Archives par mot-clé : Bibliothèque de Lettres et sciences humaines (Aix)

LA « COSMOGRAPHIA UNIVERSALIS » DE SEBASTIAN MÜNSTER

Sebastian Münster naît en 1489 à Nieder-Ingelheim, près de Mayence (Allemagne) et meurt de la peste à Bâle (Suisse) en 1552.

Page de garde et 1ère page de texte de notre exemplaire de l’édition de 1552. BU Lettres Aix, cote RES 7339.

Fils d’un maître d’hôpital, il reçoit une excellente éducation, initié aux arts libéraux du Trivium1 puis du Quadrivium2. Catholique par ses origines,

formé surtout par des membres du clergé et élevé dans un esprit de dévotion, il éprouve rapidement un attrait pour la théologie3.

Parallèlement, il s’intéresse aux mathématiques, à l’astronomie, aux langues et à la géographie. En 1512, après son ordination célébrée au monastère franciscain de Pforzheim, il devient moine de l’ordre des Cordeliers à Tübingen. Il est nommé « Lecteur » de théologie et de philosophie. Il travaille avec Johannes Stöffler (1452-1531), premier véritable professeur de géographie en Allemagne, rencontre qui lui permet d’approfondir ses connaissances du domaine par l’étude des textes anciens.

Il vit à Bâle en 1518, au moment où Martin Luther ébranle la chrétienté par ses idées contestataires, rejeter le pape et interpréter librement la Bible. Münster fort de sa formation en théologie, saisit la profondeur du débat et fait le choix de quitter l’habit franciscain en 1529 pour rejoindre officiellement l’Église suisse réformée. Il se marie la même année.

Entretemps, de 1524 à 1527, il est professeur à Heidelberg puis en 1528 à Bâle où il enseigne la théologie et l’hébreu à l’Université. Il publie de nombreux ouvrages d’histoire et de géographie qui « influenceront le développement de la cartographie »4.

Parmi eux, sa célèbre Cosmographia universalis est définie comme l’une des premières descriptions du monde. Il y travaille à partir de 1540.

L’année 1544 est particulièrement éprouvante, il lutte pour maintenir une certaine avance entre la rédaction des chapitres et leur impression. En mai les pages sur la Suisse sortent des presses, alors qu’il travaille toujours sur le manuscrit, qu’il y porte encore des corrections et des sous-titres aux cartes. Münster se désespère, ne s’alimente plus correctement et craint de ne pouvoir finir son œuvre avant sa mort. Toutefois, la Cosmographia universalis sort des presses de son beau-frère Henri Petri, en 1544 ; ce dernier était un imprimeur de cartes et plans à Bâle et, après sa mort, en 1579, ses affaires furent reprises par son fils, Sebastian, qui poursuivit notamment la publication de la Cosmographia.

Le mouvement apparent du soleil

A cette époque, la science cosmographique s’aborde de deux manières. La première

consiste  à représenter la Terre à partir des différents cercles du ciel, selon une méthode astronomique et géométrique qui permet de dessiner les zones climatiques, d’indiquer les directions, de situer mathématiquement les lieux du monde grâce au système des parallèles et des méridiens. On reconnaît là les grands principes de la géographie ptoléméenne… L’autre façon de procéder s’inscrit dans la tradition de la géographie descriptive et historique théorisée par Strabon5,

qui privilégie les caractéristiques topographiques et les réalités naturelles et culturelles.

Les deux écoles cosmographiques ont recours au terme grec « cosmos » et à l’adjectif « universel » pour bien marquer l’envergure de l’entreprise.  En 1575, dans une adaptation française de Münster, on pourra même lire ce titre : La cosmographie universelle de tout le monde. Cette surenchère lexicale est manifeste par rapport aux Géographies de Ptolomée et de Strabon. F. Tinguely la désigne comme étant

la marque d’un enthousiasme renouvelé, d’un désir parfaitement assumé de parvenir à une pleine maîtrise du monde.

Le cosmographe d’ascendance ptoméléenne, à partir de ses calculs mathématiques et géographiques, est en mesure de construire une représentation ordonnée du monde. En revanche, le cosmographe descriptif,

victime de son optimisme cognitif, déploie des moyens considérables (compilations des relations de voyage, réseaux d’informateurs, dispositifs iconiques et cartographiques, etc.) accumule une masse d’informations toujours incomplètes6,

qu’il conviendrait de mettre à jour régulièrement. Il n’y a donc pas d’achèvement et de clôture possibles. Cette impossibilité de conclure est alors valorisée sur le plan théologique par la « célébration de l’insondable diversité de la Création et, par contrecoup, de l’omnipotence du Créateur »7.

L’ambition de Münster, qui appartient à cette deuxième école, est de décrire le monde entier, dans tous ses aspects : géographique bien sûr mais on y trouve aussi des informations d’ordre généalogique, zoologique, botanique, le fil conducteur étant l’histoire des régions décrites. Les renseignements recueillis touchent l’Europe, l’Asie, l’Afrique et le nouveau continent America.

Carte des Gaules

Très bien documentée, la Cosmographie offre au lecteur du XVIe siècle une ouverture sur le monde.

La Cosmographie appartient au genre encyclopédique et, en cela, elle déborde les limites de la description du monde… Elle profite des grands changements de la Renaissance qui s’accompagnent d’un engouement de plus en plus marqué pour la connaissance en général8.

La Cosmographie de Münster a un succès considérable, c’est un des ouvrages les plus lus par les savants au XVIe siècle, elle sert de manuel. Au total, plus de 120 collaborateurs ont participé à cette œuvre.  Münster a su exploiter la concurrence régionale et la fierté civique pour amasser le matériel qui servira à agrandir les éditions successives9. Il collecte les plans et mémoires des villes auprès des élites locales, des princes et savants d’Europe, les publie tels quels dans son livre tout comme des extraits de sa correspondance et de notes fournies par des érudits locaux10.

Les illustrations sont réalisées pour certaines par les plus grands artistes rhénans de son temps comme Hans Rudolf Manuel Deutsch, G. Hofreuter, Hans Holbein le Jeune ou encore David Kandel.                 Holbein exécute, par exemple, les cartes d’Amsterdam (p. 133) et de Rome (p. 158-159) ainsi que plusieurs illustrations de saynètes, telle une dispute entre rois (p. 254).

Planche signée « H.H » représentant la ville d’Amsterdam.

On y retrouve de nombreuses planches des modes de vies de l’époque, de même que des vues des villes en double page et de nombreuses cartes.

Extrait du chapitre sur l’histoire de l’Autriche

De belles et très grandes gravures sur bois, pour la plupart d’une réelle valeur artistique, représentent diverses villes.

Vue de la ville de Sélestat en Alsace
Gravure en double-page montrant la ville de Francfort

Les cartes couvraient de « nouvelles îles derrière l’Espagne jusqu’à l’Orient vers le pays des Indes (l’Amérique et le continent asiatique) »11. Elles firent autorité jusqu’à la publication du Theatrum orbis Terrarum d’Ortelius en 1570, considéré en cartographie comme le premier atlas moderne, et du Civitates Orbis Terrarum de Braun et Hogenberg, en 1572, composé de 546 perspectives, vues à vol d’oiseau et cartes de villes du monde entier.

Carte de l’Europe, dessinée Nord-Sud

L’édition originale de 1544 en langue allemande avec ses 640 pages, 520 gravures et 24 cartes en double-page est devenue fort rare. Elle n’est pas présente au SCD mais la BU Lettres d’Aix détient une édition de 1552, la première en français, qui paraît l’année de la mort de l’auteur. Seuls 4 autres exemplaires sont aujourd’hui localisés dans le Catalogue collectif de France.

Le volume compte 1429 pages et s’organise en 6 chapitres :

Livre I – Astronomie, Mathématiques, Géographie physique, Cartographie

Livre II – Angleterre, Écosse, Irlande, Espagne, France, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Savoie, Trèves, Italie

Livre III – Allemagne, Alsace, Suisse, Autriche, Carniole, Istrie, Bohème, Moravie, Silésie, Poméranie, Prusse, Livonie

Livre IV – Danemark, Norvège, Suède, Finlande, Islande, Hongrie, Pologne, Lituanie, Russie, Valachie, Bosnie, Bulgarie, Grèce, Turquie

Livre V – Asie Mineure, Chypre, Arménie, Palestine, Arabie, Perse, Asie centrale, Afghanistan, Scythie, Tartarie, Inde, Ceylan (aujourd’hui le Sri Lanka), Burma, Chine, Inde de l’Est, Madagascar, Zanzibar, Amérique

Livre VI – Mauritanie, Tunisie, Libye, Égypte, Sénégal, Gambie, Mali, Afrique du Sud, Afrique de l’Est

Publiées à l’époque des grandes explorations qui remodèlent l’image du monde, les cosmographies sont fréquemment remises à jour. La Cosmographie connait donc elle aussi de nombreux remaniements, des ajouts et des adaptations. Près de cinquante éditions remaniées et augmentées de notices et d’illustrations paraissent jusqu’en 1650, en langues allemande, latine, française, tchèque et italienne.

