Archives par mot-clé : Exposition

Ramon Llull ou Raymond Lulle à la BU Lettres d’Aix

A la fois philosophe et poète ayant ayant largement contribué à la construction littéraire de la langue catalane, théologien, prédicateur se donnant lui-même le titre d’arabus christianus1 , proclamant dans ses œuvres sa folie et revendiquant le titre de docteur illuminé, mystique considéré comme bienheureux voire comme saint en Catalogne en même temps que la postérité lui a attribué d’importants traités alchimiques qu’il n’a jamais écrit, Raymond Lulle est un des personnages les plus fascinants du XIIIe siècle.

Raymond Lulle (gauche) et Thomas le Myésier (droite) : Illustration de Electorium parvum seu breviculum (vers 1321). Dans Raimundus Lullus, Thomas le Myésier: Electorium parvum seu breviculum (nach 1321) Badische Landesbibliothek, Cod. St. Peter perg 92, Blatt 11v. Licence domaine public, source Wikimedia Commons.
Raymond Lulle (gauche) et Thomas le Myésier (droite) : Illustration de Electorium parvum seu breviculum (vers 1321). Dans Raimundus Lullus, Thomas le Myésier: Electorium parvum seu breviculum (nach 1321) Badische Landesbibliothek, Cod. St. Peter perg 92, Blatt 11v. Licence domaine public, source Wikimedia Commons.

Né à Palma de Majorque vers 1232-1235 dans un milieu aristocratique proche du roi Jacques II de Majorque, il est issu d’une famille noble catalane implantée à Barcelone. Son père, qui a accompagné Jacques le Conquérant lors de son offensive sur l’île de Majorque, définitivement conquise sur les musulmans en 1232, reçoit des terres en récompense. Le jeune Raymond Lulle grandit dans un environnement contrasté, près de la cour catalane de Majorque. Il y fait ses premières armes littéraires dans le registre courtois, appliquant à la langue vernaculaire catalane, qui n’a pas encore le statut de langue littéraire, les formes poétiques empruntées à la littérature occitane des jongleurs. Suite à une conversion, vers l’âge de trente ans, il quitte sa femme et ses enfants, entreprend d’apprendre le latin et de suivre une formation philosophique et théologique, au cours de laquelle il apprend également l’arabe.

Au cours de ses nombreux voyages, Raymond Lulle a discuté et controversé avec juifs et musulmans, il a enseigné et prêché. Proche des franciscains, il n’est cependant jamais entré formellement dans leur ordre. Son œuvre immense est tour à tour philosophique et mystique, elle emprunte les voies du récit ou celles du savoir encyclopédique, elle puise dans l’aristotélisme et réfute Averroès. Il se situe à un carrefour de la pensée, en marge des grands courants de son époque – il est contemporain de Thomas d’Aquin. Il est mort vers 1316, probablement au retour d’un voyage à Tunis, qu’il avait entrepris dans le but de prêcher la foi chrétienne auprès des musulmans.

La vérité ineffable. Installation de l'exposition à la BU Lettres et sciences humaines d'Aix (octobre 2016)
La vérité ineffable. Installation de l’exposition à la BU Lettres et sciences humaines d’Aix (octobre 2016)

C’est à l’occasion du 700e anniversaire de sa mort qu’un programme international a été mis en place pour découvrir l’œuvre de ce savant exceptionnel. La BU de Lettres d’Aix propose, du 7 au 14 octobre 2016, une exposition consacrée à cet auteur selon un design innovant, organisée en partenariat avec l’Institut Ramon Llull de Barcelone et Maria-Estralla Massip-Graupera, enseignante de catalan au département d’études hispaniques et latino-américaines (UFR ALLSH). Cette exposition, intitulée La Vérité ineffable. Le Livre de l’ami et de l’aimé de Raymond Lulle, sera complétée par une sélection de livres de la bibliothèque, de la BD à la critique philosophique approfondie, et par la présentation d’un volume de la réserve de la bibliothèque renfermant quelques-unes des premières éditions imprimées de l’œuvre du philosophe catalan.

