Regards sur le patrimoine mobilier de l’enseignement scolaire et universitaire : les 30èmes journées d’études de l’association des conservateurs des antiquités et objets d’art de France

Depuis 1986, les journées d’études de l’association des conservateurs des antiquités et objets d’art de France proposent des rencontres professionnelles et des échanges d’expériences autour d’un thème spécifique relevant du patrimoine mobilier. En 2016, c’est à Cahors (Lot), du 29 septembre au 1ier octobre que se sont déroulées les 30èmes journées d’études consacrées au patrimoine scolaire, de l’école primaire jusqu’à l’université.

En associant des professionnels de la conservation et de la restauration, des chercheurs et des universitaires, des associations et des enseignants, ces journées ont permis de présenter cette forme particulière de patrimoine mobilier qu’est le patrimoine de l’enseignement scolaire et universitaire. Elles ont également permis de s’interroger sur les pratiques actuelles des acteurs des Monuments Historiques et des autres disciplines relevant du champ culturel (musées, ethnologie, inventaire, …), visant à l’étudier, le sauvegarder et le faire connaître.

Les communications se sont organisées autour des 4 thèmes:

– La reconnaissance institutionnelle pour le patrimoine de l’enseignement : monuments historiques et/ou musées ;

– Le patrimoine de l’enseignement, avec le mobilier et matériel scolaires comme supports de la pédagogie et l’art à l’école ;

– Connaître et protéger le patrimoine de l’enseignement : illustration avec la commande publique du 1% artistique et le patrimoine à l’Université.

– Transmettre le patrimoine de l’enseignement : l’école au musée, les musées de l’école et la réhabilitation des établissements scolaires.

La thématique du patrimoine à l’Université y a été abordée avec 5 communications :

1/ C’est l’Université de Montpellier avec l’intervention d’H. Palouzié (Conservatrice des antiquités et objets d’art de l’Hérault) et de C. Ducourau-Girard (Conservatrice du patrimoine, Directrice de la culture scientifique et du patrimoine historique, Université de Montpellier) qui a ouvert la session. Intitulée « Les collections des Universités de Montpellier : de l’objet d’étude à l’objet de musée », cette communication a porté sur les objets d’enseignement et sur le mode de diffusion du savoir au 19e siècle à partir de modèles anatomiques en série et de la science médicale en carton-pâte. Cette communication a mis en évidence que les modèles d’anatomie artificielle sont avant tout des objets didactiques à caractère pédagogique.

2/ Ce sont ensuite J. Boustié (Professeur, Chargé de mission CST à l’Université de Rennes 1) et M. Lemaire (Chargée de collections muséales à l’Université de Rennes 1) qui ont présenté « Les collections scientifiques de l’Université de Rennes 1. Un patrimoine à découvrir au service de l’enseignement et de la recherche ». Ces auteurs ont mis l’accent sur la qualité, le nombre des objets détenus mais aussi et surtout sur la palette des disciplines que présente le patrimoine universitaire : archéologie, botanique, géologie, physique, chimie, électronique, informatique, mathématiques, zoologie, livres et documents, beaux-arts. Ils ont ensuite insistés sur le témoignage que constituent ces collections pour la recherche et la diffusion des savoirs.

3/ D. Issenmann, Chargée des collections au Jardin des Sciences de l’Université de Strasbourg a présenté une communication sur la thématique de la préservation : « Comment préserver et valoriser le patrimoine des sciences physiques ? L’exemple de la collection pédagogique de l’Institut Le Bel ». D. Issenmann a montré comment, dans le cadre d’un partenariat avec le Service régional de l’Inventaire, l’Université de Strasbourg a réussi à préserver, au gré d’un déménagement, une collection d’instruments pédagogiques en sciences physiques. Outre les enjeux et les modalités de sauvegarde, de préservation des objets, cette communication a souligné l’importance de documenter les instruments et de collaborer avec les enseignants chercheurs.

4/ S. Tomezak (Chargée de l’inventaire et de la valorisation au sein de la mission PATSTEC-MIP, Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées) et E. Moureau (conservateur des antiquités et objets d’art du Tarn-et-Garonne) ont présenté « PATSTEC, un futur patrimoine de la recherche : les missions conduites pour le patrimoine scientifique contemporain et l’exemple des collections de l’ESPE de Montauban ». Après une présentation de la mission PATSTEC, ces deux auteurs ont relaté comment leur campagne d’inventaire menée en 2012 à l’ancienne école normale de Montauban a permis d’identifier des pièces rares, de les protéger parmi les monuments historiques et de mettre à l’étude un projet de présentation au public.

