Archives par mot-clé : Médecine légale

Sherlock médecin : petite histoire de la médecine légale à l’époque moderne

Les Experts et autres fictions nous ont habitués à considérer l’expertise médico-légale comme un point central de toute enquête policière. Or, cette intervention du médecin dans le champ du droit criminel s’est mise en place progressivement au cours de l’histoire de l’Europe occidentale à partir de la Renaissance. Cette histoire peut être en partie retracée à travers les collections patrimoniales de la bibliothèque de Médecine-Odontologie de Marseille.

Rembrandt, la Leçon d’anatomie du Dr Nicolas Tulp, 1632. Cabinet royal de peinture Mauritshuis. Image Wikimedia Commons.

C’est à l’époque des Lumières que la médecine légale se constitue véritablement en tant que science, dans le sillage de l’engouement pour les sciences naturelles et les progrès médicaux. Cependant, dès l’époque renaissante, une place de plus en plus grande est faite au médecin pour assister la justice, notamment dans les cas d’atteintes à l’intégrité physique des personnes.

La Constitutio criminalis Carolina promulguée par l’empereur Charles Quint en 1532 demande un témoignage médical systématique pour guider les juges dans tous les cas de meurtres, blessures, empoisonnements, pendaisons, noyades, infanticides, avortements, et autres circonstances d’atteinte à la personne dans . En France, après l’ordonnance de Villers-Cotterêt (1539) qui impose l’usage d’une procédure de type inquisitoire, secrète, écrite et en français1, une série de lois mises en place entre 1570 et 1692 favorise le développement de la médecine légale comme une discipline universitaire. Durant tout l’Ancien Régime, la question est étudiée dans de savants traités en latin dont les théories sont ensuite appliquées devant les tribunaux. C’est ainsi qu’en 1667, le Hollandais Jan Swammerdam, devenu par la suite un célèbre naturaliste, assure que les poumons d’un enfant nouveau-né flottent sur l’eau s’il n’a jamais respiré, donc s’il est mort-né2. Quinze ans plus tard, le médecin allemand Schreger utilise cette théorie pour faire acquitter une jeune fille accusée du meurtre de son enfant illégitime (1681)3.

Cette période n’est pas exempte de contradictions. En même temps que les traités médicaux abordent des questions médico-légales pour déterminer les causes des maladies et de la mort selon les enseignements de la médecine naturaliste en essor, il subsiste des pratiques et des croyances issues des anciens systèmes d’administration de la preuve hérités du Moyen-Age, où la procédure accusatoire, orale et publique, admettait l’intercession divine dans le procès. C’est ainsi que la cruentatio, hémorragie cadavérique de la victime se produisant en présence de son meurtrier, est encore évoquée par Claude Le Brun de la Rochette, avocat à la Cour de Lyon en 16184. En 1752, les plus hautes autorités médico-légales s’unissent au clergé pour accuser d’athéisme et d’hérésie (ce qui était alors punissable de mort) ceux qui ne croient pas aux fantômes, sorcières et autres possessions démoniaques, et ce alors même que la sorcellerie est de plus en plus abordée par les juges sous l’angle de l’escroquerie et du charlatanisme et que la possession est de plus en plus considérée par les médecins comme une pathologie et non une manifestation surnaturelle 5.

L’Italien Paolo Zacchias fait figure de précurseur de cette évolution. Ses dix livres des Quaestinos medico-legales paraissent à Rome entre 1621 et 1658; Gabriel Naudé, libertin érudit, bibliothécaire de Mazarin et médecin de Louis XIII, en a tenté une traduction, restée inachevée. Cet ouvrage comprend deux premières parties consacrées à la théorie médico-légale, dont il pose les bases modernes, et une troisième partie composée de cas pratiques et de conseils destinés à les résoudre. Zacchias est à la fois médecin et canoniste, et officie comme médecin attaché au tribunal pontifical; son objectif est une observation rationnelle et naturaliste des cas qui lui sont soumis, visant à éclairer les juges pour éviter tout risque d’erreur. Il évacue les interprétations providentialistes et s’élève contre les supplices au profit de l’observation clinique, y compris dans le domaine de l’aliénation6. A cette époque, on voit apparaître des ouvrages qui visent à déterminer les causes du décès par l’examen des corps; c’est le cas du Sepulchretum sive Anatomia practica ex cadaveribus morbo denatis de Théophile Bonet, riche de cas pratiques accompagnés de leur solution.

