, 1841, extrait de la Gazette des Hôpitaux, juillet 1841 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie, Res 3759/2)

Une nouvelle science voit le jour : l’anthropologie criminelle. Le Belge Adolphe Quételet (1796-1874) développe à la Restauration l’idée du penchant au crime (c’est-à-dire la probabilité plus ou moins forte qu’un individu donné commette un crime)17. Cependant, le véritable père de l’anthropologie criminelle est l’Italien Cesare Lombroso, adepte de l’anthropométrie et spécialiste des maladies mentales. L’autopsie en 1870 d’un brigand qui avait tenté de s’enfuir de prison, chez lequel il découvre une série d’anomalies crâniennes, est le point de départ de son grand ouvrage, L’uomo delinquente18, qui utilise les techniques de l’anthropométrie, de l’autopsie, de l’étude des crânes et de la photographie pour dresser la typologie du criminel-né, en y ajoutant un certain nombre de caractères sociaux spécifiques (argot, tatouages, etc). Le premier congrès d’anthropologie criminelle est tenu en 1885 : il marque la naissance d’un mouvement criminologique français mené par Alexandre Lacassagne, titulaire de la chaire de médecine légale de Lyon, qui s’oppose à Lombroso et estime que le social l’emporte sur l’atavisme en matière de criminalité19.

La police scientifique se développe dans ce contexte. Depuis l’abolition de la marque au fer rouge en 1832, la police a développé diverses méthodes pour identifier les récidivistes. Un système se met peu à peu en place, à partir de l’idée de Vidocq qui en 1811 propose de recruter des physionomistes pour identifier les repris de justice : réalisation d’une galerie de portraits de criminels en reproduisant l’ombre portée de leur profil en 1819, introduction de la photographie à usage policier en 1840, développement d’un « signalement anthropométrique » par diverses mesures entre 1879 et 1885, date de sa généralisation à toutes les prisons françaises. L’idée vient d’Alphonse Bertillon, dont les travaux placent la police scientifique française au premier rang. Le procédé est complété en 1888 par la photographie anthropométrique (face et profil des détenus). La faiblesse de ce système est qu’il permet d’établir avec certitude que deux hommes sont différents, mais pas que deux séries de mesures identiques appartiennent au même homme. Les premiers travaux sur les empreintes digitales remontent à 1686. Bien plus tard, en 1823, le physiologiste tchèque Jan Major Purkinje affirme que les dessins papillaires des doigts ne peuvent être identiques chez deux individus différents. Peu à peu, les empreintes digitales s’imposent dans l’identification des individus, et il vient compléter le système de Bertillon en 189620. Ces empreintes servent pour la première fois à confondre un meurtrier en 1902, dans le cas de l’affaire Schaffer. C’est Bertillon qui est à l’origine de cette réussite, même s’il exprime par la suite des réserves à l’égard de ce genre de méthodes21.

Bertillon, Alphonse, Identification anthropométrique. Instructions signalétiques, Melun, Imprimerie administrative, 1893 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie, Res 1773)
Bertillon, Alphonse, Identification anthropométrique. Instructions signalétiques, Melun, Imprimerie administrative, 1893 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie, Res 1773)

Edmond Locard, un Sherlock Holmes français22

Un disciple d’Alexandre Lacassagne, Edmond Locard, joue un rôle essentiel dans le développement de l’importance de la preuve matérielle. Profondément influencé par l’affaire Dreyfus, mais aussi par le personnage de Sherlock Holmes créé par le médecin neurologue anglais Arthur Conan Doyle au tournant des XIXe et XXe siècles, il s’attache à l’utilisation des preuves matérielles dans l’enquête criminelle, ce qui est tout à fait nouveau à la fin du XIXe siècle. Démarrant sa carrière avec un modeste laboratoire dans les combles du palais de justice de Lyon à partir de 1910, date de l’inauguration du « service anthropométrique », il étoffe peu à peu ses missions, et s’équipe de matériels performants sur ses propres deniers : appareil microphotographique, lampe de Wood, spectroscope… Il conçoit de nouveaux appareils avec l’aide de ses élèves (le hatoscope inventé par Harry Soderman pour l’expertise balistique, ou le graphoscope, pour l’expertise des documents écrits). Il finit par acquérir une renommée internationale, et reçoit de nombreux élèves.

