Compte-rendu du Workshop « Le Musée et l’Institut Colonial de Marseille : Contenus matériels et mémoires collectives – Utilisations passées et actuelles  » – 13 septembre 2019 – Université d’Aix-Marseille St-Charles – Marseille

L’objectif de cette journée était de faire découvrir et connaitre l’Institut et le Musée Colonial de Marseille au travers du patrimoine actuellement conservé dans les différentes institutions. L’idée était de dégager des thématiques de recherches à partir de ces restes matériels dans des domaines très variés allant de l’étude de la biodiversité à la mémoire coloniale en passant par l’ethnologie… Ce workshop s’est tenu en salle de Conférences à la Faculté des Sciences St-Charles (3 place V. Hugo, 13003 Marseille) grâce au soutien de l’IRD. Mesdames Gastineau, Merle et Nguyen, directrices du LPED, du CREDO et d’IRASIA ont ouvert le workshop qui s’est organisé autour de 11 communications et terminé par une discussion et la visite du musée colonial.

Salle de l’Afrique occidentale et équatoriale du Musée colonial, Faculté des sciences, St-Charles, marseille 1922

Histoire du Musée colonial conservé à la Faculté des Sciences – Bruno Vila – LPED – Université d’Aix-Marseille

 L’histoire du musée et de l’Institut colonial de Marseille est complexe. Il m’a fallut de nombreuses années avant de comprendre, faute d’écrits accessibles, qu’il y avait eu plusieurs institutions se fondant les unes dans les autres et que la sémantique était extrêmement importante. C’est E. Heckel qui mit en place le premier Institut colonial français à Marseille en 1893 : l’Institut colonial de Marseille. Celui-ci comprenait un laboratoire de recherche des chaires d’enseignement colonial, des annales pour diffuser les travaux réalisés et un musée colonial. Une évolution fondamentale aura lieu en 1906 suite à la grande exposition coloniale de Marseille. La CCI s’apercevant de l’importance d’un tel Institut du point de vue économique décide de fonder l’Institut colonial marseillais placé directement sous son autorité administrative avec de véritables statuts (association loi 1901). Le musée colonial scientifique d’E. Heckel, qui rejoindra plus tard la Faculté des sciences, sera alors complété par un musée colonial commercial avec une partition claire des objets exposés. Enfin, plus tard le musée des colonies au parc Chanot viendra compléter l’ensemble. La décolonisation effacera une grande partie de ces institutions et de leurs collections. Les collections seront dispersées et en parties détruites. Il est aujourd’hui possible de reconstituer pour partie l’histoire complexe de ce passé colonial à partir des collections (objets et archives) retrouvées dans différentes institutions. C’est ce que l’ensemble des exposés présentés retrace.

Les publications associées au Musée colonial de Marseille, vers un corpus dans la bibliothèque numérique – Pascal Faucompré – SCD – Université d’Aix-Marseille

P. Faucompré a présenté la plateforme Odyssée, bibliothèque numérique d’AMU, avec ses différents champs disciplinaires (https://odyssee.univ-amu.fr/galeries). Au sein du champs « Sciences », on trouve les numérisations des annales du musée colonial avec une notice de la revue et son historique. L’objectif est la reconstitution d’une collection virtuelle complète. Les documents actuellement disponibles sont téléchargeables ou consultables en ligne. Leur consultation est facilitée par la présence de sommaires, sources signets. Ces annales témoignent de la diversité et curiosité intellectuelle des scientifiques qui abordent tous les sujets coloniaux. Du laboratoire à l’usine, de la culture à l’exportation, de la botanique à la pharmacopée… Parfois illustrées, elles comportent aussi des rapports de voyages, d’exploration (A. chevalier, L. Berthier…). Elles résument aussi la vie de l’institut colonial (inventaires, missions de terrain, recherches, nécrologies…). Elle montre des scientifiques qui se cultivent en abordant différentes thématiques au sein d’une société (informations scientifiques, ethnologiques, philosophiques…). Une vision globale permet de reconstituer le parcours de certains scientifiques qui ont fortement marqué l’Institut comme par exemple celui de Jumelle. P. Faucompré cite en exemple les écrits de jumelle qui a virtuellement voyagé dans le monde entier par l’intermédiaire de ses recherches (Jumelle au Congo, Jumelle à la campagne, Jumelle à Madagascar, Jumelle au Spitzberg…). L’objectif est maintenant de tendre vers un corpus en y assemblant les cahiers coloniaux, la revue l’expansion coloniale et de nombreuses autres publications de l’institut colonial (congrès, bulletin économique du sémaphore). L’institut colonial traitait de toutes les problématiques coloniales….

