Le legs Villeneuve : les fiches de la Maison d’accouchement de Marseille

Une partie importante des collections patrimoniales des bibliothèques de l’université est issue de dons. Ainsi, au sein du département santé d’AMU, des documents anciens et de valeurs proviennent notamment du legs opéré par le professeur Étienne Villeneuve en 1882. Ce legs d’une documentation professionnelle à la bibliothèque de l’École de médecine et de pharmacie de Marseille1, n’est pas un cas isolé. Les fonds patrimoniaux des bibliothèques de santé d’AMU proviennent en bonne partie de libéralités d’enseignants du XIXe et du XXe siècle. Parmi celles-ci, le legs du professeur Villeneuve se distingue par la valeur des ouvrages d’obstétrique transmis tout autant que par la renommée du légateur. C’est un des trésors du legs Villeneuve que nous nous proposons de découvrir ici : les fiches de la Maison d’accouchement.

Image ci-dessus: fonds Villeneuve, boîte de fiches d’accouchement – année 1832. Marseille, Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone.

Étienne Villeneuve (1800-1882), pionnier de l’obstétrique à Marseille au XIXe siècle

Né le 29 avril 1800 à Marseille, Étienne Villeneuve est le fils d’un médecin, ancien chirurgien2 sous l’Ancien Régime installé à Lambesc. Il entre en 1816 comme élève en chirurgie à l’Hôtel-Dieu de Marseille. Faisant partie des premiers élèves de l’École secondaire de médecine de Marseille, ancêtre de la Faculté ouverte en 1818, il y est externe dès l’année suivante puis se distingue par la réussite de plusieurs concours de recrutement d’interne des hôpitaux de Marseille (en chirurgie en 1821, comme chirurgien-chef à l’hôpital de la Charité3 de 1823 à 1826 puis comme premier chirurgien-chef interne de l’Hôtel-Dieu en 1828). Il passe sa thèse à Montpellier en 1830, sur un sujet4 qui consacre son domaine de prédilection : l’obstétrique. Recruté cette même année comme chirurgien en chef de la Maison d’accouchement de Marseille, située en haut de la Canebière, il occupe ce poste sans interruption jusqu’en 1874 et son départ à la retraite. Cette maternité est alors un établissement de bienfaisance, destiné aux femmes les plus pauvres de la Ville, notamment les « filles-mères » et les prostituées – au XIXe siècle, on accouche au domicile familial. Il y gagna toutefois une excellente réputation d’accoucheur, et, par là une clientèle privée. Il y rencontra également son épouse, Hélène Jolly, maîtresse sage-femme à la maternité. Dès 1828, le ministère de l’instruction publique l’autorise à donner au sein de l’Hôtel-Dieu un cours d’accouchement qu’il assure gratuitement, premier acte d’une vocation d’enseignant qu’il n’abandonnera qu’en 1882 peu de temps avant sa mort. De 1831 à 1874, il donne également le cours annuel d’accouchement aux sages-femmes en formation à la maternité. Praticien, enseignant et chercheur, il est l’auteur de nombreuses études – sur la mécanique et l’anesthésie obstétricales, la césarienne ou encore l’usage des forceps – membre ou correspondant de plusieurs sociétés savantes à Marseille comme ailleurs en France et à l’étranger, et membre-fondateur de la revue Marseille Médical à partir de 1864. Il sera aussi conseiller municipal de Marseille. Il meurt après une courte maladie, le 29 mars 1882.

Fonds Villeneuve - Premières fiches d'accouchement de l'année 1832 Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
Fonds Villeneuve – Premières fiches d’accouchement de l’année 1832
Marseille, Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
Un don remarquable : les fiches d’accouchement de la maternité de Marseille

