La millionième page d’Odyssée ou l’agriculture en Provence au 19ème et 20ème siècles

Article rédigé par Pascal Faucompré

À l’occasion de la 1 000 000ème page diffusée sur la base patrimoniale, une évocation de l’évolution du monde agricole en Provence vue à travers quelques titres de la presse professionnelle, précieux témoignages des traditions provençales et, même temps, puissants accélérateurs de leur disparition.

Introduction

Il n’est guère possible d’identifier précisément la millionième page mise en ligne sur Odyssée : elle est et restera un évènement extrêmement furtif, le temps de son écriture sur un disque logé dans une baie de stockage de l’université, au cours du mois d’avril 2020. On peut juste dire qu’elle est reliée au sein de l’un des 12 volumes des Annales provençales d’agriculture pratique et d’économie rurale qui ne comptent pas moins de 7 000 pages. Cette célébrité involontaire est ici l’occasion de présenter, dans leur chronologie, les périodiques les plus importants liés au thème de l’agriculture en Provence.

1.     Des origines au 19ème siècle

Au printemps 2020, une belle étude en paléogénomique1, autrement dit l’analyse de la distribution des génomes anciens dans une population donnée, confirmait que l’origine du peuplement de la Provence avait été formellement identifiée : parties d’Arménie il y a 8 000 ans en direction de l’Europe du nord-ouest, des populations d’agriculteurs, après avoir traversé l’Italie, s’étaient retrouvées bloquées par le Rhône. Le fleuve étant totalement infranchissable à l’époque, elles se sédentarisèrent d’autant plus facilement que leur migration n’avait aucun but commun avec le déplacement perpétuel des chasseurs-cueilleurs : elles partaient bien à la recherche de terres plus fertiles et d’un climat plus hospitalier. L’agriculture provençale était née. Un peu moins de 8 000 ans plus tard, en 1827 très exactement, était publiée une des premières revues toute entière consacrée à l’agriculture en Provence2, le début d’une longue saga que nous pourrons suivre pendant près d’un siècle et demi.

Annales provençales d’agriculture pratique et d’économie rurale (1827-1855)

Dans les documents relatifs à l’agriculture provençale publiés au cours des deux derniers siècles, les réserves des bibliothèques de l’université d’Aix-Marseille abritent plusieurs périodiques, signe que les agriculteurs constituent, au début du 19e siècle, un nouveau lectorat avide d’informations professionnelles régulières et de conseils pratiques : le témoignage direct des autres cultivateurs et des éleveurs, l’expertise des techniciens et des ingénieurs ainsi que les recommandations des syndicats, se substituent progressivement à la seule transmission orale de la conduite de la ferme jusqu’à la remplacer complètement à partir des années 1960, dès lors que l’autorisation d’exploiter est subordonnée à des capacités professionnelles contrôlées et censées garantir la viabilité de l’exploitation.

Les documents déjà mis en ligne ou en cours de numérisation apportent quelques jalons importants : le début du 19e siècle est marqué par la volonté de quitter une agriculture traditionnelle. Sur des surfaces réduites et avec des cheptels restreints, le paysan reste un petit cultivateur ou un petit éleveur qui tente, tant bien que mal, de survivre, c’est-à-dire avant tout, de nourrir sa propre famille. La terre lui appartient rarement, ce qui explique la pratique très courante du métayage en Provence, source, d’après certains historiens, d’une relative paix sociale3. La volonté d’échapper à cette économie de subsistance et la conviction que davantage de connaissances peuvent apporter des réponses aux limites des techniques traditionnelles, feront naître une presse périodique d’autant mieux acceptée qu’elle est adaptée aux longues journées de labeur qui laissent peu de temps à la lecture, qu’elle emploie un vocabulaire familier, et qu’elles proposent des solutions faciles à mettre en œuvre. Mais, et c’est fondamental, cette presse est crédible parce qu’éditée par le monde professionnel lui-même, des collègues certes lettrés mais sans rapport avec les auteurs de monographies savantes en botanique et en horticulture aux prétentions scientifiques assez théoriques et parfois obscures.

