Archives par mot-clé : Bibliothèque Saint-Charles

Les Jeudis de la BU

            Les bibliothèques du département sciences et technologies du  service commun de documentation d’Aix-Marseille université propose chaque deuxième jeudi du mois, durant toute l’année universitaire, de découvrir le patrimoine de l’université, la culture scientifique, d’assister à une conférence ou à la présentation d’un livre publié par un enseignant chercheur.

Programme du  jeudi 08 décembre 2016

Bibliothèque universitaire de Luminy à 12h15. Comprendre et connaître sa mémoire. Pourquoi comprendre et connaître sa mémoire peut aider à réussir son année universitaire. Conseils et astuces pour mieux réussir dans ses études.

Christophe Rodo, Doctorant à Aix-Marseille université

Bibliothèque universitaire de Saint-Charles à 12h15 présentation d’un ouvrage sur les calanques de Marseille; d’un passé industriel à un présent tourné vers la biodiversité.   Les calanques de Marseille offrent une situation paradoxale de pollution passée et présente et de forte biodiversité: Que peut-on en apprendre pour mieux gérer ce territoire pour le futur ? http://catalogue.univ-amu.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=959691

Isabelle Laffont-Schwob, Enseignant-Chercheur AMU/CNRS/IRD/UAPV

Bibliothèque universitaire de Saint-Jérôme à 12h15 Flânerie autour des livres rares et précieux de la BU. Parmi les trésors de la Réserve patrimoniale de la BU Saint-Charles, venez découvrir quelques très belles pièces d’un grand intérêt scientifique et esthétiquement superbes.

Pierre Ponsot,  Bibliothécaire à Aix-Marseille université

polypodium_vulgare_moore2Polypodium vulgare in The Ferns of Great Britain and Ireland / By Thomas Moore…, ed. by John Lindley…, nature-printed by Henry Bradbury .- London: Bradbury and Evans, 1855. Licence domaine public, source Wikimedia Commons.

 

 

Exposition Le canon et l’éprouvette, La faculté des sciences de Marseille de 1914 à 1918

La présente exposition s’inscrit dans le cadre des célébrations du Centenaire de la Première Guerre Mondiale qui en cette année 2016 verra comme temps forts les commémorations nationales des deux grandes batailles de Verdun et de la Somme en 1916.

Le Département sciences et technologies d’Aix-Marseille université s’associe à cet hommage et vous propose de découvrir, les différents aspects de la vie universitaire à la Faculté des Sciences de Marseille, à travers des documents d’archives, des objets et des ouvrages de cette période, conservés dans les fonds patrimoniaux de la bibliothèque universitaire de Saint –Charles.

En 1911 sur le plateau Saint-Charles, à proximité de la gare, débutent  les travaux de construction dite  de  la « nouvelle faculté » des sciences. Mais dès le commencement  du conflit,  le port de Marseille devient la plaque tournante d’importantes troupes de multiples nationalités qui combattent sur le front français mais aussi sur le front oriental.

Le campement de la 16e compagnie du Train sur le plateau Saint-Charles, 1914. Edouard Cornet. Archives de Marseille AMM 115Fi 1390
Le campement de la 16e compagnie du Train sur le plateau Saint-Charles, 1914.
Edouard Cornet. Archives de Marseille AMM 115Fi 1390

Beaucoup  de blessés affluent aussi et la Faculté est réquisitionnée. L’armée ainsi qu’un hôpital s’installent sur le site. Saint-Charles fait partie des hôpitaux temporaires qui renforcent les établissements militaires ou civils permanents de la ville. Durant la guerre on dénombre près de 4 millions d’hommes qui transiteront par Marseille.

La Faculté des sciences lors du conflit paye un lourd tribut en pertes humaines. Cela atteint aussi bien les étudiants, enseignants et agents de l’université.

L’activité scientifique et intellectuelle reste cependant active et voit durant cette période paraître un nombre non négligeable de publications scientifiques ainsi que le maintien de la continuité des cours.

Plusieurs enseignants de la Faculté seront mis directement à contribution pour l’effort de guerre. En rapport avec leurs travaux et recherches, ils participent activement à différentes études et mises en applications sur le théâtre des opérations, créant de multiples appareils de détections, des postes mobiles de radiographie, ou apportant leurs compétences aux recherches en balistique, mais aussi en chimie, dans l’élaboration d’explosifs.

Cette guerre donne naissance à une « science moderne » notamment avec l’utilisation des gaz chimiques mais aussi avec une multitude d’innovations dévastatrices. Elle se met au service des armées en étroite collaboration avec l’industrie et  s’éloigne  de son idéal de « pureté » et d’universalité.