Ce fonds est un ensemble de 5 891 fiches relatant avec précision le séjour et l’accouchement d’autant de femmes accueillies par la Maison d’accouchement entre 1832 et 1874. Dans un bon état de conservation, elles ont été rassemblées en 38 boites d’archives couvrant les années 1832 à 1874 à raison d’une ou deux années par boîte. Ces fiches, écrite de la main de la sage-femme ayant assisté la patiente, sont établies sur un formulaire en feuillet double en un exemplaire, parfois doublé. Elles indiquent l’année et la date de rédaction, le nom de la rédactrice et sont divisées en deux colonnes : une à gauche d’observations cliniques chiffrées concernant la mère comme l’enfant, l’autre à droite présentant la patiente, les informations recueillies lors de son admission, le déroulement de son séjour et de son accouchement ainsi que son état de santé et celui de son enfant à la sortie de l’établissement. La première fiche date d’un an après l’arrivée du docteur Villeneuve à la tête du service chirurgical de la maternité et la dernière de l’année de son départ en retraite. Connaissant l’usage que le professeur Villeneuve faisait des statistiques dans sa réflexion médicale, présent dès la rédaction de sa thèse, il est donc probable qu’elles furent rédigées à sa demande, sur un modèle établi peut-être à son initiative. Ce fonds, qui retrace l’activité d’une maternité du XIXe siècle sur plus de quarante ans, se révèle une source irremplaçable pour qui s’intéresse à l’histoire de la santé des femmes et des nouveau-nés, en particulier à Marseille, grande ville portuaire.

Fonds Villeneuve - Première fiche d'accouchement de l'année 1832: pages intérieures Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
Fonds Villeneuve – Première fiche d’accouchement de l’année 1832: pages intérieures
Marseille, Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
La rencontre du patrimoine de la BU et des études en sciences maïeutiques

Ce fonds n’est pas inconnu des enseignants-chercheurs et des consultations ont déjà eu lieu par le passé. Toutefois, c’est après une longue interruption que l’année universitaire 2014-2015 a de nouveau vu des études entreprises à l’aide de ces documents. Le secteur « fonds patrimonial » des bibliothèques de santé d’AMU a en effet accueilli lors de l’année universitaire 2014-2015 deux étudiantes sages-femmes de l’École de maïeutique de Marseille souhaitant travailler sur les fiches d’accouchements. Grazia Sabatino, ayant choisi de se consacrer à une histoire de la césarienne5, se proposait dans un premier temps de comparer les pratiques de ce mode chirurgical d’accouchement depuis le XIXe siècle. Malheureusement, le nombre de dossiers concernant une césarienne s’avéra trop limité pour être significatif – jusqu’à la fin du XIXe siècle, la césarienne restait une pratique plus qu’exceptionnelle, réservée soit à l’extraction de l’enfant après le décès de la mère, soit à des cas désespérés en raison d‘un taux de mortalité insupportable (jusqu’à 90 %). Son étude dû donc se porter sur d’autres aspects de l’évolution de ce mode d’opération sur les vingt dernières années. La recherche d’Océane Donati sur l’hémorragie de la délivrance6 qui frappe parfois les femmes venant d’accoucher fut plus heureuse. Cet accident dangereux de l’accouchement survient aux femmes en couche depuis aussi longtemps qu’on s’en souvienne, et les fiches d’accouchement le relatant ne manquaient pas. Se limitant aux années 1868 à 1870, l’auteur pu constituer une cohorte de 682 grossesses permettant de mener une étude statistique – même limitée aux femmes de condition modeste qui fréquentaient cette maternité. Elle put toutefois faire apparaître trois facteurs de décès par de telles hémorragies : un âge supérieur à 30 ans, l’utilisation de forceps lors de l’accouchement et une durée d’accouchement supérieure à 10 heures.

  1. Avant la création de la faculté de médecine et de pharmacie de Marseille, en 1930, l’École de médecine et de pharmacie de Marseille créée en 1818 enseignait la médecine sans pouvoir délivrer de diplôme ; ses étudiants devaient, leurs études achevées, aller soutenir leur thèse auprès d’une faculté de médecine proprement dite – le plus souvent Montpellier ou Paris. []
  2. Sous l’Ancien Régime, le métier de chirurgien, praticien « manuel », était distinct de celui de médecin, praticien « intellectuel ». []
  3. Actuelle Vieille Charité, ensemble muséal et de recherche scientifique situé dans le quartier marseillais du Panier. []
  4. « Des vices de conformation du bassin considérés comme obstacles à l’accouchement ». []
  5. Grazia Sabatino, L’histoire de la césarienne : les raisons d’un succès, mémoire pour l’obtention du diplôme d’État de sage-femme de l’École universitaire de maïeutique Marseille Méditerranée, 2015. []
  6. Océane Donati, L’hémorragie du post-partum au 19ème siècle et de nos jours à Marseille, mémoire pour l’obtention du diplôme d’État de sage-femme de l’École universitaire de maïeutique Marseille Méditerranée, 2015. []