La plus connue des réadaptations en français est celle de François de Belleforest, parue à Paris en 1575.  L’édition est augmentée de 627 pages sur la  géographie, les villes et les coutumes françaises, au point d’égaler la couverture de la partie allemande. Riche de 4000 pages, publiée en 2 volumes, la BU Lettres ne possède qu’un fragment de cette édition, un assemblage de quelques cahiers concernant la Provence, cote Res 758. La BMVR de Marseille en possède également un exemplaire, dont il manque le premier tome et la page de titre du deuxième.

« Le vray portraict de la ville de Marseille » avec en repère 12 le fort de Notre-Dame de la Garde
« Le vray portraict de la ville d’Aix-en-Provence » avec la tour de l’Horloge en repère G et l’hôtel de ville en repère H
La ville de Nice et son château

Notre conclusion est toute trouvée dans un ouvrage de Lucien Gallois qui relève la forme naïve mais profonde de la propre conclusion de Münster à son œuvre, parue en dernière page du  Livre VI :

Extrait de la page 192 de l’ouvrage « Les géographes allemands de la Renaissance » de Lucien Gallois (Leroux, 1890)

 

Bibliographie sommaire :

Bergevin, Jean, Déterminisme et géographie : Hérodote, Strabon, Albert le Grand et Sebastian Münster, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1992 (Travaux du Département de Géographie de l’Université Laval, 8)

Besse, Jean-Marc, Les grandeurs de la Terre : aspects du savoir géographique à la Renaissance, Lyon,  ENS éditions, 2003 (Sociétés, espaces, temps)

Broc, Numa, La géographie de la Renaissance (1420-1620), Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques-CTHS, 1986

Gallois, Lucien. Les géographes allemands de la Renaissance [En ligne]. Paris, E. Leroux, 1890. Disponible sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56564410?rk=21459;2

Lestringant, Frank, André Thevet : cosmographe des Valois, Genève, Droz, 1991

Pelletier, Monique, Cartographie de la France et du monde de la Renaissance au siècle des Lumières, Paris, BNF, 2001 (Conférences Léopold Delisle)

Pelletier, Monique, De Ptolémée à La Guillotière (XVe-XVIe siècle) : des cartes pour la France pourquoi, comment ? Paris, CTHS, 2009 (CTHS Géographie, 6)

McLean, Matthew, The Cosmographia of Sebastian Münster : describing the World in the Reformation. Aldershot, Ashgate, 2007

McLean, Matthew, The Cosmographia of Sebastian Münster, thesis for the degree of Ph.D., University of St. Andrews, 2005. En ligne (ProQuest Dissertations & Thesis): http://search.proquest.com/docview/1824284217?pq-origsite=summon

Passavant, Johann David (1787-1861), Le peintre-graveur. Tome 3. [En ligne] Leipzig, R. Weigel, 1860. Disponible sur Gallica :              http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54707076?rk=42918;4

Tinguely, Frédéric, Le vertige cosmographique à la Renaissance, Archives internationales d’histoire des sciences, vol. 59, n°163,  p. 441-450, décembre 2009

Article Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sebastian_M%C3%BCnster

Éditions françaises en ligne :

Münster, Sebastian, La cosmographie universelle : contenant la situation de toutes les parties du monde, avec leurs proprietez & appartenances … [En ligne] [Basel] : [Heinrich Petri], [1552]. Universitätsbibliothek Basel, UBH EU I 84, http://dx.doi.org/10.3931/e-rara-9029

Münster, Sebastian, Belleforest, François, La Cosmographie universelle de tout le monde, auteur en partie Munster, mais beaucoup plus augmentée, ornée et enrichie par Fraçois de Beileforesr. [En ligne] Paris : Chez Michel Sonnius, 1575. Disponible sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54510n/f2.image

  1. [Dans les universités du Moyen-Âge] Ensemble des trois premiers arts libéraux (grammaire, rhétorique et dialectique) qui composaient le premier cycle des études universitaires dans les facultés des Arts ou la Philosophie. Source : http://www.cnrtl.fr/definition/trivium []
  2. [Dans le système d’enseignement du Moyen-Âge] Division des arts libéraux comprenant les quatre disciplines à caractère mathématique suivantes : arithmétique, géométrie, astronomie et musique. Source : http://www.cnrtl.fr/definition/quadrivium []
  3. Jean Bergevin, Déterminisme et géographie : Hérodote, Strabon, Albert le Grand et Sebastian Münster, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1992, p. 177. []
  4. Lucien Gallois, Les géographes allemands de la Renaissance, Paris, E. Leroux, 1890. []
  5. Frédéric Tinguely, « Le vertige cosmographique à la Renaissance », dans Archives internationales d’histoire des sciences, vol. 59, n°163,  p. 441-450, décembre 2009, p. 441. []
  6. Frédéric Tinguely, « Le vertige cosmographique à la Renaissance », op. cit., p. 442. []
  7. Frédéric Tinguely, « Le vertige cosmographique à la Renaissance », op. cit., p. 445. []
  8. Jean Bergevin, Déterminisme et géographie, op. cit., p. 123. []
  9. Matthew McLean, The Cosmographia of Sebastian Münster : describing the World in the Reformation. Aldershot, Ashgate, 2007, p. 169. []
  10. Voir Frank Lestringant, André Thevet : cosmographe des Valois, Genève, Droz, 1991. []
  11. Voir l’article Wikipédia. []

Ramon Llull ou Raymond Lulle à la BU Lettres d’Aix

A la fois philosophe et poète ayant ayant largement contribué à la construction littéraire de la langue catalane, théologien, prédicateur se donnant lui-même le titre d’arabus christianus1 , proclamant dans ses œuvres sa folie et revendiquant le titre de docteur illuminé, mystique considéré comme bienheureux voire comme saint en Catalogne en même temps que la postérité lui a attribué d’importants traités alchimiques qu’il n’a jamais écrit, Raymond Lulle est un des personnages les plus fascinants du XIIIe siècle.

Raymond Lulle (gauche) et Thomas le Myésier (droite) : Illustration de Electorium parvum seu breviculum (vers 1321). Dans Raimundus Lullus, Thomas le Myésier: Electorium parvum seu breviculum (nach 1321) Badische Landesbibliothek, Cod. St. Peter perg 92, Blatt 11v. Licence domaine public, source Wikimedia Commons.
Raymond Lulle (gauche) et Thomas le Myésier (droite) : Illustration de Electorium parvum seu breviculum (vers 1321). Dans Raimundus Lullus, Thomas le Myésier: Electorium parvum seu breviculum (nach 1321) Badische Landesbibliothek, Cod. St. Peter perg 92, Blatt 11v. Licence domaine public, source Wikimedia Commons.

Né à Palma de Majorque vers 1232-1235 dans un milieu aristocratique proche du roi Jacques II de Majorque, il est issu d’une famille noble catalane implantée à Barcelone. Son père, qui a accompagné Jacques le Conquérant lors de son offensive sur l’île de Majorque, définitivement conquise sur les musulmans en 1232, reçoit des terres en récompense. Le jeune Raymond Lulle grandit dans un environnement contrasté, près de la cour catalane de Majorque. Il y fait ses premières armes littéraires dans le registre courtois, appliquant à la langue vernaculaire catalane, qui n’a pas encore le statut de langue littéraire, les formes poétiques empruntées à la littérature occitane des jongleurs. Suite à une conversion, vers l’âge de trente ans, il quitte sa femme et ses enfants, entreprend d’apprendre le latin et de suivre une formation philosophique et théologique, au cours de laquelle il apprend également l’arabe.

Au cours de ses nombreux voyages, Raymond Lulle a discuté et controversé avec juifs et musulmans, il a enseigné et prêché. Proche des franciscains, il n’est cependant jamais entré formellement dans leur ordre. Son œuvre immense est tour à tour philosophique et mystique, elle emprunte les voies du récit ou celles du savoir encyclopédique, elle puise dans l’aristotélisme et réfute Averroès. Il se situe à un carrefour de la pensée, en marge des grands courants de son époque – il est contemporain de Thomas d’Aquin. Il est mort vers 1316, probablement au retour d’un voyage à Tunis, qu’il avait entrepris dans le but de prêcher la foi chrétienne auprès des musulmans.

