Archives par mot-clé : patrimoine

« UN METRE POUR LE MONDE »

 

J.B.J. Delambre. Méthodes analytiques pour la détermination d’un arc de méridien, An VII [1799]. SCD AMU, BU sciences Saint-Charles, Marseille.          

 

  UN MÈTRE POUR LE MONDE

 

Genèse du projet: pourquoi adopter le mètre ?

Auparavant les anciennes unités de mesure en France, mais également en Europe, étaient nombreuses, peu précises et très variées. En 1789, maintes plaintes sont formulées dans les cahiers de doléances concernant la différence des poids et mesures sur l’ensemble du territoire français. Cela nuit à l’économie mais aussi aux échanges avec l’étranger. Les savants souhaitent également cette réforme qui rendrait plus faciles les échanges et la collaboration entre scientifiques. L’Académie des sciences se voit confier par l’Assemblée Constituante de déterminer une unité de mesure universelle. Dans un premier temps, c’est l’échelle décimale qui semble le mieux convenir. Par la suite cette première décision servira de base à l’élaboration du système métrique décimal.

« L’Académie m’a chargé de vous présenter ses vues sur le choix d’unité de mesure. Comme les opérations nécessaires pour la déterminer sont subordonnées à celle-là, l’Académie a cru devoir commencer son travail par l’examen de cette question et la séparer de toutes les autres.  L’opération qu’elle propose est la plus grande qui ait été faite et elle ne peut qu’honorer la nation qui en ordonnera l’exécution. L’Académie a cherché à exclure toutes conditions arbitraires, tout ce qui pourrait faire paraître l’influence d’un intérêt particulier à la France et d’une prévention nationale ; elle a voulu, en un mot, que, si les principes et les détails de cette opération pouvaient passer seuls à la postérité, il fût impossible de deviner par quelle nation elle a été ordonnée et exécutée. L’opération d’uniformité est d’une utilité si grande, il est si important de choisir un système qui puisse convenir à tous les peuples. Le succès de l’opération dépend à un tel point de la généralité des bases que l’Académie n’a pas jugé pouvoir ne s’en rapporter sur les mesures ordinaires, ni se contenter de la simple observation du pendule ». « Elle a senti que travaillant pour une nation puissante par les ordres d’hommes éclairés qui savent donner au bien qu’ils font un grand caractère et embrasser dans leurs vues et tous les hommes et tous les siècles, elle devait s’occuper moins de ce qui serait fait que de ce qui apporterait le plus de perfection. Elle a cru enfin qu’une grande opération pour l’accroissement des Lumières et le succès de la grande fraternité entre les peuples : ne serait pas indigne d’être accueillie par l’Assemblée nationale ».                                                                                                                                 « Je suis avec respect, Monsieur le Président, « votre très humble et très obéissant serviteur ».  Signé : Condorcet secrétaire de l’Académie.

 

Chaîne des triangles de Dunkerque à Barcelone mesurée par MM. Delambre et Méchain (extrait planche IV: de Dunkerque à Paris). SCD AMU, BU Sciences Saint-Charles, Réserve, Marseille.

 

Réalisation du projet

Deux savants, Jean-Baptiste Joseph Delambre (1749-1822) astronome, géodésien* et mathématicien, auteur notamment d’une histoire de l’astronomie en quatre volumes, et Pierre Méchain (1744-1804) astronome et géodésien, se virent confier, à la suite d’une décision de l’Assemblée nationale constituante, lors de la séance du samedi 26 mars 1791, la mesure d’une portion de l’arc de méridien entre Dunkerque et Barcelone. Cela devait permettre de définir une unité de mesure universelle basée sur le calcul de la dix millionième partie du quart de méridien terrestre. Jean-Baptiste Delambre se voyait attribuer la partie qui va de Dunkerque à Rodez, et Pierre Méchain de Barcelone (plus précisément à Montjuic situé au sud de Barcelone) jusqu’à Rodez.

La bibliothèque universitaire de sciences Saint-Charles conserve dans ses collections plusieurs ouvrages des astronomes français Jean-Baptiste Joseph Delambre et Pierre Méchain.

L’appareil qui sera utilisé par les astronomes se nomme cercle de Borda dit cercle répétiteur de Lenoir.  Jean-Charles de Borda, mathématicien et physicien, en est le concepteur et Etienne Lenoir, l’ingénieur et le constructeur. Noël Jean Lerebours réalisera la partie optique de l’instrument.

Le cercle répétiteur de Borda utilisé par Delambre et Méchain pour la mesure de la méridienne. Extrait de: Base du système métrique... Tome 2 Planche VIII. SCD AMU, BU Sciences Saint-Charles, Réserve, Marseille.

« Le cercle répétiteur permet de mesurer des angles en répétant plusieurs fois la même observation sur le cercle sans revenir au zéro: ainsi les erreurs de lecture et de graduation du limbe* sont divisées par le nombre d’observations ». [Inventaire général du patrimoine culturel]. Un exemplaire de cet instrument de mesure se trouve à l’Observatoire Astronomique de Marseille (plateau Longchamp).

 

Au numéro 36 de la rue de Vaugirard à Paris une plaque indique : « METRE ETALON La convention nationale, afin de généraliser l'usage du système métrique, fit placer seize mètres étalons en marbre dans les lieux les plus fréquentés de Paris. Ces mètres furent installés entre février 1796 et décembre 1797. Celui-ci est l'un des deux derniers qui subsistent à Paris et le seul qui soit encore sur son site originel ». Photo P.Ponsot

Cette entreprise scientifique durera 7 ans, entre 1792 et 1798. Après maintes péripéties, les plus extravagantes les unes que les autres (arrestations, guerre, suspicions d’espionnages, matériels confisqués ou endommagés…), les deux savants verront enfin aboutir leurs travaux.

L’universalité de ces mesures requiert un assentiment mondial. Une Commission internationale est donc constituée, qui devra vérifier l’exactitude de cette opération, d’en proclamer les résultats mais aussi de s’en porter garant devant le monde. Elle se compose de savants de dix pays parmi lesquels on compte les commissaires français : Laplace, Legendre, Lagrange, Lefevre-Gineau, Delambre et Méchain.