François Ier roi des humanistes

L’année 2015 a été une année François Ier, comme l’ont montré de nombreuses expositions et manifestations scientifiques tout au long de l’année. Du Queen’s College (Kingston) à Paris, en passant par Tours, trois colloques internationaux ont exploré cette année différentes facettes du règne. La BnF a consacré une vaste exposition à ce roi et à l’image qu’il a laissé dans les lettres et les arts, pendant que sa bibliothèque personnelle était évoquée au château royal de Blois. De nombreuses autres manifestations ont eu lieu, notamment dans le Val de Loire, dont une reconstitution d’une fête de Cour ayant eu lieu en 1518 pour célébrer la victoire de Marignan.

Portrait de François Ier par Jean Clouet, vers 1527. Paris, Musée du Louvre. Source Wikimedia Commons (image du domaine public).

Chacun se souvient de la fameuse date de 1515 et du nom de la bataille qui y est associé: Marignan. A cette date, le jeune François Ier, monté sur le trône depuis moins d’un an, passe les Alpes par un itinéraire inattendu pour concrétiser ses ambitions sur Milan et l’Italie. Sa victoire contre les mercenaires suisses auréole de gloire son règne commençant et sert une active propagande visant à le présenter en César invincible. Les ressorts de la construction historiographique de la figure du roi François Ier ont été longuement analysés. L’imagerie populaire et scolaire aura retenu un roi chevalier, vaillant sur le champ de bataille, brillant, artiste, poète, centre d’une Cour resplendissante, mais mauvais stratège, mal entouré, dominé par ses passions, ses maîtresses et les querelles de ses ministres. C’est ainsi qu’on retient volontiers de lui le distique suivant, prétendument gravé sur une vitre de sa chambre au château de Chambord :

Souvent femme varie / Bien fol est qui s’y fie

Que la scène soit probablement apocryphe et la citation forgée par Victor Hugo1 à partir de formulations antérieures n’a pas vraiment d’importance, car cela correspond à l’imaginaire collectif bâti autour de la figure de ce roi2.

Auguste-Gaspard-Louis Desnoyers, « Souvent femme varie, bien fol est qui s’y fie ». François Ier montre à sa sœur la reine de Navarre le distique qu’il a gravé au diamant sur une vitre du château de Chambord. Gravure, vers 1817. Tirage conservé à Londres, British Museum. © The Trustees of the British Museum (licence CC-BY-NC-SA 4.0).

Son goût pour les arts a été très tôt mis en avant, même si les auteurs qui ont façonné cette vision de l’histoire de France. Même dans ce domaine, Voltaire évoque un roi brillant mais qui n’achève rien de définitif3:

François Ier fit naître le commerce, la navigation, et les lettres, et tous les arts ; mais il fut trop malheureux pour leur faire prendre racine en France.

De son côté, Michelet, dans son habituel style flamboyant, ne trouve pas assez de défauts au roi François Ier, lui préférant nettement la figure de Charles Quint. Cependant, la seule chose qui trouve grâce à ses yeux est son action de mécène et de protecteur des arts et des lettres4 :

Avec quelque sévérité qu’on doive juger François Ier et Léon X, il faut se garder de les comparer à cette ignoble génération de princes qui a fermé l’âge précédent (Alexandre VI, Louis XI, Ferdinand-le-Catholique, Jacques III, etc.) Dans leurs fautes mêmes, il y a au moins quelque gloire, quelque grandeur. Ils n’ont pas fait leur siècle, sans doute, mais ils s’en sont montrés dignes ; ils ont aimé les arts, et les arts parlent encore pour eux aujourd’hui, et demandent grâce pour leur mémoire.

