Archives par mot-clé : collections

LA « COSMOGRAPHIA UNIVERSALIS » DE SEBASTIAN MÜNSTER

Sebastian Münster naît en 1489 à Nieder-Ingelheim, près de Mayence (Allemagne) et meurt de la peste à Bâle (Suisse) en 1552.

Page de garde et 1ère page de texte de notre exemplaire de l’édition de 1552. BU Lettres Aix, cote RES 7339.

Fils d’un maître d’hôpital, il reçoit une excellente éducation, initié aux arts libéraux du Trivium1 puis du Quadrivium2. Catholique par ses origines,

formé surtout par des membres du clergé et élevé dans un esprit de dévotion, il éprouve rapidement un attrait pour la théologie3.

Parallèlement, il s’intéresse aux mathématiques, à l’astronomie, aux langues et à la géographie. En 1512, après son ordination célébrée au monastère franciscain de Pforzheim, il devient moine de l’ordre des Cordeliers à Tübingen. Il est nommé « Lecteur » de théologie et de philosophie. Il travaille avec Johannes Stöffler (1452-1531), premier véritable professeur de géographie en Allemagne, rencontre qui lui permet d’approfondir ses connaissances du domaine par l’étude des textes anciens.

Il vit à Bâle en 1518, au moment où Martin Luther ébranle la chrétienté par ses idées contestataires, rejeter le pape et interpréter librement la Bible. Münster fort de sa formation en théologie, saisit la profondeur du débat et fait le choix de quitter l’habit franciscain en 1529 pour rejoindre officiellement l’Église suisse réformée. Il se marie la même année.

Entretemps, de 1524 à 1527, il est professeur à Heidelberg puis en 1528 à Bâle où il enseigne la théologie et l’hébreu à l’Université. Il publie de nombreux ouvrages d’histoire et de géographie qui « influenceront le développement de la cartographie »4.

Parmi eux, sa célèbre Cosmographia universalis est définie comme l’une des premières descriptions du monde. Il y travaille à partir de 1540.

L’année 1544 est particulièrement éprouvante, il lutte pour maintenir une certaine avance entre la rédaction des chapitres et leur impression. En mai les pages sur la Suisse sortent des presses, alors qu’il travaille toujours sur le manuscrit, qu’il y porte encore des corrections et des sous-titres aux cartes. Münster se désespère, ne s’alimente plus correctement et craint de ne pouvoir finir son œuvre avant sa mort. Toutefois, la Cosmographia universalis sort des presses de son beau-frère Henri Petri, en 1544 ; ce dernier était un imprimeur de cartes et plans à Bâle et, après sa mort, en 1579, ses affaires furent reprises par son fils, Sebastian, qui poursuivit notamment la publication de la Cosmographia.

Le mouvement apparent du soleil

A cette époque, la science cosmographique s’aborde de deux manières. La première

consiste  à représenter la Terre à partir des différents cercles du ciel, selon une méthode astronomique et géométrique qui permet de dessiner les zones climatiques, d’indiquer les directions, de situer mathématiquement les lieux du monde grâce au système des parallèles et des méridiens. On reconnaît là les grands principes de la géographie ptoléméenne… L’autre façon de procéder s’inscrit dans la tradition de la géographie descriptive et historique théorisée par Strabon5,

qui privilégie les caractéristiques topographiques et les réalités naturelles et culturelles.

Les deux écoles cosmographiques ont recours au terme grec « cosmos » et à l’adjectif « universel » pour bien marquer l’envergure de l’entreprise.  En 1575, dans une adaptation française de Münster, on pourra même lire ce titre : La cosmographie universelle de tout le monde. Cette surenchère lexicale est manifeste par rapport aux Géographies de Ptolomée et de Strabon. F. Tinguely la désigne comme étant

la marque d’un enthousiasme renouvelé, d’un désir parfaitement assumé de parvenir à une pleine maîtrise du monde.