Bonet, Théophile, Sepulchretum sive Anatomia practica ex cadaveribus morbo denatis, Genève, Léonard Chouët, 1679 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 30037)
Bonet, Théophile, Sepulchretum sive Anatomia practica ex cadaveribus morbo denatis, Genève, Léonard Chouët, 1679 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 30037)

Dans les traités médicaux de la période, la recherche du poison fait l’objet d’une attention particulière. La possibilité d’un empoisonnement inquiète fort les personnages en vue du Grand Siècle, comme ceux des périodes précédentes; l’opinion publique tend à suspecter les morts rapides, surtout si le sujet est relativement jeune et occupe une situation enviée. En 1536, la mort du dauphin François, fils aîné de François Ier, est attribuée aux manigances d’un de ses serviteurs italiens, qui est exécuté. La correspondance de Louis XIII et de Richelieu regorge de consignes de prudence quant à leur nourriture et à leur boisson. La mort d’Henriette d’Angleterre, première épouse de Philippe d’Orléans, le frère de Louis XIV, est considérée comme suspecte par les contemporains. Les méthodes de l’époque sont par exemple incapables de détecter un empoisonnement à l’arsenic, qui, d’après Jean-Christian Petitfils, était fort en vogue à l’époque de Louis XIV7. Un exemple de cette attention peut être trouvé dans cet ouvrage du début du XVIIe siècle, qui consacre toute sa deuxième partie aux poisons:

Mercuriale, Girolamo, Tractatus varii de re medica, Lyon, Pillehotte, 1618. Deuxième partie : De venenis opusculum (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 3025)
Mercuriale, Girolamo, Tractatus varii de re medica, Lyon, Pillehotte, 1618. Deuxième partie : De venenis opusculum (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 3025)

Le siècle des Lumières s’empare du débat médico-légal avec passion. Les grandes affaires judiciaires du temps, celles qui ont provoqué d’importants débats publics, y contribuent, en particulier la célèbre affaire Calas8. Dans ce cas particulier, le fils d’un marchand protestant de Toulouse est trouvé pendu; le Parlement de Toulouse conclut à la culpabilité du père, accusé d’avoir voulu empêcher son fils de se convertir au catholicisme, et le fait rouer en place publique. Cependant, l’affaire n’est pas claire; la veuve, qui a des appuis à Paris, veut faire innocenter son défunt époux. Voltaire s’en empare dans des discours restés célèbres; en fin de compte, la justice royale conclut au suicide et rétablit l’honneur des Calas, leur rendant leurs biens. Le tout a suscité un intense débat, multipliant placets et libelles pour soutenir l’une ou l’autre thèse. Aux côtés de Voltaire, deux médecins se sont particulièrement penchés sur les rapports d’autopsie et ont disserté sur la façon de reconnaître un suicide d’un assassinat. L’un, Jules Laffosse, est ensuite l’auteur de l’article « médecine légale » dans le Supplément à l’Encyclopédie, première théorisation de ce concept où il qualifie les erreurs judiciaires en matière criminelle d’« assassinats juridiques ». L’autre, Louis Antoine, a publié un petit traité visant à démontrer scientifiquement l’innocence du père Calas à partir de l’observation du corps de la victime.

Louis, Antoine, Mémoire sur une question anatomique relative à la jurisprudence dans lequel on établit les principes pour distinguer, à l'inspection d'un corps trouvé pendu, les signes du suicide d'avec ceux de l'assassinat, Paris, Pierre-Guillaume Cavelier, 1763 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 4004)
Louis, Antoine, Mémoire sur une question anatomique relative à la jurisprudence dans lequel on établit les principes pour distinguer, à l’inspection d’un corps trouvé pendu, les signes du suicide d’avec ceux de l’assassinat, Paris, Pierre-Guillaume Cavelier, 1763 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 4004)

