Archives par mot-clé : Histoire du livre

Deux incunables à la BU Lettres d’Aix

La BU Lettres d’Aix possède deux incunables1. Ce sont les plus anciens livres conservés dans les collections d’Aix-Marseille Université, le plus ancien document étant un fragment de manuscrit musical du XIVe siècle trouvé en restaurant une reliure ornant un livre du XVIe siècle à la BU Droit et science politique d’Aix.

Isidore de Séville. Etymologiae, add. De summo bono. [Venise, Peter Loeslein, 1483]. BU Lettres et sciences humaines d’Aix, Res 7635.

L’arbre de consanguinité. BU Lettres et sciences humaines, Res 7635.

Ce volume est entré dans les collections de la bibliothèque en 1921 avec le don de la bibliothèque du professeur Norbert Bonafous, doyen de la faculté des lettres d’Aix de 1867 à 1879. Il porte sur la page de garde une inscription à la plume qui propose la date de 1499 pour cette édition. C’est le seul élément d’identification présent dans l’ouvrage, mais cette indication est totalement erronée : en effet, l’Incunabula Short Title Catalogue, qui centralise l’ensemble des informations bibliographiques parues dans les principaux répertoires d’incunables, ne propose aucune édition des œuvres d’Isidore de Séville à cette date.

Inscription ancienne à la plume (erronnée) – BU Lettres et sciences humaines, Res 7635.

En l’absence de page de titre et de colophon, comme c’est fréquent pour des ouvrages de cette période, une comparaison extensive avec les exemplaires numérisés des œuvres d’Isidore de Séville présents dans d’autres bibliothèques a permis d’identifier lieu d’impression, imprimeur et date2. Nous avons donc affaire à une édition vénitienne, ce qui ne doit pas surprendre, dans la mesure où Venise est à la fin du XVe siècle un des plus importants centres de production du livre en Europe.

L’exemplaire de la BU Lettres est intéressant à plus d’un titre. Il a une présentation très archaïque, extrêmement proche de celle des livres manuscrits de la même période. Il n’y a pas de page de titre ; le titre de l’ouvrage est donné à la troisième page, dans une mention qui indique simplement (en latin) ici commence le premier livre des Étymologies de saint Isidore, évêque de Séville, à la suite de quoi le premier chapitre commence3. Les premières pages sont occupées par une lettre d’Isidore de Séville à un autre évêque, qui fait office de préface. L’ouvrage porte trace de quelques notes manuscrites anciennes, et on y trouve même des manicules, à savoir des dessins en forme de main utilisés dans les manuscrits médiévaux et parfois repris dans les imprimés des premières décennies. Par ailleurs, il était prévu que l’ouvrage soit enluminé, comme un manuscrit, mais il ne l’a jamais été. Des espaces blancs ont été prévus à l’emplacement des lettrines, et de petites lettres ont été imprimées pour indiquer ce qu’il fallait peindre4, mais ces décors n’ont jamais été réalisés.

Manicule en marge du texte imprimé. BU Lettres et sciences humaines, Res 7635.

Le texte contenu dans l’ouvrage n’est pas moins intéressant que son aspect extérieur. En effet, les Etymologies d’Isidore de Séville constituent pour le Moyen-Age un texte fondateur. Ayant vécu au VIIe siècle dans le royaume wisigoth d’Espagne, il est issu d’une noble famille et proche des rois wisigoths récemment convertis au catholicisme, et en particulier du roi Sisebut (612-621). Ses travaux d’érudition ont contribué à forger la culture médiévale à partir d’une synthèse fragmentaire de la culture classique héritée de l’Antiquité tardive, réinterprétée et christianisée. Considérés comme un des fondements du savoir encyclopédique pendant toute la période médiévale, les Etymologies ont circulé très largement jusqu’à la Renaissance. Il en existe de nombreux manuscrits, et on compte une bonne dizaine d’éditions différentes entre 1470 et 1530. Pour l’anecdote, Isidore de Séville a été désigné saint patron des internautes et des informaticiens par le Vatican en 2002, la structure des Etymologies ayant souvent été comparée à celle des bases de données.

Eusèbe de Césarée, De Praeparatione evangelica, trad. Georges de Trébizonde, Trévise, Michele Manzolo, 1480. BU Lettres et sciences humaines d’Aix, Res 7636.

Comme l’autre incunable, ce volume est entré dans les collections de la bibliothèque par le don Bonafous (1921). Il s’agit là encore d’un livre italien, imprimé en Vénétie, l’une des régions où l’industrie du livre imprimé s’est développée de façon précoce. L’imprimeur est d’ailleurs aussi un papetier, qui a monté son officine typographique dès 1475. Le De preparatione evangelica est un bon exemple de la production de cet imprimeur : il appartient à la période où les impressions de son atelier se multiplient après un début plus modeste, et se trouve à la croisée de ses deux thématiques de prédilection, ouvrages à caractère religieux et érudition classique. Eusèbe de Césarée est en effet un auteur majeur de l’Antiquité chrétienne : érudit ayant vécu au IIIe siècle de notre ère à Césarée en Palestine, qui était alors un centre intellectuel brillant, c’est un polygraphe, auteur de polémique pro-chrétienne et, surtout, d’une immense œuvre historique qui a eu une profonde influence sur le Moyen-Age et la Renaissance.

Première page avec le sommaire. BU Lettres et sciences humaines, Res 7636

L’Histoire ecclésiastique, qui est son œuvre la plus célèbre, est un traité d’érudition consacré aux trois premiers siècles du christianisme en même temps qu’une défense énergique de la jeune Église. A l’époque où Eusèbe écrit, l’institution ecclésiastique n’est en effet pas encore fermement établie. Il a connu les persécutions anti-chrétiennes menées par l’Empire romain, et en particulier la persécution de 303, achevée par l’édit de Milan (313) par lequel l’empereur Constantin accorde la liberté religieuse aux chrétiens. Le concile de Nicée (325) qui fixe le contenu du credo officiellement reconnu par l’Église5 s’est tenu de son vivant. Ses œuvres sont strictement contemporaines des événements qui ont façonné l’Église au moment où elle affirme le contenu de la foi chrétienne (contre les païens et contre diverses hérésies) et où elle s’institutionnalise en interlocuteur officiellement reconnu par le pouvoir politique. Elles ne sont donc pas neutres, d’autant plus qu’elles ont subi des retouches et remaniements que les experts peinent à dater précisément.

La Préparation évangélique s’inscrit dans ce contexte. Ce texte fait partie d’un ensemble de réfutations anti-païennes. C’est une œuvre de combat, visant à asseoir la supériorité du christianisme sur l’ancienne religion polythéiste héritée de la culture gréco-latine. Il s’agit avant tout d’une violente attaque contre l’hellénisme. Pour cela, Eusèbe cite longuement divers philosophes et auteurs importants de l’Antiquité, dont les œuvres sont parfois perdues aujourd’hui, ou dont les manuscrits conservés n’offrent à certaines occasion pas de meilleures leçons que celles qu’on trouve dans ce texte. Pour cette raison, La Préparation évangélique attire aujourd’hui fortement l’attention des spécialistes, qui l’utilisent pour mieux connaître les textes de l’Antiquité. Ce texte reprend notamment de très larges extraits de Platon, dont la philosophie a profondément influencé l’évêque de Césarée. Celui-ci écrivait en grec, mais le texte a ensuite été traduit en latin et a largement circulé dans l’Occident chrétien. Il a pour pendant la Démonstration évangélique, orientée contre les Juifs, qui n’est pas comprise dans l’édition imprimée par Michele Manzolo.

Au tournant du XVe et du XVIe siècle, Eusèbe de Césarée est toujours lu avec beaucoup d’attention. Ses travaux ont été considérés comme une source essentielle pour l’histoire chrétienne, et à l’heure où une philosophie néo-platonicienne se répand parmi les meilleurs humanistes aux aguets pour redécouvrir les textes de l’Antiquité classique, il n’est guère étonnant de voir apparaître diverses éditions imprimées de La Préparation évangélique, depuis la première sous les presses de Nicolas Janson à Venise (1470) jusqu’au milieu du XVIe siècle au moins.

Décor non réalisé en ouverture du premier chapitre du Livre I. BU Lettres et sciences humaines, Res 7636

L’édition de Michele Manzolo est imprimée avec un élégant caractère romain. Elle n’a pas de page de titre, ce qui est encore normal pour un imprimé italien des années 1480 ; l’information permettant d’identifier lieu d’impression, imprimeur et date se trouve à la fin6. Comme pour les Etymologies, on trouve des lettres d’attente dans l’exemplaire de la BU, mais les espaces prévus pour les lettrines peintes sont restés blancs et le décor n’a jamais été réalisé.

***

Les deux incunables de la BU Lettre sont donc intéressants à plus d’un titre. S’ils n’ont rien de rare, de nombreux autres exemplaires étant conservés dans d’autres bibliothèques, il sont tous deux les témoins, de manière différente, de la façon dont les savoirs et la culture hérités de l’Antiquité ont été réappropriés et transformés par des auteurs chrétiens au seuil du Moyen-Age, et transmis ainsi aux savants de la Renaissance qui y puisent en partie leur soif de connaître de nouveaux textes des auteurs anciens.