L’exposition sur la Grande Guerre intitulée « Le canon et l’éprouvette: la faculté des sciences de Marseille, 1914-1918 » se tient du mardi 29 mars au 15 juin 2016 sur 4 sites:

– du mardi 29 mars au vendredi 29 avril 2016 à la BU Saint-Charles

– du lundi 02 mai au vendredi 13 mai 2016 à la BU Saint-Jérôme

– du mardi 17 mai au vendredi 27 mai 2016 à la BU de Luminy

– du mercredi 07 juin au 21 juin au  Pharo au siège d’AMU

Entrée libre et gratuite

Actualités patrimoniales de la rentrée universitaire

En cette rentrée, Aix-Marseille Université est engagée dans diverses actions patrimoniales.

Ce week-end, lors des Journées européennes du patrimoine, vous pourrez découvrir les trésors de la Faculté des Sciences Saint-Charles et de la Faculté de Médecine à la Timone (les deux manifestations sont à Marseille).

Affiche officielle des Journées européenne du patrimoine, 19 et 20 septembre 2015

A Saint-Charles, des visites-découvertes sont organisées samedi 19 et dimanche 20 septembre pour découvrir les patrimoines dissimulés sur le campus. Samedi, les visiteurs pourront explorer le musée de paléontologie et les réserves de livres précieux de la BU; dimanche, ils auront accès à l’herbier, à l’ancien musée colonial et à la collection d’instruments scientifiques. Un feu d’artifice est organisé samedi soir, et les deux journées seront animées de diverses autres animations.

Il est nécessaire de s’inscrire pour participer: il reste encore quelques places. Renseignements et inscriptions se font ici: http://cps.univ-amu.fr/journees-du-patrimoine.

De son côté, la Faculté de Médecine, en collaboration avec l’Association des Amis du patrimoine médical de Marseille, et la BU, participe aussi aux Journées du patrimoine (le samedi seulement). Cette année, l’accent sera mis sur le patrimoine architectural, et sera l’occasion de présenter au public le tout nouveau bâtiment pédagogique. Ce sera aussi l’occasion de découvrir les panneaux sculptés de la salle du Conseil (élément important du patrimoine du XXe siècle), ainsi que les réserves précieuses de la BU de Médecine-Odontologie.

Là aussi, il est nécessaire de s’inscrire pour participer. Renseignements et inscriptions se font ici: http://medecine.univ-amu.fr/news/307/journees-europeennes-du-patrimoine-2015-a-faculte-medecine.

Le mois de septembre 2015 est aussi l’occasion de commémorer le 500e anniversaire de la bataille de Marignan, remportée par François Ier sur les Suisses à l’aube de son règne. L’année 2015 est, de façon plus générale, une année François Ier.

Détail de la page de titre de Guillaume Durand, Speculi Gulielmi Durandi, Lyon, à l'enseigne de la Salamandre, 1547. Bibliothèque de Droit et Science politique (Aix), Res 261
Détail de la page de titre de Guillaume Durand, Speculi Gulielmi Durandi, Lyon, à l’enseigne de la Salamandre, 1547.
Bibliothèque de Droit et Science politique (Aix), Res 261

A cette occasion, la BU Droit présente actuellement une sélection d’ouvrages juridiques publiés durant le règne de ce roi (1515-1547). Certains de ces livres présentent une page de titre ornée d’une belle salamandre, enseigne d’une puissante famille de libraires lyonnais et emblème personnel du roi.

Cette exposition est accessible à tous, à l’accueil de la BU. Elle est ouverte au public jusqu’aux vacances de fin d’année.

Un billet consacré à François Ier et à l’humanisme, vus à travers le prisme des ouvrages conservés dans les collections d’Aix-Marseille Université, sera prochainement publié sur ce carnet.

Alguier des frères Crouan

Article rédigé en collaboration avec Johann Berti.

Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 1, Fucoïdées. 1852 (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/1) © cicrp - photo Odile Guillon
Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 1, Fucoïdées. 1852
(Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/1)
© CICRP – photo Odile Guillon

Crouan, Pierre-Louis (1798-1871), Crouan, Hippolyte-Marie (1802-1871)
Algues marines du Finistère, 1852, 3 vol., in-8°.

On aime à se reposer l’esprit sur ces
charmantes plantes, à les examiner
sous tous les rapports, car on ne les
connaîtrait qu’imparfaitement si
l’on se bornait à l’étude de leurs
formes extérieures…
Crouan, Frères

Pierre-Louis et Hippolyte-Marie Crouan sont deux frères pharmaciens nés à Brest. Passionnés de botanique, ils herborisent et publient dans plusieurs revues scientifiques à partir de 1833. Chemin faisant, ils correspondent avec les meilleurs spécialistes européens des algues.

Ils déposent au Musée ou Cabinet d’Histoire Naturelle du jardin botanique de Brest, en 1835, un tableau composé de 150 algues, qualifié par ses auteurs d’ébauche. Ce travail préfigure et porte en soi la genèse de futurs projets. Ce tableau algologique sera détruit en 1944, lié aux importants bombardements que la ville de Brest a subis durant cette période.