Tous deux dénoncent les rapports d’expertise établis par des chirurgiens souvent sans grande instruction, et surtout sans bases théoriques; ils appellent de leurs vœux une science médico-légale qui s’appuie sur des faits, dans une démarche rationaliste, et rejettent l’empirisme pratiqué jusqu’alors par la plupart de leurs confrères. Cette évolution aboutit à la rédaction des premiers traités de médecine légale véritablement modernes au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, sous la plume des médecins François-Emmanuel Fodéré9, Jean-Jacques Belloc10 et Paul-Augustin-Olivier Mahon11, fortement influencés par la philosophie de Locke. Au moment de la Révolution, la médecine légale se voit reconnue par les institutions comme discipline à part entière, avec un enseignement spécifique, les premières chaires professionnelles de médecine légale française étant instituée au lendemain de la Terreur, en 1794 à Paris, Montpellier et Strasbourg. Le Consulat s’intéresse également à la question : en 1803, il édicte que les juges doivent désigner un expert médical diplômé en médecine, qui a assisté à un enseignement spécial et a réussi un examen de médecine légale12.

Fodéré, François-Emmanuel, Traité de médecine légale et d'hygiène publique ou de police de santé adapté aux codes de l'Empire français et aux connaissances actuelles. A l'usage des gens de l'Art, de ceux du Barreau, des Jurés et des Administrateurs de la santé publique, civile et militaire et de la marine, Paris, de Mame, 1813 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 1147)
Fodéré, François-Emmanuel, Traité de médecine légale et d’hygiène publique ou de police de santé adapté aux codes de l’Empire français et aux connaissances actuelles. A l’usage des gens de l’Art, de ceux du Barreau, des Jurés et des Administrateurs de la santé publique, civile et militaire et de la marine, Paris, de Mame, 1813 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 1147)

Cette institutionnalisation est aussi vraie dans les autres pays occidentaux. 1803 est également l’année de la fondation de la première chaire de médecine légale de Grande-Bretagne, à l’Université d’Edimbourg. Les tout jeunes Etats-Unis ne sont pas en reste : c’est à New-York qu’on voit le premier conférencier en médecine légale, le docteur Stringham, exercer ses talents vers 1804. En 1813, la première chaire de jurisprudence médicale est instituée Outre-Atlantique. Cependant, il faut attendre que les troubles de la Révolution française et des guerres qui y ont été liées pour que des cliniques médico-légales soient fondées en Europe : 1830 à Vienne en Autriche, 1833 à Berlin. La première clinique médico-légale française est instituée en 1840. En Amérique, la médecine légale exerce une forte influence à la fois sur la médecine et le monde judiciaire jusqu’à la guerre de Sécession ; après cet épisode, elle devient un sujet annexe dans la formation des médecins jusqu’au début du XXe siècle13.

Dans l’Europe du XIXe siècle, le crime est une préoccupation majeure. L’intérêt pour les poisons et la manière de les détecter est toujours aussi vif, comme le montre l’importance de ce thème dans les traités du début du siècle conservés à la bibliothèque de Médecine-Odontologie. L’arsenic en particulier focalise les attentions. Durant la Monarchie de Juillet, la figure de Matthieu Orfila se détache; il est généralement considéré comme l’inventeur de la toxicologie. Doyen de la faculté de Médecine, médecin de Louis-Philippe et sommité incontestée de la médecine légale, il est intervenu à titre d’expert dans plusieurs affaires retentissantes, dont le procès de Marie Lafarge, condamnée en 1840 pour l’empoisonnement de son époux à l’arsenic. Il est l’un des premiers à avoir mis au point une méthode visant à identifier cette substance dans le corps et les organes d’un défunt, et à déterminer si le poison trouvé est le résultat d’un empoisonnement ou si c’est la terre dans laquelle il a été enterré qui en est la source. Il est l’auteur d’un Traité des poisons tirés des règnes minéral, végétal et animal14, d’une Leçon de médecine légale15 et d’autres ouvrages, réunis en 1847 pour former un Traité de médecine légale qui reste une référence pour les générations suivantes16.