Durant quarante ans, Edmond Locard développe des techniques d’expertise criminelle qui apportent la preuve, non pas de la culpabilité d’un individu, mais de sa présence ou non sur les lieux d’un crime : recherche et identification des empreintes digitales, étude des pores, recherche systématique des traces laissées sur les lieux par le criminel ou emportées avec lui à son insu sur ses vêtements ou son corps, analyse des taches même si les techniques de l’époque manquent de précision, analyse des poussières, ce qui est alors une vraie nouveauté. Sa grande spécialité reste sa technique propre d’identification des écritures.

Locard, Edmond, Traité de criminalistique, Lyon, Desvigne, 1931-1940 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, 22252)
Locard, Edmond, Traité de criminalistique, Lyon, Desvigne, 1931-1940 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, 22252)

Edmond Locard est l’un des fondateurs de la police technique et scientifique ; les principes fondateurs actuels sont toujours ceux d’Alphonse Bertillon et les siens pour les laboratoires de police. Par la suite, l’avancée des technologies a permis de développer de nouvelles techniques ; les progrès ont été remarquables dans l’analyse des traces biologiques surtout (notamment avec l’analyse des empreintes génétiques). Ses apports sont consignés dans un ouvrage qui fait longtemps référence, L’enquête criminelle et les méthodes scientifiques, publié chez Flammarion en 1920.

Locard, Edmond, Mémoire d’un criminologiste, Paris, Fayard, 1957 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, 17171)
Locard, Edmond, Mémoire d’un criminologiste, Paris, Fayard, 1957 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, 17171)

Méthodes de médecine légale : l’odontologie légale et l’identification des personnes par leur dentition.

La première identification médico-légale d’un corps au moyen de sa dentition s’est faite aux Etats-Unis, lors de la guerre d’indépendance : le révolutionnaire Paul Revere, dentiste amateur et orfèvre de profession, a reconnu le travail qu’il avait réalisé en 1773 et 1775 sur le docteur Joseph Warren. Ce dernier était mort lors d’une des premières batailles de l’Indépendance, à Bread Hill ou Bunker Hill en Nouvelle Angleterre, en 1775. Les Anglais l’avaient enterré dans une fosse commune, et ce n’est que dix mois plus tard qu’il a été identifié.

Un autre jalon essentiel dans l’histoire de l’identification des corps par leur dentition est l’incendie du Bazar de la Charité, le 4 mai 1897 à Paris. L’incendie s’était déclaré lors d’une vente de charité organisée par des dames de la haute société ; 30 d’entre elles étaient trop gravement brûlées pour être reconnaissables. Albert Hans, ambassadeur du Paraguay, a alors l’idée de faire appel à son dentiste pour identifier la duchesse d’Alençon : c’est ainsi que les docteurs Burt, Brault, Ducorneau et Godon examinent et parviennent à identifier les 30 corps gravement brûlés. C’est suite à cet événement que le docteur Oscar Amoedo, dentiste d’origine cubaine et professeur à l’Ecole d’Odontologie de Paris, écrit le grand texte fondateur de l’odontologie légale : L’Art dentaire en médecine légale, publié chez Masson en 1898.

Amoedo, Oscar, L’Art dentaire en médecine légale, Paris, Masson, 1898 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 209134)
Amoedo, Oscar, L’Art dentaire en médecine légale, Paris, Masson, 1898 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 209134)

Le premier meurtrier à avoir été démasqué par ses traces de dents a été l’Anglais Robert Gorringe, confondu en 1948 par les empreintes de morsures laissées sur le sein droit de son épouse, Phyllis Lucy, qui avait été assassinée durant le Bal de la Saint-Sylvestre à Tonbridge Wells, en 1947. Par la suite, cette méthode a été utilisée pour identifier nombre de victimes et donc résoudre un certain nombre d’affaires. L’une des plus célèbres reste l’affaire dite des « meurtres aux bains d’acide », à Crawley dans le Sussex (Angleterre), en 1949. Les victimes avaient été plongées dans de l’acide sulfurique, et donc complètement dissoutes. Cependant, l’une d’entre elles portait des prothèses dentaires en acrylique qui ont résisté à l’acide, et ont donc permis d’identifier la victime, Mrs Durand-Deacon. Le cas a ensuite pu être résolu, et l’assassin, John George Haigh, a pu être confondu. Un autre cas célèbre d’identification par la dentition remonte au 1er mai 1945 : quand les troupes russes découvrent les corps d’Alfred Hitler et d’Eva Braun après leur suicide, ils sont tellement brûlés que seule leur dentition permet une identification sûre23.