L’ alguier

Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 2, Floridées. 1852 (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/2) © CICRP - photo Odile Guillon
Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 2, Floridées. 1852
(Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/2)
© CICRP – photo Odile Guillon

En 1852 les frères Crouan publient à compte d’auteur, en 50 exemplaires seulement, un document exceptionnel en 3 volumes : Algues marines du Finistère. Il s’agit d’un herbier d’algues (alguier) qui rassemble 404 échantillons d’algues du Finistère. Ces 404 échantillons sont classés par familles, rassemblées donc en 3 volumes (1 : Fucoïdées ; 2 : Floridées ; 3 : Zoospermées) et sous-familles.

Chaque page de l’ouvrage porte une espèce d’algue séchée et collée (exsiccata) accompagnée d’une étiquette imprimée qui précise le nom de l’espèce, cite les auteurs principaux qui ont décrit ou figuré ces plantes, le lieu et l’époque précis de la récolte.

Ils citent dans la préface le botaniste suisse Augustin Pyrame de Candolle, auteur notamment du Traité élémentaire de la botanique.
Ils optent pour un format d’ouvrage in octavo car les trois-quarts au moins des algues, ne nécessitent pas une autre taille. Pour les grandes espèces ils choisiront des rameaux. Le format in-8° présente aussi l’avantage d’être portatif et pratique pour la consultation. Ils ont identifié et nommé plus d’une vingtaine d’espèces d’algues jusqu’ici inconnues. Certaines espèces portent leur nom, les Crouania. Il a fallu 15 années aux frères Crouan pour mener à bien ce travail colossal et la collecte de 20 000 échantillons.

Les algues sont classées selon le Species Algorum de Carl Adolf Agardh, botaniste suédois, professeur à l’université de Lund. Il est considéré comme l’un des pères de l’algologie. Son fils Jacob Georg Agardh deviendra aussi un algologue notoire.

Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 3, Zoospermées. 1852 (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/3) © CICRP - photo Odile Guillon
Crouan Frères. Algues marines du Finistère: 3, Zoospermées. 1852
(Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 10030/3)
© CICRP – photo Odile Guillon

Exceptionnel, ce document préparé par les auteurs eux-mêmes, en plus de son intérêt scientifique, l’est à plus d’un titre : d’une part, seuls 50 exemplaires sont conservés de par le monde, dont quelques uns en France, et certains en mauvais état. L’exemplaire de la BU Saint-Charles, qui plus est en bon état, est donc déjà en soi une rareté.

D’autre part, l’état de conservation de cet herbier d’algues, ainsi que la « poésie » qui se dégage de chaque page, procurent à l’observateur un bonheur sans pareil. Visuellement, nous sommes parfois à la frontière de l’art, c’est en tous cas un émerveillement à chaque page.

Comme ils l’indiquent dans leur préface (p.4, vol.1), les frères Crouan ont repris, pour dessécher les plantes marines, la méthode d’un pharmacien et algologue de Quimper, Théophile Bonnemaison, méthode dont ce dernier a livré les secrets dans un article intitulé « Essai sur les hydrophytes loculées »…

La Florule

En 1867, les Frères Crouan font paraître une étude complète (genera) de la flore (algues marines, fluviatiles et terrestres) du département, Florule du Finistère, qui, selon les spécialistes, est longtemps restée un modèle de flore locale, et qui couronne leur carrière de botanistes.

En frontispice, sur une planche en couleur, est représentée la répartition des algues sur un rocher lors d’une grande marée. En fin de volume, dessinées de la main d’Hippolyte Crouan, se trouvent 32 planches lithographiées en couleur du genera.

A noter qu’ils citent, à la fin de leur préface (P.X), la maxime « Labore et constantia » de Dodoens, qui apparaît à la fin de son Stirpium historia. Maxime placée juste après la phrase suivante : « cette Florule nous a demandé un si grand nombre d’années pour en trouver, récolter et étudier les matériaux, que nous remercions Dieu de nous avoir donné une santé et une longévité qui nous aient permis de la terminer. »

Préface page 10: Dodoens, R. Stirpium historiae pemptades sex sive libri XXX.  1616. In f°  (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 15)  © CICRP - photo Odile Guillon
Préface page 10: Dodoens, R. Stirpium historiae pemptades sex sive libri XXX.
1616. In f° (Bibliothèque universitaire Saint-Charles, Res 15)
© CICRP – photo Odile Guillon

L’ensemble de leurs travaux : herbiers, manuscrits, dessins et autres collections sont conservés à la Station de Biologie Marine de Concarneau du Muséum National d’Histoire Naturelle et du Collège de France.

NB: ce billet a été rédigé à partir d’une présentation de J. Berti, conservateur et P. Ponsot, bibliothécaire, dans le cadre des « Mercredis du patrimoine d’AMU » le 06 mai 2015 à la Bibliothèque universitaire de Saint-Charles, Service commun de documentation d’Aix-Marseille Université.