Un exemple d'expertise médicale visant à identifier un empoisonnement à l'arsenic par un autre médecin de la période: Francesco Rognetta, Intoxication arsenicale. Procès d’Aix (Bouches-du-Rhône). Affaire Michel, jugée le 4 juillet 1841. Consultation médico-légale sur un cas présumé d’empoisonnement par l’arsenic arsénieux, Paris, Béthune et Plon, 1841, extrait de la Gazette des Hôpitaux, juillet 1841 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie, Res 3759/2)
Un exemple d’expertise médicale visant à identifier un empoisonnement à l’arsenic par un autre médecin de la période: Francesco Rognetta, Intoxication arsenicale. Procès d’Aix (Bouches-du-Rhône). Affaire Michel, jugée le 4 juillet 1841. Consultation médico-légale sur un cas présumé d’empoisonnement par l’arsenic arsénieux, Paris, Béthune et Plon, 1841, extrait de la Gazette des Hôpitaux, juillet 1841 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie, Res 3759/2)

Une nouvelle science voit le jour : l’anthropologie criminelle. Le Belge Adolphe Quételet (1796-1874) développe à la Restauration l’idée du penchant au crime (c’est-à-dire la probabilité plus ou moins forte qu’un individu donné commette un crime)17. Cependant, le véritable père de l’anthropologie criminelle est l’Italien Cesare Lombroso, adepte de l’anthropométrie et spécialiste des maladies mentales. L’autopsie en 1870 d’un brigand qui avait tenté de s’enfuir de prison, chez lequel il découvre une série d’anomalies crâniennes, est le point de départ de son grand ouvrage, L’uomo delinquente18, qui utilise les techniques de l’anthropométrie, de l’autopsie, de l’étude des crânes et de la photographie pour dresser la typologie du criminel-né, en y ajoutant un certain nombre de caractères sociaux spécifiques (argot, tatouages, etc). Le premier congrès d’anthropologie criminelle est tenu en 1885 : il marque la naissance d’un mouvement criminologique français mené par Alexandre Lacassagne, titulaire de la chaire de médecine légale de Lyon, qui s’oppose à Lombroso et estime que le social l’emporte sur l’atavisme en matière de criminalité19.

La police scientifique se développe dans ce contexte. Depuis l’abolition de la marque au fer rouge en 1832, la police a développé diverses méthodes pour identifier les récidivistes. Un système se met peu à peu en place, à partir de l’idée de Vidocq qui en 1811 propose de recruter des physionomistes pour identifier les repris de justice : réalisation d’une galerie de portraits de criminels en reproduisant l’ombre portée de leur profil en 1819, introduction de la photographie à usage policier en 1840, développement d’un « signalement anthropométrique » par diverses mesures entre 1879 et 1885, date de sa généralisation à toutes les prisons françaises. L’idée vient d’Alphonse Bertillon, dont les travaux placent la police scientifique française au premier rang. Le procédé est complété en 1888 par la photographie anthropométrique (face et profil des détenus). La faiblesse de ce système est qu’il permet d’établir avec certitude que deux hommes sont différents, mais pas que deux séries de mesures identiques appartiennent au même homme. Les premiers travaux sur les empreintes digitales remontent à 1686. Bien plus tard, en 1823, le physiologiste tchèque Jan Major Purkinje affirme que les dessins papillaires des doigts ne peuvent être identiques chez deux individus différents. Peu à peu, les empreintes digitales s’imposent dans l’identification des individus, et il vient compléter le système de Bertillon en 189620. Ces empreintes servent pour la première fois à confondre un meurtrier en 1902, dans le cas de l’affaire Schaffer. C’est Bertillon qui est à l’origine de cette réussite, même s’il exprime par la suite des réserves à l’égard de ce genre de méthodes21.

Bertillon, Alphonse, Identification anthropométrique. Instructions signalétiques, Melun, Imprimerie administrative, 1893 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie, Res 1773)
Bertillon, Alphonse, Identification anthropométrique. Instructions signalétiques, Melun, Imprimerie administrative, 1893 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie, Res 1773)