Recueil factice, SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines, Res 23729. Reliure ancienne, dont le monogramme n'est pour le moment pas identifié.
Recueil factice, SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines, Res 23729. Reliure ancienne, dont le monogramme n’est pour le moment pas identifié.

Ce volume est un recueil factice assemblant diverses éditions humanistes sorties des presses de Josse Bade, un des plus importants imprimeurs parisiens des premières années du XVIe siècle. Érudit humaniste lui-même, originaire de l’actuelle Belgique, Josse Bade a voyagé dans plusieurs villes d’Europe, a enseigné à Valence et à Lyon, avant de s’intéresser de près à la nouvelle technique de l’imprimerie et finalement à installer ses propres presses à Paris. Il est en correspondance avec Érasme, dont il est l’un des éditeurs attitrés. Il fait paraître sept éditions de Raymond Lulle entre 1510 et 1521, signe d’un intérêt fort.

Charles de Bouelles, In hoc opere contenta Commentarius in primordiale Evangelium divi Joannis : Vita Remundi eremitae ; Philosophicae et historicae aliquot epistolae, Paris, Josse Bade, 1514. SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines d'Aix, Res 23729/2
Charles de Bouelles, In hoc opere contenta Commentarius in primordiale Evangelium divi Joannis : Vita Remundi eremitae ; Philosophicae et historicae aliquot epistolae, Paris, Josse Bade, 1514. SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines d’Aix, Res 23729/2

Il publie également les œuvres de Jacques Lefèvre d’Etaples, un des plus influents humanistes français. Ce dernier s’intéresse de très près au mysticisme de Raymond Lulle, dont il fait publier plusieurs textes importants. L’un des plus importants disciples de Lefèvre d’Etaples, Charles de Bouelles, est très influencé par le lullisme. Voyageant en Espagne, et notamment à Majorque, il traduit plusieurs manuscrits en latin ou en espagnol, et rédige une vie de Raymond Lulle, qui, jointe à un commentaire de l’Evangile selon saint Jean, paraît à deux reprises sous les presses de Josse Bade, en 1511 et en 1514. C’est la deuxième édition qui est présente dans le recueil factice conservé dans la réserve de la BU.

Dialectica seu logica nova Venerabilis Eremitae Raemmundi Lulli, éd. Bernard de Lavinheta, Paris, Josse Bade, 1516. SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines d'Aix, Res 27729/3
Dialectica seu logica nova Venerabilis Eremitae Raemmundi Lulli, éd. Bernard de Lavinheta, Paris, Josse Bade, 1516. SCD AMU, BU Lettres et sciences humaines d’Aix, Res 27729/3

Un autre important disciple de Lefèvre d’Etaples, Bernard de Lavinheta, franciscain qui a enseigné à Salamanque puis à Paris, est beaucoup plus mal connu. Pour la réception du lullisme en France et à Paris à la Renaissance, sa contribution est pourtant essentielle, dans la mesure où il a été le maître d’oeuvre du retour de l’enseignement du lullisme à la Sorbonne, qui début du XVe siècle le condamnait, sous l’influence de Jean Gerson, chancelier de l’université de Paris. Pour asseoir son entreprise, Bernard de Lavinheta entreprend la publication d’une série d’œuvres de Raymond Lulle, surtout logiques, toutes sous les presses de Josse Bade, entre 1514 et 1517. Deux des textes de Raymond Lulle présents dans le recueil factice de la BU appartiennent à cette série. Il s’agit de la Dialectica seu logica nova (1516) et de la Metaphysica nova (1516). En fin de volume, on trouve enfin une autre oeuvre de Raymond Lulle, publiée chez Josse Bade par le même cercle d’humaniste : les Duodecim principa philosophiae Raemundi Lulli (1518).

