Questionner le monde: les outils qui ont fait les sciences sociales

Christelle Rabier, maître de conférences à l’EHESS, a lancé un programme de recherche intitulé « Questionner le monde : les outils qui ont fait les sciences sociales », qui vise à réfléchir sur les outils des chercheurs en sciences humaines et sociales. La phonothèque de la MMSH a déjà participé à une matinée sur le thème des archives orales en juillet 2015, et c’est maintenant au tour des bibliothèques universitaires d’être sollicitées dans ce cadre pour une séance « Bibliothèques » qui aura lieu le 4 décembre 2015.

Affiche de la table ronde.
Affiche de la table ronde.

Les bibliothèques représentent un lieu central de conservation de l’information, de son indexation et de sa mise à disposition auprès des personnels et des étudiants. Leur espace même configure au quotidien et dans la durée les pratiques de travail, tant des personnels que des usagers. Plans, mobilier, comptes de fonctionnement, catalogues, registres d’emprunts, règlements, représentent autant d’indices des usages passés des lieux de travail.

Les bibliothèques font l’objet de constants aménagements et réaménagements pour répondre à ces fonctions quelquefois contradictoires qui leur reviennent.

À l’occasion des grands projets de construction et de réaménagements des BU Lettres, Sciences et Droit d’Aix-Marseille Université, les responsables nous invitent à analyser ces moments, qui sont autant de sites d’observation privilégiée des lieux critiques de l’activité universitaire, pour en penser l’histoire.

La matinée aura lieu le 4 décembre 2015 dans la salle de colloques n°1 du pôle multimédia, Faculté de Lettres et sciences humaines, 29, avenue Robert Schuman, Aix-en-Provence.

Accueil à partir de 9h, début de la séance à 9h30.

Accès libre dans la limite des places disponibles.

Contact et renseignement: sophie.astier[at]univ-amu.fr

Le diabète, hier et aujourd’hui

A l’occasion de la journée internationale du diabète le 14 novembre 2015, les bibliothèques de Santé d’Aix-Marseille Université ont mis en place une exposition sur le diabète, avec la présentation d’une sélection d’ouvrages de leurs fonds modernes et anciens.

 

Affiche de l'exposition
Affiche de l’exposition

 

A retrouver au rez-de chaussée de la bibliothèque de Médecine-Odontologie de la Timone, du 4 au 25 novembre 2015.

Les bibliothèques universitaires se mettent à votre écoute

Du 2 au 27 novembre 2015, le Service commun de documentation (SCD – Bibliothèques universitaires) d’Aix-Marseille lance une grande enquête de satisfaction Libqual+, disponible en ligne et dans les BU.

Les bibliothèques universitaires à votre écouteTous les publics des bibliothèques universitaires peuvent participer : étudiants, mais aussi enseignants, chercheurs, lecteurs occasionnels, etc… Ceux qui viennent consulter le patrimoine conservé dans les BU comme ceux qui ne fréquentent que la bibliothèque virtuelle (ressources et revues électroniques, bibliothèque numérique) sont également concernés. Si vous appartenez à la communauté universitaire d’Aix-Marseille Université et que vous n’avez jamais affaire aux bibliothèques universitaires, vous pouvez aussi répondre.

Les résultats de cette enquête permettront aux bibliothécaires d’analyser les points de satisfaction et les marges de progression, et ainsi d’améliorer la qualité de leurs services. N’hésitez pas à utiliser les zones de commentaires libres (en fin de questionnaire) pour nous faire part de remarques complémentaires qui n’entreraient pas dans le cadre pré-défini.

En répondant à l’enquête, les étudiants peuvent participer à un tirage au sort et gagner des cadeaux, dont un iPad Air.

Pour plus d’information, consultez le site des bibliothèques universitaires : www.bu.univ-amu.fr

Répondre à l’enquête

Actualités patrimoniales de la rentrée universitaire

En cette rentrée, Aix-Marseille Université est engagée dans diverses actions patrimoniales.

Ce week-end, lors des Journées européennes du patrimoine, vous pourrez découvrir les trésors de la Faculté des Sciences Saint-Charles et de la Faculté de Médecine à la Timone (les deux manifestations sont à Marseille).

Affiche officielle des Journées européenne du patrimoine, 19 et 20 septembre 2015

A Saint-Charles, des visites-découvertes sont organisées samedi 19 et dimanche 20 septembre pour découvrir les patrimoines dissimulés sur le campus. Samedi, les visiteurs pourront explorer le musée de paléontologie et les réserves de livres précieux de la BU; dimanche, ils auront accès à l’herbier, à l’ancien musée colonial et à la collection d’instruments scientifiques. Un feu d’artifice est organisé samedi soir, et les deux journées seront animées de diverses autres animations.

Il est nécessaire de s’inscrire pour participer: il reste encore quelques places. Renseignements et inscriptions se font ici: http://cps.univ-amu.fr/journees-du-patrimoine.

De son côté, la Faculté de Médecine, en collaboration avec l’Association des Amis du patrimoine médical de Marseille, et la BU, participe aussi aux Journées du patrimoine (le samedi seulement). Cette année, l’accent sera mis sur le patrimoine architectural, et sera l’occasion de présenter au public le tout nouveau bâtiment pédagogique. Ce sera aussi l’occasion de découvrir les panneaux sculptés de la salle du Conseil (élément important du patrimoine du XXe siècle), ainsi que les réserves précieuses de la BU de Médecine-Odontologie.

Là aussi, il est nécessaire de s’inscrire pour participer. Renseignements et inscriptions se font ici: http://medecine.univ-amu.fr/news/307/journees-europeennes-du-patrimoine-2015-a-faculte-medecine.

Le mois de septembre 2015 est aussi l’occasion de commémorer le 500e anniversaire de la bataille de Marignan, remportée par François Ier sur les Suisses à l’aube de son règne. L’année 2015 est, de façon plus générale, une année François Ier.

Détail de la page de titre de Guillaume Durand, Speculi Gulielmi Durandi, Lyon, à l'enseigne de la Salamandre, 1547. Bibliothèque de Droit et Science politique (Aix), Res 261
Détail de la page de titre de Guillaume Durand, Speculi Gulielmi Durandi, Lyon, à l’enseigne de la Salamandre, 1547.
Bibliothèque de Droit et Science politique (Aix), Res 261

A cette occasion, la BU Droit présente actuellement une sélection d’ouvrages juridiques publiés durant le règne de ce roi (1515-1547). Certains de ces livres présentent une page de titre ornée d’une belle salamandre, enseigne d’une puissante famille de libraires lyonnais et emblème personnel du roi.

Cette exposition est accessible à tous, à l’accueil de la BU. Elle est ouverte au public jusqu’aux vacances de fin d’année.

Un billet consacré à François Ier et à l’humanisme, vus à travers le prisme des ouvrages conservés dans les collections d’Aix-Marseille Université, sera prochainement publié sur ce carnet.

Le Journal des Sçavans

La BU LSH d’Aix Schuman conserve dans ses collections un trois cent cinquantenaire toujours florissant, le plus ancien périodique littéraire et scientifique d’Europe, le Journal des sçavans, devenu bien plus tard Journal des savants.

« Les journaux des savants, selon le Dictionnaire de Trévoux, en 1704, ont été inventés pour le soulagement de ceux qui sont ou trop occupés ou trop paresseux pour les livres entiers. C’est un moyen de satisfaire sa curiosité et de devenir savant à peu de frais. Ils gâtent par là bien des gens; néanmoins comme ce dessein a paru très commode et très utile, il a été continué sous des titres différents »1.

Page1num1
Page de titre du 1er numéro publié, le lundi 5 janvier 1665

La collection de la BU LSH est quasi complète, depuis le 1er numéro du 5 janvier 1665 jusqu’à nos jours. Les 51 premiers volumes de l’édition parisienne originale, publiés de 1665 jusqu’en 1729, sont de format in-4° imprimés en gros caractères. Suivent 190 volumes publiés entre 1731 et 1782, de format in-12°, à petits caractères, édition destinée à concurrencer les contrefaçons.
Le journal ne paraît pas entre 1792 et 1816, notre collection ne reprend toutefois qu’en 1859, l’abonnement est toujours en cours à ce jour, à la même cote 15009.
Une édition hollandaise de contrefaçon, de format in-12°, publiée de 1665 à 1730 vient doubler partiellement la collection.

tete
Tête de collection in 4°

Deux autres bibliothèques de l’université Aix-Marseille signalent également des tranches de collection : 1883-1901 pour l’Observatoire des sciences de l’Univers – Institut Pytheas site de Château-Gombert, 1925-1944 pour la Bibliothèque de Sciences, lettres et sciences humaines à Marseille Saint-Charles.

Titre et périodicité
Le périodique connait plusieurs orthographes de son titre :
Le Journal des sçavans (1665-1674);
Journal des sçavans (1675-1682);
Journal des savants ou recueil succint et abrégé de tout ce qui arrive de plus surprenant dans la nature, et de ce qui se fait et se découvre de plus curieux dans les arts et dans les sciences (1683-1686);
Le Journal des sçavans (1687-1696);
Le Journal des savans (1697-1701);
Le Journal des sçavans (1702-1790);
Journal des savans (1791 et 1792).
Après l’essai d’un semestre du 15 nivôse au 30 prairial an V (4 janv.-19 juin 1797), la parution reprend en 1816, sous le nom maintenu jusqu’à aujourd’hui, Journal des Savants.
Dès l’année 1666, il est complété par une « Table des matières » à laquelle s’ajouta, en 1675, une « Bibliographie récapitulative de l’année écoulée ».
En théorie hebdomadaire, la périodicité du journal varie souvent de 1665 à 1723. Il devient mensuel en 1724 et le reste jusqu’en 1792, avec 14 cahiers par an (deux en juin et en décembre).
Trimestriel entre 1816 et 1991, il devient semestriel en 1992 et le reste jusqu’à nos jours.

inventaire
Extrait du registre d’inventaire des périodiques de la BU LSH

Le fondateur et ses premiers successeurs
Denis de Sallo (1626-1669) conseiller au Parlement de Paris, conçoit le projet en 1664 de publier un journal savant et littéraire.
Avide de connaissances, il lit beaucoup et rassemble dans 9 énormes volumes, classés alphabétiquement par sujets, des notes et extraits de lecture. Il apprend le grec et le latin, l’italien et l’espagnol, mais aussi l’anglais et l’allemand, encore peu connus en dehors de leurs pays.
Malade et impotent, il décide de se mettre au service du monde des lettres. Bénéficiant de l’estime de Colbert, qui espére augmenter la gloire du roi et répandre l’influence de la France, il obtient le 8 août 1664 un privilège2 pour 20 ans.
La première livraison de l’hebdomadaire sortie le 5 janvier 1665 des presses de Jean Cusson, parait sous le nom de « Sieur de Hédouville », pseudonyme que Sallo croit devoir prendre, selon l’usage très répandu à l’époque.
A sa mort, la bibliothèque de sa résidence parisienne compte 3728 imprimés et 207 manuscrits3.
Lui succèdent l’abbé Jean Gallois (1666-1674), l’abbé Jean-Paul de La Roque (1674-1687), le président Louis Cousin (1687-1701) et l’abbé Jean-Paul Bignon (1701-1714 puis 1723-1739) qui crée un bureau de rédacteurs spécialisés, chacun faisant autorité dans un domaine de connaissances.
Après la seconde démission de Bignon en 1739, tous les rédacteurs en chef du journal sous l’Ancien Régime sont choisis parmi les savants entrés au service de l’État.

