Archives par mot-clé : Bibliothèque de Médecine-Odontologie

Le legs Villeneuve : les fiches de la Maison d’accouchement de Marseille

Une partie importante des collections patrimoniales des bibliothèques de l’université est issue de dons. Ainsi, au sein du département santé d’AMU, des documents anciens et de valeurs proviennent notamment du legs opéré par le professeur Étienne Villeneuve en 1882. Ce legs d’une documentation professionnelle à la bibliothèque de l’École de médecine et de pharmacie de Marseille1, n’est pas un cas isolé. Les fonds patrimoniaux des bibliothèques de santé d’AMU proviennent en bonne partie de libéralités d’enseignants du XIXe et du XXe siècle. Parmi celles-ci, le legs du professeur Villeneuve se distingue par la valeur des ouvrages d’obstétrique transmis tout autant que par la renommée du légateur. C’est un des trésors du legs Villeneuve que nous nous proposons de découvrir ici : les fiches de la Maison d’accouchement.

Image ci-dessus: fonds Villeneuve, boîte de fiches d’accouchement – année 1832. Marseille, Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone.

Étienne Villeneuve (1800-1882), pionnier de l’obstétrique à Marseille au XIXe siècle

Né le 29 avril 1800 à Marseille, Étienne Villeneuve est le fils d’un médecin, ancien chirurgien2 sous l’Ancien Régime installé à Lambesc. Il entre en 1816 comme élève en chirurgie à l’Hôtel-Dieu de Marseille. Faisant partie des premiers élèves de l’École secondaire de médecine de Marseille, ancêtre de la Faculté ouverte en 1818, il y est externe dès l’année suivante puis se distingue par la réussite de plusieurs concours de recrutement d’interne des hôpitaux de Marseille (en chirurgie en 1821, comme chirurgien-chef à l’hôpital de la Charité3 de 1823 à 1826 puis comme premier chirurgien-chef interne de l’Hôtel-Dieu en 1828). Il passe sa thèse à Montpellier en 1830, sur un sujet4 qui consacre son domaine de prédilection : l’obstétrique. Recruté cette même année comme chirurgien en chef de la Maison d’accouchement de Marseille, située en haut de la Canebière, il occupe ce poste sans interruption jusqu’en 1874 et son départ à la retraite. Cette maternité est alors un établissement de bienfaisance, destiné aux femmes les plus pauvres de la Ville, notamment les « filles-mères » et les prostituées – au XIXe siècle, on accouche au domicile familial. Il y gagna toutefois une excellente réputation d’accoucheur, et, par là une clientèle privée. Il y rencontra également son épouse, Hélène Jolly, maîtresse sage-femme à la maternité. Dès 1828, le ministère de l’instruction publique l’autorise à donner au sein de l’Hôtel-Dieu un cours d’accouchement qu’il assure gratuitement, premier acte d’une vocation d’enseignant qu’il n’abandonnera qu’en 1882 peu de temps avant sa mort. De 1831 à 1874, il donne également le cours annuel d’accouchement aux sages-femmes en formation à la maternité. Praticien, enseignant et chercheur, il est l’auteur de nombreuses études – sur la mécanique et l’anesthésie obstétricales, la césarienne ou encore l’usage des forceps – membre ou correspondant de plusieurs sociétés savantes à Marseille comme ailleurs en France et à l’étranger, et membre-fondateur de la revue Marseille Médical à partir de 1864. Il sera aussi conseiller municipal de Marseille. Il meurt après une courte maladie, le 29 mars 1882.

Fonds Villeneuve - Premières fiches d'accouchement de l'année 1832 Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
Fonds Villeneuve – Premières fiches d’accouchement de l’année 1832
Marseille, Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
Un don remarquable : les fiches d’accouchement de la maternité de Marseille

Ce fonds est un ensemble de 5 891 fiches relatant avec précision le séjour et l’accouchement d’autant de femmes accueillies par la Maison d’accouchement entre 1832 et 1874. Dans un bon état de conservation, elles ont été rassemblées en 38 boites d’archives couvrant les années 1832 à 1874 à raison d’une ou deux années par boîte. Ces fiches, écrite de la main de la sage-femme ayant assisté la patiente, sont établies sur un formulaire en feuillet double en un exemplaire, parfois doublé. Elles indiquent l’année et la date de rédaction, le nom de la rédactrice et sont divisées en deux colonnes : une à gauche d’observations cliniques chiffrées concernant la mère comme l’enfant, l’autre à droite présentant la patiente, les informations recueillies lors de son admission, le déroulement de son séjour et de son accouchement ainsi que son état de santé et celui de son enfant à la sortie de l’établissement. La première fiche date d’un an après l’arrivée du docteur Villeneuve à la tête du service chirurgical de la maternité et la dernière de l’année de son départ en retraite. Connaissant l’usage que le professeur Villeneuve faisait des statistiques dans sa réflexion médicale, présent dès la rédaction de sa thèse, il est donc probable qu’elles furent rédigées à sa demande, sur un modèle établi peut-être à son initiative. Ce fonds, qui retrace l’activité d’une maternité du XIXe siècle sur plus de quarante ans, se révèle une source irremplaçable pour qui s’intéresse à l’histoire de la santé des femmes et des nouveau-nés, en particulier à Marseille, grande ville portuaire.

Fonds Villeneuve - Première fiche d'accouchement de l'année 1832: pages intérieures Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
Fonds Villeneuve – Première fiche d’accouchement de l’année 1832: pages intérieures
Marseille, Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
La rencontre du patrimoine de la BU et des études en sciences maïeutiques

Ce fonds n’est pas inconnu des enseignants-chercheurs et des consultations ont déjà eu lieu par le passé. Toutefois, c’est après une longue interruption que l’année universitaire 2014-2015 a de nouveau vu des études entreprises à l’aide de ces documents. Le secteur « fonds patrimonial » des bibliothèques de santé d’AMU a en effet accueilli lors de l’année universitaire 2014-2015 deux étudiantes sages-femmes de l’École de maïeutique de Marseille souhaitant travailler sur les fiches d’accouchements. Grazia Sabatino, ayant choisi de se consacrer à une histoire de la césarienne5, se proposait dans un premier temps de comparer les pratiques de ce mode chirurgical d’accouchement depuis le XIXe siècle. Malheureusement, le nombre de dossiers concernant une césarienne s’avéra trop limité pour être significatif – jusqu’à la fin du XIXe siècle, la césarienne restait une pratique plus qu’exceptionnelle, réservée soit à l’extraction de l’enfant après le décès de la mère, soit à des cas désespérés en raison d‘un taux de mortalité insupportable (jusqu’à 90 %). Son étude dû donc se porter sur d’autres aspects de l’évolution de ce mode d’opération sur les vingt dernières années. La recherche d’Océane Donati sur l’hémorragie de la délivrance6 qui frappe parfois les femmes venant d’accoucher fut plus heureuse. Cet accident dangereux de l’accouchement survient aux femmes en couche depuis aussi longtemps qu’on s’en souvienne, et les fiches d’accouchement le relatant ne manquaient pas. Se limitant aux années 1868 à 1870, l’auteur pu constituer une cohorte de 682 grossesses permettant de mener une étude statistique – même limitée aux femmes de condition modeste qui fréquentaient cette maternité. Elle put toutefois faire apparaître trois facteurs de décès par de telles hémorragies : un âge supérieur à 30 ans, l’utilisation de forceps lors de l’accouchement et une durée d’accouchement supérieure à 10 heures.