Le cosmographe d’ascendance ptoméléenne, à partir de ses calculs mathématiques et géographiques, est en mesure de construire une représentation ordonnée du monde. En revanche, le cosmographe descriptif,

victime de son optimisme cognitif, déploie des moyens considérables (compilations des relations de voyage, réseaux d’informateurs, dispositifs iconiques et cartographiques, etc.) accumule une masse d’informations toujours incomplètes6,

qu’il conviendrait de mettre à jour régulièrement. Il n’y a donc pas d’achèvement et de clôture possibles. Cette impossibilité de conclure est alors valorisée sur le plan théologique par la « célébration de l’insondable diversité de la Création et, par contrecoup, de l’omnipotence du Créateur »7.

L’ambition de Münster, qui appartient à cette deuxième école, est de décrire le monde entier, dans tous ses aspects : géographique bien sûr mais on y trouve aussi des informations d’ordre généalogique, zoologique, botanique, le fil conducteur étant l’histoire des régions décrites. Les renseignements recueillis touchent l’Europe, l’Asie, l’Afrique et le nouveau continent America.

Carte des Gaules

Très bien documentée, la Cosmographie offre au lecteur du XVIe siècle une ouverture sur le monde.

La Cosmographie appartient au genre encyclopédique et, en cela, elle déborde les limites de la description du monde… Elle profite des grands changements de la Renaissance qui s’accompagnent d’un engouement de plus en plus marqué pour la connaissance en général8.

La Cosmographie de Münster a un succès considérable, c’est un des ouvrages les plus lus par les savants au XVIe siècle, elle sert de manuel. Au total, plus de 120 collaborateurs ont participé à cette œuvre.  Münster a su exploiter la concurrence régionale et la fierté civique pour amasser le matériel qui servira à agrandir les éditions successives9. Il collecte les plans et mémoires des villes auprès des élites locales, des princes et savants d’Europe, les publie tels quels dans son livre tout comme des extraits de sa correspondance et de notes fournies par des érudits locaux10.

Les illustrations sont réalisées pour certaines par les plus grands artistes rhénans de son temps comme Hans Rudolf Manuel Deutsch, G. Hofreuter, Hans Holbein le Jeune ou encore David Kandel.                 Holbein exécute, par exemple, les cartes d’Amsterdam (p. 133) et de Rome (p. 158-159) ainsi que plusieurs illustrations de saynètes, telle une dispute entre rois (p. 254).

Planche signée « H.H » représentant la ville d’Amsterdam.

On y retrouve de nombreuses planches des modes de vies de l’époque, de même que des vues des villes en double page et de nombreuses cartes.

Extrait du chapitre sur l’histoire de l’Autriche

De belles et très grandes gravures sur bois, pour la plupart d’une réelle valeur artistique, représentent diverses villes.

Vue de la ville de Sélestat en Alsace
Gravure en double-page montrant la ville de Francfort

Les cartes couvraient de « nouvelles îles derrière l’Espagne jusqu’à l’Orient vers le pays des Indes (l’Amérique et le continent asiatique) »11. Elles firent autorité jusqu’à la publication du Theatrum orbis Terrarum d’Ortelius en 1570, considéré en cartographie comme le premier atlas moderne, et du Civitates Orbis Terrarum de Braun et Hogenberg, en 1572, composé de 546 perspectives, vues à vol d’oiseau et cartes de villes du monde entier.

Carte de l’Europe, dessinée Nord-Sud

L’édition originale de 1544 en langue allemande avec ses 640 pages, 520 gravures et 24 cartes en double-page est devenue fort rare. Elle n’est pas présente au SCD mais la BU Lettres d’Aix détient une édition de 1552, la première en français, qui paraît l’année de la mort de l’auteur. Seuls 4 autres exemplaires sont aujourd’hui localisés dans le Catalogue collectif de France.