Contenu et histoire éditoriale
Le privilège accorde à la revue un champ universel, des beaux-arts aux sciences, du droit à la religion, pour les livres, les mémoires et aussi les représentations ou démonstrations publiques. Fort de ce droit exclusif de commenter périodiquement des travaux de mathématiques, de sciences, d’histoire, de belles-lettres et de théologie, Denis de Sallo établit rapidement des échanges avec des savants d’Angleterre, des Pays-Bas et de Toscane, pour réunir la matière de sa future publication.

Le Journal des savants, dès son premier numéro, affiche sa ligne éditoriale : « faire savoir ce qui se passe de nouveau dans la République des lettres » à travers des comptes rendus de livres, des nécrologies détaillées, des présentations des dernières découvertes et expériences scientifiques, des décisions des tribunaux séculiers ou ecclésiastiques.

Les premiers numéros publiés présentent la variété des sujets annoncés : ce sont des cahiers de 12 pages chacun, contenant des articles souvent très courts où l’on signale et commente des livres les plus divers, traitant de haute théologie, de philosophie, mais aussi des romans, des contes.

carte
« Véritable cours de la comète » pour servir aux observations célestes

On y trouve aussi des critiques sur des œuvres de peinture et de sculpture, des jugements des cours ecclésiastiques et civiles, des arrêts du Parlement, des ordonnances d’évêques, des décisions d’universités, des éloges d’hommes illustres, des communications d’expériences et de découvertes.

cerveau
Un thème médical illustré

Les illustrations, particulièrement nombreuses dans les années 1670, se raréfient par la suite et concernent surtout des figures mathématiques.

Pour la première fois, les livres non seulement signalés sont également soumis à la critique. De ce fait, les autorités ecclésiastiques n’apprécient guère cette nouvelle liberté, et au bout de quelques mois, le fondateur du Journal des savants, doit suspendre sa publication sous la pression des Jésuites. Mais les autorités civiles souhaitent que la publication puisse continuer. Grâce à Colbert, l’abbé Gallois fait reparaître la revue en janvier 1666, avec toutefois un contenu plus scientifique et un ton plus modéré. Au cours des années suivantes, et jusqu’à la Révolution, le Journal des savants bénéficie d’une sorte de monopole défendu par son propriétaire, l’État. Les périodes de succès et d’instabilité alternent, éloges, plaintes et railleries se font le socle de son histoire complexe, riche en événements.

À partir de 1723, le Journal des savants est ainsi publié sous le patronage de l’Académie des sciences et de celle des inscriptions et belles-lettres. Ce véritable privilège royal doit en principe le protéger de la concurrence mais l’intérêt et le succès de cette nouvelle forme de périodique, bien différente par exemple de La Gazette de Renaudot, suscitent des concurrents et des imitateurs voire des contrefaçons, tant en France (Journal de Verdun, Mercure,…) qu’à l’étranger, notamment en Hollande où la liberté d’expression est beaucoup moins soumise à la censure politique ou religieuse. C’est ainsi que des libraires hollandais publient des réimpressions du  Journal des savants, parfois augmentées d’extraits d’un autre concurrent, comme les Mémoires de Trévoux.

Après la Révolution, le Journal des savants connait à nouveau plusieurs éclipses : de 1792 à 1796,  puis, après une reparution de quelques mois,  jusqu’en 1816.  Plusieurs nouvelles séries, correspondant à chaque fois à des transformations éditoriales, sont ensuite publiées jusqu’en 1859, puis jusqu’en 1909, date à laquelle le journal cesse d’être l’organe de l’Institut de France pour n’être ensuite que celui de l’Académie des inscriptions et et belles-lettres. De cette longue carrière éditoriale, le Journal des savants conserve le principal mérite d’avoir introduit la critique littéraire dans la presse ((Encyclopédie Universalis en ligne :  http://www.universalis.fr/encyclopedie/journal-des-savants/ )).

Éditeurs
Le libraire éditeur initial du J.S. est, pour les années 1665-1682, Jean Cusson, rue Saint-Jacques à l’Image de Saint-Jean-Baptiste.

2015-06-16 12.14.15
Edition parisienne de format in 12°

De nombreux éditeurs se succédent, parmi lesquels Florentin Lambert, Pierre Witte, Théodore Le Gras, Noël Pissot, Philippe Nicolas Lottin, Hugues Daniel Chaubert, Gabriel-François Quillau, Michel Lambert, Charles-Joseph Panckoucke, Jacques Lacombe, Au Bureau du Journal de Paris, De l’Imprimerie des Sourds et muets.

Aujourd’hui et ce depuis 1909, à la suite de l’Institut de France, l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en accepte la charge exclusive, grâce à des crédits prélevés sur la Fondation Gandouras.
Les actuels directeurs de la revue sont MM. Philippe Contamine, Jacques Jouanna et Pierre-Sylvain Filliozat.

Contrefaçons
La contrefaçon du Journal commencée aux Provinces-Unies (ou République des sept Provinces-Unies des Pays-Bas) peu après sa création s’y poursuit jusqu’en 1782.
L’étude des réimpressions néerlandaises du Journal des savants montre l’intérêt que d’importants libraires attachent à de telles éditions, d’abord Daniel Elzevier de 1665 à 1671, de nouveau de 1677 à 1680, puis de 1682 à 1685, et ensuite, à partir de 1687, une association comprenant Wolfgang, Waesberge, Boom et Van Someren, et une autre comprenant Waesberge, Boom, Van Someren et Goethals. La plupart des volumes de contrefaçon de notre collection est publiée par cette dernière association de libraires.

2015-06-25 17.00.23
3 volumes de contrefaçon hollandaise

L’existence de réimpressions successives des mêmes années du Journal des savants montre que ces libraires réalisent de petits tirages, comme ils le font pour leurs propres journaux savants, et cette succession d’impressions témoigne du succès assuré de ces reproductions après 1675 sur les marchés approvisionnés par les Hollandais : la France pour une partie, mais plus encore le marché intérieur néerlandais et l’espace germanique dont les cours et les lettrés utilisent le français comme langue de culture.

contref1

Numéro 1 de 1665 (contrefaçon hollandaise)

Assez tôt les contrefacteurs imposent des modifications à l’ouvrage. Rarement politiques, les suppressions servent plutôt à faire de la place aux catalogues des libraires qui utilisent ainsi le Journal comme vecteur de leur publicité.

Accès en ligne

Journal numérisé sur Gallica de 1665 à 1984.

Les articles parus dans le Journal des Savants pour la période 1909-2009 sont disponibles sur le portail Persée.

Sommaires et résumés sur le site de l’éditeur.

Pour en savoir  plus :

J.P. Vittu indique une large bibliographie dans le : « Dictionnaire des Journaux (1600-1789), édition électronique revue, corrigée et augmentée », sous la dir. de Jean Sgard [en ligne]. Disponible sur http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/journal/0710-journal-des-savants (consulté le 26/06/2015).

Il cite deux études fondamentales :

– BIRN R., «Le Journal des savants sous l’ancien régime», Journal des savants, 1965, p. 15-35.

– PARIS G., «Le Journal des savants», Journal des savants, janv. 1903, p. 93-130.

Parmi les nombreuses études qui abordent, ou évoquent, cette revue on citera:

– BIRN R., « The French-language press and the Encyclopédie, 1750-1759 », Studies on Voltaire, t. LV, 1967, p. 263-286.

– Olivier CORPET, « Journal des Savants  », Encyclopædia Universalis [en ligne]. Disponible sur : http://www.universalis.fr/encyclopedie/journal-des-savants/ (consulté le 15 juin 2015).

– EHRARD J. et ROGER J., « Deux périodiques français du XVIIIe siècle : Le Journal des savants et Les Mémoires de Trévoux. Essai d’une étude quantitative », dans Livre et société dans la France du XVIIIe siècle, Paris et La Haye, 1965, p. 33-59.

– LEBRUN F., « Les affiches d’Angers, I773-I789 », Le Mouvement social, juil. 1962, p. 56-73, sur la présence du J.S. dans un cabinet de lecture provincial.

– MORGAN, Betty-Trevelle, Histoire du Journal des Sçavans depuis 1665 jusqu’en 1701, Paris, PUF, 1928.

– VITTU J.P., «Les contrefaçons du Journal des savants de 1665 à 1714», dans Les Presses grises. La contrefaçon du livre (XVIe-XIXe siècle), textes réunis par F. Moureau, Paris, 1988, p. 303-331.

– VITTU J.P., « Diffusion et réception du Journal des savants (1665-1714) », dans La Diffusion, p. 167-175.

– VITTU J.P., Le Journal des savants et la République des Lettres, 1665-1714, thèse de doctorat en histoire, Paris 1, 1998.

– VITTU Jean-Pierre, « Du Journal des savants aux Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux-arts : l’esquisse d’un système européen des périodiques savants », Dix-septième siècle, 3/2005 (n° 228) , p. 527-545.

  1. Histoire générale de la presse française, publié sous la direction de Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral et al., Paris, PUF, 1969. []
  2. Autorisation exclusive d’imprimer un ouvrage. Mise en place par l’article 78 des ordonnances de février 1566, dites Edit de Moulins. Cette autorisation était délivrée après lecture du manuscrit par les censeurs royaux. []
  3. Raymond Birn, Le journal sans l’Ancien Régime, JdS, 1965, p. 15-35 []

La bioérosion en milieu récifal : un indice de bonne santé du récif ? par Véronique Chazottes, Maître de conférence AMU, 3 juin 2015

Un récif corallien est une structure naturelle construite par des coraux (Cnidaires) et des algues calcaires. La structure et l’architecture du récif dépendent d’un équilibre fragile entre construction et destruction. Un récif corallien peut donc être considéré comme un écosystème dynamique où tous les phénomènes sont en interaction. Le rôle des récifs dans la protection du littoral et les enjeux sociaux et économiques qui en découlent ont été rappelés au public.

De nombreux organismes participent à la « production brute » des récifs : des organismes constructeurs (coraux et algues calcaires) ainsi que des organismes qui participent, après leur mort aux dépôts sédimentaires (foraminifères, mollusques, échinodermes…). D’autres attaquent le substrat calcaire par différents types d’action (chimique, mécanique ou une combinaison des deux). C’est ce qu’on appelle la bioérosion, sujet central de cette présentation.

Il existe 3 grandes catégories d’organismes dits « érodeurs » qui se différencient selon leur taille et leur type d’action sur le corail :

– les brouteurs

Certains oursins « broutent » le corail et les fonds récifaux pour se nourrir de micro-algues qui colonisent les premiers millimètres du corail. Comme le public a pu l’observer à la loupe binoculaire, on retrouve dans le contenu digestif des oursins brouteurs une partie minérale (carbonate de calcium) qui correspond aux fragments arrachés à la trame récifale et qui n’ont pas été digérés.

Certains poissons raclent également le substrat à la recherche de nourriture comme par exemple les poissons perroquet. Les organismes brouteurs jouent un rôle majeur dans la régulation des peuplements d’algues sur le récif.

Par leur action d’abrasion continue du corail, les organismes brouteurs produisent un sable moyen à grossier qui sera conservé en grande partie sur le récif et qui participe donc à la production brute. Le public a pu observer des échantillons de sables prélevés sur les récifs de La Réunion et qui avaient été triés en fonction de la taille des grains. L’observation à la loupe binoculaire a permis de montrer des grains de différentes origines (débris de coraux, d’algues calcaires, de mollusques, des foraminifères…).