  1. Avant la création de la faculté de médecine et de pharmacie de Marseille, en 1930, l’École de médecine et de pharmacie de Marseille créée en 1818 enseignait la médecine sans pouvoir délivrer de diplôme ; ses étudiants devaient, leurs études achevées, aller soutenir leur thèse auprès d’une faculté de médecine proprement dite – le plus souvent Montpellier ou Paris. []
  2. Sous l’Ancien Régime, le métier de chirurgien, praticien « manuel », était distinct de celui de médecin, praticien « intellectuel ». []
  3. Actuelle Vieille Charité, ensemble muséal et de recherche scientifique situé dans le quartier marseillais du Panier. []
  4. « Des vices de conformation du bassin considérés comme obstacles à l’accouchement ». []
  5. Grazia Sabatino, L’histoire de la césarienne : les raisons d’un succès, mémoire pour l’obtention du diplôme d’État de sage-femme de l’École universitaire de maïeutique Marseille Méditerranée, 2015. []
  6. Océane Donati, L’hémorragie du post-partum au 19ème siècle et de nos jours à Marseille, mémoire pour l’obtention du diplôme d’État de sage-femme de l’École universitaire de maïeutique Marseille Méditerranée, 2015. []

Le diabète, hier et aujourd’hui

A l’occasion de la journée internationale du diabète le 14 novembre 2015, les bibliothèques de Santé d’Aix-Marseille Université ont mis en place une exposition sur le diabète, avec la présentation d’une sélection d’ouvrages de leurs fonds modernes et anciens.

 

Affiche de l'exposition
Affiche de l’exposition

 

A retrouver au rez-de chaussée de la bibliothèque de Médecine-Odontologie de la Timone, du 4 au 25 novembre 2015.

Actualités patrimoniales de la rentrée universitaire

En cette rentrée, Aix-Marseille Université est engagée dans diverses actions patrimoniales.

Ce week-end, lors des Journées européennes du patrimoine, vous pourrez découvrir les trésors de la Faculté des Sciences Saint-Charles et de la Faculté de Médecine à la Timone (les deux manifestations sont à Marseille).

Affiche officielle des Journées européenne du patrimoine, 19 et 20 septembre 2015

A Saint-Charles, des visites-découvertes sont organisées samedi 19 et dimanche 20 septembre pour découvrir les patrimoines dissimulés sur le campus. Samedi, les visiteurs pourront explorer le musée de paléontologie et les réserves de livres précieux de la BU; dimanche, ils auront accès à l’herbier, à l’ancien musée colonial et à la collection d’instruments scientifiques. Un feu d’artifice est organisé samedi soir, et les deux journées seront animées de diverses autres animations.

Il est nécessaire de s’inscrire pour participer: il reste encore quelques places. Renseignements et inscriptions se font ici: http://cps.univ-amu.fr/journees-du-patrimoine.

De son côté, la Faculté de Médecine, en collaboration avec l’Association des Amis du patrimoine médical de Marseille, et la BU, participe aussi aux Journées du patrimoine (le samedi seulement). Cette année, l’accent sera mis sur le patrimoine architectural, et sera l’occasion de présenter au public le tout nouveau bâtiment pédagogique. Ce sera aussi l’occasion de découvrir les panneaux sculptés de la salle du Conseil (élément important du patrimoine du XXe siècle), ainsi que les réserves précieuses de la BU de Médecine-Odontologie.

Là aussi, il est nécessaire de s’inscrire pour participer. Renseignements et inscriptions se font ici: http://medecine.univ-amu.fr/news/307/journees-europeennes-du-patrimoine-2015-a-faculte-medecine.

Le mois de septembre 2015 est aussi l’occasion de commémorer le 500e anniversaire de la bataille de Marignan, remportée par François Ier sur les Suisses à l’aube de son règne. L’année 2015 est, de façon plus générale, une année François Ier.

Détail de la page de titre de Guillaume Durand, Speculi Gulielmi Durandi, Lyon, à l'enseigne de la Salamandre, 1547. Bibliothèque de Droit et Science politique (Aix), Res 261
Détail de la page de titre de Guillaume Durand, Speculi Gulielmi Durandi, Lyon, à l’enseigne de la Salamandre, 1547.
Bibliothèque de Droit et Science politique (Aix), Res 261

A cette occasion, la BU Droit présente actuellement une sélection d’ouvrages juridiques publiés durant le règne de ce roi (1515-1547). Certains de ces livres présentent une page de titre ornée d’une belle salamandre, enseigne d’une puissante famille de libraires lyonnais et emblème personnel du roi.

Cette exposition est accessible à tous, à l’accueil de la BU. Elle est ouverte au public jusqu’aux vacances de fin d’année.

Un billet consacré à François Ier et à l’humanisme, vus à travers le prisme des ouvrages conservés dans les collections d’Aix-Marseille Université, sera prochainement publié sur ce carnet.

Sherlock médecin : petite histoire de la médecine légale à l’époque moderne

Les Experts et autres fictions nous ont habitués à considérer l’expertise médico-légale comme un point central de toute enquête policière. Or, cette intervention du médecin dans le champ du droit criminel s’est mise en place progressivement au cours de l’histoire de l’Europe occidentale à partir de la Renaissance. Cette histoire peut être en partie retracée à travers les collections patrimoniales de la bibliothèque de Médecine-Odontologie de Marseille.

Rembrandt, la Leçon d’anatomie du Dr Nicolas Tulp, 1632. Cabinet royal de peinture Mauritshuis. Image Wikimedia Commons.

C’est à l’époque des Lumières que la médecine légale se constitue véritablement en tant que science, dans le sillage de l’engouement pour les sciences naturelles et les progrès médicaux. Cependant, dès l’époque renaissante, une place de plus en plus grande est faite au médecin pour assister la justice, notamment dans les cas d’atteintes à l’intégrité physique des personnes.

La Constitutio criminalis Carolina promulguée par l’empereur Charles Quint en 1532 demande un témoignage médical systématique pour guider les juges dans tous les cas de meurtres, blessures, empoisonnements, pendaisons, noyades, infanticides, avortements, et autres circonstances d’atteinte à la personne dans . En France, après l’ordonnance de Villers-Cotterêt (1539) qui impose l’usage d’une procédure de type inquisitoire, secrète, écrite et en français1, une série de lois mises en place entre 1570 et 1692 favorise le développement de la médecine légale comme une discipline universitaire. Durant tout l’Ancien Régime, la question est étudiée dans de savants traités en latin dont les théories sont ensuite appliquées devant les tribunaux. C’est ainsi qu’en 1667, le Hollandais Jan Swammerdam, devenu par la suite un célèbre naturaliste, assure que les poumons d’un enfant nouveau-né flottent sur l’eau s’il n’a jamais respiré, donc s’il est mort-né2. Quinze ans plus tard, le médecin allemand Schreger utilise cette théorie pour faire acquitter une jeune fille accusée du meurtre de son enfant illégitime (1681)3.

Cette période n’est pas exempte de contradictions. En même temps que les traités médicaux abordent des questions médico-légales pour déterminer les causes des maladies et de la mort selon les enseignements de la médecine naturaliste en essor, il subsiste des pratiques et des croyances issues des anciens systèmes d’administration de la preuve hérités du Moyen-Age, où la procédure accusatoire, orale et publique, admettait l’intercession divine dans le procès. C’est ainsi que la cruentatio, hémorragie cadavérique de la victime se produisant en présence de son meurtrier, est encore évoquée par Claude Le Brun de la Rochette, avocat à la Cour de Lyon en 16184. En 1752, les plus hautes autorités médico-légales s’unissent au clergé pour accuser d’athéisme et d’hérésie (ce qui était alors punissable de mort) ceux qui ne croient pas aux fantômes, sorcières et autres possessions démoniaques, et ce alors même que la sorcellerie est de plus en plus abordée par les juges sous l’angle de l’escroquerie et du charlatanisme et que la possession est de plus en plus considérée par les médecins comme une pathologie et non une manifestation surnaturelle 5.

