Le Journal des Sçavans

La BU LSH d’Aix Schuman conserve dans ses collections un trois cent cinquantenaire toujours florissant, le plus ancien périodique littéraire et scientifique d’Europe, le Journal des sçavans, devenu bien plus tard Journal des savants.

« Les journaux des savants, selon le Dictionnaire de Trévoux, en 1704, ont été inventés pour le soulagement de ceux qui sont ou trop occupés ou trop paresseux pour les livres entiers. C’est un moyen de satisfaire sa curiosité et de devenir savant à peu de frais. Ils gâtent par là bien des gens; néanmoins comme ce dessein a paru très commode et très utile, il a été continué sous des titres différents »1.

Page1num1
Page de titre du 1er numéro publié, le lundi 5 janvier 1665

La collection de la BU LSH est quasi complète, depuis le 1er numéro du 5 janvier 1665 jusqu’à nos jours. Les 51 premiers volumes de l’édition parisienne originale, publiés de 1665 jusqu’en 1729, sont de format in-4° imprimés en gros caractères. Suivent 190 volumes publiés entre 1731 et 1782, de format in-12°, à petits caractères, édition destinée à concurrencer les contrefaçons.
Le journal ne paraît pas entre 1792 et 1816, notre collection ne reprend toutefois qu’en 1859, l’abonnement est toujours en cours à ce jour, à la même cote 15009.
Une édition hollandaise de contrefaçon, de format in-12°, publiée de 1665 à 1730 vient doubler partiellement la collection.

tete
Tête de collection in 4°

Deux autres bibliothèques de l’université Aix-Marseille signalent également des tranches de collection : 1883-1901 pour l’Observatoire des sciences de l’Univers – Institut Pytheas site de Château-Gombert, 1925-1944 pour la Bibliothèque de Sciences, lettres et sciences humaines à Marseille Saint-Charles.

Titre et périodicité
Le périodique connait plusieurs orthographes de son titre :
Le Journal des sçavans (1665-1674);
Journal des sçavans (1675-1682);
Journal des savants ou recueil succint et abrégé de tout ce qui arrive de plus surprenant dans la nature, et de ce qui se fait et se découvre de plus curieux dans les arts et dans les sciences (1683-1686);
Le Journal des sçavans (1687-1696);
Le Journal des savans (1697-1701);
Le Journal des sçavans (1702-1790);
Journal des savans (1791 et 1792).
Après l’essai d’un semestre du 15 nivôse au 30 prairial an V (4 janv.-19 juin 1797), la parution reprend en 1816, sous le nom maintenu jusqu’à aujourd’hui, Journal des Savants.
Dès l’année 1666, il est complété par une « Table des matières » à laquelle s’ajouta, en 1675, une « Bibliographie récapitulative de l’année écoulée ».
En théorie hebdomadaire, la périodicité du journal varie souvent de 1665 à 1723. Il devient mensuel en 1724 et le reste jusqu’en 1792, avec 14 cahiers par an (deux en juin et en décembre).
Trimestriel entre 1816 et 1991, il devient semestriel en 1992 et le reste jusqu’à nos jours.

inventaire
Extrait du registre d’inventaire des périodiques de la BU LSH

Le fondateur et ses premiers successeurs
Denis de Sallo (1626-1669) conseiller au Parlement de Paris, conçoit le projet en 1664 de publier un journal savant et littéraire.
Avide de connaissances, il lit beaucoup et rassemble dans 9 énormes volumes, classés alphabétiquement par sujets, des notes et extraits de lecture. Il apprend le grec et le latin, l’italien et l’espagnol, mais aussi l’anglais et l’allemand, encore peu connus en dehors de leurs pays.
Malade et impotent, il décide de se mettre au service du monde des lettres. Bénéficiant de l’estime de Colbert, qui espére augmenter la gloire du roi et répandre l’influence de la France, il obtient le 8 août 1664 un privilège2 pour 20 ans.
La première livraison de l’hebdomadaire sortie le 5 janvier 1665 des presses de Jean Cusson, parait sous le nom de « Sieur de Hédouville », pseudonyme que Sallo croit devoir prendre, selon l’usage très répandu à l’époque.
A sa mort, la bibliothèque de sa résidence parisienne compte 3728 imprimés et 207 manuscrits3.
Lui succèdent l’abbé Jean Gallois (1666-1674), l’abbé Jean-Paul de La Roque (1674-1687), le président Louis Cousin (1687-1701) et l’abbé Jean-Paul Bignon (1701-1714 puis 1723-1739) qui crée un bureau de rédacteurs spécialisés, chacun faisant autorité dans un domaine de connaissances.
Après la seconde démission de Bignon en 1739, tous les rédacteurs en chef du journal sous l’Ancien Régime sont choisis parmi les savants entrés au service de l’État.