Masque du site Odyssée, la bibliothèque numérique patrimoniale d’AMU

Le Musée et l’Institut colonial dans les collections de la Chambre de Commerce de Marseille – Sylvie Drago – Responsable collections et archives – CCI Marseille

S. Drago souligne les liens anciens et étroits unissent l’institut colonial et la chambre de commerce depuis sa création, sa réorganisation en 1906 et jusqu’à son démantèlement dans les années 1960. Il y a une forte implication de la Chambre de Commerce (CCI) dès la création de l’Institut (avant 1906) par le financement notamment des chaires d’enseignements. En 1906, il y a une importante réorganisation de l’Institut colonial avec un investissement important de la CCI. La CCI dispose de différentes sources comme les cours coloniaux (1895‐1925), les procès‐verbaux d’assemblées générales, de conseils d’administration, de bureau (1906‐1960), des correspondances et rapports (1919‐1960), la comptabilité (1935‐1960) et les délibérations de la Chambre. En outre, elle dispose de nombreux ouvrages sur les thématiques dont s’occupait l’Institut (produits coloniaux, régime douanier…), des revues (Cahiers coloniaux, Annales de l’Institut colonial…). Enfin la CCI a capitalisé les collections (objets) issus de différents musées coloniaux (musée scientifique de la Faculté, musée commercial et ancien musée des colonies). Les objets présents à la CCI restent difficiles à identifier, la distinction compliquée entre les collections propres à la CCIMP et au Musée colonial… Des objets, des collections ont été détruites lors de la seconde Guerre Mondiale.

Quelques reliquats du Musée colonial de Marseille conservés au MAAOA -Marianne Sourrieu – Musée d’Arts Africains, Océaniens, Amérindiens – Ville de Marseille

Le Musée d’Arts Africains, Océaniens, Amérindiens (MAAOA) a ouvert au public en 1992 à partir de deux grandes collections constituées au cours du 20ème siècle (Collection Pierre Guerre et collection Henri Gastaut). Des objets sélectionnés au sein de la collection de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Marseille-Provence, sont venues compléter la collection du MAAOA. Ces objets coloniaux sont issus de plusieurs fonds et reliquats de musées de l’époque coloniale. On y trouve les collections coloniales de la CCI (musée colonial commercial de l’institut colonial mis en place en 1906), des reliquats du musée colonial de la Faculté des sciences et les collections du musée des Colonies construit dans l’enceinte du Parc Chanot, sur l’emplacement même des expositions coloniales de 1906 et 1922, présentant au public, de façon pédagogique, une synthèse géographique, économique et «culturelle» de chaque colonie. En 1989 puis en 1990, la CCI accepta de mettre en dépôt au MAAOA 206 objets coloniaux dont 81 sont issus du musée colonial. Ces objets portent encore les étiquettes caractéristiques du musée colonial de la Faculté des sciences. M. Sourrieu a présenté plusieurs objets ethnographiques comme un masque Diola, un fétiche Téké…

Les collections conservées au Musée du Quai Branly : analyse d’un corpus – Catherine Atlan – Institut des mondes africains- Université d’Aix-Marseille

C. Atlan a exploité l’inventaire des collections ethnographiques du Musée colonial de la Faculté des sciences actuellement au musée du quai Branly J. Chirac. Pas moins de 442 objets ethnographiques en provenance du musée colonial y sont inventoriés. Après une étude sur les provenances des muséalies, C. Atlan compare les nombres d’objets de l’ancien musée colonial de Marseille (collections du quai Branly et collections toujours conservées au sein du musée colonial à la faculté) au nombre d’objets inventoriés au sein du musée colonial de Lyon. Enfin, elle étudie les provenances des objets ethnographiques inventoriés au musée du quai Branly J. Chirac. La majorité des instruments concernent des productions économiques, des vêtements et ornements corporels et des usages militaires. On note aussi des usages cultuels et des instruments de musique….