– les macro-foreurs

Il s’agit de macro-organismes (bivalves, éponges, polychètes, siponcles, etc) qui colonisent les substrats coralliens et se retrouvent parfois piégés dans le corail. Le public a pu observer des échantillons de coraux issus des collections d’AMU présentant des perforations dans lesquelles on trouve encore les coquilles de bivalves. Les éponges perforantes et les bivalves produisent le plus de dégâts sur un récif corallien puisqu’ils vont s’y installer en profondeur et s’y développer, ce qui va le rendre plus fragile. D’autres perforations produites par des « vers » (polychètes, siponcles) ont été observées. Les macro-organismes foreurs produisent un sédiment très fin qui sera en grande partie exporté du récif.

– les microperforants

La microflore qui colonise les premiers millimètres du corail est constituée essentiellement de cyanobactéries, de champignons et de chlorophycées. Ces organismes pénètrent dans le corail par voie chimique et agissent en synergie avec les brouteurs qui pourront racler plus facilement la surface, permettant à la lumière de pénétrer plus profondément dans le corail ce qui favorise le développement de la microflore. On peut observer à la base de certains échantillons de corail des zones légèrement colorées de vert qui indiquent la présence de micro-algues. Le public a pu observer au microscope optique des lames minces réalisées dans du corail et montrant une frange de filaments de micro-algues.

Actuellement, les récifs coralliens subissent les conséquences de nombreux changements locaux ou globaux qui ont des effets négatifs sur la fécondité du corail, sa résistance, sa capacité à construire son squelette calcaire.

Le phénomène d’acidification des océans découle d’une augmentation de la pression en CO2 atmosphérique qui entraîne une baisse du pH de l’eau de mer et une diminution des ions carbonates, éléments constitutifs du squelette du corail.

De plus, les récifs coralliens se développent dans de faibles tranches d’eau et sont très sensibles aux variations du niveau marin. Une élévation trop rapide du niveau marin peut conduire à l’ennoiement des récifs.

Les apports en éléments nutritifs (eutrophisation), issus par exemple de l’agriculture (nitrates, phosphates) ou via des phénomènes naturels d’upwelling (eaux venant de la profondeur chargées en éléments nutritifs) sont finalement plus favorables aux algues molles qu’aux coraux habitués à des milieux oligotrophes (pauvres en éléments nutritifs).

Le blanchissement du corail, mis en évidence sur de nombreux récifs dans le monde, résulterait notamment d’une augmentation de température de l’eau mais ce phénomène demeure aujourd’hui encore mal compris.

Quel serait l’impact de ces changements sur les organismes érodeurs ?

Des études expérimentales semblent indiquer qu’une élévation de la pression en CO2 atmosphérique serait favorable aux peuplements de micro-perforants. Mais ces résultats doivent être confirmés dans les milieux naturels. L’apport en éléments nutritifs qui est défavorable au corail favoriserait en revanche les macro-foreurs qui sont des organismes filtreurs. Mais dans les milieux naturels, soumis à des perturbations anthropiques depuis plusieurs années, les substrats coralliens sont colonisés par des peuplements d’algues molles ou d’algues calcaires qui compliquent l’affaire et ont à leur tour un impact sur les organismes érodeurs. Par exemple, les algues calcaires et certaines algues molles ne sont pas attractives pour les organismes brouteurs qui ne peuvent plus assurer leur rôle de régulation de la biomasse algale. Les récifs coralliens sont donc des écosystèmes complexes, siège d’interactions entre les organismes vivant sur le récif et les paramètres environnementaux qui doivent être prises en compte dans les programmes d’aménagement. Par exemple, l’enlèvement des oursins dans certaines zones touristiques, parce qu’ils gênaient la baignade, a conduit au surdéveloppement des algues et à l’étouffement des communautés coralliennes. Ceci illustre bien que chaque organisme joue un rôle et participe à la dynamique du récif.

Seule une bonne connaissance du fonctionnement des écosystèmes récifaux à une échelle globale et de leur variabilité dans le temps et dans l’espace peut permettre d’imaginer leur évolution future en réponse aux perturbations environnementales. Et les organismes érodeurs jouent un rôle majeur dans cette réflexion !

IMG_5413

Véronique Chazottes et le public dans une des salles de TP-TD sur le site St Charles.

IMG_5410

Idem.

IMG_5423

Extrait de la partie minérale du contenu digestif d’un organisme brouteur, ici un oursin.

IMG_5241

Cet échantillon issu des collections d’AMU montre deux perforations dans lesquelles on peut encore observer des coquilles de bivalves (genre Lithophaga) piégées par le corail au cours de leur croissance.

IMG_5424

Les sachets contiennent des échantillons de sable corallien originaire de l’île de la Réunion. Les planches nous montrent à gauche des exemples d’organismes brouteurs et à droite d’organismes macro-foreurs.

photo1

Echantillon de corail issus des collections d’AMU présentant des perforations de polychètes et d’éponges, ainsi qu’une frange colorée à quelques millimètres sous la surface du corail qui indique la présence de micro-perforants (chlorophycée Ostreobium).

IMG_5247

Idem.

Trésors de la botanique à la Bibliothèque Universitaire de St Charles par Johann Berti et Pierre Ponsot, 6 mai 2015

Johann Berti, conservateur et administrateur provisoire du service commun de la documentation d’AMU ainsi que Pierre Ponsot, bibliothécaire, nous ont reçu à la Bibliothèque universitaire (BU) de St Charles pour une visite autour des trésors de la botanique.

En effet, la BU possède une riche réserve patrimoniale composée d’une partie des collections d’AMU. Elle est organisée autour de trois principaux thèmes : la botanique, la zoologie et les explorations scientifiques et contient plus de 2 000 documents.

Lors de cette visite, le public a pu découvrir un « Alguier », herbier contenant exclusivement des algues, datant du 19ème siècle. Cet alguier : Algues marines du Finistère, a été publié en 1852 par les frères Crouan, pharmaciens nés à Brest et passionnés de botanique.

Il s’agit d’un document exceptionnel tant par le nombre d’exemplaires publiés (une cinquantaine) que par l’ampleur du travail de collecte, d’identification et de classification (chaque exemplaire contenant des échantillons uniques). En effet, chaque page est composée d’une espèce d’algue séchée et collée (« exsiccata ») avec une étiquette précisant le nom de l’espèce, les auteurs principaux qui l’ont décrite et figurée, le lieu et la date de collecte.

Ce travail a été réalisé sur 15 ans avec pas moins de 20 000 échantillons collectés dans l’objectif de recenser l’ensemble des algues marines du Finistère. Il se décline en trois volumes selon trois grandes familles : Fucoïdées, Floridées, Zoospermées en suivant la classification du Species Algorum de C.-A Agardh (botaniste suédois). Ce sont 404 espèces d’algues qui y figurent sur 406 répertoriées à l’époque.

Ceci est d’autant plus impressionnant que les deux frères tiennent une officine tout en continuant à herboriser. Ils publient pour la première fois dans une revue scientifique en 1833. Deux ans plus tard, ils établissent un tableau de 150 algues (déposé à Brest), ébauche de leur futur travail mais qui sera malheureusement détruit par les bombardements pendant la seconde guerre mondiale. Ainsi, ils identifient, décrivent et nomment une vingtaine d’espèces jusque là inconnues.

Les trois volumes de l’ouvrage présentés sont très impressionnants par leur excellent état de conservation et livrent encore les très belles couleurs de certaines espèces (cf photos ci-dessous).

D’autres ouvrages ont aussi été présentés tel que le Species Algorum (cité plus haut), ou encore la Florule du Finistère, également réalisée par les frères Crouan en 1867. On trouve à la fin de cet ouvrage remarquable 32 planches lithographiées en couleur. Enfin, le public a eu la chance de découvrir le Stirpium historia, ouvrage datant du 17ème siècle (1616) et retraçant l’histoire des plantes. Il s’agit de la seconde édition latine, l’œuvre originale réalisée par le hollandais Dodoens étant parue dans sa langue natale (1554) pour être premièrement traduite en plusieurs langues vernaculaires européennes puis en latin. Cet ouvrage a donc largement été diffusé en Europe et a probablement eu une certaine importance dans les siècles derniers.

La majorité de ces œuvres ont été numérisées afin de les rendre accessibles à la communauté scientifique mais aussi au grand public. Comme le remarque dans un court film Claude Humbert, chercheur à l’Université de Bourgogne, elles présentent un intérêt patrimonial mais aussi scientifique puisqu’elles sont les témoins de l’état de la flore à une certaine époque. Ceci prend d’autant plus de sens dans un contexte actuel global de modifications profondes de la biodiversité (introduction et disparition d’espèces et destruction des habitats) et confère une grande valeur scientifique aux collections.

Pour approfondir, lisez l’article : http://tresoramu.hypotheses.org/category/decouverte-du-patrimoine-amu

 

IMG_5382Johann Berti (à gauche), Pierre Ponsot (à droite) et le public dans la salle de formation de la BU de St Charles.

IMG_5395Pierre Ponsot (à gauche), Johann Berti (au centre) et le public dans la salle de formation de la BU de St Charles.

IMG_5388Echantillon d’une espèce dans Algues marines du Finistère, recueillies et publiées par Crouan frères. 1, Fucoidées. Brest : Crouan frères, 1852, 112pl.

IMG_5391Echantillon d’une espèce dans Algues marines du Finistère, recueillies et publiées par Crouan frères. 2, Floridées. Brest : Crouan frères, 1852, pl. 113 à 322.

IMG_5394Echantillon d’une espèce dans Algues marines du Finistère, recueillies et publiées par Crouan frères. 2, Floridées. Brest : Crouan frères, 1852, pl. 113 à 322.

IMG_5401Echantillon d’une espèce dans Algues marines du Finistère, recueillies et publiées par Crouan frères. 3, Zoospermées. Brest : Crouan frères, 1852, pl. 323 à 404.

IMG_5404Planche représentant la répartition des algues sur un rocher dans Florule du Finistère, Crouan frères, 1867.

Alguier des frères Crouan

Article rédigé en collaboration avec Johann Berti.

Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 1, Fucoïdées. 1852 (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/1) © cicrp - photo Odile Guillon
Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 1, Fucoïdées. 1852
(Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/1)
© CICRP – photo Odile Guillon

Crouan, Pierre-Louis (1798-1871), Crouan, Hippolyte-Marie (1802-1871)
Algues marines du Finistère, 1852, 3 vol., in-8°.

On aime à se reposer l’esprit sur ces
charmantes plantes, à les examiner
sous tous les rapports, car on ne les
connaîtrait qu’imparfaitement si
l’on se bornait à l’étude de leurs
formes extérieures…
Crouan, Frères

Pierre-Louis et Hippolyte-Marie Crouan sont deux frères pharmaciens nés à Brest. Passionnés de botanique, ils herborisent et publient dans plusieurs revues scientifiques à partir de 1833. Chemin faisant, ils correspondent avec les meilleurs spécialistes européens des algues.

Ils déposent au Musée ou Cabinet d’Histoire Naturelle du jardin botanique de Brest, en 1835, un tableau composé de 150 algues, qualifié par ses auteurs d’ébauche. Ce travail préfigure et porte en soi la genèse de futurs projets. Ce tableau algologique sera détruit en 1944, lié aux importants bombardements que la ville de Brest a subis durant cette période.