Contenu et histoire éditoriale
Le privilège accorde à la revue un champ universel, des beaux-arts aux sciences, du droit à la religion, pour les livres, les mémoires et aussi les représentations ou démonstrations publiques. Fort de ce droit exclusif de commenter périodiquement des travaux de mathématiques, de sciences, d’histoire, de belles-lettres et de théologie, Denis de Sallo établit rapidement des échanges avec des savants d’Angleterre, des Pays-Bas et de Toscane, pour réunir la matière de sa future publication.

Le Journal des savants, dès son premier numéro, affiche sa ligne éditoriale : « faire savoir ce qui se passe de nouveau dans la République des lettres » à travers des comptes rendus de livres, des nécrologies détaillées, des présentations des dernières découvertes et expériences scientifiques, des décisions des tribunaux séculiers ou ecclésiastiques.

Les premiers numéros publiés présentent la variété des sujets annoncés : ce sont des cahiers de 12 pages chacun, contenant des articles souvent très courts où l’on signale et commente des livres les plus divers, traitant de haute théologie, de philosophie, mais aussi des romans, des contes.

carte
« Véritable cours de la comète » pour servir aux observations célestes

On y trouve aussi des critiques sur des œuvres de peinture et de sculpture, des jugements des cours ecclésiastiques et civiles, des arrêts du Parlement, des ordonnances d’évêques, des décisions d’universités, des éloges d’hommes illustres, des communications d’expériences et de découvertes.

cerveau
Un thème médical illustré

Les illustrations, particulièrement nombreuses dans les années 1670, se raréfient par la suite et concernent surtout des figures mathématiques.

Pour la première fois, les livres non seulement signalés sont également soumis à la critique. De ce fait, les autorités ecclésiastiques n’apprécient guère cette nouvelle liberté, et au bout de quelques mois, le fondateur du Journal des savants, doit suspendre sa publication sous la pression des Jésuites. Mais les autorités civiles souhaitent que la publication puisse continuer. Grâce à Colbert, l’abbé Gallois fait reparaître la revue en janvier 1666, avec toutefois un contenu plus scientifique et un ton plus modéré. Au cours des années suivantes, et jusqu’à la Révolution, le Journal des savants bénéficie d’une sorte de monopole défendu par son propriétaire, l’État. Les périodes de succès et d’instabilité alternent, éloges, plaintes et railleries se font le socle de son histoire complexe, riche en événements.

À partir de 1723, le Journal des savants est ainsi publié sous le patronage de l’Académie des sciences et de celle des inscriptions et belles-lettres. Ce véritable privilège royal doit en principe le protéger de la concurrence mais l’intérêt et le succès de cette nouvelle forme de périodique, bien différente par exemple de La Gazette de Renaudot, suscitent des concurrents et des imitateurs voire des contrefaçons, tant en France (Journal de Verdun, Mercure,…) qu’à l’étranger, notamment en Hollande où la liberté d’expression est beaucoup moins soumise à la censure politique ou religieuse. C’est ainsi que des libraires hollandais publient des réimpressions du  Journal des savants, parfois augmentées d’extraits d’un autre concurrent, comme les Mémoires de Trévoux.

Après la Révolution, le Journal des savants connait à nouveau plusieurs éclipses : de 1792 à 1796,  puis, après une reparution de quelques mois,  jusqu’en 1816.  Plusieurs nouvelles séries, correspondant à chaque fois à des transformations éditoriales, sont ensuite publiées jusqu’en 1859, puis jusqu’en 1909, date à laquelle le journal cesse d’être l’organe de l’Institut de France pour n’être ensuite que celui de l’Académie des inscriptions et et belles-lettres. De cette longue carrière éditoriale, le Journal des savants conserve le principal mérite d’avoir introduit la critique littéraire dans la presse ((Encyclopédie Universalis en ligne :  http://www.universalis.fr/encyclopedie/journal-des-savants/ )).