5/ Enfin, j’ai présenté « Le Musée de l’Institut colonial de Marseille : outil pédagogique d’hier et d’aujourd’hui ». Parmi les différentes collections présentent au sein de l’Université d’Aix-Marseille le Musée Colonial de Marseille avait pour objectif, à sa création, de faire le bilan des richesses naturelles coloniales, de les étudier et de les utiliser pour « instruire par la parole ». Après une description de l’institut et de ses collections, j’ai abordé ses usages passés et montré comment ces collections s’intègrent toujours dans le paysage universitaire pour la diffusion des savoirs.

Pour conclure, les différentes communications de la session relative au patrimoine universitaire dans l’enseignement ont mis en lumière les faiblesses et les atouts d’un patrimoine considérable qui reste malgré tout largement méconnu. Les exemples présentés lors de ces journées d’étude soulignent la grande richesse et la grande diversité des collections universitaires. Encore conservées dans leur contexte scientifique et toujours utilisées, ces collections sont restées associées à de nombreux savoirs qui leur confèrent aujourd’hui une valeur inestimable. Enfin ces différentes communications ont également souligné la grande disparité dans leur prise en compte au sein des universités.

Pour plus d’information :

Vous pouvez accéder aux résumés de toutes les communications à l’adresse suivante : http://caoa.fr/spip.php?article177

Les actes du colloque seront publiés en 2017.

Les collections scientifiques de l’université d’Aix-Marseille entre 2012 et 2015 : 4 années de structuration

AVANT-PROPOS

Ce billet présente le bilan des 4 années d’activités de la « cellule » Patrimoine sous ma responsabilité comme chargé de mission Patrimoine scientifique. Il retrace notamment la structuration du patrimoine au sein de l’université, les actions d’inventaires entreprises pour le rendre accessible pour la recherche et la diffusion des connaissances et la mise en place d’une gestion plus professionnelle.

 

INTRODUCTION

 Comme de nombreuses universités, l’Université d’Aix-Marseille a accumulé un patrimoine considérable dans le cadre de ses activités de recherche et d’enseignement. Un travail d’inventaire mené sur les collections d’AMU place notre Université comme la plus importante institution détentrice de collections en région PACA (Vila, 2013). En effet, Aix-Marseille Université possède à elle seule entre 800 000 et 1 000 0000 échantillons de sciences naturelles et plusieurs milliers d’instruments dont certains très rares remontent au 17e siècle (Vila et Caplan, 2012). Parmi ses collections, figurent des herbiers (environ 400 000 parts), des squelettes et des animaux naturalisés ou conservés en fluides (plusieurs milliers d’échantillons), des roches, des minéraux et des fossiles (350 000 échantillons). Ces collections renferment aussi des instruments courants des activités de la recherche passée et des instruments plus emblématiques qui ont contribués à de grandes découvertes scientifiques ou progrès : ce sont des pièces uniques de renommée internationale. Dans ce cas, on peut citer le cercle répétiteur de Borda-Lenoir en astronomie qui est à l’origine des mesures ayant permis de définir le mètre, unité de mesure aujourd’hui internationale.

Le cercle répétiteur Borda-Lenoir (vers 1792) : l’un des quatre cercles de Borda, fabriqués par Étienne Lenoir, qui ont joué un rôle fondamental dans la définition du système métrique. Utilisés par les astronomes Delambre et Méchain pour la mesure de la méridienne entre Dunkerque et Barcelone, ils ont permis la détermination de la distance en toises entre l’équateur et le pôle Nord, par définition dix millions de mètres. Ce cercle, conservé au sein des collections d’astronomie au sol de l’Université d’Aix-Marseille est le seul des quatre qui subsiste. Photo Marc Heller © Région Provence-Alpes-Côte d’Azur – Inventaire général.

D’autre part Aix-Marseille Université possède des collections très diversifiées par rapport aux muséums, dans des thématiques qui lui sont propres (astronomie, physique), absentes ailleurs dans la région. L’ensemble des collections se caractérise par une forte valeur ajoutée car contrairement à celles qui se trouvent dans les musées, elles sont conservées dans leur contexte scientifique (lieu de fabrication) et sont toujours utilisées. De plus y sont encore associés de nombreux savoirs (patrimoine immatériel). Ce constat place Aix-Marseille Université comme l’acteur régional principal en matière de conservation du patrimoine et des savoirs scientifiques.