La vérité ineffable. Installation de l'exposition à la BU Lettres et sciences humaines d'Aix (octobre 2016)
La vérité ineffable. Installation de l’exposition à la BU Lettres et sciences humaines d’Aix (octobre 2016)

C’est à l’occasion du 700e anniversaire de sa mort qu’un programme international a été mis en place pour découvrir l’œuvre de ce savant exceptionnel. La BU de Lettres d’Aix propose, du 7 au 14 octobre 2016, une exposition consacrée à cet auteur selon un design innovant, organisée en partenariat avec l’Institut Ramon Llull de Barcelone et Maria-Estralla Massip-Graupera, enseignante de catalan au département d’études hispaniques et latino-américaines (UFR ALLSH). Cette exposition, intitulée La Vérité ineffable. Le Livre de l’ami et de l’aimé de Raymond Lulle, sera complétée par une sélection de livres de la bibliothèque, de la BD à la critique philosophique approfondie, et par la présentation d’un volume de la réserve de la bibliothèque renfermant quelques-unes des premières éditions imprimées de l’œuvre du philosophe catalan.

Recueil factice, SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines, Res 23729. Reliure ancienne, dont le monogramme n'est pour le moment pas identifié.
Recueil factice, SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines, Res 23729. Reliure ancienne, dont le monogramme n’est pour le moment pas identifié.

Ce volume est un recueil factice assemblant diverses éditions humanistes sorties des presses de Josse Bade, un des plus importants imprimeurs parisiens des premières années du XVIe siècle. Érudit humaniste lui-même, originaire de l’actuelle Belgique, Josse Bade a voyagé dans plusieurs villes d’Europe, a enseigné à Valence et à Lyon, avant de s’intéresser de près à la nouvelle technique de l’imprimerie et finalement à installer ses propres presses à Paris. Il est en correspondance avec Érasme, dont il est l’un des éditeurs attitrés. Il fait paraître sept éditions de Raymond Lulle entre 1510 et 1521, signe d’un intérêt fort.

Charles de Bouelles, In hoc opere contenta Commentarius in primordiale Evangelium divi Joannis : Vita Remundi eremitae ; Philosophicae et historicae aliquot epistolae, Paris, Josse Bade, 1514. SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines d'Aix, Res 23729/2
Charles de Bouelles, In hoc opere contenta Commentarius in primordiale Evangelium divi Joannis : Vita Remundi eremitae ; Philosophicae et historicae aliquot epistolae, Paris, Josse Bade, 1514. SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines d’Aix, Res 23729/2

Il publie également les œuvres de Jacques Lefèvre d’Etaples, un des plus influents humanistes français. Ce dernier s’intéresse de très près au mysticisme de Raymond Lulle, dont il fait publier plusieurs textes importants. L’un des plus importants disciples de Lefèvre d’Etaples, Charles de Bouelles, est très influencé par le lullisme. Voyageant en Espagne, et notamment à Majorque, il traduit plusieurs manuscrits en latin ou en espagnol, et rédige une vie de Raymond Lulle, qui, jointe à un commentaire de l’Evangile selon saint Jean, paraît à deux reprises sous les presses de Josse Bade, en 1511 et en 1514. C’est la deuxième édition qui est présente dans le recueil factice conservé dans la réserve de la BU.

Dialectica seu logica nova Venerabilis Eremitae Raemmundi Lulli, éd. Bernard de Lavinheta, Paris, Josse Bade, 1516. SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines d'Aix, Res 27729/3
Dialectica seu logica nova Venerabilis Eremitae Raemmundi Lulli, éd. Bernard de Lavinheta, Paris, Josse Bade, 1516. SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines d’Aix, Res 27729/3

Un autre important disciple de Lefèvre d’Etaples, Bernard de Lavinheta, franciscain qui a enseigné à Salamanque puis à Paris, est beaucoup plus mal connu. Pour la réception du lullisme en France et à Paris à la Renaissance, sa contribution est pourtant essentielle, dans la mesure où il a été le maître d’oeuvre du retour de l’enseignement du lullisme à la Sorbonne, qui début du XVe siècle le condamnait, sous l’influence de Jean Gerson, chancelier de l’université de Paris. Pour asseoir son entreprise, Bernard de Lavinheta entreprend la publication d’une série d’œuvres de Raymond Lulle, surtout logiques, toutes sous les presses de Josse Bade, entre 1514 et 1517. Deux des textes de Raymond Lulle présents dans le recueil factice de la BU appartiennent à cette série. Il s’agit de la Dialectica seu logica nova (1516) et de la Metaphysica nova (1516). En fin de volume, on trouve enfin une autre oeuvre de Raymond Lulle, publiée chez Josse Bade par le même cercle d’humaniste : les Duodecim principa philosophiae Raemundi Lulli (1518).

Plus d’information

Le 10 octobre aura lieu une conférence à l’UFR ALLSH (campus Schuman). Toutes les informations pratiques sont ici : http://allsh.univ-amu.fr/expo-conf%C3%A9rence-et-r%C3%A9cital-raimond-lulle

Bibliographie sommaire

Cet article s’appuie essentiellement sur ces deux références :

Dominique de Courcelles, La parole risquée de Raymond Lulle : entre judaïsme, christianisme et islam, Paris, J. Vrin, 1993 (Problèmes et controverses).

Armand Llinarès, « Le lullisme de Lefèvre d’Etaples et de ses amis humanistes », dans L’humanisme français au début de la Renaissance. Colloque international de Tours, Paris, J. Vrin, 1973 (De Pétrarque à Descartes), p. 127-136.

Par ailleurs, l’article Wikipedia consacré à Raymond Lulle bénéficie du label « bon article ». Voir également le site du Centre de documentation Ramon Llull (Université de Barcelone).

Sur Josse Bade, voir la notice rédigée par Louise Katz à l’occasion de l’exposition Josse Bade, imprimeur humaniste organisée à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne au printemps 2015.

 

  1. Arabe chrétien. []

Le fonds Norton Cru à la BU de Lettres d’Aix-en-Provence

L’histoire des documents ayant appartenu à Jean Norton Cru, sacralisés par la famille Cru1 et dont certains sont conservés à la Bibliothèque universitaire d’Aix, est assez étonnante : en effet, ces sources ont été dispersées, en trois temps et trois lieux distincts, sans raison connue.

Un des ouvrages annotés de la main de J. Norton Cru, ayant servi pour Témoins: André Pézard, Nous autres à Vauquois, Paris, Renaissance du livre, s.d. Res 106601.
Un des ouvrages annotés de la main de J. Norton Cru, ayant servi pour Témoins: André Pézard, Nous autres à Vauquois, Paris, Renaissance du livre, 1918. Res 106601.

Hélène Vogel, jeune sœur de N. Cru, a réuni et donné la correspondance de guerre de Norton Cru, conservée précieusement, à un centre de recherche dirigé par Pierre Guiral, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Provence et ami de la famille.  Ces lettres ont été oubliées, exhumées et publiées en 20072. On trouvera dans cet ouvrage une biographie familiale utile pour apprécier le parcours atypique des sœurs et frères Cru. La correspondance de guerre se trouve désormais conservée aux Archives de Marseille.

Carte d'état-major annotée de la main de Jean Norton Cru (feuille Romilly-sur-Seine).
Carte d’état-major annotée de la main de Jean Norton Cru (feuille Romilly-sur-Seine).

Indépendamment du don précédent, la veuve de Norton Cru, Rose Cru, et Hélène Vogel ont offert à la bibliothèque universitaire de la Faculté d’Aix3, les ouvrages de travail et cartes d’état-major de N. Cru qui portent les traces de sa lecture attentive, scrupuleuse.  Beaucoup de ces ouvrages, marqués de la main de Norton Cru, donnent à voir ses gestes d’utilisateur qui place des repères pour accompagner de futures recherches. On y découvre le professeur N. Cru, correcteur, dont l’exigence peut sanctionner toute erreur ou remarquer les qualités, au stylo noir ou rouge. N. Cru couche ses impressions immédiates sur les premières pages de ses livres, puis accomplit diverses relectures qui nourrissent une réflexion plus générale sur l’écriture de la guerre. Ces annotations offrent un regard précieux sur la préparation de Témoins4.

André Pézard, Nous autres à Vauquois, Paris, Renaissance du livre, 1918. Page de titre et garde avec des notes manuscrites de Jean Norton Cru. Res 106601.
André Pézard, Nous autres à Vauquois, Paris, Renaissance du livre, 1918. Page de titre et page de garde avec des notes manuscrites de Jean Norton Cru. Res 106601.

