Archives par mot-clé : Dons de livres

Qui était Gaston Berger ?

La bibliothèque universitaire des Fenouillères (Arts, Lettres, Langues et Sciences humaines) est installée depuis août 2017 à la limite sud du campus Schuman, au 167 avenue Gaston Berger à Aix-en-Provence

Cette nouvelle situation géographique nous donne aujourd’hui l’occasion de nous intéresser à l’homme Gaston Berger.

Hommage à Gaston Berger : colloque du 17 février 1962 à Aix-en-Provence, 1964. [BU Fenouillères Aix-en-Provence, cote N 5676]

Nombre de lycées, d’universités, de salles de conférences, d’avenues et de rues portent son nom. Pourtant, celui-ci semble peu connu du grand public. Gaston Berger est un des fondateurs de la prospective, « une attitude, un état d’esprit, on dirait aujourd’hui une posture, bien plus qu’une méthode ou une science ».1

Né le 1er octobre 1896 à Saint-Louis du Sénégal, Gaston Berger suit ses études primaires et secondaires au lycée de Perpignan. Le 30 septembre 1914, la veille de ses 18 ans, Gaston Berger devance l’appel et s’engage volontairement dans l’armée française. Il reste sous l’uniforme durant cinq ans et passe près de trois années sur divers fronts, de novembre 1915 à août 1918 ; il participe à la campagne d’Orient, de la Grèce aux Dardanelles. Il en revient officier et décoré de la Croix de guerre. Après la guerre, il est embauché dans une huilerie de Marseille, dont il prend la direction.

À 25 ans, passionné de philosophie, il décide de reprendre ses études et prépare le baccalauréat au Lycée Thiers à Marseille. Il s’inscrit ensuite à l’université d’Aix-en-Provence, où il étudie la philosophie de Maurice Blondel. Après avoir passé sa licence en 1924, il obtient son diplôme d’études supérieures avec un mémoire sur les relations entre les conditions d’intelligibilité et le problème de la contingence. Il songe en 1925 à préparer le concours d’agrégation, puis en 1935 à entreprendre des études de médecine. Sa tâche professionnelle ajourne la réalisation de ces projets.

En 1926, Gaston Berger fonde à Marseille, avec quelques amis, la Société des études philosophiques du Sud-Est dont le siège resta longtemps à son domicile marseillais. Après trois numéros, le bulletin de la société devient en 1928 une revue à part entière, « Les Études philosophiques » qui sont aujourd’hui publiées par les Presses universitaires de France. En 1938, il organise le premier congrès des Sociétés de philosophie de langue française. Son amour des idées, sa ferveur pour l’enseignement étaient tels qu’il s’est plu pendant des années à donner des cours de philosophie dans des institutions libres.

Il poursuit ses tâches industrielles en continuant à lire, à penser, et sentant l’importance des sciences pour un philosophe, il suit avec modestie, à près de quarante ans, les cours du P.C.B., concours Physique-Chimie-Biologie.
Pendant toutes ces années, Gaston Berger étudie la philosophie auprès de maîtres idéalistes, René Le Senne (1882-1954), Maurice Blondel (1861-1949). Le 23 mai 1941, il soutient sa thèse de doctorat principale « Recherches sur les conditions de la connaissance. Essai d’une théorétique pure » sous la direction de Léon Brunschvicg (1869-1944).  Elle est publiée aux Presses universitaires de France et porte une dédicace « A mon maître et ami René Le Senne, en témoignage d’affectueuse reconnaissance ». Sa thèse complémentaire, dirigée par Emile Bréhier (1876-1952) s’intitule « Le Cogito dans la philosophie de Husserl« , dédicacée elle à Joseph Segond. Son directeur de thèse, Emile Bréhier qualifie son travail ainsi : «La solidité du style, la fermeté et la cohérence de la pensée, la nouveauté de la méthode font de cette thèse une œuvre distinguée, qui classe son auteur parmi les penseurs de valeur». Gaston Berger y analyse la façon dont Husserl a essayé de trouver un point central pour contempler le monde. Il apparaît comme un philosophe qui expose d’une manière claire et attrayante la compréhension de la contemplation. Ce travail très nouveau intéresse l’Académie des sciences morales et politiques qui le couronne et attire l’attention des savants sur sa haute personnalité.