« Le 17 avril 1795 loi du 18 germinal an III institue sous la Convention le système métrique en France ». « A tous les temps, tous les peuples », devient la devise de cette ambition ». [ Le Monde ]

« 1799 : la loi du 10 décembre 1799 (19 frimaire an VIII) définit le mètre. De cette vaste entreprise est né le Système métrique décimal, qui, rendu obligatoire en France à partir de 1840, a su s’imposer après de nombreux obstacles et fait aujourd’hui partie intégrante de la vie quotidienne des hommes de plus de 130 pays. [Observatoire de Paris ]

 

Lexique                                                                                      Géodésie: science de la forme et des dimensions de la Terre.       Limbe: couronne circulaire en métal ou en verre sur laquelle est portée la graduation angulaire d’un instrument de mesure.      Métrologie: ensemble des méthodes employées pour faire des mesures précises.                                                                                                           In: www.larousse.fr/dictionnaires/

 

Pour aller plus loin …

ALDER, Ken.   Mesurer le monde: 1792-1799, l’incroyable histoire de l’invention du mètre. Paris: Flammarion, 2005

ARMOGATHE, Jean-Robert. « Un seul poids, une seule mesure. Le concept de mesure universelle »                                                                               Dix-septième siècle, vol. 213, n° 4, 2001, p. 631-640

Bureau International des Poids et Mesures. https://www.bipm.org/fr/about-us/                                                      

DÉBARBAT, Suzanne . « (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 2 mai 2018. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/systeme-metrique-reperes-chronologiques/

DELAMBRE, Jean-Baptiste Joseph et MECHAIN Pierre.  Base du système métrique décimal, ou mesure de l’arc du méridien compris entre les parallèles de Dunkerque et Barcelone, exécutée en 1792 et années suivantesParis : Baudoin, Bachelier, 4 vols: 1806,1807,1810,1843.   (SCD AMU, BU Sciences Saint-Charles, Marseille)

DELAMBRE, Jean-Baptiste Joseph. Méthodes analytiques pour la détermination d’un arc du méridien. J.-B.-J. Delambre,… Précédées d’un mémoire sur le même sujet ; par A.-M. Legendre,… Éditeur : Paris : Duprat, an VII [1799]. (SCD AMU, BU Sciences Saint-Charles, Marseille)

DELAMBRE, Jean-Baptiste Joseph.                                        Rapport historique sur les progrès des sciences mathématiques depuis 1789, et sur leur état actuel, présenté à Sa Majesté l’Empereur et Roi, en son Conseil d’état, le 6 février 1808, par la Classe des sciences physiques et mathématiques de l’Institut, conformément à l’arrêté du Gouvernement du 13 Ventôse an X ; rédigé par M. Delambre,… Imprimé par ordre de Sa Majesté. A Paris, de l’Imprimerie impériale. M. DCCC. X., 1810 ( — Imprimé par les soins de J. J. Marcel, directeur de l’imprimerie impériale, membre de la Légion d’honneur).  (SCD AMU, BU Sciences Saint-Charles, Marseille)

GIRES, Francis (Dir. de publication). Encyclopédie des instruments de l’enseignement de la physique du XVIIIe au milieu du XXe siècle. Niort : ASEISTE, 2016. 3 vol, p. 643

GRISET, Pascal, Greffe Florence. 350 ans de l’Académie des sciences: une compagnie en son siècle. Paris: Le cherche midi, 2016

GUEDJ, Denis.                                                                                                                         Le mètre du monde. Paris: Ed. du Seuil, 2000

Histoire de la science / publié sous la dir. de Maurice Daumas. Paris: Gallimard, impr.1957. (Encyclopédie de la pléiade)             

Inventaire général du patrimoine culturel : instrument de mesure des angles pour lever des plans: cercle de Borda dit cercle de Lenoir, rédacteur Jean Davoigneau. http://www.culture.gouv.fr/public/…[consulté le 30 juin 2017]       

JEDRZEJEWSKI, Franck. Histoire universelle de la mesure. Paris: Ellipses, 2002

Journal des Etats généraux (1789-1791) convoqués par Louis XVI, le 27 avril 1789 ; aujourd’hui Assemblée Nationale permanente, ou Journal logographique. Séance du samedi 26 mars 1791. Tome 23, p. 226-227

LABOULAIS, Isabelle. « Mesurer le monde. 1792-1799 : l’incroyable histoire de l’invention du mètre », Annales historiques de la Révolution française, 342, 2005, p. 247-249

La Métrologie française. https://metrologie-francaise.lne.fr/fr

Le Monde : Métrologie. Supplément Science & médecine, n° 22967, 14.11.2018

Observatoire de Paris. 10 décembre 1799. https://www.obspm.fr/10-decembre-1799-bicentenaire-du-systeme-metrique.html

Patrimoine scientifique: collections. https://cps.univ-amu.fr/astronomie-au-sol

PAUCTON, Alexis-Jean-Pierre. Métrologie, ou Traité des mesures, poids et monnoies des anciens peuples & des modernes Éditeur : A Paris, chez la veuve Desaint, libraire, rue du Foin. M. DCC. LXXX. : De l’imprimerie de J. Ch. Desaint, rue Saint-Jacques, 1780. (SCD AMU, BU Sciences Saint-Charles, Marseille)

POIRIER, Jean-Pierre et LABROUSSE, Christian. La science en France: dictionnaire biographiques des scientifiques français de l’an mille à nos jours. Paris: Jean-Cyrille Godefroy éditions, 2017

SIMAAN, Arkan. La science au péril de sa vie: les aventuriers de la mesure du monde. Préf. de Jean-Claude Pecker; av-pr. de Jean Rosmorduc Éditeur . Paris : Vuibert, 2001

VAN DEN BOGART, Eléonore et CASSELY, Jean-Pierre. Marseille insolite et secrète. Versailles: Jonglez, 2013

 

 

 

 

Le « doyen » des bibliothèques de santé a 500 ans !

EXPOSITION DU 15 AU 19 OCTOBRE 2018

2e étage de la bibliothèque de médecine et d’odontologie de la Timone

Que nos lecteurs se rassurent, il ne s’agit bien sûr pas d’un membre du personnel ! Nous allons vous présenter le plus ancien document détenu par l’Université dans le domaine médical, un recueil d’œuvres thérapeutiques du médecin médiéval italien Niccolò Bertrucci, paru sous le règne de François Ier…

Le livre en lui-même

Achevé d’imprimé le 28 juillet 1518 à Lyon, alors grande place du commerce du livre en France avec Paris, ce recueil a été publié sous le titre latin Nusquam antea impressum collectorium totius fere medicine Bertrucii Bononiensis in quo infrascripta continentu1 – suivi du titre des ouvrages médicaux qu’il regroupe, dont nous reparlerons plus loin.