L’ alguier

Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 2, Floridées. 1852 (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/2) © CICRP - photo Odile Guillon
Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 2, Floridées. 1852
(Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/2)
© CICRP – photo Odile Guillon

En 1852 les frères Crouan publient à compte d’auteur, en 50 exemplaires seulement, un document exceptionnel en 3 volumes : Algues marines du Finistère. Il s’agit d’un herbier d’algues (alguier) qui rassemble 404 échantillons d’algues du Finistère. Ces 404 échantillons sont classés par familles, rassemblées donc en 3 volumes (1 : Fucoïdées ; 2 : Floridées ; 3 : Zoospermées) et sous-familles.

Chaque page de l’ouvrage porte une espèce d’algue séchée et collée (exsiccata) accompagnée d’une étiquette imprimée qui précise le nom de l’espèce, cite les auteurs principaux qui ont décrit ou figuré ces plantes, le lieu et l’époque précis de la récolte.

Ils citent dans la préface le botaniste suisse Augustin Pyrame de Candolle, auteur notamment du Traité élémentaire de la botanique.
Ils optent pour un format d’ouvrage in octavo car les trois-quarts au moins des algues, ne nécessitent pas une autre taille. Pour les grandes espèces ils choisiront des rameaux. Le format in-8° présente aussi l’avantage d’être portatif et pratique pour la consultation. Ils ont identifié et nommé plus d’une vingtaine d’espèces d’algues jusqu’ici inconnues. Certaines espèces portent leur nom, les Crouania. Il a fallu 15 années aux frères Crouan pour mener à bien ce travail colossal et la collecte de 20 000 échantillons.

Les algues sont classées selon le Species Algorum de Carl Adolf Agardh, botaniste suédois, professeur à l’université de Lund. Il est considéré comme l’un des pères de l’algologie. Son fils Jacob Georg Agardh deviendra aussi un algologue notoire.

Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 3, Zoospermées. 1852 (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/3) © CICRP - photo Odile Guillon
Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 3, Zoospermées. 1852
(Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/3)
© CICRP – photo Odile Guillon

Exceptionnel, ce document préparé par les auteurs eux-mêmes, en plus de son intérêt scientifique, l’est à plus d’un titre : d’une part, seuls 50 exemplaires sont conservés de par le monde, dont quelques uns en France, et certains en mauvais état. L’exemplaire de la BU Saint-Charles, qui plus est en bon état, est donc déjà en soi une rareté.

D’autre part, l’état de conservation de cet herbier d’algues, ainsi que la « poésie » qui se dégage de chaque page, procurent à l’observateur un bonheur sans pareil. Visuellement, nous sommes parfois à la frontière de l’art, c’est en tous cas un émerveillement à chaque page.

Comme ils l’indiquent dans leur préface (p.4, vol.1), les frères Crouan ont repris, pour dessécher les plantes marines, la méthode d’un pharmacien et algologue de Quimper, Théophile Bonnemaison, méthode dont ce dernier a livré les secrets dans un article intitulé « Essai sur les hydrophytes loculées »…

La Florule

En 1867, les Frères Crouan font paraître une étude complète (genera) de la flore (algues marines, fluviatiles et terrestres) du département, Florule du Finistère, qui, selon les spécialistes, est longtemps restée un modèle de flore locale, et qui couronne leur carrière de botanistes.

En frontispice, sur une planche en couleur, est représentée la répartition des algues sur un rocher lors d’une grande marée. En fin de volume, dessinées de la main d’Hippolyte Crouan, se trouvent 32 planches lithographiées en couleur du genera.

A noter qu’ils citent, à la fin de leur préface (P.X), la maxime « Labore et constantia » de Dodoens, qui apparaît à la fin de son Stirpium historia. Maxime placée juste après la phrase suivante : « cette Florule nous a demandé un si grand nombre d’années pour en trouver, récolter et étudier les matériaux, que nous remercions Dieu de nous avoir donné une santé et une longévité qui nous aient permis de la terminer. »

Préface page 10: Dodoens, R. Stirpium historiae pemptades sex sive libri XXX.  1616. In f°  (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 15)  © CICRP - photo Odile Guillon
Préface page 10: Dodoens, R. Stirpium historiae pemptades sex sive libri XXX.
1616. In f° (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 15)
© CICRP – photo Odile Guillon

L’ensemble de leurs travaux : herbiers, manuscrits, dessins et autres collections sont conservés à la Station de Biologie Marine de Concarneau du Muséum National d’Histoire Naturelle et du Collège de France.

NB: ce billet a été rédigé à partir d’une présentation de J. Berti, conservateur et P. Ponsot, bibliothécaire, dans le cadre des « Mercredis du patrimoine d’AMU » le 06 mai 2015 à la Bibliothèque universitaire de Saint-Charles, Service commun de documentation d’Aix-Marseille Université.

Références bibliographiques

AGARDH, C.-A. Species algarum rite cognitae, cum synonymis, differentiis specificiis et descriptionibus succinctis. T.1 : Volumen premium. Gryphiswaldiae: Mauritius , 1821-1823. 2 vol. en 1 : pp.1-168, pp., 169-531 ; in-8°

AGARDH, C.-A. Species algarum rite cognitae, cum synonymis, differentiis specificis et descriptionibus succinctis. T. 2 : Voluminis secundi sectio prior . – Gryphiswaldiae : Sumtibus Ernesti Mauritii , 1828 . – 1 vol. (LXXVI-189 p.) ; in-8°

AGARDH, J. G. Algae maris Mediterranei et Adriatici : observationes in diagnosin specierum et dispositionem generum. Parisiis : apud Fortin, Masson et Cie , 1842. 1 vol. : X-164 p. ; in-8°

BONNEMAISON, Th. Essai sur les hydrophytes loculées (ou articulées) de la famille des épidermées et des céraminées. Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, 1828, tome 16, p. 49-148

CANDOLLE, A. P. de. Théorie élémentaire de la botanique, ou exposition des principes de la classification naturelle et de l’art de décrire et d’étudier les végétaux. Paris, Déterville, 1813. VIII-500-[28] p. ; in-8°
CROUAN, P.-L., CROUAN H.-M. Algues marines du Finistère / recueillies et publiées par Crouan frères. 1, Fucoidées. Brest : Crouan frères, 1852, 112 pl.

CROUAN, P.-L., CROUAN, H.-M. Algues marines du Finistère / recueillies et publiées par Crouan frères . 2, Floridées. Brest : Crouan frères, 1852, pl. 113 à 322

CROUAN, P.-L., CROUAN H.-M. Algues marines du Finistère / recueillies et publiées par Crouan frères . 3, Zoospermées. Brest : Crouan frères / 1852, pl. 323 à 404
CROUAN, P.-L., CROUAN H.-M. Florule du Finistère : Contenant les descriptions de 360 espèces nouvelles de sporagames, de nombreuses observations et une synonymie des plantes cellulaires et vasculaires qui croissent spontanément dans ce département; accompagnées de trente-deux planches où est représentée l’organographie, faite sur l’état vif, des fruits et des tissus de 198 genres d’algues avec la plante grandeur naturelle ou réduite plus une planche supplémentaire où sont figurés 24 champignons nouveaux. Paris : F. Klincksieck, 1867. x, 262 p. : double front., 32 pl. ; in-8°

DAYRAT, B. Les botanistes et la flore de France : trois siècles de découvertes. Paris : Publications scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle , 2003

DIZERBO, A.-H. Les algologues finistériens du passé : Christophe-Paul, Sire de Robien, Guy du Dresnay, Théophile Bonnemaison, Bachelot de La Pilaye, les frères Crouan, Eugène de Créac’hquérault. Bulletin de la société archéologique du Finistère, 1994, Tome CXXIII, p. 439-444

DIZERBO, A.-H. Apothicaires et pharmaciens de Basse-Bretagne. Rennes : Imp. Riou-Reuzé, 1951, 160 p. Thèse : Thèse doctorat : Pharmacie : Strasbourg : 1951

DIZERBO, A.-H. Les frères Crouan, botanistes et pharmaciens brestois. Cahiers de l’Iroise (Les), 1955, n° 5, p. 36-38

DODOENS, R. Stirpium historiae pemptades sex sive libri XXX. Antverpiae : ex officina Plantiniana apud Balthasarem et Ioannem Moretos , 1616 . – [XIV-] 872 [-IXVI] p. : fig. ; In-f°

GUEGUEN, F. Etude sur la vie et l’ oeuvre des frères Crouan, botanistes brestois. Bulletin de la Société mycologique de France, 1909, Tome XXV, 1er fascicule, p. 69-78

HESSE, M. Lettre de M. Hesse à M. le Président de la Société botanique de France. Bulletin de la Société Botanique de France. 1872, 19 :2 , 76-79

HESSE, M. Notice sur les frères Crouan. Revue des sociétés savantes publiée sous les hospices du Ministère de l’Instruction publique: Sciences mathématiques, physiques et naturelles, 1872, Tome VI, 2ième série, p. 22-25

Sitographie

L’alguier des Frères Crouan a été numérisé par l’université de Bourgogne qui en possède un exemplaire [en ligne] :
http://serres.u-bourgogne.fr/rubrique.php3?id_rubrique=216 [consulté le 20 avril 2015]

Dans une vidéo mise en ligne, un enseignant chercheur, Humbert, C. de l’université de Bourgogne présente cet alguier, avec de très belles images à l’appui [en ligne] :
https://www.dailymotion.com/video/xfn372_l-alguier-des-freres-crouan_school
[consulté le 20 avril 2015]

Legal, Yves. Le trésor de deux algologues du XIXe [en ligne] :
http://www.espace-sciences.org/archives/science/16722.html [consulté le 20 avril 2015]

Enfin, il faut noter que dans son exposition « La Mer, terreur et fascination » (2005), la BnF a présenté des planches de cet alguier. L’exposition virtuelle en met 3 à l’honneur [en ligne] :
http://expositions.bnf.fr/lamer/feuille/index.htm [consulté le 20 avril 2015]

Zooplancton et micronecton marins par Jean-Paul Casanova, 1er avril 2015

Le plancton englobe tous les organismes végétaux (phytoplancton) ou animaux (zooplancton) vivant dans le milieu pélagique, c’est-à-dire en pleine eau. Ces derniers peuvent certes se mouvoir, mais pas au point de lutter contre les courants, par opposition au necton.

Durant cette rencontre, M. Casanova s’est attaché à montrer les différentes formes, le rôle et les adaptations du zooplancton et du micronecton vivant en mer.

Le zooplancton est constitué de deux types d’organismes. Les uns qui passent toute leur vie sous cette forme (holoplancton). Les autres qui vivent sur le fond à l’état adulte (huîtres, langoustes, oursins, poissons, etc..) et qui font momentanément partie du plancton sous forme larvaire (méroplancton).

Ces animaux vont développer diverses adaptations à leur milieu. Le premier type d’adaptation exposé concerne les adaptations de couleur afin de se camoufler. Ainsi les espèces de surface sont généralement transparentes (siphonophores, chaetognathes) ou parfois bleues (certains copépodes). Les espèces de profondeur sont plutôt noires ou rouges. C’est le cas de Gnathophausia ingens, sorte de crevette de couleur rouge, qui se trouve à plus de 1 000 m de profondeur, ou des méduses des genres Atolla et Periphylla, vivant également à grande profondeur, qui arborent une couleur foncée proche du noir. On a aussi observé des adaptations à la flottaison : présence de longues soies (crustacés), de gouttelettes de lipides (oeufs de poissons) ou de flotteurs emplis de gaz (siphonophores).