Pour aller plus loin…

Un exemplaire de cette édition des Etymologies a été numérisé par la Bayerische Staatsbibliothek à Munich.
Isidore de Séville et son temps, éd. Jean-Pierre Caillet, numéro spécial de la revue Antiquité tardive, 2015, n°23.
Courcelle, Pierre,  « Isidore de Séville, auteur antique et médiéval », dans Revue des Études Anciennes 1959, 61 (3-4), p. 419-423 [en ligne].
Marrou, Henri-Irénée, « Isidore de Séville et les origines de la culture médiévale », dans Revue historique, 1966, 235, p.39-46 [en ligne].
Ribémont, Bernard, Les origines des encyclopédies médiévales. D’Isidore de Séville aux Carolingiens, Paris, Champion, 2001.
« La réception d’Isidore de Séville durant le Moyen-Age tardif », éd. Jacques Elfassi et Bernard Ribémont, dossier dans Cahiers de recherches médiévales, 2008, 16, p. 1-205 [en ligne].

***
Veneziani, Paolo, « Manzolo, Michele », dans Dizionario Biografico degli Italiani, 2007, vol. 69 [en ligne].
***
Des Places, Édouard, « Les Lois de Platon et La Préparation Évangélique d’Eusèbe de Césarée », dans Aegyptus, 1952, 32 (1), p. 223–231 [en ligne].
Des Places, Édouard, « La tradition patristique de Platon (spécialement d’après les citations des Lois et de l’Epinomis dans la Préparation évangélique d’Eusèbe de Césarée) », dans Revue des Études Grecques, 1967, 80 (379-383), p. 385-394 [en ligne].
Des Places, Édouard, Eusèbe de Césarée commentateur. Platonisme et écriture sainte, Paris, Beauchêne, 1982.
Fredouille, Jean-Claude, « L’apologétique chrétienne antique, naissance d’un genre littéraire », dans Revue des études augustiniennes, 1992, 38, p. 219-234 [en ligne].
Hellénisme et christianisme, éd. Michel Narcy et Eric Rebillard, Presses universitaires du Septentrion, 2004.
Morlet, Sébastien, « Que savons-nous du Contre Porphyre d’Eusèbe ? », dans Revue des Études Grecques, 2012, 125 (2), p. 473-514 [en ligne].
  1. Livres imprimés avant la fin de l’année 1500. []
  2. Dominique Jacobi, ancienne directrice adjointe du SCD, aujourd’hui décédée, a réalisé ce travail très pointu. []
  3. On appelle ce genre de mention un incipit, ce qui signifie ici commence… []
  4. On appelle cela des lettres d’attente. []
  5. Il s’agit de la prière par laquelle les chrétiens affirment le contenu de leur foi. []
  6. On appelle cela un colophon. []

La marque de la Salamandre à la bibliothèque de droit d’Aix

La bibliothèque de droit à Aix conserve quelques volumes d’ouvrages juridiques datant de la Renaissance, dont la page de titre présente l’emblème de la salamandre. Il s’agit des ouvrages suivants :

La salamandre, emblème royal

Le choix de la salamandre comme emblème personnel pour François Ier est bien connu. Comme la plupart des souverains de son époque, il adopte une image symbolique doublée d’une devise en plus de ses armoiries traditionnelles. Charles VIII avait adopté l’épée de feu et Louis XII le porc-épic ; les reines Anne de Bretagne et Claude de France avaient choisi respectivement l’hermine et le cygne « navré »2. De son côté, Charles Quint s’était associé les Colonnes d’Hercule (avec la devise plus oultre), tandis qu’Henri VIII arbore tantôt la herse, tantôt la rose Tudor.

Vitrail (XIXe siècle) de la salle des États au château de Blois, avec l’hermine emblématique d’Anne de Bretagne. Photo Sylvain Collet. Source: Flickr (licence CC-BY-NC-SA).

La signification exacte de la salamandre a longtemps été objet de débats entre érudits. Il semble que le sens en soit devenu obscur, et ce dès le XVIe siècle. Le fait que la devise associée (Notrisco al buono stingo el reo) soit rédigée en italien vulgaire, et non toscan, ne facilite pas la compréhension. On s’accorde aujourd’hui à considérer que cette devise, ainsi que sa version latine simplifiée (Nutrisco et extinguo), se traduit par « je me nourris du bon feu et éteins le mauvais ». De nombreuses interprétations ont été proposées pour expliquer ce choix. La salamandre éteint le feu de la guerre, et représente donc un symbole de paix ; elle se nourrit du bon feu spirituel, et emblématise le bon chrétien ; elle figure également la constance dans les épreuves.

Salamandres et chiffre de François Ier au château de Chambord. Photo Marc Henneveux. Source Wikimedia Commons (licence CC-BY-SA).

Le premier Valois d’Angoulême à avoir été associé à la salamandre est Jean d’Angoulême, le frère du poète Charles d’Orléans et grand-père de François Ier. Lors de la fête des fiançailles de sa nièce, quelques vers anonymes présentent le comte Jean comme un modèle de tempérance en le comparant à la salamandre qui éteint le feu par sa seule présence. C’est une allusion à son engagement pour l’apaisement du royaume en une période troublée et à la façon dont il avait ignoré les vieilles rancunes qui auraient pu déclencher de nouveaux conflits à son retour de captivité en Angleterre.

Concernant François Ier, la salamandre, rapprochée du serpent, a aussi un sens dynastique : elle a été rapprochée de la guivre3 figurant sur les armes des Visconti, dont le roi affirmait avoir hérité le duché de Milan4. La salamandre a également été mise en relation avec un autre emblème des Visconti : un lion entouré de feu, tenant une épée et deux seaux d’eau, susceptibles de permettre au lion d’éteindre le feu comme le fait la salamandre. Celle-ci évoque également la famille maternelle du roi : ainsi, son grand-père Philippe, comte de Bresse et duc de Savoie, avait-il adopté l’emblème d’un serpent changeant de peau. Elle est aussi souvent représentée avec une queue qui forme un nœud en forme de huit, image là encore traditionnellement associée à la maison de Savoie.

Une interprétation récente attribue la confection de l’emblème royal, associant animal symbolique et devise italienne, à Charles Demoulins de Rochefort, précepteur du jeune François d’Angoulême, alors âgé de dix ans seulement. Référence explicite à une œuvre néo-platonicienne alors célèbre, l’Hypnerotomachia Poliphili 5 de Francesco Colonna, publié à Venise chez Alde Manuce en 1499, la salamandre serait un symbole de tempérance, invitant le jeune prince à se nourrir du feu de l’amour de la sagesse tout en se gardant des feux destructeurs de la passion turbulente, indignes d’un prince.

Francesco Colonna, Hypnerotomachia Poliphili, Aldo Manuzio pour Leonardo Grassi (Venezia), 1499. Bibliothèque nationale de France (département des Manuscrits, RESERVE 4-BL-4451). Source Gallica.

Bibliographie sommaire :

GABRIELE, Mino, « La tempérante salamandre. Aux origines de la devise de François Ier », trad. Jean-Maurice Teurlay, in François Ier, pouvoir et image, éd. par Magali Vène et Bruno Petey-Girard, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2015, p. 79‑86.

LECOQ, Anne-Marie, « La salamandre royale dans les entrées de François Ier », in Jean Jacquot, Elie Konigson, (éds.). Les fêtes de la Renaissance, III, éds. Jean Jacquot et Elie Konigson, Paris, Editions du CNRS, 1975, p. 93‑104.

LECOQ, Anne-Marie, « Le prince à la salamandre », in François Ier imaginaire, Paris, Macula, 1987, p. 35‑52.

La salamandre des Senneton à Lyon

On trouve de nombreuses traces de l’emblème royal bien en-dehors de l’influence directe des cercles de la Cour. En matière bibliographique, la marque de la Salamandre appartient à la famille Senneton, une puissante famille de marchands lyonnais. Ce sont plus que de simples marchands : lettrés, curieux, ils appartiennent à la haute société de la ville et fréquentent les cercles littéraires. Leurs auteurs leur sont fidèles ; ils en font exécuter les portraits dans les éditions qu’ils mettent sur le marché et leur composent eux-mêmes des préfaces, y compris en latin.

Antoine Senneton, marchand drapier, appartient à la notabilité de la ville, puisqu’il exerce des fonctions d’échevin en 1523 et 1528, et qu’il se trouve mentionné comme consul de la ville. La famille est alors dans une dynamique d’ascension sociale : parmi les fils d’Antoine, plusieurs sont titulaires de seigneuries ; l’un est marchand drapier comme son père, un autre embrasse une carrière juridique et entre dans la robe, devenant conseiller au Parlement de Paris après avoir été avocat, un troisième entre dans les ordres, se rapproche de la Cour, devient conseiller et aumônier du roi, abbé de Beaulieu. Enfin, trois des frères Senneton embrassent, l’un après l’autre, le métier de marchand libraire, et vont jouer un rôle très important dans les éditions juridiques lyonnaises de la deuxième moitié du XVIe siècle.