Méthodes de médecine légale : l’entomologie légale et la détermination de la date de la mort par l’examen de la faune se développant sur les cadavres.

Les experts médico-légaux s’intéressent tardivement aux effets de la décomposition des corps. Au XVIIIe et au XIXe siècle, on observe que les corps trouvés lors d’exhumations de masse, en France et en Allemagne, sont habités par des arthropodes très variés. Cependant, il faut attendre le milieu du XIXe siècle pour que soit attesté le premier cas d’expertise d’entomologie légale comportant une estimation d’intervalle post-mortem. Le médecin français Bergeret remet à la Cour un rapport daté du 28 mars 1850, à propos du cas d’un enfant trouvé mort très longtemps après son décès. Il utilise le cycle de vie des insectes trouvés sur le cadavre pour essayer d’identifier l’époque de la mort. L’étude des insectes permet à Paul Camille Hippolyte Brouardel de décrire en 1879 le cas d’un enfant nouveau-né qu’il a autopsié le 15 janvier 1878 : avec l’aide de M. Perier, professeur au Museum d’Histoire Naturelle de Paris, et de Jean-Pierre Mégnin, vétérinaire des Armées, il estime que l’enfant est mort 7 à 8 mois avant l’autopsie.

Le premier rapport d’une étude systématique sur le sujet est cette fois-ci allemand : le 6 avril 1881, Reinhard remet son étude sur des corps exhumés en Saxe, certains tombeaux étudiés datant de plus de 15 ans. A peu près à la même période, Jean-Pierre Mégnin commence à développer une théorie de vagues écologiques et prédictives d’insectes vivants qu’il est possible de trouver sur les cadavres. Son livre le plus important, La Faune des cadavres (1894), décrit entre autres 19 rapports de cas qu’il a été amenés à examiner. Le tribunal n’hésite pas à faire appel à lui comme expert. Ses travaux sont ensuite continués et adaptés au Canada par Wyatt Johnston et Geoffrey Villeneuve, aux Etats-Unis par Murray Galt Motter.

Mégnin, Jean-Pierre, La Faune des cadavres, Paris, Gauthier-Villars, 1894 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 9207)
Mégnin, Jean-Pierre, La Faune des cadavres, Paris, Gauthier-Villars, 1894 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 9207)

En Allemagne, cette méthode d’expertise se développe aussi à la fin du siècle. C’est ainsi que le docteur Klingelhöffer, en 1889, permet d’innocenter le père d’une famille pauvre : 3 jours après la mort d’un enfant, une autopsie est réalisée et révèle des marques d’altération importantes. Les autorités, pensant que le père a empoisonné l’enfant à l’acide sulfurique, l’emprisonnent. Cependant, les observations du docteur Klingelhöffer permettent d’établir que les marques en question sont en réalité le fait des cafards, ce qui permet de libérer le père après 3 semaines de prison. D’autres cas du même genre ont suivi : des médecins avec des connaissances en entomologie ont permis d’innocenter un certain nombre de personnes accusées de meurtres d’enfants.

Vers 1900, l’entomologie connaît une popularisation grandissante et se vulgarise en France et en Allemagne. Les connaissances continuent à progresser : l’Allemand Eduard Ritter von Nierzabitowski, de l’Institut médico-légal de Cracovie, montre expérimentalement que les cadavres humains partagent la même faune que les cadavres animaux. Dans les années 1920, on publie des listes d’espèces et des monographies au sujet des insectes importants en matière médico-légale. On montre que les circonstances de la mort peuvent influencer les successions d’insectes sur les cadavres : Hermann Merkel le démontre en 1919 à l’Institut de médecine légale de Munich. Il est saisi du cas d’un double meurtre : un fils a tué ses deux parents et a conservé trois semaines les deux corps côte à côte. Or, à l’autopsie, l’état de décomposition s’est avéré différent : en effet, la mère, obèse, était en totale décomposition à l’extérieur mais pas à l’intérieur, tandis que le père, peu corpulent, était en totale décomposition. La différence majeure repose dans la façon dont les deux victimes ont été assassinées : la mère a reçu une balle dans la tête, tandis que le père a été poignardé à de multiples reprises. Par la suite, dans les années 1930 et 1940, la recherche en entomologie médicale s’est faite beaucoup moins active.

NB: ce billet a été rédigé à partir d’une exposition qui s’est tenue au mois de mars 2012 à la bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, à Marseille.

Quelques compléments bibliographiques

Robert Michael Bruce-Chwatt, « A brief history of Forensic odontology since 1775 », dans Journal of Forensic and Legal Medicine, 17 (3), 2010, p. 127-130.