C’est en ce sens que je me suis efforcé, entre 2012 et 2015, comme chargé de mission du Patrimoine, de : 1/ structurer un groupe de travail en constituant une « équipe patrimoine » interne à l’Université ; 2/ d’intégrer les collections universitaire dans les réseaux locaux, nationaux et internationaux ; 3/ d’inventorier et rendre accessible les collections d’AMU pour valoriser par la recherche ; 4/ de replacer le patrimoine comme un support de diffusion des connaissances et 5/ de proposer de conserver et gérer ce patrimoine de manière professionnelle.

Part relative en % du patrimoine scientifique de différentes institutions régionales : AMU détient plus de 40% des collections présentes en régions PACA.

 

  1. Structuration du Patrimoine au sein d’AMU

Avant la fusion des universités, un petit groupe de responsable de collections avait débuté un travail de gestion et de conservation sur le site Saint-Charles. Mais la conservation du patrimoine scientifique s’est faite essentiellement grâce à la pugnacité et au bénévolat de quelques enseignants-chercheurs. Après la fusion, j’ai structuré plus formellement cette activité.

Pour ce faire, un groupe de travail a été constitué par l’ensemble des référents scientifiques des collections identifiés et officiellement reconnus. Il s’agit de J. Caplan, astronome émérite pour la collection d’astronomie au sol ; de M. Marcellin, astronome pour la collection d’astronomie spatiale, Y. Meynadier, MCF au Laboratoire Parole et Langage pour la collection d’instruments relatifs à ces études ; N. Claire, MCF en Physique pour la collection d’instruments de Physique ; B. Martin-Garin MCF au Cerege pour la collection de Paléontologie, B. Dévouard Pr au Cerege pour la collection de pétrologie, d’O. Grauby MCF pour la collection de minéralogie et de B. Vila MCF pour les collections de botanique et de zoologie. Ce groupe intègre également trois adjoints techniques de collections l’un dédié à la collection de botanique (F. Blanc-Fleury), le second à la collection de zoologie (P. Blanc) et le troisième à la collection de paléontologie (A. Arnoux). Une gestionnaire de la cellule de culture scientifique (H. Dugourd) assure également la gestion administrative du patrimoine. Au cours de l’exercice 2012-2015, l’équipe était complétée par deux emploi en CDD : A. Onno qui a assuré des taches d’inventaires et d’animations au sein des collections et C. Battesti qui a inventorié des collections d’instruments. Ce groupe de travail comprenait également Y. Berti, S. Astier et P. Ponsot du Service Commun de Documentation et D. Ginouves des archives sonores à la MMSH.

Organigramme de la « cellule » Patrimoine d’AMU

Issus de différents laboratoires et de différentes composantes d’AMU, ce groupe de travail constitué a permis de fédérer des chercheurs, enseignants-chercheurs, astronomes et techniciens au sein d’une entité patrimoniale unique. Cette structuration transversale confère une meilleure visibilité du patrimoine universitaire en interne et vis à vis des différents acteurs régionaux et nationaux.

  1. Intégrer le patrimoine scientifique dans les réseaux

 La connaissance et reconnaissance du patrimoine scientifique d’AMU est un enjeu capital. Faire connaitre et reconnaitre le patrimoine d’AMU nécessite de le rendre visible en l’incluant dans des réseaux de recherche, d’enseignement et de diffusion des savoirs à différentes échelles. C’est en ce sens que le patrimoine a été intégré dans les réseaux suivants :

A l’échelle régionale

Nous nous sommes rapprochés des professionnels (les directions DRAC PACA, CICRP, Ville de Marseille, association des conservateurs…) et des institutions (Musées, Muséums, conservateurs) travaillant dans le domaine du patrimoine. Une collaboration s’est mise en place avec le MUCEM.

En collaboration avec Michèle Dufrenne, Conservateur en chef du Patrimoine au sein du Muséum National d’Histoire Naturelle, j’ai organisé la première journée d’étude : « Fédérer les compétences sur les collections d’histoire naturelle » le 15 avril 2014 à l’Université d’Aix-Marseille. L’objectif était de réunir les différents partenaires de la région en charge de la conservation des collections d’histoire naturelle et les experts potentiels des différents domaines concernés afin d’apporter une réponse rationnelle aux besoins de valorisations des collections. Cette journée qui a réuni 72 professionnels a débouché sur la mise en place d’un programme exploratoire du patrimoine scientifique naturaliste régional : Etude pilote Var-Paca 2015 co-portée par l’Université et le Museum d’Histoire Natrurelle de Toulon et du Var. Avec cette journée d’étude, nous avons non seulement replacé le patrimoine universitaire dans le paysage régional mais également constitué un important réseau de partenaires.