L’Italien Paolo Zacchias fait figure de précurseur de cette évolution. Ses dix livres des Quaestinos medico-legales paraissent à Rome entre 1621 et 1658; Gabriel Naudé, libertin érudit, bibliothécaire de Mazarin et médecin de Louis XIII, en a tenté une traduction, restée inachevée. Cet ouvrage comprend deux premières parties consacrées à la théorie médico-légale, dont il pose les bases modernes, et une troisième partie composée de cas pratiques et de conseils destinés à les résoudre. Zacchias est à la fois médecin et canoniste, et officie comme médecin attaché au tribunal pontifical; son objectif est une observation rationnelle et naturaliste des cas qui lui sont soumis, visant à éclairer les juges pour éviter tout risque d’erreur. Il évacue les interprétations providentialistes et s’élève contre les supplices au profit de l’observation clinique, y compris dans le domaine de l’aliénation6. A cette époque, on voit apparaître des ouvrages qui visent à déterminer les causes du décès par l’examen des corps; c’est le cas du Sepulchretum sive Anatomia practica ex cadaveribus morbo denatis de Théophile Bonet, riche de cas pratiques accompagnés de leur solution.

Bonet, Théophile, Sepulchretum sive Anatomia practica ex cadaveribus morbo denatis, Genève, Léonard Chouët, 1679 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 30037)
Bonet, Théophile, Sepulchretum sive Anatomia practica ex cadaveribus morbo denatis, Genève, Léonard Chouët, 1679 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 30037)

Dans les traités médicaux de la période, la recherche du poison fait l’objet d’une attention particulière. La possibilité d’un empoisonnement inquiète fort les personnages en vue du Grand Siècle, comme ceux des périodes précédentes; l’opinion publique tend à suspecter les morts rapides, surtout si le sujet est relativement jeune et occupe une situation enviée. En 1536, la mort du dauphin François, fils aîné de François Ier, est attribuée aux manigances d’un de ses serviteurs italiens, qui est exécuté. La correspondance de Louis XIII et de Richelieu regorge de consignes de prudence quant à leur nourriture et à leur boisson. La mort d’Henriette d’Angleterre, première épouse de Philippe d’Orléans, le frère de Louis XIV, est considérée comme suspecte par les contemporains. Les méthodes de l’époque sont par exemple incapables de détecter un empoisonnement à l’arsenic, qui, d’après Jean-Christian Petitfils, était fort en vogue à l’époque de Louis XIV7. Un exemple de cette attention peut être trouvé dans cet ouvrage du début du XVIIe siècle, qui consacre toute sa deuxième partie aux poisons:

Mercuriale, Girolamo, Tractatus varii de re medica, Lyon, Pillehotte, 1618. Deuxième partie : De venenis opusculum (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 3025)
Mercuriale, Girolamo, Tractatus varii de re medica, Lyon, Pillehotte, 1618. Deuxième partie : De venenis opusculum (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 3025)

Le siècle des Lumières s’empare du débat médico-légal avec passion. Les grandes affaires judiciaires du temps, celles qui ont provoqué d’importants débats publics, y contribuent, en particulier la célèbre affaire Calas8. Dans ce cas particulier, le fils d’un marchand protestant de Toulouse est trouvé pendu; le Parlement de Toulouse conclut à la culpabilité du père, accusé d’avoir voulu empêcher son fils de se convertir au catholicisme, et le fait rouer en place publique. Cependant, l’affaire n’est pas claire; la veuve, qui a des appuis à Paris, veut faire innocenter son défunt époux. Voltaire s’en empare dans des discours restés célèbres; en fin de compte, la justice royale conclut au suicide et rétablit l’honneur des Calas, leur rendant leurs biens. Le tout a suscité un intense débat, multipliant placets et libelles pour soutenir l’une ou l’autre thèse. Aux côtés de Voltaire, deux médecins se sont particulièrement penchés sur les rapports d’autopsie et ont disserté sur la façon de reconnaître un suicide d’un assassinat. L’un, Jules Laffosse, est ensuite l’auteur de l’article « médecine légale » dans le Supplément à l’Encyclopédie, première théorisation de ce concept où il qualifie les erreurs judiciaires en matière criminelle d’« assassinats juridiques ». L’autre, Louis Antoine, a publié un petit traité visant à démontrer scientifiquement l’innocence du père Calas à partir de l’observation du corps de la victime.

Louis, Antoine, Mémoire sur une question anatomique relative à la jurisprudence dans lequel on établit les principes pour distinguer, à l'inspection d'un corps trouvé pendu, les signes du suicide d'avec ceux de l'assassinat, Paris, Pierre-Guillaume Cavelier, 1763 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 4004)
Louis, Antoine, Mémoire sur une question anatomique relative à la jurisprudence dans lequel on établit les principes pour distinguer, à l’inspection d’un corps trouvé pendu, les signes du suicide d’avec ceux de l’assassinat, Paris, Pierre-Guillaume Cavelier, 1763 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 4004)

Tous deux dénoncent les rapports d’expertise établis par des chirurgiens souvent sans grande instruction, et surtout sans bases théoriques; ils appellent de leurs vœux une science médico-légale qui s’appuie sur des faits, dans une démarche rationaliste, et rejettent l’empirisme pratiqué jusqu’alors par la plupart de leurs confrères. Cette évolution aboutit à la rédaction des premiers traités de médecine légale véritablement modernes au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, sous la plume des médecins François-Emmanuel Fodéré9, Jean-Jacques Belloc10 et Paul-Augustin-Olivier Mahon11, fortement influencés par la philosophie de Locke. Au moment de la Révolution, la médecine légale se voit reconnue par les institutions comme discipline à part entière, avec un enseignement spécifique, les premières chaires professionnelles de médecine légale française étant instituée au lendemain de la Terreur, en 1794 à Paris, Montpellier et Strasbourg. Le Consulat s’intéresse également à la question : en 1803, il édicte que les juges doivent désigner un expert médical diplômé en médecine, qui a assisté à un enseignement spécial et a réussi un examen de médecine légale12.

Fodéré, François-Emmanuel, Traité de médecine légale et d'hygiène publique ou de police de santé adapté aux codes de l'Empire français et aux connaissances actuelles. A l'usage des gens de l'Art, de ceux du Barreau, des Jurés et des Administrateurs de la santé publique, civile et militaire et de la marine, Paris, de Mame, 1813 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 1147)
Fodéré, François-Emmanuel, Traité de médecine légale et d’hygiène publique ou de police de santé adapté aux codes de l’Empire français et aux connaissances actuelles. A l’usage des gens de l’Art, de ceux du Barreau, des Jurés et des Administrateurs de la santé publique, civile et militaire et de la marine, Paris, de Mame, 1813 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 1147)

Cette institutionnalisation est aussi vraie dans les autres pays occidentaux. 1803 est également l’année de la fondation de la première chaire de médecine légale de Grande-Bretagne, à l’Université d’Edimbourg. Les tout jeunes Etats-Unis ne sont pas en reste : c’est à New-York qu’on voit le premier conférencier en médecine légale, le docteur Stringham, exercer ses talents vers 1804. En 1813, la première chaire de jurisprudence médicale est instituée Outre-Atlantique. Cependant, il faut attendre que les troubles de la Révolution française et des guerres qui y ont été liées pour que des cliniques médico-légales soient fondées en Europe : 1830 à Vienne en Autriche, 1833 à Berlin. La première clinique médico-légale française est instituée en 1840. En Amérique, la médecine légale exerce une forte influence à la fois sur la médecine et le monde judiciaire jusqu’à la guerre de Sécession ; après cet épisode, elle devient un sujet annexe dans la formation des médecins jusqu’au début du XXe siècle13.