Références bibliographiques

AGARDH, C.-A. Species algarum rite cognitae, cum synonymis, differentiis specificiis et descriptionibus succinctis. T.1 : Volumen premium. Gryphiswaldiae: Mauritius , 1821-1823. 2 vol. en 1 : pp.1-168, pp., 169-531 ; in-8°

AGARDH, C.-A. Species algarum rite cognitae, cum synonymis, differentiis specificis et descriptionibus succinctis. T. 2 : Voluminis secundi sectio prior . – Gryphiswaldiae : Sumtibus Ernesti Mauritii , 1828 . – 1 vol. (LXXVI-189 p.) ; in-8°

AGARDH, J. G. Algae maris Mediterranei et Adriatici : observationes in diagnosin specierum et dispositionem generum. Parisiis : apud Fortin, Masson et Cie , 1842. 1 vol. : X-164 p. ; in-8°

BONNEMAISON, Th. Essai sur les hydrophytes loculées (ou articulées) de la famille des épidermées et des céraminées. Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, 1828, tome 16, p. 49-148

CANDOLLE, A. P. de. Théorie élémentaire de la botanique, ou exposition des principes de la classification naturelle et de l’art de décrire et d’étudier les végétaux. Paris, Déterville, 1813. VIII-500-[28] p. ; in-8°
CROUAN, P.-L., CROUAN H.-M. Algues marines du Finistère / recueillies et publiées par Crouan frères. 1, Fucoidées. Brest : Crouan frères, 1852, 112 pl.

CROUAN, P.-L., CROUAN, H.-M. Algues marines du Finistère / recueillies et publiées par Crouan frères . 2, Floridées. Brest : Crouan frères, 1852, pl. 113 à 322

CROUAN, P.-L., CROUAN H.-M. Algues marines du Finistère / recueillies et publiées par Crouan frères . 3, Zoospermées. Brest : Crouan frères / 1852, pl. 323 à 404
CROUAN, P.-L., CROUAN H.-M. Florule du Finistère : Contenant les descriptions de 360 espèces nouvelles de sporagames, de nombreuses observations et une synonymie des plantes cellulaires et vasculaires qui croissent spontanément dans ce département; accompagnées de trente-deux planches où est représentée l’organographie, faite sur l’état vif, des fruits et des tissus de 198 genres d’algues avec la plante grandeur naturelle ou réduite plus une planche supplémentaire où sont figurés 24 champignons nouveaux. Paris : F. Klincksieck, 1867. x, 262 p. : double front., 32 pl. ; in-8°

DAYRAT, B. Les botanistes et la flore de France : trois siècles de découvertes. Paris : Publications scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle , 2003

DIZERBO, A.-H. Les algologues finistériens du passé : Christophe-Paul, Sire de Robien, Guy du Dresnay, Théophile Bonnemaison, Bachelot de La Pilaye, les frères Crouan, Eugène de Créac’hquérault. Bulletin de la société archéologique du Finistère, 1994, Tome CXXIII, p. 439-444

DIZERBO, A.-H. Apothicaires et pharmaciens de Basse-Bretagne. Rennes : Imp. Riou-Reuzé, 1951, 160 p. Thèse : Thèse doctorat : Pharmacie : Strasbourg : 1951

DIZERBO, A.-H. Les frères Crouan, botanistes et pharmaciens brestois. Cahiers de l’Iroise (Les), 1955, n° 5, p. 36-38

DODOENS, R. Stirpium historiae pemptades sex sive libri XXX. Antverpiae : ex officina Plantiniana apud Balthasarem et Ioannem Moretos , 1616 . – [XIV-] 872 [-IXVI] p. : fig. ; In-f°

GUEGUEN, F. Etude sur la vie et l’ oeuvre des frères Crouan, botanistes brestois. Bulletin de la Société mycologique de France, 1909, Tome XXV, 1er fascicule, p. 69-78

HESSE, M. Lettre de M. Hesse à M. le Président de la Société botanique de France. Bulletin de la Société Botanique de France. 1872, 19 :2 , 76-79

HESSE, M. Notice sur les frères Crouan. Revue des sociétés savantes publiée sous les hospices du Ministère de l’Instruction publique: Sciences mathématiques, physiques et naturelles, 1872, Tome VI, 2ième série, p. 22-25

Sitographie

L’alguier des Frères Crouan a été numérisé par l’université de Bourgogne qui en possède un exemplaire [en ligne] :
http://serres.u-bourgogne.fr/rubrique.php3?id_rubrique=216 [consulté le 20 avril 2015]

Dans une vidéo mise en ligne, un enseignant chercheur, Humbert, C. de l’université de Bourgogne présente cet alguier, avec de très belles images à l’appui [en ligne] :
https://www.dailymotion.com/video/xfn372_l-alguier-des-freres-crouan_school
[consulté le 20 avril 2015]