Bien sûr, les livres d’histoire contemporains ont largement revisité cette approche du règne de François Ier. De solides biographies permettent à présent d’avoir une approche plus nuancée de cette époque. Cependant, l’image du Père des Lettres, protecteur des humanistes et poète à ses heures reste bien vivace. Quelques-uns des ouvrages les plus anciens des réserves des bibliothèques d’Aix-Marseille Université permettent d’illustrer cet aspect du règne.

Lorsque François Ier monte sur le trône, l’Europe est traversée par un puissant courant de regain d’intérêt pour les textes des Anciens, doublé d’un intérêt certain pour le  «rétablissement » d’une langue correcte pour le latin et la diffusion de la langue grecque, très peu pratiquée par les savants européens jusqu’alors. La bibliothèque de Lettres et sciences humaines d’Aix possède dans ses réserves quelques ouvrages qui remontent à cette époque et qui l’illustrent particulièrement bien, dont plusieurs éditions parues sous les presses parisiennes de Josse Bade.

Ange Politien, Œuvres complètes (en latin), trad. Jacques Toussain, Paris, Josse Bade, 1519. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et Sciences humaines, Res. 7315.
Ange Politien, Œuvres complètes (en latin), trad. Jacques Toussain, Paris, Josse Bade, 1519. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et Sciences humaines, Res. 7315.

L’activité de Josse Bade, qui a vécu de 1461 à 1535, n’appartient pas spécifiquement au règne de François Ier, mais l’essentiel de son travail d’imprimeur et de libraire s’est déroulé sous les règnes de Louis XII et François Ier. Savant, érudit formé par les meilleures universités italiennes, il s’installe d’abord à Valence et Lyon, où il exerce le métier de pédagogue, avant d’entrer dans l’atelier de Jean Trechsel à Lyon et de travailler pour divers imprimeurs lyonnais. C’est cependant à Paris que la partie la plus connue de sa carrière se déroule: il y fonde son propre atelier d’imprimerie, pour publier ses œuvres et celles des autres, qu’il s’agisse de classiques latins, grecs, ou de ses contemporains. A la fois humaniste, artisan et marchand, il entretient un réseau de relations très large parmi les humanistes européens du premier tiers du XVIe siècle. Un temps imprimeur attitré d’Érasme, il correspond aussi avec Guillaume Budé et de nombreux autres érudits. Ses éditions jouent un rôle important dans le renouveau des études latines en France à cette période: il édite nombre de classiques latins ainsi que divers ouvrages pédagogiques, dont des grammaires qui font autorité.

Les Oeuvres d’Ange Politien conservées à la bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d’Aix est un bon exemple de ce que représentaient Josse Bade et son réseau dans le Paris humaniste du premier tiers du XVIe siècle. Érudit italien, Ange Politien a été titulaire des chaires de latin et de grec à l’université de Florence et précepteur des enfants de Laurent de Médicis ; son œuvre a exercé une grande influence sur les humanistes de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle. L’édition que nous conservons de ses œuvres par Josse Bade n’est pas la première5, mais elle est introduite par une préface tout à fait intéressante et éclairante.

Elle s’inscrit dans une époque où la querelle du cicéronianisme fait rage à Paris et dans les cercles lettrés humanistes après avoir dominé le débat en Italie au siècle précédent : les savants s’écharpent pour savoir si Cicéron est le seul digne d’être imité pour pouvoir produire un beau latin ou si les autres auteurs, antiques et modernes, peuvent aussi servir de modèle. Ce débat va bien plus loin qu’une simple question de style, dans la mesure ou certains « anti » s’inquiètent aussi de l’utilisation d’un latin purement imité de Cicéron aux références et aux métaphores païennes pour évoquer des questions touchant à la théologie chrétienne. Josse Bade, comme Ange Politien et Érasme6, se situe plutôt dans le camp des « anti », contrairement à la majorité des érudits parisiens de son temps, ses amis et ses clients ; cependant, il l’exprime de façon relativement discrète.

