Dernier jour : la Faculté de droit d’Aix pendant la Grande Guerre

L’effort de guerre, en août 1914, concerne l’ensemble de la société. 4 millions d’hommes transitent par la gare de l’Est pour rejoindre le front. Parmi ces hommes beaucoup sont étudiants et professeurs à la faculté de droit d’Aix-en-Provence ; 76 d’entre eux ne reviendront pas. Le doyen Bry exhorte ceux qui sont restés à combattre par le travail intellectuel et l’approfondissement du savoir. Cette guerre a tout autant mobilisé les corps et les esprits de ces universitaires : rendons leur hommage !

Du 21 mai au 17 octobre 2014, la BU Droit, économie et gestion Schuman a commémoré la 1ère Guerre mondiale en exposant documents et archives retraçant la vie de la Faculté de droit pendant cette période.

Exposition ouverte à tous, à l’accueil de la bibliothèque et à ses horaires d’ouverture.

http://bu.univ-amu.fr/bu-schuman-droit

Appelés au front en août 1914

Appelés au front montant dans un train en août 1914.

Médecine et astrologie

L’astrologie médicale à travers quelques auteurs présents dans les collections anciennes de la Bibliothèque de Médecine-Odontologie

Le premier billet de cette série est consacré à l’ancienne pratique de l’astrologie médicale, différente de l’astrologie visant à prédire les événements. Enseignée et pratiquée par les médecins jusqu’à l’époque des Lumières, on en trouve la trace dans les livres médicaux anciens conservés dans la Réserve de la bibliothèque universitaire de Médecine-Odontologie.

 Hippocrate (460 av. JC – env. 370 av. JC)

La collection hippocratique ne comporte pas d’astrologie à proprement parler. Cependant, des éléments astrologiques sont pris en compte pour certaines pratiques médicales. Il s’agit surtout de déterminer quel soin est le plus approprié au patient. Pour la détermination du début des maladies et de leur paroxysme, la numérologie et la connaissance de la signification sacrée de certains chiffres sont essentielles : le De diebus decretoriis met en place un cycle complexe qui repose sur les chiffres 4 et 7, censés régir les cycles des maladies. C’est sur cette base que les médecins doivent déterminer le meilleur moment d’apporter un remède au patient pour qu’il soit efficace.

Un autre livre de cette collection, le quatrième livre De diaetae (Du régime), aussi appelé De insomniis ou Des songes propose tout un système d’interprétation des songes comme autant de reflets de l’état de santé du rêveur. Celui-ci peut faire des songes d’origine divine (annonciateurs des événements à venir) ou des songes corporels. Ces derniers sont l’effet de l’âme qui profite du sommeil et du repos du corps pour « inspecter » celui-ci. La vision d’astres et d’éléments astrologiques en rêve sont considérés comme particulièrement révélateurs. Les trois éléments essentiels sont la lune, le soleil et les autres astres, qui sont vus en rêve comme « purs » et selon leur mouvement apparent, ou occultés, voilés et observant un mouvement anormal. Les astres sont le signe des éléments extérieurs du corps (peau…), la lune, des éléments intérieurs (« caverneux », c’est-à-dire les organes), et le soleil, des éléments « intermédiaires », qui font le lien entre les deux. Au médecin ensuite d’interpréter le songe : Hippocrate donne toute une série de visions possibles, leurs significations et les adaptations de régime nécessaires pour rétablir la santé du patient.

Hippocrate, Hippocratis Coi medicorum omnium longe principis, opera quae ad nos extant omnia, Bâle, Froben, 1558.

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 20140
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 20140 

Galien (129-201 ou 216)

Galien est le plus connu des commentateurs d’Hippocrate ; il est l’autorité médicale suprême pendant tout le Moyen-Age, jusqu’à la redécouverte de la collection hippocratique à la Renaissance ; il reste au XVIe siècle une autorité incontournable. Il reprend, systématise et affine le système numérologique présenté par Hippocrate dans ses Aphorismes pour déterminer à l’avance les moments de crise de ses patients et savoir à quel moment appliquer tel type de remède.

L’astrologie et l’astronomie étant très étroitement liées à cette époque, continuateurs et commentateurs de Galien n’ont eu de cesse de tenter de perfectionner le système de façon à ce qu’il corresponde au mieux à la fois aux nombres significatifs (4 et ses multiples, 7 et ses multiples) et au temps astronomique. D’autre part, Galien prend en compte des explications astrologiques pour expliquer l’évolution des maladies : ainsi, le Livre III du De diebus judicatoriis développe quelle influence les astres peuvent exercer sur le corps humain selon leur position dans le ciel, le soleil et la lune étant les plus puissants.