Guillaume Durand, Speculi Gulielmi Durandi prima [-secunda] pars..., Lyon, pour Jacques et Jean Senneton, 1547. Bibliothèque universitaire de droit et science politique d'Aix, Res 261.
Guillaume Durand, Speculi Gulielmi Durandi prima [-secunda] pars…, Lyon, pour Jacques et Jean Senneton, 1547. Bibliothèque universitaire de droit et science politique d’Aix, Res 261.
Des Senneton, Jean est le premier à utiliser la marque de la Salamandre, qu’il a héritée d’Henri Savore, son beau-père, décédé en 1535, un riche marchand papetier qui s’est lancé dans la librairie sur le tard, faisant éditer une Bible qui paraît après sa mort. Jean Senneton s’associe dès 1536 avec son frère Jacques. Leur frère Claude, encore marchand (non libraire) à cette époque, participe également à l’affaire, ainsi que deux facteurs, Maurice Roy et Louis Pesnot. Les ouvrages publiés par cette société paraissent « à l’enseigne de la Salamandre » jusqu’en 1553, date à laquelle Claude Senneton se lie plus étroitement à l’entreprise, prenant la place de son frère Jacques, décédé, dans l’association.

Claude Senneton, personnage haut en couleurs, a joué un rôle important dans la vie lyonnaise des années 1550-1560, exerçant des fonctions dans l’administration de la ville6. Converti au protestantisme, il est aussi connu pour être l’éditeur de nombreux auteurs protestants ou « politiques7 » à côté des traditionnelles éditions juridiques : il publie Étienne Pasquier, Pierre Viret, Jean Calvin, Nicolas Pithou. Il est aussi en affaires avec Charles Dumoulin. Catherine Magnien le décrit comme un « propagandiste politique et religieux à peine clandestin, bien introduit sur la place parisienne, bientôt compromis sans retour lors de l’occupation et du pillage de Lyon par le baron des Ardrets et ses mercenaires suisses8 ». Il doit s’exiler à Genève. La compagnie à la Salamandre perdure à Lyon, dirigée par des facteurs qui lui rendent des comptes. A sa mort, ceux-ci essayent de continuer l’entreprise, qui finit par être liquidée par leurs héritiers. Le solde invendu est acheté par Jean de Gabiano en 1597.

La Salamandre n’a pas été utilisée par les seuls Senneton à Lyon. Outre les facteurs et associés de ces derniers, on trouve aussi l’enseigne de la Salamandre chez Nicolas Edoard à Paris en 1562-1563. Jean Cavellat, à Paris, utilise aussi cet emblème, avec la devise Nutrisco et extinguo (1584-1588). Robert Granjon, lorsqu’il est établi dans la capitale, utilise une marque représentant une salamandre et trois joncs9 ; de son côté, Jean Leclerc, toujours à Paris, publie « à la Salamandre royale » en 1593.

Bibliographie sommaire :

BAUDRIER, Henri, Bibliographie lyonnaise : recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIe siècle, VII, Paris, F. de Nobele, 1964, p. 367-448.

GÜLTLINGEN, Sybille von, Bibliographie des livres imprimés à Lyon au seizième siècle, VIII, Baden-Baden, Bouxwiller ; V. Koerner, 2002.

MAGNIEN, Catherine, « “A Paris, pour Claude Senneton, 1565”: le mystère de l’édition du Second livre des Recherches de la France d’Etienne Pasquier », Histoire et civilisation du livre, vol. 2, 2006, p. 73‑77.

TAMET, Marie-Dominique, Les Senneton, marchands-libraires à Lyon au XVIe siècle, Mémoire d’étude pour le diplôme de conservateur de bibliothèque, ENSSIB, 2011. Répertoire des éditions des Senneton p. 75-97 ; marques reproduites d’après Baudrier p. 99.

  1. Il est relié avec la troisième et quatrième partie, qui est une autre édition, datée de 1545. []
  2. Soit transpercé d’une flèche. []
  3. C’est-à-dire la vipère. []
  4. Ce symbole héraldique est toujours associé à Milan ; il figure aujourd’hui notamment sur l’écusson de la marque de voitures Alfa Romeo, fondée à Milan. []
  5. Traduit plus tard en français : Le Songe de Poliphile, trad. Jean Martin, Paris, pour Jacques Kerver, 1546. []
  6. Il est tour à tour conseiller de ville, échevin, recteur de l’aumône. []
  7. Dans le contexte des guerres de Religion, ce mot désigne les catholiques qui estiment le maintien de la paix civile et de l’harmonie du royaume plus importants que le rétablissement de l’unité religieuse par la répression du protestantisme. []
  8. Catherine Magnien, « “A Paris, pour Claude Senneton, 1565”: le mystère de l’édition du Second livre des Recherches de la France d’Etienne Pasquier », dans Histoire et civilisation du livre, vol. 2, 2006, p. 77. []
  9. Henri Baudrier, Bibliographie lyonnaise: recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIe siècle, II, Paris, F. de Nobele, 1964, p. 50. []

François Ier roi des humanistes

L’année 2015 a été une année François Ier, comme l’ont montré de nombreuses expositions et manifestations scientifiques tout au long de l’année. Du Queen’s College (Kingston) à Paris, en passant par Tours, trois colloques internationaux ont exploré cette année différentes facettes du règne. La BnF a consacré une vaste exposition à ce roi et à l’image qu’il a laissé dans les lettres et les arts, pendant que sa bibliothèque personnelle était évoquée au château royal de Blois. De nombreuses autres manifestations ont eu lieu, notamment dans le Val de Loire, dont une reconstitution d’une fête de Cour ayant eu lieu en 1518 pour célébrer la victoire de Marignan.

Portrait de François Ier par Jean Clouet, vers 1527. Paris, Musée du Louvre. Source Wikimedia Commons (image du domaine public).

Chacun se souvient de la fameuse date de 1515 et du nom de la bataille qui y est associé: Marignan. A cette date, le jeune François Ier, monté sur le trône depuis moins d’un an, passe les Alpes par un itinéraire inattendu pour concrétiser ses ambitions sur Milan et l’Italie. Sa victoire contre les mercenaires suisses auréole de gloire son règne commençant et sert une active propagande visant à le présenter en César invincible. Les ressorts de la construction historiographique de la figure du roi François Ier ont été longuement analysés. L’imagerie populaire et scolaire aura retenu un roi chevalier, vaillant sur le champ de bataille, brillant, artiste, poète, centre d’une Cour resplendissante, mais mauvais stratège, mal entouré, dominé par ses passions, ses maîtresses et les querelles de ses ministres. C’est ainsi qu’on retient volontiers de lui le distique suivant, prétendument gravé sur une vitre de sa chambre au château de Chambord :

Souvent femme varie / Bien fol est qui s’y fie

Que la scène soit probablement apocryphe et la citation forgée par Victor Hugo1 à partir de formulations antérieures n’a pas vraiment d’importance, car cela correspond à l’imaginaire collectif bâti autour de la figure de ce roi2.

Auguste-Gaspard-Louis Desnoyers, « Souvent femme varie, bien fol est qui s’y fie ». François Ier montre à sa sœur la reine de Navarre le distique qu’il a gravé au diamant sur une vitre du château de Chambord. Gravure, vers 1817. Tirage conservé à Londres, British Museum. © The Trustees of the British Museum (licence CC-BY-NC-SA 4.0).

Son goût pour les arts a été très tôt mis en avant, même si les auteurs qui ont façonné cette vision de l’histoire de France. Même dans ce domaine, Voltaire évoque un roi brillant mais qui n’achève rien de définitif3:

François Ier fit naître le commerce, la navigation, et les lettres, et tous les arts ; mais il fut trop malheureux pour leur faire prendre racine en France.

De son côté, Michelet, dans son habituel style flamboyant, ne trouve pas assez de défauts au roi François Ier, lui préférant nettement la figure de Charles Quint. Cependant, la seule chose qui trouve grâce à ses yeux est son action de mécène et de protecteur des arts et des lettres4 :

Avec quelque sévérité qu’on doive juger François Ier et Léon X, il faut se garder de les comparer à cette ignoble génération de princes qui a fermé l’âge précédent (Alexandre VI, Louis XI, Ferdinand-le-Catholique, Jacques III, etc.) Dans leurs fautes mêmes, il y a au moins quelque gloire, quelque grandeur. Ils n’ont pas fait leur siècle, sans doute, mais ils s’en sont montrés dignes ; ils ont aimé les arts, et les arts parlent encore pour eux aujourd’hui, et demandent grâce pour leur mémoire.

Bien sûr, les livres d’histoire contemporains ont largement revisité cette approche du règne de François Ier. De solides biographies permettent à présent d’avoir une approche plus nuancée de cette époque. Cependant, l’image du Père des Lettres, protecteur des humanistes et poète à ses heures reste bien vivace. Quelques-uns des ouvrages les plus anciens des réserves des bibliothèques d’Aix-Marseille Université permettent d’illustrer cet aspect du règne.