Souvent, les espèces profondes sont de grande taille. On appelle ce phénomène le « gigantisme des eaux profondes ». Mais il y a toujours des exceptions à la règle. Dans l’embranchement des chaetognathes, par exemple, il existe une espèce inédite de très petite taille vivant vers 3 000 m de profondeur. Par ailleurs, la reproduction dans les eaux froides se fait généralement plus tardivement que dans les eaux chaudes. Et, là encore, les chaetognathes font exception, puisque les juvéniles d’une espèce vivant dans les eaux profondes, et donc très froides, ont déjà des gamètes dans leur corps. Ces animaux ont un rôle très important car ils se nourrissent principalement de matière organique dissoute et de la « neige planctonique », c’est-à-dire des particules organiques en suspension dans l’eau de mer, ce qui permet un renouvellement constant de la matière organique. Ce mode de nutrition original explique la grande abondance quantitative des chaetognathes.

Plus généralement, dans les eaux froides, la diversité spécifique est moindre que dans les eaux chaudes, mais le nombre d’individus par espèce est nettement plus élevé (cas de récoltes faites entre le golfe d’Aden et l’Antarctique).

Les copépodes (petits crustacés) ont également été présentés car ils constituent la base de la chaîne trophique, avec environ 2 500 espèces planctoniques sur plus de 10 000 connues. Le krill (euphausiacés, aspect de petites crevettes) a aussi un rôle important, puisqu’il constitue l’essentiel des ressources alimentaires dans les eaux froides : 3 espèces seulement constituent la nourriture de base des baleines (Pacifique Nord, Atlantique Nord/Méditerranée et Antarctique).

Toutes les espèces citées ont été présentées sous forme d’échantillons et ont pu être observées par le public à l’œil nu ou à l’aide de loupes binoculaires.

 

IMG_5280

IMG_5275

IMG_5286

 

Les Mercredis du Patrimoine d’AMU

Une demi-journée, chaque premier mercredi du mois, le patrimoine universitaire s’ouvre au grand public pour faire découvrir ses trésors. Alternativement un chercheur du Musée de Paléontologie, des collections de botaniques ou d’une autre collection présentera une collection, un échantillon ou un instrument.

Rendez-vous à 14h devant l’Amphi de Sciences naturelles
site Saint-Charles
, 3 place Victor Hugo – Marseille 3ème

Sur réservation uniquement, les places sont limitées.
Contact : bruno.vila@univ-amu.fr

Pour tout savoir sur les 3 dernières présentations, consulter l’onglet  » Mercredi du patrimoine AMU : compte-rendus« .

Après une courte pause, le programme pour l’année 2016 paraîtra bientôt !

Ateliers d’Aix-Marseille Université

Toute l’année – Campus Marseille Centre                                                      site Saint-Charles, 3 place Victor Hugo – Marseille 3ème

Ateliers scolaires (du CM1 à la Terminale) avec des chercheurs de l’Université d’Aix-Marseille, organisés tout au long de l’année sur le campus St-Charles, pour éveiller la curiosité et développer l’esprit critique des élèves tout en s’amusant ! Contactez-nous ou consultez le site de culture scientifique d’AMU pour connaître les thématiques des ateliers.

Collections de zoologie

À partir des collections de zoologie, plusieurs animations sur les adaptations chez les mammifères et les oiseaux sont proposées aux collégiens et lycéens. En comparant les échantillons de diverses espèces (après les avoir reconnues), les élèves sont amenés à préciser les caractères propres à leurs régimes alimentaires (dentures et mâchoires), à leurs milieux de vie et à leurs modes de locomotion (marche, course, vol, nage). À travers ces différentes adaptations, ils retrouvent alors le patron commun d’organisation afin de réfléchir sur les processus adaptatifs et l’évolution.

Musée de Paléontologie de Provence

Des animations sont proposées aux groupes scolaires, diverses associations à travers des ateliers thématiques tels que la formation des roches et des fossiles, l’histoire du climat de la Provence, entre terre et mer : les variations du niveau marin ou encore la Provence au temps des dinosaures.

Contacts : Cellule de culture scientifique AMU
site web : http://cps.univ-amu.fr/
e-mail : culture-scientifique@univ-amu.fr
tél : 04 13 55 10 92

Expositions permanentes des collections

Toute l’année – Campus Marseille Centre                                                      site Saint-Charles, 3 place Victor Hugo – Marseille 3ème

Le Musée de paléontologie de Provence expose dans ses vitrines la richesse et la diversité paléontologique de la Provence au cours des 350 millions d’années. Riche de ses collections d’organismes fossiles marins et terrestres dont des ammonites, des échinodermes, des rudistes, des dinosaures, des mammifères terrestres, ainsi que de nombreux autres groupes d’animaux et de végétaux, le musée de paléontologie permet aux publics novices, amateurs ou avertis, de découvrir à tout âge l’histoire géologique de la région.

Espace Muséal C. Fabry                                                                                          L’objectif de cet espace est de sauvegarder et de faire connaître les instruments de physique, de chimie de la Faculté des Sciences de Marseille. On peut y trouver, parmi les 250 instruments présentés, des appareils conçus ou ayant été utilisés par Fabry, Perot, Tian et Calvet, scientifiques dont la renommée internationale et leurs réalisations restent, encore de nos jours, d’actualité dans le domaine de l’optique et de la microcalorimétrie. Une collection de calculateurs et d’ordinateurs permet de retracer 50 ans d’évolution des techniques de calculs à la Faculté.

En botanique, les collections renferment plusieurs centaines de milliers d’échantillons de plantes en provenance du monde entier. Ces collections permettent, aux travers de visites commentées d’aborder les questions relatives aux notions d’espèces et de classification mais également les thématiques de recherche actuelles liées aux grands problèmes environnementaux tels que les changements climatiques, l’érosion de la biodiversité et leurs enjeux.

Contacts : Cellule de culture scientifique AMU
site web : http://cps.univ-amu.fr/
e-mail : culture-scientifique@univ-amu.fr
tél : 04 13 55 10 92

Sherlock médecin : petite histoire de la médecine légale à l’époque moderne

Les Experts et autres fictions nous ont habitués à considérer l’expertise médico-légale comme un point central de toute enquête policière. Or, cette intervention du médecin dans le champ du droit criminel s’est mise en place progressivement au cours de l’histoire de l’Europe occidentale à partir de la Renaissance. Cette histoire peut être en partie retracée à travers les collections patrimoniales de la bibliothèque de Médecine-Odontologie de Marseille.

Rembrandt, la Leçon d’anatomie du Dr Nicolas Tulp, 1632. Cabinet royal de peinture Mauritshuis. Image Wikimedia Commons.

C’est à l’époque des Lumières que la médecine légale se constitue véritablement en tant que science, dans le sillage de l’engouement pour les sciences naturelles et les progrès médicaux. Cependant, dès l’époque renaissante, une place de plus en plus grande est faite au médecin pour assister la justice, notamment dans les cas d’atteintes à l’intégrité physique des personnes.

La Constitutio criminalis Carolina promulguée par l’empereur Charles Quint en 1532 demande un témoignage médical systématique pour guider les juges dans tous les cas de meurtres, blessures, empoisonnements, pendaisons, noyades, infanticides, avortements, et autres circonstances d’atteinte à la personne dans . En France, après l’ordonnance de Villers-Cotterêt (1539) qui impose l’usage d’une procédure de type inquisitoire, secrète, écrite et en français1, une série de lois mises en place entre 1570 et 1692 favorise le développement de la médecine légale comme une discipline universitaire. Durant tout l’Ancien Régime, la question est étudiée dans de savants traités en latin dont les théories sont ensuite appliquées devant les tribunaux. C’est ainsi qu’en 1667, le Hollandais Jan Swammerdam, devenu par la suite un célèbre naturaliste, assure que les poumons d’un enfant nouveau-né flottent sur l’eau s’il n’a jamais respiré, donc s’il est mort-né2. Quinze ans plus tard, le médecin allemand Schreger utilise cette théorie pour faire acquitter une jeune fille accusée du meurtre de son enfant illégitime (1681)3.

Cette période n’est pas exempte de contradictions. En même temps que les traités médicaux abordent des questions médico-légales pour déterminer les causes des maladies et de la mort selon les enseignements de la médecine naturaliste en essor, il subsiste des pratiques et des croyances issues des anciens systèmes d’administration de la preuve hérités du Moyen-Age, où la procédure accusatoire, orale et publique, admettait l’intercession divine dans le procès. C’est ainsi que la cruentatio, hémorragie cadavérique de la victime se produisant en présence de son meurtrier, est encore évoquée par Claude Le Brun de la Rochette, avocat à la Cour de Lyon en 16184. En 1752, les plus hautes autorités médico-légales s’unissent au clergé pour accuser d’athéisme et d’hérésie (ce qui était alors punissable de mort) ceux qui ne croient pas aux fantômes, sorcières et autres possessions démoniaques, et ce alors même que la sorcellerie est de plus en plus abordée par les juges sous l’angle de l’escroquerie et du charlatanisme et que la possession est de plus en plus considérée par les médecins comme une pathologie et non une manifestation surnaturelle 5.

L’Italien Paolo Zacchias fait figure de précurseur de cette évolution. Ses dix livres des Quaestinos medico-legales paraissent à Rome entre 1621 et 1658; Gabriel Naudé, libertin érudit, bibliothécaire de Mazarin et médecin de Louis XIII, en a tenté une traduction, restée inachevée. Cet ouvrage comprend deux premières parties consacrées à la théorie médico-légale, dont il pose les bases modernes, et une troisième partie composée de cas pratiques et de conseils destinés à les résoudre. Zacchias est à la fois médecin et canoniste, et officie comme médecin attaché au tribunal pontifical; son objectif est une observation rationnelle et naturaliste des cas qui lui sont soumis, visant à éclairer les juges pour éviter tout risque d’erreur. Il évacue les interprétations providentialistes et s’élève contre les supplices au profit de l’observation clinique, y compris dans le domaine de l’aliénation6. A cette époque, on voit apparaître des ouvrages qui visent à déterminer les causes du décès par l’examen des corps; c’est le cas du Sepulchretum sive Anatomia practica ex cadaveribus morbo denatis de Théophile Bonet, riche de cas pratiques accompagnés de leur solution.