Plus d’information

Le 10 octobre aura lieu une conférence à l’UFR ALLSH (campus Schuman). Toutes les informations pratiques sont ici : http://allsh.univ-amu.fr/expo-conf%C3%A9rence-et-r%C3%A9cital-raimond-lulle

Bibliographie sommaire

Cet article s’appuie essentiellement sur ces deux références :

Dominique de Courcelles, La parole risquée de Raymond Lulle : entre judaïsme, christianisme et islam, Paris, J. Vrin, 1993 (Problèmes et controverses).

Armand Llinarès, « Le lullisme de Lefèvre d’Etaples et de ses amis humanistes », dans L’humanisme français au début de la Renaissance. Colloque international de Tours, Paris, J. Vrin, 1973 (De Pétrarque à Descartes), p. 127-136.

Par ailleurs, l’article Wikipedia consacré à Raymond Lulle bénéficie du label « bon article ». Voir également le site du Centre de documentation Ramon Llull (Université de Barcelone).

Sur Josse Bade, voir la notice rédigée par Louise Katz à l’occasion de l’exposition Josse Bade, imprimeur humaniste organisée à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne au printemps 2015.

 

  1. Arabe chrétien. []

Exposition Le canon et l’éprouvette, La faculté des sciences de Marseille de 1914 à 1918

La présente exposition s’inscrit dans le cadre des célébrations du Centenaire de la Première Guerre Mondiale qui en cette année 2016 verra comme temps forts les commémorations nationales des deux grandes batailles de Verdun et de la Somme en 1916.

Le Département sciences et technologies d’Aix-Marseille université s’associe à cet hommage et vous propose de découvrir, les différents aspects de la vie universitaire à la Faculté des Sciences de Marseille, à travers des documents d’archives, des objets et des ouvrages de cette période, conservés dans les fonds patrimoniaux de la bibliothèque universitaire de Saint –Charles.

En 1911 sur le plateau Saint-Charles, à proximité de la gare, débutent  les travaux de construction dite  de  la « nouvelle faculté » des sciences. Mais dès le commencement  du conflit,  le port de Marseille devient la plaque tournante d’importantes troupes de multiples nationalités qui combattent sur le front français mais aussi sur le front oriental.

Le campement de la 16e compagnie du Train sur le plateau Saint-Charles, 1914. Edouard Cornet. Archives de Marseille AMM 115Fi 1390
Le campement de la 16e compagnie du Train sur le plateau Saint-Charles, 1914.
Edouard Cornet. Archives de Marseille AMM 115Fi 1390

Beaucoup  de blessés affluent aussi et la Faculté est réquisitionnée. L’armée ainsi qu’un hôpital s’installent sur le site. Saint-Charles fait partie des hôpitaux temporaires qui renforcent les établissements militaires ou civils permanents de la ville. Durant la guerre on dénombre près de 4 millions d’hommes qui transiteront par Marseille.

La Faculté des sciences lors du conflit paye un lourd tribut en pertes humaines. Cela atteint aussi bien les étudiants, enseignants et agents de l’université.

L’activité scientifique et intellectuelle reste cependant active et voit durant cette période paraître un nombre non négligeable de publications scientifiques ainsi que le maintien de la continuité des cours.

Plusieurs enseignants de la Faculté seront mis directement à contribution pour l’effort de guerre. En rapport avec leurs travaux et recherches, ils participent activement à différentes études et mises en applications sur le théâtre des opérations, créant de multiples appareils de détections, des postes mobiles de radiographie, ou apportant leurs compétences aux recherches en balistique, mais aussi en chimie, dans l’élaboration d’explosifs.

Cette guerre donne naissance à une « science moderne » notamment avec l’utilisation des gaz chimiques mais aussi avec une multitude d’innovations dévastatrices. Elle se met au service des armées en étroite collaboration avec l’industrie et  s’éloigne  de son idéal de « pureté » et d’universalité.