Dans l’Europe du XIXe siècle, le crime est une préoccupation majeure. L’intérêt pour les poisons et la manière de les détecter est toujours aussi vif, comme le montre l’importance de ce thème dans les traités du début du siècle conservés à la bibliothèque de Médecine-Odontologie. L’arsenic en particulier focalise les attentions. Durant la Monarchie de Juillet, la figure de Matthieu Orfila se détache; il est généralement considéré comme l’inventeur de la toxicologie. Doyen de la faculté de Médecine, médecin de Louis-Philippe et sommité incontestée de la médecine légale, il est intervenu à titre d’expert dans plusieurs affaires retentissantes, dont le procès de Marie Lafarge, condamnée en 1840 pour l’empoisonnement de son époux à l’arsenic. Il est l’un des premiers à avoir mis au point une méthode visant à identifier cette substance dans le corps et les organes d’un défunt, et à déterminer si le poison trouvé est le résultat d’un empoisonnement ou si c’est la terre dans laquelle il a été enterré qui en est la source. Il est l’auteur d’un Traité des poisons tirés des règnes minéral, végétal et animal14, d’une Leçon de médecine légale15 et d’autres ouvrages, réunis en 1847 pour former un Traité de médecine légale qui reste une référence pour les générations suivantes16.

Un exemple d'expertise médicale visant à identifier un empoisonnement à l'arsenic par un autre médecin de la période: Francesco Rognetta, Intoxication arsenicale. Procès d’Aix (Bouches-du-Rhône). Affaire Michel, jugée le 4 juillet 1841. Consultation médico-légale sur un cas présumé d’empoisonnement par l’arsenic arsénieux, Paris, Béthune et Plon, 1841, extrait de la Gazette des Hôpitaux, juillet 1841 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie, Res 3759/2)
Un exemple d’expertise médicale visant à identifier un empoisonnement à l’arsenic par un autre médecin de la période: Francesco Rognetta, Intoxication arsenicale. Procès d’Aix (Bouches-du-Rhône). Affaire Michel, jugée le 4 juillet 1841. Consultation médico-légale sur un cas présumé d’empoisonnement par l’arsenic arsénieux, Paris, Béthune et Plon, 1841, extrait de la Gazette des Hôpitaux, juillet 1841 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie, Res 3759/2)

Une nouvelle science voit le jour : l’anthropologie criminelle. Le Belge Adolphe Quételet (1796-1874) développe à la Restauration l’idée du penchant au crime (c’est-à-dire la probabilité plus ou moins forte qu’un individu donné commette un crime)17. Cependant, le véritable père de l’anthropologie criminelle est l’Italien Cesare Lombroso, adepte de l’anthropométrie et spécialiste des maladies mentales. L’autopsie en 1870 d’un brigand qui avait tenté de s’enfuir de prison, chez lequel il découvre une série d’anomalies crâniennes, est le point de départ de son grand ouvrage, L’uomo delinquente18, qui utilise les techniques de l’anthropométrie, de l’autopsie, de l’étude des crânes et de la photographie pour dresser la typologie du criminel-né, en y ajoutant un certain nombre de caractères sociaux spécifiques (argot, tatouages, etc). Le premier congrès d’anthropologie criminelle est tenu en 1885 : il marque la naissance d’un mouvement criminologique français mené par Alexandre Lacassagne, titulaire de la chaire de médecine légale de Lyon, qui s’oppose à Lombroso et estime que le social l’emporte sur l’atavisme en matière de criminalité19.

La police scientifique se développe dans ce contexte. Depuis l’abolition de la marque au fer rouge en 1832, la police a développé diverses méthodes pour identifier les récidivistes. Un système se met peu à peu en place, à partir de l’idée de Vidocq qui en 1811 propose de recruter des physionomistes pour identifier les repris de justice : réalisation d’une galerie de portraits de criminels en reproduisant l’ombre portée de leur profil en 1819, introduction de la photographie à usage policier en 1840, développement d’un « signalement anthropométrique » par diverses mesures entre 1879 et 1885, date de sa généralisation à toutes les prisons françaises. L’idée vient d’Alphonse Bertillon, dont les travaux placent la police scientifique française au premier rang. Le procédé est complété en 1888 par la photographie anthropométrique (face et profil des détenus). La faiblesse de ce système est qu’il permet d’établir avec certitude que deux hommes sont différents, mais pas que deux séries de mesures identiques appartiennent au même homme. Les premiers travaux sur les empreintes digitales remontent à 1686. Bien plus tard, en 1823, le physiologiste tchèque Jan Major Purkinje affirme que les dessins papillaires des doigts ne peuvent être identiques chez deux individus différents. Peu à peu, les empreintes digitales s’imposent dans l’identification des individus, et il vient compléter le système de Bertillon en 189620. Ces empreintes servent pour la première fois à confondre un meurtrier en 1902, dans le cas de l’affaire Schaffer. C’est Bertillon qui est à l’origine de cette réussite, même s’il exprime par la suite des réserves à l’égard de ce genre de méthodes21.

Bertillon, Alphonse, Identification anthropométrique. Instructions signalétiques, Melun, Imprimerie administrative, 1893 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie, Res 1773)
Bertillon, Alphonse, Identification anthropométrique. Instructions signalétiques, Melun, Imprimerie administrative, 1893 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie, Res 1773)

Edmond Locard, un Sherlock Holmes français22

Un disciple d’Alexandre Lacassagne, Edmond Locard, joue un rôle essentiel dans le développement de l’importance de la preuve matérielle. Profondément influencé par l’affaire Dreyfus, mais aussi par le personnage de Sherlock Holmes créé par le médecin neurologue anglais Arthur Conan Doyle au tournant des XIXe et XXe siècles, il s’attache à l’utilisation des preuves matérielles dans l’enquête criminelle, ce qui est tout à fait nouveau à la fin du XIXe siècle. Démarrant sa carrière avec un modeste laboratoire dans les combles du palais de justice de Lyon à partir de 1910, date de l’inauguration du « service anthropométrique », il étoffe peu à peu ses missions, et s’équipe de matériels performants sur ses propres deniers : appareil microphotographique, lampe de Wood, spectroscope… Il conçoit de nouveaux appareils avec l’aide de ses élèves (le hatoscope inventé par Harry Soderman pour l’expertise balistique, ou le graphoscope, pour l’expertise des documents écrits). Il finit par acquérir une renommée internationale, et reçoit de nombreux élèves.

Durant quarante ans, Edmond Locard développe des techniques d’expertise criminelle qui apportent la preuve, non pas de la culpabilité d’un individu, mais de sa présence ou non sur les lieux d’un crime : recherche et identification des empreintes digitales, étude des pores, recherche systématique des traces laissées sur les lieux par le criminel ou emportées avec lui à son insu sur ses vêtements ou son corps, analyse des taches même si les techniques de l’époque manquent de précision, analyse des poussières, ce qui est alors une vraie nouveauté. Sa grande spécialité reste sa technique propre d’identification des écritures.

Locard, Edmond, Traité de criminalistique, Lyon, Desvigne, 1931-1940 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, 22252)
Locard, Edmond, Traité de criminalistique, Lyon, Desvigne, 1931-1940 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, 22252)

Edmond Locard est l’un des fondateurs de la police technique et scientifique ; les principes fondateurs actuels sont toujours ceux d’Alphonse Bertillon et les siens pour les laboratoires de police. Par la suite, l’avancée des technologies a permis de développer de nouvelles techniques ; les progrès ont été remarquables dans l’analyse des traces biologiques surtout (notamment avec l’analyse des empreintes génétiques). Ses apports sont consignés dans un ouvrage qui fait longtemps référence, L’enquête criminelle et les méthodes scientifiques, publié chez Flammarion en 1920.

