Réemploi d’un fragment de manuscrit musical dans la reliure d’une édition juridique de 1546

Lors de la restauration d’une édition de 1546 d’un commentaire du Code Justinien  de Balde (voir notice et commentaire ci-dessous ), les « défaits » de la reliure ont révélé le réemploi d’un manuscrit de chant liturgique datable du XIVe– siècle environ, ce qui en fait le plus ancien document conservé par la BU de droit d’Aix.

Défait3
Défait de reliure provenant de Baldus in tres primos libros codicis – BU Droit Schuman, Res 806.

Ce fragment est tiré d’un Graduel noté en neumes grégoriens, à la page du Jeudi Saint, comme l’indiquent :

  • la rubrique feria quinta in Cena Domini,
  • le titre filigrané en bleu (avec  initiale rouge) Nos autem gloriari… et Christus factus est…, incipits des chants de  l’introït et du graduel de la messe.

Les divers types de réemplois de manuscrits sont courants, vu le coût du parchemin.  L’exemple le plus fameux reste celui des palimpsestes, manuscrits périmés qui étaient grattés pour y copier un autre texte, nombreux à l’époque de l’Antiquité tardive ou du Haut Moyen âge.

La redécouverte de certains fragments cachés sous une autre écriture ou dans une reliure peuvent être d’une importance exceptionnelle pour la recherche historique, comme il arrive assez fréquemment dans les recueils factices conservés au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, notamment dans les cotes lat. 11 000).

 Notice brève et commentaire de l’édition Renaissance reliée avec ces fragments de manuscrit musical :

Baldus in tres primos libros Codicis…praelectiones… cum additionibus et repetitionibus ejusdem per Franc. Musaptum repertis. Ad haec … additiones, Alexan. Imol. Barbatiae,  ac Celsii Hug. Cum omnibus quae hactenus edita sunt… his nunc recnes accdeunt … Philippi Decii additions…

Lyon, 1546. (il manque la mention de l’imprimeur, mais à la cote 804, pour le commentaire du 1er livre du Digeste, édité selon la même facture à Lyon en 1547, sans doute par la Compagnie des Libraires :  on trouve dans le colophon : ex officina Gasparis Trechsel).

Page de titre de l'ouvrage imprimé - BU Droit Schuman, Res 806.
Page de titre de l’ouvrage imprimé – BU Droit Schuman, Res 806.

Cette édition du commentaire de Balde des 3 premiers livres du Code de Justinien est absente du catalogue collectif de France; elle sera prochainement signalée par la BU droit sur le Sudoc.

BU droit Aix, Cote RES 806 (papier au format in folio, reliure de parchemin).

Auteur principal : Baldus de Ubaldis (Pérouse, 1327- Pavie, 1400)

Auteurs secondaires :

  • Johannes Franciscus Musaptus (1433-1530), professeur de droit à Padoue.
    Alexandre Tartagni (1424-1477), dit Alexandre d’Imola. Surnommé l’ « oracle de la jurisprudence », il enseigna le droit à Pavie, puis à Bologne.
  • André Barbatius ou Barbatius (mort vers 1481) professeur de droit à Ferrare puis à Bologne.
  • Celse-Hugues Descousu (v. 1480-1540) professeur de droit à Montpellier, puis à Bruges, Barcelone, Madrid, Tolède. Il avait été engagé par l’imprimeur lyonnais Simon Vincent pour effectuer la révision des livres de jurisprudence.
  • Philippe Decius (1454-1535) Professeur de droit dans les universités de Pise, Sienne, Padoue, Valence, il fut également conseiller au parlement de Grenoble.

Frontispice:  gravé dans le style Renaissance, il représente une disputatio des docteurs au-dessous d’une figuration semble-t-il de Charlemagne (glaive et globe impérial), entouré de représentants du pouvoir spirituel (évêques) et temporel (chevaliers ou soldats et juristes). On remarque que l’armoirie en bas n’a pas reçu son illustration.

Balde a été professeur de droit civil et canonique à l’université de Pérouse. Il fait partie de l’école des postglossateurs créée par Bartole (1314-1357), opérant – avec la méthode scolastique – une synthèse entre le droit romain et la pratique coutumière .

Après la redécouverte des œuvres de Justinien (empereur byzantin auteur du Code, daté de 529-534) à l’université de Bologne à la fin du XIe siècle, les juristes furent en effet appelés glossateurs, car pratiquant couramment la méthode de la glose  : la glose est le commentaire encadrant le texte de loi, comme on le voit dans l’image jointe.  Si la glose s’est développée au cours des XIIe -XIIIe siècles dans de nombreux domaines du savoir (on glosait la Bible, mais aussi les textes des Pères de l’Eglise, etc), c’est en droit que cette méthode scolastique a été particulièrement systématisée, avec notamment Accurse (glose ordinaire) et Azon.

