Conservation des collections universitaires : quel avenir ?

Ce troisième et dernier billet met très succinctement en perspective le patrimoine des universités françaises avec celui des muséums d’histoire naturelle en France avant de lancer quelques pistes sur les éventuelles stratégies à développer pour la conservation et la valorisation du patrimoine universitaire français.

Les collections universitaires et celles des muséums d’histoire naturelle en France

Au sein des 62 Muséums d’Histoire Naturelle dispersés sur le territoire français, le sort des collections n’est guère plus enviable. Rattachés aux collectivités locales, c’est l’accueil du public et la préparation d’expositions qui prime sur la conservation des collections. Heureusement certains muséums ont été labellisés Musées de France et ont pour obligation, par un arrêté du 25 mai 2004, de procéder à un inventaire et au récolement décennal, gage d’une certaine attention dans la gestion des collections. Selon l’article 11 de l’arrêté du 25 mai 2004 fixant les normes techniques relatives à la tenue de l’inventaire, du registre des biens déposés dans un musée de France et au récolement, il est stipulé que : « le récolement est l’opération qui consiste à vérifier, sur pièce et sur place, à partir d’un bien ou de son numéro d’inventaire : la présence du bien dans les collections, sa localisation, l’état du bien, son marquage, la conformité de l’inscription à l’inventaire avec le bien ainsi que, le cas échéant, avec les différentes sources documentaires, archives, dossiers d’œuvres, catalogues ». Pour les musées, une obligation de récolement décennal a été instaurée par la loi relative aux musées de France.

Pour le moment, en France seul le MNHN (MNHN, 2004) est parvenu à se réorganiser tout en réaffirmant ses 5 missions statutaires (1. Conservation, 2. Recherche, 3. Enseignement, 4. Expertise, 5. Diffusion des connaissances). Ainsi, ses collections ont été restaurées et inclues dans une politique muséale (Grande galerie de l’Evolution ré-ouverte en 1994, Grandes serres du Jardin des Plantes en 2010, galerie de Botanique…). Aujourd’hui le MNHN mène un politique à la hauteur de ses ambitions tournée vers la recherche afin de rendre accessible les données contenues dans ses collections. En portant un programme national de numérisation des collections de sciences naturelles (e-ReColNat) qu’il a ouvert à d’autres institutions, le MNHN a suscité de nombreux espoirs. La même démarche existe avec la mission Patstec du CNAM et l’inventaire des instruments. S’il convient de saluer la mise en place de ces programmes nationaux, il faut aussi souligner qu’il s’agit d’un programme visant à faciliter l’accès à la donnée mais pas la conservation matérielle des collections, un problème majeur dans les universités en France.

L’herbier du Muséum national d’Histoire Naturelle – Paris – après sa rénovation: conditions de conservation et de consultation optimisées. Crédit photo Ruault Philippe.

Conclusion: quelles stratégies pour la conservation et la valorisation du patrimoine universitaire français ?

A la différence des collections des musées traditionnels (musées mixtes, muséums d’Histoire naturelle …), souvent déconnectées de leur contexte scientifique de formation, les collections universitaires sont conservées dans les lieux où elles ont été constituées, enrichies et utilisées de manières continues par les activités de recherche et d’enseignement. Il en résulte qu’elles possèdent une très forte valeur ajoutée matérielle et immatérielle autour des savoirs qu’elles génèrent et des interactions qu’elles suscitent au sein de l’institution.

Part d’herbier abondamment renseignées directement par les étiquettes qui accompagnent les échantillons et grâce aux bases de données en ligne. Herbier de Madagascar. Université d’Aix-Marseille. Crédit photo Vila Bruno

L’exemple de la botanique montre que les collections universitaires sont extrêmement importantes du simple point de vue comptable. Elles le sont également par leur qualité et leur diversité. L’ensemble des universités renferme plusieurs millions d’échantillons de sciences naturelles, d’instruments et de modèles. Malgré l’importance de ce patrimoine universitaire, on constate qu’il existe ainsi à l’échelle nationale aucune source de financement.