Le volume compte 1429 pages et s’organise en 6 chapitres :

Livre I – Astronomie, Mathématiques, Géographie physique, Cartographie

Livre II – Angleterre, Écosse, Irlande, Espagne, France, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Savoie, Trèves, Italie

Livre III – Allemagne, Alsace, Suisse, Autriche, Carniole, Istrie, Bohème, Moravie, Silésie, Poméranie, Prusse, Livonie

Livre IV – Danemark, Norvège, Suède, Finlande, Islande, Hongrie, Pologne, Lituanie, Russie, Valachie, Bosnie, Bulgarie, Grèce, Turquie

Livre V – Asie Mineure, Chypre, Arménie, Palestine, Arabie, Perse, Asie centrale, Afghanistan, Scythie, Tartarie, Inde, Ceylan (aujourd’hui le Sri Lanka), Burma, Chine, Inde de l’Est, Madagascar, Zanzibar, Amérique

Livre VI – Mauritanie, Tunisie, Libye, Égypte, Sénégal, Gambie, Mali, Afrique du Sud, Afrique de l’Est

Publiées à l’époque des grandes explorations qui remodèlent l’image du monde, les cosmographies sont fréquemment remises à jour. La Cosmographie connait donc elle aussi de nombreux remaniements, des ajouts et des adaptations. Près de cinquante éditions remaniées et augmentées de notices et d’illustrations paraissent jusqu’en 1650, en langues allemande, latine, française, tchèque et italienne.

La plus connue des réadaptations en français est celle de François de Belleforest, parue à Paris en 1575.  L’édition est augmentée de 627 pages sur la  géographie, les villes et les coutumes françaises, au point d’égaler la couverture de la partie allemande. Riche de 4000 pages, publiée en 2 volumes, la BU Lettres ne possède qu’un fragment de cette édition, un assemblage de quelques cahiers concernant la Provence, cote Res 758. La BMVR de Marseille en possède également un exemplaire, dont il manque le premier tome et la page de titre du deuxième.

« Le vray portraict de la ville de Marseille » avec en repère 12 le fort de Notre-Dame de la Garde
« Le vray portraict de la ville d’Aix-en-Provence » avec la tour de l’Horloge en repère G et l’hôtel de ville en repère H
La ville de Nice et son château

Notre conclusion est toute trouvée dans un ouvrage de Lucien Gallois qui relève la forme naïve mais profonde de la propre conclusion de Münster à son œuvre, parue en dernière page du  Livre VI :

Extrait de la page 192 de l’ouvrage « Les géographes allemands de la Renaissance » de Lucien Gallois (Leroux, 1890)

 

Bibliographie sommaire :

Bergevin, Jean, Déterminisme et géographie : Hérodote, Strabon, Albert le Grand et Sebastian Münster, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1992 (Travaux du Département de Géographie de l’Université Laval, 8)

Besse, Jean-Marc, Les grandeurs de la Terre : aspects du savoir géographique à la Renaissance, Lyon,  ENS éditions, 2003 (Sociétés, espaces, temps)

Broc, Numa, La géographie de la Renaissance (1420-1620), Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques-CTHS, 1986

Gallois, Lucien. Les géographes allemands de la Renaissance [En ligne]. Paris, E. Leroux, 1890. Disponible sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56564410?rk=21459;2

Lestringant, Frank, André Thevet : cosmographe des Valois, Genève, Droz, 1991

Pelletier, Monique, Cartographie de la France et du monde de la Renaissance au siècle des Lumières, Paris, BNF, 2001 (Conférences Léopold Delisle)

Pelletier, Monique, De Ptolémée à La Guillotière (XVe-XVIe siècle) : des cartes pour la France pourquoi, comment ? Paris, CTHS, 2009 (CTHS Géographie, 6)

McLean, Matthew, The Cosmographia of Sebastian Münster : describing the World in the Reformation. Aldershot, Ashgate, 2007