Les collections de l’Institut colonial présentes au muséum d’histoire naturelle de Marseille – Vincent Poncet – Muséum d’Histoire Naturelle de Marseille – Ville de Marseille

Plusieurs pistes de recherches sont étudiées pour repérer les objets du musée colonial de la faculté conservés au sein du muséum. On peut sonder les registres d’entrées, interroger la base de données sur les collections et enfin réaliser « une recherche à vue ». Si le registre d’entrées n’est pas très informatif et ne mentionne que quelques pièces, il fait néanmoins part d’un don du Musée Colonial le 30 novembre 1961 (Don de la Faculté des sciences de Marseille, section botanique). Plus tard, dans les années 1980, on retrouve une annotation d’un don de la part de la Chambre de commerce et d’industrie de Marseille relative à des « Echantillons des matières premières [sèches] et manufacturées ayant transitées par le port de Marseille au cours du 19ème siècle » (MHNM.14209 ou MHNM.15451). Ce workshop permet d’engager des recherches sur ces spécimens et souligne l’important travail de repérage et d’identification des spécimens qu’il reste à faire au sein du Muséum d’histoire naturelle de Marseille.

La place du Musée colonial dans l’histoire et la mémoire à Marseille – Isabelle Merle – CREDO – Université d’Aix-Marseille

La ville de Marseille fut une porte d’entrée de l’empire français. Port d’entrée de marchandises et de matières premières, port de transit de voyageurs, migrants et travailleurs, Marseille est par son histoire profondément marquée par la question coloniale. Les expositions coloniales de 1906 et 1922, la création d’un musée colonial et d’un institut colonial, le réseau des missions religieuses, la présence de travailleurs coloniaux et surtout de troupes coloniales et enfin les effets de la décolonisation, le reflux des Pied noirs et Harkis et l’arrivée de nombreux travailleurs émigrés, ont laissé de nombreuses traces dans les archives, dans la ville et dans les esprits. A l’aide des résultats tirés de l’enquête collective interdisciplinaire menée en février 2019 par les étudiants d’EHESS (Marseille) I. Merle a interrogée comment cette histoire polymorphe et polyphonique attentive aux sensibilités de l’ensemble des acteurs de part et d’autre de la césure coloniale, peut-elle être racontée, partagée et mise en musée ou en exposition.

Du document à l’échantillon : projet de lien entre article scientifique et échantillons du Musée colonial – Pascal Faucompré – SCD – Université d’Aix-Marseille

P. Faucompré a présenté la numérisation des Annales du musée colonial de Marseille. En juin 2019 lors d’un séminaire sur les collections organisées au sein de la platerforme collection du LPED (http://www.lped.fr/plateforme-collections-du-lped.html) nous avions également présenté très succinctement le lien très étroit entre ces publications et les collections toujours conservées au sein de la faculté, notamment en botanique. Il se trouve qu’en 1896 Heckel a fait paraitre au sein des Annales du musée colonial la flore des Antilles françaises rédigée par le Père Antoine Duss. Ce dernier présentait la une synthèse de ses travaux menés en botanique en Martinique et Guadeloupe. Après des années d’observations, d’herborisation et de rédaction, il achevait son œuvre par cette publication qui s’accompagnait par un don d’un herbier de plantes correspondant à ces recherches. Antoine Duss se lamentait des difficultés liées à la détermination des plantes et aux manques d’illustrations. Comme nous avons fait numériser l’herbier d’Antoine Duss dans le cadre du programme national e-recolnat, il nous est apparu évident de tenter une correspondance entre les images issues de la numérisation de l’herbier et celles de la flore. Ceci était possible par un lien indéfectible, celui du numéro de récolte qui figure sur chaque part d’herbier et la citation de ce même numéro au sein de la description de chaque taxon dans la flore. C’est cette démarche et son résultat que P.  Faucompré a détaillé au sein de cette présentation.