Galien, Claude, Galeni librorum quarta classis. Signa quibus tum dignoscere morbos & locos affectos, tum praescire futura possimus, docet, Venise, Giunta, 1576.

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 30039/4
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 30039/4 

Guy de Chauliac (1300-1368)

Guy de Chauliac était un médecin et chirurgien du XIVe siècle, dont l’œuvre principale, la Chirurgia magna, rédigée en Avignon en 1363, compilait le savoir médical de l’époque et l’enseignement des grandes autorités (Hippocrate, Galien, Avicenne notamment). Il fut un grand anatomiste, considéré par certains comme le fondateur de l’art chirurgical moderne, et fut médecin de plusieurs papes en Avignon (Clément VI, Innocent VI et Urbain V).

Témoin de la grande Peste Noire, à laquelle il survécut, il en relate le souvenir dans son œuvre. Il repousse les causes criminelles que l’on proposait à son époque, pour imputer les ravages de l’épidémie aux Juifs, aux nobles, ou à d’autres catégories de la population. Pour lui, comme pour beaucoup d’autres savants de son temps, le fléau s’explique avant tout par la réunion exceptionnelle de circonstances favorables à son déclenchement : un affaiblissement de la résistance des corps liés aux famines, en particulier pour le monde paysan dont le régime n’est pas sain et les travaux harassants, et surtout l’apparition d’une conjonction astrologique très néfaste et d’une grande longévité, qui provoque un grand déséquilibre des humeurs dans des corps qui, affaiblis, ne peuvent y résister.

Jean Canappe (1495- ?)

Lyon était un foyer important de la Renaissance, non seulement littéraire, mais aussi médicale. Les médecins de l’Hôtel-Dieu étaient réputés dans tout le royaume. Certains d’entre eux, dont Jean Canappe, entreprirent de traduire les grandes œuvres médicales qui faisaient autorité et de les faire éditer dans de petits formats peu chers et facilement manipulables, pour donner accès à ce savoir aux chirurgiens et barbiers. Ces derniers, bien que pratiquant toutes sortes d’interventions sur leurs patients, ne connaissaient souvent pas le latin et avaient peu de connaissances théoriques. Les médecins, eux, avaient des connaissances surtout théoriques et effectuaient très peu de gestes concrets.

Jean Canappe était un médecin très en vue à Lyon : lecteur public de chirurgie, à Lyon, il fut aussi médecin du roi François Ier. Il était très proche des cercles humanistes de cette ville : le célèbre imprimeur Etienne Dolet, brûlé en 1546 pour ses prises de position peu orthodoxes sur le plan religieux et souvent outrancières, a édité certaines de ses traductions médicales pour le libraire Guillaume de Guelques (celui qui publie la traduction de Guy de Chauliac présentée en vitrine), puis, plus tard, sur ses propres presses. Il fut aussi en lien avec Pierre Tolet et d’autres médecins importants de Lyon de l’époque. Il s’inscrit dans un mouvement intellectuel visant à promouvoir l’usage du français au lieu du latin dans les domaines littéraire et scientifique.

Sa traduction des œuvres de Guy de Chauliac a été numérisée par l’Académie de Médecine de Paris, et mise en ligne à cette adresse : http://www2.biusante.parisdescartes.fr/livanc/?cote=extacadd305&do=livre.

Chauliac, Guy de, Le Guidon en francoys, nouvellement reveu, & au vray corrige, trad. Jean Canappe, Lyon, Jean Barbou pour Guillaume de Guelques, 1538.

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13323
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13323 

Henri Corneille Agrippa de Nettesheim (1486-1535)

Savant humaniste au service des grands d’Europe, Henri Corneille Agrippa de Nettesheim s’intéresse à toutes les sciences occultes, qu’il pratique ou enseigne à divers moments de sa vie : alchimie, kabbale chrétienne de Johannes Reuchlin, astrologie notamment. Il navigue entre les cours rivales impériale et françaises : rédigeant en 1509 un Traité de la noblesse et préexcellence du sexe féminin en l’honneur de Marguerite de Bourgogne, il est en 1511 au service de l’empereur Maximilien de Habsbourg sous les armes, après avoir servi de la même manière le roi d’Aragon, Ferdinand d’Aragon, en 1508. Il voyage dans toute l’Europe, est conseiller municipal à Metz, puis s’installe en tant que médecin avant de se fixer à Lyon en 1524. Il devient ensuite médecin et astrologue de Louise de Savoie, la mère du roi François Ier.