McLean, Matthew, The Cosmographia of Sebastian Münster, thesis for the degree of Ph.D., University of St. Andrews, 2005. En ligne (ProQuest Dissertations & Thesis): http://search.proquest.com/docview/1824284217?pq-origsite=summon

Passavant, Johann David (1787-1861), Le peintre-graveur. Tome 3. [En ligne] Leipzig, R. Weigel, 1860. Disponible sur Gallica :              http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54707076?rk=42918;4

Tinguely, Frédéric, Le vertige cosmographique à la Renaissance, Archives internationales d’histoire des sciences, vol. 59, n°163,  p. 441-450, décembre 2009

Article Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sebastian_M%C3%BCnster

Éditions françaises en ligne :

Münster, Sebastian, La cosmographie universelle : contenant la situation de toutes les parties du monde, avec leurs proprietez & appartenances … [En ligne] [Basel] : [Heinrich Petri], [1552]. Universitätsbibliothek Basel, UBH EU I 84, http://dx.doi.org/10.3931/e-rara-9029

Münster, Sebastian, Belleforest, François, La Cosmographie universelle de tout le monde, auteur en partie Munster, mais beaucoup plus augmentée, ornée et enrichie par Fraçois de Beileforesr. [En ligne] Paris : Chez Michel Sonnius, 1575. Disponible sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54510n/f2.image

  1. [Dans les universités du Moyen-Âge] Ensemble des trois premiers arts libéraux (grammaire, rhétorique et dialectique) qui composaient le premier cycle des études universitaires dans les facultés des Arts ou la Philosophie. Source : http://www.cnrtl.fr/definition/trivium []
  2. [Dans le système d’enseignement du Moyen-Âge] Division des arts libéraux comprenant les quatre disciplines à caractère mathématique suivantes : arithmétique, géométrie, astronomie et musique. Source : http://www.cnrtl.fr/definition/quadrivium []
  3. Jean Bergevin, Déterminisme et géographie : Hérodote, Strabon, Albert le Grand et Sebastian Münster, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1992, p. 177. []
  4. Lucien Gallois, Les géographes allemands de la Renaissance, Paris, E. Leroux, 1890. []
  5. Frédéric Tinguely, « Le vertige cosmographique à la Renaissance », dans Archives internationales d’histoire des sciences, vol. 59, n°163,  p. 441-450, décembre 2009, p. 441. []
  6. Frédéric Tinguely, « Le vertige cosmographique à la Renaissance », op. cit., p. 442. []
  7. Frédéric Tinguely, « Le vertige cosmographique à la Renaissance », op. cit., p. 445. []
  8. Jean Bergevin, Déterminisme et géographie, op. cit., p. 123. []
  9. Matthew McLean, The Cosmographia of Sebastian Münster : describing the World in the Reformation. Aldershot, Ashgate, 2007, p. 169. []
  10. Voir Frank Lestringant, André Thevet : cosmographe des Valois, Genève, Droz, 1991. []
  11. Voir l’article Wikipédia. []

Les Collections de Zoologie depuis Albert Vayssière

Marie-France et Alain Gallissian, retraités et autrefois Maîtres de Conférences en Biologie Animale à l’Université de Provence, œuvrent depuis bientôt trois ans dans les collections de Zoologie d’AMU afin d’identifier ou de re-déterminer des échantillons (pour en savoir plus cliquez ici).

Témoins de l’histoire récente des collections de zoologie, ils la retracent en quelques dates clés.

En 1919, dès l’installation des Sciences naturelles dans les nouveaux locaux de la Faculté des Sciences à St Charles, les responsables successifs du laboratoire de Zoologie ont entrepris la constitution d’une collection.

Les apports les plus importants sont dus à plusieurs Professeurs titulaires de la chaire de Zoologie.