Malheureusement, on constate que les universités françaises n’ont pas encore organisé la gestion de leur patrimoine. Aujourd’hui les collections universitaires souffrent de l’absence de statut pour les protéger, de financement pour les entretenir et de stratégie pour les valoriser. En effet, à l’échelle nationale, il n’existe aucune politique globale ou stratégie patrimoniale et plus particulièrement de politique de conservation des collections universitaires.

Ce constat laisse penser que le chemin est encore long. En France, il manque une ambition nationale avec une politique incitative, portée par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il apparaît urgent aujourd’hui de mettre en place une mission d’expertise nationale, de donner un statut juridique aux collections universitaires, de donner une reconnaissance aux responsables de ces collections et leur dispenser des formations de conservation, d’allouer des moyens humains techniques, d’allouer des financements pour la réhabilitation des locaux et leurs équipements et de développer un réseau universitaire et des programmes de valorisation … Ceci ne relève pas de l’utopie mais bien d’une volonté politique qui par le service rendu par ce patrimoine se trouve totalement justifié. Cette ambition nationale pourrait s’appuyer sur le modèle allemand qui a programmé le sauvetage de ses propres collections universitaires en deux étapes. En 2004, la Fondation allemande pour la recherche (DFG) a financé un projet pour identifier et inventorier les collections universitaires et en 2011, le conseil de la science de la nation a proposé à la DFG « un appel pour un projet quinquennal visant à coordonner les efforts des universités pour sauver leur collection » (Nature, 2011).

De conclure, à quand un tel projet pour les collections des universités françaises qui ont besoin de toute urgence d’être sauvées ?

Bibliographie

mnhn, 2004.— Rapport d’activité 2004 : 144 p. url : http ://www.mnhn.fr/fr/rapports–activites.

Nature, 2011.— Preserve the past – Historic scientific collections deserve better than to gather dust. Nature, 470 : 5–6. url : http :// www.nature.com/nature/journal/v470/n7332/full/470005b.html

Ces trois billets correspondent à un article publié dans le Bulletin de la Société Linnéenne de Provence dont les références sont les suivantes :

Vila B., 2018. Les collections universitaires françaises, quelles stratégies pour le 21e siècle ? Bull. Soc. linn. Provence, t. 69, 53-58.

Les maux dont souffre le patrimoine des universités françaises

Le second billet sur le patrimoine des universités françaises concerne les maux dont il souffre. Sans trop se tromper, on peut avancer qu’ils relèvent de la façon dont ces collections sont considérées au sein des universités. On peut notamment dégager plusieurs pistes relatives : 1/ à la perception de ces collections par les universitaires, 2/ aux moyens alloués par les universités à la gestion de ces collections, 3/ au statut de ces collections et 4/ à l’organisation même de leur gestion au sein de l’institution.

1/ La perception de ces collections par les universitaires

Le caractère exceptionnel de ce patrimoine relève à la fois de son intérêt didactique, par la cohérence des collections constituées pour les enseignements, mais également de leur intérêt pour la recherche. Au sein des universités, les collections sont toujours utilisées par la recherche et l’enseignement soit comme source de matériel soit pour la réalisation d’observations et de mesures. Les collections qui ne le sont plus servent de matériel à l’histoire des sciences… et maintenant pour la diffusion de la Culture Scientifique et Technique. Même les collections qui sont plus qu’un intérêt historique peuvent acquérir une nouvelle importance après l’introduction de nouvelles méthodes de recherche, des approches ou concepts didactiques (Weber, 2012).