Brusquement, il revire et devient hostile à toute forme de magie et d’ésotérisme : il rédige en 1526 son traité De l’incertitude et vanité des sciences, où il dénonce violemment toutes les sciences occultes qu’il avait pratiquées jusqu’alors. Ce traité est avant tout une défense de la pureté évangélique de la foi. C’est aussi une attaque en règle contre les sciences telles qu’elles sont pratiquées à la Renaissance. Tout y passe, des belles-lettres à l’économie en passant par les sciences occultes. Une partie est consacrée à l’astrologie, une autre à la magie naturelle, une à l’alchimie, une à la « nécromancie » ou magie noire. Dans la partie consacrée à la médecine, il dénonce le recours aux astres comme lié au polythéisme.

Malgré sa défense énergique de la foi chrétienne, il est condamné par plusieurs facultés de théologie (la Sorbonne et Louvain notamment). Il passe au service de Marguerite d’Autriche, puis à celui du prince-archevêque électeur de Cologne. De plus en plus attiré par le luthéranisme, il revient en France, où il est arrêté. Il meurt à Grenoble, peu après sa sortie de prison.

Agrippa de Nettesheym, Henri Corneille, Henrici Cornelii Agrippae ab Nettesheym, De incertitudine & vanitate scientiarum declamatio invectiva, denuo ab autore recognita, & marginalibus annotatibus aucta, s.l., s.n., s.d. [1537 ?].

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13275/2
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13275/2 

Johannes de Indagine (vers 1467-1537)

On ne sait à peu près rien de cet auteur, qui n’a laissé que ce traité. Il se décompose en plusieurs parties, permettant de connaître les influences astrales susceptibles de s’exercer sur un homme ou une femme donné(e). La première partie traite largement de la chiromancie, ou art de lire les lignes de la main. La deuxième partie traite de la physiognomie, ou physionomie, qui permet de déterminer les caractères moraux d’une personne d’après ses traits et l’aspect de sa silhouette. Enfin, l’auteur s’attarde sur toute une série de règles astrologiques, médicale et judiciaire, permettant à la fois de déterminer l’avenir de quelqu’un, son état de santé et les moyens d’y remédier. Une série de schémas expliquent la façon dont un expert en lecture des lignes de la main peut déterminer la nature de l’homme ou de la femme qu’il examine selon la planète qui le/la domine. Cela va ensuite aider le médecin à conseiller son patient sur son régime de vie en fonction de l’horoscope du moment.

Le traité est orné de très belles planches illustrées, dont certaines sont attribuées au célèbre graveur lyonnais Bernard Salomon, qui a souvent travaillé avec l’imprimeur-libraire Jean de Tournes, éditeur de l’ouvrage. On trouve à la fin une série de tables permettant d’établir des horoscopes. Il est intéressant de noter que le contexte de publication de cet ouvrage montre que le monde humaniste de Lyon s’intéressait de près à ce genre de texte : non seulement il est édité par l’un des meilleurs imprimeurs lyonnais exerçant à cette époque, qui publie de grands auteurs dont Maurice Scève, mais son texte est présenté par Antoine Du Moulin, qui était un éminent humaniste, très influent dans les milieux littéraires lyonnais.

De Indagine, Johannes, Chiromance & Physiognomie par le regard des membres de l’Homme, faite par Jan de Indagine. Plus dudit, La diffinition des faces des Signes. Reigles Astronomiques du jugement des maladies. L’astrologie Naturelle. La congnoissance de la complexion des hommes selon la domination des Planettes, éd. Antoine du Moulin, Lyon, Jean de Tournes, 1556.

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13275/2
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13275/2 

Persistance des anciens systèmes à l’époque de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Dans son article « Astrologie », l’Encyclopédie reprend une distinction traditionnelle entre astrologie naturelle et astrologie judiciaire, la première étant l’art d’observer et de prédire les phénomènes naturels, et la seconde étant l’art de prédire le destin des hommes. Si la première paraît toujours licite, et « scientifique » en 1751, la seconde est solidement condamnée comme un préjugé :

« L’Astrologie naturelle est elle-même, à proprement parler, une branche de la Physique ou Philosophie naturelle ; & l’art de prédire les effets naturels, n’est qu’une suite a posteriori, des observations et des phénomènes. »

« Quoique l’Astrologie judiciaire ait été solidement combattue, tant par Barclay que par d’autres auteurs célèbres, qui en ont démontré la vanité ; on ne peut pas dire qu’ils ayent entièrement déraciné cette ridicule prévention ; elle regne encore, & particulièrement en Italie. »

Le Febvre, Julien-Augustin, Dissertatio medica de astrorum influxu in hominem, Montpellier, Augustin-François Rochard, 1757.

Cette dissertation pour l’obtention du grade de bachelier en médecine à Montpellier s’inscrit, en plein siècle des Lumières, dans la tradition des œuvres d’Hippocrate et de Galien. L’auteur s’attache à démontrer la réalité des influences célestes sur les mécanismes régissant le corps humain et sa santé. Il détaille l’action particulière des différents astres (le soleil et la lune en particulier).