Albert Vayssière (1921-1924), également Directeur de la Station Marine d’Endoume, travailla sur les résultats des expéditions du Prince Albert Ier de Monaco et du Dr Charcot. Il fut également l’auteur d’une importante contribution à la connaissance de la faune du golfe de Marseille. Quelques échantillons figurant dans la collection ont encore, aujourd’hui, une étiquette écrite de sa main.

Albert Vayssière, http://america.pink/albert-jean-baptiste-marie-vayssiere_303397.html

Maximilien Kollmann (1925-1948), lui aussi Directeur de la Station Marine d’Endoume, contribuât également à l’enrichissement de la collection.

En 1949, le Professeur Marcel Abeloos, nouveau titulaire de la chaire de Zoologie, recruta comme assistante Mlle Rosine Chandebois, plus tard Professeur de Morphogénétique. Il la chargea de revoir l’ensemble des collections et en particulier de vérifier et de compléter les déterminations. Le certificat de Zoologie de l’époque comportait en effet, toutes les semaines, une séance de reconnaissances et de déterminations des échantillons.

Au cours des années suivantes, la réorganisation des enseignements a entrainé des déménagements successifs de la collection pour aboutir à sa localisation actuelle, dans le 5ème bâtiment. Effectués souvent trop rapidement et sans soins adéquats, ces transferts ont endommagé beaucoup d’échantillons et réduit leur nombre.

La création par AMU d’une Equipe Patrimoine Scientifique pour la conservation et la gestion des collections permet aujourd’hui le maintien, la valorisation et la diffusion de la connaissance liés à ce patrimoine.

L’intérêt pour une Université de conserver des collections est multiple.

Elles permettent aux enseignants d’illustrer leurs cours et d’apprendre aux étudiants à se familiariser avec l’emploi des faunes et des clés de déterminations à partir d’échantillons « manipulables ». Il est important, en effet, que les étudiants qui terminent leur cursus Sciences de la Vie et Environnement ne soient pas « étrangers » au Monde Vivant qui les entoure.

Elles constituent une « base de références » très utile aux Chercheurs. Cette base complétée maintenant par les données fournies par la Génétique et la Biochimie précise le statut exact des espèces.

Le traitement mathématique (analyses multivariées) des données ainsi collectées dans l’étude écologique de différents milieux permet de dégager une information opérationnelle qui complète la connaissance globale de notre environnement.

Trésors de la botanique à la Bibliothèque Universitaire de St Charles par Johann Berti et Pierre Ponsot, 6 mai 2015

Johann Berti, conservateur et administrateur provisoire du service commun de la documentation d’AMU ainsi que Pierre Ponsot, bibliothécaire, nous ont reçu à la Bibliothèque universitaire (BU) de St Charles pour une visite autour des trésors de la botanique.

En effet, la BU possède une riche réserve patrimoniale composée d’une partie des collections d’AMU. Elle est organisée autour de trois principaux thèmes : la botanique, la zoologie et les explorations scientifiques et contient plus de 2 000 documents.

Lors de cette visite, le public a pu découvrir un « Alguier », herbier contenant exclusivement des algues, datant du 19ème siècle. Cet alguier : Algues marines du Finistère, a été publié en 1852 par les frères Crouan, pharmaciens nés à Brest et passionnés de botanique.

Il s’agit d’un document exceptionnel tant par le nombre d’exemplaires publiés (une cinquantaine) que par l’ampleur du travail de collecte, d’identification et de classification (chaque exemplaire contenant des échantillons uniques). En effet, chaque page est composée d’une espèce d’algue séchée et collée (« exsiccata ») avec une étiquette précisant le nom de l’espèce, les auteurs principaux qui l’ont décrite et figurée, le lieu et la date de collecte.