Cette utilité des collections n’est plus à prouver comme en atteste l’abondante littérature. Il n’en demeure pas moins que l’enquête réalisée par l’OCIM (OCIM, 2012) soulève plusieurs problèmes et met en lumière certains faits. Ainsi, en recherche, le patrimoine est mobilisé sur des thématiques portant sur : 1/ l’histoire, l’épistémologie et la sociologie, 2/ la médiation et la communication, et 3/ la patrimonialisation, la conservation et la restauration. Malgré l’importance des collections naturalistes, il est ainsi surprenant de noter qu’aucun laboratoire travaillant dans ce domaine – systématique et/ou biodiversité – n’est répertorié alors que de très nombreuses publications font références à la mobilisation de ces collections. De la même manière, si en matière de formation, le patrimoine contribue à l’émergence de professionnels dans le champ de la conservation et de la restauration, encore une fois, l’utilisation des collections de sciences naturelles comme support matériel pour les enseignements de biologie-écologie au sens large n’apparaît pas. Que ce soit en recherche ou en formation, cette utilisation jamais mentionnée des collections de sciences naturelles traduit une grande déconsidération de ces activités et un profond malaise.

Article de C. Lavoie récapitulant les nombreuses recherches réalisées et réalisables à partir des collections de botanique qui ne sont pour autant pas mentionnées par les chercheurs dans l’enquête menée par l’OCIM.

2/ Gestion des collections : la question des moyens humains, financiers et locaux

Au sein des universités, il n’existait pas, jusqu’en 2003, de personnel dédié au patrimoine et à sa conservation. Celle-ci reposait uniquement sur la bonne volonté de quelques enseignant­ chercheurs passionnés. Entre 2003 et 2010, l’état a mis à la disposition des universités des postes de conservateurs. Parallèlement est apparu dans le référentiel des emplois-types de la recherche et de l’enseignement supérieur des postes dédiés à « l’Information scientifique et technique, collections patrimoniales » au sein des branches d’activités professionnelles de techniciens (Bap F). Dans ce délai très court, seules quelques très rares universités ont structuré des services de collection avec un conservateur. Aujourd’hui la gestion du patrimoine universitaire repose encore presque exclusivement sur la bonne volonté d’enseignants-chercheurs.

Du point de vue du financement, la question est taboue soit parce que les budgets n’existent pas soit parce qu’ils sont ridiculement faibles. Si quelques milliers d’euros sont alloués au patrimoine au sein d’une université, c’est déjà extraordinaire.

En 2007, la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU) et les responsabilités et compétences élargies (RCE) des universités mettent un coup d’arrêt à ces avancées. Enfin, les conditions économiques plus difficiles de ces dernières années aggravent le sort des collections au sein des universités, le patrimoine étant encore plus marginal que la Culture et la Culture Scientifique et Technique… Aujourd’hui encore, la plupart des universités n’ont pas de structure pour la gestion des collections ni de sources de financement et de personnel dédiés.

Enfin les locaux, éléments principaux pour la conservation des collections, sont au centre d’enjeux politiques au sein des universités. Quand les locaux existent, ils sont souvent vétustes et sous la dépendance de différentes entités (laboratoires, composantes …) qui nuisent à une politique d’ensemble cohérente à l’échelle de l’Université. Il en résulte que bien souvent, en l’absence de services structurés, les acteurs du patrimoine ne sont pas consultés et se retrouvent confrontés à des situations insolubles et ce sont les collections qui subissent des dommages irrémédiables quand elles ne sont pas jetées. Les exemples sont nombreux.

Locaux inadaptés : pièces de conservation (Musée colonial et herbier) inondés en décembre 2018 à partir des aquariums de recherche installés à l’étage du dessus. Faculté des sciences Saint-Charles, Université d’Aix-Marseille. Crédit photo Vila Bruno.

