Trésors de la botanique à la Bibliothèque Universitaire de St Charles par Johann Berti et Pierre Ponsot, 6 mai 2015

Johann Berti, conservateur et administrateur provisoire du service commun de la documentation d’AMU ainsi que Pierre Ponsot, bibliothécaire, nous ont reçu à la Bibliothèque universitaire (BU) de St Charles pour une visite autour des trésors de la botanique.

En effet, la BU possède une riche réserve patrimoniale composée d’une partie des collections d’AMU. Elle est organisée autour de trois principaux thèmes : la botanique, la zoologie et les explorations scientifiques et contient plus de 2 000 documents.

Lors de cette visite, le public a pu découvrir un « Alguier », herbier contenant exclusivement des algues, datant du 19ème siècle. Cet alguier : Algues marines du Finistère, a été publié en 1852 par les frères Crouan, pharmaciens nés à Brest et passionnés de botanique.

Il s’agit d’un document exceptionnel tant par le nombre d’exemplaires publiés (une cinquantaine) que par l’ampleur du travail de collecte, d’identification et de classification (chaque exemplaire contenant des échantillons uniques). En effet, chaque page est composée d’une espèce d’algue séchée et collée (« exsiccata ») avec une étiquette précisant le nom de l’espèce, les auteurs principaux qui l’ont décrite et figurée, le lieu et la date de collecte.

Ce travail a été réalisé sur 15 ans avec pas moins de 20 000 échantillons collectés dans l’objectif de recenser l’ensemble des algues marines du Finistère. Il se décline en trois volumes selon trois grandes familles : Fucoïdées, Floridées, Zoospermées en suivant la classification du Species Algorum de C.-A Agardh (botaniste suédois). Ce sont 404 espèces d’algues qui y figurent sur 406 répertoriées à l’époque.

Ceci est d’autant plus impressionnant que les deux frères tiennent une officine tout en continuant à herboriser. Ils publient pour la première fois dans une revue scientifique en 1833. Deux ans plus tard, ils établissent un tableau de 150 algues (déposé à Brest), ébauche de leur futur travail mais qui sera malheureusement détruit par les bombardements pendant la seconde guerre mondiale. Ainsi, ils identifient, décrivent et nomment une vingtaine d’espèces jusque là inconnues.

Les trois volumes de l’ouvrage présentés sont très impressionnants par leur excellent état de conservation et livrent encore les très belles couleurs de certaines espèces (cf photos ci-dessous).

D’autres ouvrages ont aussi été présentés tel que le Species Algorum (cité plus haut), ou encore la Florule du Finistère, également réalisée par les frères Crouan en 1867. On trouve à la fin de cet ouvrage remarquable 32 planches lithographiées en couleur. Enfin, le public a eu la chance de découvrir le Stirpium historia, ouvrage datant du 17ème siècle (1616) et retraçant l’histoire des plantes. Il s’agit de la seconde édition latine, l’œuvre originale réalisée par le hollandais Dodoens étant parue dans sa langue natale (1554) pour être premièrement traduite en plusieurs langues vernaculaires européennes puis en latin. Cet ouvrage a donc largement été diffusé en Europe et a probablement eu une certaine importance dans les siècles derniers.

La majorité de ces œuvres ont été numérisées afin de les rendre accessibles à la communauté scientifique mais aussi au grand public. Comme le remarque dans un court film Claude Humbert, chercheur à l’Université de Bourgogne, elles présentent un intérêt patrimonial mais aussi scientifique puisqu’elles sont les témoins de l’état de la flore à une certaine époque. Ceci prend d’autant plus de sens dans un contexte actuel global de modifications profondes de la biodiversité (introduction et disparition d’espèces et destruction des habitats) et confère une grande valeur scientifique aux collections.

Pour approfondir, lisez l’article : http://tresoramu.hypotheses.org/category/decouverte-du-patrimoine-amu

 

IMG_5382Johann Berti (à gauche), Pierre Ponsot (à droite) et le public dans la salle de formation de la BU de St Charles.

IMG_5395Pierre Ponsot (à gauche), Johann Berti (au centre) et le public dans la salle de formation de la BU de St Charles.