Locard, Edmond, Mémoire d’un criminologiste, Paris, Fayard, 1957 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, 17171)
Locard, Edmond, Mémoire d’un criminologiste, Paris, Fayard, 1957 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, 17171)

Méthodes de médecine légale : l’odontologie légale et l’identification des personnes par leur dentition.

La première identification médico-légale d’un corps au moyen de sa dentition s’est faite aux Etats-Unis, lors de la guerre d’indépendance : le révolutionnaire Paul Revere, dentiste amateur et orfèvre de profession, a reconnu le travail qu’il avait réalisé en 1773 et 1775 sur le docteur Joseph Warren. Ce dernier était mort lors d’une des premières batailles de l’Indépendance, à Bread Hill ou Bunker Hill en Nouvelle Angleterre, en 1775. Les Anglais l’avaient enterré dans une fosse commune, et ce n’est que dix mois plus tard qu’il a été identifié.

Un autre jalon essentiel dans l’histoire de l’identification des corps par leur dentition est l’incendie du Bazar de la Charité, le 4 mai 1897 à Paris. L’incendie s’était déclaré lors d’une vente de charité organisée par des dames de la haute société ; 30 d’entre elles étaient trop gravement brûlées pour être reconnaissables. Albert Hans, ambassadeur du Paraguay, a alors l’idée de faire appel à son dentiste pour identifier la duchesse d’Alençon : c’est ainsi que les docteurs Burt, Brault, Ducorneau et Godon examinent et parviennent à identifier les 30 corps gravement brûlés. C’est suite à cet événement que le docteur Oscar Amoedo, dentiste d’origine cubaine et professeur à l’Ecole d’Odontologie de Paris, écrit le grand texte fondateur de l’odontologie légale : L’Art dentaire en médecine légale, publié chez Masson en 1898.

Amoedo, Oscar, L’Art dentaire en médecine légale, Paris, Masson, 1898 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 209134)
Amoedo, Oscar, L’Art dentaire en médecine légale, Paris, Masson, 1898 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 209134)

Le premier meurtrier à avoir été démasqué par ses traces de dents a été l’Anglais Robert Gorringe, confondu en 1948 par les empreintes de morsures laissées sur le sein droit de son épouse, Phyllis Lucy, qui avait été assassinée durant le Bal de la Saint-Sylvestre à Tonbridge Wells, en 1947. Par la suite, cette méthode a été utilisée pour identifier nombre de victimes et donc résoudre un certain nombre d’affaires. L’une des plus célèbres reste l’affaire dite des « meurtres aux bains d’acide », à Crawley dans le Sussex (Angleterre), en 1949. Les victimes avaient été plongées dans de l’acide sulfurique, et donc complètement dissoutes. Cependant, l’une d’entre elles portait des prothèses dentaires en acrylique qui ont résisté à l’acide, et ont donc permis d’identifier la victime, Mrs Durand-Deacon. Le cas a ensuite pu être résolu, et l’assassin, John George Haigh, a pu être confondu. Un autre cas célèbre d’identification par la dentition remonte au 1er mai 1945 : quand les troupes russes découvrent les corps d’Alfred Hitler et d’Eva Braun après leur suicide, ils sont tellement brûlés que seule leur dentition permet une identification sûre23.

Méthodes de médecine légale : l’entomologie légale et la détermination de la date de la mort par l’examen de la faune se développant sur les cadavres.

Les experts médico-légaux s’intéressent tardivement aux effets de la décomposition des corps. Au XVIIIe et au XIXe siècle, on observe que les corps trouvés lors d’exhumations de masse, en France et en Allemagne, sont habités par des arthropodes très variés. Cependant, il faut attendre le milieu du XIXe siècle pour que soit attesté le premier cas d’expertise d’entomologie légale comportant une estimation d’intervalle post-mortem. Le médecin français Bergeret remet à la Cour un rapport daté du 28 mars 1850, à propos du cas d’un enfant trouvé mort très longtemps après son décès. Il utilise le cycle de vie des insectes trouvés sur le cadavre pour essayer d’identifier l’époque de la mort. L’étude des insectes permet à Paul Camille Hippolyte Brouardel de décrire en 1879 le cas d’un enfant nouveau-né qu’il a autopsié le 15 janvier 1878 : avec l’aide de M. Perier, professeur au Museum d’Histoire Naturelle de Paris, et de Jean-Pierre Mégnin, vétérinaire des Armées, il estime que l’enfant est mort 7 à 8 mois avant l’autopsie.

Le premier rapport d’une étude systématique sur le sujet est cette fois-ci allemand : le 6 avril 1881, Reinhard remet son étude sur des corps exhumés en Saxe, certains tombeaux étudiés datant de plus de 15 ans. A peu près à la même période, Jean-Pierre Mégnin commence à développer une théorie de vagues écologiques et prédictives d’insectes vivants qu’il est possible de trouver sur les cadavres. Son livre le plus important, La Faune des cadavres (1894), décrit entre autres 19 rapports de cas qu’il a été amenés à examiner. Le tribunal n’hésite pas à faire appel à lui comme expert. Ses travaux sont ensuite continués et adaptés au Canada par Wyatt Johnston et Geoffrey Villeneuve, aux Etats-Unis par Murray Galt Motter.

Mégnin, Jean-Pierre, La Faune des cadavres, Paris, Gauthier-Villars, 1894 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 9207)
Mégnin, Jean-Pierre, La Faune des cadavres, Paris, Gauthier-Villars, 1894 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 9207)

En Allemagne, cette méthode d’expertise se développe aussi à la fin du siècle. C’est ainsi que le docteur Klingelhöffer, en 1889, permet d’innocenter le père d’une famille pauvre : 3 jours après la mort d’un enfant, une autopsie est réalisée et révèle des marques d’altération importantes. Les autorités, pensant que le père a empoisonné l’enfant à l’acide sulfurique, l’emprisonnent. Cependant, les observations du docteur Klingelhöffer permettent d’établir que les marques en question sont en réalité le fait des cafards, ce qui permet de libérer le père après 3 semaines de prison. D’autres cas du même genre ont suivi : des médecins avec des connaissances en entomologie ont permis d’innocenter un certain nombre de personnes accusées de meurtres d’enfants.

Vers 1900, l’entomologie connaît une popularisation grandissante et se vulgarise en France et en Allemagne. Les connaissances continuent à progresser : l’Allemand Eduard Ritter von Nierzabitowski, de l’Institut médico-légal de Cracovie, montre expérimentalement que les cadavres humains partagent la même faune que les cadavres animaux. Dans les années 1920, on publie des listes d’espèces et des monographies au sujet des insectes importants en matière médico-légale. On montre que les circonstances de la mort peuvent influencer les successions d’insectes sur les cadavres : Hermann Merkel le démontre en 1919 à l’Institut de médecine légale de Munich. Il est saisi du cas d’un double meurtre : un fils a tué ses deux parents et a conservé trois semaines les deux corps côte à côte. Or, à l’autopsie, l’état de décomposition s’est avéré différent : en effet, la mère, obèse, était en totale décomposition à l’extérieur mais pas à l’intérieur, tandis que le père, peu corpulent, était en totale décomposition. La différence majeure repose dans la façon dont les deux victimes ont été assassinées : la mère a reçu une balle dans la tête, tandis que le père a été poignardé à de multiples reprises. Par la suite, dans les années 1930 et 1940, la recherche en entomologie médicale s’est faite beaucoup moins active.

NB: ce billet a été rédigé à partir d’une exposition qui s’est tenue au mois de mars 2012 à la bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, à Marseille.