Frédéric Chauvaud, Les experts du crime : la médecine légale en France au XIXe siècle, Paris, Aubier, 2000 (Historique).

Frédéric Chauvaud, « « Cet homme si multiple et si divers » : Orfila et la chimie du crime au XIXe siècle », dans Sociétés & Représentations, 22 (2), 2006, p. 171-187.

Catherine Crawford, « Legalizing Medicine : Early Modern Legal Systems and the Growth of Medico-Legal Knowledge », dans Legal Medicine in History, éd. par Catherine Crawford et Michael Clark, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 89-116.

Dominique Guillo, « Bertillon, l’anthropologie criminelle et l’histoire naturelle : des réponses au brouillage des identités », dans Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, 12 (1), 2008, p. 97-117.

Martine Kaluszynski, « Alphonse Bertillon et l’anthropométrie judiciaire. L’identification au cœur de l’ordre républicain », dans Criminocorpus, 2014, consulté le 25 février 2015.

Aurore Llorca, « La criminologie, héritière paradoxale de l’école d’anthropologie criminelle », dans Raisons politiques, 17 (1), 2005, p. 47-64

Alessandro Pastore, Il medico in tribunale. La perizia medica nella procedura penale d’antico regime (secolli XVIo-XVIIIo), Bellinzona, Casagrande, 1998.

Michel Porret, « Crime et châtiments au siècle des Lumières : l’œil du médecin légiste », XVIIIe siècle, 30, 1998, p. 37-50.

Michel Porret, « Magistrats et experts. Pour une histoire de la médecine judiciaire à l’époque moderne : des savoirs diffus au savoir constitué », dans Histoire et théorie des sciences sociales : mélanges en l’honneur de Giovanni Busino, éd. par Mohamed Cherkaoui, Genève, Droz, 2003, p. 83-99.

Michel Porret, Sur la scène du crime : pratique pénale, enquête et expertises judiciaires à Genève (XVIIIe-XIXe siècles), Montréal, Presses Universitaires de Montréal, 2008.

Michel Porret, « La preuve du corps », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22 (1), 2010, p. 37-60.

Marc Renneville, « La criminologie perdue d’Alexandre Lacassagne (1843-1924) », Criminocorpus, 2005, consulté le 26 février 2015.

Paolo Zacchia, Quaestiones medico-legales, Amsterdam, Joannes Blaeu, 1651 (édition et traduction moderne établie par L. Laugier, Aix-en-Provence, Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2006).

Vincent Zuberbuhler, « Écrire l’histoire de la médecine légale. », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22 (1), 2010, p. 61-77.