Edmond Locard, un Sherlock Holmes français22

Un disciple d’Alexandre Lacassagne, Edmond Locard, joue un rôle essentiel dans le développement de l’importance de la preuve matérielle. Profondément influencé par l’affaire Dreyfus, mais aussi par le personnage de Sherlock Holmes créé par le médecin neurologue anglais Arthur Conan Doyle au tournant des XIXe et XXe siècles, il s’attache à l’utilisation des preuves matérielles dans l’enquête criminelle, ce qui est tout à fait nouveau à la fin du XIXe siècle. Démarrant sa carrière avec un modeste laboratoire dans les combles du palais de justice de Lyon à partir de 1910, date de l’inauguration du « service anthropométrique », il étoffe peu à peu ses missions, et s’équipe de matériels performants sur ses propres deniers : appareil microphotographique, lampe de Wood, spectroscope… Il conçoit de nouveaux appareils avec l’aide de ses élèves (le hatoscope inventé par Harry Soderman pour l’expertise balistique, ou le graphoscope, pour l’expertise des documents écrits). Il finit par acquérir une renommée internationale, et reçoit de nombreux élèves.

Durant quarante ans, Edmond Locard développe des techniques d’expertise criminelle qui apportent la preuve, non pas de la culpabilité d’un individu, mais de sa présence ou non sur les lieux d’un crime : recherche et identification des empreintes digitales, étude des pores, recherche systématique des traces laissées sur les lieux par le criminel ou emportées avec lui à son insu sur ses vêtements ou son corps, analyse des taches même si les techniques de l’époque manquent de précision, analyse des poussières, ce qui est alors une vraie nouveauté. Sa grande spécialité reste sa technique propre d’identification des écritures.

Locard, Edmond, Traité de criminalistique, Lyon, Desvigne, 1931-1940 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, 22252)
Locard, Edmond, Traité de criminalistique, Lyon, Desvigne, 1931-1940 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, 22252)

Edmond Locard est l’un des fondateurs de la police technique et scientifique ; les principes fondateurs actuels sont toujours ceux d’Alphonse Bertillon et les siens pour les laboratoires de police. Par la suite, l’avancée des technologies a permis de développer de nouvelles techniques ; les progrès ont été remarquables dans l’analyse des traces biologiques surtout (notamment avec l’analyse des empreintes génétiques). Ses apports sont consignés dans un ouvrage qui fait longtemps référence, L’enquête criminelle et les méthodes scientifiques, publié chez Flammarion en 1920.

Locard, Edmond, Mémoire d’un criminologiste, Paris, Fayard, 1957 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, 17171)
Locard, Edmond, Mémoire d’un criminologiste, Paris, Fayard, 1957 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, 17171)

Méthodes de médecine légale : l’odontologie légale et l’identification des personnes par leur dentition.

La première identification médico-légale d’un corps au moyen de sa dentition s’est faite aux Etats-Unis, lors de la guerre d’indépendance : le révolutionnaire Paul Revere, dentiste amateur et orfèvre de profession, a reconnu le travail qu’il avait réalisé en 1773 et 1775 sur le docteur Joseph Warren. Ce dernier était mort lors d’une des premières batailles de l’Indépendance, à Bread Hill ou Bunker Hill en Nouvelle Angleterre, en 1775. Les Anglais l’avaient enterré dans une fosse commune, et ce n’est que dix mois plus tard qu’il a été identifié.

Un autre jalon essentiel dans l’histoire de l’identification des corps par leur dentition est l’incendie du Bazar de la Charité, le 4 mai 1897 à Paris. L’incendie s’était déclaré lors d’une vente de charité organisée par des dames de la haute société ; 30 d’entre elles étaient trop gravement brûlées pour être reconnaissables. Albert Hans, ambassadeur du Paraguay, a alors l’idée de faire appel à son dentiste pour identifier la duchesse d’Alençon : c’est ainsi que les docteurs Burt, Brault, Ducorneau et Godon examinent et parviennent à identifier les 30 corps gravement brûlés. C’est suite à cet événement que le docteur Oscar Amoedo, dentiste d’origine cubaine et professeur à l’Ecole d’Odontologie de Paris, écrit le grand texte fondateur de l’odontologie légale : L’Art dentaire en médecine légale, publié chez Masson en 1898.