Au delà des ouvrages de travail, la Bibliothèque conserve sous la cote MS 75 des manuscrits et tapuscrits de la famille Cru, en particulier, le journal de guerre d’Albert Cru et le texte anglais d’une conférence de Norton Cru réalisée en 1922 à Willams College. De nombreuses coupures de presse, réunies par la famille, relatent la réception de Témoins.

Le Crapouillot, numéro d’août 1930 où a paru un article de J. Norton Cru sur Témoins.

Enfin, après le décès de son mari, Hélène Vogel a déposé aux Archives Municipales de Marseille (AMM) de nombreux documents relatifs aux travaux scientifiques de son mari5, incluant un corpus important de courrier familial et professionnel expédié à N. Cru. Ces lettres évoquent le travail de Témoins et les nombreuses réflexions échangées avec les auteurs.

Marie-Françoise Attard-Maraninchi est chercheur au sein de l’UMR TELEMME (Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale-Méditerranée) à Aix-Marseille Université. Spécialiste d’histoire contemporaine, elle a consacré ses travaux à la présence des Corses à Marseille, à l’excursionisme marseillais à la fin du XIXe et au XXe siècle et à la Première guerre mondiale. Dans ce cadre, elle a publié de nombreuses études autour de la figure de Jean Norton Cru et de la place du témoignage dans la construction historiographique de la Grande Guerre comme objet historique.

  1. Les sœurs de Norton Cru ont conservé ses lettres de guerre, dont certaines sont annotées par la plus jeune sœur, Hélène Vogel. Celle-ci en mesure l’importance, et les confie au professeur Pierre Guiral. Mme Guiral a rapporté qu’Hélène Vogel les considérait « comme un trésor » (Entretien Mme Guiral, 15 fév. 2006). []
  2. Jean Norton Cru, Lettres du front et d’Amérique 1914-1919, éditées par M.-F. Attard-Maraninchi et R. Caty, préface de J.-Mar Guillon, Aix, Publication de l’Université de Provence, coll. « Le temps de l’histoire », 2007, 398 p. []
  3. H. Vogel a rédigé un article biographique publié par les Annales de la Faculté des Lettres et Sciences humaines d’Aix-en-Provence, « Jean Norton Cru. Sa vie par rapport à Témoins », t. XXXV, p. 37 – 68, 1961. La plus grande partie de cet article a été publiée en annexe d’une réédition de J. Norton Cru, Du Témoignage, Paris, éd. J. –J. Pauvert, coll. « Libertés », 48, 1967. []
  4. Voir l’édition de Témoins de 2006. []
  5. Théodore Vogel, diplômé de l’Ecole supérieure d’électricité de Paris, docteur en sciences physiques, chargé de recherche au CNRS, était un acousticien de renommée internationale. []

François Ier roi des humanistes

L’année 2015 a été une année François Ier, comme l’ont montré de nombreuses expositions et manifestations scientifiques tout au long de l’année. Du Queen’s College (Kingston) à Paris, en passant par Tours, trois colloques internationaux ont exploré cette année différentes facettes du règne. La BnF a consacré une vaste exposition à ce roi et à l’image qu’il a laissé dans les lettres et les arts, pendant que sa bibliothèque personnelle était évoquée au château royal de Blois. De nombreuses autres manifestations ont eu lieu, notamment dans le Val de Loire, dont une reconstitution d’une fête de Cour ayant eu lieu en 1518 pour célébrer la victoire de Marignan.

Portrait de François Ier par Jean Clouet, vers 1527. Paris, Musée du Louvre. Source Wikimedia Commons (image du domaine public).

Chacun se souvient de la fameuse date de 1515 et du nom de la bataille qui y est associé: Marignan. A cette date, le jeune François Ier, monté sur le trône depuis moins d’un an, passe les Alpes par un itinéraire inattendu pour concrétiser ses ambitions sur Milan et l’Italie. Sa victoire contre les mercenaires suisses auréole de gloire son règne commençant et sert une active propagande visant à le présenter en César invincible. Les ressorts de la construction historiographique de la figure du roi François Ier ont été longuement analysés. L’imagerie populaire et scolaire aura retenu un roi chevalier, vaillant sur le champ de bataille, brillant, artiste, poète, centre d’une Cour resplendissante, mais mauvais stratège, mal entouré, dominé par ses passions, ses maîtresses et les querelles de ses ministres. C’est ainsi qu’on retient volontiers de lui le distique suivant, prétendument gravé sur une vitre de sa chambre au château de Chambord :

Souvent femme varie / Bien fol est qui s’y fie

Que la scène soit probablement apocryphe et la citation forgée par Victor Hugo1 à partir de formulations antérieures n’a pas vraiment d’importance, car cela correspond à l’imaginaire collectif bâti autour de la figure de ce roi2.

Auguste-Gaspard-Louis Desnoyers, « Souvent femme varie, bien fol est qui s’y fie ». François Ier montre à sa sœur la reine de Navarre le distique qu’il a gravé au diamant sur une vitre du château de Chambord. Gravure, vers 1817. Tirage conservé à Londres, British Museum. © The Trustees of the British Museum (licence CC-BY-NC-SA 4.0).

Son goût pour les arts a été très tôt mis en avant, même si les auteurs qui ont façonné cette vision de l’histoire de France. Même dans ce domaine, Voltaire évoque un roi brillant mais qui n’achève rien de définitif3:

François Ier fit naître le commerce, la navigation, et les lettres, et tous les arts ; mais il fut trop malheureux pour leur faire prendre racine en France.

De son côté, Michelet, dans son habituel style flamboyant, ne trouve pas assez de défauts au roi François Ier, lui préférant nettement la figure de Charles Quint. Cependant, la seule chose qui trouve grâce à ses yeux est son action de mécène et de protecteur des arts et des lettres4 :

Avec quelque sévérité qu’on doive juger François Ier et Léon X, il faut se garder de les comparer à cette ignoble génération de princes qui a fermé l’âge précédent (Alexandre VI, Louis XI, Ferdinand-le-Catholique, Jacques III, etc.) Dans leurs fautes mêmes, il y a au moins quelque gloire, quelque grandeur. Ils n’ont pas fait leur siècle, sans doute, mais ils s’en sont montrés dignes ; ils ont aimé les arts, et les arts parlent encore pour eux aujourd’hui, et demandent grâce pour leur mémoire.

Bien sûr, les livres d’histoire contemporains ont largement revisité cette approche du règne de François Ier. De solides biographies permettent à présent d’avoir une approche plus nuancée de cette époque. Cependant, l’image du Père des Lettres, protecteur des humanistes et poète à ses heures reste bien vivace. Quelques-uns des ouvrages les plus anciens des réserves des bibliothèques d’Aix-Marseille Université permettent d’illustrer cet aspect du règne.

Lorsque François Ier monte sur le trône, l’Europe est traversée par un puissant courant de regain d’intérêt pour les textes des Anciens, doublé d’un intérêt certain pour le  «rétablissement » d’une langue correcte pour le latin et la diffusion de la langue grecque, très peu pratiquée par les savants européens jusqu’alors. La bibliothèque de Lettres et sciences humaines d’Aix possède dans ses réserves quelques ouvrages qui remontent à cette époque et qui l’illustrent particulièrement bien, dont plusieurs éditions parues sous les presses parisiennes de Josse Bade.

Ange Politien, Œuvres complètes (en latin), trad. Jacques Toussain, Paris, Josse Bade, 1519. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et Sciences humaines, Res. 7315.
Ange Politien, Œuvres complètes (en latin), trad. Jacques Toussain, Paris, Josse Bade, 1519. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et Sciences humaines, Res. 7315.

L’activité de Josse Bade, qui a vécu de 1461 à 1535, n’appartient pas spécifiquement au règne de François Ier, mais l’essentiel de son travail d’imprimeur et de libraire s’est déroulé sous les règnes de Louis XII et François Ier. Savant, érudit formé par les meilleures universités italiennes, il s’installe d’abord à Valence et Lyon, où il exerce le métier de pédagogue, avant d’entrer dans l’atelier de Jean Trechsel à Lyon et de travailler pour divers imprimeurs lyonnais. C’est cependant à Paris que la partie la plus connue de sa carrière se déroule: il y fonde son propre atelier d’imprimerie, pour publier ses œuvres et celles des autres, qu’il s’agisse de classiques latins, grecs, ou de ses contemporains. A la fois humaniste, artisan et marchand, il entretient un réseau de relations très large parmi les humanistes européens du premier tiers du XVIe siècle. Un temps imprimeur attitré d’Érasme, il correspond aussi avec Guillaume Budé et de nombreux autres érudits. Ses éditions jouent un rôle important dans le renouveau des études latines en France à cette période: il édite nombre de classiques latins ainsi que divers ouvrages pédagogiques, dont des grammaires qui font autorité.