Dos de la reliure

Sous une forme imprimée, l’œuvre de Bertrucci n’a fait l’objet que de trois publications complètes seulement : une première à Lyon déjà en 1509, la nôtre 9 ans plus tard chez le même imprimeur Barthélémy Trot, et enfin une dernière à Cologne en 15372. Notre exemplaire n’est pas le seul dans les collections publiques, mais cette édition y reste assez rare : 4 exemplaires en France3 et 4 autres en Europe4.

L’objet se présente comme un livre en bon état pour son âge, muni d’une reliure du XXe siècle, gage de bonne conservation pour le futur. Il est imprimé sur du papier réalisé à partir de chiffon comme c’était alors l’usage5, qui lui a assuré une grande résistance aux injures du temps6. Mesurant 20 centimètres sur 14,5, et comptant 464 pages, il est au format ancien in-octavo, c’est-à-dire imprimé sur une feuille pliée en trois pour former des livrets de 16 pages cousus les uns aux autres. Pour l’époque, il s’agit d’une taille qui permet une production de qualité et d’un usage facile tout en restant d’un prix de revient « acceptable » – arguments de vente en librairie hier comme aujourd’hui !

Page de titre

Pour ce qui est du texte, cet ouvrage témoigne de l’évolution du livre imprimé qui, partant de la forme du livre manuscrit médiéval va donner au milieu du XVIe siècle celle que nous connaissons toujours. Ainsi, le texte est en latin, qui reste la seule langue scientifique en Europe jusqu’au siècle suivant ; il est intégralement imprimé en caractères gothiques avec des abréviations de copistes7, qui n’est autre que l’écriture des ouvrages manuscrits du Bas Moyen Âge ; y figure un explicit, conclusion du livre qui rappelle son titre et le nom de l’auteur, pratique bientôt archaïque. Il comprend toutefois des éléments qui annoncent le livre contemporain, comme la présence d’une page de titre – bicolore noire et rouge, ornementation typique du début de la Renaissance – ou celle d’une foliotation, numération des feuilles qui précéda la pagination. Les têtes de chapitres sont annoncées et ornées tout à la fois par de belles lettrines.

L’ouvrage possédé par la bibliothèque est agrémenté de quelques particularités. Un de ses possesseurs l’a en effet augmenté de nombreuses annotations en marge ; une mention manuscrite religieuse a également été portée sur la page de titre et la dernière page imprimée : Domine etiam si me occideris in te sperabo8. De même, en dépit de son bon état de conservation général, il n’est pas exempt de dégradations : la page de titre, usée, est partiellement déchirée et deux petits fragments manquent ; cette même page et le verso des quatre suivantes ont été défigurées par des gribouillages à l’encre.

Pages annotées

Niccolò Bertrucci et son œuvre : une médecine du XIVe siècle

Peu de chose sont connues de lui, ce qui est le plus souvent le cas pour les auteurs du Moyen Âge. D’origine lombarde, sans doute né dans le dernier quart du XIIIe siècle, il a été l’élève puis le successeur de Mondino de’ Liuzzi (v. 1270-1326), professeur d’anatomie à l’université de Bologne, la plus ancienne d’Europe9, et le premier à pratiquer des dissections dans son enseignement dès 131510. Suivant ceux de de’ Liuzzi, la haute tenue des enseignements de Niccolò Bertrucci est attestée par le célèbre médecin et chirurgien français, Guy de Chauliac (1298-1368), qui a étudié à Bologne et l’appelle son maître11. Niccolò Bertrucci meurt en 1342 – ou 1347 selon les sources.

Aucun des travaux anatomiques pourtant réputés de Bertrucci n’est repris dans ce florilège de ses œuvres12. Depuis 1490, on dispose en Europe de traduction latines correctes de l’œuvre de Galien, et la littérature anatomique antérieure issue de traductions arabes commence à devenir obsolète13. C’est probablement pourquoi seuls des ouvrages médicaux sont compilés dans notre volume. Plus exactement, ce recueil rassemble des travaux couvrant un large spectre de la chose médicale :

  • Une première partie sur la « recommandation médicale » qui propose un exposé des affections touchant des parties du corps ;
  • Une deuxième sur la « conception du médecin », c’est-à-dire sur le comportement et l’éthique du praticien ;
  • Une troisième sur les « règles de santé », traité d’hygiène de vie essentiellement diététique ;
  • De la quatrième à la sixième partie des développements sur des maladies touchant l’ensemble du corps (malaises de la tête aux pieds, malaises généraux et fièvres, crises et maladies aigües) ;
  • Une septième partie sur les « drogues », c’est-à-dire les médicaments ;
  • Enfin, une huitième et dernière sur les « ornements », autrement dit les cosmétiques qui font alors partie de la médecine.
Table des matières

Bertrucci applique dans son œuvre la théorie avicennienne14, laquelle scinde la science médicale en théorie et en pratique mais avec la conception d’une théorie orientée vers la pratique. Il affirme dans ses écrits n’y faire figurer aucune observation qu’il n’a constatée de lui-même. De même, il organise sa démarche de manière rationnelle selon la méthode avicennienne, où chaque exposé clinique est systématiquement organisé en 4 parties :

  • Methodus : exposition rationnelle des faits observés ;
  • Emperica : traitement empirique qu’il convient d’adopter ;
  • Canones : les références à la maladie dans l’œuvre d’Avicenne, sorte de bibliographie ;
  • Pronosticatio : probabilité du résultat selon l’état du patient.
Exposé clinique sur le modèle d’Avicenne

Notre « doyen » dans son époque : un livre médical du début du XVIe siècle

Rappelons que le premier ouvrage imprimé en Occident, la Bible à 42 ligne de Johannes Gutenberg, apparait en 1455, et que les premiers tirages de livres de médecine ont lieu vingt ans plus tard. Notre « doyen » ne fait donc pas tout à fait partie de l’enfance du livre médical, mais il n’en demeure pas moins un produit des évolutions qu’elle connait.

La médecine médiévale est fondée sur les œuvres antiques d’Aristote et de Galien, par l’intermédiaire des ouvrages d’Averroès et surtout d’Avicenne, dont le Canon est parvenu en Europe via l’Espagne au XIIe siècle15 ; Bertrucci se réclame ouvertement de ce dernier, dont nous avons vu qu’il applique la méthode scientifique. Toutefois, on en restait alors à une connaissance dogmatique, où l’on tenait pour définitive la théorie des maîtres pour la compréhension des observations faites. Si les XIVe et XVe siècles voient une certaine réhabilitation de la pratique, d’où la réapparition de la dissection anatomique, ce n’est qu’en vue de vérifier les principes et jamais de les remettre en cause.