La fin du siècle s’achève sur une profession inquiète, en proie à de grandes difficultés financières et commerciales : la question des débouchés devient alors récurrente4. L’exploitation doit avant tout être rentable, c’est-à-dire dégager du profit. L’agriculteur doit équilibrer les comptes de son exploitation et entretenir un bilan. En cessant d’être un simple paysan, il devient un exploitant qui doit se préoccuper en permanence de l’équation coût de revient / prix de vente.

Les revues agricoles prennent en compte ces contraintes et ne se contentent plus de délivrer une information pratique rassurante : les cours du marché des céréales, en particulier du blé (et corrélativement du pain, alors aliment de base), celui des vins, le niveau des exportations et des importations, envahissent toutes les rubriques quand elles ne font pas la Une. Ces préoccupations n’étant pas suffisantes, vont venir s’ajouter la question du niveau des taxes, des tarifs douaniers et, dernières créations de l’administration fiscale à l’imagination débordante, l’impôt direct (pour tous), sans compter le plus injuste, le tout nouvel impôt sur les bénéfices des exploitations agricoles.

2.     Le début du 20ème siècle et les effets de la 1ère Guerre Mondiale

Ce partage collectif d’informations crée alors un socle de connaissances et de pratiques communes que confortent des idéaux plus solidaires et sociaux : peu à peu apparaissent des associations professionnelles, puissantes sur le terrain, écoutées par les élus locaux, parfois craintes par les pouvoirs politique et parlementaire. La création des syndicats agricoles5 sera tardive et leurs missions et leurs objectifs seront strictement délimités6. Au tout début du 20e siècle, les 230 syndicats agricoles de Provence, qui revendiquent plus de 50 000 adhérents, s’unissent pour obtenir une meilleure rentabilité des exploitations Mais ils deviendront au fil du temps de plus en plus revendicatifs et n’hésiteront pas à entretenir des rapports de force tendus avec le gouvernement qui enverra la troupe quand il le jugera nécessaire7

Les Alpes et la Provence : revue officielle de l’Union des syndicats agricoles des Alpes et de Provence (1903-1909)

La publication d’un bulletin régulier, enrichi de nombreuses publicités illustrées, et diffusé à leurs adhérents, fait la promotion de meilleurs rendements en prônant la mécanisation (thermique et électrique), l’usage généralisé des engrais et la lutte contre la fraude.

Tous les ans, l’Union des syndicats se réunit en assemblée générale pour présenter le bilan annuel de ses activités et organise un banquet (avec chants en provençal) suivi des vœux émis par les syndicats.

Dans le même temps, le monde agricole prend conscience que les rendements ne sont pas l’alpha et l’oméga de l’agriculture, tout comme dans les autres secteurs de l’économie : ils sont certes nécessaires mais ils ne sont pas suffisants. Qu’ils soient agriculteurs, éleveurs, forestiers, horticulteurs, vignerons, oléiculteurs, sériciculteurs ou apiculteurs, tous recherchent des conseils pratiques et des explications techniques mais craignent autant déjà les taxes et la concurrence des importations qu’ils fondent beaucoup d’espoirs dans les exportations vers les autres pays européens (Allemagne et Angleterre notamment) et les échanges avec l’empire colonial français (Algérie)8.

Bulletin de l’Union des Syndicats agricoles des Alpes et de Provence (1909-1921)

Sous un nouveau titre, les syndicats agricoles reprennent leurs axes de travail favoris : la mécanisation, les rendements, les engrais, les produits phytosanitaires, la défense de la vigne (vin) et de l’olivier (l’huile d’olive), la demande de transports adaptés aux produits agricoles, en particulier ferroviaires (à l’époque, les parisiens découvrent les fruits et légumes frais arrivés de nuit et les trains belges acheminent les fleurs de Provence aux Pays-Bas !) et maritimes (importation de produits coloniaux, surtout d’Algérie), la lutte contre la fraude (vins et huile), le rejet de l’impôt direct sur le revenu, la dénonciation d’un cadastre totalement dépassé (arrivée de la photographie aérienne pour établir l’impôt foncier).