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 18828/3
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 18828/3 

Bibliographie sommaire :

Boudet, Jean-Patrice, Entre science et nigromance: astrologie, divination et magie dans l’Occident medieval (XIIe-XVe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006.

Boudet, Jean-Patrice, « A ‘college of astrology and medicine’ ? Charles V, Gervais Chrétien, and the scientific manuscripts of Maître Gervais’s College”, dans Studies in History and Philosophy of Biological and Biomedical Sciences, 41 (2), 2010, p. 99-108.

Collins, David J., « Albertus, Magnus or Magus ? Magic, Natural Philosophy, and Religious Reform in the Late Middle Ages », dans Renaissance Quarterly, 63 (1), 2010, p. 1-44.

Cooper, Glen M., « Galen and Astrology : A Mésalliance ? », dans Early Science and Medicine, 16 (2), 2011, p. 120-146.

Grant, Edward, A History of Natural Philosophy: From the Ancient World to the Nineteenth Century, New York, 2007.

Hare, E. H., « Medical Astrology and its Relation to Modern Psychiatry », dans Proceedings of the royal Society of Medicine, 70, 1977 (2), p. 105-110.

Kibre, Pearl, Studies in Medieval Science: Alchemy, Astrology, Mathematics and Medicine, Londres, 1984.

Lindberg, David C., The Beginnings of Western Science: The European Scientific Tradition in Philosophical, Religious, and Institutional Context, 600 B.C. to A.D. 1450, Chicago, 1992.

Ralley, Robert, « Stars, demons and the body in fifteenth-century England », dans Studies in History and Philosophy of Biological and Biomedical Sciences, 41, 2010, p. 109-116.

Secrets of Nature: Astrology and Alchemy in Early Modern Europe, éd. par William. R. Newman et Anthony Grafton, Cambridge, MIT Press, 2001.

Siraisi, Nancy, The Clock and the Mirror : Girolamo Cardano and Renaissance Medicine, Princeton, Princeton University Press, 1997.

Weill-Parot, Nicolas, Les « images astrologiques » au Moyen-Age et à la Renaissance : spéculations intellectuelles et pratiques magiques, XIIe-XVe siècles, Paris, 2002.

Ex-dono, ex-libris, et caetera

Livres offerts à la Bibliothèque de Lettres et Sciences humaines à Aix

Attachée à développer des fonds scientifiques utiles aux enseignements et à la recherche, la Bibliothèque n’a jamais consacré de crédits à l’acquisition de livres rares ou précieux. Elle conserve cependant des collections de valeur : celles qui lui ont été données. Elle a  reçu la bibliothèque de la Faculté de théologie (en 1885), qui possédait de nombreux livres anciens. Des professeurs ont également contribué à enrichir les fonds patrimoniaux. Un millier d’ouvrages ayant appartenu au doyen Norbert BONAFOUS (1809-1882), parmi lesquels deux incunables, des ouvrages du 16e  siècle et de nombreuses éditions des 17e et 18e siècles ont été offerts par son fils, Raymond (1856-1922), lui aussi professeur à la Faculté des Lettres. Exceptionnel aussi le don de Maurice MIGNON (1882-1962), successeur de Raymond BONAFOUS sur la chaire de « Langues et littératures de l’Europe méridionale » : éditions des 16e et 17e  siècles, textes en latin et traductions en italien d’auteurs de l’Antiquité.  Avec le don GAO Xingjian, contenant manuscrits et œuvres graphiques originales du prix Nobel de littérature 2000, la Bibliothèque s’est récemment enrichie d’un nouveau fonds prestigieux.

Dans l’intimité des livres, qu’ils aient ou non une valeur patrimoniale, on découvre sur les pages de garde ou sur les pages de titre, des estampilles, des mentions de provenance, des dédicaces autographes –Ernest ZYROMSKI,  Gaston BERGER, Maurice BLONDEL, Bernard GUYON, Georges MOUNIN – qui confèrent aux collections une identité singulière.

Chapitre 7 de l’exposition « 600 ans d’avenir – De mémoire de bibliothèque », organisée par la Bibliothèque de Lettres et Sciences humaines en 2009, à l’occasion de la célébration des 600 ans de l’Université d’Aix-Marseille.

Livres sur les étagères de la réserve de la BU Lettres et Sciences Humaines (Aix). Photo Jean-Pierre Vallorani
Livres sur les étagères de la réserve de la BU Lettres et Sciences Humaines (Aix).
Photo Jean-Pierre Vallorani.

Botanique à la Renaissance

Leonhart Fuchs, ou le plus ancien livre conservé à la bibliothèque de sciences Saint-Charles

Leonhart Fuchs, De Historia stirpium commentarii insignes, Bâle, Michael Isengrin, 1542.