Quelques compléments bibliographiques

Robert Michael Bruce-Chwatt, « A brief history of Forensic odontology since 1775 », dans Journal of Forensic and Legal Medicine, 17 (3), 2010, p. 127-130.

Frédéric Chauvaud, Les experts du crime : la médecine légale en France au XIXe siècle, Paris, Aubier, 2000 (Historique).

Frédéric Chauvaud, « « Cet homme si multiple et si divers » : Orfila et la chimie du crime au XIXe siècle », dans Sociétés & Représentations, 22 (2), 2006, p. 171-187.

Catherine Crawford, « Legalizing Medicine : Early Modern Legal Systems and the Growth of Medico-Legal Knowledge », dans Legal Medicine in History, éd. par Catherine Crawford et Michael Clark, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 89-116.

Dominique Guillo, « Bertillon, l’anthropologie criminelle et l’histoire naturelle : des réponses au brouillage des identités », dans Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, 12 (1), 2008, p. 97-117.

Martine Kaluszynski, « Alphonse Bertillon et l’anthropométrie judiciaire. L’identification au cœur de l’ordre républicain », dans Criminocorpus, 2014, consulté le 25 février 2015.

Aurore Llorca, « La criminologie, héritière paradoxale de l’école d’anthropologie criminelle », dans Raisons politiques, 17 (1), 2005, p. 47-64

Alessandro Pastore, Il medico in tribunale. La perizia medica nella procedura penale d’antico regime (secolli XVIo-XVIIIo), Bellinzona, Casagrande, 1998.

Michel Porret, « Crime et châtiments au siècle des Lumières : l’œil du médecin légiste », XVIIIe siècle, 30, 1998, p. 37-50.

Michel Porret, « Magistrats et experts. Pour une histoire de la médecine judiciaire à l’époque moderne : des savoirs diffus au savoir constitué », dans Histoire et théorie des sciences sociales : mélanges en l’honneur de Giovanni Busino, éd. par Mohamed Cherkaoui, Genève, Droz, 2003, p. 83-99.

Michel Porret, Sur la scène du crime : pratique pénale, enquête et expertises judiciaires à Genève (XVIIIe-XIXe siècles), Montréal, Presses Universitaires de Montréal, 2008.

Michel Porret, « La preuve du corps », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22 (1), 2010, p. 37-60.

Marc Renneville, « La criminologie perdue d’Alexandre Lacassagne (1843-1924) », Criminocorpus, 2005, consulté le 26 février 2015.

Paolo Zacchia, Quaestiones medico-legales, Amsterdam, Joannes Blaeu, 1651 (édition et traduction moderne établie par L. Laugier, Aix-en-Provence, Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2006).

Vincent Zuberbuhler, « Écrire l’histoire de la médecine légale. », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22 (1), 2010, p. 61-77.

  1. Michel Porret, « La preuve du corps », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22 (1), 2010, p. 37-60 []
  2. Voir Samuel X. Radbill, « History of Child Abuse and Infanticide », dans The Battered Child, éd. par Ray. E. Helfer et Henry C. Kempe, Chicago, University of Chicago Press, 1968, p.3-17. []
  3. Cité par John Rathbone Oliver, « Legal medicine in Europe and America », Amercian Bar Association Journal, 18 (6), 1932, p. 405-411; la citation est p. 406 et ne donne pas la source de cette affirmation. []
  4. Michel Porret, « La preuve du corps », p. 47. []
  5. Cyril H. West, « The History of Legal Medicine », Journal of the Academy of Psychiatry and the Law, 33 (2), 2005, p. 247. Voir surtout Robert Mandrou, Magistrats et sorciers en France au XVIIe siècle: une analyse de psychologie historique, Paris, Plon, 1968, et Rafael Mandressi, « Les médecins et le diable », dans Chrétiens et sociétés, 13 (2006), consulté le 24 février 2015. []
  6. Michel Porret, « La preuve du corps », Revue d’Histoire des Sciences Humaines 1/ 2010 (n° 22), p. 37-60 []
  7. Sur ces questions, voir Jean-Christian Petitfils, L’Affaire des Poisons: crimes et sorcellerie au temps du Roi-Soleil, Paris, Perrin, 2013. []
  8. Jean Lecuir, « La médicalisation de la société française dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle en France : aux origines des
    premiers traités de médecine légale », dans Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 86 ( 2), 1979, p. 231-250. []
  9.  Les lois éclairées par les sciences physiques ou traité de Médecine-Légale et d’hygiène publique, Paris, Croullebois, 1798. []
  10.  Cours de médecine légale, théorique et pratique, Paris, Imprimerie de la Société de Médecine, 1800. []
  11.  Médecine légale et police médicale, Paris, F. Buisson, 1801. []
  12. Vincent Zuberbuhler, « Écrire l’histoire de la médecine légale. », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22 (1), 2010, p. 66. []
  13. Cyril H. West, « The History of Legal Medicine », Journal of the Academy of Psychiatry and the Law, 33 (2), 2005, p. 247. []
  14. 1814. Deuxième édition: Paris, Crochard, 1818. []
  15. Paris, Béchet jeune, 1823. Deuxième édition: Paris, Béchet jeune, 1828. []
  16. Sur Matthieur Orfila, voir Frédéric Chauvaud, « « Cet homme si multiple et si divers » : Orfila et la chimie du crime au XIXe siècle », Sociétés & Représentations, 22 (2), 2006, p. 171-187. []
  17. Les bibliothèques d’AMU possèdent plusieurs rééditions de ses ouvrages: Physique sociale, ou Essai sur le développement des facultés de l’homme, Bruxelles, C. Muquardt, 1869, et Anthropométrie, ou mesure des différentes facultés de l’homme, Bruxelles, C. Muquardt, 1871. []
  18. Lombroso, Cesare, L’uomo delinquente, Milan, Hoepli, 1876. Traduction française par Albert Bournier et M. Regnier, Paris, Alcan, 1887. []
  19. Sur ce sujet, voir en particulier les travaux de Marc Renneville. Sur Lacassagne: Marc Renneville, « La criminologie perdue d’Alexandre Lacassagne (1843-1924) », Criminocorpus , 2005, consulté le 26 février 2015. []
  20. Michel Mazevet, Denise Stagnara et Louis-Paul Fischer, « Le Dr Edmond Locard, un Sherlock Holmes lyonnais », dans Histoire des sciences médicales, XLI (3), 2007, p. 270-272. []
  21. Sur cette affaire, voir Jean-Marc Berlière, « L’affaire Scheffer : une victoire de la science contre le crime ? (octobre 1902) », Criminocorpus, 2007, consulté le 26 février 2015. []
  22.  Michel Mazevet, Denise Stagnara et Louis-Paul Fischer, « Le Dr Edmond Locard, un Sherlock Holmes lyonnais », dans Histoire des sciences médicales, XLI (3), 2007, p. 269-278. []
  23. Robert Michael Bruce-Chwatt, « A brief history of Forensic odontology since 1775 », dans Journal of Forensic and Legal Medicine, 17 (3), 2010, p. 127-130. []

En cours: la médecine pendant la Grande Guerre à la BU Médecine-Odontologie

Affiche de l'exposition

A l’occasion du centenaire du déclenchement de la Première Guerre Mondiale, les BU de Santé vous proposent de découvrir certains aspects de la médecine militaire française, à travers une sélection de leurs ouvrages de l’époque.

Exposition visitable dans l’espace patrimonial de la Faculté de médecine, à l’entrée de la bibliothèque de Médecine-Odontologie, jusqu’au 24 novembre 2014.

En complément de l’exposition, un choix d’ouvrages récents et empruntables est à votre disposition au rez-de-chaussée de la bibliothèque.