Ils s’ouvrent aussi à des préoccupations que l’on pourrait juger aujourd’hui comme très contemporaines (les soins à apporter à l’emballage des fruits et légumes, notamment pour l’exportation, la lutte contre les incendies de forêts, en particulier ceux dus aux excursionnistes, la protection des petits oiseaux, précieux auxiliaires dans la chasse aux nuisibles et autres parasites) tout en défendant un monde rural traditionnel particulièrement conservateur, comme en témoigne la rubrique « Pour les ménagères », dans laquelle l’épouse de l’agriculteur est responsable de la bonne tenue du ménage, de la maison et de l’éducation des enfants : elles est (ou doit être) rationnelle et économe, elle entretient la basse-cour, ne gaspille rien, recycle tout (linge de maison et vêtements), cuisine à la perfection, accommode les restes, fait toujours preuve de bon goût et n’oublie jamais d’être prévenante et de bonne humeur pour accueillir son mari (harassé) qui revient du dur labeur des champs.

Entre les deux guerres mondiales qui ont déchiré la première moitié du 20e siècle, les questions agricoles, au départ essentiellement techniques (semences, engrais, rendements, maladies, …) sont peu à peu dominées par leurs aspects économiques, sociaux et politiques : les syndicats parlent avant tout de la défense de l’agriculture et de la famille paysanne. Mais quels dangers courent-ils exactement ?

Selon les syndicats agricoles, des menaces de toute sorte guettent l’avenir de l’exploitation agricole : les taxes excessives sur les produits, les impôts injustifiés sur le bénéfice agricole, l’inquisition fiscale qui contrôle tout, les importations insuffisamment réglementées, les fraudes en tout genre et jamais réprimées, l’inquiétante dénatalité des villes, la désertification croissante des campagnes qui n’attirent plus personne… Parmi le million et demi de tués au cours de la Guerre 14-18, beaucoup d’hommes arrivaient directement des campagnes, privant par la suite les villages d’un renouvellement démographique naturel. Mais, selon une thèse soutenue en 19209, l’agriculture provençale ne devait pas sortir nécessairement perdante du conflit malgré les 3 millions d’hectares ravagés en France : globalement, l’État prend conscience de son importance, accorde plus d’initiative à l’échelon local (décentralisation), le prix des terres et de certaines denrées a sensiblement augmenté (blé, fruit, viande) avec, par répercussion, une augmentation des salaires : la guerre lui a donné un coup de fouet inattendu, elle y gagne en considération et rivalise avec l’industrie dans le bilan national : elle deviendra moins pénible grâce au machinisme, elle s’orientera vers les méthodes scientifiques et « ne sera plus l’apanage des moins intelligents » !

Conscients du rôle et du poids de l’agriculture dans l’économie nationale, les syndicats expriment alors en toutes occasions leurs attentes et les adressent sans détour aux pouvoirs politiques : garantie des prix de vente et stabilité des marchés, abaissement des barrières douanières, aides aux exportations, élargissement des allocations familiales, soutien au montage de la filière d’un carburant national (hydrogénation du bois), aides au remembrement… Des revendications qui prendront parfois la forme de mouvements beaucoup plus combattifs (grève des maraîchers pour obtenir le contingentement d’importations étrangères de fruits et légumes, par ex.), entretenant parfois des tensions avec les gouvernements en place10.