Bonet, Théophile, Sepulchretum sive Anatomia practica ex cadaveribus morbo denatis, Genève, Léonard Chouët, 1679 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 30037)
Bonet, Théophile, Sepulchretum sive Anatomia practica ex cadaveribus morbo denatis, Genève, Léonard Chouët, 1679 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 30037)

Dans les traités médicaux de la période, la recherche du poison fait l’objet d’une attention particulière. La possibilité d’un empoisonnement inquiète fort les personnages en vue du Grand Siècle, comme ceux des périodes précédentes; l’opinion publique tend à suspecter les morts rapides, surtout si le sujet est relativement jeune et occupe une situation enviée. En 1536, la mort du dauphin François, fils aîné de François Ier, est attribuée aux manigances d’un de ses serviteurs italiens, qui est exécuté. La correspondance de Louis XIII et de Richelieu regorge de consignes de prudence quant à leur nourriture et à leur boisson. La mort d’Henriette d’Angleterre, première épouse de Philippe d’Orléans, le frère de Louis XIV, est considérée comme suspecte par les contemporains. Les méthodes de l’époque sont par exemple incapables de détecter un empoisonnement à l’arsenic, qui, d’après Jean-Christian Petitfils, était fort en vogue à l’époque de Louis XIV7. Un exemple de cette attention peut être trouvé dans cet ouvrage du début du XVIIe siècle, qui consacre toute sa deuxième partie aux poisons:

Mercuriale, Girolamo, Tractatus varii de re medica, Lyon, Pillehotte, 1618. Deuxième partie : De venenis opusculum (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 3025)
Mercuriale, Girolamo, Tractatus varii de re medica, Lyon, Pillehotte, 1618. Deuxième partie : De venenis opusculum (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 3025)

Le siècle des Lumières s’empare du débat médico-légal avec passion. Les grandes affaires judiciaires du temps, celles qui ont provoqué d’importants débats publics, y contribuent, en particulier la célèbre affaire Calas8. Dans ce cas particulier, le fils d’un marchand protestant de Toulouse est trouvé pendu; le Parlement de Toulouse conclut à la culpabilité du père, accusé d’avoir voulu empêcher son fils de se convertir au catholicisme, et le fait rouer en place publique. Cependant, l’affaire n’est pas claire; la veuve, qui a des appuis à Paris, veut faire innocenter son défunt époux. Voltaire s’en empare dans des discours restés célèbres; en fin de compte, la justice royale conclut au suicide et rétablit l’honneur des Calas, leur rendant leurs biens. Le tout a suscité un intense débat, multipliant placets et libelles pour soutenir l’une ou l’autre thèse. Aux côtés de Voltaire, deux médecins se sont particulièrement penchés sur les rapports d’autopsie et ont disserté sur la façon de reconnaître un suicide d’un assassinat. L’un, Jules Laffosse, est ensuite l’auteur de l’article « médecine légale » dans le Supplément à l’Encyclopédie, première théorisation de ce concept où il qualifie les erreurs judiciaires en matière criminelle d’« assassinats juridiques ». L’autre, Louis Antoine, a publié un petit traité visant à démontrer scientifiquement l’innocence du père Calas à partir de l’observation du corps de la victime.

Louis, Antoine, Mémoire sur une question anatomique relative à la jurisprudence dans lequel on établit les principes pour distinguer, à l'inspection d'un corps trouvé pendu, les signes du suicide d'avec ceux de l'assassinat, Paris, Pierre-Guillaume Cavelier, 1763 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 4004)
Louis, Antoine, Mémoire sur une question anatomique relative à la jurisprudence dans lequel on établit les principes pour distinguer, à l’inspection d’un corps trouvé pendu, les signes du suicide d’avec ceux de l’assassinat, Paris, Pierre-Guillaume Cavelier, 1763 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 4004)

Tous deux dénoncent les rapports d’expertise établis par des chirurgiens souvent sans grande instruction, et surtout sans bases théoriques; ils appellent de leurs vœux une science médico-légale qui s’appuie sur des faits, dans une démarche rationaliste, et rejettent l’empirisme pratiqué jusqu’alors par la plupart de leurs confrères. Cette évolution aboutit à la rédaction des premiers traités de médecine légale véritablement modernes au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, sous la plume des médecins François-Emmanuel Fodéré9, Jean-Jacques Belloc10 et Paul-Augustin-Olivier Mahon11, fortement influencés par la philosophie de Locke. Au moment de la Révolution, la médecine légale se voit reconnue par les institutions comme discipline à part entière, avec un enseignement spécifique, les premières chaires professionnelles de médecine légale française étant instituée au lendemain de la Terreur, en 1794 à Paris, Montpellier et Strasbourg. Le Consulat s’intéresse également à la question : en 1803, il édicte que les juges doivent désigner un expert médical diplômé en médecine, qui a assisté à un enseignement spécial et a réussi un examen de médecine légale12.

Fodéré, François-Emmanuel, Traité de médecine légale et d'hygiène publique ou de police de santé adapté aux codes de l'Empire français et aux connaissances actuelles. A l'usage des gens de l'Art, de ceux du Barreau, des Jurés et des Administrateurs de la santé publique, civile et militaire et de la marine, Paris, de Mame, 1813 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 1147)
Fodéré, François-Emmanuel, Traité de médecine légale et d’hygiène publique ou de police de santé adapté aux codes de l’Empire français et aux connaissances actuelles. A l’usage des gens de l’Art, de ceux du Barreau, des Jurés et des Administrateurs de la santé publique, civile et militaire et de la marine, Paris, de Mame, 1813 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 1147)

Cette institutionnalisation est aussi vraie dans les autres pays occidentaux. 1803 est également l’année de la fondation de la première chaire de médecine légale de Grande-Bretagne, à l’Université d’Edimbourg. Les tout jeunes Etats-Unis ne sont pas en reste : c’est à New-York qu’on voit le premier conférencier en médecine légale, le docteur Stringham, exercer ses talents vers 1804. En 1813, la première chaire de jurisprudence médicale est instituée Outre-Atlantique. Cependant, il faut attendre que les troubles de la Révolution française et des guerres qui y ont été liées pour que des cliniques médico-légales soient fondées en Europe : 1830 à Vienne en Autriche, 1833 à Berlin. La première clinique médico-légale française est instituée en 1840. En Amérique, la médecine légale exerce une forte influence à la fois sur la médecine et le monde judiciaire jusqu’à la guerre de Sécession ; après cet épisode, elle devient un sujet annexe dans la formation des médecins jusqu’au début du XXe siècle13.

Dans l’Europe du XIXe siècle, le crime est une préoccupation majeure. L’intérêt pour les poisons et la manière de les détecter est toujours aussi vif, comme le montre l’importance de ce thème dans les traités du début du siècle conservés à la bibliothèque de Médecine-Odontologie. L’arsenic en particulier focalise les attentions. Durant la Monarchie de Juillet, la figure de Matthieu Orfila se détache; il est généralement considéré comme l’inventeur de la toxicologie. Doyen de la faculté de Médecine, médecin de Louis-Philippe et sommité incontestée de la médecine légale, il est intervenu à titre d’expert dans plusieurs affaires retentissantes, dont le procès de Marie Lafarge, condamnée en 1840 pour l’empoisonnement de son époux à l’arsenic. Il est l’un des premiers à avoir mis au point une méthode visant à identifier cette substance dans le corps et les organes d’un défunt, et à déterminer si le poison trouvé est le résultat d’un empoisonnement ou si c’est la terre dans laquelle il a été enterré qui en est la source. Il est l’auteur d’un Traité des poisons tirés des règnes minéral, végétal et animal14, d’une Leçon de médecine légale15 et d’autres ouvrages, réunis en 1847 pour former un Traité de médecine légale qui reste une référence pour les générations suivantes16.

Un exemple d'expertise médicale visant à identifier un empoisonnement à l'arsenic par un autre médecin de la période: Francesco Rognetta, Intoxication arsenicale. Procès d’Aix (Bouches-du-Rhône). Affaire Michel, jugée le 4 juillet 1841. Consultation médico-légale sur un cas présumé d’empoisonnement par l’arsenic arsénieux, Paris, Béthune et Plon, 1841, extrait de la Gazette des Hôpitaux, juillet 1841 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie, Res 3759/2)
Un exemple d’expertise médicale visant à identifier un empoisonnement à l’arsenic par un autre médecin de la période: Francesco Rognetta, Intoxication arsenicale. Procès d’Aix (Bouches-du-Rhône). Affaire Michel, jugée le 4 juillet 1841. Consultation médico-légale sur un cas présumé d’empoisonnement par l’arsenic arsénieux, Paris, Béthune et Plon, 1841, extrait de la Gazette des Hôpitaux, juillet 1841 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie, Res 3759/2)

Une nouvelle science voit le jour : l’anthropologie criminelle. Le Belge Adolphe Quételet (1796-1874) développe à la Restauration l’idée du penchant au crime (c’est-à-dire la probabilité plus ou moins forte qu’un individu donné commette un crime)17. Cependant, le véritable père de l’anthropologie criminelle est l’Italien Cesare Lombroso, adepte de l’anthropométrie et spécialiste des maladies mentales. L’autopsie en 1870 d’un brigand qui avait tenté de s’enfuir de prison, chez lequel il découvre une série d’anomalies crâniennes, est le point de départ de son grand ouvrage, L’uomo delinquente18, qui utilise les techniques de l’anthropométrie, de l’autopsie, de l’étude des crânes et de la photographie pour dresser la typologie du criminel-né, en y ajoutant un certain nombre de caractères sociaux spécifiques (argot, tatouages, etc). Le premier congrès d’anthropologie criminelle est tenu en 1885 : il marque la naissance d’un mouvement criminologique français mené par Alexandre Lacassagne, titulaire de la chaire de médecine légale de Lyon, qui s’oppose à Lombroso et estime que le social l’emporte sur l’atavisme en matière de criminalité19.

La police scientifique se développe dans ce contexte. Depuis l’abolition de la marque au fer rouge en 1832, la police a développé diverses méthodes pour identifier les récidivistes. Un système se met peu à peu en place, à partir de l’idée de Vidocq qui en 1811 propose de recruter des physionomistes pour identifier les repris de justice : réalisation d’une galerie de portraits de criminels en reproduisant l’ombre portée de leur profil en 1819, introduction de la photographie à usage policier en 1840, développement d’un « signalement anthropométrique » par diverses mesures entre 1879 et 1885, date de sa généralisation à toutes les prisons françaises. L’idée vient d’Alphonse Bertillon, dont les travaux placent la police scientifique française au premier rang. Le procédé est complété en 1888 par la photographie anthropométrique (face et profil des détenus). La faiblesse de ce système est qu’il permet d’établir avec certitude que deux hommes sont différents, mais pas que deux séries de mesures identiques appartiennent au même homme. Les premiers travaux sur les empreintes digitales remontent à 1686. Bien plus tard, en 1823, le physiologiste tchèque Jan Major Purkinje affirme que les dessins papillaires des doigts ne peuvent être identiques chez deux individus différents. Peu à peu, les empreintes digitales s’imposent dans l’identification des individus, et il vient compléter le système de Bertillon en 189620. Ces empreintes servent pour la première fois à confondre un meurtrier en 1902, dans le cas de l’affaire Schaffer. C’est Bertillon qui est à l’origine de cette réussite, même s’il exprime par la suite des réserves à l’égard de ce genre de méthodes21.

Bertillon, Alphonse, Identification anthropométrique. Instructions signalétiques, Melun, Imprimerie administrative, 1893 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie, Res 1773)
Bertillon, Alphonse, Identification anthropométrique. Instructions signalétiques, Melun, Imprimerie administrative, 1893 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie, Res 1773)

Edmond Locard, un Sherlock Holmes français22

Un disciple d’Alexandre Lacassagne, Edmond Locard, joue un rôle essentiel dans le développement de l’importance de la preuve matérielle. Profondément influencé par l’affaire Dreyfus, mais aussi par le personnage de Sherlock Holmes créé par le médecin neurologue anglais Arthur Conan Doyle au tournant des XIXe et XXe siècles, il s’attache à l’utilisation des preuves matérielles dans l’enquête criminelle, ce qui est tout à fait nouveau à la fin du XIXe siècle. Démarrant sa carrière avec un modeste laboratoire dans les combles du palais de justice de Lyon à partir de 1910, date de l’inauguration du « service anthropométrique », il étoffe peu à peu ses missions, et s’équipe de matériels performants sur ses propres deniers : appareil microphotographique, lampe de Wood, spectroscope… Il conçoit de nouveaux appareils avec l’aide de ses élèves (le hatoscope inventé par Harry Soderman pour l’expertise balistique, ou le graphoscope, pour l’expertise des documents écrits). Il finit par acquérir une renommée internationale, et reçoit de nombreux élèves.