Adresse : campus Timone, 27 bd Jean Moulin, Marseille 5e. Entrée libre aux heures d’ouverture de la bibliothèque.

Médecine et astrologie

L’astrologie médicale à travers quelques auteurs présents dans les collections anciennes de la Bibliothèque de Médecine-Odontologie

Le premier billet de cette série est consacré à l’ancienne pratique de l’astrologie médicale, différente de l’astrologie visant à prédire les événements. Enseignée et pratiquée par les médecins jusqu’à l’époque des Lumières, on en trouve la trace dans les livres médicaux anciens conservés dans la Réserve de la bibliothèque universitaire de Médecine-Odontologie.

 Hippocrate (460 av. JC – env. 370 av. JC)

La collection hippocratique ne comporte pas d’astrologie à proprement parler. Cependant, des éléments astrologiques sont pris en compte pour certaines pratiques médicales. Il s’agit surtout de déterminer quel soin est le plus approprié au patient. Pour la détermination du début des maladies et de leur paroxysme, la numérologie et la connaissance de la signification sacrée de certains chiffres sont essentielles : le De diebus decretoriis met en place un cycle complexe qui repose sur les chiffres 4 et 7, censés régir les cycles des maladies. C’est sur cette base que les médecins doivent déterminer le meilleur moment d’apporter un remède au patient pour qu’il soit efficace.

Un autre livre de cette collection, le quatrième livre De diaetae (Du régime), aussi appelé De insomniis ou Des songes propose tout un système d’interprétation des songes comme autant de reflets de l’état de santé du rêveur. Celui-ci peut faire des songes d’origine divine (annonciateurs des événements à venir) ou des songes corporels. Ces derniers sont l’effet de l’âme qui profite du sommeil et du repos du corps pour « inspecter » celui-ci. La vision d’astres et d’éléments astrologiques en rêve sont considérés comme particulièrement révélateurs. Les trois éléments essentiels sont la lune, le soleil et les autres astres, qui sont vus en rêve comme « purs » et selon leur mouvement apparent, ou occultés, voilés et observant un mouvement anormal. Les astres sont le signe des éléments extérieurs du corps (peau…), la lune, des éléments intérieurs (« caverneux », c’est-à-dire les organes), et le soleil, des éléments « intermédiaires », qui font le lien entre les deux. Au médecin ensuite d’interpréter le songe : Hippocrate donne toute une série de visions possibles, leurs significations et les adaptations de régime nécessaires pour rétablir la santé du patient.

Hippocrate, Hippocratis Coi medicorum omnium longe principis, opera quae ad nos extant omnia, Bâle, Froben, 1558.

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 20140
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 20140 

Galien (129-201 ou 216)

Galien est le plus connu des commentateurs d’Hippocrate ; il est l’autorité médicale suprême pendant tout le Moyen-Age, jusqu’à la redécouverte de la collection hippocratique à la Renaissance ; il reste au XVIe siècle une autorité incontournable. Il reprend, systématise et affine le système numérologique présenté par Hippocrate dans ses Aphorismes pour déterminer à l’avance les moments de crise de ses patients et savoir à quel moment appliquer tel type de remède.

L’astrologie et l’astronomie étant très étroitement liées à cette époque, continuateurs et commentateurs de Galien n’ont eu de cesse de tenter de perfectionner le système de façon à ce qu’il corresponde au mieux à la fois aux nombres significatifs (4 et ses multiples, 7 et ses multiples) et au temps astronomique. D’autre part, Galien prend en compte des explications astrologiques pour expliquer l’évolution des maladies : ainsi, le Livre III du De diebus judicatoriis développe quelle influence les astres peuvent exercer sur le corps humain selon leur position dans le ciel, le soleil et la lune étant les plus puissants.

Galien, Claude, Galeni librorum quarta classis. Signa quibus tum dignoscere morbos & locos affectos, tum praescire futura possimus, docet, Venise, Giunta, 1576.

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 30039/4
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 30039/4 

Guy de Chauliac (1300-1368)

Guy de Chauliac était un médecin et chirurgien du XIVe siècle, dont l’œuvre principale, la Chirurgia magna, rédigée en Avignon en 1363, compilait le savoir médical de l’époque et l’enseignement des grandes autorités (Hippocrate, Galien, Avicenne notamment). Il fut un grand anatomiste, considéré par certains comme le fondateur de l’art chirurgical moderne, et fut médecin de plusieurs papes en Avignon (Clément VI, Innocent VI et Urbain V).

Témoin de la grande Peste Noire, à laquelle il survécut, il en relate le souvenir dans son œuvre. Il repousse les causes criminelles que l’on proposait à son époque, pour imputer les ravages de l’épidémie aux Juifs, aux nobles, ou à d’autres catégories de la population. Pour lui, comme pour beaucoup d’autres savants de son temps, le fléau s’explique avant tout par la réunion exceptionnelle de circonstances favorables à son déclenchement : un affaiblissement de la résistance des corps liés aux famines, en particulier pour le monde paysan dont le régime n’est pas sain et les travaux harassants, et surtout l’apparition d’une conjonction astrologique très néfaste et d’une grande longévité, qui provoque un grand déséquilibre des humeurs dans des corps qui, affaiblis, ne peuvent y résister.

Jean Canappe (1495- ?)

Lyon était un foyer important de la Renaissance, non seulement littéraire, mais aussi médicale. Les médecins de l’Hôtel-Dieu étaient réputés dans tout le royaume. Certains d’entre eux, dont Jean Canappe, entreprirent de traduire les grandes œuvres médicales qui faisaient autorité et de les faire éditer dans de petits formats peu chers et facilement manipulables, pour donner accès à ce savoir aux chirurgiens et barbiers. Ces derniers, bien que pratiquant toutes sortes d’interventions sur leurs patients, ne connaissaient souvent pas le latin et avaient peu de connaissances théoriques. Les médecins, eux, avaient des connaissances surtout théoriques et effectuaient très peu de gestes concrets.

Jean Canappe était un médecin très en vue à Lyon : lecteur public de chirurgie, à Lyon, il fut aussi médecin du roi François Ier. Il était très proche des cercles humanistes de cette ville : le célèbre imprimeur Etienne Dolet, brûlé en 1546 pour ses prises de position peu orthodoxes sur le plan religieux et souvent outrancières, a édité certaines de ses traductions médicales pour le libraire Guillaume de Guelques (celui qui publie la traduction de Guy de Chauliac présentée en vitrine), puis, plus tard, sur ses propres presses. Il fut aussi en lien avec Pierre Tolet et d’autres médecins importants de Lyon de l’époque. Il s’inscrit dans un mouvement intellectuel visant à promouvoir l’usage du français au lieu du latin dans les domaines littéraire et scientifique.

Sa traduction des œuvres de Guy de Chauliac a été numérisée par l’Académie de Médecine de Paris, et mise en ligne à cette adresse : http://www2.biusante.parisdescartes.fr/livanc/?cote=extacadd305&do=livre.

Chauliac, Guy de, Le Guidon en francoys, nouvellement reveu, & au vray corrige, trad. Jean Canappe, Lyon, Jean Barbou pour Guillaume de Guelques, 1538.

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13323
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13323 

Henri Corneille Agrippa de Nettesheim (1486-1535)

Savant humaniste au service des grands d’Europe, Henri Corneille Agrippa de Nettesheim s’intéresse à toutes les sciences occultes, qu’il pratique ou enseigne à divers moments de sa vie : alchimie, kabbale chrétienne de Johannes Reuchlin, astrologie notamment. Il navigue entre les cours rivales impériale et françaises : rédigeant en 1509 un Traité de la noblesse et préexcellence du sexe féminin en l’honneur de Marguerite de Bourgogne, il est en 1511 au service de l’empereur Maximilien de Habsbourg sous les armes, après avoir servi de la même manière le roi d’Aragon, Ferdinand d’Aragon, en 1508. Il voyage dans toute l’Europe, est conseiller municipal à Metz, puis s’installe en tant que médecin avant de se fixer à Lyon en 1524. Il devient ensuite médecin et astrologue de Louise de Savoie, la mère du roi François Ier.

