Archives par mot-clé : eaux profondes

Zooplancton et micronecton marins par Jean-Paul Casanova, 1er avril 2015

Le plancton englobe tous les organismes végétaux (phytoplancton) ou animaux (zooplancton) vivant dans le milieu pélagique, c’est-à-dire en pleine eau. Ces derniers peuvent certes se mouvoir, mais pas au point de lutter contre les courants, par opposition au necton.

Durant cette rencontre, M. Casanova s’est attaché à montrer les différentes formes, le rôle et les adaptations du zooplancton et du micronecton vivant en mer.

Le zooplancton est constitué de deux types d’organismes. Les uns qui passent toute leur vie sous cette forme (holoplancton). Les autres qui vivent sur le fond à l’état adulte (huîtres, langoustes, oursins, poissons, etc..) et qui font momentanément partie du plancton sous forme larvaire (méroplancton).

Ces animaux vont développer diverses adaptations à leur milieu. Le premier type d’adaptation exposé concerne les adaptations de couleur afin de se camoufler. Ainsi les espèces de surface sont généralement transparentes (siphonophores, chaetognathes) ou parfois bleues (certains copépodes). Les espèces de profondeur sont plutôt noires ou rouges. C’est le cas de Gnathophausia ingens, sorte de crevette de couleur rouge, qui se trouve à plus de 1 000 m de profondeur, ou des méduses des genres Atolla et Periphylla, vivant également à grande profondeur, qui arborent une couleur foncée proche du noir. On a aussi observé des adaptations à la flottaison : présence de longues soies (crustacés), de gouttelettes de lipides (oeufs de poissons) ou de flotteurs emplis de gaz (siphonophores).

Souvent, les espèces profondes sont de grande taille. On appelle ce phénomène le « gigantisme des eaux profondes ». Mais il y a toujours des exceptions à la règle. Dans l’embranchement des chaetognathes, par exemple, il existe une espèce inédite de très petite taille vivant vers 3 000 m de profondeur. Par ailleurs, la reproduction dans les eaux froides se fait généralement plus tardivement que dans les eaux chaudes. Et, là encore, les chaetognathes font exception, puisque les juvéniles d’une espèce vivant dans les eaux profondes, et donc très froides, ont déjà des gamètes dans leur corps. Ces animaux ont un rôle très important car ils se nourrissent principalement de matière organique dissoute et de la « neige planctonique », c’est-à-dire des particules organiques en suspension dans l’eau de mer, ce qui permet un renouvellement constant de la matière organique. Ce mode de nutrition original explique la grande abondance quantitative des chaetognathes.

Plus généralement, dans les eaux froides, la diversité spécifique est moindre que dans les eaux chaudes, mais le nombre d’individus par espèce est nettement plus élevé (cas de récoltes faites entre le golfe d’Aden et l’Antarctique).

Les copépodes (petits crustacés) ont également été présentés car ils constituent la base de la chaîne trophique, avec environ 2 500 espèces planctoniques sur plus de 10 000 connues. Le krill (euphausiacés, aspect de petites crevettes) a aussi un rôle important, puisqu’il constitue l’essentiel des ressources alimentaires dans les eaux froides : 3 espèces seulement constituent la nourriture de base des baleines (Pacifique Nord, Atlantique Nord/Méditerranée et Antarctique).

Toutes les espèces citées ont été présentées sous forme d’échantillons et ont pu être observées par le public à l’œil nu ou à l’aide de loupes binoculaires.

 

IMG_5280

IMG_5275

IMG_5286