Durant quarante ans, Edmond Locard développe des techniques d’expertise criminelle qui apportent la preuve, non pas de la culpabilité d’un individu, mais de sa présence ou non sur les lieux d’un crime : recherche et identification des empreintes digitales, étude des pores, recherche systématique des traces laissées sur les lieux par le criminel ou emportées avec lui à son insu sur ses vêtements ou son corps, analyse des taches même si les techniques de l’époque manquent de précision, analyse des poussières, ce qui est alors une vraie nouveauté. Sa grande spécialité reste sa technique propre d’identification des écritures.

Locard, Edmond, Traité de criminalistique, Lyon, Desvigne, 1931-1940 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, 22252)
Locard, Edmond, Traité de criminalistique, Lyon, Desvigne, 1931-1940 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, 22252)

Edmond Locard est l’un des fondateurs de la police technique et scientifique ; les principes fondateurs actuels sont toujours ceux d’Alphonse Bertillon et les siens pour les laboratoires de police. Par la suite, l’avancée des technologies a permis de développer de nouvelles techniques ; les progrès ont été remarquables dans l’analyse des traces biologiques surtout (notamment avec l’analyse des empreintes génétiques). Ses apports sont consignés dans un ouvrage qui fait longtemps référence, L’enquête criminelle et les méthodes scientifiques, publié chez Flammarion en 1920.

Locard, Edmond, Mémoire d’un criminologiste, Paris, Fayard, 1957 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, 17171)
Locard, Edmond, Mémoire d’un criminologiste, Paris, Fayard, 1957 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, 17171)

Méthodes de médecine légale : l’odontologie légale et l’identification des personnes par leur dentition.

La première identification médico-légale d’un corps au moyen de sa dentition s’est faite aux Etats-Unis, lors de la guerre d’indépendance : le révolutionnaire Paul Revere, dentiste amateur et orfèvre de profession, a reconnu le travail qu’il avait réalisé en 1773 et 1775 sur le docteur Joseph Warren. Ce dernier était mort lors d’une des premières batailles de l’Indépendance, à Bread Hill ou Bunker Hill en Nouvelle Angleterre, en 1775. Les Anglais l’avaient enterré dans une fosse commune, et ce n’est que dix mois plus tard qu’il a été identifié.

Un autre jalon essentiel dans l’histoire de l’identification des corps par leur dentition est l’incendie du Bazar de la Charité, le 4 mai 1897 à Paris. L’incendie s’était déclaré lors d’une vente de charité organisée par des dames de la haute société ; 30 d’entre elles étaient trop gravement brûlées pour être reconnaissables. Albert Hans, ambassadeur du Paraguay, a alors l’idée de faire appel à son dentiste pour identifier la duchesse d’Alençon : c’est ainsi que les docteurs Burt, Brault, Ducorneau et Godon examinent et parviennent à identifier les 30 corps gravement brûlés. C’est suite à cet événement que le docteur Oscar Amoedo, dentiste d’origine cubaine et professeur à l’Ecole d’Odontologie de Paris, écrit le grand texte fondateur de l’odontologie légale : L’Art dentaire en médecine légale, publié chez Masson en 1898.

Amoedo, Oscar, L’Art dentaire en médecine légale, Paris, Masson, 1898 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 209134)
Amoedo, Oscar, L’Art dentaire en médecine légale, Paris, Masson, 1898 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 209134)

Le premier meurtrier à avoir été démasqué par ses traces de dents a été l’Anglais Robert Gorringe, confondu en 1948 par les empreintes de morsures laissées sur le sein droit de son épouse, Phyllis Lucy, qui avait été assassinée durant le Bal de la Saint-Sylvestre à Tonbridge Wells, en 1947. Par la suite, cette méthode a été utilisée pour identifier nombre de victimes et donc résoudre un certain nombre d’affaires. L’une des plus célèbres reste l’affaire dite des « meurtres aux bains d’acide », à Crawley dans le Sussex (Angleterre), en 1949. Les victimes avaient été plongées dans de l’acide sulfurique, et donc complètement dissoutes. Cependant, l’une d’entre elles portait des prothèses dentaires en acrylique qui ont résisté à l’acide, et ont donc permis d’identifier la victime, Mrs Durand-Deacon. Le cas a ensuite pu être résolu, et l’assassin, John George Haigh, a pu être confondu. Un autre cas célèbre d’identification par la dentition remonte au 1er mai 1945 : quand les troupes russes découvrent les corps d’Alfred Hitler et d’Eva Braun après leur suicide, ils sont tellement brûlés que seule leur dentition permet une identification sûre23.

Méthodes de médecine légale : l’entomologie légale et la détermination de la date de la mort par l’examen de la faune se développant sur les cadavres.

Les experts médico-légaux s’intéressent tardivement aux effets de la décomposition des corps. Au XVIIIe et au XIXe siècle, on observe que les corps trouvés lors d’exhumations de masse, en France et en Allemagne, sont habités par des arthropodes très variés. Cependant, il faut attendre le milieu du XIXe siècle pour que soit attesté le premier cas d’expertise d’entomologie légale comportant une estimation d’intervalle post-mortem. Le médecin français Bergeret remet à la Cour un rapport daté du 28 mars 1850, à propos du cas d’un enfant trouvé mort très longtemps après son décès. Il utilise le cycle de vie des insectes trouvés sur le cadavre pour essayer d’identifier l’époque de la mort. L’étude des insectes permet à Paul Camille Hippolyte Brouardel de décrire en 1879 le cas d’un enfant nouveau-né qu’il a autopsié le 15 janvier 1878 : avec l’aide de M. Perier, professeur au Museum d’Histoire Naturelle de Paris, et de Jean-Pierre Mégnin, vétérinaire des Armées, il estime que l’enfant est mort 7 à 8 mois avant l’autopsie.

Le premier rapport d’une étude systématique sur le sujet est cette fois-ci allemand : le 6 avril 1881, Reinhard remet son étude sur des corps exhumés en Saxe, certains tombeaux étudiés datant de plus de 15 ans. A peu près à la même période, Jean-Pierre Mégnin commence à développer une théorie de vagues écologiques et prédictives d’insectes vivants qu’il est possible de trouver sur les cadavres. Son livre le plus important, La Faune des cadavres (1894), décrit entre autres 19 rapports de cas qu’il a été amenés à examiner. Le tribunal n’hésite pas à faire appel à lui comme expert. Ses travaux sont ensuite continués et adaptés au Canada par Wyatt Johnston et Geoffrey Villeneuve, aux Etats-Unis par Murray Galt Motter.

Mégnin, Jean-Pierre, La Faune des cadavres, Paris, Gauthier-Villars, 1894 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 9207)
Mégnin, Jean-Pierre, La Faune des cadavres, Paris, Gauthier-Villars, 1894 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 9207)

En Allemagne, cette méthode d’expertise se développe aussi à la fin du siècle. C’est ainsi que le docteur Klingelhöffer, en 1889, permet d’innocenter le père d’une famille pauvre : 3 jours après la mort d’un enfant, une autopsie est réalisée et révèle des marques d’altération importantes. Les autorités, pensant que le père a empoisonné l’enfant à l’acide sulfurique, l’emprisonnent. Cependant, les observations du docteur Klingelhöffer permettent d’établir que les marques en question sont en réalité le fait des cafards, ce qui permet de libérer le père après 3 semaines de prison. D’autres cas du même genre ont suivi : des médecins avec des connaissances en entomologie ont permis d’innocenter un certain nombre de personnes accusées de meurtres d’enfants.

Vers 1900, l’entomologie connaît une popularisation grandissante et se vulgarise en France et en Allemagne. Les connaissances continuent à progresser : l’Allemand Eduard Ritter von Nierzabitowski, de l’Institut médico-légal de Cracovie, montre expérimentalement que les cadavres humains partagent la même faune que les cadavres animaux. Dans les années 1920, on publie des listes d’espèces et des monographies au sujet des insectes importants en matière médico-légale. On montre que les circonstances de la mort peuvent influencer les successions d’insectes sur les cadavres : Hermann Merkel le démontre en 1919 à l’Institut de médecine légale de Munich. Il est saisi du cas d’un double meurtre : un fils a tué ses deux parents et a conservé trois semaines les deux corps côte à côte. Or, à l’autopsie, l’état de décomposition s’est avéré différent : en effet, la mère, obèse, était en totale décomposition à l’extérieur mais pas à l’intérieur, tandis que le père, peu corpulent, était en totale décomposition. La différence majeure repose dans la façon dont les deux victimes ont été assassinées : la mère a reçu une balle dans la tête, tandis que le père a été poignardé à de multiples reprises. Par la suite, dans les années 1930 et 1940, la recherche en entomologie médicale s’est faite beaucoup moins active.

NB: ce billet a été rédigé à partir d’une exposition qui s’est tenue au mois de mars 2012 à la bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, à Marseille.

Quelques compléments bibliographiques

Robert Michael Bruce-Chwatt, « A brief history of Forensic odontology since 1775 », dans Journal of Forensic and Legal Medicine, 17 (3), 2010, p. 127-130.

Frédéric Chauvaud, Les experts du crime : la médecine légale en France au XIXe siècle, Paris, Aubier, 2000 (Historique).

Frédéric Chauvaud, « « Cet homme si multiple et si divers » : Orfila et la chimie du crime au XIXe siècle », dans Sociétés & Représentations, 22 (2), 2006, p. 171-187.

Catherine Crawford, « Legalizing Medicine : Early Modern Legal Systems and the Growth of Medico-Legal Knowledge », dans Legal Medicine in History, éd. par Catherine Crawford et Michael Clark, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 89-116.

Dominique Guillo, « Bertillon, l’anthropologie criminelle et l’histoire naturelle : des réponses au brouillage des identités », dans Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, 12 (1), 2008, p. 97-117.

Martine Kaluszynski, « Alphonse Bertillon et l’anthropométrie judiciaire. L’identification au cœur de l’ordre républicain », dans Criminocorpus, 2014, consulté le 25 février 2015.

Aurore Llorca, « La criminologie, héritière paradoxale de l’école d’anthropologie criminelle », dans Raisons politiques, 17 (1), 2005, p. 47-64

Alessandro Pastore, Il medico in tribunale. La perizia medica nella procedura penale d’antico regime (secolli XVIo-XVIIIo), Bellinzona, Casagrande, 1998.

Michel Porret, « Crime et châtiments au siècle des Lumières : l’œil du médecin légiste », XVIIIe siècle, 30, 1998, p. 37-50.

Michel Porret, « Magistrats et experts. Pour une histoire de la médecine judiciaire à l’époque moderne : des savoirs diffus au savoir constitué », dans Histoire et théorie des sciences sociales : mélanges en l’honneur de Giovanni Busino, éd. par Mohamed Cherkaoui, Genève, Droz, 2003, p. 83-99.

Michel Porret, Sur la scène du crime : pratique pénale, enquête et expertises judiciaires à Genève (XVIIIe-XIXe siècles), Montréal, Presses Universitaires de Montréal, 2008.

Michel Porret, « La preuve du corps », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22 (1), 2010, p. 37-60.

Marc Renneville, « La criminologie perdue d’Alexandre Lacassagne (1843-1924) », Criminocorpus, 2005, consulté le 26 février 2015.

Paolo Zacchia, Quaestiones medico-legales, Amsterdam, Joannes Blaeu, 1651 (édition et traduction moderne établie par L. Laugier, Aix-en-Provence, Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2006).