Lettrines et annotations

La Renaissance va donner lieu à une critique sévère de cette médecine. Initiée dès les premiers feux de l’humanisme par Pétrarque (1304-1374) et poursuivie tout au long du XVe siècle16, elle se fonde sur la volonté de se référer aux textes antiques les plus fidèles possibles17. Par-là, elle va conduire à une condamnation de la science transmise par les Arabes, et tout particulièrement de celle d’Avicenne, en raison des multiples erreurs d’interprétation intervenues au fil des traductions. Cette critique va connaitre un peu plus tard son apogée avec Paracelse (1493-1541)18 et André Vésale (1514-1564) qui, en comparant sans tabou leurs observations aux textes anciens, sapent de manière irrémédiable les dogmes de la médecine antique galéniste.

Du point de vue de la médecine, c’est donc, paradoxalement, l’absence de toute réédition des œuvres de Bertrucci après 1537 qui fait l’importance de notre « doyen », puisqu’elle témoigne d’une transition qui voit l’abandon progressif de la médecine médiévale. Pour ce qui est de sa forme, nous l’avons dit plus haut, s’il présente des caractères archaïques, il se place tout de même résolument dans le mouvement qui va aboutir au livre contemporain. Toutes ces raisons font de notre exemplaire des œuvres de Niccolò Bertrucci un symbole de l’évolution du livre médical à la Renaissance, autant comme livre que comme source scientifique.

Bibliographie

  • SPRENGEL, Kurt, Histoire de la médecine depuis son origine jusqu’au dix-neuvième siècle, Paris, 1815.
  • GRMEK, Mirko D. (dir.), Histoire de la pensée médicale en Occident, Paris, 2014.

Crédits

Photographies de Sarah Kuniecki et J.-L. Texier

Traduction latine de Serge Chassang

Merci à Nathalie Decque, Cédric Para, Sarah Kuniecki et Anne-Céline Lambotte-Mosseron pour leur aide.

  1. Impression originale presque entière des recherches en médecine de Bertrucius de Bologne dans laquelle sont contenus les écrits suivants – suivi de 8 titres. []
  2. Plus quelques publications partielles en Allemagne dans les années 1530. []
  3. En plus d’AMU, la Bibliothèque nationale de France, la bibliothèque universitaire Sainte-Geneviève à Paris et la bibliothèque municipale du Mans. []
  4. 2 en Allemagne et 2 en Suisse. []
  5. Technique apparue en France au XIVe siècle. []
  6. Contrairement aux papiers utilisés depuis le milieu du XIXe siècle, faits de pâte de bois, qui s’acidifient naturellement et s’autodétruisent plus ou moins vite, à moins de traitement coûteux… []
  7. Afin de ménager leurs efforts, les copistes médiévaux remplaçaient certaines chaines de caractères courantes par des signes spéciaux, dont un petit nombre sont toujours utilisés – esperluette, tilde, etc. []
  8. Seigneur, même si tu causes ma perte, j’espèrerai en toi. []
  9. Attestée dès 1088 et reconnue par l’Empereur germanique Frédéric Barberousse en 1158. []
  10. Décrite dans son Anathomia de 1316. []
  11. Dans son ouvrage appelé le Guydon (Inventarium sive chirurgia magna, 1363), où il relate ses cours d’anatomie. []
  12. Ni dans l’édition de 1509 ; mais ils figurent en première partie de l’édition allemande de 1537. []
  13. Obsolescence qui devient définitive en 1525-1526 avec la publication en grec d’éditions fidèles des œuvres complètes d’Hippocrate et de Galien. []
  14. D’Avicenne, alias Abu ʾAli al-Husayn Ibn Abd Allah Ibn Sina (980-1037), célèbre médecin persan. []
  15. Traduction du Kitab Al Qanûn fi Al-Tibb (Livre de la loi concernant la médecine) en 1187 à Tolède par Gérard de Crémone. []
  16. Avec notamment les Italiens Niccolò Leoniceno (1428-1524) et Alessandro Benedetti (1452-1512). []
  17. Qui sont en fait d’origine carolingienne (IXe siècle), époque de copie des livres antiques qui leur étaient parvenus. []
  18. Alias de Philippus von Hohenheim, médecin et philosophe suisse. []

Regards sur le patrimoine mobilier de l’enseignement scolaire et universitaire : les 30èmes journées d’études de l’association des conservateurs des antiquités et objets d’art de France

Depuis 1986, les journées d’études de l’association des conservateurs des antiquités et objets d’art de France proposent des rencontres professionnelles et des échanges d’expériences autour d’un thème spécifique relevant du patrimoine mobilier. En 2016, c’est à Cahors (Lot), du 29 septembre au 1ier octobre que se sont déroulées les 30èmes journées d’études consacrées au patrimoine scolaire, de l’école primaire jusqu’à l’université.

En associant des professionnels de la conservation et de la restauration, des chercheurs et des universitaires, des associations et des enseignants, ces journées ont permis de présenter cette forme particulière de patrimoine mobilier qu’est le patrimoine de l’enseignement scolaire et universitaire. Elles ont également permis de s’interroger sur les pratiques actuelles des acteurs des Monuments Historiques et des autres disciplines relevant du champ culturel (musées, ethnologie, inventaire, …), visant à l’étudier, le sauvegarder et le faire connaître.

Les communications se sont organisées autour des 4 thèmes:

– La reconnaissance institutionnelle pour le patrimoine de l’enseignement : monuments historiques et/ou musées ;

– Le patrimoine de l’enseignement, avec le mobilier et matériel scolaires comme supports de la pédagogie et l’art à l’école ;

– Connaître et protéger le patrimoine de l’enseignement : illustration avec la commande publique du 1% artistique et le patrimoine à l’Université.

– Transmettre le patrimoine de l’enseignement : l’école au musée, les musées de l’école et la réhabilitation des établissements scolaires.