N° d’inventaire BU : 14 / langue : Latin

Il s’agit du plus ancien document conservé par la bibliothèque universitaire Saint-Charles. Cet ouvrage de botanique est une somme qui décrit 400 plantes européennes et 100 plantes exotiques. Il comprend 511 xylographies.

Verso du titre: portrait de l'auteur. Photo Odile Guillon, CICRP.
Verso du titre: portrait de l’auteur.
Photo Odile Guillon, CICRP.

Ces dernières sont remarquables, et témoignent des progrès techniques de la gravure sur bois dans le deuxième tiers du XVIe siècle. L’exemplaire conservé à la bibliothèque Saint-Charles est en noir et blanc, tel qu’il est sorti de la presse en 1542 ; cependant, il existe aussi plusieurs exemplaires en couleurs. Les techniques de l’époque ne permettaient pas l’impression des illustrations en couleurs : tout au plus pouvait-il y avoir deux passages des feuilles sous la presse typographique, une fois pour l’encre noire, une fois pour l’encre rouge, le tout demandant des opérations de calage assez complexes. Cependant, les gravures de l’ouvrage de Fuchs ont été réalisées en prévoyant qu’elles seraient par la suite enrichies de couleurs, ce qui a été fait sur un certain nombre d’exemplaires, parfois dans l’atelier même. C’est ainsi que la bibliothèque de Glasgow conserve un exemplaire dont les planches ont été coloriées à l’aquarelle (l’exemplaire a été numérisé et peut être consulté à cette adresse :

<http://special.lib.gla.ac.uk/exhibns/month/oct2002.html>).

Ces illustrations présentent un grand intérêt pour leur réalisme, les apports nouveaux qu’elles fournissent dans la connaissance et la façon dont elles sont utilisées comme vecteur d’information. En effet, le livre savant de la fin du Moyen-Age et de l’aube de la Renaissance ne contient généralement que du texte, disposé parfois de manière très dense. L’image est vue comme un outil de vulgarisation, pour l’instruction de ceux qui ne savent pas lire. Sa fonction relève de l’évocation, et non de la représentation ; elle n’est pas là pour transmettre de façon pédagogique un savoir reposant sur des faits concrets. C’est ainsi qu’on utilise des bois stylisés, passe-partout, souvent répétés, et qui ne permettent pas forcément d’identifier l’objet décrit avec précision. Parfois, ces images n’ont qu’un rapport vague avec le texte qu’elles accompagnent.

Certains savants se défendent d’en utiliser, de peur que leur présence altère la valeur érudite de l’ouvrage. Par exemple, le chirurgien Brunschwig déclare que :

« les figures ne sont rien de plus qu’une réjouissance de l’œil, et une information pour ceux qui ne savent ni lire, ni écrire1 . »

De son côté, en 1555, Jacques Dubois, dit Sylvius, ancien maître de Vésale, écrit ceci à propos du De humani corporis fabrica et de ses illustrations :

« Toute la méthode d’employer de telles choses est décidément superstitieuse, obscurantiste et surtout inutile, et il faut considérer les illustrations aussi bien que les lettres (de renvoi au texte) qui y figurent bien plus comme un empêchement que comme un secours2. »

Leonhart Fuchs, bien au contraire, revendique l’usage des images. Bien plus, il en revendique un usage savant, utile à la transmission de l’information :

« Qui en son honnête âme condamnerait des images qui communiquent des informations bien plus clairement que les mots, même du plus éloquent des hommes3 ? »

Portrait des illustrateurs à l’œuvre. Photo Odile Guillon, CICRP.
Portrait des illustrateurs à l’œuvre.
Photo Odile Guillon, CICRP.

L’importance donnée à ces images est soulignée par la présence exceptionnelle des portraits des trois illustrateurs à la fin de l’ouvrage. Il s’agit d’Albrecht Meyer, le dessinateur, représenté en train de peindre une plante d’après nature, de Heinrich Füllmaurer, chargé de transposer les dessins sur bois, et enfin, de Veit Rudolf Speckle, le graveur, en train de tailler les bois. Fuchs tient là-dessus une position très novatrice pour son époque. Ses contradicteurs4 affirment qu’une telle démarche ne peut viser qu’à représenter et à transmettre des accidents variables selon les saisons et donc non fiables pour l’identification scientifique des plantes concernées, et s’appuient pour cela sur des passages de Pline l’Ancien et de Galien5. Fuchs, lui, interprète ces passages différemment, comme il l’explique dans un ouvrage antérieur au De historia stirpium, intitulé Paradoxorum medicinae libri tres6 : composer une image de la substance de l’objet défini par le moyen de nombreux accident est la manière qu’ont les hommes de comprendre le monde. Galien, pour lui, indique essentiellement qu’il est inutile de décrire les « herbes » à nouveau après Dioscoride, parce que les descriptions de ce dernier sont indépassables. Quant à Pline, il explique avant tout que ce n’est pas l’abondance des couleurs qui permet de bien imiter la nature.