Les Oeuvres d’Ange Politien conservées à la bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d’Aix est un bon exemple de ce que représentaient Josse Bade et son réseau dans le Paris humaniste du premier tiers du XVIe siècle. Érudit italien, Ange Politien a été titulaire des chaires de latin et de grec à l’université de Florence et précepteur des enfants de Laurent de Médicis ; son œuvre a exercé une grande influence sur les humanistes de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle. L’édition que nous conservons de ses œuvres par Josse Bade n’est pas la première5, mais elle est introduite par une préface tout à fait intéressante et éclairante.

Elle s’inscrit dans une époque où la querelle du cicéronianisme fait rage à Paris et dans les cercles lettrés humanistes après avoir dominé le débat en Italie au siècle précédent : les savants s’écharpent pour savoir si Cicéron est le seul digne d’être imité pour pouvoir produire un beau latin ou si les autres auteurs, antiques et modernes, peuvent aussi servir de modèle. Ce débat va bien plus loin qu’une simple question de style, dans la mesure ou certains « anti » s’inquiètent aussi de l’utilisation d’un latin purement imité de Cicéron aux références et aux métaphores païennes pour évoquer des questions touchant à la théologie chrétienne. Josse Bade, comme Ange Politien et Érasme6, se situe plutôt dans le camp des « anti », contrairement à la majorité des érudits parisiens de son temps, ses amis et ses clients ; cependant, il l’exprime de façon relativement discrète.

La « préface » (lui-même n’emploie jamais ce mot ou son équivalent latin) de l’édition de 1519 prend la forme d’une épître dédicatoire à Louis Ruzé, humaniste, avocat et lieutenant civil de la prévôté de Paris, protecteur des humanistes et responsable du contrôle de la librairie parisienne pour le compte du roi. Josse Bade qualifie des œuvres de Politien de « berceau du renouveau de la littérature classique ». Il loue également le travail du jeune Jacques Toussaint, qui a traduit en latin les nombreuses portions grecques du texte de Politien, ainsi que les commentaires de lui-même et de François du Bois, l’ensemble étant à même de permettre à un public plus large d’accéder aux œuvres de l’humaniste italien. Ce travail prouve que les Français sont tout aussi capables d’éloquence que les Italiens, et qu’une nouvelle génération de savants, dont Toussaint est un exemple, est sur le point d’éclore sous la protection de Ruzé.

Ange Politien, Œuvres complètes (en latin), trad. Jacques Toussain, Paris, Josse Bade, 1519. Index manuscrit copié sur les gardes de la reliure. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et Sciences humaines, Res. 7315.
Ange Politien, Œuvres complètes (en latin), trad. Jacques Toussain, Paris, Josse Bade, 1519. Index manuscrit copié sur les gardes de la reliure. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et Sciences humaines, Res. 7315.

L’exemplaire aixois a effectivement été lu avec une grande attention, comme en témoigne l’index manuscrit étoffé qui a été élaboré dans les gardes de la reliure, ainsi que les nombreuses notes manuscrites qu’il comporte, surtout au début. Cela correspond tout à fait à la vocation de pédagogue de Bade, qui n’a cessé de publier manuels, grammaires et commentaires simplifiés destiné aux étudiants débutants ou plus avancés durant toute sa carrière. Son catalogue comprend d’ailleurs de nombreux auteurs antiques et contemporains, ou du siècle précédent, en latin dans l’immense majorité des cas : en effet, il a publié peu de textes en grec, privilégiant les traductions latines de ce répertoire pour mieux le diffuser auprès du public savant de son époque7.

C’est que le grec est encore peu répandu dans les cercles humanistes français dans les années 1510 et 1520, malgré les efforts de plusieurs érudits, au premier plan desquels figure Guillaume Budé. Juriste, éminent latiniste et helléniste, humaniste de premier plan, Budé s’est fait d’abord connaître dans les cercles juridiques en publiant des Annotations au Pandecte (1508) dont un des points les plus remarquables est la façon dont il utilise son érudition philologique et historique pour éclairer divers points obscurs du droit romain. Cette démarche culmine dans son traité De Asse8 consacré à l’as, c’est-à-dire à la monnaie romaine, qui vise à établir des correspondances entre les mesures et monnaies romaines et celles qui lui sont contemporaines de manière à mieux déchiffrer les textes historiques des Anciens. L’ouvrage connaît un succès considérable, suffisamment pour être réédité un grand nombre de fois, avec ou sans l’assentiment de l’auteur, et ce bien après sa mort. C’est ainsi que la bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d’Aix conserve un exemplaire d’une édition posthume parue sous les presses de Sébastien Gryphe, dont le nom est attaché à l’humanisme lyonnais des années 1530 et 1540.

Guillaume Budé, De Asse, Lyon, Sébastien Gryphe, 1542. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res. 34 856.
Guillaume Budé, De Asse, Lyon, Sébastien Gryphe, 1542. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res. 34 856.

Les efforts de Guillaume Budé pour la promotion de l’étude du grec en France sont bien connus9. Certains de ses travaux en grec font partie des rares textes dans cette langue édités par Josse Bade10 ; surtout, il est célèbre pour être l’un des principaux artisans de la création en 1530 par François Ier de quatre chaires de lecteurs royaux (deux chaires pour la langue grecque et deux chaires pour l’hébraïque), première étape qui mènerait au Collège de France. Avec cette création, François Ier semble combler les attentes des érudits qui, depuis le début de son règne, dressent dans leurs correspondances le portrait programmatique d’un Mécène, protecteur des lettres et de ceux qui en font profession. Ces ambitions apparaissent dès le De Asse de Guillaume Budé, qui en termine la rédaction lorsqu’il apprend la mort de Louis XII et l’avènement de son jeune cousin. Le nouveau roi sera celui qui rétablira les bonae litterae (les bonnes lettres, latines et grecques) chères à l’humaniste français11.

De fait, François Ier s’intéresse à la culture lettrée et savante de son temps ; contrairement à ses prédécesseurs, il s’intéresse aussi à sa diffusion. Il ne lit pas lui-même le latin, et encore moins le grec, mais il s’attache à la divulgation des textes antiques, subventionnant la traduction et l’impression de textes alors rares, notamment à partir des prestigieux exemplaires qu’il collectionne. De là vient en partie sa réputation de « roi-mécène », père des lettres, soigneusement construite par ces lettrés qui espèrent tout de la convergence entre les intérêts du roi et les leurs. La bibliothèque royale se fait progressivement le reflet de cette ambition. En 1537, l’ordonnance de Montpellier (généralement citée comme la première pierre qui conduit au moderne dépôt légal) affirme que l’ambition du roi est de rassembler une bibliothèque contenant tous les savoirs nécessaires à l’étude. Guillaume Budé est maître de la librairie (c’est-à-dire de la bibliothèque) du roi ; à sa mort en 1540, c’est Pierre du Châtel, un des lecteurs royaux, qui prend en charge cette responsabilité. Ce dernier n’a de cesse d’enrichir les collections royales de livres grecs, qu’il fait acheter ou copier en France et en Italie (ce sont encore surtout des manuscrits).

Esope, Vie et Fables (en grec), Paris, Robert Estienne, 1546. Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d'Aix, Res 35 469
Esope, Vie et Fables (en grec), Paris, Robert Estienne, 1546. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res 35 469.

Les liens du roi avec Robert Estienne montrent également l’intérêt du roi pour la culture savante et sa diffusion imprimée. Imprimeur-libraire de renom, latiniste, helléniste, hébraïsant, Robert Estienne publie de nombreux textes classiques en langue originale ; il est également célèbre pour ses travaux philologiques sur la Bible. Nommé imprimeur du roi pour le grec à partir de 1542, il avait suscité l’intérêt royal bien avant cela, étant imprimeur-libraire ordinaire du roi pour les lettres hébraïques et latines dès 1526. A partir de 1540, il acquiert progressivement auprès du graveur Claude Garamond d’élégants caractères grecs, financés par le roi et calqués sur l’élégante écriture grecque d’Ange Vergèce. Les « grecs du roi » lui servent à partir de 1544 à imprimer de belles éditions grecques établies sur commande à partir des manuscrits conservés dans la bibliothèque royale de Fontainebleau. Ces éditions sont généralement mentionnées « ex bibliotheca regia »12.