A l’échelle nationale

Nous avons établi des collaborations avec le Muséum National d’Histoire Naturelle (Réseau des herbiers de France, Programme E-Recolnat) et le Musée National des Arts et Métiers (convention Patstec) ainsi que des services du patrimoine de plusieurs universités française via le Programme Transtyfipal.

A l’échelle internationale

J’ai inscrit le patrimoine de l’université Aix-Marseille à l’échelle européenne en adhérant au Réseau Européen du Patrimoine Universitaire (UNIVERSEUM) dans lequel les universités françaises sont très peu représentées. UNIVERSEUM créé en 1999, traite du patrimoine universitaire matériel et immatériel.

 

  1. Inventorier et rendre accessible pour valoriser par la recherche les collections d’AMU

Porter à connaissance l’existence d’un matériel d’étude auprès des chercheurs et des étudiants s’avère indispensable pour sa valorisation et la visibilité d’AMU à l’échelle nationale et internationale. Inventorier nos collections et verser ces inventaires dans des bases nationales et internationales est donc incontournable. C’est la politique de valorisation entreprise ces dernières années par l’intégration de nos inventaires dans plusieurs bases de données :

  • des collections d’instruments,
  • des collections de sciences naturelles.

Deux chercheurs spécialistes de la flore de Madagascar, consultant l’herbier de palmiers de Jumelle et Perrier de la Bathie, deux botanistes ayant décrits de nombreuses espèces.

Ainsi, les collections de sciences naturelles d’Aix-Marseille Université sont référencées au sein de plusieurs bases nationales et internationales relatives à la biodiversité :

– Global Biodiversity Information Facility (http://www.gbif.fr/), Constitution et mise en ligne de la base de données MARS-CYTO, Met à la disposition des chercheurs, via le portail du Gbif, les nombres chromosomiques et les informations relatives aux témoins herbiers, support de ces cytotypes. Elle recense un peu plus de 1000 échantillons.

– Transtyfipal (http://transtyfipal.u-bourgogne.fr/), Inventaire Trans’Tyfipal®, C’est l’inventaire national des types et figurés de paléontologie conservés dans les universités et les musées français. AMU comptant un grand nombre de types compose le comité de pilotage national et structure le réseau en région PACA. Ainsi AMU a enregistré 699 types et figurés.

– E-RecolNat (http://recolnat.org/), Participation au programme national de numérisation, E-RecolNat est une plateforme numérique pour la valorisation de 350 ans de collections d’histoire naturelle. L’informatisation des collections dans des bases de données est indispensable pour la recherche en taxinomie et pour comprendre et modéliser l’évolution de la biodiversité dans l’espace et dans le temps.

Les collections d’instruments d’Aix-Marseille université sont référencées au sein de deux bases nationales :

– Palissy (http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/), La base du patrimoine Mobilier-Palissy recense le patrimoine mobilier français dans toute sa diversité : meubles et objets religieux, domestiques, scientifiques et industriels. Elle contient environ 280 000 notices et dont près de 25 000 sont illustrées.

– PATSTEC (http://www.patstec.fr/), L’inventaire dans la base PATSTEC (Patrimoine scientifique et technique contemporain) du Conservatoire National des Arts et Métiers a débuté par les instruments de physique-chimie collectés par et conservés au musée C. Fabry. Il se poursuit avec ceux d’astronomie et du Laboratoire Parole et Langage.

  1. Le patrimoine comme support de diffusion des connaissances

 Informer, faire découvrir ou donner envie aux jeunes de s’investir dans une carrière scientifique nécessite d’ouvrir l’Université vers l’extérieur. Ainsi, les collections constituent un matériel de choix comme support pédagogique de la connaissance aussi bien pour l’enseignement que pour la diffusion de la culture scientifique.

Session de travaux pratiques sur les adaptations aux déplacements utilisant les collections de zoologie.

Des actions récurrentes ont été mises en place :

– les « Journées Européennes du Patrimoine » permettent de faire découvrir par petits groupes les collections scientifiques présentes sur le campus Saint-Charles : les visites sont animées par les chercheurs responsables des collections (Herbier, Musée colonial, Paléontologie, Musée C. Fabry et bibliothèque…) et par un guide de la Maison de l’architecture et de la Ville PACA.