IMG_5388Echantillon d’une espèce dans Algues marines du Finistère, recueillies et publiées par Crouan frères. 1, Fucoidées. Brest : Crouan frères, 1852, 112pl.

IMG_5391Echantillon d’une espèce dans Algues marines du Finistère, recueillies et publiées par Crouan frères. 2, Floridées. Brest : Crouan frères, 1852, pl. 113 à 322.

IMG_5394Echantillon d’une espèce dans Algues marines du Finistère, recueillies et publiées par Crouan frères. 2, Floridées. Brest : Crouan frères, 1852, pl. 113 à 322.

IMG_5401Echantillon d’une espèce dans Algues marines du Finistère, recueillies et publiées par Crouan frères. 3, Zoospermées. Brest : Crouan frères, 1852, pl. 323 à 404.

IMG_5404Planche représentant la répartition des algues sur un rocher dans Florule du Finistère, Crouan frères, 1867.

Alguier des frères Crouan

Article rédigé en collaboration avec Johann Berti.

Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 1, Fucoïdées. 1852 (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/1) © cicrp - photo Odile Guillon
Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 1, Fucoïdées. 1852
(Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/1)
© CICRP – photo Odile Guillon

Crouan, Pierre-Louis (1798-1871), Crouan, Hippolyte-Marie (1802-1871)
Algues marines du Finistère, 1852, 3 vol., in-8°.

On aime à se reposer l’esprit sur ces
charmantes plantes, à les examiner
sous tous les rapports, car on ne les
connaîtrait qu’imparfaitement si
l’on se bornait à l’étude de leurs
formes extérieures…
Crouan, Frères

Pierre-Louis et Hippolyte-Marie Crouan sont deux frères pharmaciens nés à Brest. Passionnés de botanique, ils herborisent et publient dans plusieurs revues scientifiques à partir de 1833. Chemin faisant, ils correspondent avec les meilleurs spécialistes européens des algues.

Ils déposent au Musée ou Cabinet d’Histoire Naturelle du jardin botanique de Brest, en 1835, un tableau composé de 150 algues, qualifié par ses auteurs d’ébauche. Ce travail préfigure et porte en soi la genèse de futurs projets. Ce tableau algologique sera détruit en 1944, lié aux importants bombardements que la ville de Brest a subis durant cette période.

L’ alguier

Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 2, Floridées. 1852 (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/2) © CICRP - photo Odile Guillon
Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 2, Floridées. 1852
(Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/2)
© CICRP – photo Odile Guillon

En 1852 les frères Crouan publient à compte d’auteur, en 50 exemplaires seulement, un document exceptionnel en 3 volumes : Algues marines du Finistère. Il s’agit d’un herbier d’algues (alguier) qui rassemble 404 échantillons d’algues du Finistère. Ces 404 échantillons sont classés par familles, rassemblées donc en 3 volumes (1 : Fucoïdées ; 2 : Floridées ; 3 : Zoospermées) et sous-familles.

Chaque page de l’ouvrage porte une espèce d’algue séchée et collée (exsiccata) accompagnée d’une étiquette imprimée qui précise le nom de l’espèce, cite les auteurs principaux qui ont décrit ou figuré ces plantes, le lieu et l’époque précis de la récolte.

Ils citent dans la préface le botaniste suisse Augustin Pyrame de Candolle, auteur notamment du Traité élémentaire de la botanique.
Ils optent pour un format d’ouvrage in octavo car les trois-quarts au moins des algues, ne nécessitent pas une autre taille. Pour les grandes espèces ils choisiront des rameaux. Le format in-8° présente aussi l’avantage d’être portatif et pratique pour la consultation. Ils ont identifié et nommé plus d’une vingtaine d’espèces d’algues jusqu’ici inconnues. Certaines espèces portent leur nom, les Crouania. Il a fallu 15 années aux frères Crouan pour mener à bien ce travail colossal et la collecte de 20 000 échantillons.

Les algues sont classées selon le Species Algorum de Carl Adolf Agardh, botaniste suédois, professeur à l’université de Lund. Il est considéré comme l’un des pères de l’algologie. Son fils Jacob Georg Agardh deviendra aussi un algologue notoire.

Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 3, Zoospermées. 1852 (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/3) © CICRP - photo Odile Guillon
Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 3, Zoospermées. 1852
(Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/3)
© CICRP – photo Odile Guillon

Exceptionnel, ce document préparé par les auteurs eux-mêmes, en plus de son intérêt scientifique, l’est à plus d’un titre : d’une part, seuls 50 exemplaires sont conservés de par le monde, dont quelques uns en France, et certains en mauvais état. L’exemplaire de la BU Saint-Charles, qui plus est en bon état, est donc déjà en soi une rareté.

D’autre part, l’état de conservation de cet herbier d’algues, ainsi que la « poésie » qui se dégage de chaque page, procurent à l’observateur un bonheur sans pareil. Visuellement, nous sommes parfois à la frontière de l’art, c’est en tous cas un émerveillement à chaque page.

Comme ils l’indiquent dans leur préface (p.4, vol.1), les frères Crouan ont repris, pour dessécher les plantes marines, la méthode d’un pharmacien et algologue de Quimper, Théophile Bonnemaison, méthode dont ce dernier a livré les secrets dans un article intitulé « Essai sur les hydrophytes loculées »…

La Florule

En 1867, les Frères Crouan font paraître une étude complète (genera) de la flore (algues marines, fluviatiles et terrestres) du département, Florule du Finistère, qui, selon les spécialistes, est longtemps restée un modèle de flore locale, et qui couronne leur carrière de botanistes.

En frontispice, sur une planche en couleur, est représentée la répartition des algues sur un rocher lors d’une grande marée. En fin de volume, dessinées de la main d’Hippolyte Crouan, se trouvent 32 planches lithographiées en couleur du genera.

A noter qu’ils citent, à la fin de leur préface (P.X), la maxime « Labore et constantia » de Dodoens, qui apparaît à la fin de son Stirpium historia. Maxime placée juste après la phrase suivante : « cette Florule nous a demandé un si grand nombre d’années pour en trouver, récolter et étudier les matériaux, que nous remercions Dieu de nous avoir donné une santé et une longévité qui nous aient permis de la terminer. »

Préface page 10: Dodoens, R. Stirpium historiae pemptades sex sive libri XXX.  1616. In f°  (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 15)  © CICRP - photo Odile Guillon
Préface page 10: Dodoens, R. Stirpium historiae pemptades sex sive libri XXX.
1616. In f° (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 15)
© CICRP – photo Odile Guillon

L’ensemble de leurs travaux : herbiers, manuscrits, dessins et autres collections sont conservés à la Station de Biologie Marine de Concarneau du Muséum National d’Histoire Naturelle et du Collège de France.

NB: ce billet a été rédigé à partir d’une présentation de J. Berti, conservateur et P. Ponsot, bibliothécaire, dans le cadre des « Mercredis du patrimoine d’AMU » le 06 mai 2015 à la Bibliothèque universitaire de Saint-Charles, Service commun de documentation d’Aix-Marseille Université.

Références bibliographiques

AGARDH, C.-A. Species algarum rite cognitae, cum synonymis, differentiis specificiis et descriptionibus succinctis. T.1 : Volumen premium. Gryphiswaldiae: Mauritius , 1821-1823. 2 vol. en 1 : pp.1-168, pp., 169-531 ; in-8°

AGARDH, C.-A. Species algarum rite cognitae, cum synonymis, differentiis specificis et descriptionibus succinctis. T. 2 : Voluminis secundi sectio prior . – Gryphiswaldiae : Sumtibus Ernesti Mauritii , 1828 . – 1 vol. (LXXVI-189 p.) ; in-8°

AGARDH, J. G. Algae maris Mediterranei et Adriatici : observationes in diagnosin specierum et dispositionem generum. Parisiis : apud Fortin, Masson et Cie , 1842. 1 vol. : X-164 p. ; in-8°

BONNEMAISON, Th. Essai sur les hydrophytes loculées (ou articulées) de la famille des épidermées et des céraminées. Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, 1828, tome 16, p. 49-148

CANDOLLE, A. P. de. Théorie élémentaire de la botanique, ou exposition des principes de la classification naturelle et de l’art de décrire et d’étudier les végétaux. Paris, Déterville, 1813. VIII-500-[28] p. ; in-8°
CROUAN, P.-L., CROUAN H.-M. Algues marines du Finistère / recueillies et publiées par Crouan frères. 1, Fucoidées. Brest : Crouan frères, 1852, 112 pl.