  1. Michel Porret, « La preuve du corps », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22 (1), 2010, p. 37-60 []
  2. Voir Samuel X. Radbill, « History of Child Abuse and Infanticide », dans The Battered Child, éd. par Ray. E. Helfer et Henry C. Kempe, Chicago, University of Chicago Press, 1968, p.3-17. []
  3. Cité par John Rathbone Oliver, « Legal medicine in Europe and America », Amercian Bar Association Journal, 18 (6), 1932, p. 405-411; la citation est p. 406 et ne donne pas la source de cette affirmation. []
  4. Michel Porret, « La preuve du corps », p. 47. []
  5. Cyril H. West, « The History of Legal Medicine », Journal of the Academy of Psychiatry and the Law, 33 (2), 2005, p. 247. Voir surtout Robert Mandrou, Magistrats et sorciers en France au XVIIe siècle: une analyse de psychologie historique, Paris, Plon, 1968, et Rafael Mandressi, « Les médecins et le diable », dans Chrétiens et sociétés, 13 (2006), consulté le 24 février 2015. []
  6. Michel Porret, « La preuve du corps », Revue d’Histoire des Sciences Humaines 1/ 2010 (n° 22), p. 37-60 []
  7. Sur ces questions, voir Jean-Christian Petitfils, L’Affaire des Poisons: crimes et sorcellerie au temps du Roi-Soleil, Paris, Perrin, 2013. []
  8. Jean Lecuir, « La médicalisation de la société française dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle en France : aux origines des
    premiers traités de médecine légale », dans Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 86 ( 2), 1979, p. 231-250. []
  9.  Les lois éclairées par les sciences physiques ou traité de Médecine-Légale et d’hygiène publique, Paris, Croullebois, 1798. []
  10.  Cours de médecine légale, théorique et pratique, Paris, Imprimerie de la Société de Médecine, 1800. []
  11.  Médecine légale et police médicale, Paris, F. Buisson, 1801. []
  12. Vincent Zuberbuhler, « Écrire l’histoire de la médecine légale. », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22 (1), 2010, p. 66. []
  13. Cyril H. West, « The History of Legal Medicine », Journal of the Academy of Psychiatry and the Law, 33 (2), 2005, p. 247. []
  14. 1814. Deuxième édition: Paris, Crochard, 1818. []
  15. Paris, Béchet jeune, 1823. Deuxième édition: Paris, Béchet jeune, 1828. []
  16. Sur Matthieur Orfila, voir Frédéric Chauvaud, « « Cet homme si multiple et si divers » : Orfila et la chimie du crime au XIXe siècle », Sociétés & Représentations, 22 (2), 2006, p. 171-187. []
  17. Les bibliothèques d’AMU possèdent plusieurs rééditions de ses ouvrages: Physique sociale, ou Essai sur le développement des facultés de l’homme, Bruxelles, C. Muquardt, 1869, et Anthropométrie, ou mesure des différentes facultés de l’homme, Bruxelles, C. Muquardt, 1871. []
  18. Lombroso, Cesare, L’uomo delinquente, Milan, Hoepli, 1876. Traduction française par Albert Bournier et M. Regnier, Paris, Alcan, 1887. []
  19. Sur ce sujet, voir en particulier les travaux de Marc Renneville. Sur Lacassagne: Marc Renneville, « La criminologie perdue d’Alexandre Lacassagne (1843-1924) », Criminocorpus , 2005, consulté le 26 février 2015. []
  20. Michel Mazevet, Denise Stagnara et Louis-Paul Fischer, « Le Dr Edmond Locard, un Sherlock Holmes lyonnais », dans Histoire des sciences médicales, XLI (3), 2007, p. 270-272. []
  21. Sur cette affaire, voir Jean-Marc Berlière, « L’affaire Scheffer : une victoire de la science contre le crime ? (octobre 1902) », Criminocorpus, 2007, consulté le 26 février 2015. []
  22.  Michel Mazevet, Denise Stagnara et Louis-Paul Fischer, « Le Dr Edmond Locard, un Sherlock Holmes lyonnais », dans Histoire des sciences médicales, XLI (3), 2007, p. 269-278. []
  23. Robert Michael Bruce-Chwatt, « A brief history of Forensic odontology since 1775 », dans Journal of Forensic and Legal Medicine, 17 (3), 2010, p. 127-130. []

Médecine et astrologie

L’astrologie médicale à travers quelques auteurs présents dans les collections anciennes de la Bibliothèque de Médecine-Odontologie

Le premier billet de cette série est consacré à l’ancienne pratique de l’astrologie médicale, différente de l’astrologie visant à prédire les événements. Enseignée et pratiquée par les médecins jusqu’à l’époque des Lumières, on en trouve la trace dans les livres médicaux anciens conservés dans la Réserve de la bibliothèque universitaire de Médecine-Odontologie.

 Hippocrate (460 av. JC – env. 370 av. JC)

La collection hippocratique ne comporte pas d’astrologie à proprement parler. Cependant, des éléments astrologiques sont pris en compte pour certaines pratiques médicales. Il s’agit surtout de déterminer quel soin est le plus approprié au patient. Pour la détermination du début des maladies et de leur paroxysme, la numérologie et la connaissance de la signification sacrée de certains chiffres sont essentielles : le De diebus decretoriis met en place un cycle complexe qui repose sur les chiffres 4 et 7, censés régir les cycles des maladies. C’est sur cette base que les médecins doivent déterminer le meilleur moment d’apporter un remède au patient pour qu’il soit efficace.

Un autre livre de cette collection, le quatrième livre De diaetae (Du régime), aussi appelé De insomniis ou Des songes propose tout un système d’interprétation des songes comme autant de reflets de l’état de santé du rêveur. Celui-ci peut faire des songes d’origine divine (annonciateurs des événements à venir) ou des songes corporels. Ces derniers sont l’effet de l’âme qui profite du sommeil et du repos du corps pour « inspecter » celui-ci. La vision d’astres et d’éléments astrologiques en rêve sont considérés comme particulièrement révélateurs. Les trois éléments essentiels sont la lune, le soleil et les autres astres, qui sont vus en rêve comme « purs » et selon leur mouvement apparent, ou occultés, voilés et observant un mouvement anormal. Les astres sont le signe des éléments extérieurs du corps (peau…), la lune, des éléments intérieurs (« caverneux », c’est-à-dire les organes), et le soleil, des éléments « intermédiaires », qui font le lien entre les deux. Au médecin ensuite d’interpréter le songe : Hippocrate donne toute une série de visions possibles, leurs significations et les adaptations de régime nécessaires pour rétablir la santé du patient.

