Archives par mot-clé : restauration

Quel lien existe-t-il entre un collégien de Saône-et-Loire et la collection d’insectes de la Faculté des Sciences Saint-Charles ?

Gabriel est collégien et du haut de ses 13 ans il a entrepris, sous la direction de G. Nève (MCF IMBE), de reclasser la collection d’insectes et de restaurer les échantillons les plus endommagés. Inscrit au Collège Jeanne d’Arc de Paray-le-Monial en Saône-et-Loire, Gabriel Champenois a réalisé son stage de 3e à l’Université d’Aix-Marseille, du 12 au 16 décembre 2016. Son action n’était pas superflue puisque certains échantillons ont été collectés dans les années 1920 et qu’au fil du temps, du fait de leur utilisation pour démonstrations en Travaux Pratiques, ces échantillons, à l’origine minutieusement rangés dans leurs boîtes, ont été mélangés et pour certains abîmés. Le manque de suivi de la collection a permis à des anthrènes de coloniser certains spécimens, qui furent consommés de l’intérieur.

G. Champenois restaure minutieusement un insecte sous l’œil attentif de G. Nève.

Durant son stage, Gabriel s’est d’abord attaché à reclasser les différents échantillons par Ordres (Coléoptères, Diptères, Lépidoptères, …), reconstituant des boîtes essentiellement sur des bases de systématique. Pour ce faire, plus de 2000 échantillons ont été examinés, les échantillons trop dégradés ont été définitivement retirés. Certaines boîtes ont été restaurées, par remplacement du fond en liège par un fond en émalène ou par un recollage de leur vitre. Deux boîtes destinées à illustrer les couleurs chez les insectes ont été confectionnées à partir de différents groupes taxonomiques.

Gabriel a également entrepris de restaurer certains échantillons malmenés au fil du temps. Par exemple, deux coléoptères remarquables originaires de Guyane ont ainsi été restaurés : Les restes des anthrènes qui en avaient mangé les entrailles ont été retirés, et leur corps ont été reconstitués par un recollage de la tête, du thorax et de l’abdomen.

Un échantillon très détérioré, en préparation en vue de son « remontage »

Effet des anthrènes sur un callosome : les nymphes de celles-ci en avaient rempli complètement l’abdomen, en faisant éclater l’élytre gauche. Nous avons ici fait le choix de conserver les exuvies, afin de démontrer l’effet de ravageurs des collections.

La collection restaurée est rangée en 47 boîtes : neuf boîtes de Coléoptères, dix boîtes de Diptères, huit boîtes d’Hyménoptères, et quatre boîtes d’Hémiptères, le reste étant consacré aux autres ordres et aux boîtes thématiques (une boîte ancienne d’insectes nuisibles et deux boîtes relatives aux couleurs chez les insectes). Cette collection qui n’était presque plus utilisée dans le cadre des enseignements du fait de son mauvais état va pouvoir de nouveau regagner les paillasses d’enseignements. Il reste toutefois à ordonner les insectes par familles et genres au sein des boîtes.

Une boîte après le tri : les échantillons trop abîmés ont été retirés, et le fond de la boîte nettoyé. La boîte est ensuite passée au congélateur pendant trois semaines pour prévenir une réinfestation par les anthrènes.

Boîte historique « insectes nuisibles », datant vraisemblablement d’avant 1950. Le frelon, mangé complètement par des anthrènes a été remplacé, mais le reste de la boîte est resté dans son état original.

Cette restauration s’inscrit dans un long travail d’inventaire, de classement et de restauration de la collection de zoologie de la Faculté des Sciences Saint-Charles. Après l’obtention de financements pour la restauration d’une partie non négligeable de la collection de naturalisés, ce travail de restauration de la collection d’insecte fait suite au tri et à l’inventaire de la collection de gastéropodes et de la collection de coraux et d’éponges réalisés par Madame et Monsieur Galissian (MCF retraités).