Legal, Yves. Le trésor de deux algologues du XIXe [en ligne] :
http://www.espace-sciences.org/archives/science/16722.html [consulté le 20 avril 2015]

Enfin, il faut noter que dans son exposition « La Mer, terreur et fascination » (2005), la BnF a présenté des planches de cet alguier. L’exposition virtuelle en met 3 à l’honneur [en ligne] :
http://expositions.bnf.fr/lamer/feuille/index.htm [consulté le 20 avril 2015]

Botanique à la Renaissance

Leonhart Fuchs, ou le plus ancien livre conservé à la bibliothèque de sciences Saint-Charles

Leonhart Fuchs, De Historia stirpium commentarii insignes, Bâle, Michael Isengrin, 1542.

N° d’inventaire BU : 14 / langue : Latin

Il s’agit du plus ancien document conservé par la bibliothèque universitaire Saint-Charles. Cet ouvrage de botanique est une somme qui décrit 400 plantes européennes et 100 plantes exotiques. Il comprend 511 xylographies.

Verso du titre: portrait de l'auteur. Photo Odile Guillon, CICRP.
Verso du titre: portrait de l’auteur.
Photo Odile Guillon, CICRP.

Ces dernières sont remarquables, et témoignent des progrès techniques de la gravure sur bois dans le deuxième tiers du XVIe siècle. L’exemplaire conservé à la bibliothèque Saint-Charles est en noir et blanc, tel qu’il est sorti de la presse en 1542 ; cependant, il existe aussi plusieurs exemplaires en couleurs. Les techniques de l’époque ne permettaient pas l’impression des illustrations en couleurs : tout au plus pouvait-il y avoir deux passages des feuilles sous la presse typographique, une fois pour l’encre noire, une fois pour l’encre rouge, le tout demandant des opérations de calage assez complexes. Cependant, les gravures de l’ouvrage de Fuchs ont été réalisées en prévoyant qu’elles seraient par la suite enrichies de couleurs, ce qui a été fait sur un certain nombre d’exemplaires, parfois dans l’atelier même. C’est ainsi que la bibliothèque de Glasgow conserve un exemplaire dont les planches ont été coloriées à l’aquarelle (l’exemplaire a été numérisé et peut être consulté à cette adresse :

<http://special.lib.gla.ac.uk/exhibns/month/oct2002.html>).

Ces illustrations présentent un grand intérêt pour leur réalisme, les apports nouveaux qu’elles fournissent dans la connaissance et la façon dont elles sont utilisées comme vecteur d’information. En effet, le livre savant de la fin du Moyen-Age et de l’aube de la Renaissance ne contient généralement que du texte, disposé parfois de manière très dense. L’image est vue comme un outil de vulgarisation, pour l’instruction de ceux qui ne savent pas lire. Sa fonction relève de l’évocation, et non de la représentation ; elle n’est pas là pour transmettre de façon pédagogique un savoir reposant sur des faits concrets. C’est ainsi qu’on utilise des bois stylisés, passe-partout, souvent répétés, et qui ne permettent pas forcément d’identifier l’objet décrit avec précision. Parfois, ces images n’ont qu’un rapport vague avec le texte qu’elles accompagnent.

Certains savants se défendent d’en utiliser, de peur que leur présence altère la valeur érudite de l’ouvrage. Par exemple, le chirurgien Brunschwig déclare que :

« les figures ne sont rien de plus qu’une réjouissance de l’œil, et une information pour ceux qui ne savent ni lire, ni écrire1 . »

De son côté, en 1555, Jacques Dubois, dit Sylvius, ancien maître de Vésale, écrit ceci à propos du De humani corporis fabrica et de ses illustrations :

« Toute la méthode d’employer de telles choses est décidément superstitieuse, obscurantiste et surtout inutile, et il faut considérer les illustrations aussi bien que les lettres (de renvoi au texte) qui y figurent bien plus comme un empêchement que comme un secours2. »

Leonhart Fuchs, bien au contraire, revendique l’usage des images. Bien plus, il en revendique un usage savant, utile à la transmission de l’information :

« Qui en son honnête âme condamnerait des images qui communiquent des informations bien plus clairement que les mots, même du plus éloquent des hommes3 ? »

Portrait des illustrateurs à l’œuvre. Photo Odile Guillon, CICRP.
Portrait des illustrateurs à l’œuvre.
Photo Odile Guillon, CICRP.