L’exposition sur la Grande Guerre intitulée « Le canon et l’éprouvette: la faculté des sciences de Marseille, 1914-1918 » se tient du mardi 29 mars au 15 juin 2016 sur 4 sites:

– du mardi 29 mars au vendredi 29 avril 2016 à la BU Saint-Charles

– du lundi 02 mai au vendredi 13 mai 2016 à la BU Saint-Jérôme

– du mardi 17 mai au vendredi 27 mai 2016 à la BU de Luminy

– du mercredi 07 juin au 21 juin au  Pharo au siège d’AMU

Entrée libre et gratuite

Le diabète, hier et aujourd’hui

A l’occasion de la journée internationale du diabète le 14 novembre 2015, les bibliothèques de Santé d’Aix-Marseille Université ont mis en place une exposition sur le diabète, avec la présentation d’une sélection d’ouvrages de leurs fonds modernes et anciens.

 

Affiche de l'exposition
Affiche de l’exposition

 

A retrouver au rez-de chaussée de la bibliothèque de Médecine-Odontologie de la Timone, du 4 au 25 novembre 2015.

Actualités patrimoniales de la rentrée universitaire

En cette rentrée, Aix-Marseille Université est engagée dans diverses actions patrimoniales.

Ce week-end, lors des Journées européennes du patrimoine, vous pourrez découvrir les trésors de la Faculté des Sciences Saint-Charles et de la Faculté de Médecine à la Timone (les deux manifestations sont à Marseille).

Affiche officielle des Journées européenne du patrimoine, 19 et 20 septembre 2015

A Saint-Charles, des visites-découvertes sont organisées samedi 19 et dimanche 20 septembre pour découvrir les patrimoines dissimulés sur le campus. Samedi, les visiteurs pourront explorer le musée de paléontologie et les réserves de livres précieux de la BU; dimanche, ils auront accès à l’herbier, à l’ancien musée colonial et à la collection d’instruments scientifiques. Un feu d’artifice est organisé samedi soir, et les deux journées seront animées de diverses autres animations.

Il est nécessaire de s’inscrire pour participer: il reste encore quelques places. Renseignements et inscriptions se font ici: http://cps.univ-amu.fr/journees-du-patrimoine.

De son côté, la Faculté de Médecine, en collaboration avec l’Association des Amis du patrimoine médical de Marseille, et la BU, participe aussi aux Journées du patrimoine (le samedi seulement). Cette année, l’accent sera mis sur le patrimoine architectural, et sera l’occasion de présenter au public le tout nouveau bâtiment pédagogique. Ce sera aussi l’occasion de découvrir les panneaux sculptés de la salle du Conseil (élément important du patrimoine du XXe siècle), ainsi que les réserves précieuses de la BU de Médecine-Odontologie.

Là aussi, il est nécessaire de s’inscrire pour participer. Renseignements et inscriptions se font ici: http://medecine.univ-amu.fr/news/307/journees-europeennes-du-patrimoine-2015-a-faculte-medecine.

Le mois de septembre 2015 est aussi l’occasion de commémorer le 500e anniversaire de la bataille de Marignan, remportée par François Ier sur les Suisses à l’aube de son règne. L’année 2015 est, de façon plus générale, une année François Ier.

Détail de la page de titre de Guillaume Durand, Speculi Gulielmi Durandi, Lyon, à l'enseigne de la Salamandre, 1547. Bibliothèque de Droit et Science politique (Aix), Res 261
Détail de la page de titre de Guillaume Durand, Speculi Gulielmi Durandi, Lyon, à l’enseigne de la Salamandre, 1547.
Bibliothèque de Droit et Science politique (Aix), Res 261

A cette occasion, la BU Droit présente actuellement une sélection d’ouvrages juridiques publiés durant le règne de ce roi (1515-1547). Certains de ces livres présentent une page de titre ornée d’une belle salamandre, enseigne d’une puissante famille de libraires lyonnais et emblème personnel du roi.

Cette exposition est accessible à tous, à l’accueil de la BU. Elle est ouverte au public jusqu’aux vacances de fin d’année.

Un billet consacré à François Ier et à l’humanisme, vus à travers le prisme des ouvrages conservés dans les collections d’Aix-Marseille Université, sera prochainement publié sur ce carnet.