Lorsque François Ier monte sur le trône, l’Europe est traversée par un puissant courant de regain d’intérêt pour les textes des Anciens, doublé d’un intérêt certain pour le  «rétablissement » d’une langue correcte pour le latin et la diffusion de la langue grecque, très peu pratiquée par les savants européens jusqu’alors. La bibliothèque de Lettres et sciences humaines d’Aix possède dans ses réserves quelques ouvrages qui remontent à cette époque et qui l’illustrent particulièrement bien, dont plusieurs éditions parues sous les presses parisiennes de Josse Bade.

Ange Politien, Œuvres complètes (en latin), trad. Jacques Toussain, Paris, Josse Bade, 1519. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et Sciences humaines, Res. 7315.
Ange Politien, Œuvres complètes (en latin), trad. Jacques Toussain, Paris, Josse Bade, 1519. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et Sciences humaines, Res. 7315.

L’activité de Josse Bade, qui a vécu de 1461 à 1535, n’appartient pas spécifiquement au règne de François Ier, mais l’essentiel de son travail d’imprimeur et de libraire s’est déroulé sous les règnes de Louis XII et François Ier. Savant, érudit formé par les meilleures universités italiennes, il s’installe d’abord à Valence et Lyon, où il exerce le métier de pédagogue, avant d’entrer dans l’atelier de Jean Trechsel à Lyon et de travailler pour divers imprimeurs lyonnais. C’est cependant à Paris que la partie la plus connue de sa carrière se déroule: il y fonde son propre atelier d’imprimerie, pour publier ses œuvres et celles des autres, qu’il s’agisse de classiques latins, grecs, ou de ses contemporains. A la fois humaniste, artisan et marchand, il entretient un réseau de relations très large parmi les humanistes européens du premier tiers du XVIe siècle. Un temps imprimeur attitré d’Érasme, il correspond aussi avec Guillaume Budé et de nombreux autres érudits. Ses éditions jouent un rôle important dans le renouveau des études latines en France à cette période: il édite nombre de classiques latins ainsi que divers ouvrages pédagogiques, dont des grammaires qui font autorité.

Les Oeuvres d’Ange Politien conservées à la bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d’Aix est un bon exemple de ce que représentaient Josse Bade et son réseau dans le Paris humaniste du premier tiers du XVIe siècle. Érudit italien, Ange Politien a été titulaire des chaires de latin et de grec à l’université de Florence et précepteur des enfants de Laurent de Médicis ; son œuvre a exercé une grande influence sur les humanistes de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle. L’édition que nous conservons de ses œuvres par Josse Bade n’est pas la première5, mais elle est introduite par une préface tout à fait intéressante et éclairante.

Elle s’inscrit dans une époque où la querelle du cicéronianisme fait rage à Paris et dans les cercles lettrés humanistes après avoir dominé le débat en Italie au siècle précédent : les savants s’écharpent pour savoir si Cicéron est le seul digne d’être imité pour pouvoir produire un beau latin ou si les autres auteurs, antiques et modernes, peuvent aussi servir de modèle. Ce débat va bien plus loin qu’une simple question de style, dans la mesure ou certains « anti » s’inquiètent aussi de l’utilisation d’un latin purement imité de Cicéron aux références et aux métaphores païennes pour évoquer des questions touchant à la théologie chrétienne. Josse Bade, comme Ange Politien et Érasme6, se situe plutôt dans le camp des « anti », contrairement à la majorité des érudits parisiens de son temps, ses amis et ses clients ; cependant, il l’exprime de façon relativement discrète.

La « préface » (lui-même n’emploie jamais ce mot ou son équivalent latin) de l’édition de 1519 prend la forme d’une épître dédicatoire à Louis Ruzé, humaniste, avocat et lieutenant civil de la prévôté de Paris, protecteur des humanistes et responsable du contrôle de la librairie parisienne pour le compte du roi. Josse Bade qualifie des œuvres de Politien de « berceau du renouveau de la littérature classique ». Il loue également le travail du jeune Jacques Toussaint, qui a traduit en latin les nombreuses portions grecques du texte de Politien, ainsi que les commentaires de lui-même et de François du Bois, l’ensemble étant à même de permettre à un public plus large d’accéder aux œuvres de l’humaniste italien. Ce travail prouve que les Français sont tout aussi capables d’éloquence que les Italiens, et qu’une nouvelle génération de savants, dont Toussaint est un exemple, est sur le point d’éclore sous la protection de Ruzé.

Ange Politien, Œuvres complètes (en latin), trad. Jacques Toussain, Paris, Josse Bade, 1519. Index manuscrit copié sur les gardes de la reliure. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et Sciences humaines, Res. 7315.
Ange Politien, Œuvres complètes (en latin), trad. Jacques Toussain, Paris, Josse Bade, 1519. Index manuscrit copié sur les gardes de la reliure. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et Sciences humaines, Res. 7315.

L’exemplaire aixois a effectivement été lu avec une grande attention, comme en témoigne l’index manuscrit étoffé qui a été élaboré dans les gardes de la reliure, ainsi que les nombreuses notes manuscrites qu’il comporte, surtout au début. Cela correspond tout à fait à la vocation de pédagogue de Bade, qui n’a cessé de publier manuels, grammaires et commentaires simplifiés destiné aux étudiants débutants ou plus avancés durant toute sa carrière. Son catalogue comprend d’ailleurs de nombreux auteurs antiques et contemporains, ou du siècle précédent, en latin dans l’immense majorité des cas : en effet, il a publié peu de textes en grec, privilégiant les traductions latines de ce répertoire pour mieux le diffuser auprès du public savant de son époque7.

C’est que le grec est encore peu répandu dans les cercles humanistes français dans les années 1510 et 1520, malgré les efforts de plusieurs érudits, au premier plan desquels figure Guillaume Budé. Juriste, éminent latiniste et helléniste, humaniste de premier plan, Budé s’est fait d’abord connaître dans les cercles juridiques en publiant des Annotations au Pandecte (1508) dont un des points les plus remarquables est la façon dont il utilise son érudition philologique et historique pour éclairer divers points obscurs du droit romain. Cette démarche culmine dans son traité De Asse8 consacré à l’as, c’est-à-dire à la monnaie romaine, qui vise à établir des correspondances entre les mesures et monnaies romaines et celles qui lui sont contemporaines de manière à mieux déchiffrer les textes historiques des Anciens. L’ouvrage connaît un succès considérable, suffisamment pour être réédité un grand nombre de fois, avec ou sans l’assentiment de l’auteur, et ce bien après sa mort. C’est ainsi que la bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d’Aix conserve un exemplaire d’une édition posthume parue sous les presses de Sébastien Gryphe, dont le nom est attaché à l’humanisme lyonnais des années 1530 et 1540.

Guillaume Budé, De Asse, Lyon, Sébastien Gryphe, 1542. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res. 34 856.
Guillaume Budé, De Asse, Lyon, Sébastien Gryphe, 1542. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res. 34 856.

Les efforts de Guillaume Budé pour la promotion de l’étude du grec en France sont bien connus9. Certains de ses travaux en grec font partie des rares textes dans cette langue édités par Josse Bade10 ; surtout, il est célèbre pour être l’un des principaux artisans de la création en 1530 par François Ier de quatre chaires de lecteurs royaux (deux chaires pour la langue grecque et deux chaires pour l’hébraïque), première étape qui mènerait au Collège de France. Avec cette création, François Ier semble combler les attentes des érudits qui, depuis le début de son règne, dressent dans leurs correspondances le portrait programmatique d’un Mécène, protecteur des lettres et de ceux qui en font profession. Ces ambitions apparaissent dès le De Asse de Guillaume Budé, qui en termine la rédaction lorsqu’il apprend la mort de Louis XII et l’avènement de son jeune cousin. Le nouveau roi sera celui qui rétablira les bonae litterae (les bonnes lettres, latines et grecques) chères à l’humaniste français11.

De fait, François Ier s’intéresse à la culture lettrée et savante de son temps ; contrairement à ses prédécesseurs, il s’intéresse aussi à sa diffusion. Il ne lit pas lui-même le latin, et encore moins le grec, mais il s’attache à la divulgation des textes antiques, subventionnant la traduction et l’impression de textes alors rares, notamment à partir des prestigieux exemplaires qu’il collectionne. De là vient en partie sa réputation de « roi-mécène », père des lettres, soigneusement construite par ces lettrés qui espèrent tout de la convergence entre les intérêts du roi et les leurs. La bibliothèque royale se fait progressivement le reflet de cette ambition. En 1537, l’ordonnance de Montpellier (généralement citée comme la première pierre qui conduit au moderne dépôt légal) affirme que l’ambition du roi est de rassembler une bibliothèque contenant tous les savoirs nécessaires à l’étude. Guillaume Budé est maître de la librairie (c’est-à-dire de la bibliothèque) du roi ; à sa mort en 1540, c’est Pierre du Châtel, un des lecteurs royaux, qui prend en charge cette responsabilité. Ce dernier n’a de cesse d’enrichir les collections royales de livres grecs, qu’il fait acheter ou copier en France et en Italie (ce sont encore surtout des manuscrits).