Hippocrate, Hippocratis Coi medicorum omnium longe principis, opera quae ad nos extant omnia, Bâle, Froben, 1558.

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 20140
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 20140 

Galien (129-201 ou 216)

Galien est le plus connu des commentateurs d’Hippocrate ; il est l’autorité médicale suprême pendant tout le Moyen-Age, jusqu’à la redécouverte de la collection hippocratique à la Renaissance ; il reste au XVIe siècle une autorité incontournable. Il reprend, systématise et affine le système numérologique présenté par Hippocrate dans ses Aphorismes pour déterminer à l’avance les moments de crise de ses patients et savoir à quel moment appliquer tel type de remède.

L’astrologie et l’astronomie étant très étroitement liées à cette époque, continuateurs et commentateurs de Galien n’ont eu de cesse de tenter de perfectionner le système de façon à ce qu’il corresponde au mieux à la fois aux nombres significatifs (4 et ses multiples, 7 et ses multiples) et au temps astronomique. D’autre part, Galien prend en compte des explications astrologiques pour expliquer l’évolution des maladies : ainsi, le Livre III du De diebus judicatoriis développe quelle influence les astres peuvent exercer sur le corps humain selon leur position dans le ciel, le soleil et la lune étant les plus puissants.

Galien, Claude, Galeni librorum quarta classis. Signa quibus tum dignoscere morbos & locos affectos, tum praescire futura possimus, docet, Venise, Giunta, 1576.

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 30039/4
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 30039/4 

Guy de Chauliac (1300-1368)

Guy de Chauliac était un médecin et chirurgien du XIVe siècle, dont l’œuvre principale, la Chirurgia magna, rédigée en Avignon en 1363, compilait le savoir médical de l’époque et l’enseignement des grandes autorités (Hippocrate, Galien, Avicenne notamment). Il fut un grand anatomiste, considéré par certains comme le fondateur de l’art chirurgical moderne, et fut médecin de plusieurs papes en Avignon (Clément VI, Innocent VI et Urbain V).

Témoin de la grande Peste Noire, à laquelle il survécut, il en relate le souvenir dans son œuvre. Il repousse les causes criminelles que l’on proposait à son époque, pour imputer les ravages de l’épidémie aux Juifs, aux nobles, ou à d’autres catégories de la population. Pour lui, comme pour beaucoup d’autres savants de son temps, le fléau s’explique avant tout par la réunion exceptionnelle de circonstances favorables à son déclenchement : un affaiblissement de la résistance des corps liés aux famines, en particulier pour le monde paysan dont le régime n’est pas sain et les travaux harassants, et surtout l’apparition d’une conjonction astrologique très néfaste et d’une grande longévité, qui provoque un grand déséquilibre des humeurs dans des corps qui, affaiblis, ne peuvent y résister.

Jean Canappe (1495- ?)

Lyon était un foyer important de la Renaissance, non seulement littéraire, mais aussi médicale. Les médecins de l’Hôtel-Dieu étaient réputés dans tout le royaume. Certains d’entre eux, dont Jean Canappe, entreprirent de traduire les grandes œuvres médicales qui faisaient autorité et de les faire éditer dans de petits formats peu chers et facilement manipulables, pour donner accès à ce savoir aux chirurgiens et barbiers. Ces derniers, bien que pratiquant toutes sortes d’interventions sur leurs patients, ne connaissaient souvent pas le latin et avaient peu de connaissances théoriques. Les médecins, eux, avaient des connaissances surtout théoriques et effectuaient très peu de gestes concrets.

Jean Canappe était un médecin très en vue à Lyon : lecteur public de chirurgie, à Lyon, il fut aussi médecin du roi François Ier. Il était très proche des cercles humanistes de cette ville : le célèbre imprimeur Etienne Dolet, brûlé en 1546 pour ses prises de position peu orthodoxes sur le plan religieux et souvent outrancières, a édité certaines de ses traductions médicales pour le libraire Guillaume de Guelques (celui qui publie la traduction de Guy de Chauliac présentée en vitrine), puis, plus tard, sur ses propres presses. Il fut aussi en lien avec Pierre Tolet et d’autres médecins importants de Lyon de l’époque. Il s’inscrit dans un mouvement intellectuel visant à promouvoir l’usage du français au lieu du latin dans les domaines littéraire et scientifique.