La thématique du patrimoine à l’Université y a été abordée avec 5 communications :

1/ C’est l’Université de Montpellier avec l’intervention d’H. Palouzié (Conservatrice des antiquités et objets d’art de l’Hérault) et de C. Ducourau-Girard (Conservatrice du patrimoine, Directrice de la culture scientifique et du patrimoine historique, Université de Montpellier) qui a ouvert la session. Intitulée « Les collections des Universités de Montpellier : de l’objet d’étude à l’objet de musée », cette communication a porté sur les objets d’enseignement et sur le mode de diffusion du savoir au 19e siècle à partir de modèles anatomiques en série et de la science médicale en carton-pâte. Cette communication a mis en évidence que les modèles d’anatomie artificielle sont avant tout des objets didactiques à caractère pédagogique.

2/ Ce sont ensuite J. Boustié (Professeur, Chargé de mission CST à l’Université de Rennes 1) et M. Lemaire (Chargée de collections muséales à l’Université de Rennes 1) qui ont présenté « Les collections scientifiques de l’Université de Rennes 1. Un patrimoine à découvrir au service de l’enseignement et de la recherche ». Ces auteurs ont mis l’accent sur la qualité, le nombre des objets détenus mais aussi et surtout sur la palette des disciplines que présente le patrimoine universitaire : archéologie, botanique, géologie, physique, chimie, électronique, informatique, mathématiques, zoologie, livres et documents, beaux-arts. Ils ont ensuite insistés sur le témoignage que constituent ces collections pour la recherche et la diffusion des savoirs.

3/ D. Issenmann, Chargée des collections au Jardin des Sciences de l’Université de Strasbourg a présenté une communication sur la thématique de la préservation : « Comment préserver et valoriser le patrimoine des sciences physiques ? L’exemple de la collection pédagogique de l’Institut Le Bel ». D. Issenmann a montré comment, dans le cadre d’un partenariat avec le Service régional de l’Inventaire, l’Université de Strasbourg a réussi à préserver, au gré d’un déménagement, une collection d’instruments pédagogiques en sciences physiques. Outre les enjeux et les modalités de sauvegarde, de préservation des objets, cette communication a souligné l’importance de documenter les instruments et de collaborer avec les enseignants chercheurs.

4/ S. Tomezak (Chargée de l’inventaire et de la valorisation au sein de la mission PATSTEC-MIP, Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées) et E. Moureau (conservateur des antiquités et objets d’art du Tarn-et-Garonne) ont présenté « PATSTEC, un futur patrimoine de la recherche : les missions conduites pour le patrimoine scientifique contemporain et l’exemple des collections de l’ESPE de Montauban ». Après une présentation de la mission PATSTEC, ces deux auteurs ont relaté comment leur campagne d’inventaire menée en 2012 à l’ancienne école normale de Montauban a permis d’identifier des pièces rares, de les protéger parmi les monuments historiques et de mettre à l’étude un projet de présentation au public.

5/ Enfin, j’ai présenté « Le Musée de l’Institut colonial de Marseille : outil pédagogique d’hier et d’aujourd’hui ». Parmi les différentes collections présentent au sein de l’Université d’Aix-Marseille le Musée Colonial de Marseille avait pour objectif, à sa création, de faire le bilan des richesses naturelles coloniales, de les étudier et de les utiliser pour « instruire par la parole ». Après une description de l’institut et de ses collections, j’ai abordé ses usages passés et montré comment ces collections s’intègrent toujours dans le paysage universitaire pour la diffusion des savoirs.

Pour conclure, les différentes communications de la session relative au patrimoine universitaire dans l’enseignement ont mis en lumière les faiblesses et les atouts d’un patrimoine considérable qui reste malgré tout largement méconnu. Les exemples présentés lors de ces journées d’étude soulignent la grande richesse et la grande diversité des collections universitaires. Encore conservées dans leur contexte scientifique et toujours utilisées, ces collections sont restées associées à de nombreux savoirs qui leur confèrent aujourd’hui une valeur inestimable. Enfin ces différentes communications ont également souligné la grande disparité dans leur prise en compte au sein des universités.

Pour plus d’information :

Vous pouvez accéder aux résumés de toutes les communications à l’adresse suivante : http://caoa.fr/spip.php?article177

Les actes du colloque seront publiés en 2017.

Les collections scientifiques de l’université d’Aix-Marseille entre 2012 et 2015 : 4 années de structuration

AVANT-PROPOS

Ce billet présente le bilan des 4 années d’activités de la « cellule » Patrimoine sous ma responsabilité comme chargé de mission Patrimoine scientifique. Il retrace notamment la structuration du patrimoine au sein de l’université, les actions d’inventaires entreprises pour le rendre accessible pour la recherche et la diffusion des connaissances et la mise en place d’une gestion plus professionnelle.

 

INTRODUCTION

 Comme de nombreuses universités, l’Université d’Aix-Marseille a accumulé un patrimoine considérable dans le cadre de ses activités de recherche et d’enseignement. Un travail d’inventaire mené sur les collections d’AMU place notre Université comme la plus importante institution détentrice de collections en région PACA (Vila, 2013). En effet, Aix-Marseille Université possède à elle seule entre 800 000 et 1 000 0000 échantillons de sciences naturelles et plusieurs milliers d’instruments dont certains très rares remontent au 17e siècle (Vila et Caplan, 2012). Parmi ses collections, figurent des herbiers (environ 400 000 parts), des squelettes et des animaux naturalisés ou conservés en fluides (plusieurs milliers d’échantillons), des roches, des minéraux et des fossiles (350 000 échantillons). Ces collections renferment aussi des instruments courants des activités de la recherche passée et des instruments plus emblématiques qui ont contribués à de grandes découvertes scientifiques ou progrès : ce sont des pièces uniques de renommée internationale. Dans ce cas, on peut citer le cercle répétiteur de Borda-Lenoir en astronomie qui est à l’origine des mesures ayant permis de définir le mètre, unité de mesure aujourd’hui internationale.

Le cercle répétiteur Borda-Lenoir (vers 1792) : l’un des quatre cercles de Borda, fabriqués par Étienne Lenoir, qui ont joué un rôle fondamental dans la définition du système métrique. Utilisés par les astronomes Delambre et Méchain pour la mesure de la méridienne entre Dunkerque et Barcelone, ils ont permis la détermination de la distance en toises entre l’équateur et le pôle Nord, par définition dix millions de mètres. Ce cercle, conservé au sein des collections d’astronomie au sol de l’Université d’Aix-Marseille est le seul des quatre qui subsiste. Photo Marc Heller © Région Provence-Alpes-Côte d’Azur – Inventaire général.