La « préface » (lui-même n’emploie jamais ce mot ou son équivalent latin) de l’édition de 1519 prend la forme d’une épître dédicatoire à Louis Ruzé, humaniste, avocat et lieutenant civil de la prévôté de Paris, protecteur des humanistes et responsable du contrôle de la librairie parisienne pour le compte du roi. Josse Bade qualifie des œuvres de Politien de « berceau du renouveau de la littérature classique ». Il loue également le travail du jeune Jacques Toussaint, qui a traduit en latin les nombreuses portions grecques du texte de Politien, ainsi que les commentaires de lui-même et de François du Bois, l’ensemble étant à même de permettre à un public plus large d’accéder aux œuvres de l’humaniste italien. Ce travail prouve que les Français sont tout aussi capables d’éloquence que les Italiens, et qu’une nouvelle génération de savants, dont Toussaint est un exemple, est sur le point d’éclore sous la protection de Ruzé.

Ange Politien, Œuvres complètes (en latin), trad. Jacques Toussain, Paris, Josse Bade, 1519. Index manuscrit copié sur les gardes de la reliure. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et Sciences humaines, Res. 7315.
Ange Politien, Œuvres complètes (en latin), trad. Jacques Toussain, Paris, Josse Bade, 1519. Index manuscrit copié sur les gardes de la reliure. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et Sciences humaines, Res. 7315.

L’exemplaire aixois a effectivement été lu avec une grande attention, comme en témoigne l’index manuscrit étoffé qui a été élaboré dans les gardes de la reliure, ainsi que les nombreuses notes manuscrites qu’il comporte, surtout au début. Cela correspond tout à fait à la vocation de pédagogue de Bade, qui n’a cessé de publier manuels, grammaires et commentaires simplifiés destiné aux étudiants débutants ou plus avancés durant toute sa carrière. Son catalogue comprend d’ailleurs de nombreux auteurs antiques et contemporains, ou du siècle précédent, en latin dans l’immense majorité des cas : en effet, il a publié peu de textes en grec, privilégiant les traductions latines de ce répertoire pour mieux le diffuser auprès du public savant de son époque7.

C’est que le grec est encore peu répandu dans les cercles humanistes français dans les années 1510 et 1520, malgré les efforts de plusieurs érudits, au premier plan desquels figure Guillaume Budé. Juriste, éminent latiniste et helléniste, humaniste de premier plan, Budé s’est fait d’abord connaître dans les cercles juridiques en publiant des Annotations au Pandecte (1508) dont un des points les plus remarquables est la façon dont il utilise son érudition philologique et historique pour éclairer divers points obscurs du droit romain. Cette démarche culmine dans son traité De Asse8 consacré à l’as, c’est-à-dire à la monnaie romaine, qui vise à établir des correspondances entre les mesures et monnaies romaines et celles qui lui sont contemporaines de manière à mieux déchiffrer les textes historiques des Anciens. L’ouvrage connaît un succès considérable, suffisamment pour être réédité un grand nombre de fois, avec ou sans l’assentiment de l’auteur, et ce bien après sa mort. C’est ainsi que la bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d’Aix conserve un exemplaire d’une édition posthume parue sous les presses de Sébastien Gryphe, dont le nom est attaché à l’humanisme lyonnais des années 1530 et 1540.

Guillaume Budé, De Asse, Lyon, Sébastien Gryphe, 1542. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res. 34 856.
Guillaume Budé, De Asse, Lyon, Sébastien Gryphe, 1542. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res. 34 856.

Les efforts de Guillaume Budé pour la promotion de l’étude du grec en France sont bien connus9. Certains de ses travaux en grec font partie des rares textes dans cette langue édités par Josse Bade10 ; surtout, il est célèbre pour être l’un des principaux artisans de la création en 1530 par François Ier de quatre chaires de lecteurs royaux (deux chaires pour la langue grecque et deux chaires pour l’hébraïque), première étape qui mènerait au Collège de France. Avec cette création, François Ier semble combler les attentes des érudits qui, depuis le début de son règne, dressent dans leurs correspondances le portrait programmatique d’un Mécène, protecteur des lettres et de ceux qui en font profession. Ces ambitions apparaissent dès le De Asse de Guillaume Budé, qui en termine la rédaction lorsqu’il apprend la mort de Louis XII et l’avènement de son jeune cousin. Le nouveau roi sera celui qui rétablira les bonae litterae (les bonnes lettres, latines et grecques) chères à l’humaniste français11.