– les ateliers autour des collections, permettent aux élèves accompagnés de découvrir les collections et la recherche qui se fait à l’université à l’aide de visites commentées par des doctorants et des enseignants-chercheurs. Ils découvrent ainsi les instruments et les spécimens remarquables de l’université, de manière interactive, en lien avec leurs programmes scolaires.

De nouvelles actions ont été développées :

Afin d’ouvrir l’université sur la citée et plus largement au monde, différentes actions nouvelles ont été initiées par la cellule patrimoine depuis 2012. Elles viennent compléter les actions déjà en place (ateliers pour les scolaires, manifestations nationales) en touchant un public différents. Elles se font de manière concrète sous la forme de manifestations intra-universitaires mais également trouvent un relai numérique via le web. Ces nouvelles actions sont :

– les « Mercredis du Patrimoine AMU » qui permettent de présenter à tous les trésors cachés d’AMU. A l’aide d’une collection, d’un échantillon ou d’un instrument, les mercredis d’AMU permettent de dévoiler au grand public et aux étudiants les grandes découvertes et les progrès réalisés à partir des recherches menées au sein d’AMU.

Une séance des Mercredis du Patrimoine d’AMU organisée autour d’une collection de papillons de jours et présentée par Magali Deschamps-Cottin enseignant-chercheur au LPED.

– le Carnet de recherche sur le patrimoine scientifique d’AMU Le présent carnet qui se propose de faire connaître et valoriser le patrimoine scientifique d’AMU.

  1. Conserver et gérer les collections de manière professionnelle

Protéger et valoriser durablement un patrimoine unique issu des activités scientifiques de pointe menées à Marseille au cours du 20e siècle permettent de mettre en lumière la recherche et les enseignements d’AMU. C’est pourquoi l’Université à présenté à l’Inscription plusieurs collections et mobiliers. Ainsi la commission départementale des objets mobiliers du 29 janvier 2015 a inscrit aux monuments historiques les Paillasses de l’Institut de Chimie Saint-Charles et le Musée Colonial de Marseille.

 Enfin, il s’avérait aussi nécessaire d’inscrire le projet patrimonial universitaire dans une démarche professionnelle. C’est pourquoi avec F. Blanc, nous avons suivi plusieurs formations et j’ai demandé à passer devant une commission d’évaluation. Je me suis donc présenté devant la commission nationale d’évaluation scientifique du corps des conservateurs du patrimoine afin d’obtenir un avis sur mon aptitude dans ce domaine et de conforter ma démarche professionnelle pour être légitime dans les fonctions de gestion et de conservation que j’exerçais au sein de l’Université. Le 11 juin 2013, j’ai validé mon expérience et mes compétences dans la gestion du patrimoine en recevant un avis favorable de la commission des conservateurs d’état dans la spécialité PSTN (Conservateur du Patrimoine Scientifique Technique et Naturel).

 

CONCLUSION

Au cours de ces quatre années, les principales collections ont été identifiées, les référents de ces collections rassemblés pour constituer un groupe de travail et les lieux les plus appropriés pour la conservation des collections ont été définis. Un certain nombre d’actions pour leur valorisation patrimoniale, scientifique et pédagogique ont aussi été engagé. Le bilan montre les grandes potentialités d’AMU qui possède à la fois des collections exceptionnelles et des scientifiques pour les valoriser. Cependant cela nécessite de passer aujourd’hui du rassemblement à une véritable organisation fonctionnelle. Ceci impose l’élaboration d’un projet cohérent prenant en compte la spécificité de ces collections toujours utilisées par la recherche et l’enseignement. Ce projet doit également promouvoir le regroupement des collections plutôt que de nouvelles divisions tout en proposant des conditions de conservation plus adaptées et une gestion plus professionnelle.

Bibliographie

  • Vila B., 2013 Collections of the University of Aix-Marseille: several centuries of teaching and research, but will the future bring? In Shaping European university heritage Past and possible futures, L. Maison, S. Talas and R. Wittje Ed. XIII UNIVERSEUM network meeting, Trondheim, Norway. Transactions of The Royal Norvegian Society of Sciences and Letters, 3: 59-76.
  • Vila B. and Caplan J., 2012. The collections of the University of Provence: centuries of teaching and research. In: Arranging and rearranging: planning university heritage for the future. S. Talas & MC Lourenço Eds. Padova University Press. pp 113-122.