Amoedo, Oscar, L’Art dentaire en médecine légale, Paris, Masson, 1898 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 209134)
Amoedo, Oscar, L’Art dentaire en médecine légale, Paris, Masson, 1898 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 209134)

Le premier meurtrier à avoir été démasqué par ses traces de dents a été l’Anglais Robert Gorringe, confondu en 1948 par les empreintes de morsures laissées sur le sein droit de son épouse, Phyllis Lucy, qui avait été assassinée durant le Bal de la Saint-Sylvestre à Tonbridge Wells, en 1947. Par la suite, cette méthode a été utilisée pour identifier nombre de victimes et donc résoudre un certain nombre d’affaires. L’une des plus célèbres reste l’affaire dite des « meurtres aux bains d’acide », à Crawley dans le Sussex (Angleterre), en 1949. Les victimes avaient été plongées dans de l’acide sulfurique, et donc complètement dissoutes. Cependant, l’une d’entre elles portait des prothèses dentaires en acrylique qui ont résisté à l’acide, et ont donc permis d’identifier la victime, Mrs Durand-Deacon. Le cas a ensuite pu être résolu, et l’assassin, John George Haigh, a pu être confondu. Un autre cas célèbre d’identification par la dentition remonte au 1er mai 1945 : quand les troupes russes découvrent les corps d’Alfred Hitler et d’Eva Braun après leur suicide, ils sont tellement brûlés que seule leur dentition permet une identification sûre23.

Méthodes de médecine légale : l’entomologie légale et la détermination de la date de la mort par l’examen de la faune se développant sur les cadavres.

Les experts médico-légaux s’intéressent tardivement aux effets de la décomposition des corps. Au XVIIIe et au XIXe siècle, on observe que les corps trouvés lors d’exhumations de masse, en France et en Allemagne, sont habités par des arthropodes très variés. Cependant, il faut attendre le milieu du XIXe siècle pour que soit attesté le premier cas d’expertise d’entomologie légale comportant une estimation d’intervalle post-mortem. Le médecin français Bergeret remet à la Cour un rapport daté du 28 mars 1850, à propos du cas d’un enfant trouvé mort très longtemps après son décès. Il utilise le cycle de vie des insectes trouvés sur le cadavre pour essayer d’identifier l’époque de la mort. L’étude des insectes permet à Paul Camille Hippolyte Brouardel de décrire en 1879 le cas d’un enfant nouveau-né qu’il a autopsié le 15 janvier 1878 : avec l’aide de M. Perier, professeur au Museum d’Histoire Naturelle de Paris, et de Jean-Pierre Mégnin, vétérinaire des Armées, il estime que l’enfant est mort 7 à 8 mois avant l’autopsie.

Le premier rapport d’une étude systématique sur le sujet est cette fois-ci allemand : le 6 avril 1881, Reinhard remet son étude sur des corps exhumés en Saxe, certains tombeaux étudiés datant de plus de 15 ans. A peu près à la même période, Jean-Pierre Mégnin commence à développer une théorie de vagues écologiques et prédictives d’insectes vivants qu’il est possible de trouver sur les cadavres. Son livre le plus important, La Faune des cadavres (1894), décrit entre autres 19 rapports de cas qu’il a été amenés à examiner. Le tribunal n’hésite pas à faire appel à lui comme expert. Ses travaux sont ensuite continués et adaptés au Canada par Wyatt Johnston et Geoffrey Villeneuve, aux Etats-Unis par Murray Galt Motter.

Mégnin, Jean-Pierre, La Faune des cadavres, Paris, Gauthier-Villars, 1894 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 9207)
Mégnin, Jean-Pierre, La Faune des cadavres, Paris, Gauthier-Villars, 1894 (Bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, Res 9207)

En Allemagne, cette méthode d’expertise se développe aussi à la fin du siècle. C’est ainsi que le docteur Klingelhöffer, en 1889, permet d’innocenter le père d’une famille pauvre : 3 jours après la mort d’un enfant, une autopsie est réalisée et révèle des marques d’altération importantes. Les autorités, pensant que le père a empoisonné l’enfant à l’acide sulfurique, l’emprisonnent. Cependant, les observations du docteur Klingelhöffer permettent d’établir que les marques en question sont en réalité le fait des cafards, ce qui permet de libérer le père après 3 semaines de prison. D’autres cas du même genre ont suivi : des médecins avec des connaissances en entomologie ont permis d’innocenter un certain nombre de personnes accusées de meurtres d’enfants.