 À la Libération d’Aix-en-Provence, en 1944, il est nommé professeur titulaire de chaire à la Faculté des Lettres d’Aix-Marseille. Sa carrière universitaire est dès lors fulgurante. En 1948, il devient Visiting Professor à Buffalo aux États-Unis, puis en 1949 secrétaire général de la Commission Fulbright, chargé des relations culturelles entre la France et les États-Unis. C’est alors la fin de son rôle régulier de professeur, rôle qu’il regrettera toujours.

En 1953, il est nommé Directeur général des enseignements supérieurs au Ministère de l’éducation, fonction qu’il occupe jusqu’au début de 1960.

Maurice Bayen, directeur-adjoint pour les Sciences au Ministère, a écrit :2 « son but fut toujours de promouvoir des mesures qui aideraient les professeurs dans leur tâche d’enseignement (qui, par-là, seraient propices aux étudiants, donc à la Nation), et dans leur tâche de recherche, tâches qu’il considérait toujours comme indissolublement liées l’une à l’autre. Il lutta sans cesse pour améliorer la situation des recteurs, des doyens, pour rendre leurs moyens administratifs plus importants, mieux adaptés aux problèmes divers qui se posent à eux. »

Geneviève de Pesloüan nous décrit l' »extraordinaire personnalité »  de Gaston Berger dans une étude intitulée « Gaston Berger : philosophe et homme d’action »3. Elle met aussi l’accent sur sa façon d’aborder l’université « Il a fait communiquer entre elles l’Université et l’industrie, l’Université et l’armée, l’Université et la presse, l’Université et la grande administration. Là aussi, il avait l’esprit « prospectif ». Il savait que, par la force des choses, sous la pression conjuguée de l’expansion démographique, du renouveau scientifique, des échanges internationaux, l’Université de demain sera très différente de ce qu’elle était hier, de ce qu’elle est aujourd’hui. Il aidait cette mue, il tentait de la comprendre, de la normaliser. Il souhaitait que l’Université restât fidèle à ses traditions tout en s’adaptant ».                    

En 1950 et 1954, il publie des études de caractérologie :                   « Traité pratique d’analyse du caractère », « Questionnaire caractérologique » et « Caractère et personnalité ».

BERGER, Gaston et SENNE, av-pr. de René Le, 1995. Traité pratique d’analyse du caractère. Presses universitaires de France [cote 155.28 BER]

Il apparaît également à l’origine de la création des IPA, Institutions publiques et administratives, en 1955, qui ont pour vocation de former des futurs dirigeants à la gestion. Ces IPA deviendront ensuite les IAE, rebaptisés en 2014 Écoles universitaires de management. Enfin, Gaston Berger est également présenté comme ayant participé à la fondation des INSA, qui ont pour vocation à la fois le développement d’une culture scientifique et technique et le développement de la créativité des élèves ingénieurs qu’elle recrute.

Gaston Berger est élu, en 1955, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, section Philosophie, au fauteuil 5 en remplacement de son maître René Le Senne. Il a, à cette occasion, la douloureuse charge de prononcer son éloge.

BERGER, Gaston, 1956. Notice sur la vie et les travaux de René Le Senne (1882-1954) [cote 13096]

 

Le père de la prospective ou l’étude des avenirs possibles

“Les conséquences de nos actes se produiront dans un monde très différent de celui où nous les avons préparés” Gaston Berger4.

Un billet du blog « Café de la prospective » dépeint sa nature aux multiples facettes : « Sa boulimie de connaissances n’a d’égale que son goût de l’action. Il refuse de se laisser enfermer dans une spécialité et s’intéresse autant à la musique et à la peinture qu’à la littérature et bien entendu à la gestion, dont il a été un praticien d’une grande compétence. Il a étudié une demi-douzaine de langues dont le chinois, publié un livre sur la caractérologie (une branche de la psychologie) qui fait encore référence, et il aimait le sport. Ses multiples intérêts vont l’amener à poser les premiers jalons d’une discipline transverse (pour laquelle le Commissaire au Plan Pierre Massé avait trouvé une très belle expression : une « indiscipline intellectuelle »), aujourd’hui classée par l’Université parmi les « sciences de gestion » : la prospective. Réflexion sur le futur, elle part de l’idée que nous construisons le présent en fonction de l’avenir. Il est donc nécessaire, pour prendre des décisions qui auront des effets à long terme, de chercher à comprendre comment l’environnement peut évoluer ».