Les Alpes et la Provence : organe régional des syndicats et associations agricoles de l’Union des Alpes et de Provence (1921-1944)

Entre les deux guerres, le monde agricole affirme ses nouvelles craintes (fiscalité, dénatalité, désertification) et ses nouveaux espoirs (carburant national, remembrement, électricité, radio, enseignement agricole, politique agricole). La similarité avec la mise en page du Bulletin économique et financier du Sémaphore de Marseille (1920-1941) est assez frappante. Le Bulletin économique se fera volontiers l’écho de nombre de revendications du monde rural, souvent en première page pour mieux interpeler l’opinion.

Dans un monde en pleine mutation, les agriculteurs voient aussi arriver des avancées techniques jusque-là réservées aux villes : électrification des campagnes, généralisation de la T.S.F., souvent inconnue dans les très petites communes rurales, desserte locale par des trains plus rapides, amélioration des routes indispensables aux transports des marchandises. Ils nourrissent alors de nouveaux espoirs, comme un aménagement du territoire plus cohérent, une nouvelle organisation d’un enseignement agricole utile et nécessaire à la maîtrise des nouvelles techniques et du machinisme agricole, une économie coloniale plus ambitieuse, l’engagement de l’Etat dans une véritable politique agricole.

Les Alpes et la Provence (1921-1944)

Une des toutes premières photographies qui illustre le nouveau grand format du journal. L’occasion de présenter les coopératives de la région (encarts papier de meilleure qualité que les pages courantes) à un lectorat qui a rarement le loisir de voyager.

En plus d’introduire des illustrations photographiques des coopératives, le journal inaugure de nouvelles rubriques comme celles du droit rural et des références bibliographiques.

La publicité, apparue dès le début du siècle dans cette presse, est de plus en plus présente : elle fait non seulement connaître toutes les nouveautés (produits, outils et techniques), elle dévoile aussi un monde moderne où la mécanique envahit tous les secteurs de la vie quotidienne et professionnelle, et pas seulement le monde agricole : transports, énergie, ateliers, loisirs, etc.

L’évolution de l’image de l’agriculteur à travers la publicité des années 1920 aux années 1950

3.     De la 2nde Guerre mondiale aux années 1970

Le temps de la paix retrouvé, tous les secteurs de l’économie participent à la reconstruction du pays et à l’espoir de sortir enfin de 5 années particulièrement éprouvantes. A la recherche rationnelle d’un niveau de profit suffisant, s’adjoint alors l’exigence d’atteindre un certain niveau de productivité : la rentabilité ne peut plus s’affranchir de la préoccupation permanente des rendements et de la concurrence qui menace tous les jours de détruire l’équilibre financier de l’exploitation. Le monde a changé : il ne suffit plus de proposer de bons produits, il faut produite davantage, encore et encore11 .

L’ère du productivisme simplifie considérablement l’équation : le monde a faim, il faut produire à tout prix, et pour y parvenir, il faut et il suffit de s’en donner les moyens. La mécanisation de l’agriculture prend une nouvelle tournure : il ne faut pas seulement faire mieux, mais beaucoup plus, beaucoup plus vite et beaucoup moins cher. Si les questions techniques sont essentielles, si le niveau de l’information technique s’élève, si les compétences requises s’accroissent, la question de l’endettement et son strict corollaire, la question des aides, deviennent omniprésentes.

Dans sa nouvelle version d’après-guerre, l’Agriculteur provençal met en avant (à la Une) autant les questions économiques que les questions de techniques agricoles et revient aux revendications comprises et soutenues par ses adhérents et son lectorat : l’impôt, la loi foncière, les régimes de retraite…

En raison des droits de la Propriété intellectuelle en vigueur en France (2020), il faudra attendre 2042 pour pouvoir consulter en ligne l’intégralité de ce journal, en cours de numérisation (oct. 2020)

L’agriculteur provençal : hebdomadaire syndical, coopératif & mutualiste des Alpes et Provence (1945-1972)