Exemple de numérisation de la flore de Duss et des images correspondantes numérisées au sein d’e-recolnat

Musée colonial, enseignements passés et actuels – Christine Robles et Bruno Vila – LPED – Université d’Aix-Marseille

Après un rappel sur les fondements du musée colonial au sein de la faculté et son rôle essentiel dans l’enseignement, les auteurs ont présentés comment les collections du musée colonial de Marseille sont aujourd’hui remobilisées dans le cadre d’enseignements variés. En effet, le Musée et l’Institut colonial de Marseille ont été créés sur la double pensée de « rependre par les yeux la connaissance des produits utiles fournis par nos possessions et de servir de base à un enseignement oral destiné à faire naître et à éclairer des vocations coloniales… » Ces enseignements avaient pour objet de « faire connaître la valeur et l’utilité des produits dans le commerce et l’industrie de la métropole… » Plusieurs chaires d’enseignements coloniaux seront créées et perdureront de nombreuses années. Les expositions coloniales seront également le moyen d’enseigner…. A l’intérieur des pavillons, on expose les richesses des colonies… Ainsi, selon Jules Charles-Roux, le visiteur doit emporter « de son passage mieux qu’un souvenir pittoresque, plus qu’un souvenir agréable : il doit garder en lui, au sortir de sa visite la mémoire d’un enseignement » ! Après la décolonisation, le musée colonial sera volontairement oublié avant d’être progressivement réintégré dans les enseignements. Ces collections ont été constituées il y a plus d’1 siècle alors que de nombreux bouleversements sociétaux et environnementaux majeurs ont eu lieu. Ainsi, les collections du musée colonial constituent un témoignage privilégié et précieux tant de de l’histoire contemporaine que sur la biodiversité et son érosion…. C’est sur ces thématiques que le musée colonial est remobilisé pour les enseignements.

Découvertes des plantes utiles à l’homme par des collégiens en visite au musée colonial de la Faculté

Le musée colonial et les recherches sur les indications géographiques au Vietnam – Phuong Ngoc Nguyen – IRASIA – Université d’Aix-Marseille

Les indications géographiques (IG) sont très importantes au Vietnam. Elles portent sur des marchandises provenant d’un lieu précis qui ont une qualité reconnue ou des caractéristiques particulières liée à une origine géographique. Le Vietnam met en place une IG officielle. Jade Nguyen interroge les échantillons du musée colonial et pose la question de leurs possibles apports dans ce cadre.

La patrimonialisation du Musée colonial : regards croisés sur les collections de l’université – Brigitte Sabattini – Centre Camille Jullian – Université d’Aix-Marseille

Après des rappels sur le processus de patrimonialisation, B. Sabattini analyse les collections du musée colonial sous l’angle des donateurs qu’elle présente comme des médiateurs, des ambassadeurs culturels. Pourvoyeur d’échantillons de sciences naturelles offerts en don au musée colonial, le périmètre apparait d’emblée étendu à la dimension culturelle des sociétés colonisées. Avec un exemple, B. Sabattini montre comment à côté des échantillons de riz apparaissent des instruments agricoles ou de la vie quotidienne. Elle montre ainsi comment de l’objet de sciences naturelles on passe à un intérêt culturel des sociétés et des civilisations desquelles sont issus ces échantillons. Elle donne à voir une dimension beaucoup plus large du musée colonial totalement oubliée aujourd’hui, celui de la découverte des sociétés. Elle termine sa présentation sur la patrimonialisation du musée colonial qui passe par l’appropriation ou sa réappropriation par les scientifiques, les marseillais, les anciens pays colonisés. Qui fera leur de ces collections pour en faire du patrimoine ?

Discussion – Le Musée colonial : quelles recherches, quelle patrimonialisation ?

Des échanges ont eu lieu à la pause médiane et en fin de journée. Cette première journée a permis de faire un premier bilan des collections et de leur répartition dans les différentes institutions montrant que les échantillons sont finalement nombreux mais dispersés par thématiques. Il est ressorti que la plupart des participants sont motivés pour développer des recherches autour du musée et de l’institut colonial de Marseille. Plusieurs pistes de travail ont été évoquées et vont être développées. Nous travaillons à la mise en place d’un groupe de travail pluridisciplinaire et des rencontres thématiques seront régulièrement organisées.

 

Cette journée a pu être organisée grâce au soutien financier de l’IRD que nous tenons à remercier.