Ces écoles des glossateurs et postglossateurs  seront supplantées au XVIe siècle par la méthode historique dont Jacques Cujas reste le modèle.

Références bibliographiques :

Albert Rigaudière, Introduction historique à l’étude du droit et des institutions,  Paris, Economica, 2005, notamment p. 389-391 : Bartole et le mos italicus (Cujas = mos gallicus).

Jean-Marie Carbasse, Manuel d’introduction historique au droit, Paris, Presses universitaires de France, 2009, p. 134-145 : « Des commentateurs aux humanistes ».

G. Chevrier, « Baldi de Ubaldi », dans Dictionnaire de droit canonique, dir. R. Naz, t. 2, Paris, Letouzey et Ané, 1937, col. 39-52.

Daniel Schwenzer, « Balde de Ubaldis », dans Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon (BBKL), Hamm 1975.

Pour Celse-Hugues : Dictionnaire historique des juristes français, dir. Patrick Arabeyre, Jean-Louis Halpérin, Jacques Krynen, Paris, PUF, 2007, p. 248 (notice Petitjean). Voir aussi Biographie universelle, dir. Louis-Gabriel Michaud, Paris, Michaud frères, 1811-1862, vol 11, p. 161.

Pour Musaptus: Robert Feenstra « Editions lyonnaises des lecturae de droit civil de Balde par Jean de Gradibus, avec un aperçu des autres éditions du XVIe siècle », in Ius commune, Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Europäische Rechtsgeschichte, 27 (2000), p. 345-72.

Pour les autres auteurs secondaires  : La vie des plus célèbres jurisconsultes de toutes les nations, tant anciens que modernes,  Pierre Taisand, Paris, Prault et Le Clerc, 1737, p. 315-316 (Imola) ; p. 53-54 (André de Barbatia) ; p.156-166 (Decius).

PATSTEC ou comment porter à connaissance le patrimoine contemporain d’AMU

1 – Aix-Marseille Université, un patrimoine insoupçonné

Depuis plusieurs années, Aix-Marseille Université est attentive à la conservation et à la valorisation de son patrimoine scientifique. Comme de nombreuses autres universités en France, Aix-Marseille Université est dépositaire d’un important patrimoine scientifique accumulé au fil du temps. Si les fonctions originelles pour la recherche et l’enseignement restent toujours d’actualité, ces collections universitaires sont aussi entretenues pour leur intérêt patrimonial et leur utilisation lors d’actions de diffusion de la culture scientifique. Au sein d’Aix-Marseille Université, les collections d’échantillons et d’instruments issues des activités de recherches sont extrêmement riches. Cinq domaines sont particulièrement bien représentés en lien avec l’histoire de l’Université : il s’agit de la Botanique (Herbiers et Musée Colonial), de la Géologie (Paléontologie et Pétrologie), de l’Astronomie (Astronomie au sol et Astronomie spatiale), de la Zoologie et de la Physique-Chimie. Ces collections comportent ainsi environ 1 000 000 de spécimens, d’exceptionnels instruments, de nombreuses archives et des fonds anciens conservés au sein du Service Commun de Documentation. Par leur diversité, leur volume, leur valeur scientifique et patrimoniale, ces collections représentent un patrimoine sans équivalent au niveau régional. Elles constituent aujourd’hui une source de matériel irremplaçable pour les chercheurs du monde entier et jouent un rôle majeur pour la Recherche et l’Enseignement.

En 2012, Aix-Marseille Université s’est ainsi dotée d’une « Mission de Culture et Patrimoine scientifiques » rattachée à la Direction de la Recherche et de la Valorisation et scindée en deux cellules : la « Cellule de diffusion de la culture scientifique » et la « Cellule du Patrimoine scientifique ». Cette mission coordonne les actions d’inventaire, de conservation et de valorisation du patrimoine par la recherche et de diffusion de la culture scientifique par des enseignants-chercheurs et des étudiants auprès des scolaires et du grand public. Parallèlement, le Centre National des Arts et Métiers (CNAM) s’est vu confier une mission nationale sur la « Sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain », par le Ministère en charge de la Recherche. Son rôle est d’inventorier et de renseigner les objets et documents représentatifs de la recherche publique et privée. C’est en ce sens qu’Aix-Marseille Université a signé en mars 2014 une convention avec le CNAM qui lui a confié la mission régionale de sauvegarde du PATrimoine Scientifique et TEchnique Contemporain (PATSTEC) en région PACA (Académie d’Aix-Marseille).