Éditeurs
Le libraire éditeur initial du J.S. est, pour les années 1665-1682, Jean Cusson, rue Saint-Jacques à l’Image de Saint-Jean-Baptiste.

2015-06-16 12.14.15
Edition parisienne de format in 12°

De nombreux éditeurs se succédent, parmi lesquels Florentin Lambert, Pierre Witte, Théodore Le Gras, Noël Pissot, Philippe Nicolas Lottin, Hugues Daniel Chaubert, Gabriel-François Quillau, Michel Lambert, Charles-Joseph Panckoucke, Jacques Lacombe, Au Bureau du Journal de Paris, De l’Imprimerie des Sourds et muets.

Aujourd’hui et ce depuis 1909, à la suite de l’Institut de France, l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en accepte la charge exclusive, grâce à des crédits prélevés sur la Fondation Gandouras.
Les actuels directeurs de la revue sont MM. Philippe Contamine, Jacques Jouanna et Pierre-Sylvain Filliozat.

Contrefaçons
La contrefaçon du Journal commencée aux Provinces-Unies (ou République des sept Provinces-Unies des Pays-Bas) peu après sa création s’y poursuit jusqu’en 1782.
L’étude des réimpressions néerlandaises du Journal des savants montre l’intérêt que d’importants libraires attachent à de telles éditions, d’abord Daniel Elzevier de 1665 à 1671, de nouveau de 1677 à 1680, puis de 1682 à 1685, et ensuite, à partir de 1687, une association comprenant Wolfgang, Waesberge, Boom et Van Someren, et une autre comprenant Waesberge, Boom, Van Someren et Goethals. La plupart des volumes de contrefaçon de notre collection est publiée par cette dernière association de libraires.

2015-06-25 17.00.23
3 volumes de contrefaçon hollandaise

L’existence de réimpressions successives des mêmes années du Journal des savants montre que ces libraires réalisent de petits tirages, comme ils le font pour leurs propres journaux savants, et cette succession d’impressions témoigne du succès assuré de ces reproductions après 1675 sur les marchés approvisionnés par les Hollandais : la France pour une partie, mais plus encore le marché intérieur néerlandais et l’espace germanique dont les cours et les lettrés utilisent le français comme langue de culture.

contref1

Numéro 1 de 1665 (contrefaçon hollandaise)

Assez tôt les contrefacteurs imposent des modifications à l’ouvrage. Rarement politiques, les suppressions servent plutôt à faire de la place aux catalogues des libraires qui utilisent ainsi le Journal comme vecteur de leur publicité.

Accès en ligne

Journal numérisé sur Gallica de 1665 à 1984.

Les articles parus dans le Journal des Savants pour la période 1909-2009 sont disponibles sur le portail Persée.

Sommaires et résumés sur le site de l’éditeur.

Pour en savoir  plus :

J.P. Vittu indique une large bibliographie dans le : « Dictionnaire des Journaux (1600-1789), édition électronique revue, corrigée et augmentée », sous la dir. de Jean Sgard [en ligne]. Disponible sur http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/journal/0710-journal-des-savants (consulté le 26/06/2015).

Il cite deux études fondamentales :

– BIRN R., «Le Journal des savants sous l’ancien régime», Journal des savants, 1965, p. 15-35.

– PARIS G., «Le Journal des savants», Journal des savants, janv. 1903, p. 93-130.

Parmi les nombreuses études qui abordent, ou évoquent, cette revue on citera:

– BIRN R., « The French-language press and the Encyclopédie, 1750-1759 », Studies on Voltaire, t. LV, 1967, p. 263-286.

– Olivier CORPET, « Journal des Savants  », Encyclopædia Universalis [en ligne]. Disponible sur : http://www.universalis.fr/encyclopedie/journal-des-savants/ (consulté le 15 juin 2015).

– EHRARD J. et ROGER J., « Deux périodiques français du XVIIIe siècle : Le Journal des savants et Les Mémoires de Trévoux. Essai d’une étude quantitative », dans Livre et société dans la France du XVIIIe siècle, Paris et La Haye, 1965, p. 33-59.

– LEBRUN F., « Les affiches d’Angers, I773-I789 », Le Mouvement social, juil. 1962, p. 56-73, sur la présence du J.S. dans un cabinet de lecture provincial.