L’importance donnée à ces images est soulignée par la présence exceptionnelle des portraits des trois illustrateurs à la fin de l’ouvrage. Il s’agit d’Albrecht Meyer, le dessinateur, représenté en train de peindre une plante d’après nature, de Heinrich Füllmaurer, chargé de transposer les dessins sur bois, et enfin, de Veit Rudolf Speckle, le graveur, en train de tailler les bois. Fuchs tient là-dessus une position très novatrice pour son époque. Ses contradicteurs4 affirment qu’une telle démarche ne peut viser qu’à représenter et à transmettre des accidents variables selon les saisons et donc non fiables pour l’identification scientifique des plantes concernées, et s’appuient pour cela sur des passages de Pline l’Ancien et de Galien5. Fuchs, lui, interprète ces passages différemment, comme il l’explique dans un ouvrage antérieur au De historia stirpium, intitulé Paradoxorum medicinae libri tres6 : composer une image de la substance de l’objet défini par le moyen de nombreux accident est la manière qu’ont les hommes de comprendre le monde. Galien, pour lui, indique essentiellement qu’il est inutile de décrire les « herbes » à nouveau après Dioscoride, parce que les descriptions de ce dernier sont indépassables. Quant à Pline, il explique avant tout que ce n’est pas l’abondance des couleurs qui permet de bien imiter la nature.

Fuchs s’inscrit dans un mouvement de révolution de la perception des images qui se fait progressivement dans les années 1530. De plus en plus, les médecins se posent la question de la correspondance des plantes qu’ils ont sous les yeux, au quotidien, avec celles qui ont été décrites par l’Antiquité. En effet, à cette époque, la notion de répartition géographique de la flore n’existe pas encore ; les médecins allemands cherchent à trouver dans les descriptions de plantes méditerranéennes par Pline et Dioscoride une correspondance avec les plantes que l’ont peut trouver dans les jardins du Nord de l’Europe. On pense alors la nature variable, et on crédite les Anciens d’avoir décrit la plupart, voire la totalité des plantes du monde. On n’envisage pas qu’une chose ait pu ne pas être connue des grands auteurs de l’Antiquité. Les savants de la Renaissance ne cherchent pas à s’émanciper des auteurs classiques : bien au contraire, ils sont dans une démarche visant à récupérer ces textes, et à leur « rendre » une « pureté » débarrassée des scolies et des gloses héritées de la tradition médiévale. Le débat est d’abord philologique, et cherche à établir la meilleure source. Tout le débat est donc entre la légitimité de la poursuite de la discussion philologique, comme la pratique l’Italien Paolo Giovio7 et celle de l’observation qui la remplace comme support d’identification, comme chez le voyageur Pierre Belon8.

Otto Brunfels, dans son ouvrage intitulé Herbarum vivae eicones9, est le premier en botanique à tenter de résoudre l’incertitude qui règne alors dans l’identification des plantes, entre la tradition issue du Moyen-Age et celle qui est héritée de l’Antiquité, en particulier de Dioscoride. Son objectif est de rassembler les informations données par Dioscoride, Pline et d’autres sources de référence sur chaque plante, en attirant l’attention sur les divergences. Pour renforcer son propos, il fait tailler pour son ouvrage des illustrations extrêmement réalistes. Son travail n’a pas été compris de ses contemporains : il a été loué pour la beauté des images de son ouvrage, mais fustigé pour la pauvreté du contenu du texte. Jean-Marc Châtelain et Laurent Pinon écrivent au sujet de ces images qu’elles ont été vécues comme « le reflet brut d’une réalité mal maîtrisée10 ».

Fuchs adopte une représentation non idéalisée du réel et donne toute sa place à la démarche d’observation directe des plantes. Il s’agit de les identifier correctement, dans l’objectif pratique de connaître leurs propriétés médicales. Cette identification doit aussi permettre de déterminer la meilleure autorité parmi des auteurs antiques qui se contredisent parfois. En cela, le médecin allemand est très influencé par les travaux de Nicollo Leoniceno, de l’Université de Ferrare. Nourri de ces diverses influences, il déclare préférer Galien à Dioscoride, et Dioscoride à Pline. L’observation lui fournit les images gravées, cependant, pour la première fois en botanique, elle influence aussi le texte lui-même. C’est ainsi que Fuchs est le premier à décrire des plantes américaines, comme le maïs, et à ne pas essayer à tout prix de trouver une correspondance dans Dioscoride. De fait, lorsqu’il ne trouve pas la correspondance antique des plantes allemandes contemporaines, il adopte une démarche puisée dans Galien pour la décrire de façon adéquate, en s’appuyant à la fois sur les autorités et sur l’expérience résultant de l’observation. De même, pour éviter la confusion, il revendique le choix de noms déjà existants, même s’ils sont en mauvais latin, plutôt que d’en recomposer en un latin ou un grec savants qui ne parleront qu’à quelques érudits. Il cite aussi systématiquement les noms allemands des différentes plantes qu’il décrit. Sa démarche est très loin d’un rejet des autorités antiques : en réalité, il veut faire revivre l’ancienne médecine des Grecs, et en particulier celle de Galien. Il en applique donc les méthodes, en étendant par l’observation ce qu’il trouve dans Dioscoride, pour en retrouver la « pureté » débarrassée des interpolations qu’il prête aux Latins et aux Arabes qui ont transmis les textes jusqu’à son époque. Dans cette optique, les images lui permettent de faire un pont entre les plantes anciennes que l’on trouve dans les œuvres de Dioscoride et celles qui lui sont contemporaines : en observant leurs différentes caractéristiques, il peut leur redonner leur identité antique. Et lorsque celle-ci n’existe pas, il peut leur en créer une, selon la méthode antique.