Brusquement, il revire et devient hostile à toute forme de magie et d’ésotérisme : il rédige en 1526 son traité De l’incertitude et vanité des sciences, où il dénonce violemment toutes les sciences occultes qu’il avait pratiquées jusqu’alors. Ce traité est avant tout une défense de la pureté évangélique de la foi. C’est aussi une attaque en règle contre les sciences telles qu’elles sont pratiquées à la Renaissance. Tout y passe, des belles-lettres à l’économie en passant par les sciences occultes. Une partie est consacrée à l’astrologie, une autre à la magie naturelle, une à l’alchimie, une à la « nécromancie » ou magie noire. Dans la partie consacrée à la médecine, il dénonce le recours aux astres comme lié au polythéisme.

Malgré sa défense énergique de la foi chrétienne, il est condamné par plusieurs facultés de théologie (la Sorbonne et Louvain notamment). Il passe au service de Marguerite d’Autriche, puis à celui du prince-archevêque électeur de Cologne. De plus en plus attiré par le luthéranisme, il revient en France, où il est arrêté. Il meurt à Grenoble, peu après sa sortie de prison.

Agrippa de Nettesheym, Henri Corneille, Henrici Cornelii Agrippae ab Nettesheym, De incertitudine & vanitate scientiarum declamatio invectiva, denuo ab autore recognita, & marginalibus annotatibus aucta, s.l., s.n., s.d. [1537 ?].

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13275/2
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13275/2 

Johannes de Indagine (vers 1467-1537)

On ne sait à peu près rien de cet auteur, qui n’a laissé que ce traité. Il se décompose en plusieurs parties, permettant de connaître les influences astrales susceptibles de s’exercer sur un homme ou une femme donné(e). La première partie traite largement de la chiromancie, ou art de lire les lignes de la main. La deuxième partie traite de la physiognomie, ou physionomie, qui permet de déterminer les caractères moraux d’une personne d’après ses traits et l’aspect de sa silhouette. Enfin, l’auteur s’attarde sur toute une série de règles astrologiques, médicale et judiciaire, permettant à la fois de déterminer l’avenir de quelqu’un, son état de santé et les moyens d’y remédier. Une série de schémas expliquent la façon dont un expert en lecture des lignes de la main peut déterminer la nature de l’homme ou de la femme qu’il examine selon la planète qui le/la domine. Cela va ensuite aider le médecin à conseiller son patient sur son régime de vie en fonction de l’horoscope du moment.

Le traité est orné de très belles planches illustrées, dont certaines sont attribuées au célèbre graveur lyonnais Bernard Salomon, qui a souvent travaillé avec l’imprimeur-libraire Jean de Tournes, éditeur de l’ouvrage. On trouve à la fin une série de tables permettant d’établir des horoscopes. Il est intéressant de noter que le contexte de publication de cet ouvrage montre que le monde humaniste de Lyon s’intéressait de près à ce genre de texte : non seulement il est édité par l’un des meilleurs imprimeurs lyonnais exerçant à cette époque, qui publie de grands auteurs dont Maurice Scève, mais son texte est présenté par Antoine Du Moulin, qui était un éminent humaniste, très influent dans les milieux littéraires lyonnais.

De Indagine, Johannes, Chiromance & Physiognomie par le regard des membres de l’Homme, faite par Jan de Indagine. Plus dudit, La diffinition des faces des Signes. Reigles Astronomiques du jugement des maladies. L’astrologie Naturelle. La congnoissance de la complexion des hommes selon la domination des Planettes, éd. Antoine du Moulin, Lyon, Jean de Tournes, 1556.

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13275/2
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 13275/2 

Persistance des anciens systèmes à l’époque de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Dans son article « Astrologie », l’Encyclopédie reprend une distinction traditionnelle entre astrologie naturelle et astrologie judiciaire, la première étant l’art d’observer et de prédire les phénomènes naturels, et la seconde étant l’art de prédire le destin des hommes. Si la première paraît toujours licite, et « scientifique » en 1751, la seconde est solidement condamnée comme un préjugé :

« L’Astrologie naturelle est elle-même, à proprement parler, une branche de la Physique ou Philosophie naturelle ; & l’art de prédire les effets naturels, n’est qu’une suite a posteriori, des observations et des phénomènes. »

« Quoique l’Astrologie judiciaire ait été solidement combattue, tant par Barclay que par d’autres auteurs célèbres, qui en ont démontré la vanité ; on ne peut pas dire qu’ils ayent entièrement déraciné cette ridicule prévention ; elle regne encore, & particulièrement en Italie. »

Le Febvre, Julien-Augustin, Dissertatio medica de astrorum influxu in hominem, Montpellier, Augustin-François Rochard, 1757.

Cette dissertation pour l’obtention du grade de bachelier en médecine à Montpellier s’inscrit, en plein siècle des Lumières, dans la tradition des œuvres d’Hippocrate et de Galien. L’auteur s’attache à démontrer la réalité des influences célestes sur les mécanismes régissant le corps humain et sa santé. Il détaille l’action particulière des différents astres (le soleil et la lune en particulier).

SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 18828/3
SCD Université d’Aix-Marseille – Bibliothèques de Santé
Bibliothèque de Médecine-Odontologie – Res 18828/3 

Bibliographie sommaire :

Boudet, Jean-Patrice, Entre science et nigromance: astrologie, divination et magie dans l’Occident medieval (XIIe-XVe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006.

Boudet, Jean-Patrice, « A ‘college of astrology and medicine’ ? Charles V, Gervais Chrétien, and the scientific manuscripts of Maître Gervais’s College”, dans Studies in History and Philosophy of Biological and Biomedical Sciences, 41 (2), 2010, p. 99-108.

Collins, David J., « Albertus, Magnus or Magus ? Magic, Natural Philosophy, and Religious Reform in the Late Middle Ages », dans Renaissance Quarterly, 63 (1), 2010, p. 1-44.

Cooper, Glen M., « Galen and Astrology : A Mésalliance ? », dans Early Science and Medicine, 16 (2), 2011, p. 120-146.

Grant, Edward, A History of Natural Philosophy: From the Ancient World to the Nineteenth Century, New York, 2007.

Hare, E. H., « Medical Astrology and its Relation to Modern Psychiatry », dans Proceedings of the royal Society of Medicine, 70, 1977 (2), p. 105-110.

Kibre, Pearl, Studies in Medieval Science: Alchemy, Astrology, Mathematics and Medicine, Londres, 1984.

Lindberg, David C., The Beginnings of Western Science: The European Scientific Tradition in Philosophical, Religious, and Institutional Context, 600 B.C. to A.D. 1450, Chicago, 1992.

Ralley, Robert, « Stars, demons and the body in fifteenth-century England », dans Studies in History and Philosophy of Biological and Biomedical Sciences, 41, 2010, p. 109-116.

Secrets of Nature: Astrology and Alchemy in Early Modern Europe, éd. par William. R. Newman et Anthony Grafton, Cambridge, MIT Press, 2001.

Siraisi, Nancy, The Clock and the Mirror : Girolamo Cardano and Renaissance Medicine, Princeton, Princeton University Press, 1997.

Weill-Parot, Nicolas, Les « images astrologiques » au Moyen-Age et à la Renaissance : spéculations intellectuelles et pratiques magiques, XIIe-XVe siècles, Paris, 2002.