Esope, Vie et Fables (en grec), Paris, Robert Estienne, 1546. Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d'Aix, Res 35 469
Esope, Vie et Fables (en grec), Paris, Robert Estienne, 1546. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res 35 469.

Les liens du roi avec Robert Estienne montrent également l’intérêt du roi pour la culture savante et sa diffusion imprimée. Imprimeur-libraire de renom, latiniste, helléniste, hébraïsant, Robert Estienne publie de nombreux textes classiques en langue originale ; il est également célèbre pour ses travaux philologiques sur la Bible. Nommé imprimeur du roi pour le grec à partir de 1542, il avait suscité l’intérêt royal bien avant cela, étant imprimeur-libraire ordinaire du roi pour les lettres hébraïques et latines dès 1526. A partir de 1540, il acquiert progressivement auprès du graveur Claude Garamond d’élégants caractères grecs, financés par le roi et calqués sur l’élégante écriture grecque d’Ange Vergèce. Les « grecs du roi » lui servent à partir de 1544 à imprimer de belles éditions grecques établies sur commande à partir des manuscrits conservés dans la bibliothèque royale de Fontainebleau. Ces éditions sont généralement mentionnées « ex bibliotheca regia »12.

Les bibliothèques universitaires d’Aix-Marseille ne conservent malheureusement pas d’exemplaire de ces prestigieuses éditions. Mais le bel Ésope grec imprimé en 1546 présent dans les collections de la bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d’Aix fournit un exemple assez représentatif des remarquables éditions grecques produites par l’atelier Estienne dans les années 1540. Cet exemplaire a été manifestement lu avec soin et attention, car il est en grande partie couvert d’annotations manuscrites. Ce lecteur était fort savant: une grande partie de ces notes sont en grec ; quelques-unes sont des traductions latines de certains passages.

Esope, Vie et Fables (en grec), Paris, Robert Estienne, 1546. Détail d'une page intérieure annotée. Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines d'Aix, Res 35 469
Esope, Vie et Fables (en grec), Paris, Robert Estienne, 1546. Détail d’une page intérieure annotée. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res 35 469.

Bien sûr, ce portrait flatteur de François Ier en roi des humanistes n’est qu’une des facettes de son règne. En réalité, les savants qui entouraient le roi et espéraient beaucoup de ses libéralités ne l’ont pas toujours trouvé si favorable à leurs désirs. Guillaume Budé doit attendre bien longtemps avant la création des premiers postes de lecteurs royaux, et encore, les professeurs ainsi nommés doivent d’abord exercer sans locaux ni instruments de travail. Le préambule de l’ordonnance de Montpellier n’est qu’un vœu pieux, la bibliothèque royale restant pour longtemps encore semblable à celle des prédécesseurs de François Ier, c’est-à-dire composée pour une immense majorité de manuscrits. L’affaire des Placards, en 1534, amène même un revirement brutal (même s’il reste provisoire) dans l’attitude du roi à l’égard non seulement du protestantisme montant, mais aussi du livre imprimé : le roi prend un édit interdisant toute publication de livre imprimés dans le royaume de France.

Luther, De Servo Arbitrio ad D. Erasmum Roterodammn, Nuremberg, Johann Petreius, 1526. Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res 22672.
Martin Luther, De Servo Arbitrio ad D. Erasmum Roterodamum, Nuremberg, Johann Petreius, 1526. Aix-en-Provence, Bibliothèque universitaire de Lettres et sciences humaines, Res 22672.

C’est que le règne de François Ier est strictement contemporain de la naissance du protestantisme et de sa première diffusion à travers l’Europe. C’est d’ailleurs à travers les tensions religieuses qui traversent son règne que son attitude ambivalente à l’égard de l’humanisme savant est le mieux révélée : en 1517 et 1518, il tente de faire venir Érasme en France par l’intermédiaire de Guillaume Budé en dépit de la Sorbonne ; en 1546, Étienne Dolet est brûlé sur la place Maubert à Paris après son procès pour hérésie devant le Parlement de Paris, malgré l’évocation de l’affaire devant le Conseil du roi. Entre ces deux extrêmes, son attitude à l’égard des lettrés et savants qui l’entourent, souvent tentés par la Réforme protestante, oscille et fluctue en fonction des impératifs politiques du moment et des besoins de ses relations diplomatiques avec les autres puissances européennes.

Il est indéniable que François Ier s’est intéressé à la culture humaniste propre à son temps et à sa diffusion, y voyant un outil d’affirmation de la grandeur royale face en particulier à l’omniprésence de la culture italienne ; cependant, son attention à ce sujet et la façon dont lui et son entourage l’intègrent dans les objets de la politique royale ne sont pas les mêmes en fonction des différents moments de son règne, avant ou après la défaite de Pavie et sa captivité madrilène, avant ou après l’affaire des Placards. Toujours est-il que la postérité a retenu l’image d’un roi lettré et mécène, protecteur des savants de son temps. Quelques-un des ouvrages conservés dans les collections des bibliothèques d’Aix-Marseille Université en sont le reflet, même si cette image est en grande partie une construction rhétorique soigneusement bâtie par ses contemporains.

Pour aller plus loin (bibliographie non exhaustive) :
François Ier : pouvoir et image, éd. par Magali Vène et Bruno Petey-Girard, Paris, Bibliothèque Nationale de France, 2015. Voir en particulier les articles de Bruno Petey-Girard, « François Ier et les lettres », p. 208-219 et de Magali Vène, « Des livres et un roi », p. 220-231.
GEHL, Paul F., « Humanism For Sale: Making and Marketing Schoolbooks in Italy, 1450-1650 », [En ligne : http://www.humanismforsale.org/]. Consulté le 4 janvier 2016.
HOLBAN, Marie, « Quelques remarques critiques sur François Demoulins », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 52 / 1, 1990, p. 23‑36.
KNECHT, Robert Jean, Un prince de la Renaissance : François Ier et son royaume, trad. Patrick Hersant, Paris, Le Grand livre du mois, 1998.
LA GARANDERIE, Marie-Madeleine de, « Guillaume Budé, A Philosopher of Culture », The Sixteenth Century Journal, 19 / 3, 1988, p. 379‑388.
LAPACHERIE, Jean-Gérard, « Le mythe de l’ordonnance de Villers-Cotterêts », in Langues et identités culturelles dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles, éd. par Marie-Sol Ortola, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2005, p. 219‑230.
MARGOLIN, Jean-Claude, « Politique et culture en France à l’époque de l’humanisme et de la Renaissance », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 34 / 1, 1972, p. 137‑141.
GADOFFRE, Gilbert, La révolution culturelle dans la France des Humanistes : Guillaume Budé et François Ier, Genève, Droz, 1997.
MÉNAGER, Daniel, « Lire et découvrir. La circulation des idées au temps de la Réforme », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 62 / 3, 2000, p. 699‑701.
PETEY-GIRARD, Bruno, « Libéralité humaniste – Mérite humaniste », Le Verger – bouquets, no 2, 2012, [En ligne: ]. Consulté le 4 janvier 2016.

  1. Elle apparaît dans Le roi s’amuse, Paris, 1832, acte IV, sc. 2. []
  2. Bruno Petey Girard et Magali Vène, « Connaissez-vous François Ier ? », in François Ier: pouvoir et image, éd. par Magali Vène et Bruno Petey-Girard, Paris, Bibliothèque Nationale de France, 2015, p. 17-18. []
  3. Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, Berlin, Christian Friedrich Henning, 1751, p. 7. []
  4. Michelet, Précis de l’histoire moderne, Paris, Louis Colas et Louis Hachette, 1827, p. 84. []
  5. Josse Bade avait publié une première fois les Œuvres complètes de Politien en 1512. []
  6. La querelle culmine avec la parution d’un ouvrage de l’humaniste de Rotterdam : Ciceronianus, sive de optimo dicendi genere, Bâle, Froben, 1528. []
  7. Pour en savoir plus sur cet imprimeur, on consultera avec profit quelques-unes des références suivantes :

    GEWIRTZ, Isaac Meir, The prefaces of Badius Ascensius : The humanist printer as arbiter of French humanism and the medieval tradition in France, Ph.D., Ann Arbor, 2003.
    KATZ SIMON, Louise, « La “Préface” de Josse Bade aux Silvae morales (1492) », Camenae, 2007, [En ligne : http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/ArticleLKATZ.pdf].
    KATZ SIMON, Louise, La presse et les lettres : Les épîtres paratextuelles et le projet éditorial de l’imprimeur Josse Bade (c. 1462-1535), thèse de doctorat, Paris, EPHE, 2013.
    LEBEL, Maurice, Josse Bade, dit Badius, 1462-1535 : Préfaces de Josse Bade, humaniste, éditeur-imprimeur et préfacier, Louvain, Peeters, 1988.
    LEBEL, Maurice, « Josse Bade, éditeur et préfacier (1462-1535) », Renaissance and Reformation / Renaissance et Réforme, 17 / 2, 1981, p. 101 sq.
    RENOUARD, Philippe, Bibliographie des impressions et des oeuvres de Josse Badius Ascensius: imprimeur et humaniste, 1462-1535, Paris, E. Paul et Guillemin, 1908.