Planche de la p. 896 (basilic, dénommé "ocimastrum" par Fuchs). Photo Odile Guillon, CICRP.
Planche de la p. 896 (basilic, dénommé « ocimastrum » par Fuchs).
Photo Odile Guillon, CICRP.

Ce qui oppose Fuchs à ses adversaires est donc d’abord leur relation à l’antiquité : là où Fuchs veut faire revivre des pratiques, d’autres au contraire prônent une renaissance des savoirs de Dioscoride mot-à-mot, au pied de la lettre. Par ailleurs, la dispute est aussi dialectique, et porte sur la nature des définitions. Pour les contradicteurs du médecin allemand, les accidents, par nature variables (fleurs, fruits, par exemple), ne sont pas des propriétés, ni des éléments propres à établir une différence suffisante pour déterminer le caractère unique de l’objet décrit. Par conséquent, ils ne peuvent pas produire de définitions essentielles. Fuchs au contraire se place dans le mouvement de la dialectique humaniste issue de Melanchton : pour lui, la description des plantes est une description par les accidents, la définition des choses étant différente de la définition des noms, et devant avoir pour objet de placer la chose sous les yeux même de celui qui la lit, exactement comme s’il observait une plante. Les images participent aussi de cette conception des choses, en synthétisant les différents éléments utiles à l’identification et en les plaçant en évidence sous les yeux des lecteurs. Elles représentent d’ailleurs souvent la plante à plusieurs états de son développement, fleur et fruit étant représentés sur la même gravure (comme c’est le cas des courges, par exemple).

Ces gravures, pour plus de précision, ont été conçues dès l’origine pour être peintes. Le trait en est ainsi exceptionnellement fin. Certaines ont sans doute été coloriées dans l’atelier même de l’imprimeur, et il subsiste plusieurs exemplaires en couleurs (comme par exemple celui de la bibliothèque de Glasgow). Cependant, la mise en couleur reste extrêmement onéreuse à l’époque : à la fin du siècle, sur un autre ouvrage, on en estime le coût à 7 fois le prix de vente du livre, ce dernier étant déjà élevé du fait de la présence des gravures, qui représentent un investissement financier très important pour l’imprimeur et le libraire. Elle n’est donc appliquée que de façon marginale, et ne concourt pas autant que le voudrait l’auteur à la fiabilité de l’identification scientifique en histoire naturelle :

« Les exemplaires coloriés, qui restent largement confinés dans les sphères aristocratiques des milieux du patronage savant, ne jouent qu’un rôle très marginal dans la transmission textuelle des œuvres. Quoi qu’en disent les auteurs, la couleur sert moins à reconnaître plantes ou animaux qu’à distinguer du commun des livres quelques exemplaires de prestige11. »

Cela n’empêche pas cet ouvrage de constituer un jalon fondamental dans l’histoire de la botanique, aux côtés de ceux d’Otto Brunsfeld et Hieronimus Bock. En effet, en constituant un recueil de plantes identifiables par n’importe quel observateur, cet ouvrage institue ce qui est nécessaire en matière d’illustrations. Il s’agit d’une évolution fondamentale des méthodes de la connaissance scientifique des plantes fondée sur leur observation et leur illustration fidèle. Par la suite, Robert Dodoens s’appuie très largement sur les travaux de Fuchs, qui ont fait l’objet de 31 éditions, adaptations et traductions publiées du vivant même de l’auteur. S’il a provoqué une vive polémique dans les milieux médicaux de son époque, il a fait considérablement avancer la botanique, et a contribué à l’installer en tant que science à part entière. Le nom de genre Fuschia lui fut d’ailleurs dédié en hommage et il a continué à exercer une influence notable sur ses successeurs durant une longue période.

A noter que l’ouvrage est numérisé et librement accessible sur Gallica :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k525016/f5.image.r=Fuchs,%20Leonhart.langFR

Il est également accessible en version française (édition de 1558) :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b86082904/f11.image.r=Fuchs,%20Leonhart.langFR

La Stanford University Press en a, par ailleurs, publié un fac similé dans les années récentes, preuve si besoin que cet ouvrage continue, pour les historiens de la discipline, à faire date.

Bibliographie sommaire :

–      Sur Fuchs et son ouvrage

Kusukawa, Sachiko, « Leonhart Fuchs on the importance of pictures », dans Journal of the History of Ideas, vol. 58 / 3, 1997, p. 403-427.