Dans ce nouveau défi, la France mobilise ses territoires d’Outre-mer (devenu Union française) et son immense potentiel agricole, avec un postulat d’une rare simplicité : tout ce qui est progrès technique doit être considéré comme progrès12 (à l’inverse des transports, à l’origine une préoccupation de particuliers, c’est la technique du froid industriel utilisé pour le stockage et le transfert des denrées alimentaires qui popularisera le réfrigérateur domestique et la climatisation des habitations dans les DOM-TOM13 ). Et pour cela, elle s’en donne les moyens, jusqu’au plus haut niveau scientifique. Dans les années 1930 et 1940, la nécessité de réorganiser les services de recherche en agriculture avait déjà amené l’Etat à la création d’une dizaine d’instituts autonomes adossés à des formations spécifiques et à des profils de chercheurs reconnus dans leurs spécialités respectives14. La plupart de ces services de recherche survivront à la décolonisation, parfois regroupés et sous des appellations différentes, ce qui permettra à la France de conserver un très bon niveau de recherche scientifique et technique dans les secteurs de l’agriculture tropicale.

« Les Cahiers coloniaux » (1918-1951), n° spécial publié en 1950, pp. 405-462

Dans le sillage de l’agriculture américaine, la France goûte à l’ivresse des nouvelles techniques agricoles et d’engins surpuissants qu’elle déploie, au nom du progrès, dans tous les territoires d’Outre-Mer : après des années de privation et de rationnement, augmenter les surfaces cultivées et multiplier les rendements et les productions concurrentielles apparaissent comme une impérieuse nécessité. Nourrir et se nourrir sont des préoccupations naturelles si évidentes qu’elles s’imposent, sans autres considérations que les quantités produites : défrichement des forêts, mécanisation des cultures, emploi massif d’insecticides, de pesticides et de fongicides.

L’exploitant agricole cesse définitivement d’être un artisan : il devient un entrepreneur, un véritable industriel convaincu que la compétitivité est la clé de tous les problèmes, en étroite connexion avec le secteur agro-alimentaire. Les espoirs de paix et de réconciliation aboutiront à la création de l’Europe, d’abord industrielle (charbon et acier) puis économique, et tardivement, agricole : au début des années 1960, la PAC (Politique agricole commune) suscitera de nouveaux espoirs. D’abord conçue comme instance de régulation, d’harmonisation et de stabilité des prix et des marchés, mais focalisée sur le seul paramètre économique et quantitatif, elle soutient peu l’espérance d’une agriculture meilleure et raisonnée : la question des aides, la définition des quotas et de leurs attributions respectives enfermeront le monde agricole dans un engrenage sans fin de contraintes réglementaires qui se révèlera désastreux au niveau financier et environnemental, surtout pour les petits producteurs. L’intrication du secteur bancaire et du secteur agroalimentaire, parfois soutenue par les syndicats agricoles alors majoritaires, pourtant autrefois si libérateurs, asservira un milieu professionnel qui mettra, pour sa frange la plus lucide, plus de 30 ans à comprendre que le monde a une nouvelle fois changé.

Conclusion

Le thème de l’agriculture, aussi majeur pour l’histoire de la Provence que la thématique de l’approvisionnement en eau, est d’autant plus riche qu’il se situe au carrefour de domaines, de disciplines et d’enjeux variés : avancées des sciences et techniques, rôle montant de l’industrie, émergence d’une économie rurale à part entière, aménagement du territoire, adaptation du droit rural, cadastral et foncier, constitution de syndicats et d’associations agricoles, accroissement d’une population de plus en plus urbaine, changement accéléré des mentalités…

Grace à ces quelques grands journaux professionnels, encore préservés mais qui comptent parmi les documents les plus fragiles de nos collections, cette histoire nous apprend combien le besoin fondamental de se nourrir et de nourrir la population, celle qui a connu tant de famines dans le passé, a suivi une évolution à la fois pleine de promesses d’abondance et très rapidement lourde de menaces de plus en plus précises : d’abord assurer sa propre survie, ensuite intégrer le progrès technique en espérant atteindre un seuil d’une rentabilité souvent incertaine, pour enfin s’engager dans une obsession productiviste qui se révèlera, au cours du temps, toujours plus aliénante.