Les bibliothèques universitaires d’Aix-Marseille ne conservent malheureusement pas d’exemplaire de ces prestigieuses éditions. Mais le bel Ésope grec imprimé en 1546 présent dans les collections de la bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d’Aix fournit un exemple assez représentatif des remarquables éditions grecques produites par l’atelier Estienne dans les années 1540. Cet exemplaire a été manifestement lu avec soin et attention, car il est en grande partie couvert d’annotations manuscrites. Ce lecteur était fort savant: une grande partie de ces notes sont en grec ; quelques-unes sont des traductions latines de certains passages.

Esope, Vie et Fables (en grec), Paris, Robert Estienne, 1546. Détail d'une page intérieure annotée. Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d'Aix, Res 35 469
Esope, Vie et Fables (en grec), Paris, Robert Estienne, 1546. Détail d’une page intérieure annotée. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res 35 469.

Bien sûr, ce portrait flatteur de François Ier en roi des humanistes n’est qu’une des facettes de son règne. En réalité, les savants qui entouraient le roi et espéraient beaucoup de ses libéralités ne l’ont pas toujours trouvé si favorable à leurs désirs. Guillaume Budé doit attendre bien longtemps avant la création des premiers postes de lecteurs royaux, et encore, les professeurs ainsi nommés doivent d’abord exercer sans locaux ni instruments de travail. Le préambule de l’ordonnance de Montpellier n’est qu’un vœu pieux, la bibliothèque royale restant pour longtemps encore semblable à celle des prédécesseurs de François Ier, c’est-à-dire composée pour une immense majorité de manuscrits. L’affaire des Placards, en 1534, amène même un revirement brutal (même s’il reste provisoire) dans l’attitude du roi à l’égard non seulement du protestantisme montant, mais aussi du livre imprimé : le roi prend un édit interdisant toute publication de livre imprimés dans le royaume de France.

Luther, De Servo Arbitrio ad D. Erasmum Roterodammn, Nuremberg, Johann Petreius, 1526. Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res 22672.
Martin Luther, De Servo Arbitrio ad D. Erasmum Roterodamum, Nuremberg, Johann Petreius, 1526. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res 22672.

C’est que le règne de François Ier est strictement contemporain de la naissance du protestantisme et de sa première diffusion à travers l’Europe. C’est d’ailleurs à travers les tensions religieuses qui traversent son règne que son attitude ambivalente à l’égard de l’humanisme savant est le mieux révélée : en 1517 et 1518, il tente de faire venir Érasme en France par l’intermédiaire de Guillaume Budé en dépit de la Sorbonne ; en 1546, Étienne Dolet est brûlé sur la place Maubert à Paris après son procès pour hérésie devant le Parlement de Paris, malgré l’évocation de l’affaire devant le Conseil du roi. Entre ces deux extrêmes, son attitude à l’égard des lettrés et savants qui l’entourent, souvent tentés par la Réforme protestante, oscille et fluctue en fonction des impératifs politiques du moment et des besoins de ses relations diplomatiques avec les autres puissances européennes.

Il est indéniable que François Ier s’est intéressé à la culture humaniste propre à son temps et à sa diffusion, y voyant un outil d’affirmation de la grandeur royale face en particulier à l’omniprésence de la culture italienne ; cependant, son attention à ce sujet et la façon dont lui et son entourage l’intègrent dans les objets de la politique royale ne sont pas les mêmes en fonction des différents moments de son règne, avant ou après la défaite de Pavie et sa captivité madrilène, avant ou après l’affaire des Placards. Toujours est-il que la postérité a retenu l’image d’un roi lettré et mécène, protecteur des savants de son temps. Quelques-un des ouvrages conservés dans les collections des bibliothèques d’Aix-Marseille Université en sont le reflet, même si cette image est en grande partie une construction rhétorique soigneusement bâtie par ses contemporains.

Pour aller plus loin (bibliographie non exhaustive) :
François Ier : pouvoir et image, éd. par Magali Vène et Bruno Petey-Girard, Paris, Bibliothèque Nationale de France, 2015. Voir en particulier les articles de Bruno Petey-Girard, « François Ier et les lettres », p. 208-219 et de Magali Vène, « Des livres et un roi », p. 220-231.
GEHL, Paul F., « Humanism For Sale: Making and Marketing Schoolbooks in Italy, 1450-1650 », [En ligne : http://www.humanismforsale.org/]. Consulté le 4 janvier 2016.
HOLBAN, Marie, « Quelques remarques critiques sur François Demoulins », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 52 / 1, 1990, p. 23‑36.
KNECHT, Robert Jean, Un prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, trad. Patrick Hersant, Paris, Le Grand livre du mois, 1998.
LA GARANDERIE, Marie-Madeleine de, « Guillaume Budé, A Philosopher of Culture », The Sixteenth Century Journal, 19 / 3, 1988, p. 379‑388.
LAPACHERIE, Jean-Gérard, « Le mythe de l’ordonnance de Villers-Cotterêts », in Langues et identités culturelles dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles, éd. par Marie-Sol Ortola, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2005, p. 219‑230.
MARGOLIN, Jean-Claude, « Politique et culture en France à l’époque de l’humanisme et de la Renaissance », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 34 / 1, 1972, p. 137‑141.
GADOFFRE, Gilbert, La révolution culturelle dans la France des Humanistes : Guillaume Budé et François Ier, Genève, Droz, 1997.
MÉNAGER, Daniel, « Lire et découvrir. La circulation des idées au temps de la Réforme », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 62 / 3, 2000, p. 699‑701.
PETEY-GIRARD, Bruno, « Libéralité humaniste – Mérite humaniste », Le Verger – bouquets, no 2, 2012, [En ligne: ]. Consulté le 4 janvier 2016.

  1. Elle apparaît dans Le roi s’amuse, Paris, 1832, acte IV, sc. 2. []
  2. Bruno Petey Girard et Magali Vène, « Connaissez-vous François Ier ? », in François Ier: pouvoir et image, éd. par Magali Vène et Bruno Petey-Girard, Paris, Bibliothèque Nationale de France, 2015, p. 17-18. []
  3. Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, Berlin, Christian Friedrich Henning, 1751, p. 7. []
  4. Michelet, Précis de l’histoire moderne, Paris, Louis Colas et Louis Hachette, 1827, p. 84. []
  5. Josse Bade avait publié une première fois les Œuvres complètes de Politien en 1512. []
  6. La querelle culmine avec la parution d’un ouvrage de l’humaniste de Rotterdam : Ciceronianus, sive de optimo dicendi genere, Bâle, Froben, 1528. []
  7. Pour en savoir plus sur cet imprimeur, on consultera avec profit quelques-unes des références suivantes :

    GEWIRTZ, Isaac Meir, The prefaces of Badius Ascensius : The humanist printer as arbiter of French humanism and the medieval tradition in France, Ph.D., Ann Arbor, 2003.
    KATZ SIMON, Louise, « La “Préface” de Josse Bade aux Silvae morales (1492) », Camenae, 2007, [En ligne : http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/ArticleLKATZ.pdf].
    KATZ SIMON, Louise, La presse et les lettres : Les épîtres paratextuelles et le projet éditorial de l’imprimeur Josse Bade (c. 1462-1535), thèse de doctorat, Paris, EPHE, 2013.
    LEBEL, Maurice, Josse Bade, dit Badius, 1462-1535 : Préfaces de Josse Bade, humaniste, éditeur-imprimeur et préfacier, Louvain, Peeters, 1988.
    LEBEL, Maurice, « Josse Bade, éditeur et préfacier (1462-1535) », Renaissance and Reformation / Renaissance et Réforme, 17 / 2, 1981, p. 101 sq.
    RENOUARD, Philippe, Bibliographie des impressions et des oeuvres de Josse Badius Ascensius: imprimeur et humaniste, 1462-1535, Paris, E. Paul et Guillemin, 1908.

