Archives par mot-clé : Manuscrit

Venez à la Nuit des chercheurs (30 septembre)!

« Bousculez les idées » : c’est l’intitulé marseillais de la Nuit européenne des chercheurs, qui aura lieu vendredi 30 septembre dans plus de 200 villes d’Europe, dont 12 en France.

mini_0-573237001473947071A Marseille, c’est Aix-Marseille Université qui porte l’événement. La fête se déroulera au Dock des Suds, de 18h à minuit. Le public aura l’occasion d’aller à la rencontre d’une centaine de chercheurs, à travers divers dispositifs ludiques et innovants : rencontres de speed-searching, conférences dans le noir, jeux de bouche-à-oreille, expérience art-science…

La recherche patrimoniale sera représentée par un stand scénographié intitulé « Idées devenues… connaissances. Le manuscrit comme véhicule et support des connaissances ». Autour d’un manuscrit de Pétrarque conservé à la bibliothèque Méjanes à Aix-en-Provence, Valérie Gontero-Lauze, Elodie Burle-Errecade, Florence Boulc’h et Sophie Astier montreront comment croiser la recherche dans diverses disciplines pour identifier, dater et comprendre le manuscrit dans son environnement contemporain et interpréter son contenu.

Pétrarque. Les remèdes de l'une et l'autre fortune. Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, ms. 1800
Pétrarque. Les remèdes de l’une et l’autre fortune. Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, ms. 1800. Fol. 6: la roue de Fortune.

Le stand invitera le public à entrer dans l’univers du livre, littéralement, puisqu’il aura la forme d’un livre géant. On y découvrira comment analyser le contenu littéraire et symbolique de l’œuvre, comment identifier grâce à la spectrométrie les pigments qu’utilisaient les enlumineurs du XVe siècle, ou encore les apports de la recherche sur les anciennes marques de possesseurs… parmi beaucoup d’autres choses.

L’entrée est libre et gratuite.
Dock des Suds, de 18h à 24h.12, rue Urbain V, 13002 Marseille.Informations et contact : Cellule de culture scientifique
http://cps.univ-amu.fr/nuit-europeenne-chercheurs
https://www.facebook.com/events/1776210055948772/

Réemploi d’un fragment de manuscrit musical dans la reliure d’une édition juridique de 1546

Lors de la restauration d’une édition de 1546 d’un commentaire du Code Justinien  de Balde (voir notice et commentaire ci-dessous ), les « défaits » de la reliure ont révélé le réemploi d’un manuscrit de chant liturgique datable du XIVe– siècle environ, ce qui en fait le plus ancien document conservé par la BU de droit d’Aix.

Défait3
Défait de reliure provenant de Baldus in tres primos libros codicis – BU Droit Schuman, Res 806.

Ce fragment est tiré d’un Graduel noté en neumes grégoriens, à la page du Jeudi Saint, comme l’indiquent :

  • la rubrique feria quinta in Cena Domini,
  • le titre filigrané en bleu (avec  initiale rouge) Nos autem gloriari… et Christus factus est…, incipits des chants de  l’introït et du graduel de la messe.

Les divers types de réemplois de manuscrits sont courants, vu le coût du parchemin.  L’exemple le plus fameux reste celui des palimpsestes, manuscrits périmés qui étaient grattés pour y copier un autre texte, nombreux à l’époque de l’Antiquité tardive ou du Haut Moyen âge.

La redécouverte de certains fragments cachés sous une autre écriture ou dans une reliure peuvent être d’une importance exceptionnelle pour la recherche historique, comme il arrive assez fréquemment dans les recueils factices conservés au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, notamment dans les cotes lat. 11 000).

 Notice brève et commentaire de l’édition Renaissance reliée avec ces fragments de manuscrit musical :

Baldus in tres primos libros Codicis…praelectiones… cum additionibus et repetitionibus ejusdem per Franc. Musaptum repertis. Ad haec … additiones, Alexan. Imol. Barbatiae,  ac Celsii Hug. Cum omnibus quae hactenus edita sunt… his nunc recnes accdeunt … Philippi Decii additions…

Lyon, 1546. (il manque la mention de l’imprimeur, mais à la cote 804, pour le commentaire du 1er livre du Digeste, édité selon la même facture à Lyon en 1547, sans doute par la Compagnie des Libraires :  on trouve dans le colophon : ex officina Gasparis Trechsel).