Il crée en 1957 le Centre d’études prospectives, ainsi que la revue Prospective, dont le numéro 1, en mai 1958, s’ouvre sur un texte de présentation intitulé « L’attitude prospective »5. Le tome XIX (Philosophie-Religion) de « l’Encyclopédie française » paraît sous sa direction.

Gaston Berger voulait se consacrer entièrement à la recherche et venait de quitter son poste au Ministère pour s’installer dans la chaire de prospective que l‘on avait créée pour lui à la section des sciences sociales de l’École pratique des Hautes Études. Il n’en eut pas le temps : le 13 novembre 1960, il trouve la mort dans un accident de la route.

Un recueil posthume, « Phénoménologie du temps et prospective », sort en 1964 par les soins d’Édouard Morot-Sir.

Son fils, Maurice-Jean Berger, alias Maurice Béjart (1927-2007) célèbre danseur et chorégraphe marseillais, lui consacre un ouvrage publié en 1990 « La mort subite : journal intime ».

BÉJART, Maurice et BERGER, Gaston, 1990. La mort subite. Paris : Séguier. [cote XD 9358]

 

Gaston Berger et les collections de la BU Lettres et sciences humaines d’Aix-en-Provence

A partir de mars 1981, les registres d’inventaire font état d’un important don d’ouvrages de philosophie provenant de la Société d’études philosophiques. Plus de 830 volumes portent l’estampille      « 120 rue Ferrari Marseille« , 270 autres, sans cette estampille, traitant de psychologie, d’épistémologie, de philosophie italienne et de philosophie allemande, ont très probablement la même origine. De nombreux ouvrages portent en plus la marque de la section de psychologie de la Faculté de lettres, laissant supposer une appartenance transitoire à sa bibliothèque.

Parmi les monographies on rencontre des traductions de publications de Gaston Berger ou de Maurice Blondel. Le fonds comprend aussi de nombreux tirés-à-part des années 1930-1960, de et sur Gaston Berger, en français, en espagnol et en italien. Bon nombre d’ouvrages portent des dédicaces d’auteurs, hommages respectueux, cordiaux, parfois affectueux.

BERGER, Gaston, 1951. La Crisis moral del tiempo presente. Cordoba (Argentine): Imprenta de la Universidad (cote 124208)

 

L’École normale d’instituteurs à Aix-en-Provence nous a également confié, bien plus tard, deux de ses cours d’esthétique, dactylographiés et polycopiés, l’un intitulé « Cours d’esthétique : situations et caractères« , l’autre « Cours d’esthétique :  la peinture ».

BERGER, Gaston, [sans date]. Cours d’esthétique : situations et caractères [cours 480]. Aix-en-Provence : Office universitaire de polycopie. [cote 13095]

 

L’ensemble du fonds Gaston Berger de la BU Lettres des Fenouillères n’a certes pas une valeur marchande  inestimable, le papier est jauni, les couvertures souvent en mauvais état. Il constitue cependant un riche corpus, véritable panorama de la production philosophique de la première moitié du 20e siècle.

Bibliographie :

Association Gaston Berger, éd. [Revue] Prospective. Presses universitaires de France, 1958-1969. (SCD AMU, BU Droit et Économie)

Damon Julien, « La pensée de… – Gaston Berger (1896-1960) », Informations sociales, 2005/8 (n° 128), p. 95-95. URL : https://www-cairn-info.lama.univ-amu.fr/revue-informations-sociales-2005-8-page-95.htm. Consulté le 20 décembre 2018.

Darcet, Jean, et Georges Guéron. Prospective, vol. 7. [Gaston Berger, un philosophe dans le monde moderne]. Paris: Presses Universitaires de France, 1961. (SCD AMU, BU Lettres)

De la prospective, Textes fondamentaux de la prospective française 1955-1966 : seize textes dont onze de Gaston Berger, trois de Pierre Massé et deux de Jacques de Bourbon-Busset (membre du comité directeur du Centre d’études prospectives), réunis par Philippe Durance, aux éditions L’Harmattan, 2007.

Dumas, Jean-Louis. LE SENNE RENÉ (1882-1954). Encyclopædia Universalis. www.universalis-edu.com.lama.univ-amu.fr, http://www.universalis.edu.com/encyclopedie/rene-le-senne/. Consulté le 20 décembre 2018.

Duméry, Henry. BERGER GASTON (1896-1960). Encyclopædia Universalis. www.universalis-edu.com.lama.univ-amu.fr, http://www.universalis.edu.com/encyclopedie/gaston-berger/. Consulté le 20 décembre 2018.