D’autre part Aix-Marseille Université possède des collections très diversifiées par rapport aux muséums, dans des thématiques qui lui sont propres (astronomie, physique), absentes ailleurs dans la région. L’ensemble des collections se caractérise par une forte valeur ajoutée car contrairement à celles qui se trouvent dans les musées, elles sont conservées dans leur contexte scientifique (lieu de fabrication) et sont toujours utilisées. De plus y sont encore associés de nombreux savoirs (patrimoine immatériel). Ce constat place Aix-Marseille Université comme l’acteur régional principal en matière de conservation du patrimoine et des savoirs scientifiques.

C’est en ce sens que je me suis efforcé, entre 2012 et 2015, comme chargé de mission du Patrimoine, de : 1/ structurer un groupe de travail en constituant une « équipe patrimoine » interne à l’Université ; 2/ d’intégrer les collections universitaire dans les réseaux locaux, nationaux et internationaux ; 3/ d’inventorier et rendre accessible les collections d’AMU pour valoriser par la recherche ; 4/ de replacer le patrimoine comme un support de diffusion des connaissances et 5/ de proposer de conserver et gérer ce patrimoine de manière professionnelle.

Part relative en % du patrimoine scientifique de différentes institutions régionales : AMU détient plus de 40% des collections présentes en régions PACA.

 

  1. Structuration du Patrimoine au sein d’AMU

Avant la fusion des universités, un petit groupe de responsable de collections avait débuté un travail de gestion et de conservation sur le site Saint-Charles. Mais la conservation du patrimoine scientifique s’est faite essentiellement grâce à la pugnacité et au bénévolat de quelques enseignants-chercheurs. Après la fusion, j’ai structuré plus formellement cette activité.

Pour ce faire, un groupe de travail a été constitué par l’ensemble des référents scientifiques des collections identifiés et officiellement reconnus. Il s’agit de J. Caplan, astronome émérite pour la collection d’astronomie au sol ; de M. Marcellin, astronome pour la collection d’astronomie spatiale, Y. Meynadier, MCF au Laboratoire Parole et Langage pour la collection d’instruments relatifs à ces études ; N. Claire, MCF en Physique pour la collection d’instruments de Physique ; B. Martin-Garin MCF au Cerege pour la collection de Paléontologie, B. Dévouard Pr au Cerege pour la collection de pétrologie, d’O. Grauby MCF pour la collection de minéralogie et de B. Vila MCF pour les collections de botanique et de zoologie. Ce groupe intègre également trois adjoints techniques de collections l’un dédié à la collection de botanique (F. Blanc-Fleury), le second à la collection de zoologie (P. Blanc) et le troisième à la collection de paléontologie (A. Arnoux). Une gestionnaire de la cellule de culture scientifique (H. Dugourd) assure également la gestion administrative du patrimoine. Au cours de l’exercice 2012-2015, l’équipe était complétée par deux emploi en CDD : A. Onno qui a assuré des taches d’inventaires et d’animations au sein des collections et C. Battesti qui a inventorié des collections d’instruments. Ce groupe de travail comprenait également Y. Berti, S. Astier et P. Ponsot du Service Commun de Documentation et D. Ginouves des archives sonores à la MMSH.

Organigramme de la « cellule » Patrimoine d’AMU

Issus de différents laboratoires et de différentes composantes d’AMU, ce groupe de travail constitué a permis de fédérer des chercheurs, enseignants-chercheurs, astronomes et techniciens au sein d’une entité patrimoniale unique. Cette structuration transversale confère une meilleure visibilité du patrimoine universitaire en interne et vis à vis des différents acteurs régionaux et nationaux.

  1. Intégrer le patrimoine scientifique dans les réseaux

 La connaissance et reconnaissance du patrimoine scientifique d’AMU est un enjeu capital. Faire connaitre et reconnaitre le patrimoine d’AMU nécessite de le rendre visible en l’incluant dans des réseaux de recherche, d’enseignement et de diffusion des savoirs à différentes échelles. C’est en ce sens que le patrimoine a été intégré dans les réseaux suivants :

A l’échelle régionale

Nous nous sommes rapprochés des professionnels (les directions DRAC PACA, CICRP, Ville de Marseille, association des conservateurs…) et des institutions (Musées, Muséums, conservateurs) travaillant dans le domaine du patrimoine. Une collaboration s’est mise en place avec le MUCEM.

En collaboration avec Michèle Dufrenne, Conservateur en chef du Patrimoine au sein du Muséum National d’Histoire Naturelle, j’ai organisé la première journée d’étude : « Fédérer les compétences sur les collections d’histoire naturelle » le 15 avril 2014 à l’Université d’Aix-Marseille. L’objectif était de réunir les différents partenaires de la région en charge de la conservation des collections d’histoire naturelle et les experts potentiels des différents domaines concernés afin d’apporter une réponse rationnelle aux besoins de valorisations des collections. Cette journée qui a réuni 72 professionnels a débouché sur la mise en place d’un programme exploratoire du patrimoine scientifique naturaliste régional : Etude pilote Var-Paca 2015 co-portée par l’Université et le Museum d’Histoire Natrurelle de Toulon et du Var. Avec cette journée d’étude, nous avons non seulement replacé le patrimoine universitaire dans le paysage régional mais également constitué un important réseau de partenaires.

A l’échelle nationale

Nous avons établi des collaborations avec le Muséum National d’Histoire Naturelle (Réseau des herbiers de France, Programme E-Recolnat) et le Musée National des Arts et Métiers (convention Patstec) ainsi que des services du patrimoine de plusieurs universités française via le Programme Transtyfipal.

A l’échelle internationale

J’ai inscrit le patrimoine de l’université Aix-Marseille à l’échelle européenne en adhérant au Réseau Européen du Patrimoine Universitaire (UNIVERSEUM) dans lequel les universités françaises sont très peu représentées. UNIVERSEUM créé en 1999, traite du patrimoine universitaire matériel et immatériel.

 

  1. Inventorier et rendre accessible pour valoriser par la recherche les collections d’AMU

Porter à connaissance l’existence d’un matériel d’étude auprès des chercheurs et des étudiants s’avère indispensable pour sa valorisation et la visibilité d’AMU à l’échelle nationale et internationale. Inventorier nos collections et verser ces inventaires dans des bases nationales et internationales est donc incontournable. C’est la politique de valorisation entreprise ces dernières années par l’intégration de nos inventaires dans plusieurs bases de données :

  • des collections d’instruments,
  • des collections de sciences naturelles.