De fait, François Ier s’intéresse à la culture lettrée et savante de son temps ; contrairement à ses prédécesseurs, il s’intéresse aussi à sa diffusion. Il ne lit pas lui-même le latin, et encore moins le grec, mais il s’attache à la divulgation des textes antiques, subventionnant la traduction et l’impression de textes alors rares, notamment à partir des prestigieux exemplaires qu’il collectionne. De là vient en partie sa réputation de « roi-mécène », père des lettres, soigneusement construite par ces lettrés qui espèrent tout de la convergence entre les intérêts du roi et les leurs. La bibliothèque royale se fait progressivement le reflet de cette ambition. En 1537, l’ordonnance de Montpellier (généralement citée comme la première pierre qui conduit au moderne dépôt légal) affirme que l’ambition du roi est de rassembler une bibliothèque contenant tous les savoirs nécessaires à l’étude. Guillaume Budé est maître de la librairie (c’est-à-dire de la bibliothèque) du roi ; à sa mort en 1540, c’est Pierre du Châtel, un des lecteurs royaux, qui prend en charge cette responsabilité. Ce dernier n’a de cesse d’enrichir les collections royales de livres grecs, qu’il fait acheter ou copier en France et en Italie (ce sont encore surtout des manuscrits).

Esope, Vie et Fables (en grec), Paris, Robert Estienne, 1546. Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d'Aix, Res 35 469
Esope, Vie et Fables (en grec), Paris, Robert Estienne, 1546. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res 35 469.

Les liens du roi avec Robert Estienne montrent également l’intérêt du roi pour la culture savante et sa diffusion imprimée. Imprimeur-libraire de renom, latiniste, helléniste, hébraïsant, Robert Estienne publie de nombreux textes classiques en langue originale ; il est également célèbre pour ses travaux philologiques sur la Bible. Nommé imprimeur du roi pour le grec à partir de 1542, il avait suscité l’intérêt royal bien avant cela, étant imprimeur-libraire ordinaire du roi pour les lettres hébraïques et latines dès 1526. A partir de 1540, il acquiert progressivement auprès du graveur Claude Garamond d’élégants caractères grecs, financés par le roi et calqués sur l’élégante écriture grecque d’Ange Vergèce. Les « grecs du roi » lui servent à partir de 1544 à imprimer de belles éditions grecques établies sur commande à partir des manuscrits conservés dans la bibliothèque royale de Fontainebleau. Ces éditions sont généralement mentionnées « ex bibliotheca regia »12.

Les bibliothèques universitaires d’Aix-Marseille ne conservent malheureusement pas d’exemplaire de ces prestigieuses éditions. Mais le bel Ésope grec imprimé en 1546 présent dans les collections de la bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d’Aix fournit un exemple assez représentatif des remarquables éditions grecques produites par l’atelier Estienne dans les années 1540. Cet exemplaire a été manifestement lu avec soin et attention, car il est en grande partie couvert d’annotations manuscrites. Ce lecteur était fort savant: une grande partie de ces notes sont en grec ; quelques-unes sont des traductions latines de certains passages.

Esope, Vie et Fables (en grec), Paris, Robert Estienne, 1546. Détail d'une page intérieure annotée. Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d'Aix, Res 35 469
Esope, Vie et Fables (en grec), Paris, Robert Estienne, 1546. Détail d’une page intérieure annotée. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res 35 469.

Bien sûr, ce portrait flatteur de François Ier en roi des humanistes n’est qu’une des facettes de son règne. En réalité, les savants qui entouraient le roi et espéraient beaucoup de ses libéralités ne l’ont pas toujours trouvé si favorable à leurs désirs. Guillaume Budé doit attendre bien longtemps avant la création des premiers postes de lecteurs royaux, et encore, les professeurs ainsi nommés doivent d’abord exercer sans locaux ni instruments de travail. Le préambule de l’ordonnance de Montpellier n’est qu’un vœu pieux, la bibliothèque royale restant pour longtemps encore semblable à celle des prédécesseurs de François Ier, c’est-à-dire composée pour une immense majorité de manuscrits. L’affaire des Placards, en 1534, amène même un revirement brutal (même s’il reste provisoire) dans l’attitude du roi à l’égard non seulement du protestantisme montant, mais aussi du livre imprimé : le roi prend un édit interdisant toute publication de livre imprimés dans le royaume de France.