Fuchs s’inscrit dans un mouvement de révolution de la perception des images qui se fait progressivement dans les années 1530. De plus en plus, les médecins se posent la question de la correspondance des plantes qu’ils ont sous les yeux, au quotidien, avec celles qui ont été décrites par l’Antiquité. En effet, à cette époque, la notion de répartition géographique de la flore n’existe pas encore ; les médecins allemands cherchent à trouver dans les descriptions de plantes méditerranéennes par Pline et Dioscoride une correspondance avec les plantes que l’ont peut trouver dans les jardins du Nord de l’Europe. On pense alors la nature variable, et on crédite les Anciens d’avoir décrit la plupart, voire la totalité des plantes du monde. On n’envisage pas qu’une chose ait pu ne pas être connue des grands auteurs de l’Antiquité. Les savants de la Renaissance ne cherchent pas à s’émanciper des auteurs classiques : bien au contraire, ils sont dans une démarche visant à récupérer ces textes, et à leur « rendre » une « pureté » débarrassée des scolies et des gloses héritées de la tradition médiévale. Le débat est d’abord philologique, et cherche à établir la meilleure source. Tout le débat est donc entre la légitimité de la poursuite de la discussion philologique, comme la pratique l’Italien Paolo Giovio7 et celle de l’observation qui la remplace comme support d’identification, comme chez le voyageur Pierre Belon8.

Otto Brunfels, dans son ouvrage intitulé Herbarum vivae eicones9, est le premier en botanique à tenter de résoudre l’incertitude qui règne alors dans l’identification des plantes, entre la tradition issue du Moyen-Age et celle qui est héritée de l’Antiquité, en particulier de Dioscoride. Son objectif est de rassembler les informations données par Dioscoride, Pline et d’autres sources de référence sur chaque plante, en attirant l’attention sur les divergences. Pour renforcer son propos, il fait tailler pour son ouvrage des illustrations extrêmement réalistes. Son travail n’a pas été compris de ses contemporains : il a été loué pour la beauté des images de son ouvrage, mais fustigé pour la pauvreté du contenu du texte. Jean-Marc Châtelain et Laurent Pinon écrivent au sujet de ces images qu’elles ont été vécues comme « le reflet brut d’une réalité mal maîtrisée10 ».

Fuchs adopte une représentation non idéalisée du réel et donne toute sa place à la démarche d’observation directe des plantes. Il s’agit de les identifier correctement, dans l’objectif pratique de connaître leurs propriétés médicales. Cette identification doit aussi permettre de déterminer la meilleure autorité parmi des auteurs antiques qui se contredisent parfois. En cela, le médecin allemand est très influencé par les travaux de Nicollo Leoniceno, de l’Université de Ferrare. Nourri de ces diverses influences, il déclare préférer Galien à Dioscoride, et Dioscoride à Pline. L’observation lui fournit les images gravées, cependant, pour la première fois en botanique, elle influence aussi le texte lui-même. C’est ainsi que Fuchs est le premier à décrire des plantes américaines, comme le maïs, et à ne pas essayer à tout prix de trouver une correspondance dans Dioscoride. De fait, lorsqu’il ne trouve pas la correspondance antique des plantes allemandes contemporaines, il adopte une démarche puisée dans Galien pour la décrire de façon adéquate, en s’appuyant à la fois sur les autorités et sur l’expérience résultant de l’observation. De même, pour éviter la confusion, il revendique le choix de noms déjà existants, même s’ils sont en mauvais latin, plutôt que d’en recomposer en un latin ou un grec savants qui ne parleront qu’à quelques érudits. Il cite aussi systématiquement les noms allemands des différentes plantes qu’il décrit. Sa démarche est très loin d’un rejet des autorités antiques : en réalité, il veut faire revivre l’ancienne médecine des Grecs, et en particulier celle de Galien. Il en applique donc les méthodes, en étendant par l’observation ce qu’il trouve dans Dioscoride, pour en retrouver la « pureté » débarrassée des interpolations qu’il prête aux Latins et aux Arabes qui ont transmis les textes jusqu’à son époque. Dans cette optique, les images lui permettent de faire un pont entre les plantes anciennes que l’on trouve dans les œuvres de Dioscoride et celles qui lui sont contemporaines : en observant leurs différentes caractéristiques, il peut leur redonner leur identité antique. Et lorsque celle-ci n’existe pas, il peut leur en créer une, selon la méthode antique.

