Archives par mot-clé : Histoire de la médecine

Le legs Villeneuve : les fiches de la Maison d’accouchement de Marseille

Une partie importante des collections patrimoniales des bibliothèques de l’université est issue de dons. Ainsi, au sein du département santé d’AMU, des documents anciens et de valeurs proviennent notamment du legs opéré par le professeur Étienne Villeneuve en 1882. Ce legs d’une documentation professionnelle à la bibliothèque de l’École de médecine et de pharmacie de Marseille1, n’est pas un cas isolé. Les fonds patrimoniaux des bibliothèques de santé d’AMU proviennent en bonne partie de libéralités d’enseignants du XIXe et du XXe siècle. Parmi celles-ci, le legs du professeur Villeneuve se distingue par la valeur des ouvrages d’obstétrique transmis tout autant que par la renommée du légateur. C’est un des trésors du legs Villeneuve que nous nous proposons de découvrir ici : les fiches de la Maison d’accouchement.

Image ci-dessus: fonds Villeneuve, boîte de fiches d’accouchement – année 1832. Marseille, Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone.

Étienne Villeneuve (1800-1882), pionnier de l’obstétrique à Marseille au XIXe siècle

Né le 29 avril 1800 à Marseille, Étienne Villeneuve est le fils d’un médecin, ancien chirurgien2 sous l’Ancien Régime installé à Lambesc. Il entre en 1816 comme élève en chirurgie à l’Hôtel-Dieu de Marseille. Faisant partie des premiers élèves de l’École secondaire de médecine de Marseille, ancêtre de la Faculté ouverte en 1818, il y est externe dès l’année suivante puis se distingue par la réussite de plusieurs concours de recrutement d’interne des hôpitaux de Marseille (en chirurgie en 1821, comme chirurgien-chef à l’hôpital de la Charité3 de 1823 à 1826 puis comme premier chirurgien-chef interne de l’Hôtel-Dieu en 1828). Il passe sa thèse à Montpellier en 1830, sur un sujet4 qui consacre son domaine de prédilection : l’obstétrique. Recruté cette même année comme chirurgien en chef de la Maison d’accouchement de Marseille, située en haut de la Canebière, il occupe ce poste sans interruption jusqu’en 1874 et son départ à la retraite. Cette maternité est alors un établissement de bienfaisance, destiné aux femmes les plus pauvres de la Ville, notamment les « filles-mères » et les prostituées – au XIXe siècle, on accouche au domicile familial. Il y gagna toutefois une excellente réputation d’accoucheur, et, par là une clientèle privée. Il y rencontra également son épouse, Hélène Jolly, maîtresse sage-femme à la maternité. Dès 1828, le ministère de l’instruction publique l’autorise à donner au sein de l’Hôtel-Dieu un cours d’accouchement qu’il assure gratuitement, premier acte d’une vocation d’enseignant qu’il n’abandonnera qu’en 1882 peu de temps avant sa mort. De 1831 à 1874, il donne également le cours annuel d’accouchement aux sages-femmes en formation à la maternité. Praticien, enseignant et chercheur, il est l’auteur de nombreuses études – sur la mécanique et l’anesthésie obstétricales, la césarienne ou encore l’usage des forceps – membre ou correspondant de plusieurs sociétés savantes à Marseille comme ailleurs en France et à l’étranger, et membre-fondateur de la revue Marseille Médical à partir de 1864. Il sera aussi conseiller municipal de Marseille. Il meurt après une courte maladie, le 29 mars 1882.

Fonds Villeneuve - Premières fiches d'accouchement de l'année 1832 Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
Fonds Villeneuve – Premières fiches d’accouchement de l’année 1832
Marseille, Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
Un don remarquable : les fiches d’accouchement de la maternité de Marseille

Ce fonds est un ensemble de 5 891 fiches relatant avec précision le séjour et l’accouchement d’autant de femmes accueillies par la Maison d’accouchement entre 1832 et 1874. Dans un bon état de conservation, elles ont été rassemblées en 38 boites d’archives couvrant les années 1832 à 1874 à raison d’une ou deux années par boîte. Ces fiches, écrite de la main de la sage-femme ayant assisté la patiente, sont établies sur un formulaire en feuillet double en un exemplaire, parfois doublé. Elles indiquent l’année et la date de rédaction, le nom de la rédactrice et sont divisées en deux colonnes : une à gauche d’observations cliniques chiffrées concernant la mère comme l’enfant, l’autre à droite présentant la patiente, les informations recueillies lors de son admission, le déroulement de son séjour et de son accouchement ainsi que son état de santé et celui de son enfant à la sortie de l’établissement. La première fiche date d’un an après l’arrivée du docteur Villeneuve à la tête du service chirurgical de la maternité et la dernière de l’année de son départ en retraite. Connaissant l’usage que le professeur Villeneuve faisait des statistiques dans sa réflexion médicale, présent dès la rédaction de sa thèse, il est donc probable qu’elles furent rédigées à sa demande, sur un modèle établi peut-être à son initiative. Ce fonds, qui retrace l’activité d’une maternité du XIXe siècle sur plus de quarante ans, se révèle une source irremplaçable pour qui s’intéresse à l’histoire de la santé des femmes et des nouveau-nés, en particulier à Marseille, grande ville portuaire.