Luther, De Servo Arbitrio ad D. Erasmum Roterodammn, Nuremberg, Johann Petreius, 1526. Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res 22672.
Martin Luther, De Servo Arbitrio ad D. Erasmum Roterodamum, Nuremberg, Johann Petreius, 1526. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res 22672.

C’est que le règne de François Ier est strictement contemporain de la naissance du protestantisme et de sa première diffusion à travers l’Europe. C’est d’ailleurs à travers les tensions religieuses qui traversent son règne que son attitude ambivalente à l’égard de l’humanisme savant est le mieux révélée : en 1517 et 1518, il tente de faire venir Érasme en France par l’intermédiaire de Guillaume Budé en dépit de la Sorbonne ; en 1546, Étienne Dolet est brûlé sur la place Maubert à Paris après son procès pour hérésie devant le Parlement de Paris, malgré l’évocation de l’affaire devant le Conseil du roi. Entre ces deux extrêmes, son attitude à l’égard des lettrés et savants qui l’entourent, souvent tentés par la Réforme protestante, oscille et fluctue en fonction des impératifs politiques du moment et des besoins de ses relations diplomatiques avec les autres puissances européennes.

Il est indéniable que François Ier s’est intéressé à la culture humaniste propre à son temps et à sa diffusion, y voyant un outil d’affirmation de la grandeur royale face en particulier à l’omniprésence de la culture italienne ; cependant, son attention à ce sujet et la façon dont lui et son entourage l’intègrent dans les objets de la politique royale ne sont pas les mêmes en fonction des différents moments de son règne, avant ou après la défaite de Pavie et sa captivité madrilène, avant ou après l’affaire des Placards. Toujours est-il que la postérité a retenu l’image d’un roi lettré et mécène, protecteur des savants de son temps. Quelques-un des ouvrages conservés dans les collections des bibliothèques d’Aix-Marseille Université en sont le reflet, même si cette image est en grande partie une construction rhétorique soigneusement bâtie par ses contemporains.

Pour aller plus loin (bibliographie non exhaustive) :
François Ier : pouvoir et image, éd. par Magali Vène et Bruno Petey-Girard, Paris, Bibliothèque Nationale de France, 2015. Voir en particulier les articles de Bruno Petey-Girard, « François Ier et les lettres », p. 208-219 et de Magali Vène, « Des livres et un roi », p. 220-231.
GEHL, Paul F., « Humanism For Sale: Making and Marketing Schoolbooks in Italy, 1450-1650 », [En ligne : http://www.humanismforsale.org/]. Consulté le 4 janvier 2016.
HOLBAN, Marie, « Quelques remarques critiques sur François Demoulins », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 52 / 1, 1990, p. 23‑36.
KNECHT, Robert Jean, Un prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, trad. Patrick Hersant, Paris, Le Grand livre du mois, 1998.
LA GARANDERIE, Marie-Madeleine de, « Guillaume Budé, A Philosopher of Culture », The Sixteenth Century Journal, 19 / 3, 1988, p. 379‑388.
LAPACHERIE, Jean-Gérard, « Le mythe de l’ordonnance de Villers-Cotterêts », in Langues et identités culturelles dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles, éd. par Marie-Sol Ortola, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2005, p. 219‑230.
MARGOLIN, Jean-Claude, « Politique et culture en France à l’époque de l’humanisme et de la Renaissance », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 34 / 1, 1972, p. 137‑141.
GADOFFRE, Gilbert, La révolution culturelle dans la France des Humanistes : Guillaume Budé et François Ier, Genève, Droz, 1997.
MÉNAGER, Daniel, « Lire et découvrir. La circulation des idées au temps de la Réforme », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 62 / 3, 2000, p. 699‑701.
PETEY-GIRARD, Bruno, « Libéralité humaniste – Mérite humaniste », Le Verger – bouquets, no 2, 2012, [En ligne: ]. Consulté le 4 janvier 2016.