    []

  8. Paris, Josse Bade, 1515. []
  9. Sur la naissance de l’enseignement du grec en France à la Renaissance, voir Michèle Clément, « L’enseignement du grec en France de 1507 à 1545 : du premier livre grec imprimé aux Grecs du Roy, une difficile implantation », dans Les outils de la connaissance: enseignement et formation intellectuelle en Europe entre 1453 et 1715, éd. par Jean-Claude Colbus et Brigitte Hébert, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2006, p. 141-157. []
  10. Il s’agit d’un recueil de lettres latines et grecques publié sous le titre latin d’Epistolae, Paris, Josse Bade, 1520, et des Commentarii linguae grecae, Paris, Josse Bade, 1529. []
  11. Le De Asse n’est pas le seul texte de Budé où il expose ses ambitions vis-à-vis du roi. L’humaniste a également rédigé une Institution du prince dès le début du règne (1518), ce texte n’étant publié qu’après la mort du roi (1547). Sur ce texte et cette publication posthume, voir Christine Bénévent et Malcolm Walsby, « L’Institution du prince de G. Budé. Le mystère des premières éditions perdues », dans Art et Métiers du livre: reliure, bibliophilie, estampe, 310, 2015, p. 30-39. []
  12. Sur Robert Estienne, voir Elizabeth Armstrong, Robert Estienne : royal printer. An historical study of the elder Stephanus, Cambridge, University Press, 1954. Sur les Grecs du roi, on peut consulter Annie Charon, « Humanism and Typography. The Grecs du Roi and the Study of the Ancient World », dans Printing for Kingdom, Empire and Republic. Treasures from the Archives of the Imprimerie nationale, éd. par H. George Fletcher, New-York ; Paris, The Grolier Club ; Imprimerie nationale, 2011, p. 7-21. []

Réemploi d’un fragment de manuscrit musical dans la reliure d’une édition juridique de 1546

Lors de la restauration d’une édition de 1546 d’un commentaire du Code Justinien  de Balde (voir notice et commentaire ci-dessous ), les « défaits » de la reliure ont révélé le réemploi d’un manuscrit de chant liturgique datable du XIVe– siècle environ, ce qui en fait le plus ancien document conservé par la BU de droit d’Aix.

Défait3
Défait de reliure provenant de Baldus in tres primos libros codicis – BU Droit Schuman, Res 806.

Ce fragment est tiré d’un Graduel noté en neumes grégoriens, à la page du Jeudi Saint, comme l’indiquent :

  • la rubrique feria quinta in Cena Domini,
  • le titre filigrané en bleu (avec  initiale rouge) Nos autem gloriari… et Christus factus est…, incipits des chants de  l’introït et du graduel de la messe.

Les divers types de réemplois de manuscrits sont courants, vu le coût du parchemin.  L’exemple le plus fameux reste celui des palimpsestes, manuscrits périmés qui étaient grattés pour y copier un autre texte, nombreux à l’époque de l’Antiquité tardive ou du Haut Moyen âge.

La redécouverte de certains fragments cachés sous une autre écriture ou dans une reliure peuvent être d’une importance exceptionnelle pour la recherche historique, comme il arrive assez fréquemment dans les recueils factices conservés au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, notamment dans les cotes lat. 11 000).

 Notice brève et commentaire de l’édition Renaissance reliée avec ces fragments de manuscrit musical :

Baldus in tres primos libros Codicis…praelectiones… cum additionibus et repetitionibus ejusdem per Franc. Musaptum repertis. Ad haec … additiones, Alexan. Imol. Barbatiae,  ac Celsii Hug. Cum omnibus quae hactenus edita sunt… his nunc recnes accdeunt … Philippi Decii additions…

Lyon, 1546. (il manque la mention de l’imprimeur, mais à la cote 804, pour le commentaire du 1er livre du Digeste, édité selon la même facture à Lyon en 1547, sans doute par la Compagnie des Libraires :  on trouve dans le colophon : ex officina Gasparis Trechsel).

Page de titre de l'ouvrage imprimé - BU Droit Schuman, Res 806.
Page de titre de l’ouvrage imprimé – BU Droit Schuman, Res 806.

Cette édition du commentaire de Balde des 3 premiers livres du Code de Justinien est absente du catalogue collectif de France; elle sera prochainement signalée par la BU droit sur le Sudoc.

BU droit Aix, Cote RES 806 (papier au format in folio, reliure de parchemin).

Auteur principal : Baldus de Ubaldis (Pérouse, 1327- Pavie, 1400)

Auteurs secondaires :

  • Johannes Franciscus Musaptus (1433-1530), professeur de droit à Padoue.
    Alexandre Tartagni (1424-1477), dit Alexandre d’Imola. Surnommé l’ « oracle de la jurisprudence », il enseigna le droit à Pavie, puis à Bologne.
  • André Barbatius ou Barbatius (mort vers 1481) professeur de droit à Ferrare puis à Bologne.
  • Celse-Hugues Descousu (v. 1480-1540) professeur de droit à Montpellier, puis à Bruges, Barcelone, Madrid, Tolède. Il avait été engagé par l’imprimeur lyonnais Simon Vincent pour effectuer la révision des livres de jurisprudence.
  • Philippe Decius (1454-1535) Professeur de droit dans les universités de Pise, Sienne, Padoue, Valence, il fut également conseiller au parlement de Grenoble.

Frontispice:  gravé dans le style Renaissance, il représente une disputatio des docteurs au-dessous d’une figuration semble-t-il de Charlemagne (glaive et globe impérial), entouré de représentants du pouvoir spirituel (évêques) et temporel (chevaliers ou soldats et juristes). On remarque que l’armoirie en bas n’a pas reçu son illustration.

Balde a été professeur de droit civil et canonique à l’université de Pérouse. Il fait partie de l’école des postglossateurs créée par Bartole (1314-1357), opérant – avec la méthode scolastique – une synthèse entre le droit romain et la pratique coutumière .

Après la redécouverte des œuvres de Justinien (empereur byzantin auteur du Code, daté de 529-534) à l’université de Bologne à la fin du XIe siècle, les juristes furent en effet appelés glossateurs, car pratiquant couramment la méthode de la glose  : la glose est le commentaire encadrant le texte de loi, comme on le voit dans l’image jointe.  Si la glose s’est développée au cours des XIIe -XIIIe siècles dans de nombreux domaines du savoir (on glosait la Bible, mais aussi les textes des Pères de l’Eglise, etc), c’est en droit que cette méthode scolastique a été particulièrement systématisée, avec notamment Accurse (glose ordinaire) et Azon.

Ces écoles des glossateurs et postglossateurs  seront supplantées au XVIe siècle par la méthode historique dont Jacques Cujas reste le modèle.

Références bibliographiques :

Albert Rigaudière, Introduction historique à l’étude du droit et des institutions,  Paris, Economica, 2005, notamment p. 389-391 : Bartole et le mos italicus (Cujas = mos gallicus).

Jean-Marie Carbasse, Manuel d’introduction historique au droit, Paris, Presses universitaires de France, 2009, p. 134-145 : « Des commentateurs aux humanistes ».

G. Chevrier, « Baldi de Ubaldi », dans Dictionnaire de droit canonique, dir. R. Naz, t. 2, Paris, Letouzey et Ané, 1937, col. 39-52.

Daniel Schwenzer, « Balde de Ubaldis », dans Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon (BBKL), Hamm 1975.

Pour Celse-Hugues : Dictionnaire historique des juristes français, dir. Patrick Arabeyre, Jean-Louis Halpérin, Jacques Krynen, Paris, PUF, 2007, p. 248 (notice Petitjean). Voir aussi Biographie universelle, dir. Louis-Gabriel Michaud, Paris, Michaud frères, 1811-1862, vol 11, p. 161.

Pour Musaptus: Robert Feenstra « Editions lyonnaises des lecturae de droit civil de Balde par Jean de Gradibus, avec un aperçu des autres éditions du XVIe siècle », in Ius commune, Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Europäische Rechtsgeschichte, 27 (2000), p. 345-72.

Pour les autres auteurs secondaires  : La vie des plus célèbres jurisconsultes de toutes les nations, tant anciens que modernes,  Pierre Taisand, Paris, Prault et Le Clerc, 1737, p. 315-316 (Imola) ; p. 53-54 (André de Barbatia) ; p.156-166 (Decius).

Botanique à la Renaissance

Leonhart Fuchs, ou le plus ancien livre conservé à la bibliothèque de sciences Saint-Charles

Leonhart Fuchs, De Historia stirpium commentarii insignes, Bâle, Michael Isengrin, 1542.

N° d’inventaire BU : 14 / langue : Latin

Il s’agit du plus ancien document conservé par la bibliothèque universitaire Saint-Charles. Cet ouvrage de botanique est une somme qui décrit 400 plantes européennes et 100 plantes exotiques. Il comprend 511 xylographies.