Deux chercheurs spécialistes de la flore de Madagascar, consultant l’herbier de palmiers de Jumelle et Perrier de la Bathie, deux botanistes ayant décrits de nombreuses espèces.

Ainsi, les collections de sciences naturelles d’Aix-Marseille Université sont référencées au sein de plusieurs bases nationales et internationales relatives à la biodiversité :

– Global Biodiversity Information Facility (http://www.gbif.fr/), Constitution et mise en ligne de la base de données MARS-CYTO, Met à la disposition des chercheurs, via le portail du Gbif, les nombres chromosomiques et les informations relatives aux témoins herbiers, support de ces cytotypes. Elle recense un peu plus de 1000 échantillons.

– Transtyfipal (http://transtyfipal.u-bourgogne.fr/), Inventaire Trans’Tyfipal®, C’est l’inventaire national des types et figurés de paléontologie conservés dans les universités et les musées français. AMU comptant un grand nombre de types compose le comité de pilotage national et structure le réseau en région PACA. Ainsi AMU a enregistré 699 types et figurés.

– E-RecolNat (http://recolnat.org/), Participation au programme national de numérisation, E-RecolNat est une plateforme numérique pour la valorisation de 350 ans de collections d’histoire naturelle. L’informatisation des collections dans des bases de données est indispensable pour la recherche en taxinomie et pour comprendre et modéliser l’évolution de la biodiversité dans l’espace et dans le temps.

Les collections d’instruments d’Aix-Marseille université sont référencées au sein de deux bases nationales :

– Palissy (http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/), La base du patrimoine Mobilier-Palissy recense le patrimoine mobilier français dans toute sa diversité : meubles et objets religieux, domestiques, scientifiques et industriels. Elle contient environ 280 000 notices et dont près de 25 000 sont illustrées.

– PATSTEC (http://www.patstec.fr/), L’inventaire dans la base PATSTEC (Patrimoine scientifique et technique contemporain) du Conservatoire National des Arts et Métiers a débuté par les instruments de physique-chimie collectés par et conservés au musée C. Fabry. Il se poursuit avec ceux d’astronomie et du Laboratoire Parole et Langage.

  1. Le patrimoine comme support de diffusion des connaissances

 Informer, faire découvrir ou donner envie aux jeunes de s’investir dans une carrière scientifique nécessite d’ouvrir l’Université vers l’extérieur. Ainsi, les collections constituent un matériel de choix comme support pédagogique de la connaissance aussi bien pour l’enseignement que pour la diffusion de la culture scientifique.

Session de travaux pratiques sur les adaptations aux déplacements utilisant les collections de zoologie.

Des actions récurrentes ont été mises en place :

– les « Journées Européennes du Patrimoine » permettent de faire découvrir par petits groupes les collections scientifiques présentes sur le campus Saint-Charles : les visites sont animées par les chercheurs responsables des collections (Herbier, Musée colonial, Paléontologie, Musée C. Fabry et bibliothèque…) et par un guide de la Maison de l’architecture et de la Ville PACA.

– les ateliers autour des collections, permettent aux élèves accompagnés de découvrir les collections et la recherche qui se fait à l’université à l’aide de visites commentées par des doctorants et des enseignants-chercheurs. Ils découvrent ainsi les instruments et les spécimens remarquables de l’université, de manière interactive, en lien avec leurs programmes scolaires.

De nouvelles actions ont été développées :

Afin d’ouvrir l’université sur la citée et plus largement au monde, différentes actions nouvelles ont été initiées par la cellule patrimoine depuis 2012. Elles viennent compléter les actions déjà en place (ateliers pour les scolaires, manifestations nationales) en touchant un public différents. Elles se font de manière concrète sous la forme de manifestations intra-universitaires mais également trouvent un relai numérique via le web. Ces nouvelles actions sont :

– les « Mercredis du Patrimoine AMU » qui permettent de présenter à tous les trésors cachés d’AMU. A l’aide d’une collection, d’un échantillon ou d’un instrument, les mercredis d’AMU permettent de dévoiler au grand public et aux étudiants les grandes découvertes et les progrès réalisés à partir des recherches menées au sein d’AMU.

Une séance des Mercredis du Patrimoine d’AMU organisée autour d’une collection de papillons de jours et présentée par Magali Deschamps-Cottin enseignant-chercheur au LPED.

– le Carnet de recherche sur le patrimoine scientifique d’AMU Le présent carnet qui se propose de faire connaître et valoriser le patrimoine scientifique d’AMU.

  1. Conserver et gérer les collections de manière professionnelle

Protéger et valoriser durablement un patrimoine unique issu des activités scientifiques de pointe menées à Marseille au cours du 20e siècle permettent de mettre en lumière la recherche et les enseignements d’AMU. C’est pourquoi l’Université à présenté à l’Inscription plusieurs collections et mobiliers. Ainsi la commission départementale des objets mobiliers du 29 janvier 2015 a inscrit aux monuments historiques les Paillasses de l’Institut de Chimie Saint-Charles et le Musée Colonial de Marseille.

 Enfin, il s’avérait aussi nécessaire d’inscrire le projet patrimonial universitaire dans une démarche professionnelle. C’est pourquoi avec F. Blanc, nous avons suivi plusieurs formations et j’ai demandé à passer devant une commission d’évaluation. Je me suis donc présenté devant la commission nationale d’évaluation scientifique du corps des conservateurs du patrimoine afin d’obtenir un avis sur mon aptitude dans ce domaine et de conforter ma démarche professionnelle pour être légitime dans les fonctions de gestion et de conservation que j’exerçais au sein de l’Université. Le 11 juin 2013, j’ai validé mon expérience et mes compétences dans la gestion du patrimoine en recevant un avis favorable de la commission des conservateurs d’état dans la spécialité PSTN (Conservateur du Patrimoine Scientifique Technique et Naturel).

 

CONCLUSION

Au cours de ces quatre années, les principales collections ont été identifiées, les référents de ces collections rassemblés pour constituer un groupe de travail et les lieux les plus appropriés pour la conservation des collections ont été définis. Un certain nombre d’actions pour leur valorisation patrimoniale, scientifique et pédagogique ont aussi été engagé. Le bilan montre les grandes potentialités d’AMU qui possède à la fois des collections exceptionnelles et des scientifiques pour les valoriser. Cependant cela nécessite de passer aujourd’hui du rassemblement à une véritable organisation fonctionnelle. Ceci impose l’élaboration d’un projet cohérent prenant en compte la spécificité de ces collections toujours utilisées par la recherche et l’enseignement. Ce projet doit également promouvoir le regroupement des collections plutôt que de nouvelles divisions tout en proposant des conditions de conservation plus adaptées et une gestion plus professionnelle.