Sa traduction des œuvres de Guy de Chauliac a été numérisée par l’Académie de Médecine de Paris, et mise en ligne à cette adresse : http://www2.biusante.parisdescartes.fr/livanc/?cote=extacadd305&do=livre.

Chauliac, Guy de, Le Guidon en francoys, nouvellement reveu, & au vray corrige, trad. Jean Canappe, Lyon, Jean Barbou pour Guillaume de Guelques, 1538.

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13323
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13323 

Henri Corneille Agrippa de Nettesheim (1486-1535)

Savant humaniste au service des grands d’Europe, Henri Corneille Agrippa de Nettesheim s’intéresse à toutes les sciences occultes, qu’il pratique ou enseigne à divers moments de sa vie : alchimie, kabbale chrétienne de Johannes Reuchlin, astrologie notamment. Il navigue entre les cours rivales impériale et françaises : rédigeant en 1509 un Traité de la noblesse et préexcellence du sexe féminin en l’honneur de Marguerite de Bourgogne, il est en 1511 au service de l’empereur Maximilien de Habsbourg sous les armes, après avoir servi de la même manière le roi d’Aragon, Ferdinand d’Aragon, en 1508. Il voyage dans toute l’Europe, est conseiller municipal à Metz, puis s’installe en tant que médecin avant de se fixer à Lyon en 1524. Il devient ensuite médecin et astrologue de Louise de Savoie, la mère du roi François Ier.

Brusquement, il revire et devient hostile à toute forme de magie et d’ésotérisme : il rédige en 1526 son traité De l’incertitude et vanité des sciences, où il dénonce violemment toutes les sciences occultes qu’il avait pratiquées jusqu’alors. Ce traité est avant tout une défense de la pureté évangélique de la foi. C’est aussi une attaque en règle contre les sciences telles qu’elles sont pratiquées à la Renaissance. Tout y passe, des belles-lettres à l’économie en passant par les sciences occultes. Une partie est consacrée à l’astrologie, une autre à la magie naturelle, une à l’alchimie, une à la « nécromancie » ou magie noire. Dans la partie consacrée à la médecine, il dénonce le recours aux astres comme lié au polythéisme.

Malgré sa défense énergique de la foi chrétienne, il est condamné par plusieurs facultés de théologie (la Sorbonne et Louvain notamment). Il passe au service de Marguerite d’Autriche, puis à celui du prince-archevêque électeur de Cologne. De plus en plus attiré par le luthéranisme, il revient en France, où il est arrêté. Il meurt à Grenoble, peu après sa sortie de prison.

Agrippa de Nettesheym, Henri Corneille, Henrici Cornelii Agrippae ab Nettesheym, De incertitudine & vanitate scientiarum declamatio invectiva, denuo ab autore recognita, & marginalibus annotatibus aucta, s.l., s.n., s.d. [1537 ?].

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13275/2
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13275/2 

Johannes de Indagine (vers 1467-1537)

On ne sait à peu près rien de cet auteur, qui n’a laissé que ce traité. Il se décompose en plusieurs parties, permettant de connaître les influences astrales susceptibles de s’exercer sur un homme ou une femme donné(e). La première partie traite largement de la chiromancie, ou art de lire les lignes de la main. La deuxième partie traite de la physiognomie, ou physionomie, qui permet de déterminer les caractères moraux d’une personne d’après ses traits et l’aspect de sa silhouette. Enfin, l’auteur s’attarde sur toute une série de règles astrologiques, médicale et judiciaire, permettant à la fois de déterminer l’avenir de quelqu’un, son état de santé et les moyens d’y remédier. Une série de schémas expliquent la façon dont un expert en lecture des lignes de la main peut déterminer la nature de l’homme ou de la femme qu’il examine selon la planète qui le/la domine. Cela va ensuite aider le médecin à conseiller son patient sur son régime de vie en fonction de l’horoscope du moment.