  1. Elle apparaît dans Le roi s’amuse, Paris, 1832, acte IV, sc. 2. []
  2. Bruno Petey Girard et Magali Vène, « Connaissez-vous François Ier ? », in François Ier: pouvoir et image, éd. par Magali Vène et Bruno Petey-Girard, Paris, Bibliothèque Nationale de France, 2015, p. 17-18. []
  3. Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, Berlin, Christian Friedrich Henning, 1751, p. 7. []
  4. Michelet, Précis de l’histoire moderne, Paris, Louis Colas et Louis Hachette, 1827, p. 84. []
  5. Josse Bade avait publié une première fois les Œuvres complètes de Politien en 1512. []
  6. La querelle culmine avec la parution d’un ouvrage de l’humaniste de Rotterdam : Ciceronianus, sive de optimo dicendi genere, Bâle, Froben, 1528. []
  7. Pour en savoir plus sur cet imprimeur, on consultera avec profit quelques-unes des références suivantes :

    GEWIRTZ, Isaac Meir, The prefaces of Badius Ascensius : The humanist printer as arbiter of French humanism and the medieval tradition in France, Ph.D., Ann Arbor, 2003.
    KATZ SIMON, Louise, « La “Préface” de Josse Bade aux Silvae morales (1492) », Camenae, 2007, [En ligne : http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/ArticleLKATZ.pdf].
    KATZ SIMON, Louise, La presse et les lettres : Les épîtres paratextuelles et le projet éditorial de l’imprimeur Josse Bade (c. 1462-1535), thèse de doctorat, Paris, EPHE, 2013.
    LEBEL, Maurice, Josse Bade, dit Badius, 1462-1535 : Préfaces de Josse Bade, humaniste, éditeur-imprimeur et préfacier, Louvain, Peeters, 1988.
    LEBEL, Maurice, « Josse Bade, éditeur et préfacier (1462-1535) », Renaissance and Reformation / Renaissance et Réforme, 17 / 2, 1981, p. 101 sq.
    RENOUARD, Philippe, Bibliographie des impressions et des oeuvres de Josse Badius Ascensius: imprimeur et humaniste, 1462-1535, Paris, E. Paul et Guillemin, 1908.

    []

  8. Paris, Josse Bade, 1515. []
  9. Sur la naissance de l’enseignement du grec en France à la Renaissance, voir Michèle Clément, « L’enseignement du grec en France de 1507 à 1545 : du premier livre grec imprimé aux Grecs du Roy, une difficile implantation », dans Les outils de la connaissance: enseignement et formation intellectuelle en Europe entre 1453 et 1715, éd. par Jean-Claude Colbus et Brigitte Hébert, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2006, p. 141-157. []
  10. Il s’agit d’un recueil de lettres latines et grecques publié sous le titre latin d’Epistolae, Paris, Josse Bade, 1520, et des Commentarii linguae grecae, Paris, Josse Bade, 1529. []
  11. Le De Asse n’est pas le seul texte de Budé où il expose ses ambitions vis-à-vis du roi. L’humaniste a également rédigé une Institution du prince dès le début du règne (1518), ce texte n’étant publié qu’après la mort du roi (1547). Sur ce texte et cette publication posthume, voir Christine Bénévent et Malcolm Walsby, « L’Institution du prince de G. Budé. Le mystère des premières éditions perdues », dans Art et Métiers du livre: reliure, bibliophilie, estampe, 310, 2015, p. 30-39. []
  12. Sur Robert Estienne, voir Elizabeth Armstrong, Robert Estienne : royal printer. An historical study of the elder Stephanus, Cambridge, University Press, 1954. Sur les Grecs du roi, on peut consulter Annie Charon, « Humanism and Typography. The Grecs du Roi and the Study of the Ancient World », dans Printing for Kingdom, Empire and Republic. Treasures from the Archives of the Imprimerie nationale, éd. par H. George Fletcher, New-York ; Paris, The Grolier Club ; Imprimerie nationale, 2011, p. 7-21. []