Verso du titre: portrait de l'auteur. Photo Odile Guillon, CICRP.
Verso du titre: portrait de l’auteur.
Photo Odile Guillon, CICRP.

Ces dernières sont remarquables, et témoignent des progrès techniques de la gravure sur bois dans le deuxième tiers du XVIe siècle. L’exemplaire conservé à la bibliothèque Saint-Charles est en noir et blanc, tel qu’il est sorti de la presse en 1542 ; cependant, il existe aussi plusieurs exemplaires en couleurs. Les techniques de l’époque ne permettaient pas l’impression des illustrations en couleurs : tout au plus pouvait-il y avoir deux passages des feuilles sous la presse typographique, une fois pour l’encre noire, une fois pour l’encre rouge, le tout demandant des opérations de calage assez complexes. Cependant, les gravures de l’ouvrage de Fuchs ont été réalisées en prévoyant qu’elles seraient par la suite enrichies de couleurs, ce qui a été fait sur un certain nombre d’exemplaires, parfois dans l’atelier même. C’est ainsi que la bibliothèque de Glasgow conserve un exemplaire dont les planches ont été coloriées à l’aquarelle (l’exemplaire a été numérisé et peut être consulté à cette adresse :

<http://special.lib.gla.ac.uk/exhibns/month/oct2002.html>).

Ces illustrations présentent un grand intérêt pour leur réalisme, les apports nouveaux qu’elles fournissent dans la connaissance et la façon dont elles sont utilisées comme vecteur d’information. En effet, le livre savant de la fin du Moyen-Age et de l’aube de la Renaissance ne contient généralement que du texte, disposé parfois de manière très dense. L’image est vue comme un outil de vulgarisation, pour l’instruction de ceux qui ne savent pas lire. Sa fonction relève de l’évocation, et non de la représentation ; elle n’est pas là pour transmettre de façon pédagogique un savoir reposant sur des faits concrets. C’est ainsi qu’on utilise des bois stylisés, passe-partout, souvent répétés, et qui ne permettent pas forcément d’identifier l’objet décrit avec précision. Parfois, ces images n’ont qu’un rapport vague avec le texte qu’elles accompagnent.

Certains savants se défendent d’en utiliser, de peur que leur présence altère la valeur érudite de l’ouvrage. Par exemple, le chirurgien Brunschwig déclare que :

« les figures ne sont rien de plus qu’une réjouissance de l’œil, et une information pour ceux qui ne savent ni lire, ni écrire1 . »

De son côté, en 1555, Jacques Dubois, dit Sylvius, ancien maître de Vésale, écrit ceci à propos du De humani corporis fabrica et de ses illustrations :

« Toute la méthode d’employer de telles choses est décidément superstitieuse, obscurantiste et surtout inutile, et il faut considérer les illustrations aussi bien que les lettres (de renvoi au texte) qui y figurent bien plus comme un empêchement que comme un secours2. »

Leonhart Fuchs, bien au contraire, revendique l’usage des images. Bien plus, il en revendique un usage savant, utile à la transmission de l’information :

« Qui en son honnête âme condamnerait des images qui communiquent des informations bien plus clairement que les mots, même du plus éloquent des hommes3 ? »

Portrait des illustrateurs à l’œuvre. Photo Odile Guillon, CICRP.
Portrait des illustrateurs à l’œuvre.
Photo Odile Guillon, CICRP.

L’importance donnée à ces images est soulignée par la présence exceptionnelle des portraits des trois illustrateurs à la fin de l’ouvrage. Il s’agit d’Albrecht Meyer, le dessinateur, représenté en train de peindre une plante d’après nature, de Heinrich Füllmaurer, chargé de transposer les dessins sur bois, et enfin, de Veit Rudolf Speckle, le graveur, en train de tailler les bois. Fuchs tient là-dessus une position très novatrice pour son époque. Ses contradicteurs4 affirment qu’une telle démarche ne peut viser qu’à représenter et à transmettre des accidents variables selon les saisons et donc non fiables pour l’identification scientifique des plantes concernées, et s’appuient pour cela sur des passages de Pline l’Ancien et de Galien5. Fuchs, lui, interprète ces passages différemment, comme il l’explique dans un ouvrage antérieur au De historia stirpium, intitulé Paradoxorum medicinae libri tres6 : composer une image de la substance de l’objet défini par le moyen de nombreux accident est la manière qu’ont les hommes de comprendre le monde. Galien, pour lui, indique essentiellement qu’il est inutile de décrire les « herbes » à nouveau après Dioscoride, parce que les descriptions de ce dernier sont indépassables. Quant à Pline, il explique avant tout que ce n’est pas l’abondance des couleurs qui permet de bien imiter la nature.

Fuchs s’inscrit dans un mouvement de révolution de la perception des images qui se fait progressivement dans les années 1530. De plus en plus, les médecins se posent la question de la correspondance des plantes qu’ils ont sous les yeux, au quotidien, avec celles qui ont été décrites par l’Antiquité. En effet, à cette époque, la notion de répartition géographique de la flore n’existe pas encore ; les médecins allemands cherchent à trouver dans les descriptions de plantes méditerranéennes par Pline et Dioscoride une correspondance avec les plantes que l’ont peut trouver dans les jardins du Nord de l’Europe. On pense alors la nature variable, et on crédite les Anciens d’avoir décrit la plupart, voire la totalité des plantes du monde. On n’envisage pas qu’une chose ait pu ne pas être connue des grands auteurs de l’Antiquité. Les savants de la Renaissance ne cherchent pas à s’émanciper des auteurs classiques : bien au contraire, ils sont dans une démarche visant à récupérer ces textes, et à leur « rendre » une « pureté » débarrassée des scolies et des gloses héritées de la tradition médiévale. Le débat est d’abord philologique, et cherche à établir la meilleure source. Tout le débat est donc entre la légitimité de la poursuite de la discussion philologique, comme la pratique l’Italien Paolo Giovio7 et celle de l’observation qui la remplace comme support d’identification, comme chez le voyageur Pierre Belon8.

Otto Brunfels, dans son ouvrage intitulé Herbarum vivae eicones9, est le premier en botanique à tenter de résoudre l’incertitude qui règne alors dans l’identification des plantes, entre la tradition issue du Moyen-Age et celle qui est héritée de l’Antiquité, en particulier de Dioscoride. Son objectif est de rassembler les informations données par Dioscoride, Pline et d’autres sources de référence sur chaque plante, en attirant l’attention sur les divergences. Pour renforcer son propos, il fait tailler pour son ouvrage des illustrations extrêmement réalistes. Son travail n’a pas été compris de ses contemporains : il a été loué pour la beauté des images de son ouvrage, mais fustigé pour la pauvreté du contenu du texte. Jean-Marc Châtelain et Laurent Pinon écrivent au sujet de ces images qu’elles ont été vécues comme « le reflet brut d’une réalité mal maîtrisée10 ».

Fuchs adopte une représentation non idéalisée du réel et donne toute sa place à la démarche d’observation directe des plantes. Il s’agit de les identifier correctement, dans l’objectif pratique de connaître leurs propriétés médicales. Cette identification doit aussi permettre de déterminer la meilleure autorité parmi des auteurs antiques qui se contredisent parfois. En cela, le médecin allemand est très influencé par les travaux de Nicollo Leoniceno, de l’Université de Ferrare. Nourri de ces diverses influences, il déclare préférer Galien à Dioscoride, et Dioscoride à Pline. L’observation lui fournit les images gravées, cependant, pour la première fois en botanique, elle influence aussi le texte lui-même. C’est ainsi que Fuchs est le premier à décrire des plantes américaines, comme le maïs, et à ne pas essayer à tout prix de trouver une correspondance dans Dioscoride. De fait, lorsqu’il ne trouve pas la correspondance antique des plantes allemandes contemporaines, il adopte une démarche puisée dans Galien pour la décrire de façon adéquate, en s’appuyant à la fois sur les autorités et sur l’expérience résultant de l’observation. De même, pour éviter la confusion, il revendique le choix de noms déjà existants, même s’ils sont en mauvais latin, plutôt que d’en recomposer en un latin ou un grec savants qui ne parleront qu’à quelques érudits. Il cite aussi systématiquement les noms allemands des différentes plantes qu’il décrit. Sa démarche est très loin d’un rejet des autorités antiques : en réalité, il veut faire revivre l’ancienne médecine des Grecs, et en particulier celle de Galien. Il en applique donc les méthodes, en étendant par l’observation ce qu’il trouve dans Dioscoride, pour en retrouver la « pureté » débarrassée des interpolations qu’il prête aux Latins et aux Arabes qui ont transmis les textes jusqu’à son époque. Dans cette optique, les images lui permettent de faire un pont entre les plantes anciennes que l’on trouve dans les œuvres de Dioscoride et celles qui lui sont contemporaines : en observant leurs différentes caractéristiques, il peut leur redonner leur identité antique. Et lorsque celle-ci n’existe pas, il peut leur en créer une, selon la méthode antique.