Le traité est orné de très belles planches illustrées, dont certaines sont attribuées au célèbre graveur lyonnais Bernard Salomon, qui a souvent travaillé avec l’imprimeur-libraire Jean de Tournes, éditeur de l’ouvrage. On trouve à la fin une série de tables permettant d’établir des horoscopes. Il est intéressant de noter que le contexte de publication de cet ouvrage montre que le monde humaniste de Lyon s’intéressait de près à ce genre de texte : non seulement il est édité par l’un des meilleurs imprimeurs lyonnais exerçant à cette époque, qui publie de grands auteurs dont Maurice Scève, mais son texte est présenté par Antoine Du Moulin, qui était un éminent humaniste, très influent dans les milieux littéraires lyonnais.

De Indagine, Johannes, Chiromance & Physiognomie par le regard des membres de l’Homme, faite par Jan de Indagine. Plus dudit, La diffinition des faces des Signes. Reigles Astronomiques du jugement des maladies. L’astrologie Naturelle. La congnoissance de la complexion des hommes selon la domination des Planettes, éd. Antoine du Moulin, Lyon, Jean de Tournes, 1556.

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13275/2
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13275/2 

Persistance des anciens systèmes à l’époque de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Dans son article « Astrologie », l’Encyclopédie reprend une distinction traditionnelle entre astrologie naturelle et astrologie judiciaire, la première étant l’art d’observer et de prédire les phénomènes naturels, et la seconde étant l’art de prédire le destin des hommes. Si la première paraît toujours licite, et « scientifique » en 1751, la seconde est solidement condamnée comme un préjugé :

« L’Astrologie naturelle est elle-même, à proprement parler, une branche de la Physique ou Philosophie naturelle ; & l’art de prédire les effets naturels, n’est qu’une suite a posteriori, des observations et des phénomènes. »

« Quoique l’Astrologie judiciaire ait été solidement combattue, tant par Barclay que par d’autres auteurs célèbres, qui en ont démontré la vanité ; on ne peut pas dire qu’ils ayent entièrement déraciné cette ridicule prévention ; elle regne encore, & particulièrement en Italie. »

Le Febvre, Julien-Augustin, Dissertatio medica de astrorum influxu in hominem, Montpellier, Augustin-François Rochard, 1757.

Cette dissertation pour l’obtention du grade de bachelier en médecine à Montpellier s’inscrit, en plein siècle des Lumières, dans la tradition des œuvres d’Hippocrate et de Galien. L’auteur s’attache à démontrer la réalité des influences célestes sur les mécanismes régissant le corps humain et sa santé. Il détaille l’action particulière des différents astres (le soleil et la lune en particulier).

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 18828/3
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 18828/3 

Bibliographie sommaire :

Boudet, Jean-Patrice, Entre science et nigromance: astrologie, divination et magie dans l’Occident medieval (XIIe-XVe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006.

Boudet, Jean-Patrice, « A ‘college of astrology and medicine’ ? Charles V, Gervais Chrétien, and the scientific manuscripts of Maître Gervais’s College”, dans Studies in History and Philosophy of Biological and Biomedical Sciences, 41 (2), 2010, p. 99-108.

Collins, David J., « Albertus, Magnus or Magus ? Magic, Natural Philosophy, and Religious Reform in the Late Middle Ages », dans Renaissance Quarterly, 63 (1), 2010, p. 1-44.

Cooper, Glen M., « Galen and Astrology : A Mésalliance ? », dans Early Science and Medicine, 16 (2), 2011, p. 120-146.

Grant, Edward, A History of Natural Philosophy: From the Ancient World to the Nineteenth Century, New York, 2007.

Hare, E. H., « Medical Astrology and its Relation to Modern Psychiatry », dans Proceedings of the royal Society of Medicine, 70, 1977 (2), p. 105-110.

Kibre, Pearl, Studies in Medieval Science: Alchemy, Astrology, Mathematics and Medicine, Londres, 1984.

Lindberg, David C., The Beginnings of Western Science: The European Scientific Tradition in Philosophical, Religious, and Institutional Context, 600 B.C. to A.D. 1450, Chicago, 1992.

Ralley, Robert, « Stars, demons and the body in fifteenth-century England », dans Studies in History and Philosophy of Biological and Biomedical Sciences, 41, 2010, p. 109-116.

Secrets of Nature: Astrology and Alchemy in Early Modern Europe, éd. par William. R. Newman et Anthony Grafton, Cambridge, MIT Press, 2001.

Siraisi, Nancy, The Clock and the Mirror : Girolamo Cardano and Renaissance Medicine, Princeton, Princeton University Press, 1997.

Weill-Parot, Nicolas, Les « images astrologiques » au Moyen-Age et à la Renaissance : spéculations intellectuelles et pratiques magiques, XIIe-XVe siècles, Paris, 2002.