3/ Le statut juridique des collections

Bien que représentant une source de données de premier ordre, les collections universitaires ne bénéficient d’aucun véritable statut juridique en France. Normalement les collections appartenant aux Etablissements d’Enseignement supérieurs et de recherche, aux Etablissements publics d’Enseignement à caractère scientifique et technologiques (EPST) et aux Etablissements Publics d’Enseignement à caractère scientifique, culturel et professionnels (EPCSCP) devraient être considérées comme des collections de domanialité publique et donc être, à ce titre, inaliénables, imprescriptibles et insaisissables (Bailly et al., 2012). Mais dans la réalité, peu de collection sont considérées sous cet angle. On peut toutefois noter que de rares collections ou parties de collection universitaires ont fait l’objet de protection au titre des monuments historiques leur garantissant un minimum de considération. Là encore un chantier considérable est à mener.

4/ La place du patrimoine universitaire dans les structures administratives

La dénomination attribuée par les universités à ces différentes structures rend compte de leur reconnaissance, de leur prise en compte et de la façon dont elles entendent mettre en œuvre une politique. Ainsi, sur les 28 universités qui ont répondu à l’enquête de l’OCIM, le mot Patrimoine apparaît 7 fois, celui de Culture Scientifique 12 fois et celui de Culture 16 fois. L’ensemble se partage entre cellule, mission, pôle, service, département, direction…. On observe une grande diversité dans la dénomination des structures dédiées à la Culture Scientifique et Technique et au Patrimoine traduisant un très faible degré d’institutionnalisation de ces champs. On note toutefois que celui de la Culture est plus organisé selon une logique administrative (services et directions). On note également que le patrimoine est souvent englobé dans la CST et jamais l’inverse. Ceci pose le problème de sa reconnaissance et de sa lisibilité alors que dans les universités étrangères il est toujours clairement identifié. Comme le souligne très justement Soubiran et al., 2009, en France, le patrimoine universitaire doit encore gagner toute sa légitimité.

Malheureusement le problème est plus complexe encore. Au sein même des universités, les différentes collections sont gérées de manière indépendante par différentes disciplines et selon différentes structures administratives (laboratoires, composantes, établissements) en lien avec l’histoire des universités. Ainsi les collections subissent les restructurations incessantes au sein des universités des départements, instituts et facultés, qui s’accompagnent souvent de déménagements, délocalisations, de division des collections, de leurs dons à d’autres institutions, voire tout simplement leur mise à la poubelle. Seules les quelques universités qui ont entrepris de structurer leurs collections au sein de services échappent à cette règle.

Cheminement complexe des collections de botanique à la Faculté des Sciences de St-Charles. Les collections à l’origine dispersées sur différents sites ont été regroupées au début du siècle lors de l’installation à la Faculté St-Charles en 1920. Depuis, les collections ont été divisées à plusieurs reprises sur différents sites, au sein de différentes institutions (dépôts, dons, à la poubelle…). d »après Vila B., 2013 (Trans. R. Norw. Soc. Sci. Lett. 2013 (3), 59-76).

Conclusion

L’absence d’inventaire à l’échelle nationale n’est donc pas la seule cause de l’invisibilité de ce patrimoine. Avec ces quelques exemples, on comprend également que le patrimoine universitaire et ses gestionnaires manquent de structuration et de considération.

Bibliographie

  • Bailly, M., Prieur, A., Robert, E. Aperçu du statut juridique des collections ? Journal de l’APF (Association Paléontologique  Française),  59, 2012, pp. 31-41.
  • Office de Coopération et d’information Muséales. UNIVERSITÉS Plateforme OCIM­ UNIVERSITÉS Données 2010, Édition OCIM,  2012, 115 p. URL: http://ocim.fr/wp-content/uploads/2013/1 1/U niversites_130627 .pdf
  • Soubiran, S., Lourenço, M., Wittje, R., Talas, S. et Bremer T. Initiatives européennes et patrimoine universitaire, La Lettre de l’OCIM, 123, 2009, pp. 5-14. URL:  http://ocim.revues.org/229
  • Weber C. University collections, in European History Online (EGO),published by the Leibniz lnstitute of European History (IEG), Mainz, 2012, pp. 12-19. URL: http://www.ieg-ego.eu/weberc-2012-en