CROUAN, P.-L., CROUAN, H.-M. Algues marines du Finistère / recueillies et publiées par Crouan frères . 2, Floridées. Brest : Crouan frères, 1852, pl. 113 à 322

CROUAN, P.-L., CROUAN H.-M. Algues marines du Finistère / recueillies et publiées par Crouan frères . 3, Zoospermées. Brest : Crouan frères / 1852, pl. 323 à 404
CROUAN, P.-L., CROUAN H.-M. Florule du Finistère : Contenant les descriptions de 360 espèces nouvelles de sporagames, de nombreuses observations et une synonymie des plantes cellulaires et vasculaires qui croissent spontanément dans ce département; accompagnées de trente-deux planches où est représentée l’organographie, faite sur l’état vif, des fruits et des tissus de 198 genres d’algues avec la plante grandeur naturelle ou réduite plus une planche supplémentaire où sont figurés 24 champignons nouveaux. Paris : F. Klincksieck, 1867. x, 262 p. : double front., 32 pl. ; in-8°

DAYRAT, B. Les botanistes et la flore de France : trois siècles de découvertes. Paris : Publications scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle , 2003

DIZERBO, A.-H. Les algologues finistériens du passé : Christophe-Paul, Sire de Robien, Guy du Dresnay, Théophile Bonnemaison, Bachelot de La Pilaye, les frères Crouan, Eugène de Créac’hquérault. Bulletin de la société archéologique du Finistère, 1994, Tome CXXIII, p. 439-444

DIZERBO, A.-H. Apothicaires et pharmaciens de Basse-Bretagne. Rennes : Imp. Riou-Reuzé, 1951, 160 p. Thèse : Thèse doctorat : Pharmacie : Strasbourg : 1951

DIZERBO, A.-H. Les frères Crouan, botanistes et pharmaciens brestois. Cahiers de l’Iroise (Les), 1955, n° 5, p. 36-38

DODOENS, R. Stirpium historiae pemptades sex sive libri XXX. Antverpiae : ex officina Plantiniana apud Balthasarem et Ioannem Moretos , 1616 . – [XIV-] 872 [-IXVI] p. : fig. ; In-f°

GUEGUEN, F. Etude sur la vie et l’ oeuvre des frères Crouan, botanistes brestois. Bulletin de la Société mycologique de France, 1909, Tome XXV, 1er fascicule, p. 69-78

HESSE, M. Lettre de M. Hesse à M. le Président de la Société botanique de France. Bulletin de la Société Botanique de France. 1872, 19 :2 , 76-79

HESSE, M. Notice sur les frères Crouan. Revue des sociétés savantes publiée sous les hospices du Ministère de l’Instruction publique: Sciences mathématiques, physiques et naturelles, 1872, Tome VI, 2ième série, p. 22-25

Sitographie

L’alguier des Frères Crouan a été numérisé par l’université de Bourgogne qui en possède un exemplaire [en ligne] :
http://serres.u-bourgogne.fr/rubrique.php3?id_rubrique=216 [consulté le 20 avril 2015]

Dans une vidéo mise en ligne, un enseignant chercheur, Humbert, C. de l’université de Bourgogne présente cet alguier, avec de très belles images à l’appui [en ligne] :
https://www.dailymotion.com/video/xfn372_l-alguier-des-freres-crouan_school
[consulté le 20 avril 2015]

Legal, Yves. Le trésor de deux algologues du XIXe [en ligne] :
http://www.espace-sciences.org/archives/science/16722.html [consulté le 20 avril 2015]

Enfin, il faut noter que dans son exposition « La Mer, terreur et fascination » (2005), la BnF a présenté des planches de cet alguier. L’exposition virtuelle en met 3 à l’honneur [en ligne] :
http://expositions.bnf.fr/lamer/feuille/index.htm [consulté le 20 avril 2015]