    []

  8. Paris, Josse Bade, 1515. []
  9. Sur la naissance de l’enseignement du grec en France à la Renaissance, voir Michèle Clément, « L’enseignement du grec en France de 1507 à 1545 : du premier livre grec imprimé aux Grecs du Roy, une difficile implantation », dans Les outils de la connaissance: enseignement et formation intellectuelle en Europe entre 1453 et 1715, éd. par Jean-Claude Colbus et Brigitte Hébert, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2006, p. 141-157. []
  10. Il s’agit d’un recueil de lettres latines et grecques publié sous le titre latin d’Epistolae, Paris, Josse Bade, 1520, et des Commentarii linguae grecae, Paris, Josse Bade, 1529. []
  11. Le De Asse n’est pas le seul texte de Budé où il expose ses ambitions vis-à-vis du roi. L’humaniste a également rédigé une Institution du prince dès le début du règne (1518), ce texte n’étant publié qu’après la mort du roi (1547). Sur ce texte et cette publication posthume, voir Christine Bénévent et Malcolm Walsby, « L’Institution du prince de G. Budé. Le mystère des premières éditions perdues », dans Art et Métiers du livre: reliure, bibliophilie, estampe, 310, 2015, p. 30-39. []
  12. Sur Robert Estienne, voir Elizabeth Armstrong, Robert Estienne : royal printer. An historical study of the elder Stephanus, Cambridge, University Press, 1954. Sur les Grecs du roi, on peut consulter Annie Charon, « Humanism and Typography. The Grecs du Roi and the Study of the Ancient World », dans Printing for Kingdom, Empire and Republic. Treasures from the Archives of the Imprimerie nationale, éd. par H. George Fletcher, New-York ; Paris, The Grolier Club ; Imprimerie nationale, 2011, p. 7-21. []

Le Journal des Sçavans

La BU LSH d’Aix Schuman conserve dans ses collections un trois cent cinquantenaire toujours florissant, le plus ancien périodique littéraire et scientifique d’Europe, le Journal des sçavans, devenu bien plus tard Journal des savants.

« Les journaux des savants, selon le Dictionnaire de Trévoux, en 1704, ont été inventés pour le soulagement de ceux qui sont ou trop occupés ou trop paresseux pour les livres entiers. C’est un moyen de satisfaire sa curiosité et de devenir savant à peu de frais. Ils gâtent par là bien des gens; néanmoins comme ce dessein a paru très commode et très utile, il a été continué sous des titres différents »1.

Page1num1
Page de titre du 1er numéro publié, le lundi 5 janvier 1665

La collection de la BU LSH est quasi complète, depuis le 1er numéro du 5 janvier 1665 jusqu’à nos jours. Les 51 premiers volumes de l’édition parisienne originale, publiés de 1665 jusqu’en 1729, sont de format in-4° imprimés en gros caractères. Suivent 190 volumes publiés entre 1731 et 1782, de format in-12°, à petits caractères, édition destinée à concurrencer les contrefaçons.
Le journal ne paraît pas entre 1792 et 1816, notre collection ne reprend toutefois qu’en 1859, l’abonnement est toujours en cours à ce jour, à la même cote 15009.
Une édition hollandaise de contrefaçon, de format in-12°, publiée de 1665 à 1730 vient doubler partiellement la collection.

tete
Tête de collection in 4°

Deux autres bibliothèques de l’université Aix-Marseille signalent également des tranches de collection : 1883-1901 pour l’Observatoire des sciences de l’Univers – Institut Pytheas site de Château-Gombert, 1925-1944 pour la Bibliothèque de Sciences, lettres et sciences humaines à Marseille Saint-Charles.

Titre et périodicité
Le périodique connait plusieurs orthographes de son titre :
Le Journal des sçavans (1665-1674);
Journal des sçavans (1675-1682);
Journal des savants ou recueil succint et abrégé de tout ce qui arrive de plus surprenant dans la nature, et de ce qui se fait et se découvre de plus curieux dans les arts et dans les sciences (1683-1686);
Le Journal des sçavans (1687-1696);
Le Journal des savans (1697-1701);
Le Journal des sçavans (1702-1790);
Journal des savans (1791 et 1792).
Après l’essai d’un semestre du 15 nivôse au 30 prairial an V (4 janv.-19 juin 1797), la parution reprend en 1816, sous le nom maintenu jusqu’à aujourd’hui, Journal des Savants.
Dès l’année 1666, il est complété par une « Table des matières » à laquelle s’ajouta, en 1675, une « Bibliographie récapitulative de l’année écoulée ».
En théorie hebdomadaire, la périodicité du journal varie souvent de 1665 à 1723. Il devient mensuel en 1724 et le reste jusqu’en 1792, avec 14 cahiers par an (deux en juin et en décembre).
Trimestriel entre 1816 et 1991, il devient semestriel en 1992 et le reste jusqu’à nos jours.

inventaire
Extrait du registre d’inventaire des périodiques de la BU LSH

Le fondateur et ses premiers successeurs
Denis de Sallo (1626-1669) conseiller au Parlement de Paris, conçoit le projet en 1664 de publier un journal savant et littéraire.
Avide de connaissances, il lit beaucoup et rassemble dans 9 énormes volumes, classés alphabétiquement par sujets, des notes et extraits de lecture. Il apprend le grec et le latin, l’italien et l’espagnol, mais aussi l’anglais et l’allemand, encore peu connus en dehors de leurs pays.
Malade et impotent, il décide de se mettre au service du monde des lettres. Bénéficiant de l’estime de Colbert, qui espére augmenter la gloire du roi et répandre l’influence de la France, il obtient le 8 août 1664 un privilège2 pour 20 ans.
La première livraison de l’hebdomadaire sortie le 5 janvier 1665 des presses de Jean Cusson, parait sous le nom de « Sieur de Hédouville », pseudonyme que Sallo croit devoir prendre, selon l’usage très répandu à l’époque.
A sa mort, la bibliothèque de sa résidence parisienne compte 3728 imprimés et 207 manuscrits3.
Lui succèdent l’abbé Jean Gallois (1666-1674), l’abbé Jean-Paul de La Roque (1674-1687), le président Louis Cousin (1687-1701) et l’abbé Jean-Paul Bignon (1701-1714 puis 1723-1739) qui crée un bureau de rédacteurs spécialisés, chacun faisant autorité dans un domaine de connaissances.
Après la seconde démission de Bignon en 1739, tous les rédacteurs en chef du journal sous l’Ancien Régime sont choisis parmi les savants entrés au service de l’État.

Contenu et histoire éditoriale
Le privilège accorde à la revue un champ universel, des beaux-arts aux sciences, du droit à la religion, pour les livres, les mémoires et aussi les représentations ou démonstrations publiques. Fort de ce droit exclusif de commenter périodiquement des travaux de mathématiques, de sciences, d’histoire, de belles-lettres et de théologie, Denis de Sallo établit rapidement des échanges avec des savants d’Angleterre, des Pays-Bas et de Toscane, pour réunir la matière de sa future publication.

Le Journal des savants, dès son premier numéro, affiche sa ligne éditoriale : « faire savoir ce qui se passe de nouveau dans la République des lettres » à travers des comptes rendus de livres, des nécrologies détaillées, des présentations des dernières découvertes et expériences scientifiques, des décisions des tribunaux séculiers ou ecclésiastiques.

Les premiers numéros publiés présentent la variété des sujets annoncés : ce sont des cahiers de 12 pages chacun, contenant des articles souvent très courts où l’on signale et commente des livres les plus divers, traitant de haute théologie, de philosophie, mais aussi des romans, des contes.

carte
« Véritable cours de la comète » pour servir aux observations célestes

On y trouve aussi des critiques sur des œuvres de peinture et de sculpture, des jugements des cours ecclésiastiques et civiles, des arrêts du Parlement, des ordonnances d’évêques, des décisions d’universités, des éloges d’hommes illustres, des communications d’expériences et de découvertes.

cerveau
Un thème médical illustré

Les illustrations, particulièrement nombreuses dans les années 1670, se raréfient par la suite et concernent surtout des figures mathématiques.

Pour la première fois, les livres non seulement signalés sont également soumis à la critique. De ce fait, les autorités ecclésiastiques n’apprécient guère cette nouvelle liberté, et au bout de quelques mois, le fondateur du Journal des savants, doit suspendre sa publication sous la pression des Jésuites. Mais les autorités civiles souhaitent que la publication puisse continuer. Grâce à Colbert, l’abbé Gallois fait reparaître la revue en janvier 1666, avec toutefois un contenu plus scientifique et un ton plus modéré. Au cours des années suivantes, et jusqu’à la Révolution, le Journal des savants bénéficie d’une sorte de monopole défendu par son propriétaire, l’État. Les périodes de succès et d’instabilité alternent, éloges, plaintes et railleries se font le socle de son histoire complexe, riche en événements.

À partir de 1723, le Journal des savants est ainsi publié sous le patronage de l’Académie des sciences et de celle des inscriptions et belles-lettres. Ce véritable privilège royal doit en principe le protéger de la concurrence mais l’intérêt et le succès de cette nouvelle forme de périodique, bien différente par exemple de La Gazette de Renaudot, suscitent des concurrents et des imitateurs voire des contrefaçons, tant en France (Journal de Verdun, Mercure,…) qu’à l’étranger, notamment en Hollande où la liberté d’expression est beaucoup moins soumise à la censure politique ou religieuse. C’est ainsi que des libraires hollandais publient des réimpressions du  Journal des savants, parfois augmentées d’extraits d’un autre concurrent, comme les Mémoires de Trévoux.