Bibliographie

  • Vila B., 2013 Collections of the University of Aix-Marseille: several centuries of teaching and research, but will the future bring? In Shaping European university heritage Past and possible futures, L. Maison, S. Talas and R. Wittje Ed. XIII UNIVERSEUM network meeting, Trondheim, Norway. Transactions of The Royal Norvegian Society of Sciences and Letters, 3: 59-76.
  • Vila B. and Caplan J., 2012. The collections of the University of Provence: centuries of teaching and research. In: Arranging and rearranging: planning university heritage for the future. S. Talas & MC Lourenço Eds. Padova University Press. pp 113-122.

Les Collections de Zoologie depuis Albert Vayssière

Marie-France et Alain Gallissian, retraités et autrefois Maîtres de Conférences en Biologie Animale à l’Université de Provence, œuvrent depuis bientôt trois ans dans les collections de Zoologie d’AMU afin d’identifier ou de re-déterminer des échantillons (pour en savoir plus cliquez ici).

Témoins de l’histoire récente des collections de zoologie, ils la retracent en quelques dates clés.

En 1919, dès l’installation des Sciences naturelles dans les nouveaux locaux de la Faculté des Sciences à St Charles, les responsables successifs du laboratoire de Zoologie ont entrepris la constitution d’une collection.

Les apports les plus importants sont dus à plusieurs Professeurs titulaires de la chaire de Zoologie.

Albert Vayssière (1921-1924), également Directeur de la Station Marine d’Endoume, travailla sur les résultats des expéditions du Prince Albert Ier de Monaco et du Dr Charcot. Il fut également l’auteur d’une importante contribution à la connaissance de la faune du golfe de Marseille. Quelques échantillons figurant dans la collection ont encore, aujourd’hui, une étiquette écrite de sa main.

Albert Vayssière, http://america.pink/albert-jean-baptiste-marie-vayssiere_303397.html

Maximilien Kollmann (1925-1948), lui aussi Directeur de la Station Marine d’Endoume, contribuât également à l’enrichissement de la collection.

En 1949, le Professeur Marcel Abeloos, nouveau titulaire de la chaire de Zoologie, recruta comme assistante Mlle Rosine Chandebois, plus tard Professeur de Morphogénétique. Il la chargea de revoir l’ensemble des collections et en particulier de vérifier et de compléter les déterminations. Le certificat de Zoologie de l’époque comportait en effet, toutes les semaines, une séance de reconnaissances et de déterminations des échantillons.

Au cours des années suivantes, la réorganisation des enseignements a entrainé des déménagements successifs de la collection pour aboutir à sa localisation actuelle, dans le 5ème bâtiment. Effectués souvent trop rapidement et sans soins adéquats, ces transferts ont endommagé beaucoup d’échantillons et réduit leur nombre.

La création par AMU d’une Equipe Patrimoine Scientifique pour la conservation et la gestion des collections permet aujourd’hui le maintien, la valorisation et la diffusion de la connaissance liés à ce patrimoine.

L’intérêt pour une Université de conserver des collections est multiple.

Elles permettent aux enseignants d’illustrer leurs cours et d’apprendre aux étudiants à se familiariser avec l’emploi des faunes et des clés de déterminations à partir d’échantillons « manipulables ». Il est important, en effet, que les étudiants qui terminent leur cursus Sciences de la Vie et Environnement ne soient pas « étrangers » au Monde Vivant qui les entoure.

Elles constituent une « base de références » très utile aux Chercheurs. Cette base complétée maintenant par les données fournies par la Génétique et la Biochimie précise le statut exact des espèces.

Le traitement mathématique (analyses multivariées) des données ainsi collectées dans l’étude écologique de différents milieux permet de dégager une information opérationnelle qui complète la connaissance globale de notre environnement.

Focus sur une collection peu commune : un grainetier

Depuis le printemps 2015, Anaïs Onno (Ingénieure d’étude, Ecologue employée à la cellule du Patrimoine scientifique d’AMU) inventorie un grainetier reçu en legs de la Société d’Horticulture et d’Arboriculture des Bouches-du-Rhône en décembre 2014.

Il s’agit d’une collection de graines, rangées par famille dans un meuble à tiroirs. Chaque échantillon, constitué d’un lot de graines contenu dans un tube en verre, est renseigné avec une étiquette comportant la famille, le genre et l’espèce, plus rarement la provenance.

Ce grainetier fait l’objet d’une restauration et d’un inventaire. Ainsi tous les échantillons ont été nettoyés et congelés pour désinsectisation. A ce jour, presque 1 700 échantillons ont été inventoriés dans une base de données en retranscrivant toutes les informations présentes sur les étiquettes.

Un reclassement des échantillons complètera la restauration. L’inventaire sera bientôt accessible sur le site du patrimoine scientifique d’AMU. Cette collection sera complétée par d’autres collectes présentes dans les collections de botanique de l’université.

Ce grainetier constituera alors une collection de référence pour l’identification des graines lors des différentes activités d’enseignements et de recherche.

© A. Onno
Tubes de graines : Brassicacées © A. Onno

© A. Onno
Tubes de graines : haricots © A. Onno

© A. Onno
Tubes de graines : Graminées © A. Onno

Abrus precatorius © A. Onno
Abrus precatorius © A. Onno

Trachycarpus excelsa © A. Onno
Trachycarpus excelsa © A. Onno

Strelitzia reginae © A. Onno
Strelitzia reginae © A. Onno

Les Mercredis du Patrimoine d’AMU

Une demi-journée, chaque premier mercredi du mois, le patrimoine universitaire s’ouvre au grand public pour faire découvrir ses trésors. Alternativement un chercheur du Musée de Paléontologie, des collections de botaniques ou d’une autre collection présentera une collection, un échantillon ou un instrument.

Rendez-vous à 14h devant l’Amphi de Sciences naturelles
site Saint-Charles
, 3 place Victor Hugo – Marseille 3ème

Sur réservation uniquement, les places sont limitées.
Contact : bruno.vila@univ-amu.fr

Pour tout savoir sur les 3 dernières présentations, consulter l’onglet  » Mercredi du patrimoine AMU : compte-rendus« .

Après une courte pause, le programme pour l’année 2016 paraîtra bientôt !