Planche de la p. 896 (basilic, dénommé "ocimastrum" par Fuchs). Photo Odile Guillon, CICRP.
Planche de la p. 896 (basilic, dénommé « ocimastrum » par Fuchs).
Photo Odile Guillon, CICRP.

Ce qui oppose Fuchs à ses adversaires est donc d’abord leur relation à l’antiquité : là où Fuchs veut faire revivre des pratiques, d’autres au contraire prônent une renaissance des savoirs de Dioscoride mot-à-mot, au pied de la lettre. Par ailleurs, la dispute est aussi dialectique, et porte sur la nature des définitions. Pour les contradicteurs du médecin allemand, les accidents, par nature variables (fleurs, fruits, par exemple), ne sont pas des propriétés, ni des éléments propres à établir une différence suffisante pour déterminer le caractère unique de l’objet décrit. Par conséquent, ils ne peuvent pas produire de définitions essentielles. Fuchs au contraire se place dans le mouvement de la dialectique humaniste issue de Melanchton : pour lui, la description des plantes est une description par les accidents, la définition des choses étant différente de la définition des noms, et devant avoir pour objet de placer la chose sous les yeux même de celui qui la lit, exactement comme s’il observait une plante. Les images participent aussi de cette conception des choses, en synthétisant les différents éléments utiles à l’identification et en les plaçant en évidence sous les yeux des lecteurs. Elles représentent d’ailleurs souvent la plante à plusieurs états de son développement, fleur et fruit étant représentés sur la même gravure (comme c’est le cas des courges, par exemple).

Ces gravures, pour plus de précision, ont été conçues dès l’origine pour être peintes. Le trait en est ainsi exceptionnellement fin. Certaines ont sans doute été coloriées dans l’atelier même de l’imprimeur, et il subsiste plusieurs exemplaires en couleurs (comme par exemple celui de la bibliothèque de Glasgow). Cependant, la mise en couleur reste extrêmement onéreuse à l’époque : à la fin du siècle, sur un autre ouvrage, on en estime le coût à 7 fois le prix de vente du livre, ce dernier étant déjà élevé du fait de la présence des gravures, qui représentent un investissement financier très important pour l’imprimeur et le libraire. Elle n’est donc appliquée que de façon marginale, et ne concourt pas autant que le voudrait l’auteur à la fiabilité de l’identification scientifique en histoire naturelle :

« Les exemplaires coloriés, qui restent largement confinés dans les sphères aristocratiques des milieux du patronage savant, ne jouent qu’un rôle très marginal dans la transmission textuelle des œuvres. Quoi qu’en disent les auteurs, la couleur sert moins à reconnaître plantes ou animaux qu’à distinguer du commun des livres quelques exemplaires de prestige11. »

Cela n’empêche pas cet ouvrage de constituer un jalon fondamental dans l’histoire de la botanique, aux côtés de ceux d’Otto Brunsfeld et Hieronimus Bock. En effet, en constituant un recueil de plantes identifiables par n’importe quel observateur, cet ouvrage institue ce qui est nécessaire en matière d’illustrations. Il s’agit d’une évolution fondamentale des méthodes de la connaissance scientifique des plantes fondée sur leur observation et leur illustration fidèle. Par la suite, Robert Dodoens s’appuie très largement sur les travaux de Fuchs, qui ont fait l’objet de 31 éditions, adaptations et traductions publiées du vivant même de l’auteur. S’il a provoqué une vive polémique dans les milieux médicaux de son époque, il a fait considérablement avancer la botanique, et a contribué à l’installer en tant que science à part entière. Le nom de genre Fuschia lui fut d’ailleurs dédié en hommage et il a continué à exercer une influence notable sur ses successeurs durant une longue période.

A noter que l’ouvrage est numérisé et librement accessible sur Gallica :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k525016/f5.image.r=Fuchs,%20Leonhart.langFR

Il est également accessible en version française (édition de 1558) :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b86082904/f11.image.r=Fuchs,%20Leonhart.langFR

La Stanford University Press en a, par ailleurs, publié un fac similé dans les années récentes, preuve si besoin que cet ouvrage continue, pour les historiens de la discipline, à faire date.

Bibliographie sommaire :

–      Sur Fuchs et son ouvrage

Kusukawa, Sachiko, « Leonhart Fuchs on the importance of pictures », dans Journal of the History of Ideas, vol. 58 / 3, 1997, p. 403-427.

Fuchs, Leonhart, The great herbal of Leonhart Fuchs: notable commentaries on the history of plants, éd. Par Frederick Meyer, Emily Trueblood et John Heller, Stanford, Stanford University Press, 1999. Fac-simile et commentaire du texte de Fuchs.

Zucchi, Luca, « Brunfels e Fuchs: l’illustrazione botanica quale ritratto della singola pianta o immagine della specie », dans Nuncius, vol. 18 / 2, 2003, p. 411‑465.

Page consacrée au De historia stirpium dans le cadre du « livre du mois » sur le site du Service commun de la documentation de l’Ecole Normale Supérieure (consultée le 18 septembre 2014).

Il existe également un mémoire de master sur le sujet :

Lepilliet, Ariane, Le De Historia Stirpium de Leonhart Fuchs : histoire d’un succès éditorial (1542-1560), mémoire de master en sciences de l’information et des bibliothèques, Villeurbanne, Enssib, 2012. Accessible en ligne (consulté le 22 septembre 2014).

–      Sur l’histoire des sciences et de la botanique à la Renaissance

Chansigaut, Valérie, Histoire de l’illustration naturaliste, Paris, Delachaux et Niestlé, 2009.

Elliott, Brent, « The world of the Renaissance herbal », dans Renaissance Studies, vol. 25 / 1, 2011, p. 24‑41.

Kusukawa, Sachiko, Picturing the Book of Nature: Image, Text, and Argument in Sixteenth-Century Human Anatomy and Medical Botany, Chicago, University of Chicago Press, 2012.

Ogilvie, Brian W., « The Many Books of Nature: Renaissance Naturalists and Information Overload », dans Journal of the History of Ideas, vol. 64 / 1, 2003, p. 29-40.

Sciences de la Renaissance, actes du colloque international d’études humanistes, éd. par le Centre d’études supérieures de la Renaissance, Paris, Vrin, 1973.

–      Sur l’illustration du livre à la Renaissance

Châtelain, Jean-Marc, Pinon, Laurent, « Genres et fonctions de l’illustration au XVIe siècle », dans La Naissance du livre moderne, éd. par Henri-Jean Martin, Paris, Cercle de la librairie, 2000.

Ford, Brian, Images of Science : A History of Scientific Illustration, Londres, British Library, 1992.

Pastoureau, Michel, « L’illustration du livre : comprendre ou rêver ? (vers 1530-vers 1660) », dans Histoire de l’édition française, t. 1, Le livre conquérant, Paris, Promodis, 1982, p. 501-529.

  1. Laurent Pinon et Jean-Marc Châtelain, « Genres et fonctions de l’illustration au XVIe siècle », dans La Naissance du livre moderne, éd. par Henri-Jean Martin, Paris, Cercle de la librairie, 2000, p. 237. []
  2. Cité par Sciences de la Renaissance, actes du VIIIe congrès international de Tours, organisé par le CESR, Paris, Vrin, 1973, p. 169. []
  3. Cité par Laurent Pinon et Jean-Marc Châtelain, « Genres et fonctions de l’illustration du livre », dans La Naissance du livre moderne, op. cit. p. 238. []
  4. Dont Sebastianus Montuus, médecin issu du cercle de Symphorien Champier. Sur le détail de cette querelle, voir Sachiko Kusukawa, « Leonhart Fuchs on the Importance of Pictures », Journal of the History of Ideas, 58 (3), 1997, p. 418 sq. []
  5. Pline l’Ancien, Historia naturalis, VII, 141 et Galien, De simplicium medicamentorum facultatibus libri undecim, VI, 1. []
  6. Leonhart Fuchs, Paradoxorum medicinae libri tres, Bâle, Johann Bebel, 1535. []
  7. Paolo Giovio, Paoli Jovii Novocomensis medici De Romanis piscibus libellus, Rome, [Francesco Minizo Calvo], [1524]. Sur cet auteur, voir T.C. Price-Zimmermann, Paolo Giovio : the historian and the crisis of sixteenth-century Italy, Princeton, Princeton University Press, 1995. []
  8. Pierre Belon, Histoire naturelle des estranges poissons marins, Paris, Regnaud Chaudière, 1551. Sur le voyage d’Orient et la place de l’observation dans le discours renaissant, voir Le miroir ottoman : une image politique des hommes dans la littérature géographique espagnole et française, XVIe-XVIIe siècles, Paris, Presses de l’Université de Sorbonne, 2003. []
  9. Otto Brunfels, Herbarum vivae eicones ad naturae imitationem, Strasbourg, Johann Schott, 1532. []
  10. Laurent Pinon et Jean-Marc Châtelain, « Genres et fonctions de l’illustration du livre », dans La Naissance du livre moderne, op. cit., p. 255.
    []
  11. Laurent Pinon et Jean-Marc Châtelain, « Genres et fonctions de l’illustration du livre », dans La Naissance du livre moderne, op. cit., p. 261. []