– MORGAN, Betty-Trevelle, Histoire du Journal des Sçavans depuis 1665 jusqu’en 1701, Paris, PUF, 1928.

– VITTU J.P., «Les contrefaçons du Journal des savants de 1665 à 1714», dans Les Presses grises. La contrefaçon du livre (XVIe-XIXe siècle), textes réunis par F. Moureau, Paris, 1988, p. 303-331.

– VITTU J.P., « Diffusion et réception du Journal des savants (1665-1714) », dans La Diffusion, p. 167-175.

– VITTU J.P., Le Journal des savants et la République des Lettres, 1665-1714, thèse de doctorat en histoire, Paris 1, 1998.

– VITTU Jean-Pierre, « Du Journal des savants aux Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux-arts : l’esquisse d’un système européen des périodiques savants », Dix-septième siècle, 3/2005 (n° 228) , p. 527-545.

  1. Histoire générale de la presse française, publié sous la direction de Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral et al., Paris, PUF, 1969. []
  2. Autorisation exclusive d’imprimer un ouvrage. Mise en place par l’article 78 des ordonnances de février 1566, dites Edit de Moulins. Cette autorisation était délivrée après lecture du manuscrit par les censeurs royaux. []
  3. Raymond Birn, Le journal sans l’Ancien Régime, JdS, 1965, p. 15-35 []

La bioérosion en milieu récifal : un indice de bonne santé du récif ? par Véronique Chazottes, Maître de conférence AMU, 3 juin 2015

Un récif corallien est une structure naturelle construite par des coraux (Cnidaires) et des algues calcaires. La structure et l’architecture du récif dépendent d’un équilibre fragile entre construction et destruction. Un récif corallien peut donc être considéré comme un écosystème dynamique où tous les phénomènes sont en interaction. Le rôle des récifs dans la protection du littoral et les enjeux sociaux et économiques qui en découlent ont été rappelés au public.

De nombreux organismes participent à la « production brute » des récifs : des organismes constructeurs (coraux et algues calcaires) ainsi que des organismes qui participent, après leur mort aux dépôts sédimentaires (foraminifères, mollusques, échinodermes…). D’autres attaquent le substrat calcaire par différents types d’action (chimique, mécanique ou une combinaison des deux). C’est ce qu’on appelle la bioérosion, sujet central de cette présentation.

Il existe 3 grandes catégories d’organismes dits « érodeurs » qui se différencient selon leur taille et leur type d’action sur le corail :

– les brouteurs

Certains oursins « broutent » le corail et les fonds récifaux pour se nourrir de micro-algues qui colonisent les premiers millimètres du corail. Comme le public a pu l’observer à la loupe binoculaire, on retrouve dans le contenu digestif des oursins brouteurs une partie minérale (carbonate de calcium) qui correspond aux fragments arrachés à la trame récifale et qui n’ont pas été digérés.

Certains poissons raclent également le substrat à la recherche de nourriture comme par exemple les poissons perroquet. Les organismes brouteurs jouent un rôle majeur dans la régulation des peuplements d’algues sur le récif.

Par leur action d’abrasion continue du corail, les organismes brouteurs produisent un sable moyen à grossier qui sera conservé en grande partie sur le récif et qui participe donc à la production brute. Le public a pu observer des échantillons de sables prélevés sur les récifs de La Réunion et qui avaient été triés en fonction de la taille des grains. L’observation à la loupe binoculaire a permis de montrer des grains de différentes origines (débris de coraux, d’algues calcaires, de mollusques, des foraminifères…).

– les macro-foreurs

Il s’agit de macro-organismes (bivalves, éponges, polychètes, siponcles, etc) qui colonisent les substrats coralliens et se retrouvent parfois piégés dans le corail. Le public a pu observer des échantillons de coraux issus des collections d’AMU présentant des perforations dans lesquelles on trouve encore les coquilles de bivalves. Les éponges perforantes et les bivalves produisent le plus de dégâts sur un récif corallien puisqu’ils vont s’y installer en profondeur et s’y développer, ce qui va le rendre plus fragile. D’autres perforations produites par des « vers » (polychètes, siponcles) ont été observées. Les macro-organismes foreurs produisent un sédiment très fin qui sera en grande partie exporté du récif.