Notes et références bibliographiques
  1. Par Nicolas Gutierrez C, L’histoire de France se lit dans nos gènes, Sciences et Avenir n°879, mai 2020 « Spécial coronavirus » []
  2. Toulouzan. Directeur de la publication et Feissat, Joseph François (1791-1835, imprimeur-libraire) Directeur de la publication, “Annales provençales d’agriculture pratique et d’économie rurale,” Bibliothèque numérique patrimoniale, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/640 []
  3. [1] Chavernac, Georges. Auteur et Université d’Aix-Marseille. Faculté de droit et des sciences économiques (1896-1973). Organisme de soutenance, “Essai sur les origines du métayage en Provence : thèse pour le doctorat,” Bibliothèque numérique patrimoniale, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/628. []
  4. Reboul, Victor. Auteur et Université d’Aix-Marseille. Faculté de droit et des sciences économiques (1896-1973). Organisme de soutenance, “Etude sur la crise agricole : thèse présentée et soutenue devant la faculté de droit d’Aix,” Bibliothèque numérique patrimoniale, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/492. []
  5. Les Chambres d’agriculture, organismes consulaires censées informer et aider les agriculteurs, ne seront créées qu’en 1924 d’après Wikipédia. Information contredite par le JO du 29 octobre 1919 in « Répercussions de la Guerre 1914-1918 sur l’agriculture provençale, Jules Carlotti » []
  6. Eymard, Léon (1873-19..). Auteur et Université d’Aix-Marseille (1409-1973). Organisme de soutenance, “syndicats (Les) agricoles : leur œuvre professionnelle économique et sociale : thèse présentée et soutenue devant la faculté de droit d’Aix,” Bibliothèque numérique patrimoniale, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/580. []
  7. Union des syndicats agricoles des Alpes et de Provence. Éditeur scientifique, “Alpes (Les) et la Provence : revue officielle de l’Union des syndicats agricoles des Alpes et de Provence,” Bibliothèque numérique patrimoniale, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/646. []
  8. Union des Alpes et de Provence. Auteur, “Bulletin de l’Union des Syndicats agricoles des Alpes et de Provence,” Bibliothèque numérique patrimoniale, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/653 []
  9. Répercussions de la Guerre 1914-1918 sur l’agriculture provençale, Jules Carlotti, thèse pour le doctorat, 1920, Univ. d’Aix-Marseille Res Aix T 443 []
  10. Union des Alpes et de la Provence. Éditeur scientifique et Union des syndicats agricoles des Alpes et de Provence. Éditeur, “Alpes (Les) et la Provence : organe régional des syndicats et associations agricoles de l’Union des Alpes et de Provence,” Bibliothèque numérique patrimoniale, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/662. []
  11. La mise en ligne sur Odyssée de « L’agriculteur provençal : hebdomadaire syndical, coopératif & mutualiste des Alpes et Provence (1945-1972) » est programmée pour 2021 []
  12. Institut colonial de Marseille, “machinisme (Le) agricole dans l’Union française,” Bibliothèque numérique patrimoniale, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/656 []
  13. Institut colonial de Marseille, “froid (Le) : son utilisation dans l’Union Française : Numéro spécial publié à l’occasion du Congrès du Froid Tropical organisé par l’Institut Colonial et la Chambre de Commerce de Marseille, les 1, 2. 3 Octobre 1951 à Marseille,” Bibliothèque numérique patrimoniale, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/659 []
  14. Institut colonial de Marseille et Combes, Raoul (1883-1964). Préface, “L’organisation et les travaux de la recherche agronomique dans l’Union Française d’Outre-Mer,” Bibliothèque numérique patrimoniale, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/661 []