2 – Objectifs de la mission PATSTEC d’AMU

Aix-Marseille Université souhaite faire connaitre au grand public, aux scolaires, aux étudiants et aux chercheurs, les instruments issus des activités de recherche et les découvertes qui y sont associées. En rentrant dans le réseau PATSTEC et en renseignant la base nationale correspondante, Aix-Marseille Université rend accessibles tous les instruments (exposés ou non) et les informations qui y sont associées. Pour ce faire, la mission PATSTEC d’Aix-Marseille Université poursuit un double objectif. Elle vise d’une part à repérer et fédérer les différents acteurs sensibilisés à la sauvegarde et à la valorisation du patrimoine scientifique de la région PACA et d’autre part elle vise à identifier les instruments remarquables afin de les documenter et de renseigner la base de données nationale.

C’est pourquoi, Aix-Marseille Université a constitué une « équipe PATSTEC ». Celle-ci est constituée de Constance Hammond, Vice-présidente déléguée à la Culture et au Patrimoine scientifiques, de Bruno Vila, Chargé de mission « Patrimoine scientifique AMU », et de Corine Levy-Battesti, Chargée de l’inventaire. Elle comprend également les responsables scientifiques des collections impliquées dans les travaux d’inventaires. Pour la mise en œuvre de la mission PATSTEC en région PACA, Aix-Marseille Université met en place un comité de pilotage constitué par des membres des principales institutions scientifiques, associations et musées de la région PACA. Sont également associées les principales tutelles et organismes qui prennent part dans la recherche et l’enseignement (Conseil Général 13, Région PACA, Délégation Régionale à la Recherche et à la Technologie, Rectorat d’Aix-Marseille).

3 – Mise en œuvre au sein d’AMU

Au cours des dernières années, Aix-Marseille Université a rassemblé ses instruments, a réalisé des inventaires et a entrepris un travail de documentation pour les plus remarquables. Aujourd’hui, ces instruments sont conservés au sein de 4 principales collections :

  • La collection de Physique-Chimie de l’Espace muséal C. Fabry,
  • La collection d’Astronomie au sol,
  • La collection d’Astronomie spatiale,
  • La collection d’appareils de mesure du Laboratoire Parole et Langage.

L’inventaire dans la base PATSTEC a ainsi débuté avec les instruments présents au sein de l’Espace Muséal Charles Fabry. Cet espace, créé par Pierre Gravier (Professeur émérite) et dont Nicolas Claire (Maître de Conférences) en est l’actuel responsable scientifique conserve des instruments de physique et de chimie de la Faculté des Sciences de Marseille dont la création remonte à 1854. Les 500 instruments inventoriés (inventaire interne) au sein de cette collection offrent un panorama des activités de recherche, intenses et fructueuses, menées au cours du dernier siècle dans les domaines de l’optique et de microcalorimétrie notamment. Environ 200 instruments issus des années 1880 à nos jours, tous utilisés ou ayant été utilisés à la faculté y sont exposés.

L’inventaire dans la base PATSTEC pourra être poursuivit avec ceux des collections d’instruments d’Astronomie et du Laboratoire Parole et Langage.

La collection d’astronomie au sol provient de l’Observatoire de Marseille (établi en 1702 montée des Accoules, puis transféré en 1863 sur le Plateau Longchamp), un lieu où l’on observait le ciel de façon suivie, à l’aide des instruments les plus performants de chaque époque mais également un lieu de création de nouvelles méthodes d’observation et de réalisation d’instruments. C’est ainsi que l’Observatoire dispose aujourd’hui d’une collection très riche d’instruments astronomiques dont les plus anciens remontent au tout début du XVIIIème siècle. Ces lunettes, télescopes, oculaires, micromètres, photomètres, spectrohéliographes, mais aussi instruments d’arpentage et de géodésie, de calcul de temps et de positionnement, tous dans un remarquable état de conservation, sont, pour la plupart, classés à l’Inventaire Général du Patrimoine Culturel du Ministère de la Culture.

La collection d’Astronomie spatiale trouve ses origines dans les années 1960, lorsque le Laboratoire d’Astronomie Spatiale de Marseille est créé dans le but de réaliser des observations astronomiques en dehors de l’atmosphère terrestre. De nombreux instruments et équipements retraçant son activité technique et scientifique ont été conservés.