Vers 1900, l’entomologie connaît une popularisation grandissante et se vulgarise en France et en Allemagne. Les connaissances continuent à progresser : l’Allemand Eduard Ritter von Nierzabitowski, de l’Institut médico-légal de Cracovie, montre expérimentalement que les cadavres humains partagent la même faune que les cadavres animaux. Dans les années 1920, on publie des listes d’espèces et des monographies au sujet des insectes importants en matière médico-légale. On montre que les circonstances de la mort peuvent influencer les successions d’insectes sur les cadavres : Hermann Merkel le démontre en 1919 à l’Institut de médecine légale de Munich. Il est saisi du cas d’un double meurtre : un fils a tué ses deux parents et a conservé trois semaines les deux corps côte à côte. Or, à l’autopsie, l’état de décomposition s’est avéré différent : en effet, la mère, obèse, était en totale décomposition à l’extérieur mais pas à l’intérieur, tandis que le père, peu corpulent, était en totale décomposition. La différence majeure repose dans la façon dont les deux victimes ont été assassinées : la mère a reçu une balle dans la tête, tandis que le père a été poignardé à de multiples reprises. Par la suite, dans les années 1930 et 1940, la recherche en entomologie médicale s’est faite beaucoup moins active.

NB: ce billet a été rédigé à partir d’une exposition qui s’est tenue au mois de mars 2012 à la bibliothèque de Médecine-Odontologie Timone, à Marseille.

Quelques compléments bibliographiques

Robert Michael Bruce-Chwatt, « A brief history of Forensic odontology since 1775 », dans Journal of Forensic and Legal Medicine, 17 (3), 2010, p. 127-130.

Frédéric Chauvaud, Les experts du crime : la médecine légale en France au XIXe siècle, Paris, Aubier, 2000 (Historique).

Frédéric Chauvaud, « « Cet homme si multiple et si divers » : Orfila et la chimie du crime au XIXe siècle », dans Sociétés & Représentations, 22 (2), 2006, p. 171-187.

Catherine Crawford, « Legalizing Medicine : Early Modern Legal Systems and the Growth of Medico-Legal Knowledge », dans Legal Medicine in History, éd. par Catherine Crawford et Michael Clark, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 89-116.

Dominique Guillo, « Bertillon, l’anthropologie criminelle et l’histoire naturelle : des réponses au brouillage des identités », dans Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, 12 (1), 2008, p. 97-117.

Martine Kaluszynski, « Alphonse Bertillon et l’anthropométrie judiciaire. L’identification au cœur de l’ordre républicain », dans Criminocorpus, 2014, consulté le 25 février 2015.

Aurore Llorca, « La criminologie, héritière paradoxale de l’école d’anthropologie criminelle », dans Raisons politiques, 17 (1), 2005, p. 47-64

Alessandro Pastore, Il medico in tribunale. La perizia medica nella procedura penale d’antico regime (secolli XVIo-XVIIIo), Bellinzona, Casagrande, 1998.

Michel Porret, « Crime et châtiments au siècle des Lumières : l’œil du médecin légiste », XVIIIe siècle, 30, 1998, p. 37-50.

Michel Porret, « Magistrats et experts. Pour une histoire de la médecine judiciaire à l’époque moderne : des savoirs diffus au savoir constitué », dans Histoire et théorie des sciences sociales : mélanges en l’honneur de Giovanni Busino, éd. par Mohamed Cherkaoui, Genève, Droz, 2003, p. 83-99.

Michel Porret, Sur la scène du crime : pratique pénale, enquête et expertises judiciaires à Genève (XVIIIe-XIXe siècles), Montréal, Presses Universitaires de Montréal, 2008.

Michel Porret, « La preuve du corps », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22 (1), 2010, p. 37-60.

Marc Renneville, « La criminologie perdue d’Alexandre Lacassagne (1843-1924) », Criminocorpus, 2005, consulté le 26 février 2015.

Paolo Zacchia, Quaestiones medico-legales, Amsterdam, Joannes Blaeu, 1651 (édition et traduction moderne établie par L. Laugier, Aix-en-Provence, Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2006).

Vincent Zuberbuhler, « Écrire l’histoire de la médecine légale. », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22 (1), 2010, p. 61-77.