Après la Révolution, le Journal des savants connait à nouveau plusieurs éclipses : de 1792 à 1796,  puis, après une reparution de quelques mois,  jusqu’en 1816.  Plusieurs nouvelles séries, correspondant à chaque fois à des transformations éditoriales, sont ensuite publiées jusqu’en 1859, puis jusqu’en 1909, date à laquelle le journal cesse d’être l’organe de l’Institut de France pour n’être ensuite que celui de l’Académie des inscriptions et et belles-lettres. De cette longue carrière éditoriale, le Journal des savants conserve le principal mérite d’avoir introduit la critique littéraire dans la presse ((Encyclopédie Universalis en ligne :  http://www.universalis.fr/encyclopedie/journal-des-savants/ )).

Éditeurs
Le libraire éditeur initial du J.S. est, pour les années 1665-1682, Jean Cusson, rue Saint-Jacques à l’Image de Saint-Jean-Baptiste.

2015-06-16 12.14.15
Edition parisienne de format in 12°

De nombreux éditeurs se succédent, parmi lesquels Florentin Lambert, Pierre Witte, Théodore Le Gras, Noël Pissot, Philippe Nicolas Lottin, Hugues Daniel Chaubert, Gabriel-François Quillau, Michel Lambert, Charles-Joseph Panckoucke, Jacques Lacombe, Au Bureau du Journal de Paris, De l’Imprimerie des Sourds et muets.

Aujourd’hui et ce depuis 1909, à la suite de l’Institut de France, l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en accepte la charge exclusive, grâce à des crédits prélevés sur la Fondation Gandouras.
Les actuels directeurs de la revue sont MM. Philippe Contamine, Jacques Jouanna et Pierre-Sylvain Filliozat.

Contrefaçons
La contrefaçon du Journal commencée aux Provinces-Unies (ou République des sept Provinces-Unies des Pays-Bas) peu après sa création s’y poursuit jusqu’en 1782.
L’étude des réimpressions néerlandaises du Journal des savants montre l’intérêt que d’importants libraires attachent à de telles éditions, d’abord Daniel Elzevier de 1665 à 1671, de nouveau de 1677 à 1680, puis de 1682 à 1685, et ensuite, à partir de 1687, une association comprenant Wolfgang, Waesberge, Boom et Van Someren, et une autre comprenant Waesberge, Boom, Van Someren et Goethals. La plupart des volumes de contrefaçon de notre collection est publiée par cette dernière association de libraires.

2015-06-25 17.00.23
3 volumes de contrefaçon hollandaise

L’existence de réimpressions successives des mêmes années du Journal des savants montre que ces libraires réalisent de petits tirages, comme ils le font pour leurs propres journaux savants, et cette succession d’impressions témoigne du succès assuré de ces reproductions après 1675 sur les marchés approvisionnés par les Hollandais : la France pour une partie, mais plus encore le marché intérieur néerlandais et l’espace germanique dont les cours et les lettrés utilisent le français comme langue de culture.

contref1

Numéro 1 de 1665 (contrefaçon hollandaise)

Assez tôt les contrefacteurs imposent des modifications à l’ouvrage. Rarement politiques, les suppressions servent plutôt à faire de la place aux catalogues des libraires qui utilisent ainsi le Journal comme vecteur de leur publicité.

Accès en ligne

Journal numérisé sur Gallica de 1665 à 1984.

Les articles parus dans le Journal des Savants pour la période 1909-2009 sont disponibles sur le portail Persée.

Sommaires et résumés sur le site de l’éditeur.

Pour en savoir  plus :

J.P. Vittu indique une large bibliographie dans le : « Dictionnaire des Journaux (1600-1789), édition électronique revue, corrigée et augmentée », sous la dir. de Jean Sgard [en ligne]. Disponible sur http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/journal/0710-journal-des-savants (consulté le 26/06/2015).

Il cite deux études fondamentales :

– BIRN R., «Le Journal des savants sous l’ancien régime», Journal des savants, 1965, p. 15-35.

– PARIS G., «Le Journal des savants», Journal des savants, janv. 1903, p. 93-130.

Parmi les nombreuses études qui abordent, ou évoquent, cette revue on citera:

– BIRN R., « The French-language press and the Encyclopédie, 1750-1759 », Studies on Voltaire, t. LV, 1967, p. 263-286.

– Olivier CORPET, « Journal des Savants  », Encyclopædia Universalis [en ligne]. Disponible sur : http://www.universalis.fr/encyclopedie/journal-des-savants/ (consulté le 15 juin 2015).

– EHRARD J. et ROGER J., « Deux périodiques français du XVIIIe siècle : Le Journal des savants et Les Mémoires de Trévoux. Essai d’une étude quantitative », dans Livre et société dans la France du XVIIIe siècle, Paris et La Haye, 1965, p. 33-59.

– LEBRUN F., « Les affiches d’Angers, I773-I789 », Le Mouvement social, juil. 1962, p. 56-73, sur la présence du J.S. dans un cabinet de lecture provincial.

– MORGAN, Betty-Trevelle, Histoire du Journal des Sçavans depuis 1665 jusqu’en 1701, Paris, PUF, 1928.

– VITTU J.P., «Les contrefaçons du Journal des savants de 1665 à 1714», dans Les Presses grises. La contrefaçon du livre (XVIe-XIXe siècle), textes réunis par F. Moureau, Paris, 1988, p. 303-331.

– VITTU J.P., « Diffusion et réception du Journal des savants (1665-1714) », dans La Diffusion, p. 167-175.

– VITTU J.P., Le Journal des savants et la République des Lettres, 1665-1714, thèse de doctorat en histoire, Paris 1, 1998.

– VITTU Jean-Pierre, « Du Journal des savants aux Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux-arts : l’esquisse d’un système européen des périodiques savants », Dix-septième siècle, 3/2005 (n° 228) , p. 527-545.

  1. Histoire générale de la presse française, publié sous la direction de Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral et al., Paris, PUF, 1969. []
  2. Autorisation exclusive d’imprimer un ouvrage. Mise en place par l’article 78 des ordonnances de février 1566, dites Edit de Moulins. Cette autorisation était délivrée après lecture du manuscrit par les censeurs royaux. []
  3. Raymond Birn, Le journal sans l’Ancien Régime, JdS, 1965, p. 15-35 []

Ex-dono, ex-libris, et caetera

Livres offerts à la Bibliothèque de Lettres et Sciences humaines à Aix

Attachée à développer des fonds scientifiques utiles aux enseignements et à la recherche, la Bibliothèque n’a jamais consacré de crédits à l’acquisition de livres rares ou précieux. Elle conserve cependant des collections de valeur : celles qui lui ont été données. Elle a  reçu la bibliothèque de la Faculté de théologie (en 1885), qui possédait de nombreux livres anciens. Des professeurs ont également contribué à enrichir les fonds patrimoniaux. Un millier d’ouvrages ayant appartenu au doyen Norbert BONAFOUS (1809-1882), parmi lesquels deux incunables, des ouvrages du 16e  siècle et de nombreuses éditions des 17e et 18e siècles ont été offerts par son fils, Raymond (1856-1922), lui aussi professeur à la Faculté des Lettres. Exceptionnel aussi le don de Maurice MIGNON (1882-1962), successeur de Raymond BONAFOUS sur la chaire de « Langues et littératures de l’Europe méridionale » : éditions des 16e et 17e  siècles, textes en latin et traductions en italien d’auteurs de l’Antiquité.  Avec le don GAO Xingjian, contenant manuscrits et œuvres graphiques originales du prix Nobel de littérature 2000, la Bibliothèque s’est récemment enrichie d’un nouveau fonds prestigieux.

Dans l’intimité des livres, qu’ils aient ou non une valeur patrimoniale, on découvre sur les pages de garde ou sur les pages de titre, des estampilles, des mentions de provenance, des dédicaces autographes –Ernest ZYROMSKI,  Gaston BERGER, Maurice BLONDEL, Bernard GUYON, Georges MOUNIN – qui confèrent aux collections une identité singulière.

Chapitre 7 de l’exposition « 600 ans d’avenir – De mémoire de bibliothèque », organisée par la Bibliothèque de Lettres et Sciences humaines en 2009, à l’occasion de la célébration des 600 ans de l’Université d’Aix-Marseille.

Livres sur les étagères de la réserve de la BU Lettres et Sciences Humaines (Aix). Photo Jean-Pierre Vallorani
Livres sur les étagères de la réserve de la BU Lettres et Sciences Humaines (Aix).
Photo Jean-Pierre Vallorani.