Fonds Villeneuve - Première fiche d'accouchement de l'année 1832: pages intérieures Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
Fonds Villeneuve – Première fiche d’accouchement de l’année 1832: pages intérieures
Marseille, Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone
La rencontre du patrimoine de la BU et des études en sciences maïeutiques

Ce fonds n’est pas inconnu des enseignants-chercheurs et des consultations ont déjà eu lieu par le passé. Toutefois, c’est après une longue interruption que l’année universitaire 2014-2015 a de nouveau vu des études entreprises à l’aide de ces documents. Le secteur « fonds patrimonial » des bibliothèques de santé d’AMU a en effet accueilli lors de l’année universitaire 2014-2015 deux étudiantes sages-femmes de l’École de maïeutique de Marseille souhaitant travailler sur les fiches d’accouchements. Grazia Sabatino, ayant choisi de se consacrer à une histoire de la césarienne5, se proposait dans un premier temps de comparer les pratiques de ce mode chirurgical d’accouchement depuis le XIXe siècle. Malheureusement, le nombre de dossiers concernant une césarienne s’avéra trop limité pour être significatif – jusqu’à la fin du XIXe siècle, la césarienne restait une pratique plus qu’exceptionnelle, réservée soit à l’extraction de l’enfant après le décès de la mère, soit à des cas désespérés en raison d‘un taux de mortalité insupportable (jusqu’à 90 %). Son étude dû donc se porter sur d’autres aspects de l’évolution de ce mode d’opération sur les vingt dernières années. La recherche d’Océane Donati sur l’hémorragie de la délivrance6 qui frappe parfois les femmes venant d’accoucher fut plus heureuse. Cet accident dangereux de l’accouchement survient aux femmes en couche depuis aussi longtemps qu’on s’en souvienne, et les fiches d’accouchement le relatant ne manquaient pas. Se limitant aux années 1868 à 1870, l’auteur pu constituer une cohorte de 682 grossesses permettant de mener une étude statistique – même limitée aux femmes de condition modeste qui fréquentaient cette maternité. Elle put toutefois faire apparaître trois facteurs de décès par de telles hémorragies : un âge supérieur à 30 ans, l’utilisation de forceps lors de l’accouchement et une durée d’accouchement supérieure à 10 heures.

  1. Avant la création de la faculté de médecine et de pharmacie de Marseille, en 1930, l’École de médecine et de pharmacie de Marseille créée en 1818 enseignait la médecine sans pouvoir délivrer de diplôme ; ses étudiants devaient, leurs études achevées, aller soutenir leur thèse auprès d’une faculté de médecine proprement dite – le plus souvent Montpellier ou Paris. []
  2. Sous l’Ancien Régime, le métier de chirurgien, praticien « manuel », était distinct de celui de médecin, praticien « intellectuel ». []
  3. Actuelle Vieille Charité, ensemble muséal et de recherche scientifique situé dans le quartier marseillais du Panier. []
  4. « Des vices de conformation du bassin considérés comme obstacles à l’accouchement ». []
  5. Grazia Sabatino, L’histoire de la césarienne : les raisons d’un succès, mémoire pour l’obtention du diplôme d’État de sage-femme de l’École universitaire de maïeutique Marseille Méditerranée, 2015. []
  6. Océane Donati, L’hémorragie du post-partum au 19ème siècle et de nos jours à Marseille, mémoire pour l’obtention du diplôme d’État de sage-femme de l’École universitaire de maïeutique Marseille Méditerranée, 2015. []

Le diabète, hier et aujourd’hui

A l’occasion de la journée internationale du diabète le 14 novembre 2015, les bibliothèques de Santé d’Aix-Marseille Université ont mis en place une exposition sur le diabète, avec la présentation d’une sélection d’ouvrages de leurs fonds modernes et anciens.

 

Affiche de l'exposition
Affiche de l’exposition

 

A retrouver au rez-de chaussée de la bibliothèque de Médecine-Odontologie de la Timone, du 4 au 25 novembre 2015.