Page de titre de l'ouvrage imprimé - BU Droit Schuman, Res 806.
Page de titre de l’ouvrage imprimé – BU Droit Schuman, Res 806.

Cette édition du commentaire de Balde des 3 premiers livres du Code de Justinien est absente du catalogue collectif de France; elle sera prochainement signalée par la BU droit sur le Sudoc.

BU droit Aix, Cote RES 806 (papier au format in folio, reliure de parchemin).

Auteur principal : Baldus de Ubaldis (Pérouse, 1327- Pavie, 1400)

Auteurs secondaires :

  • Johannes Franciscus Musaptus (1433-1530), professeur de droit à Padoue.
    Alexandre Tartagni (1424-1477), dit Alexandre d’Imola. Surnommé l’ « oracle de la jurisprudence », il enseigna le droit à Pavie, puis à Bologne.
  • André Barbatius ou Barbatius (mort vers 1481) professeur de droit à Ferrare puis à Bologne.
  • Celse-Hugues Descousu (v. 1480-1540) professeur de droit à Montpellier, puis à Bruges, Barcelone, Madrid, Tolède. Il avait été engagé par l’imprimeur lyonnais Simon Vincent pour effectuer la révision des livres de jurisprudence.
  • Philippe Decius (1454-1535) Professeur de droit dans les universités de Pise, Sienne, Padoue, Valence, il fut également conseiller au parlement de Grenoble.

Frontispice:  gravé dans le style Renaissance, il représente une disputatio des docteurs au-dessous d’une figuration semble-t-il de Charlemagne (glaive et globe impérial), entouré de représentants du pouvoir spirituel (évêques) et temporel (chevaliers ou soldats et juristes). On remarque que l’armoirie en bas n’a pas reçu son illustration.

Balde a été professeur de droit civil et canonique à l’université de Pérouse. Il fait partie de l’école des postglossateurs créée par Bartole (1314-1357), opérant – avec la méthode scolastique – une synthèse entre le droit romain et la pratique coutumière .

Après la redécouverte des œuvres de Justinien (empereur byzantin auteur du Code, daté de 529-534) à l’université de Bologne à la fin du XIe siècle, les juristes furent en effet appelés glossateurs, car pratiquant couramment la méthode de la glose  : la glose est le commentaire encadrant le texte de loi, comme on le voit dans l’image jointe.  Si la glose s’est développée au cours des XIIe -XIIIe siècles dans de nombreux domaines du savoir (on glosait la Bible, mais aussi les textes des Pères de l’Eglise, etc), c’est en droit que cette méthode scolastique a été particulièrement systématisée, avec notamment Accurse (glose ordinaire) et Azon.

Ces écoles des glossateurs et postglossateurs  seront supplantées au XVIe siècle par la méthode historique dont Jacques Cujas reste le modèle.

Références bibliographiques :

Albert Rigaudière, Introduction historique à l’étude du droit et des institutions,  Paris, Economica, 2005, notamment p. 389-391 : Bartole et le mos italicus (Cujas = mos gallicus).

Jean-Marie Carbasse, Manuel d’introduction historique au droit, Paris, Presses universitaires de France, 2009, p. 134-145 : « Des commentateurs aux humanistes ».

G. Chevrier, « Baldi de Ubaldi », dans Dictionnaire de droit canonique, dir. R. Naz, t. 2, Paris, Letouzey et Ané, 1937, col. 39-52.

Daniel Schwenzer, « Balde de Ubaldis », dans Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon (BBKL), Hamm 1975.

Pour Celse-Hugues : Dictionnaire historique des juristes français, dir. Patrick Arabeyre, Jean-Louis Halpérin, Jacques Krynen, Paris, PUF, 2007, p. 248 (notice Petitjean). Voir aussi Biographie universelle, dir. Louis-Gabriel Michaud, Paris, Michaud frères, 1811-1862, vol 11, p. 161.

Pour Musaptus: Robert Feenstra « Editions lyonnaises des lecturae de droit civil de Balde par Jean de Gradibus, avec un aperçu des autres éditions du XVIe siècle », in Ius commune, Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Europäische Rechtsgeschichte, 27 (2000), p. 345-72.

Pour les autres auteurs secondaires  : La vie des plus célèbres jurisconsultes de toutes les nations, tant anciens que modernes,  Pierre Taisand, Paris, Prault et Le Clerc, 1737, p. 315-316 (Imola) ; p. 53-54 (André de Barbatia) ; p.156-166 (Decius).