Enfin, la collection d’appareils du Laboratoire Parole et Langage conserve les appareils de mesures utilisés depuis 1950 dans le cadre de ses travaux de recherche sur les mécanismes impliqués dans la production, la perception et la compréhension du langage oral et du langage écrit dans leurs contextes naturels d’occurrence. Cette collection se compose d’une centaine d’appareils dont une trentaine est constituée d’appareils conçus et fabriqués par le personnel du laboratoire. Les appareils se répartissent ainsi entre instrumentation aérodynamique, instrumentation articulatoire, instrumentation acoustique, instrumentation perceptive, instrumentation vidéo et instrumentation périphérique.

Enfin, grâce au travail qui sera mené au sein du comité de pilotage les collections identifiées à l’extérieur de l’Université pourront intégrer la base nationale PATSTEC.

4 – Le site PATSTEC et ses ressources

La base PATSETC est accessible sur le site : www.patstec.fr.

Page d’accueil du site PATSTEC avec les différentes ressources disponibles.
Page d’accueil du site PATSTEC avec les différentes ressources disponibles. 

Les informations présentes dans la base de données sont de différentes natures. On peut y trouver des fiches d’inventaires des instruments, une ou plusieurs photographies et des documents. On y trouve aussi des notices techniques et des ressources documentaires comme des vidéos qui peuvent présenter des témoignages de chercheurs ou des pratiques de recherche.

La fiche d’inventaire renferme les informations relatives aux objets et à leur gestion. Ces données sont organisées en différents volets : identification, descriptions, localisation et liens. L’identification comprend des informations comme le numéro d’inventaire, la référence de localisation de l’objet, sa désignation ou sa notice technique, le nom du constructeur, des informations sur le mode et la date d’acquisition de l’objet… Le premier volet descriptif contient les informations relatives à l’aspect physique de l’objet, le principe et les conditions d’utilisation de l’objet et ses caractéristiques techniques. Les applications et le contexte d’utilisation de l’appareil dans le laboratoire peuvent être renseignés avec notamment des informations concernant ses transformations ou des indications d’ordre historique. Ce volet descriptif est complété par une rubrique documentation qui permet de préciser les références des sources utilisées et des références bibliographiques plus larges permettant de contextualiser l’objet. Un second volet descriptif contient des informations relatives à l’état physique de l’objet comme ses mesures et ses caractéristiques, les matériaux le composant ou son état de conservation. Ces descriptions sont complétées par des renseignements sur les institutions en relation avec l’objet (propriétaire, dépositaire…), les lieux de stockage, les personnes ressources…

Exemple de fiche issue de la base PATSTEC : l’interféromètre de Fabry-Perot conservé dans les collections d’Aix-Marseille Université. Pièce maîtresse de l'instrumentation dans le domaine de l'optique, l'interféromètre de Fabry-Pérot est exposé à la Faculté des Sciences dans un des musée d'Aix-Marseille Université, dans l'espace muséal Charles Fabry. Récemment les deux miroirs manquants ont été refaits afin de présenter au public et aux étudiants un instrument en état de fonctionnement dans le cadre des activités de diffusion de culture scientifique et technique.
Exemple de fiche issue de la base PATSTEC : l’interféromètre de Fabry-Perot conservé dans les collections d’Aix-Marseille Université. Pièce maîtresse de l’instrumentation dans le domaine de l’optique, l’interféromètre de Fabry-Pérot est exposé à la Faculté des Sciences dans un des musée d’Aix-Marseille Université, dans l’espace muséal Charles Fabry. Récemment les deux miroirs manquants ont été refaits afin de présenter au public et aux étudiants un instrument en état de fonctionnement dans le cadre des activités de diffusion de culture scientifique et technique. 

5 – Pourquoi s’inscrire dans la démarche PATSTEC ?

La participation d’Aix-Marseille Université au réseau national PATSTEC permettra à tous de disposer d’informations à la fois d’ordre scientifiques et techniques sur le patrimoine scientifique contemporain des acteurs publics et privés de la région PACA. Les informations contenues dans cette base seront particulièrement utiles aux scolaires, aux étudiants mais également aux curieux désireux de mieux comprendre les démarches scientifiques et le fonctionnement de nombreux instruments. Elles permettront aussi, dans le cadre des instruments les plus emblématiques, d’accéder à des informations sur les découvertes qui y sont parfois associées.

Cette démarche devrait permettre de porter à connaissance la richesse insoupçonnée du patrimoine d’Aix-Marseille Université.