  1. Michel Porret, « La preuve du corps », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22 (1), 2010, p. 37-60 []
  2. Voir Samuel X. Radbill, « History of Child Abuse and Infanticide », dans The Battered Child, éd. par Ray. E. Helfer et Henry C. Kempe, Chicago, University of Chicago Press, 1968, p.3-17. []
  3. Cité par John Rathbone Oliver, « Legal medicine in Europe and America », Amercian Bar Association Journal, 18 (6), 1932, p. 405-411; la citation est p. 406 et ne donne pas la source de cette affirmation. []
  4. Michel Porret, « La preuve du corps », p. 47. []
  5. Cyril H. West, « The History of Legal Medicine », Journal of the Academy of Psychiatry and the Law, 33 (2), 2005, p. 247. Voir surtout Robert Mandrou, Magistrats et sorciers en France au XVIIe siècle: une analyse de psychologie historique, Paris, Plon, 1968, et Rafael Mandressi, « Les médecins et le diable », dans Chrétiens et sociétés, 13 (2006), consulté le 24 février 2015. []
  6. Michel Porret, « La preuve du corps », Revue d’Histoire des Sciences Humaines 1/ 2010 (n° 22), p. 37-60 []
  7. Sur ces questions, voir Jean-Christian Petitfils, L’Affaire des Poisons: crimes et sorcellerie au temps du Roi-Soleil, Paris, Perrin, 2013. []
  8. Jean Lecuir, « La médicalisation de la société française dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle en France : aux origines des
    premiers traités de médecine légale », dans Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 86 ( 2), 1979, p. 231-250. []
  9.  Les lois éclairées par les sciences physiques ou traité de Médecine-Légale et d’hygiène publique, Paris, Croullebois, 1798. []
  10.  Cours de médecine légale, théorique et pratique, Paris, Imprimerie de la Société de Médecine, 1800. []
  11.  Médecine légale et police médicale, Paris, F. Buisson, 1801. []
  12. Vincent Zuberbuhler, « Écrire l’histoire de la médecine légale. », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22 (1), 2010, p. 66. []
  13. Cyril H. West, « The History of Legal Medicine », Journal of the Academy of Psychiatry and the Law, 33 (2), 2005, p. 247. []
  14. 1814. Deuxième édition: Paris, Crochard, 1818. []
  15. Paris, Béchet jeune, 1823. Deuxième édition: Paris, Béchet jeune, 1828. []
  16. Sur Matthieur Orfila, voir Frédéric Chauvaud, « « Cet homme si multiple et si divers » : Orfila et la chimie du crime au XIXe siècle », Sociétés & Représentations, 22 (2), 2006, p. 171-187. []
  17. Les bibliothèques d’AMU possèdent plusieurs rééditions de ses ouvrages: Physique sociale, ou Essai sur le développement des facultés de l’homme, Bruxelles, C. Muquardt, 1869, et Anthropométrie, ou mesure des différentes facultés de l’homme, Bruxelles, C. Muquardt, 1871. []
  18. Lombroso, Cesare, L’uomo delinquente, Milan, Hoepli, 1876. Traduction française par Albert Bournier et M. Regnier, Paris, Alcan, 1887. []
  19. Sur ce sujet, voir en particulier les travaux de Marc Renneville. Sur Lacassagne: Marc Renneville, « La criminologie perdue d’Alexandre Lacassagne (1843-1924) », Criminocorpus , 2005, consulté le 26 février 2015. []
  20. Michel Mazevet, Denise Stagnara et Louis-Paul Fischer, « Le Dr Edmond Locard, un Sherlock Holmes lyonnais », dans Histoire des sciences médicales, XLI (3), 2007, p. 270-272. []
  21. Sur cette affaire, voir Jean-Marc Berlière, « L’affaire Scheffer : une victoire de la science contre le crime ? (octobre 1902) », Criminocorpus, 2007, consulté le 26 février 2015. []
  22.  Michel Mazevet, Denise Stagnara et Louis-Paul Fischer, « Le Dr Edmond Locard, un Sherlock Holmes lyonnais », dans Histoire des sciences médicales, XLI (3), 2007, p. 269-278. []
  23. Robert Michael Bruce-Chwatt, « A brief history of Forensic odontology since 1775 », dans Journal of Forensic and Legal Medicine, 17 (3), 2010, p. 127-130. []