« Les Études philosophiques ». Cairn.info, https://www.cairn.info/revue-les-etudes-philosophiques.htm. Consulté le 20 décembre 2018. Bibliographie détaillée dans le numéro spécial des Études philosophiques 60/4, 1961 (SCD AMU, BU Lettres, Sp 50721/1961)

Hommage à Gaston Berger : colloque du 17 février 1962, Aix-Marseille, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, éditions Ophrys, 1964, 134 pages (SCD AMU, BU Lettres)

Site prospective.fr, vitrine des réalisations et des projets de la Société Internationale des Conseillers de Synthèse (SICS) et du Centre international de prospective créé le 10 mai 1957 autour de Gaston Berger. Une bibliothèque de textes fondateurs concernant principalement la prospective donne accès à des publications de et sur Gaston Berger.

Université Cheikh Anta Diop de Dakar, éd. Hommage à Gaston Berger. Dakar: Université de Dakar, 1962 (SCD AMU, BU Lettres) 

  1. Damon Julien, « La pensée de… – Gaston Berger (1896-1960) », Informations sociales, 2005/8 (n° 128), p. 95-95. URL : https://www-cairn-info.lama.univ-amu.fr/revue-informations-sociales-2005-8-page-95.htm []
  2. Gaston Berger (1896-1960) par Maurice Bayen, extrait de La Revue de l’Enseignement Supérieur, Octobre-Décembre 1960 – n° 4 []
  3. Disponible à l’adresse : http://www.prospective.fr/gaston-berger-philosophe-et-homme-daction/Gaston Berger,Conception, Prospective, Avenir, Présent, Souhaitable, Temporalités, Configurations, Responsabilité, Prospectiviste []
  4. Sciences humaines et prévision. in : La Revue des Deux Mondes, 3, 1er février 1957, pp. 417-426 []
  5. De la prospective, Textes fondamentaux de la prospective française 1955-1966 : seize textes dont onze de Gaston Berger, trois de Pierre Massé et deux de Jacques de Bourbon-Busset (membre du comité directeur du Centre d’études prospectives), réunis par Philippe Durance, aux éditions L’Harmattan, 2007 []

Ex-dono, ex-libris, et caetera

Livres offerts à la Bibliothèque de Lettres et Sciences humaines à Aix

Attachée à développer des fonds scientifiques utiles aux enseignements et à la recherche, la Bibliothèque n’a jamais consacré de crédits à l’acquisition de livres rares ou précieux. Elle conserve cependant des collections de valeur : celles qui lui ont été données. Elle a  reçu la bibliothèque de la Faculté de théologie (en 1885), qui possédait de nombreux livres anciens. Des professeurs ont également contribué à enrichir les fonds patrimoniaux. Un millier d’ouvrages ayant appartenu au doyen Norbert BONAFOUS (1809-1882), parmi lesquels deux incunables, des ouvrages du 16e  siècle et de nombreuses éditions des 17e et 18e siècles ont été offerts par son fils, Raymond (1856-1922), lui aussi professeur à la Faculté des Lettres. Exceptionnel aussi le don de Maurice MIGNON (1882-1962), successeur de Raymond BONAFOUS sur la chaire de « Langues et littératures de l’Europe méridionale » : éditions des 16e et 17e  siècles, textes en latin et traductions en italien d’auteurs de l’Antiquité.  Avec le don GAO Xingjian, contenant manuscrits et œuvres graphiques originales du prix Nobel de littérature 2000, la Bibliothèque s’est récemment enrichie d’un nouveau fonds prestigieux.

Dans l’intimité des livres, qu’ils aient ou non une valeur patrimoniale, on découvre sur les pages de garde ou sur les pages de titre, des estampilles, des mentions de provenance, des dédicaces autographes –Ernest ZYROMSKI,  Gaston BERGER, Maurice BLONDEL, Bernard GUYON, Georges MOUNIN – qui confèrent aux collections une identité singulière.

Chapitre 7 de l’exposition « 600 ans d’avenir – De mémoire de bibliothèque », organisée par la Bibliothèque de Lettres et Sciences humaines en 2009, à l’occasion de la célébration des 600 ans de l’Université d’Aix-Marseille.

Livres sur les étagères de la réserve de la BU Lettres et Sciences Humaines (Aix). Photo Jean-Pierre Vallorani
Livres sur les étagères de la réserve de la BU Lettres et Sciences Humaines (Aix).
Photo Jean-Pierre Vallorani.