– les microperforants

La microflore qui colonise les premiers millimètres du corail est constituée essentiellement de cyanobactéries, de champignons et de chlorophycées. Ces organismes pénètrent dans le corail par voie chimique et agissent en synergie avec les brouteurs qui pourront racler plus facilement la surface, permettant à la lumière de pénétrer plus profondément dans le corail ce qui favorise le développement de la microflore. On peut observer à la base de certains échantillons de corail des zones légèrement colorées de vert qui indiquent la présence de micro-algues. Le public a pu observer au microscope optique des lames minces réalisées dans du corail et montrant une frange de filaments de micro-algues.

Actuellement, les récifs coralliens subissent les conséquences de nombreux changements locaux ou globaux qui ont des effets négatifs sur la fécondité du corail, sa résistance, sa capacité à construire son squelette calcaire.

Le phénomène d’acidification des océans découle d’une augmentation de la pression en CO2 atmosphérique qui entraîne une baisse du pH de l’eau de mer et une diminution des ions carbonates, éléments constitutifs du squelette du corail.

De plus, les récifs coralliens se développent dans de faibles tranches d’eau et sont très sensibles aux variations du niveau marin. Une élévation trop rapide du niveau marin peut conduire à l’ennoiement des récifs.

Les apports en éléments nutritifs (eutrophisation), issus par exemple de l’agriculture (nitrates, phosphates) ou via des phénomènes naturels d’upwelling (eaux venant de la profondeur chargées en éléments nutritifs) sont finalement plus favorables aux algues molles qu’aux coraux habitués à des milieux oligotrophes (pauvres en éléments nutritifs).

Le blanchissement du corail, mis en évidence sur de nombreux récifs dans le monde, résulterait notamment d’une augmentation de température de l’eau mais ce phénomène demeure aujourd’hui encore mal compris.

Quel serait l’impact de ces changements sur les organismes érodeurs ?

Des études expérimentales semblent indiquer qu’une élévation de la pression en CO2 atmosphérique serait favorable aux peuplements de micro-perforants. Mais ces résultats doivent être confirmés dans les milieux naturels. L’apport en éléments nutritifs qui est défavorable au corail favoriserait en revanche les macro-foreurs qui sont des organismes filtreurs. Mais dans les milieux naturels, soumis à des perturbations anthropiques depuis plusieurs années, les substrats coralliens sont colonisés par des peuplements d’algues molles ou d’algues calcaires qui compliquent l’affaire et ont à leur tour un impact sur les organismes érodeurs. Par exemple, les algues calcaires et certaines algues molles ne sont pas attractives pour les organismes brouteurs qui ne peuvent plus assurer leur rôle de régulation de la biomasse algale. Les récifs coralliens sont donc des écosystèmes complexes, siège d’interactions entre les organismes vivant sur le récif et les paramètres environnementaux qui doivent être prises en compte dans les programmes d’aménagement. Par exemple, l’enlèvement des oursins dans certaines zones touristiques, parce qu’ils gênaient la baignade, a conduit au surdéveloppement des algues et à l’étouffement des communautés coralliennes. Ceci illustre bien que chaque organisme joue un rôle et participe à la dynamique du récif.

Seule une bonne connaissance du fonctionnement des écosystèmes récifaux à une échelle globale et de leur variabilité dans le temps et dans l’espace peut permettre d’imaginer leur évolution future en réponse aux perturbations environnementales. Et les organismes érodeurs jouent un rôle majeur dans cette réflexion !

IMG_5413

Véronique Chazottes et le public dans une des salles de TP-TD sur le site St Charles.

IMG_5410

Idem.

IMG_5423

Extrait de la partie minérale du contenu digestif d’un organisme brouteur, ici un oursin.

IMG_5241

Cet échantillon issu des collections d’AMU montre deux perforations dans lesquelles on peut encore observer des coquilles de bivalves (genre Lithophaga) piégées par le corail au cours de leur croissance.

IMG_5424

Les sachets contiennent des échantillons de sable corallien originaire de l’île de la Réunion. Les planches nous montrent à gauche des exemples d’organismes brouteurs et à droite d’organismes macro-foreurs.

photo1

Echantillon de corail issus des collections d’AMU présentant des perforations de polychètes et d’éponges, ainsi qu’une frange colorée à quelques millimètres sous la surface du corail qui indique la présence de micro-perforants (chlorophycée Ostreobium).

IMG_5247

Idem.