Fuchs, Leonhart, The great herbal of Leonhart Fuchs: notable commentaries on the history of plants, éd. Par Frederick Meyer, Emily Trueblood et John Heller, Stanford, Stanford University Press, 1999. Fac-simile et commentaire du texte de Fuchs.

Zucchi, Luca, « Brunfels e Fuchs: l’illustrazione botanica quale ritratto della singola pianta o immagine della specie », dans Nuncius, vol. 18 / 2, 2003, p. 411‑465.

Page consacrée au De historia stirpium dans le cadre du « livre du mois » sur le site du Service commun de la documentation de l’Ecole Normale Supérieure (consultée le 18 septembre 2014).

Il existe également un mémoire de master sur le sujet :

Lepilliet, Ariane, Le De Historia Stirpium de Leonhart Fuchs : histoire d’un succès éditorial (1542-1560), mémoire de master en sciences de l’information et des bibliothèques, Villeurbanne, Enssib, 2012. Accessible en ligne (consulté le 22 septembre 2014).

–      Sur l’histoire des sciences et de la botanique à la Renaissance

Chansigaut, Valérie, Histoire de l’illustration naturaliste, Paris, Delachaux et Niestlé, 2009.

Elliott, Brent, « The world of the Renaissance herbal », dans Renaissance Studies, vol. 25 / 1, 2011, p. 24‑41.

Kusukawa, Sachiko, Picturing the Book of Nature: Image, Text, and Argument in Sixteenth-Century Human Anatomy and Medical Botany, Chicago, University of Chicago Press, 2012.

Ogilvie, Brian W., « The Many Books of Nature: Renaissance Naturalists and Information Overload », dans Journal of the History of Ideas, vol. 64 / 1, 2003, p. 29-40.

Sciences de la Renaissance, actes du colloque international d’études humanistes, éd. par le Centre d’études supérieures de la Renaissance, Paris, Vrin, 1973.

–      Sur l’illustration du livre à la Renaissance

Châtelain, Jean-Marc, Pinon, Laurent, « Genres et fonctions de l’illustration au XVIe siècle », dans La Naissance du livre moderne, éd. par Henri-Jean Martin, Paris, Cercle de la librairie, 2000.

Ford, Brian, Images of Science : A History of Scientific Illustration, Londres, British Library, 1992.

Pastoureau, Michel, « L’illustration du livre : comprendre ou rêver ? (vers 1530-vers 1660) », dans Histoire de l’édition française, t. 1, Le livre conquérant, Paris, Promodis, 1982, p. 501-529.

  1. Laurent Pinon et Jean-Marc Châtelain, « Genres et fonctions de l’illustration au XVIe siècle », dans La Naissance du livre moderne, éd. par Henri-Jean Martin, Paris, Cercle de la librairie, 2000, p. 237. []
  2. Cité par Sciences de la Renaissance, actes du VIIIe congrès international de Tours, organisé par le CESR, Paris, Vrin, 1973, p. 169. []
  3. Cité par Laurent Pinon et Jean-Marc Châtelain, « Genres et fonctions de l’illustration du livre », dans La Naissance du livre moderne, op. cit. p. 238. []
  4. Dont Sebastianus Montuus, médecin issu du cercle de Symphorien Champier. Sur le détail de cette querelle, voir Sachiko Kusukawa, « Leonhart Fuchs on the Importance of Pictures », Journal of the History of Ideas, 58 (3), 1997, p. 418 sq. []
  5. Pline l’Ancien, Historia naturalis, VII, 141 et Galien, De simplicium medicamentorum facultatibus libri undecim, VI, 1. []
  6. Leonhart Fuchs, Paradoxorum medicinae libri tres, Bâle, Johann Bebel, 1535. []
  7. Paolo Giovio, Paoli Jovii Novocomensis medici De Romanis piscibus libellus, Rome, [Francesco Minizo Calvo], [1524]. Sur cet auteur, voir T.C. Price-Zimmermann, Paolo Giovio : the historian and the crisis of sixteenth-century Italy, Princeton, Princeton University Press, 1995. []
  8. Pierre Belon, Histoire naturelle des estranges poissons marins, Paris, Regnaud Chaudière, 1551. Sur le voyage d’Orient et la place de l’observation dans le discours renaissant, voir Le miroir ottoman : une image politique des hommes dans la littérature géographique espagnole et française, XVIe-XVIIe siècles, Paris, Presses de l’Université de Sorbonne, 2003. []
  9. Otto Brunfels, Herbarum vivae eicones ad naturae imitationem, Strasbourg, Johann Schott, 1532. []
  10. Laurent Pinon et Jean-Marc Châtelain, « Genres et fonctions de l’illustration du livre », dans La Naissance du livre moderne, op. cit., p. 255.
    []
  11. Laurent Pinon et Jean-Marc Châtelain, « Genres et fonctions de l’illustration du livre », dans La Naissance du livre moderne, op. cit., p. 261. []