Vincent Zuberbuhler, « Écrire l’histoire de la médecine légale. », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22 (1), 2010, p. 61-77.

  1. Michel Porret, « La preuve du corps », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22 (1), 2010, p. 37-60 []
  2. Voir Samuel X. Radbill, « History of Child Abuse and Infanticide », dans The Battered Child, éd. par Ray. E. Helfer et Henry C. Kempe, Chicago, University of Chicago Press, 1968, p.3-17. []
  3. Cité par John Rathbone Oliver, « Legal medicine in Europe and America », Amercian Bar Association Journal, 18 (6), 1932, p. 405-411; la citation est p. 406 et ne donne pas la source de cette affirmation. []
  4. Michel Porret, « La preuve du corps », p. 47. []
  5. Cyril H. West, « The History of Legal Medicine », Journal of the Academy of Psychiatry and the Law, 33 (2), 2005, p. 247. Voir surtout Robert Mandrou, Magistrats et sorciers en France au XVIIe siècle: une analyse de psychologie historique, Paris, Plon, 1968, et Rafael Mandressi, « Les médecins et le diable », dans Chrétiens et sociétés, 13 (2006), consulté le 24 février 2015. []
  6. Michel Porret, « La preuve du corps », Revue d’Histoire des Sciences Humaines 1/ 2010 (n° 22), p. 37-60 []
  7. Sur ces questions, voir Jean-Christian Petitfils, L’Affaire des Poisons: crimes et sorcellerie au temps du Roi-Soleil, Paris, Perrin, 2013. []
  8. Jean Lecuir, « La médicalisation de la société française dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle en France : aux origines des
    premiers traités de médecine légale », dans Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 86 ( 2), 1979, p. 231-250. []
  9.  Les lois éclairées par les sciences physiques ou traité de Médecine-Légale et d’hygiène publique, Paris, Croullebois, 1798. []
  10.  Cours de médecine légale, théorique et pratique, Paris, Imprimerie de la Société de Médecine, 1800. []
  11.  Médecine légale et police médicale, Paris, F. Buisson, 1801. []
  12. Vincent Zuberbuhler, « Écrire l’histoire de la médecine légale. », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22 (1), 2010, p. 66. []
  13. Cyril H. West, « The History of Legal Medicine », Journal of the Academy of Psychiatry and the Law, 33 (2), 2005, p. 247. []
  14. 1814. Deuxième édition: Paris, Crochard, 1818. []
  15. Paris, Béchet jeune, 1823. Deuxième édition: Paris, Béchet jeune, 1828. []
  16. Sur Matthieur Orfila, voir Frédéric Chauvaud, « « Cet homme si multiple et si divers » : Orfila et la chimie du crime au XIXe siècle », Sociétés & Représentations, 22 (2), 2006, p. 171-187. []
  17. Les bibliothèques d’AMU possèdent plusieurs rééditions de ses ouvrages: Physique sociale, ou Essai sur le développement des facultés de l’homme, Bruxelles, C. Muquardt, 1869, et Anthropométrie, ou mesure des différentes facultés de l’homme, Bruxelles, C. Muquardt, 1871. []
  18. Lombroso, Cesare, L’uomo delinquente, Milan, Hoepli, 1876. Traduction française par Albert Bournier et M. Regnier, Paris, Alcan, 1887. []
  19. Sur ce sujet, voir en particulier les travaux de Marc Renneville. Sur Lacassagne: Marc Renneville, « La criminologie perdue d’Alexandre Lacassagne (1843-1924) », Criminocorpus , 2005, consulté le 26 février 2015. []
  20. Michel Mazevet, Denise Stagnara et Louis-Paul Fischer, « Le Dr Edmond Locard, un Sherlock Holmes lyonnais », dans Histoire des sciences médicales, XLI (3), 2007, p. 270-272. []
  21. Sur cette affaire, voir Jean-Marc Berlière, « L’affaire Scheffer : une victoire de la science contre le crime ? (octobre 1902) », Criminocorpus, 2007, consulté le 26 février 2015. []
  22.  Michel Mazevet, Denise Stagnara et Louis-Paul Fischer, « Le Dr Edmond Locard, un Sherlock Holmes lyonnais », dans Histoire des sciences médicales, XLI (3), 2007, p. 269-278. []
  23. Robert Michael Bruce-Chwatt, « A brief history of Forensic odontology since 1775 », dans Journal of Forensic and Legal Medicine, 17 (3), 2010, p. 127-130. []

Exposition: vers un droit dans la guerre

Dans la suite des expositions présentées dans les différentes bibliothèques de l’Université autour de la mémoire de la Grande Guerre, la BU Droit aborde le thème par le biais du droit international.

Exposition visible à la BU Droit Schuman à ses heures d’ouverture, du 9 janvier au 3 avril 2015.

Conception: Nadia Corneau, Ghislaine Colombo, Marlène Gallerini, Yves Gemini.

Réemploi d’un fragment de manuscrit musical dans la reliure d’une édition juridique de 1546

Lors de la restauration d’une édition de 1546 d’un commentaire du Code Justinien  de Balde (voir notice et commentaire ci-dessous ), les « défaits » de la reliure ont révélé le réemploi d’un manuscrit de chant liturgique datable du XIVe– siècle environ, ce qui en fait le plus ancien document conservé par la BU de droit d’Aix.

Défait3
Défait de reliure provenant de Baldus in tres primos libros codicis – BU Droit Schuman, Res 806.

Ce fragment est tiré d’un Graduel noté en neumes grégoriens, à la page du Jeudi Saint, comme l’indiquent :

  • la rubrique feria quinta in Cena Domini,
  • le titre filigrané en bleu (avec  initiale rouge) Nos autem gloriari… et Christus factus est…, incipits des chants de  l’introït et du graduel de la messe.

Les divers types de réemplois de manuscrits sont courants, vu le coût du parchemin.  L’exemple le plus fameux reste celui des palimpsestes, manuscrits périmés qui étaient grattés pour y copier un autre texte, nombreux à l’époque de l’Antiquité tardive ou du Haut Moyen âge.

La redécouverte de certains fragments cachés sous une autre écriture ou dans une reliure peuvent être d’une importance exceptionnelle pour la recherche historique, comme il arrive assez fréquemment dans les recueils factices conservés au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, notamment dans les cotes lat. 11 000).

 Notice brève et commentaire de l’édition Renaissance reliée avec ces fragments de manuscrit musical :

Baldus in tres primos libros Codicis…praelectiones… cum additionibus et repetitionibus ejusdem per Franc. Musaptum repertis. Ad haec … additiones, Alexan. Imol. Barbatiae,  ac Celsii Hug. Cum omnibus quae hactenus edita sunt… his nunc recnes accdeunt … Philippi Decii additions…

Lyon, 1546. (il manque la mention de l’imprimeur, mais à la cote 804, pour le commentaire du 1er livre du Digeste, édité selon la même facture à Lyon en 1547, sans doute par la Compagnie des Libraires :  on trouve dans le colophon : ex officina Gasparis Trechsel).

Page de titre de l'ouvrage imprimé - BU Droit Schuman, Res 806.
Page de titre de l’ouvrage imprimé – BU Droit Schuman, Res 806.

Cette édition du commentaire de Balde des 3 premiers livres du Code de Justinien est absente du catalogue collectif de France; elle sera prochainement signalée par la BU droit sur le Sudoc.

BU droit Aix, Cote RES 806 (papier au format in folio, reliure de parchemin).

Auteur principal : Baldus de Ubaldis (Pérouse, 1327- Pavie, 1400)

Auteurs secondaires :

  • Johannes Franciscus Musaptus (1433-1530), professeur de droit à Padoue.
    Alexandre Tartagni (1424-1477), dit Alexandre d’Imola. Surnommé l’ « oracle de la jurisprudence », il enseigna le droit à Pavie, puis à Bologne.
  • André Barbatius ou Barbatius (mort vers 1481) professeur de droit à Ferrare puis à Bologne.
  • Celse-Hugues Descousu (v. 1480-1540) professeur de droit à Montpellier, puis à Bruges, Barcelone, Madrid, Tolède. Il avait été engagé par l’imprimeur lyonnais Simon Vincent pour effectuer la révision des livres de jurisprudence.
  • Philippe Decius (1454-1535) Professeur de droit dans les universités de Pise, Sienne, Padoue, Valence, il fut également conseiller au parlement de Grenoble.

Frontispice:  gravé dans le style Renaissance, il représente une disputatio des docteurs au-dessous d’une figuration semble-t-il de Charlemagne (glaive et globe impérial), entouré de représentants du pouvoir spirituel (évêques) et temporel (chevaliers ou soldats et juristes). On remarque que l’armoirie en bas n’a pas reçu son illustration.

Balde a été professeur de droit civil et canonique à l’université de Pérouse. Il fait partie de l’école des postglossateurs créée par Bartole (1314-1357), opérant – avec la méthode scolastique – une synthèse entre le droit romain et la pratique coutumière .

Après la redécouverte des œuvres de Justinien (empereur byzantin auteur du Code, daté de 529-534) à l’université de Bologne à la fin du XIe siècle, les juristes furent en effet appelés glossateurs, car pratiquant couramment la méthode de la glose  : la glose est le commentaire encadrant le texte de loi, comme on le voit dans l’image jointe.  Si la glose s’est développée au cours des XIIe -XIIIe siècles dans de nombreux domaines du savoir (on glosait la Bible, mais aussi les textes des Pères de l’Eglise, etc), c’est en droit que cette méthode scolastique a été particulièrement systématisée, avec notamment Accurse (glose ordinaire) et Azon.

Ces écoles des glossateurs et postglossateurs  seront supplantées au XVIe siècle par la méthode historique dont Jacques Cujas reste le modèle.

Références bibliographiques :

Albert Rigaudière, Introduction historique à l’étude du droit et des institutions,  Paris, Economica, 2005, notamment p. 389-391 : Bartole et le mos italicus (Cujas = mos gallicus).

Jean-Marie Carbasse, Manuel d’introduction historique au droit, Paris, Presses universitaires de France, 2009, p. 134-145 : « Des commentateurs aux humanistes ».

G. Chevrier, « Baldi de Ubaldi », dans Dictionnaire de droit canonique, dir. R. Naz, t. 2, Paris, Letouzey et Ané, 1937, col. 39-52.

Daniel Schwenzer, « Balde de Ubaldis », dans Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon (BBKL), Hamm 1975.

Pour Celse-Hugues : Dictionnaire historique des juristes français, dir. Patrick Arabeyre, Jean-Louis Halpérin, Jacques Krynen, Paris, PUF, 2007, p. 248 (notice Petitjean). Voir aussi Biographie universelle, dir. Louis-Gabriel Michaud, Paris, Michaud frères, 1811-1862, vol 11, p. 161.

Pour Musaptus: Robert Feenstra « Editions lyonnaises des lecturae de droit civil de Balde par Jean de Gradibus, avec un aperçu des autres éditions du XVIe siècle », in Ius commune, Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Europäische Rechtsgeschichte, 27 (2000), p. 345-72.

Pour les autres auteurs secondaires  : La vie des plus célèbres jurisconsultes de toutes les nations, tant anciens que modernes,  Pierre Taisand, Paris, Prault et Le Clerc, 1737, p. 315-316 (Imola) ; p. 53-54 (André de Barbatia) ; p.156-166 (Decius).

Réflexions autour du patrimoine scientifique d'Aix-Marseille Université