Planche de la p. 896 (basilic, dénommé "ocimastrum" par Fuchs). Photo Odile Guillon, CICRP.
Planche de la p. 896 (basilic, dénommé « ocimastrum » par Fuchs).
Photo Odile Guillon, CICRP.

Ce qui oppose Fuchs à ses adversaires est donc d’abord leur relation à l’antiquité : là où Fuchs veut faire revivre des pratiques, d’autres au contraire prônent une renaissance des savoirs de Dioscoride mot-à-mot, au pied de la lettre. Par ailleurs, la dispute est aussi dialectique, et porte sur la nature des définitions. Pour les contradicteurs du médecin allemand, les accidents, par nature variables (fleurs, fruits, par exemple), ne sont pas des propriétés, ni des éléments propres à établir une différence suffisante pour déterminer le caractère unique de l’objet décrit. Par conséquent, ils ne peuvent pas produire de définitions essentielles. Fuchs au contraire se place dans le mouvement de la dialectique humaniste issue de Melanchton : pour lui, la description des plantes est une description par les accidents, la définition des choses étant différente de la définition des noms, et devant avoir pour objet de placer la chose sous les yeux même de celui qui la lit, exactement comme s’il observait une plante. Les images participent aussi de cette conception des choses, en synthétisant les différents éléments utiles à l’identification et en les plaçant en évidence sous les yeux des lecteurs. Elles représentent d’ailleurs souvent la plante à plusieurs états de son développement, fleur et fruit étant représentés sur la même gravure (comme c’est le cas des courges, par exemple).

Ces gravures, pour plus de précision, ont été conçues dès l’origine pour être peintes. Le trait en est ainsi exceptionnellement fin. Certaines ont sans doute été coloriées dans l’atelier même de l’imprimeur, et il subsiste plusieurs exemplaires en couleurs (comme par exemple celui de la bibliothèque de Glasgow). Cependant, la mise en couleur reste extrêmement onéreuse à l’époque : à la fin du siècle, sur un autre ouvrage, on en estime le coût à 7 fois le prix de vente du livre, ce dernier étant déjà élevé du fait de la présence des gravures, qui représentent un investissement financier très important pour l’imprimeur et le libraire. Elle n’est donc appliquée que de façon marginale, et ne concourt pas autant que le voudrait l’auteur à la fiabilité de l’identification scientifique en histoire naturelle :

« Les exemplaires coloriés, qui restent largement confinés dans les sphères aristocratiques des milieux du patronage savant, ne jouent qu’un rôle très marginal dans la transmission textuelle des œuvres. Quoi qu’en disent les auteurs, la couleur sert moins à reconnaître plantes ou animaux qu’à distinguer du commun des livres quelques exemplaires de prestige11. »

Cela n’empêche pas cet ouvrage de constituer un jalon fondamental dans l’histoire de la botanique, aux côtés de ceux d’Otto Brunsfeld et Hieronimus Bock. En effet, en constituant un recueil de plantes identifiables par n’importe quel observateur, cet ouvrage institue ce qui est nécessaire en matière d’illustrations. Il s’agit d’une évolution fondamentale des méthodes de la connaissance scientifique des plantes fondée sur leur observation et leur illustration fidèle. Par la suite, Robert Dodoens s’appuie très largement sur les travaux de Fuchs, qui ont fait l’objet de 31 éditions, adaptations et traductions publiées du vivant même de l’auteur. S’il a provoqué une vive polémique dans les milieux médicaux de son époque, il a fait considérablement avancer la botanique, et a contribué à l’installer en tant que science à part entière. Le nom de genre Fuschia lui fut d’ailleurs dédié en hommage et il a continué à exercer une influence notable sur ses successeurs durant une longue période.

A noter que l’ouvrage est numérisé et librement accessible sur Gallica :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k525016/f5.image.r=Fuchs,%20Leonhart.langFR

Il est également accessible en version française (édition de 1558) :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b86082904/f11.image.r=Fuchs,%20Leonhart.langFR

La Stanford University Press en a, par ailleurs, publié un fac similé dans les années récentes, preuve si besoin que cet ouvrage continue, pour les historiens de la discipline, à faire date.

Bibliographie sommaire :

–      Sur Fuchs et son ouvrage

Kusukawa, Sachiko, « Leonhart Fuchs on the importance of pictures », dans Journal of the History of Ideas, vol. 58 / 3, 1997, p. 403-427.

Fuchs, Leonhart, The great herbal of Leonhart Fuchs: notable commentaries on the history of plants, éd. Par Frederick Meyer, Emily Trueblood et John Heller, Stanford, Stanford University Press, 1999. Fac-simile et commentaire du texte de Fuchs.