Ce travail a été réalisé sur 15 ans avec pas moins de 20 000 échantillons collectés dans l’objectif de recenser l’ensemble des algues marines du Finistère. Il se décline en trois volumes selon trois grandes familles : Fucoïdées, Floridées, Zoospermées en suivant la classification du Species Algorum de C.-A Agardh (botaniste suédois). Ce sont 404 espèces d’algues qui y figurent sur 406 répertoriées à l’époque.

Ceci est d’autant plus impressionnant que les deux frères tiennent une officine tout en continuant à herboriser. Ils publient pour la première fois dans une revue scientifique en 1833. Deux ans plus tard, ils établissent un tableau de 150 algues (déposé à Brest), ébauche de leur futur travail mais qui sera malheureusement détruit par les bombardements pendant la seconde guerre mondiale. Ainsi, ils identifient, décrivent et nomment une vingtaine d’espèces jusque là inconnues.

Les trois volumes de l’ouvrage présentés sont très impressionnants par leur excellent état de conservation et livrent encore les très belles couleurs de certaines espèces (cf photos ci-dessous).

D’autres ouvrages ont aussi été présentés tel que le Species Algorum (cité plus haut), ou encore la Florule du Finistère, également réalisée par les frères Crouan en 1867. On trouve à la fin de cet ouvrage remarquable 32 planches lithographiées en couleur. Enfin, le public a eu la chance de découvrir le Stirpium historia, ouvrage datant du 17ème siècle (1616) et retraçant l’histoire des plantes. Il s’agit de la seconde édition latine, l’œuvre originale réalisée par le hollandais Dodoens étant parue dans sa langue natale (1554) pour être premièrement traduite en plusieurs langues vernaculaires européennes puis en latin. Cet ouvrage a donc largement été diffusé en Europe et a probablement eu une certaine importance dans les siècles derniers.

La majorité de ces œuvres ont été numérisées afin de les rendre accessibles à la communauté scientifique mais aussi au grand public. Comme le remarque dans un court film Claude Humbert, chercheur à l’Université de Bourgogne, elles présentent un intérêt patrimonial mais aussi scientifique puisqu’elles sont les témoins de l’état de la flore à une certaine époque. Ceci prend d’autant plus de sens dans un contexte actuel global de modifications profondes de la biodiversité (introduction et disparition d’espèces et destruction des habitats) et confère une grande valeur scientifique aux collections.

Pour approfondir, lisez l’article : http://tresoramu.hypotheses.org/category/decouverte-du-patrimoine-amu

 

IMG_5382Johann Berti (à gauche), Pierre Ponsot (à droite) et le public dans la salle de formation de la BU de St Charles.

IMG_5395Pierre Ponsot (à gauche), Johann Berti (au centre) et le public dans la salle de formation de la BU de St Charles.

IMG_5388Echantillon d’une espèce dans Algues marines du Finistère, recueillies et publiées par Crouan frères. 1, Fucoidées. Brest : Crouan frères, 1852, 112pl.

IMG_5391Echantillon d’une espèce dans Algues marines du Finistère, recueillies et publiées par Crouan frères. 2, Floridées. Brest : Crouan frères, 1852, pl. 113 à 322.

IMG_5394Echantillon d’une espèce dans Algues marines du Finistère, recueillies et publiées par Crouan frères. 2, Floridées. Brest : Crouan frères, 1852, pl. 113 à 322.

IMG_5401Echantillon d’une espèce dans Algues marines du Finistère, recueillies et publiées par Crouan frères. 3, Zoospermées. Brest : Crouan frères, 1852, pl. 323 à 404.

IMG_5404Planche représentant la répartition des algues sur un rocher dans Florule du Finistère, Crouan frères, 1867.

Les Mercredis du Patrimoine d’AMU

Une demi-journée, chaque premier mercredi du mois, le patrimoine universitaire s’ouvre au grand public pour faire découvrir ses trésors. Alternativement un chercheur du Musée de Paléontologie, des collections de botaniques ou d’une autre collection présentera une collection, un échantillon ou un instrument.