Expositions permanentes des collections

Toute l’année – Campus Marseille Centre                                                      site Saint-Charles, 3 place Victor Hugo – Marseille 3ème

Le Musée de paléontologie de Provence expose dans ses vitrines la richesse et la diversité paléontologique de la Provence au cours des 350 millions d’années. Riche de ses collections d’organismes fossiles marins et terrestres dont des ammonites, des échinodermes, des rudistes, des dinosaures, des mammifères terrestres, ainsi que de nombreux autres groupes d’animaux et de végétaux, le musée de paléontologie permet aux publics novices, amateurs ou avertis, de découvrir à tout âge l’histoire géologique de la région.

Espace Muséal C. Fabry                                                                                          L’objectif de cet espace est de sauvegarder et de faire connaître les instruments de physique, de chimie de la Faculté des Sciences de Marseille. On peut y trouver, parmi les 250 instruments présentés, des appareils conçus ou ayant été utilisés par Fabry, Perot, Tian et Calvet, scientifiques dont la renommée internationale et leurs réalisations restent, encore de nos jours, d’actualité dans le domaine de l’optique et de la microcalorimétrie. Une collection de calculateurs et d’ordinateurs permet de retracer 50 ans d’évolution des techniques de calculs à la Faculté.

En botanique, les collections renferment plusieurs centaines de milliers d’échantillons de plantes en provenance du monde entier. Ces collections permettent, aux travers de visites commentées d’aborder les questions relatives aux notions d’espèces et de classification mais également les thématiques de recherche actuelles liées aux grands problèmes environnementaux tels que les changements climatiques, l’érosion de la biodiversité et leurs enjeux.

Contacts : Cellule de culture scientifique AMU
site web : http://cps.univ-amu.fr/
e-mail : culture-scientifique@univ-amu.fr
tél : 04 13 55 10 92

Exposition: vers un droit dans la guerre

Dans la suite des expositions présentées dans les différentes bibliothèques de l’Université autour de la mémoire de la Grande Guerre, la BU Droit aborde le thème par le biais du droit international.

Exposition visible à la BU Droit Schuman à ses heures d’ouverture, du 9 janvier au 3 avril 2015.

Conception: Nadia Corneau, Ghislaine Colombo, Marlène Gallerini, Yves Gemini.

En cours: la médecine pendant la Grande Guerre à la BU Médecine-Odontologie

Affiche de l'exposition

A l’occasion du centenaire du déclenchement de la Première Guerre Mondiale, les BU de Santé vous proposent de découvrir certains aspects de la médecine militaire française, à travers une sélection de leurs ouvrages de l’époque.

Exposition visitable dans l’espace patrimonial de la Faculté de médecine, à l’entrée de la bibliothèque de Médecine-Odontologie, jusqu’au 24 novembre 2014.

En complément de l’exposition, un choix d’ouvrages récents et empruntables est à votre disposition au rez-de-chaussée de la bibliothèque.

Adresse : campus Timone, 27 bd Jean Moulin, Marseille 5e. Entrée libre aux heures d’ouverture de la bibliothèque.

Dernier jour : la Faculté de droit d’Aix pendant la Grande Guerre

L’effort de guerre, en août 1914, concerne l’ensemble de la société. 4 millions d’hommes transitent par la gare de l’Est pour rejoindre le front. Parmi ces hommes beaucoup sont étudiants et professeurs à la faculté de droit d’Aix-en-Provence ; 76 d’entre eux ne reviendront pas. Le doyen Bry exhorte ceux qui sont restés à combattre par le travail intellectuel et l’approfondissement du savoir. Cette guerre a tout autant mobilisé les corps et les esprits de ces universitaires : rendons leur hommage !

Du 21 mai au 17 octobre 2014, la BU Droit, économie et gestion Schuman a commémoré la 1ère Guerre mondiale en exposant documents et archives retraçant la vie de la Faculté de droit pendant cette période.

Exposition ouverte à tous, à l’accueil de la bibliothèque et à ses horaires d’ouverture.

http://bu.univ-amu.fr/bu-schuman-droit

Appelés au front en août 1914

Appelés au front montant dans un train en août 1914.