Zucchi, Luca, « Brunfels e Fuchs: l’illustrazione botanica quale ritratto della singola pianta o immagine della specie », dans Nuncius, vol. 18 / 2, 2003, p. 411‑465.

Page consacrée au De historia stirpium dans le cadre du « livre du mois » sur le site du Service commun de la documentation de l’Ecole Normale Supérieure (consultée le 18 septembre 2014).

Il existe également un mémoire de master sur le sujet :

Lepilliet, Ariane, Le De Historia Stirpium de Leonhart Fuchs : histoire d’un succès éditorial (1542-1560), mémoire de master en sciences de l’information et des bibliothèques, Villeurbanne, Enssib, 2012. Accessible en ligne (consulté le 22 septembre 2014).

–      Sur l’histoire des sciences et de la botanique à la Renaissance

Chansigaut, Valérie, Histoire de l’illustration naturaliste, Paris, Delachaux et Niestlé, 2009.

Elliott, Brent, « The world of the Renaissance herbal », dans Renaissance Studies, vol. 25 / 1, 2011, p. 24‑41.

Kusukawa, Sachiko, Picturing the Book of Nature: Image, Text, and Argument in Sixteenth-Century Human Anatomy and Medical Botany, Chicago, University of Chicago Press, 2012.

Ogilvie, Brian W., « The Many Books of Nature: Renaissance Naturalists and Information Overload », dans Journal of the History of Ideas, vol. 64 / 1, 2003, p. 29-40.

Sciences de la Renaissance, actes du colloque international d’études humanistes, éd. par le Centre d’études supérieures de la Renaissance, Paris, Vrin, 1973.

–      Sur l’illustration du livre à la Renaissance

Châtelain, Jean-Marc, Pinon, Laurent, « Genres et fonctions de l’illustration au XVIe siècle », dans La Naissance du livre moderne, éd. par Henri-Jean Martin, Paris, Cercle de la librairie, 2000.

Ford, Brian, Images of Science : A History of Scientific Illustration, Londres, British Library, 1992.

Pastoureau, Michel, « L’illustration du livre : comprendre ou rêver ? (vers 1530-vers 1660) », dans Histoire de l’édition française, t. 1, Le livre conquérant, Paris, Promodis, 1982, p. 501-529.

  1. Laurent Pinon et Jean-Marc Châtelain, « Genres et fonctions de l’illustration au XVIe siècle », dans La Naissance du livre moderne, éd. par Henri-Jean Martin, Paris, Cercle de la librairie, 2000, p. 237. []
  2. Cité par Sciences de la Renaissance, actes du VIIIe congrès international de Tours, organisé par le CESR, Paris, Vrin, 1973, p. 169. []
  3. Cité par Laurent Pinon et Jean-Marc Châtelain, « Genres et fonctions de l’illustration du livre », dans La Naissance du livre moderne, op. cit. p. 238. []
  4. Dont Sebastianus Montuus, médecin issu du cercle de Symphorien Champier. Sur le détail de cette querelle, voir Sachiko Kusukawa, « Leonhart Fuchs on the Importance of Pictures », Journal of the History of Ideas, 58 (3), 1997, p. 418 sq. []
  5. Pline l’Ancien, Historia naturalis, VII, 141 et Galien, De simplicium medicamentorum facultatibus libri undecim, VI, 1. []
  6. Leonhart Fuchs, Paradoxorum medicinae libri tres, Bâle, Johann Bebel, 1535. []
  7. Paolo Giovio, Paoli Jovii Novocomensis medici De Romanis piscibus libellus, Rome, [Francesco Minizo Calvo], [1524]. Sur cet auteur, voir T.C. Price-Zimmermann, Paolo Giovio : the historian and the crisis of sixteenth-century Italy, Princeton, Princeton University Press, 1995. []
  8. Pierre Belon, Histoire naturelle des estranges poissons marins, Paris, Regnaud Chaudière, 1551. Sur le voyage d’Orient et la place de l’observation dans le discours renaissant, voir Le miroir ottoman : une image politique des hommes dans la littérature géographique espagnole et française, XVIe-XVIIe siècles, Paris, Presses de l’Université de Sorbonne, 2003. []
  9. Otto Brunfels, Herbarum vivae eicones ad naturae imitationem, Strasbourg, Johann Schott, 1532. []
  10. Laurent Pinon et Jean-Marc Châtelain, « Genres et fonctions de l’illustration du livre », dans La Naissance du livre moderne, op. cit., p. 255.
    []
  11. Laurent Pinon et Jean-Marc Châtelain, « Genres et fonctions de l’illustration du livre », dans La Naissance du livre moderne, op. cit., p. 261. []