Rendez-vous à 14h devant l’Amphi de Sciences naturelles
site Saint-Charles
, 3 place Victor Hugo – Marseille 3ème

Sur réservation uniquement, les places sont limitées.
Contact : bruno.vila@univ-amu.fr

Pour tout savoir sur les 3 dernières présentations, consulter l’onglet  » Mercredi du patrimoine AMU : compte-rendus« .

Après une courte pause, le programme pour l’année 2016 paraîtra bientôt !

Ateliers d’Aix-Marseille Université

Toute l’année – Campus Marseille Centre                                                      site Saint-Charles, 3 place Victor Hugo – Marseille 3ème

Ateliers scolaires (du CM1 à la Terminale) avec des chercheurs de l’Université d’Aix-Marseille, organisés tout au long de l’année sur le campus St-Charles, pour éveiller la curiosité et développer l’esprit critique des élèves tout en s’amusant ! Contactez-nous ou consultez le site de culture scientifique d’AMU pour connaître les thématiques des ateliers.

Collections de zoologie

À partir des collections de zoologie, plusieurs animations sur les adaptations chez les mammifères et les oiseaux sont proposées aux collégiens et lycéens. En comparant les échantillons de diverses espèces (après les avoir reconnues), les élèves sont amenés à préciser les caractères propres à leurs régimes alimentaires (dentures et mâchoires), à leurs milieux de vie et à leurs modes de locomotion (marche, course, vol, nage). À travers ces différentes adaptations, ils retrouvent alors le patron commun d’organisation afin de réfléchir sur les processus adaptatifs et l’évolution.

Musée de Paléontologie de Provence

Des animations sont proposées aux groupes scolaires, diverses associations à travers des ateliers thématiques tels que la formation des roches et des fossiles, l’histoire du climat de la Provence, entre terre et mer : les variations du niveau marin ou encore la Provence au temps des dinosaures.

Contacts : Cellule de culture scientifique AMU
site web : http://cps.univ-amu.fr/
e-mail : culture-scientifique@univ-amu.fr
tél : 04 13 55 10 92

Expositions permanentes des collections

Toute l’année – Campus Marseille Centre                                                      site Saint-Charles, 3 place Victor Hugo – Marseille 3ème

Le Musée de paléontologie de Provence expose dans ses vitrines la richesse et la diversité paléontologique de la Provence au cours des 350 millions d’années. Riche de ses collections d’organismes fossiles marins et terrestres dont des ammonites, des échinodermes, des rudistes, des dinosaures, des mammifères terrestres, ainsi que de nombreux autres groupes d’animaux et de végétaux, le musée de paléontologie permet aux publics novices, amateurs ou avertis, de découvrir à tout âge l’histoire géologique de la région.

Espace Muséal C. Fabry                                                                                          L’objectif de cet espace est de sauvegarder et de faire connaître les instruments de physique, de chimie de la Faculté des Sciences de Marseille. On peut y trouver, parmi les 250 instruments présentés, des appareils conçus ou ayant été utilisés par Fabry, Perot, Tian et Calvet, scientifiques dont la renommée internationale et leurs réalisations restent, encore de nos jours, d’actualité dans le domaine de l’optique et de la microcalorimétrie. Une collection de calculateurs et d’ordinateurs permet de retracer 50 ans d’évolution des techniques de calculs à la Faculté.

En botanique, les collections renferment plusieurs centaines de milliers d’échantillons de plantes en provenance du monde entier. Ces collections permettent, aux travers de visites commentées d’aborder les questions relatives aux notions d’espèces et de classification mais également les thématiques de recherche actuelles liées aux grands problèmes environnementaux tels que les changements climatiques, l’érosion de la biodiversité et leurs enjeux.

Contacts : Cellule de culture scientifique AMU
site web : http://cps.univ-amu.fr/
e-mail : culture-scientifique@univ-amu.fr
tél : 04 13 55 10 92